88 947 points
17 membres
71 463 points
12 membres
133 771 points♛
19 membres
23 783 points
9 membres



 
MAJ DE NOVEMBRE TERMINÉE ! TU VEUX EN SAVOIR PLUS P'TIT CANCRELAT ? BAM C'EST ICI QUE ÇA S'PASSE !

Page 1 sur 1


SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9858-seo-ha-jun-i-cant-choose-how-i-was-born#376477 http://www.shaketheworld.net/t9824-seo-ha-jun-two-rules-to-win-y http://www.shaketheworld.net/t9892-seo-ha-jun


Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Mer 19 Oct - 14:57


wherever I go you're there
Feat Hansol - HaHan ♥

Les rues sont presque désertes, à cause du froid qui s'immisce progressivement sur la ville. L'automne approche à grand pas, voir même l'hiver, ce qui n'arrange absolument pas mes affaires, je le sais pertinemment. Cela fait plusieurs années que j'ai fait le constat qu'en temps de froid, il y a plus d'accidents corporels et donc forcément plus d'urgences dans les hôpitaux, donc plus de soirées sans dormir, plus de travail pour moi. Ce qui engendre un temps moins important accordé à mon travail au noir. Je ne peux malheureusement pas disparaître aussi facilement d'une sale d'opération ou même de mon poste alors que mon autre travail m'appelle, je risque d'éveiller quelque soupçons et surtout, je risque de ne pas avoir mon diplôme pour manque d'assiduité. Mais en même temps, j'ai besoin d'argent pour sauver ma sœur. Je suis alors souvent pris entre deux feux et c'est une période particulièrement angoissante pour moi. Une période où j'ai besoin de respirer, de prendre l'air, de faire des pauses plus grandes, ou en plus grande quantité, au risque de m'effondrer. Comme aujourd'hui. Je me permets de marcher, tranquillement, dans les rues presque vides, entre deux temps de pause à l'hôpital. Je ne marche non loin de la structure hospitalière pour pouvoir intervenir rapidement si besoin, mon sac d'intervention avec moi. Mais en tout cas, je respire enfin et me sens moins oppressé. Aujourd'hui j'ai eu une surdose de tourments avec plusieurs interventions d'urgence mais aussi dû à la pression hiérarchique. Ce n'est pas toujours simple d'être interne même si je suis loin de me laisser marcher dessus. J'avance donc vers une destination inconnue, laissant mes pas me guider. Alors que je suis en pleine marche, j'entends un fracassement, des cris, des pleurs et comprends immédiatement qu'il se passe quelque chose à quelques mètres de moi. J'accours alors vers le lieu indiqué par les bruits, devinant d'avance de quoi il s'agit. « Et merde » dis-je alors que j'entrevois un corps au sol, du sang l'entourant. Une poignée de personnes s'approche du corps inerte, certains essayant déjà d'appeler les secours, tandis que d'autres restent paniquées, à regarder ce corps inconnu. Je m'agenouille directement au sol et mets en place un périmètre de sécurité, « je suis médecin, alors laissez moi faire ». Je comprends qu'au vu de l'état de l'individu, les secours risquent d'arriver trop tard et je me dois donc d'intervenir, quoiqu'il arrive. Moi qui pensais me promener tranquillement . . . c'est raté. Je fonce légèrement des sourcils, réalisant que je ne peux le faire seul, et que j'aurai besoin d'aide, mais autour de moi ils sont bien trop paniqués pour pouvoir m'aider. A peine ai-je eu cette pensée qu'une silhouette s'approche de moi, se mettant au même niveau de moi, « qu'est-ce que  . . . ? ». Je ne finis pas ma phrase réalisant que c'est cet homme, ce patient de l'autre fois . . .  Encore lui ?!





❝I have walked a stair of swords, I have worn a coat of scars. I have vowed with hollow words, I have lied my way to the stars❞
 

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9731-byun-hansol-a-dozen-photographs http://www.shaketheworld.net/t9696-byun-hansol-the-many-ways-of- http://www.shaketheworld.net/t9730-byun-han-sol


