Revenir en haut Aller en bas

TROUBLE MAKER HAS SOME NEW FOR YOU




 

sweet love ft. ilnambb♡

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Bang S. Lyn
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 7 Jan - 2:17

sweet love
Haru & Il Nam

« Pas d’entrainement aujourd’hui, j’espère que tu n’es pas sur la route. Bisous. » Un soupire d’agacement franchit les lèvres de la jeune femme qui voyait au loin le bâtiment de la YG se dessiner. Une après-midi de gâchée, des cours ratés pour rien et des frissons provoqués par la froid extérieur et son foutu chauffage qui ne fonctionne pas malgré son manteau qui couvre sa tenue légère (histoire d’être à l’aise durant l’entrainement) totalement gratuit. Putain, que va-t-elle faire maintenant ? Appeler une amie au cas où elle serait disponible pour une cession shopping? S’y rendre quand même pour s’entrainer toute seule ? Essayer d’aller en cours malgré son retard plus qu’engagé ? Rentrer au dortoir ? Etudier le dossier de son père pour essayer de trouver une solution ? Haru roule dans les rues de Séoul mais elle ne sait absolument pas où elle va.

Quelques minutes plus tard, spontanément, sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte, elle gare sa voiture bleue électrique face au bâtiment où réside son petit ami. Elle se surprit elle-même de se retrouver ici, n’ayant nullement prémédité sa venue en ces lieux et jurant pourtant avoir passé tout le temps de sa conduite à chercher comment occuper son après-midi. Pourtant, elle récupère ses affaires et descends de la voiture. Ce n’est pas une mauvaise idée de lui faire une petite visite surprise comme ça. Au pire s’il n’est pas là, elle l’attendrait en petite tenue dans son lit. Automatiquement, un sourire s’étirait doucement sur ses lèvres. Elle était certaine que cela ne le dérangerai pas d’arriver comme ça chez lui à l’improviste et encore moins qu’elle l’y attende (encore moins en petite tenue) sinon il ne lui aurait pas donné ses clés.

Au fur et à mesure qu’elle grimpe les escaliers son cœur s’emballe. Elle se demande mille et une fois si elle était bien coiffée, bien maquillée, si elle allait la trouver jolie aujourd’hui, si il avait pensé à elle, s’il serait content de la voir … Même si ils ne sont pas ensemble depuis bien longtemps, Il Nam a le don de lui provoquer un milliard de papillons dans le ventre dès que leurs regards se croisent, lui déclenche le désir quasi-constant d’être collée à lui à le câliner, à l’embrasser par sa simple présence et la fait chavirer à chaque mots. Il serait mentir de dire qu’elle n’est pas complètement amoureuse de lui. Il faudrait être totalement aveugle pour ne pas le voir : son sourire, ses yeux papillonnants et toutes ces attentions particulières la trahissent chaque secondes passées avec lui.

Face à la porte, elle l’ouvre doucement. Par chance, cette dernière est ouverte ce qui annonce qu’il est à son appartement. Eh bien, son plan de l’attendre en petite tenue dans son lit est reportée à plus tard. Pourtant en entrant, elle n’entend pas un bruit. Un peu surprise, elle s’avance sans le moindre bruit dans le salon. Elle regarde un peu partout autour d’elle quelques secondes avant de finalement voir son petit ami assoupi sur le canapé entouré de tous ses croquis. Un sourire vient s’installer sur ses lèvres maquillées alors qu’elle s’approche de lui après avoir déposé ses affaires. A pas de loups, elle ramasse les dessins tombés pour ne pas les abimer et se met à genoux face à lui. Sans perdre un instant son rictus gravé, elle passe une main douce dans ses cheveux et vient déposer un tendre baiser sur ses lèvres. N’est-ce pas à ce moment là que la belle au bois dormant devrait se réveiller ?





© kerushirei


Follow the sound of the flute, follow this song
It may be a little dangerous but I’m very sweet
I’m here to save you, I’m here to ruin you



avatar
Leone A. Matteo
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 17 Jan - 11:42

