132 685 points ♛
18 membres
50 306 points
15 membres
104 827 points
20 membres
42 383 points
13 membres

TROUBLE MAKER HAS SOME NEW FOR YOU




 

Page 1 sur 1

avatar

CITIZENS • life is unfair
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t14276-danley-edwens-take-it-off http://www.shaketheworld.net/t14239-danley-edwens-the-best-is-ye http://www.shaketheworld.net/t14279-danley-edwens http://www.shaketheworld.net/t14280-danley-edwens
Spellbound ▬ Edweisha ♥ ☆  Mar 19 Sep - 15:16


Spellbound
Edweisha ♥


La pochette sous le bras, j'arpentais les rues de Séoul à la recherche... à la recherche de quoi ? De l'inspiration qui m'avait fui lâchement depuis quelques jours ? D'une scène qui saurait me captiver pour que je la couche sur le papier dont la pâleur m'exaspérait. Je bravais la foule qui pressait le pas et dont les esprits étaient tournés vers le travail ou un moment agréable en compagnie de proches. J’entrevoyais leurs pensées à la simple lueur qui éclairait leurs regards et à la façon qu’ils avaient de se déplacer. Si les mouvements hétéroclite d’une foule en mouvement était devenu invisible, presque naturel, j’y remarquais néanmoins chaque geste, chaque aura qui se mêlait à la multitude de couleur pourtant insaisissable. Mais rien n’y faisait. La concentration me faisait défaut, et elle était un frein et un poids qui étouffait l’artiste. La flamme de l’inspiration qui brillait d’ordinaire paresseusement se mourrait et je n’arrivais pas à l’en empêcher. Je rageais contre les modèles, contre le monde et surtout contre moi-même d’avoir perdu depuis quelques jours la raison qui me poussait à faire couler la peinture sur une toile vierge. Si j’étais incapable de peindre… pouvais-je toujours me considérer comme un peintre ? Et pourtant. Ils étaient familiers ces moments où cette force invisible qui guidait mes mains m'abandonnait, j'étais d'ailleurs loin d'être le seul artiste frappé d'un mutisme passager, celui qui me donnait l'impression d'avoir les mains liées. Jamais ils ne duraient, il me suffisait généralement de prendre mon mal en patience jusqu'à ce nouvel éclat qui nimberait mes pensées pour qu'à nouveau la couleur envahisse les tableaux. Étrangement, ce fut un bâtiment qui attira mon attention. Il se dessinait fièrement à l'horizon, surplombant de peu le reste des immeubles qui l'entourait. Je n'y avais jamais prêté attention jusque maintenant, mais il s'imposait désormais à moi comme une évidence, et je décidais de suivre mon instinct en m'y rendant. Je ne cherchais pas à savoir si l'entrée était ouverte aux visiteurs, porté par une curiosité bien plus envoutante que la raison. Je n’avais jamais eu aucun mal à oublier les raisonnements logiques et à briser quelques règles si cela me permettait de contenter ma soif artistique. Le plus discrètement du monde je poussais le lourd battant avant de m’engouffrer dans un lieu baigné d’une musique douce. Elle emplissait la salle résonnant contre les murs et le plafond noyés d’une obscurité tranchée par de longs rubans de tissus immaculés. Je ne la vis pas tout de suite, la voltigeuse qui dansait tout près des étoiles, mais dès lors que j’eus posé mon regard sur elle, la réalité prit un autre sens. Ces jambes fuselées qui s’étiraient avec grâce, ces bras fins qui enlaçaient le tissu et ces longues mèches saphir qui formaient un halo autour d’un visage que je ne pouvais pas encore voir. Elle semblait voler dans un monde à des années lumières de l’endroit d’où je l’observais. Mais je fus tiré de ma contemplation par d’autres artistes qui passèrent près de moi, m’obligeant à me réfugier à l’abri des regards. Quelques instants seulement avant d’être à nouveau appelé par cette nymphe qui dominait les airs. Et par automatisme, je sortais quelques feuilles et un fusain pour y reproduire cette vision presque féérique qui gorgeait mes iris. Le temps s’était arrêté à l’ instant où la première ligne fut tracée, et je laissais mes doigts courir sur le papier, oubliant même de relever les yeux, m’appuyant sur un sentiment plutôt qu’une image, perdu dans une réalité qui n’était pas la mienne, je n’avais pas remarqué que je n’étais plus seul. Je n’accordais pas plus d’intérêt à mon visiteur, me contentant de terminer une esquisse à laquelle je comptais bien apporter des couleurs. « Je sais que je ne devrais pas être là, je termine juste mon croquis et je m’en vais ! » marmonnai-je. J’espérais qu’il me laisse quelques instants avant de ne voir débarquer quelques agents de sécurité pour m’escorter.