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Jeu 20 Oct - 15:06


wherever I go you're there
Feat HaJun - HaHan ♥

Il paraît que la tranquillité est ennuyante lorsqu'on a pu goûter à l'excitation, aux yeux de Hansol cependant, rien n'était plus reposant que cela. Depuis sa dernière rencontre avec un certain médecin, il s'était retrouvé dans une routine étrangement reposante, avait repris les entraînements, fait gagner un match au Doosan Bears et réussi un test de justesse à la fac, bref, tout se déroulait le plus paisiblement du monde pour le sportif. Ce jour là, il avait décidé de se bouger les fesses pour acheter deux ou trois compléments alimentaires prescrits par la diététicienne de l'équipe afin de se maintenir en bonne forme, puisqu'il avait fait l'impasse sur l'entraînement pendant quelques mois et que le joueur fétiche des DB ne pouvait décemment pas se permettre d'en devenir le boulet, surtout pas après tous les brillants articles publiés à son sujet dans la presse sportive. Et comme l'avis des gens importait tant, il se retrouvait avec ce sac à la main, songeant à ce que ce médecin qui avait du s'occuper de lui dirait de ça. Sans doute aurait-il une remarque cinglante au sujet des besoins d'un homme en pleine forme par rapport à ceux des enfants dans la rue qui mangeaient tout juste à leur faim et son regard se pose sur les boites dans son sachet, inspirant longuement pour éviter la culpabilité de l'étrangler. Il fourre donc le plastique au fond de son sac de cours et alors qu'il se prépare à redescendre dans les couloirs du métro, un fracas se fait entendre, il voit quelques types se faire la malle et se mord la lèvre, curiosité piquée au vif.
Avant qu'il ait le temps de réfléchir, ses pieds sont en mouvement et il sait qu'il aurait mieux fait de rester chez lui au moment où il arrive sur les lieux. Une marre de sang s'étale au sol de la ruelle, un corps y baigne mais le pire de tout réside sûrement dans cette silhouette, penchée pour prodiguer des soins à cette pauvre victime. Il tressaille en croisant son regard et avant de se faire engueuler, il lève une main. « J'ai pas fait exprès ! » Cela semblait être une excuse récurrente pour le joueur de baseball et il se mord la lèvre en tremblant un peu, pas véritablement excellent avec tout ce qui touche à la santé, au sang et aux opérations. Il se félicite de lui tomber dessus alors que le médecin à clairement mieux à faire que de lui hurler ses fautes et reste figé à l'observer un instant avant de reprendre ses esprits, s'empêchant tant bien que mal de tomber dans les pommes alors qu'il se penche vers lui, gardant le regard fixé son visage afin de ne pas devoir écorcher sa pauvre sanité sur la vue de ce pauvre homme qui se vidait de son sang à leurs pieds. « Je peux aider ? » Et ce n'était pas vraiment une question, il souhaitait vraiment aider et une paire de mains même si peu connue valait mieux que celle d'un inconnu, dans cette situation, non ?







We can be heroes
He's so much pain and so much love. He's a clash of emotions, a hurricane of pain and pleasure. A terrible warmth both burning and soothing, he's hurting and healing, but he is what I need to feel alive.

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9858-seo-ha-jun-i-cant-choose-how-i-was-born#376477 http://www.shaketheworld.net/t9824-seo-ha-jun-two-rules-to-win-y http://www.shaketheworld.net/t9892-seo-ha-jun


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Ven 21 Oct - 21:35


wherever I go you're there
Feat Hansol - HaHan ♥

Je ne sais pas si c'est le sort qui s'acharne sur moi ou si c'est la roue qui tourne juste dans le mauvais sens, mais le fait de revoir Hansol dans un tel lieu, à un tel moment, me surprend mais pas tant que ça, au final. Ce n'est pas que j'ai pris l'habitude de le croiser au mauvais moment, c'est arrivé juste une fois, mais je ne suis pas si étonné qu'il soit là, à mes côtés, encore une fois. A croire que certaines personnes souhaitent le mettre sur mon chemin. Je soupire, me sentant légèrement consterné, mais que puis-je faire en cet instant précis ? Je ne peux pas le rejeter alors que des dizaines de personnes nous observent, d'un œil attentif, sachant que c'est une célébrité et que je risque forcément d'apparaître dans les journaux si j'ose hausser le ton, et en plus de cela, pour ne pas arranger ma situation, j'ai réellement besoin qu'une autre personne m'assiste et je doute que d'autres personnes aient le désir d'être volontaires, je ne peux donc compter que sur lui, à mon plus grand désespoir. Je ne rajoute rien d'autre, me contentant de rester concentré sur la tâche à venir. Cette personne au sol a une blessure particulièrement profonde et je ne peux me permettre d'échouer, et donc d'être quelque peu perturbé par la présence du jeune homme à mes côtés. Je dois, pour cette fois-ci, considérer sa présence comme un avantage et non pas comme un inconvénient. « Très bien, tu peux pour le moment me venir en aide, mais c'est la seule et unique fois que j'accepte ton aide, il n'en existera pas d'autres, sache le ! ». Mes sourcils se froncent légèrement et je procède progressivement aux soins. Je déchire sa chemise tout en demandant à Hansol de me donner le rythme de son pouls pour savoir comment je dois agir. Ce n'est pas quelque chose qui semble, à première vue difficile, mais au vu du contexte et du sang qui ne cesse de couler, je doute qu'il soit assez concentré pour prendre correctement son pouls et je le vois bien dans ses gestes bien trop maladroits. « Laisse tomber, je vais le faire » dis-je en repoussant sa main, « donne moi plutôt la seringue qui se trouve dans la poche arrière de ma trousse ». Je tente de garder un certain calme, même si l'angoisse est palpable. J'ai la vie d'un homme entre mes mains et pour le moment, je n'ai jamais échoué. Je ne compte pas le faire aujourd'hui et surtout pas en présence de Hansol. Ce n'est pas que je souhaite lui prouver quelque chose, mais je ne veux juste pas faire le fier sans avoir les capacités nécessaires. « YAAHH ! Je t'ai dit la poche arrière, t'es sourd ou quoi ? ». Je sais que je ne devrai pas crier sur lui de cette manière, que les circonstances ne sont pas adéquates, et que je risque de le paniquer encore plus qu'il ne l'est déjà, mais je ne peux m'empêcher de hausser le ton, surtout dans ce type de contexte.





