Revenir en haut Aller en bas



 

No Mercy ▬ WookSeok

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 4 Avr - 18:40

No Mercy
ft. Bang Yeon Seok


Une soirée loin de tout. C’était ce dont j’avais besoin, juste une soirée et l’occasion de renouer avec une solitude qui me semblait bien loin. Réfléchir et faire le point sur une vie décousue, mais aussi un renouveau tellement soudain. Une bande d’amis prêts à faire les quatre cent coups et avec lesquels j’avais passé des vacances à la fois reposantes et exaltante loin du ciel de Corée. Une jolie brune aux lèvres aussi douce que son âme, une canadienne qui faisait de nouveau battre un cœur de pierre meurtri par les années et les déceptions. Je ne comptais plus les minutes ni les heures passées assis à un comptoir qui avait été témoin de plus de réflexion en une fraction de seconde qu’un homme pouvait en supporter dans toute une vie, je me contentais de boire un liquide amer et fort, absent et fatigué. J’étais las de devoir échapper sans arrêt à un homme qui tentait de me réduire au silence. Un géniteur qui refusait obstinément de croire que je n’aspirais à rien d’autre qu’une vie calme. C’était pourtant le cas. J’avais passé un temps fou à essayer de trouver un plan qui tienne suffisamment la route pour lui faire payer l’erreur de mon existence, mais les tentatives se soldaient toutes par un échec. Je sentais poindre un nouvel accès de colère, cette impulsivité que je ne maîtrisais pas encore et qui menaçait d’éclater à chacune de mes sautes d’humeur. J’allais recommander un verre lorsqu’une autre âme perdue vint prendre place à mon côté. Un coréen au regard froid et déterminé, mais qui, dans un demi-sourire, m’offrit de quoi contenter ma soif. « Merci ! » Quelle erreur. Je n’avais jamais été homme à faire confiance aussi facilement, mais les doutes et la colère obstruaient tellement ma conscience que je n’avais pas réfléchi. Et d’une traite, j’avalais le contenu. Après quelques minutes passées à ruminer sur une nouvelle idée qui serait facilement contrée, je décidais qu’il était temps pour moi de rejoindre les bras d’une demoiselle qui ne s’attendrait certainement pas à une visite nocturne. Ma vue se brouillait à mesure que je m’approchais de la sortie, mais je n’y prêtais pas grande attention, c’était le résultat d’une consommation sans doute excessive d’un breuvage bien trop fort. L’air frais ne m’aida cependant pas plus à me ressaisir, et ma tête semblait davantage s’embrumer à mesure que mes pieds m’éloignaient du bar. Les rues étaient quasiment désertes à cette heure avancée de la nuit, et c’était sans doute une bonne chose, les regards outrés ne se poseraient donc pas sur un jeune homme qui avait bu plus que de raison. Et pourtant, il ne me semblait pas avoir abusé. Puis plus rien, le noir complet juste après avoir aperçu les deux perles d’obsidienne du coréen qui m’avait si gentiment offert un remontant.  

Une douleur lancinante à l’arrière du crâne me tira de ma léthargie. J’ouvrais mes yeux avec difficulté sur une pièce vierge de toute décoration, et je relevais la tête difficilement pour découvrir que j’étais assis sur une chaise, pieds et poings liés. Pourquoi ? Que faisais-je ligoté comme un vulgaire criminel ? Et surtout, qui avais-je énervé au point de me retrouver dans une telle situation ? Mais rapidement, un mouvement attira mon attention, un coréen que j’avais déjà aperçu plus tôt. Je me giflais intérieurement de ne pas l’avoir reconnu. Cet étudiant que je croisais pourtant sur le campus et qui me gratifiais d’un regard froid et assassin que je lui rendais bien. Une rage bouillonnante se distillait dans mes veines, si bien qu’elle me permettait de rester alerte tant bien que mal malgré les effets d’une drogue qu’il avait utilisée sur moi et qui s’estompaient à mesure que les secondes s’égrenaient. Tu ne perds rien pour attendre mon grand, aussitôt libre de mes mouvements je te promets de t’envoyer faire un long somme à l’hôpital. « Tu sais si tu voulais un autographe il fallait juste demander. » lançai-je sur un ton amer et cynique. « Je ne pensais pas qu’il me restait des fans, mais je pense que tu es un peu excessif là, non ? » Je resserrais les poings sur ma prison de fortune, attendant qu’il ne daigne me répondre. Mais s’il pensait soutirer quelque chose de moi, il se trompait lourdement.