sweet love
Haru & Il Nam

La veille avait été rude. Le restaurant avait fait carton plein, aucun moment de répis sur la soirée. Je n’avais pas arrêté de faire des allers-retours entre les mises en place des assiettes, les montages des accompagnements et les pâtisseries. Bien entendu, je me devais de donner un coup de main au début de soirée et tant donné que mon poste rentre en action que bien plus tard, vers la fin de chaque repas, mais encaissé les deux en plus des études et de mes entrainements de baseball pouvait parfois devenir lourd. J’avais beau répété mainte et mainte fois à mon père d’engager quelqu’un pour nous aider en cuisine, il ne veut rien entendre. Il ne voulait pas payer quelqu’un à ne rien faire alors qu’on arrivait à faire ce boulot à deux. Il n’avait pas l’air de bien comprendre l’impact de tout cela sur ma vie. Ils tuaient leur enfant à la tâche. Je pouvais endosser autant de boulot, j’étais robuste, mais je ne comprenais pas cette obsession de faire travailler Manah, surtout suite à son coma. Alors que Chaenah pouvait se permettre de ne rien foutre. Notre père lui laissait tout passer comme si elle était devenue une déesse qu’on devait honorer. Souvent, elle me disait que je ne lui avais pas pardonné ses erreurs, que je lui faisais payer chaque jour. Mais était-ce vraiment moi qui ne la traitais plus comme avant ? Quand je voyais notre père qui lui laissait tout passé, je me disais que c’était lui qui avait changé vis-à-vis d’elle alors que j’étais toujours aussi exigeant qu’auparavant, bien que je lui en voulais peut être encore un peu d’être partie, d’avoir grandie trop vite, et de ne plus voir besoin de son grand-frère.

Quand le service avait pris fin tard dans la nuit, j’avais renvoyé tout le monde se reposer, faisant la fermeture. J’en avais aussi profité pour tester mes nouvelles créations, me disant que c’était l’occasion ou jamais d’avoir la cuisine rien que pour moi. Sans que je ne voie le temps passer, le soleil se levait déjà. Je me forçais à m’arrêter alors que j’étais bien lancé, mais il fallait bien que je me repose un peu. Une nouvelle journée commençait, et elle ne s’annonçait pas particulièrement de tout repos. Je rangeais rapidement la cuisine derrière moi, entreposant mes œuvres d’art dans la chambre froide, avant de tous éteindre et me rendre à mon appartement. Quand j’ouvris la porte, un bref instant je me mis à penser que Haru m’attendait peut être à l’intérieur et qu’elle se serait endormie. Cette simple pensée m’arrachait un sourire, et soudainement impatient, j’ouvris la porte à la volée, à la rechercher de ma petite amie. Sans succès. Ce lieu restait désespérément vide. Parfois, je me demandais si je ne lui demanderais pas de venir habiter avec moi juste pour ne plus ressentir cette solitude qui m’envahissait quand je rentrais. Quand je résidais encore à la maison familiale, il y avait toujours quelqu’un mais ici … je l’avais choisi. Parce que je ne pouvais plus rester là-bas. J’avais mes raisons, mais j’avais du mal à m’habituer.

Je ne saurais dire combien de temps s’était écoulé entre le temps où j’étais sorti de la douche et où je m’étais assis dans le canapé quelques secondes pour regarder une dernière fois mes croquis et mon réveil. C’était comme si les ténèbres avaient envahis mon esprit pour le noyer dans un sommeil profond. Quelque chose de doux, chaud, et un peu humide mais agréable me tira des limbes. Je m’extirpe doucement de ce brouillard qui m’entoure, ouvrant un œil puis l’autre, battant des cils face à la silhouette familière qui se penchait vers moi. Je passais une main sur mes yeux, alors que l’autre vint se poser sur les reins de ma bien aimée. « Coucou toi. » murmurais-je, la voix encore rauque de fatigue alors qu’un sourire baignait déjà mon visage. Sa seule vue avait ce pouvoir de me rendre le sourire d’un claquement de doigt. Écartant un peu les jambes, je l’attirais délicatement vers moi, l’incitant à se relever pour venir s’assoir sur mes genoux. « Tu es la depuis longtemps. »





© kerushirei
avatar
Bang S. Lyn
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Lun 20 Fév - 14:08

sweet love
Haru & Il Nam

Haru le trouvait beau lorsqu’il dort. Combien de fois avait-elle bien pu le contempler endormi ? Un milliard de fois sûrement et ce, sans jamais s’en lasser. Elle se voyait bien continuer jusqu’à la fin de ses jours, reproduire ce schéma chaque soir jusqu’à son dernier souffle. Car oui, la jeune femme s’imaginait faire toute sa vie avec lui. Qu’est-ce qui l’en empêcherai après tout ? Totalement aveuglée par cet amour, elle n’y voyait aucun obstacle, aucune raison pour que cela ne cesse. Après tout, qu’est ce qui pourrait arriver hein ? Ils s’entendent à merveille, forment une bonne cohésion ensemble et surtout, elle serait prête à tout pour lui. Changer d’université, changer de ville, arrêter les études, se teindre les cheveux, se les couper, perdre vingt kilos. Elle était prête à n’importe quoi, sauf sûrement à renoncer à faire sortir son père mais elle savait qu’il n’oserai lui demander. Rien ne semblait pouvoir les arrêter, pas même le temps, pas même eux, pas même les autres. Le retour brutal de la lumière sera douloureux mais pour l’instant, elle était si loin d’y penser. Pour l’instant elle ne voyait, que lui et lui seul, alors qu’il commence à peine à ouvrir les yeux.