❝I have walked a stair of swords, I have worn a coat of scars. I have vowed with hollow words, I have lied my way to the stars❞
 

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9731-byun-hansol-a-dozen-photographs http://www.shaketheworld.net/t9696-byun-hansol-the-many-ways-of- http://www.shaketheworld.net/t9730-byun-han-sol


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Sam 22 Oct - 23:07


wherever I go you're there
Feat HaJun - HaHan ♥

L'appréhension, l'anxiété et l'agacement étaient des sentiments que Hansol avait fini par associer au médecin, trop habitué sans doute à se heurter à un mur de rejet, de colère et de rancoeur qu'il ne parvenait pas à expliquer rationnellement. Le beau brun semblait faire un amalgame de tous les gens friqués de la terre en les balançant tous dans un sac qu'on avait étiqueté comme « Gros Cons », ce qui laissait Hansol assez curieux sur ce qui avait pu causer une telle guérilla contre son milieu social. Cependant, c'est l'espoir qui gonfle sa poitrine lorsqu'il croise le regard résigné de l'interne, ça n'est que de la résignation, il n'a pas d'autre choix que d'accepter l'aide du sportif au vu du public qu'ils ont tout autour, mais Hansol s'en contente, essayant fébrilement d'exécuter ce qui lui est demandé. HaJun est, à n'en pas douter, un habitué des urgences, le sang ne le fait pas même ciller, il est terriblement précis et tranquille, mais l'athlète n'est en rien de ceux que le sang laisse de glace et c'est fébrile qu'il tente de prendre le pouls de la victime, incapable pourtant de discerner les faibles battements derrière le vacarme de son propre sang passant à une fréquence affolante dans ses tempes. Il sursaute un peu aux protestations de HaJun et se mord la lèvre, conscient qu'il n'est pas le plus utile des assistants dans cette situation, penaud même, de savoir qu'il fait plus de mal que de bien. Il se tourne donc vers le sac, tremblant toujours en l'ouvrant, farfouillant dans les poches pour trouver ce dont son boss provisoire à besoin, mais la valisette semble ne pas avoir de fond et il ne parvient à la trouver qu'après une nouvelle remontrance de la part du médecin, la sortant presque triomphalement avant de la lui tendre. Il se concentre sur son visage pour ne pas flancher, observant ses traits concentrés, masculins, terriblement séduisants... non !
« P.. Pardon ! Je suis pas médecin moi ! » Il tire alors le sac sur ses genoux, forçant son regard à se plonger dans les moindres recoins de cette trousse, tentant de tout identifier afin de se rendre plus efficace. S'il évite de penser au patient recevant les soins à quelques centimètres de lui et qu'il fait abstraction du fait qu'il trouve ce foutu docteur de plus en plus sexy, tout devrait bien se passer. Il exécute toujours aussi maladroitement les instructions données par Hajun, ses doigts incertains et hésitants, à la fois distrait par le sang qui envahit sa vision et les grognements mécontents du brun. « Il va s'en sortir ? » Il ne sait pas s'il a vraiment le droit de poser la question, ni même si c'est une bonne idée pour sa propre santé, mais il a soudain besoin de savoir et se rapproche un peu de lui afin que la foule de spectateurs ne puisse pas les entendre. « Il... Perd beaucoup de sang... Non ? » Il n'est pas à l'aise, mais qui le serait à sa place ? Il relève le regard pour scruter les iris de son vis-à-vis, restant comme un idiot, s'aidant de ce nouveau spectacle pour oublier la réalité actuelle.







We can be heroes
He's so much pain and so much love. He's a clash of emotions, a hurricane of pain and pleasure. A terrible warmth both burning and soothing, he's hurting and healing, but he is what I need to feel alive.

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9858-seo-ha-jun-i-cant-choose-how-i-was-born#376477 http://www.shaketheworld.net/t9824-seo-ha-jun-two-rules-to-win-y http://www.shaketheworld.net/t9892-seo-ha-jun


