Revenir en haut Aller en bas



 

Until you come back... ▬ ft. Samy

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 30 Aoû - 20:55

Until you come back...
ft. Samy


J'arpentais les couloirs avec toujours cette boule au ventre, et si je n'avais pas su lui donner une signification, je savais qu'avec son retour, elle disparaîtrait. C'était étonnant, cette amitié dans laquelle je me donnais sans concessions. Il était une partie de moi, et c'était d'autant plus étrange que nous n'avions rien en commun. Il était calme et protecteur quand je fulminais et me servais de mes poings. Il restait en retrait quand je mettais les deux pieds dans le plat. Il était cette présence qui me donnait presque l'impression d'être une fille normale. Peut-être était-ce parce qu'il avait eu à quitter son pays natal lui aussi ? Mais j'avais beau chercher les raisons qui me poussaient à protéger un lycéen d'un an et vingt centimètres de plus, je restais inquiète. À l'instar de Jun Ha, il avait réussi à prendre une place dans mon cœur bien plus importante que ce que j'accordais d'ordinaire. Et c'est donc adossée au mur, mes yeux restaient figés sur cette porte que j'attendais qu'il passe, que j'attendais de voir sa silhouette élancée franchir l'entrée d'un lycée qui me semblait bien trop vide depuis son hospitalisation. Samy... dépêches toi ! Les regards se perdaient sur moi, cette gamine trop nerveuse aux vêtements amples et masculins, mais si j’y étais habituée, à cet instant ils m’étouffaient. J’avais la sensation que le temps s’étirait pour s’arrêter dans sa course folle, m’oubliant sur le côté, consciente de ce néant qui affaiblissait un muscle battant trop vite. L’agitation dans les couloirs s’intensifiait à mesure que l’horloge tournait, me narguant de ses aiguilles qui avançaient malgré tout. Je ne pus rester plus longtemps m’offrir à la vue de ces curieux qui fabulaient déjà sur la raison de ma nervosité. Je quittais ce mur qui m’avait soutenue l’espace de quelques minutes pour retrouver l’extérieur et la brise qui caressa mon visage sans pour autant balayer cette culpabilité qui m’étreignait. Chaque pas m’affligeait, me rappelant que j’aurais dû voir, que j’aurais dû comprendre bien avant que ses paupières ne se ferment de douleur. Et mes visites à l’hôpital ne parvenaient pas à me rassurer. J’avais eu l’habitude de ne m’occuper que de moi, de ne prêter attention à rien d’autre qu’à mes combats et pour quoi ? Le soupire m’échappa, brûlant et asséchant ma gorge avant de finalement relever les yeux pour croiser le regard de celui que j’attendais. « Samy ! » Son nom effleura mes lèvres en un souffle à peine audible, d’une voix qui me faisait défaut alors que j’aurais voulu lui crier ma joie de le voir enfin ailleurs que sur un lit dans une chambre à l’odeur aseptisée. Malgré tous les scénarios, malgré mon envie de le prendre dans mes bras, je restais figée. Incapable de faire fonctionner correctement mes muscles engourdis par la surprise.
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Jeu 31 Aoû - 9:06

Until you come back


ft. Hwang Bao Hai



4 septembre 2010 -

3 mois.
3 mois avaient passé depuis l’incident.
Les choses s’étaient déroulés depuis dans la précipitation : il y avait eu son hospitalisation, les questions des policiers qui avaient clos la tête en estimant que 5 voyous morts dans l’explosion était suffisant. Ses parents étaient venus, sa mère le veillant pendant des jours entiers, comme si il allait finir par mourir lui aussi.
Peut être que c’était ce qui allait arriver. Les médecins appelaient ca le syndrome du coeur brisé : en apparence, le jeune homme n’avait subi que des contusions mineures et s’était cassé plusieurs os dans sa chute du premier étage de l’entrepot. Rien qui, sur le principe, ne l’empêche de continuer sa vie comme il l’entendait.

Sur le principe seulement.
Samran avait refusé de s’alimenter, si bien que sa grand mère lui avait fait poser de force une sonde. Il ne parlait pas, ne réagissait pas, et dormait pratiquement 18h par jour, ce qui inquiétait énormément les médecins.
Ils avaient fini par le transférer en psychiatrie, ou ils l’avaient gavé de médicaments jusqu’à ce qu’ils déclarent qu’ils ne pouvaient pas faire grand chose de plus pour quelqu’un qui ne voulait pas vivre.