Immédiatement, réflexe de son cœur battant comme un fou face à lui, un nouveau sourire s’installe sur les lèvres de la danseuse. Le contact de sa main chaude sur elle lui arrachait un frisson. Elle attendait alors qu’il s’extirpe un peu plus de son sommeil avant de lui chuchoter d’un air taquin : « Je crois que tu es prêt pour endosser le rôle de la Belle au bois dormant. » Son sourire débordait de ses lèvres bien que ses mots ne soient pas si amusants. Elle est comme ça Haru, il ne lui faut pas grand-chose pour entendre son rire ou pour que ses lèvres se transforment en une banane immense : Un beau paysage, une blague carambar, un chaton … A vrai dire, ce n’est pas qu’il ne lui faut pas grand-chose mais plutôt, qu’elle se contente de peu. Ce n’est pas ainsi, que l’on fait des gens qui semblent être heureux ?

Sentant sa main l’inciter, Haru se redresse. Elle prend tout de même la peine d’ôter les croquis qui semblaient être sa couverture avant de prendre place sur ses genoux. « Non je viens d’arriver. J’étais partie pour aller m’entrainer mais ça a été annulé. Mon inconscient m’a alors menée ici. » Elle hausse les épaules, toujours souriante et passe une main douce dans ses cheveux comme pour l’aider à se réveiller en douceur. « Tu as pris assez de force pour me supporter ? » Un léger rire s’extirpe de ses lèvres avant qu’elle ne demande depuis plus sérieusement. « Tu dors depuis longtemps ? »






© kerushirei


Follow the sound of the flute, follow this song
It may be a little dangerous but I’m very sweet
I’m here to save you, I’m here to ruin you



avatar
Leone A. Matteo
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 6 Jan - 3:36

sweet love
Haru & Il Nam

Ses baisers étaient le meilleur réveil dont je pouvais bénéficier. Sans oublier ce sourire qui éblouissait déjà ma soirée alors que la pièce baignait dans l’obscurité. J’émergeais doucement de l’univers de Morphée, mais avec un accueil pareil, j’avais toujours l’impression de poursuivre un rêve semblant au paradis. Haru était devenu le soleil de ma vie après que j’ai eu le cœur brisé. Elle était celle qui était parvenue à me sortir du cercle vicieux de mon passé, même si celui de ma famille me poursuivait toujours, me poussant à garder certains côtés de ma vie secrète. Jamais elle n’avait rencontré mes parents. Mon père étant décédé quand j’étais jeune, alors que j’évitais de lui présenter ma mère. Avec la gentillesse d’Haru, j’étais certain qu’elle passerait à l’improviste pour lui faire un coucou en parfaite belle-fille. Cependant, la laisser seule avec elle me faisait peur. Son esprit instable la rendait dangereuse autant pour elle que pour autrui. La décision de l’interner aurait dû être prise, mais c’était trop dur. Nous étions d’ailleurs certains que ça ne ferait qu’empirer les choses. Je ne pus m’empêcher de sourire à la remarque de ma belle. « Si tu joues le rôle du prince Charmant, je suis prêt à endosser le rôle de la Belle au Bois Dormant. » répondis-je sur le même ton qu’elle. J’étais fou amoureux comme je ne l’avais plus été depuis longtemps. J’étais prêt à beaucoup de chose pour elle, même à m’habiller en fille pour son simple plaisir de me taquiner. Son rire était une si douce mélodie à mes oreilles. Elle était un vrai rayon de soleil. Elle avait le sourire facile, et je crois que c’était sans doute pour une des raisons pour lesquelles j’étais tombé sous son charme presque instantanément. Je l’attirais vers moi, ce trésor si précieux que j’avais fait mien. J’enlaçais sa taille alors qu’elle se lovait contre mon torse. Sa chaleur si douce et réconfortante m’enveloppant, je me sentais si bien auprès d’elle. « Ton inconscient a bien fait. Tu me manquais justement. J'ai rêvé de toi.» Je déposais un baiser sur son épaule. Je fermais les yeux alors qu’elle passait une main dans mes cheveux. J’aurais ronronné tel un chat si je l’avais pu. « J’ai toujours de l’énergie pour toi, mon ange. » murmurais-je avant de jeter un coup d’œil à l’horloge. « Mmmh je dois avoir dormi une petite heure, je suis pas certain. Avec le boulot, je fatigue vite le soir en ce moment. » Je détaillais la beauté qui se trouvait contre moi, me disant que je devais être l’homme le plus chanceux du monde. « ta journée s'est bien passé ? »


© kerushirei
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?