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Lun 24 Oct - 22:25


wherever I go you're there
Feat Hansol - HaHan ♥

Je ressens une certaine pression au creux de mon ventre, me sentant quelque peu nauséeux. Proutant je l'ai déjà fait, maintes fois, mais pas dans de telles circonstances, pas de mon propre chef, à la vue de tous.  Pas alors qu'il est à mes côtés. Je ne sais pour quelle raison ça présence me rend autant nerveux, je n'ai aucune raison de l'être après tout. Ce n'est qu'un homme parmi tant d'autres pourquoi dois-je autant être mis sous pression ? Ce n'est pas logique. Mais qu'est-ce qui est logique depuis que cet homme est apparu devant moi ? Je regarde discrètement sur ma droite pour observer ses gestes, son visage tétanisé, et le trouve presque mignon à réagir de la sorte, esquissant malgré moi un bref sourire. Je n'oublie toutefois pas ma tâche qui m'a été attribué et tente de rapidement prendre en charge cet individu au sol qui ne semble même pas répondre aux agitations causées par son environnement. Il n'est pas mort c'est certain mais il est dans un état particulièrement grave qui demande une prise en charge rapide et efficace. Ce qui, forcément, entraîne un certain énervement de ma part, étant beaucoup plus sensible à tout ce qui m'entoure. Je sais que le jeune homme n'est pas médecin et qu'il est loin de s'y connaître, que ce n'est donc pas de sa faute, mais je ne peux pas m'empêcher de le réprimander, étant moi-même nerveux. J'attrape ensuite ce qu'il me donne, « Merci » dis-je rapidement sans perdre trop de temps. Je passe mes doigts tout autour de son cou, cherchant là où je dois piquer. Une seule erreur de ma part et c'est définitivement terminé. Je dois réfléchir. Je ferme quelques secondes les yeux, mais la voix de mon partenaire m'empêche de tâter correctement le terrain. Je serre les dents me retenant de m'énerver de nouveau, comprenant quelque part l'angoisse du jeune homme. Je sens bien qu'il est inquiet pour cet homme au sol et que je risque de le tourmenter encore plus en m'énervant ou en lui faisant comprendre que cet homme risque de mourir si je n'agis pas rapidement. Je doute qu'il soit capable de surmonter encore la mort, tout comme les personnes autour, mais encore plus lui qui a tenté de m'aider, de le secourir d'une certaine manière. Ma main se pose alors sur les mains du jeune homme, mon regard s'ancrant dans le sien, juste quelques secondes. Je me calme alors et esquisse même un léger sourire, discret, mais qui se veut rassurant. « Il va s'en sortir, ne t'en fais pas. J'ai l'habitude de voir ce type de scène, et j'en ai soigné bien plus qu'on ne le pense. J'ai vu bien pire, alors oui, il va s'en sortir. Parce que je suis là pour l'aider à surmonter cette épreuve ». Je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps à essayer de calmer ses inquiètes alors que ce n'est pas de mon ressort. Mon cœur rate quelques battements réalisant la position dans laquelle je suis, ma main sur les siennes, mon regard dans le sien. Je m'éclaircis soudainement la voix et éloigne ma main des siennes, perturbé par ce soudain rapprochement. « Enfin si tu fais bien ce que je te demande il ne devrait pas y avoir de problèmes » dis-je d'un ton beaucoup plus froid. Je me concentre de nouveau sur ma tâche, observant le corps perdant de plus en plus de corps, « je ne vous laisserai pas mourir » murmurais-je alors. Je regarde de nouveau son cou, passe mes doigts, essaie de repérer chaque partie, chaque détail pouvant m'apporter une réponse et sans même réfléchir plus, j'enlève avec mes dents le bouchon qui retient la seringue et pique brusquement dans son cou. J'extirpe l'air qui s'est engouffré à l'intérieur. Je me tourne ensuite vers Hansol, hésitant. « Est-ce que . . . tu te sens prêt à appuyer sur sa plaie pour retenir quelques secondes le sang ? J'ai besoin que tu le fasses pensant que je prépare les compresses ». Ce qui signifie qu'il va avoir du sang plein les mains et sûrement plein le corps.





❝I have walked a stair of swords, I have worn a coat of scars. I have vowed with hollow words, I have lied my way to the stars❞
 

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9731-byun-hansol-a-dozen-photographs http://www.shaketheworld.net/t9696-byun-hansol-the-many-ways-of- http://www.shaketheworld.net/t9730-byun-han-sol


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Jeu 27 Oct - 22:39


wherever I go you're there
Feat HaJun - HaHan ♥

Etonnant comme un contact peut déclencher un nombre de sensations terrible, une simple main, glissée sur les siennes, encore tremblantes et indécises à cause de la situation. Un torrent d'émotions venait de s'écraser contre son crâne, emportant avec lui tout autre soucis concernant le pauvre homme au sol, un frisson d'excitation et de surprise remontant sa colonne vertébrale en courant, raidissant un peu plus le moindre de ses muscles. Il ne sait plus si le nœud qui étreint sa gorge est dû à l'inconfort de se trouver face à une victime d'agression ou si c'est la chaleur de cette main qui l'intimide soudain plus que de raison. Son cœur rate un battement, un second avant de s'agiter si fort qu'il a l'impression de faire une attaque cardiaque, il panique intérieurement tandis que son visage reste figé dans cette expression de surprise, pourquoi réagit-il si violemment, qu'est-ce que cette sensation si chaude au bout de ses doigts, et mon dieu pourquoi rougissait-il comme une collégienne ?! Il n'avait plus quinze ans et il était hors de question qu'il donne une occasion au médecin de le tenir otage d'une quelconque forme de chantage alors, lorsque ce-dernier rompt le contact, il manque complètement de voir que le trouble est partagé, trop concentré sur son propre ouragan émotionnel. Il refusait complètement de ressentir ce genre de chose pour un homme, un homme n'était pas fait pour lui, il n'avait pas la douceur d'une femme, pas ses jolies formes gracieuses, et si ses lèvres pulpeuses qu'il fixait soudain semblaient appeler les baisers, il ne l'aurait bien entendu jamais avoué. Un sursaut l'agite et il secoue la tête, le ton de l'interne avait retrouvé sa froideur, sonnant comme un réveil lors d'un agréable matin d'été, le sortant de ce flot ininterrompu d'incertitudes dérangeantes. Son regard revient sur le pauvre homme au sol et il déglutit.
« Je fais de mon mieux. » Malheureusement, c'était vrai, éloignant autant qu'il le pouvait sa légendaire maladresse et son malaise, il essayait vraiment de donner tout ce qu'il pouvait pour aider au mieux. Il blanchit cependant en entendant sa requête. Il ne pouvait pas le faire, il ne pouvait simplement, parfaitement et définitivement pas le faire, il allait tomber dans les pommes à coup sûr. Mais lorsqu'il croise le regard dur et ferme du médecin, il déglutit et acquiesce, terriblement mal à l'aise. Se penchant vers l'homme un instant, il attend le top avant de plonger les deux mains sur la blessure, sentant le sang chaud éclabousser ses poignets, ses paumes, ses doigts et quelques gouttes s'envolent même jusqu'à sa joue. Il se redresse d'un mouvement brusque en sentant les perles de liquide vital rouler sur sa peau, maintenant pourtant la pression sur la plaie afin de contenir un maximum de sang. Il ferme les yeux, essayant de se dire qu'il contribue à sauver une vie et sans même qu'il s'en rende compte, ses lèvres s'entrouvrent pour se répéter ce manthra. « J'aide à sauver quelqu'un. J'aide à sauver quelqu'un... Je... J'aide... A sauver quelqu'un. » Mais rien n'y fait, il respire de moins en moins bien et lorsque, enfin, HaJun lui dit que c'est bon, il lâche l'homme et s'écarte pour respirer, à bout de souffle, ne voulant pas regarder vers ses mains, essayant de s'essuyer la joue avec son avant bras qui, lui aussi est recouvert de la substance, un haut le cœur le prend alors et il se tourne en soufflant. « Ca va. Ca va ! Lui d'abord. » Il ne peut pas former de phrase, sa vision se trouble et il tente de se calmer car il sait qu'il n'a pas le droit de faiblir alors que l'étudiant avait déjà fort à faire avec l'autre homme.