Le deuxième mois, les choses s’étaient arrangées. Samran parlait encore très peu, mais acceptait de s’alimenter pour voir sa mère sourire à nouveau. Au bout d’un moment, il fut autorisé à recevoir de la visite de ses amis, et ce fut à partir de ce moment que Samy se rendit compte qu’il n’était pas seul. Et qu’il se devait de se battre, au moins pour ses parents et les personnes qui comptaient sur lui.

Au bout de 70 jours d’hospitalisation, il fut autorisé à rentrer chez lui, sous la surveillance de sa grand mère et d’une psychiatre. Ses parents, inquiet, tentèrent de le ramener en Thailande avec eux, mais Samran refusa. La Corée restait sa maison, tragédie ou non.
Le jeune homme n’avait honnêtement pas réfléchi au fait de reprendre les cours, mais quand sa grand mère le leva en ce 4 septembre, il n’eut pas d’autre choix que d’accepter d’y retourner : on ne contrarie pas Mama Kim.
Le regard des gens, quand il pénétra dans l’enceinte de l’école, était si pénétrant que le jeune homme manqua de faire directement demi-tour. Mais quelque chose, comme une main invisible, semblait l’entrainer en avant, vers son ancien casier. De loin, il cru voir des gerdes de fleurs posées sur ceux qui l’entouraient.

Une horrible boule se forma dans sa gorge, quand une voix le sortit de sa contemplation
« Samy ! »
Le jeune homme croisa le regard de Wang Bao Hai. Il sourit immédiatement, timide mais sincère, heureux à l’idée de trouver enfin un visage familier.
“ Hey, Bao Bei… “
Il se redressa, entendant derrière lui des personnes murmurer son nom, et se rendit compte que pratiquement tout le monde, dans le couloir, le regardait.
Il entendit le nom de Yoonjoon prononcé plusieurs fois et flancha, palissant soudainement. “Ca te dit qu’on aille...Plus loin ? Je suis pas très à l’aise ici…”
Il fallait qu’il passe à son casier...mais se sentait t’il la force d’aller chercher ses livres sous les yeux des autres élèves, occupés à le détailler en se demandant comment il avait pu être le seul survivant de cet incident, et comment il avait put être réintégrer dans l’établissement.


Code by Joy
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 1 Sep - 11:35

Until you come back to me
ft. Samy


Il se tenait aussi droit qu’il le pouvait, mais je pouvais sentir ce poids qui appuyait sur ses épaules, cette force invisible qui resterait une torture, un supplice à braver chaque jour. Son nom passa la barrière de mes lèvres dans un soupire, et son regard croisa le mien pour s’y planter. Les regards qui s’attardaient sur lui étaient déplacés, et la curiosité un fardeau qu’il n’aurait jamais dû porter. Mais ainsi était fait le monde non ? De ceux intéressés par une vie trépidante et qui se complaisaient pourtant d’une une léthargie, un quotidien qui se répétait inlassablement quand d’autre souffraient d’un accident qu’ils auraient voulu fuir. « Ignores-les ! » J’avais conscience qu’il endurait bien plus que ces regards inquisiteurs, et je le suivi volontiers lorsqu’il tenta de s’y dérober. « Plus loin ? D’accord ! » D’un geste, je lui attrapais le bras, d’une prise sans force je l’entraînais vers le gymnase dont le bâtiment se dessinait à l’autre bout de l’enceinte du lycée. Rien ne me semblait plus apaisant que cet édifice aux allures de hangars abritant des équipements capables d'apporter la paix, même au coeur le plus torturé. « Je ne pensais pas que tu reprendrais si vite les cours... » Les mots m'avaient échappés, formulés sur un ton neutre, ce n'était ni un reproche, ni une preuve d'enthousiasme. Juste une simple constatation après des mois qui avaient semblé pénibles. Je ne pouvais qu'imaginer la douleur, qu'elle soit physique ou non, d'un accident aussi brutal, et je n'étais sans doute pas la mieux placée pour lui apporter le soutien dont il avait besoin. Je poussais le battant non verrouillé du complexe sportif, et le silence succéda au claquement de la lourde porte. Je n'avais aucune idée de comment aborder le sujet, alors j'optais pour une entrée en matière qui me ressemblait. « Puisqu'on est ici, est-ce que ça te dit de faire un peu de sport ? » Sans attendre, je me dirigeais vers les sacs de frappe qui pendaient mollement au bout de leurs chaînes. « Je peux t'apprendre la boxe si tu veux ! » C'était sans doute la seule chose que je pouvais faire pour lui, le seul domaine que je maîtrisais un tant soi peu, mais en voyant son regard perdu dans le vide et qui revivait certainement ce moment. Je doutais que quelques poings échangés avec un opposant en cuir ne lui soit d'une aide quelconque. « Est-ce que.... tu veux en parler ? »
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 20 Sep - 19:57