#kerushirei
avatar
Bang Yeon Seok
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 1 Oct - 12:04

No Mercy
ft. Bang Yeon Seok

Cela fait dix sept ans... Dix sept ans que je vis avec l'espoir de pouvoir venger mes parents un jour. Dix sept ans que j'espère pouvoir faire tomber les connards qui les ont abattu, sous mes yeux. Et dix sept ans que je rassemble n'importe quel indice, n'importe quel témoignage, le plus insignifiant soit-il, susceptible de pouvoir m'aider dans cette entreprise. Alors quand, assis au comptoir de ce bar, j'ai vu ce mec passer la porte et s'installer quelques mètres plus loin, il ne m'a pas fallu longtemps pour y voir là l'opportunité de pouvoir avancer dans mon enquête. Le mec en question ? Ji Sung Wook, la progéniture de Ji Moon Shik, l'un des hommes les plus influants et fortunés de Corée du Sud. Mais également l'un de ceux qui (malheureusement pour lui) a su piquer au vif ma curiosité. Et pour cause... Loin de m'intéresser aux quelques magouilles que cet homme a pu mettre en place pour en arriver là où il en est aujourd'hui (car croire que son ascension ne serait que le fruit d'un dur et honnête labeur serait le summum de la naïveté), ce sont ses relations légèrement douteuses qui ont fini par attirer mon attention. En même temps, lorsque vous engagez pour chiens de garde des hommes au passif quelque peu louche, qu'un tatouage de gang mal dissimulé a rapidement eu fait de trahir, forcément, ça suscite de l'intérêt. Ou tout du moins, mon intérêt... Alors, quel rapport avec Ji Sung Wook, me diriez-vous ? Et bien, pour être honnête, à part le fait qu'il soit le fils de cet homme, je n'en ai pour l'instant trouvé aucun. Mais faut bien commencer quelque part et me pencher sur le cas "Ji junior" m'a semblé être le meilleur moyen (en tout cas dans l'immédiat) de remonter jusqu'à papa Ji plus tard. Car oui, cela fait quelques jours déjà que je l'ai dans mon colimateur et que je tente d'obtenir des infos les concernant, lui et son père. Toutefois, je ne m'attendais vraiment pas à tomber sur lui dans ce bar. Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses et tout vient à point à qui sait attendre. C'est d'ailleurs d'un peu de patience dont j'ai dû m'armer, dans un premier temps, avant de tenter une quelconque approche auprès du jeune homme. Et, ensuite, tout s'est plutôt rapidement enchaîné... Un verre d'alcool contenant un peu de somnifères, un petit coup asséné au bon endroit et, une heure après, le voilà ligoté sur une chaise en plein milieu d'une pièce que j'ai, en quelques sorte, établie comme "repère secret". Appuyé contre le mur de la pièce, je le regarde d'ailleurs se réveiller lentement et laisse échapper, quelque peu moqueur : « Et bien... Il semblerait que la belle aux bois dormant ait enfin fini de roupiller... » Il a du mal à émerger (ça se comprend, en même temps, le combo "alcool + somnifères" pouvant faire quelques petits ravages) mais il finit toutefois par remarquer ma présence au bout de plusieurs longues minutes. Un sourire quelque peu mauvais étire alors mes lèvres, tandis que je l'écoute déblatérer des conneries pour tenter de garder la face. « C'est ça... Joue au petit malin... » Mais rira bien qui rira le dernier, comme on dit... C'est toujours comme ça que ça se passe, après tout. Ça joue au con, ça fait le dur que rien n'atteint mais ensuite ça va pleurer dans les bras de sa maman. Alors, certes, dans le cas de Sung Wook, ça risque d'être difficile puisque d'après les quelques infos que j'ai réussi à recueillir sur lui jusqu'à maintenant, sa mère s'est lâchement tirée de la maison quand il était gamin. Mais il y a toujours papa, non ?  Le fameux papa... « Tu n'as même pas une petite idée du pourquoi de ta présence ici ? » Me décollant légèrement du mur, je laisse échapper un soupir, déjà lassé à l'idée d'avoir à tout lui expliquer. « C'est regrettable... Moi qui pensais que tu serais plus futé que les autres... » Comprenez par là, les personnes à qui j'ai dû soutirer des informations avant lui. « On va faire simple... Je vais te poser quelques questions et, toi, tu vas gentiment y répondre, ok ? » Bien évidemment, je sais très bien que ce ne sera pas aussi facile. Au contraire. Mon petit doigt me dit même que ce gamin va me donner un peu de fil à retordre. Mais tant mieux. J'en attends pas moins de lui...