We can be heroes
He's so much pain and so much love. He's a clash of emotions, a hurricane of pain and pleasure. A terrible warmth both burning and soothing, he's hurting and healing, but he is what I need to feel alive.

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9858-seo-ha-jun-i-cant-choose-how-i-was-born#376477 http://www.shaketheworld.net/t9824-seo-ha-jun-two-rules-to-win-y http://www.shaketheworld.net/t9892-seo-ha-jun


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Ven 4 Nov - 17:11


wherever I go you're there
Feat Hansol - HaHan ♥

Je ne sais pas si auprès d'un autre être, d'un autre individu, j'aurai eu ce contact si doux, se voulant presque protecteur.  Je ne sais même pas la raison de ce geste si soudain, si peu commun à ma personnalité. Je l'ai juste fait, sans même réfléchir, ressentant le besoin de le rassurer, de l'encourager. Je sais à quel point cela peut être difficile de voir pour la première fois un corps ensanglanté, un corps inerte, sur le sol froid, de craindre pour la vie de cette personne parce que l'on se retrouve quand même témoin de l'action, témoin de la scène. Pour ma part, je l'ai connu trop tôt, bien trop tôt. Je n'étais qu'un enfant, encore innocent, qui n'avait aucune autre préoccupation que le jeu et l'argent, parce que ma famille n'était pas riche, pas assez en tout cas pour s'acheter souvent une glace. Mais le drame est arrivé, et je l'ai vu, ce corps au sol. Celui de ma sœur. Je pense que c'est pour cette raison que j'ai eu le désir de devenir médecin, pour venir en aide à ces êtres en souffrance, à ces personnes qui ont une chance, peut-être, de survivre. Je comprends donc la situation, délicate, dans laquelle il est car je suis passé par là. Je reprends toutefois, rapidement, mon ton froid et glacial, mais esquisse discrètement un sourire lorsqu'il me rassure, en me disant qu'il va faire de son mieux. Ce que je lui demande, par la suite, est délicat, je le sais, mais je n'ai pas d'autres choix. S'il ne veut pas le faire alors ce n'est pas grave, je vais faire sans son aide. Je peux faire sans son aide, mais autant l'utiliser, tant qu'il est encore là. Je m'attends à ce qu'il refuse, catégoriquement, de faire un tel acte, dépassant le possible, l'imaginable, surtout pour un être comme lui. Il n'a sûrement jamais touché de sang, pas comme ça. Mais il accepte quand même, me surprenant par son courage. Je le trouve admirable. Lui qui ne sait rien faire, lui qui est dans la gloire, sous les projecteurs, il accepte quand même ma requête, difficile soit-elle. Je lui trouve alors un charme encore méconnu, envoûtant. Je perds quelques secondes à l'observer alors qu'il essaie de maintenir la plaie, le sang coulant sur ses mains. J'ai une brusque pulsion que je chasse rapidement, me concentrant de nouveau sur ma tâche. Ce n'est pas le moment de perdre du temps, surtout qu'à tout moment il risque de tourner de l’œil et qu'il ne va sûrement pas tenir ainsi bien longtemps. En quelques secondes à peine, c'est prêt, « écarte toi » dis-je en le poussant un peu. C'est fini, il peut s'écarter du corps. Je vois à son visage qu'il n'est pas bien et j'espère qu'il va tenir encore un peu, juste encore un peu, le temps que je finisse mon travail, après, s'il le souhaite, je m'occuperai de lui. Professionnellement parlant. Je lui jette au visage quelques serviettes désinfectantes ressentant son malaise et m'occupe de la personne, appliquant soigneusement les compresses. Je retire les quelques débris qui parsèment son corps. Il perd de plus en plus de sang et à part retenir sa plaie, je n'ai pas les moyens de le soigner totalement. L'angoisse me prend soudainement, craignant de le perdre. « Passe moi vite le rouleau de pansement dans le sac . . . dépêche-toi ! ». Je ne dois pas le perdre, je ne peux pas le perdre. J'enroule rapidement la plaie dans le rouleau, maintenant la plaie avec ma paume. Je regarde autour de moi, « vous avez appelé l'ambulance ? . . . Vous êtes sûrs ? . . . Bordel, merde ! Qu'est-ce qu'ils foutent ?! ». Je tourne mon visage vers Han Sol qui m'a l'air de plus en plus angoissé. Tout autant que moi. Normalement, avec ce que je lui ai administré et avec ce que j'ai fait, il devrait tenir quelques minutes, tout au plus, mais les secours ne doivent pas tarder. Sinon . . . Je m'essuie le visage, le stress commençant à prendre possession de moi, réellement. L'homme s'arrête alors de respirer, je vérifie son pouls, immédiatement après, et constate avec horreur que tout baisse. Je vais devoir faire un massage cardiaque. « Pousse-toi » criais-je presque à Hansol, « j'ai besoin d'espace ». Je me mets au-dessus du corps et place mes mains au niveau de sa poitrine et commence alors à appuyer contre sa poitrine, comptant les secondes, puis souffle de l'air dans la bouche de la personne, lui donnant de quoi respirer. Je le fais sur plusieurs secondes, mon corps suant devant tant d'effort. « Ne mourrez pas ! Ne mourrez pas ! Restez avec moi ! Restez avec moi ». Je suis fatigué, épuisé, mais à force d'acharnement, l'individu resurgit de sa léthargie, pouvant enfin m'écarter, le corps crispé. Je suis à bout de souffle, espérant voir les secours rapidement.