Until you come back


ft. Hwang Bao Hai



Finalement, Samran se demanda si il avait bien fait de revenir. Au moins, chez lui, on ne le regardait pas. Il n’était pas soumis à l’hypocrisie et à la fausse inquiétude des gens, qui finalement ne voulaient qu’avoir sa version de l’histoire pour alimenter les bruits de couloir. Mais ce n’est pas de Samran qu’ils obtiendraient quoi que ce soit. Il s’était bien fatigué à crier pour que ses paroles soient à nouveau prises et manipulaient pour coller au fantasme des gens. Personne n’avait été vraiment proche de Yoonjoon et des autres ici. Il n’y avait que lui. Et bien sur Bao Hai.
Elle était toujours là. Il ne savait pas par quel miracle elle l’avait supporté pendant ces trois longs mois, mais il en était heureux. « Ignores-les ! » Les ignorer était comme essayer de ne plus entendre le brouhaha d’une cascade. Le moindre chuchotement venait aggresser ses nerfs à vif. Il ne pouvait pas faire face, pas encore. « Plus loin ? D’accord ! » Elle le prit par le bras, et le garçon se laissa entrainer sans grande conviction. Il reconnut cependant l’endroit vers lequel il marchait, et ce qu’il lui restait de coeur se brisa en se rappelant des moments insouciants qu’il avait passé ici, à refaire le monde.

« Je ne pensais pas que tu reprendrais si vite les cours... » Le jeune homme redressa la tête. A vrai dire, lui non plus. Il ne supportait pas d’être confrontés à des choses lui rappelant ses amis, et l’endroit était pourtant chargé de souvenirs puissants. Il ne se sentait pas près, et pourtant il savait qu’il n’y avait qu’en revenant ici qu’il pourrait aller mieux. Le gymnase était désert, et c’était déjà une bonne chose. Pas de personnes pour l’observer. « Puisqu'on est ici, est-ce que ça te dit de faire un peu de sport ? » Le jeune homme observa Bao Hai, surpris. Elle savait pourtant qu’il n’était pas doué en sport. L’archerie étant la seule discipline qui lui plaisait. Mais il se rendit alors soudainement compte qu’elle tentait de lui changer les idées, et il sourit.
“Du sport…?”
« Je peux t'apprendre la boxe si tu veux ! » Yoonjoon aimait la boxe. Il lui avait proposé plus d’une fois de lui apprendre, mais Sam avait toujours refusé, car il n’aimait pas la violence. Il aurait du accepter, maintenant qu’il n’avait plus personne pour le protéger. Il était perdu dans ses pensées, quand la jeune fille reprit la parole. « Est-ce que.... tu veux en parler ? »

La réponse fut immédiate, et sa voix se brisa sur la fin.
“Non. Non… pas maintenant.” La psychologue lui avait posé la même question mais les mots étaient bloqués dans sa gorge, et son cerveau ne semblait pas être physiquement capable de le pousser à parler de l’incident.
“Apprends moi la boxe.” Il prit l’un des gants posés sur la table, et les enfila. “J’ai besoin de me défouler.”
Son bras ne commençait qu’à se consolider. Il savait qu’il ne devrait pas, et pourtant il ne pouvait s’en empêcher, se faire du mal était devenu la seule façon de s’apaiser, ces temps ci.



Code by Joy
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?

Lumière sur...
Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux en prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !
Le bal de Noël
Décembre rime avec fin d'année et fêtes de fin d'année. Pour l'occasion, tous les habitants de Séoul et de la Digital City sont invités à venir au bal organisé par la Yonsei. Tout le monde est le bienvenu que vous soyez seul ou accompagné. Il y a aura toujours quelqu'un pour vous tenir compagnie.

Pour en savoir plus, clique ici !