Your body, my brushes, our rules
« Sometimes the heart sees what is invisible to the eye. »



Revenir en haut Aller en bas
avatar

EQUIPE D'ANIMATION • have fun
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/ http://www.shaketheworld.net/t14388-diaz-l-aleisha
Re: Spellbound ▬ Edweisha ♥ ☆  Dim 24 Sep - 23:17


Spellbound
Edweisha ♥️

Qui n’avait jamais rêvé de toucher les étoiles ? Je me souvenais quand je n’étais encore qu’une enfant, les rares fois où je pouvais apercevoir les étoiles brillées dans le ciel noir étaient quand je me rendais chez ma tante en périphérie de Sydney. A cet endroit, les effets des lumières artificielles de la grande ville étaient fortement affaiblis, nous laissant profiter d’une beauté naturelle. Les yeux rivés sur le firmament, la main levée vers ces choses brillantes qui ressemblaient à d’étranges lucioles, je me surprenais à rêver de les frôler du bout des doigts. Je pensais qu’elle avait de la chance de se trouver si haut, et de pouvoir nos observer de toute leur splendeur, alors que nous étions condamné, nous, pauvres mortels, à raser le sol sur lequel nous étions né. Cependant, après un parcours difficile parsemé d’embuches, je parvins tant bien que mal à les atteindre. Ces chaines que ma mère s’était tenue à ficeler pour me maintenir au sol comme on couperait les ailes d’un oiseau, j’avais réussi à les brisé. Mon envol quelque peu chaotique, les plumes de ma volonté, plus fortes que tout avaient survécu malgré la violence à laquelle elles avaient fait face. Aujourd’hui, je me dressais fièrement dans le ciel, virevoltant parmi ces étoiles qui m’avaient longtemps narguée de leur beauté inaccessible. Je pouvais maintenant affirmer que j’étais l’une d’elle, les caressant, non plus du bout des doigts mais de la paume entière. Et si l’envie de les embrasser me prenait, rien ne me l’interdisait plus. A cet instant, je touchais encore ma terre mère des pieds. Levant les yeux vers ces longs bouts de tissus d’une blancheur immaculée se balançant doucement dans le vide au rythme de la mélodie douce qui débutait, marquant le commençant de mon heure d’entrainement. La magie allait bientôt opéré. Prenant une grande respiration qui s’apparentait plus à un souffle de soulagement plutôt qu’une évacuation de stress, je m’apprêtais à rejoindre ce monde que j’avais fait mien. Je m’élançais quand les premières notes retentirent, m’accrochant à ses rubans qui étaient devenu comme un prolongement de mon corps que je maniais avec aisance. Dans une continuité d’acrobaties, je grimpais avec prestance avec cette sensation de voler tel un papillon déployant ses ailes colorées. Chacun de mes membres se sentaient enfin libre de chaque mouvement dont ils faisaient preuve avec grâce et légèreté. Parfois, je me laissais tomber vers le sol, les bras étendus avant que mes jambes n’embrassent le tissu, ralentissant ma course folle vers ce point de départ qui me rappelait toujours à lui par la gravité. D’autres fois, je m’envolais à nouveau toujours plus haut. Ma danse vertigineuse en impressionnait toujours plus d’un. J’aimais voir ce sourire de bonheur, et ce regard émerveillé que je produisais aux plus jeunes qui savaient encore découvrir les merveilles que ce monde pouvait nous offrir. J’aimais les observer du haut de mon perchoir lors des représentations. Néanmoins, alors qu’il s’agissait d’un entrainement, j’aperçus quelqu’un qui me détaillait lors d’une pirouette la tête en bas. Je continuais de lui jetais un coup d’œil à chaque fois que je changeais de position. J’étais attiré par ses doigts qui avaient l’air de danser sur le papier qu’il tenait contre lui, marquant celui-ci de leur inspiration insolite que je ne pouvais voir à cette distance. Il disparut un instant de mon champ de vision avant de réapparaitre. Et à partir de cet instant, il ne posait plus les yeux sur moi. Même quand la musique était terminé, marquant le temps de laisser ma place sur la piste à un autre artiste. Ma curiosité piquée au vif, je m’avançais vers cet étrange visiteur dont je ne connaissais pas le visage. Il avait bel et bien conscience de ma présence, mais n’y prêtait aucune attention. Je me glissais dans son dos pour regarder ce qui le passionnait tant. Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant la silhouette qu’il avait dessinée. « Est-ce moi que vous avez représenté de la sorte ? » questionnais-je, mon visage à la hauteur de son épaule, alors que j’étais baissé vers lui, mes cheveux argent bleuté tombait de chaque côté de mes traits fins.


Revenir en haut Aller en bas

Spellbound ▬ Edweisha ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHAKE THE WORLD  :: Le reste du monde :: Séoul-