❝I have walked a stair of swords, I have worn a coat of scars. I have vowed with hollow words, I have lied my way to the stars❞
 

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9731-byun-hansol-a-dozen-photographs http://www.shaketheworld.net/t9696-byun-hansol-the-many-ways-of- http://www.shaketheworld.net/t9730-byun-han-sol


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Dim 6 Nov - 23:08


wherever I go you're there
Feat HaJun - HaHan ♥

Pour Hansol, la suite des événements est une sorte de brouillard assez épais et étrangement remuant, son cœur se soulevant à quelques reprises, tant et si bien qu'il se pense un instant sur un bateau, étranger à la suite des soins apportés au pauvre homme blessé. Il ressent à peine le contact du corps de HaJun contre le sien, celui-ci le forçant à s'écarter, sûrement un geste de bienveillance, peut être même d'affection, à côté duquel il passe complètement, comme un idiot, la tête nageant encore dans les images de sang. Le calme revient dans son esprit et il se rend soudain compte du chaos qui a pris place autour de lui. La foule s'est faite plus mince suite à l'épisode sanglant et certains semblent assez anxieux, d'autres pleurent même et il entend l'ordre aboyé par le médecin, se retournant vers le sac dans un mouvement assez flou, plongeant les mains à l'intérieur avant de retourner ce-dernier, prenant ledit rouleau pour le donner vite fait au brun, se focalisant sur ses traits concentrés et son joli visage afin de ne pas avoir à baisser les yeux sur le pauvre homme qui semblait avoir perdu toute combativité. Hansol n'avait jamais été attiré par les médecins, il n'avait pas le syndrome de la blouse blanche et clairement, même si le fait qu'il sauve des vies était tout à fait louable, le sportif n'avait pas le moindre fantasme en l'imaginant scalpel à la main, mais, pris dans le feu de l'action, son esprit tout entier focalisé sur sa tâche, il lui semblait soudain irrésistible. Une fois encore, son cœur rate plusieurs battements, le forçant à rougir en se rendant compte que plus que beau, il le trouve attirant, irrésistible, et c'est aussi libérateur que ça n'est effrayant pour le jeune étudiant en journalisme.
Cependant, lorsqu'il surprend son vis-à-vis à faire du bouche à bouche à l'inconnu, il sursaute, extirpé brutalement de sa torpeur. « Oh merde ! » Il cherche fébrilement son téléphone, se rendant compte que l'homme est en passe d'y rester, voulant rappeler les urgences afin de presser un peu les choses, sachant que chaque seconde importait à partir de là. Mais ses mains tremblent et il n'arrive pas même à ouvrir sa poche que déjà le jeune interne s'est redressé, le blessé respirant désormais par à-coups et enfin, la sirène de l'ambulance retentit, comme un gong, rendant Hansol encore plus fébrile, étrangement. Il se pousse pour que le brancard puisse passer et que les ambulanciers puissent facilement emporter l'homme souffrant. Le sportif sent un souffle fébrile lui échapper, sa tension s'échappant d'un coup et il vacille un instant, s'appuyant ensuite sur ses coudes, en avant, la tête rentrées dans les épaules afin de bloquer un peu de lumière de de bruit autour de lui, son corps relâchant la tension accumulée pendant l'intervention. Il laisse HaJun expliquer rapidement ses constatations aux ambulanciers, ne relevant la tête que pour lui lancer un regard implorant, à son insu. Il n'a aucune envie d'être abandonné là alors qu'il se sent à peine prêt à se relever. Il attend que la discussion s'achève pour souffler un « s'il te plait. » à mi-voix, espérant attirer l'attention du beau brun et peut être une once de sympathie. Après tout, il s'est sali les mains pour l'aider, sans doute plus pour que l'homme arrête de le prendre pour un idiot incapable de penser à autre chose qu'à lui, peut être un peu pour l'impressionner et clairement pour rester un peu avec lui. Si la première et la dernière option sont de franches réussites, on ne peut pas dire qu'il en aille autant de la seconde, il est prostré là, les mains couvertes de sang, aussi faible qu'un gamin, à le supplier du regard. « Tu peux... M'accompagner aux toilettes ? » Il ne demandait presque rien, quelques minutes en plus, peut être un ou deux mots gentils qui lui confirmeraient qu'il n'avait pas fait que se ridiculiser en face du médecin aux mains expertes. Il fronce alors les sourcils en réalisant qu'en effet, HaJun avait semblé plutôt habitué à devoir agir dans l'urgence. Pourtant, l'étudiant n'était sûrement pas mis tous les jours devant des situations aussi intense que celle là, ou tout du moins pas à l'hôpital, ou bien les études de médecines étaient à des lieues de ce qu'il aurait pu imaginer dans ses rêves les plus fous. Son regard glisse dans celui du brun et il espère peut être y lire la détresse qu'il ressent lui-même, mais à part se perdre dans les iris sombres, il ne parvient pas à déceler grand chose de l'intensité de ses propres maux. « Juste pour me rincer, je vais m'évanouir si je dois le faire seul. »