One Million Bullets
all light is lost in the darkness, wake me up
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 10 Déc - 17:54

No Mercy
ft. Bang Yeon Seok


Je ne comprenais pas. Comment m’étais-je retrouvé dans cette situation absurde ? Presque digne d’un mauvais film d’action alors que je sentais la corde mordre ma chair et anéantir toute tentative d’échapper à un étudiant qui se prenait pour un bourreau. « J’ai bien dormi oui, j’ai bien envie de te remercier de ta sollicitude vois-tu. Ce serait sympa de me détacher maintenant, histoire qu’on fasse connaissance. » J’ignorais ce qu’il voulait, et je m’en fichais pas mal. Seule l’envie folle de lui mettre mon poing dans sa mâchoire irradiait mes muscles. Ou était-ce encore les effets de la drogue qui comprimaient mes membres ? Mon jugement était, certes altéré par cet enfoiré, mais l’instinct de survie et surtout, la colère me donnait la force suffisante pour lutter contre la fatigue. Il me balançait ses remarques acerbes et empoisonnées, fanfaronnant comme le maitre des lieux, mais n’avait-il pas appris à se méfier ? Savait-il seulement que l’homme qu’il venait d’enlever était un expert dans le combat de rue ? J’avais bien compris, depuis longtemps, que personne ne se porterait volontaire pour me prêter main forte, forgeant ainsi cette carapace et ce mental d’acier qui me permettait de me moquer du malheur des autres pour ne me soucier que de ma propre survie. « Je devrais le savoir ? » pouffais-je. « Gentiment ? Je pense que tu as eu de mauvaises informations. Je ne répond pas gentiment aux questions que l’on me pose. Et encore moins lorsque je suis ligoté comme un bout de viande. » Je mettais dans mon regard toute la haine que je ressentais pour lui. J’avais beau le croiser sur le campus, nous ne nous étions jamais adressé la parole, et jamais je n’avais eu l’envie de m’intéresser à cet énergumène qui semblait regarder avec méfiance ceux qui oseraient ne serait-ce que lui dire bonjour. Il était sauvage, sans doute autant que je l’étais, mais son histoire ne m’intéressait pas. « Je te conseille de me détacher et ce rapidement. » La colère me faisait perdre patience, me donnant l’impression que la corde se resserrait à chacune de mes piques alors que mon vis à vis restait impassible. Tu feras moins le malin quand je me serais libéré. Sans même lui accorder une quelconque importance, je tentais de défaire mes liens, tirant sur mes bras et mes jambes pour me rendre compte que je m’épuisais. Une lutte perdue d’avance et qui me rendait fou. « Tu as suivi un entrainement militaire pour faire des nœuds aussi serrés ? » Je coulais un regard sur cette pièce vide aux murs décrépis, cherchant vainement de quoi m’aider à m’échapper, mais je me fatiguais. Aucune de mes tentatives ne semblaient fonctionner, si bien que je décidais de me calmer, de faire ce que je ne savais pourtant pas faire d’ordinaire : analyser la situation. J’étais de ceux prêt à se jeter dans la gueule du loup, agir pour ensuite réfléchir. Mais je devais me rendre à l’évidence : j’étais pris au piège. « Tu veux te prouver quoi en m’attachant ainsi ? Tu as un complexe à surmonter ? Oh… ne me dis pas que… j’aurais couché avec ta fiancée sans le faire exprès ? » Malgré les doigts crispés sur le bois, je rejetais mon dos contre le dossier de la chaise, faisant mine d’être plus détendu que je ne l’étais en réalité. « Désolé mec, si c’est le cas, tu devrais sans doute t’en prendre à toi, si tu n’as pas su la combler… » Perdais-je du temps en calomniant ainsi ? Ou en gagnais-je suffisamment pour sauver ma vie ? Je l’ignorais, mais si j’avais voulu plusieurs fois disparaître sans laisser de traces, je savais que je ne désirais plus cette fin solitaire.



#kerushirei
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?

Lumière sur...
Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux en prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !
Le bal de Noël
Décembre rime avec fin d'année et fêtes de fin d'année. Pour l'occasion, tous les habitants de Séoul et de la Digital City sont invités à venir au bal organisé par la Yonsei. Tout le monde est le bienvenu que vous soyez seul ou accompagné. Il y a aura toujours quelqu'un pour vous tenir compagnie.

Pour en savoir plus, clique ici !