We can be heroes
He's so much pain and so much love. He's a clash of emotions, a hurricane of pain and pleasure. A terrible warmth both burning and soothing, he's hurting and healing, but he is what I need to feel alive.

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9858-seo-ha-jun-i-cant-choose-how-i-was-born#376477 http://www.shaketheworld.net/t9824-seo-ha-jun-two-rules-to-win-y http://www.shaketheworld.net/t9892-seo-ha-jun


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Lun 7 Nov - 11:54


wherever I go you're there
Feat Hansol - HaHan ♥

Je suis tâché de sang, la vie d'un homme entre mes mains. Je ne peux expliquer la sensation que je ressens actuellement, celle qui me monte jusqu'à la gorge et qui me la noue, celle qui me crispe le corps, me faisant perdre le contrôle de mes propres gestes. Tout va tellement vite, que je me sens perdu, dans ce brouillard imperceptible. J'ai peur. Pour une fois. Je ne veux pas voir cet être mourir devant mes yeux, prendre la vie d'un inconnu. Je ne veux pas voir la mort, pas encore. Je sais que je ne suis encore qu'un internet et que voir des personnes mourir fait partie du quotidien, mais je ne peux pas le supporter. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Je ne veux pas. Je refuse. Je sais malheureusement que ce n'est pas à moi de décider, que je ne peux pas choisir pour l'autre. Je ne peux pas décider de prendre ou non la vie d'un individu, je ne peux pas décider de sauver cette personne. Chacun a son heure, et c'est peut être son heure. Néanmoins, malgré mon pessimiste grandissant vis à vis de l'état de la personne, les secours arrivent, de justesse, prenant enfin la relève, me soulageant de ce poids immense, me sentant déjà plus soulagé. C'est triste de dire ça mais désormais, s'il meurt, ça ne sera pas entre mes mains, mais dans les mains d'autrui. Je m'essuie calmement les mains, sans même faire, immédiatement, attention à mon partenaire, jusqu'à ce que je l'entends et le remarque, son visage livide, semblant perdre peu à peu connaissance. J'écarquille les yeux et m'approche de lui, doucement, essayant de l'aider à se relever. Je sais que je devrai en finir, ranger ma trousse et partir, comme si de rien n'était, mais, en même temps, je ne peux pas le laisser ainsi, mourant presque d'inquiétude, d'angoisse, peu habitué à ce type d'interventions. Il devient alors une sorte de patient et je me dois donc de m'en occuper. S'il est dans cet état c'est principalement de ma faute, je lui ai mis trop de pression, je lui ai demandé des actes ben difficiles à accomplir, alors, forcément, je me sens responsable de son mal-être actuel. « Bien sûr que je vais t'aider, je pense que je te dois bien ça, au moins pour cette fois-ci », je devrai fuir, je le sais, je le sens, mais, je n'y arrive pas. Je ne peux pas le laisser ainsi, réellement pas. Je tends alors ma main vers lui, le prenant par l'épaule et l'amène jusqu'au restaurant en face, demandant à avoir accès aux toilettes. Ayant vu la scène, les responsables du restaurant acceptent, me montrant la direction de celles-ci. Tenant toujours fermement le jeune homme contre moi, le tenant par la taille, le collant ainsi à moi, je le lâche assez rapidement lorsque nous arrivons près des toilettes, pour arrêter toute proximité inhabituelle. « Voilà je t'ai accompagné, maintenant, débrouille toi ». Je m'apprête à tourner les talons, mais . . . quelque chose me retient. Encore une fois. Je me mords nerveusement la lèvre inférieure, pousse un long soupir de désespoir et retourne vers mon partenaire, m'agenouillant à ses côtés, tapotant doucement contre son dos pour qu'il puisse vomir si besoin. « Vas-y, ça va te faire du bien et puis . . . », j'hésite quelques secondes avant de prononcer ces mots qui me brûlent les lèvres, « tu as fait du bon boulot ». Je caresse encore quelques secondes son dos, pour le rassurer, mais aussi pour qu'il puisse se sentir soulager après avoir subi tout ça. Ce n'est pas facile d'être face à tout ça, et pourtant, il a réussi à le surmonter, malgré quelques difficultés. « Rentre chez toi maintenant et oublie tout ça » dis-je doucement mais avec un ton sec, comme si c'était un ordre.





❝I have walked a stair of swords, I have worn a coat of scars. I have vowed with hollow words, I have lied my way to the stars❞
 

Revenir en haut Aller en bas

SANGO • i run the world
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t9731-byun-hansol-a-dozen-photographs http://www.shaketheworld.net/t9696-byun-hansol-the-many-ways-of- http://www.shaketheworld.net/t9730-byun-han-sol


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Lun 7 Nov - 14:21


wherever I go you're there
Feat HaJun - HaHan ♥

Il est peu habitué à sa douceur, à sa compréhension, à son empathie, et ses mains sur lui, l'aidant à se relever, le soutenant, font frémir son corps de façon caractéristique. Bien sûr, le sportif se dit que les deux n'ont rien à voir, qu'il est en train de réagir à ce qu'il vient de vivre et à la perspective d'enfin pouvoir s'en éloigner. Il tente de ne pas regarder sa propre main, couverte de sang, agrippée à celle de l'interne plus pour l'empêcher de fuir que pour réellement prendre un appui, le seul véritable appui dont il avait besoin en ce moment était bien plus psychologique que physique, son corps vacillant avant de trouver refuge contre le flan du médecin. Ils n'ont jamais été si proches, il est rarement aussi proche de quelqu'un, son corps se détend étrangement alors qu'il se réfugie dans cette douce chaleur rassurante qu'était le contact humain, presque au point de glisser son nez dans les mèches d'ébènes des cheveux de HaJun. Ses pas se synchronisent sur ceux du brun, suivant ses directives sans même faire attention qu'ils viennent d'entrer dans un restaurant et ça n'est qu'une fois arrivé aux toilettes, une fois que la douce tiédeur du contact de son vis-à-vis le quitte brusquement, qu'il redescend sur terre, tressaillant pour se retrouver prostré devant un bol de porcelaine, un haut le corps agitant son buste tandis que son estomac ne parvenait pas à évacuer quoi que ce soit. Hansol se félicitait soudain de n'avoir presque rien avalé ce matin là pour honorer son régime, une main ensanglantée crispée sur le porte papier, son souffle saccadé et son cœur retourné. Il sent finalement la main compatissante de HaJun contre son dos, traçant des formes abstraites contre lui pour l'aider à évacuer son stress, pour le rassurer, il se sent soudain plus léger, plus fort et plus que tout, il se sent utile.
Lorsqu'il se relève cependant, c'est un ton moins approbateur qui l'accueille, tranchant et froid, qui claque comme un ordre dans le calme de la salle d'eau. Il souffle discrètement, s'il avait eu un doute quand à savoir s'il avait bien le même homme que la dernière fois en face de lui, il était rassuré quant à ce fait : HaJun n'avait pas changé et gardait envers lui une certaine appréhension hostile, comme s'il était encore l'ennemi. « Hh... Merci d'avoir pris soin de moi. » Il passe ses mains tremblantes sous l'eau tiède, sans regarder le liquide rouge se diluer, frottant sa peau avec force afin d'être certain qu'il ne devrait plus affronter la terrible réalité de ce qui venait de se passer. « Tu as sans doute l'habitude de te retrouver avec du sang plein les mains, mais je ne suis pas dans ce cas alors je risque d'en faire des cauchemars encore quelques temps, tu m'excuseras. » Il souffle un peu, s'éclaboussant le visage avec un peu d'eau avant de repousser ses cheveux hors de son visage, ses mains tremblant encore légèrement tandis qu'il les essuies, visiblement pensif. « Mais... Là bas tu... Tu étais vraiment cool. Bon salut. » Parce que complimenter un mec était vraiment quelque chose de ardu et de terriblement gênant, il ne fallut pas plus qu'une paire de secondes à HanSol pour sortir du restaurant en courant presque vers le confort de sa voiture garée pas si loin de là, la démarche encore mal assurée mais le plaisir de se dire qu'il avait peut être gagné des points cette fois.








We can be heroes
He's so much pain and so much love. He's a clash of emotions, a hurricane of pain and pleasure. A terrible warmth both burning and soothing, he's hurting and healing, but he is what I need to feel alive.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé ❞

PLUS D'INFORMATIONS


Re: Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥] ☆  Aujourd'hui à 6:47


Revenir en haut Aller en bas

Wherever I go you're there [Feat. Hansol ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» | Aipom | La joie réside dans le bonheur de vivre | Feat Kristen Bell | Finished =)
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHAKE THE WORLD  :: Défouloir :: Boîte à souvenirs :: Rp clos ou abandonnés-