Revenir en haut Aller en bas

TROUBLE MAKER HAS SOME NEW FOR YOU




 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Son Bo Na
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 21 Oct - 19:59
playing with fire
malia & bo na

tenue ✻✻✻ ton regard que tu ne poses nul part, en fait tu essayais justement de ne pas t'arrêter sur quoi que ce soit. tu aurais dû t'y attendre, vu le client que tu devais aller voir, qu'il aimait ce genre d'ambiance. tout autour de toi, il y avait des bars, des clubs, tu penses même avoir repéré un club de striptease pas très loin. tu lèves les yeux au ciel, remettant en place une mèche de cheveux derrière ton oreille. tu étais bien loin des quartiers dorés que tu avais l'habitude de fréquenter, mais en même temps c'était dans ce genre d'atmosphère que tu bossais, ici c'était loin d'être beau. non tu entrais dans la partie sombre de la ville, où les personnes qui fréquentaient les lieux avaient souvent un ou deux squelettes dans les placards, fermés solidement à clés. tu tournes au coin d'une rue, t'arrêtant net quand tu vois les deux hommes un peu plus loin, les visages cachés de la lumière des réverbères, comme s'ils ne souhaitaient pas qu'on puisse les identifier. tu plisses les yeux, sentant ta curiosité se battre avec ta méfiance. l'un des hommes tourne finalement la tête vers toi, et tu aperçois enfin son visage. vous vous dévisagez un moment, le doute l'emportant finalement sur tout le reste, tu fais quelques pas en arrière avant de tourner les talons et courir. tu l'avais reconnu, pour avoir vu son visage dans les dossier de la police, un soir alors que tu traînais sur les réseaux sombres du net. ce n'était pas lui ton client ce soir, mais tu ne t'attendais pas à tomber sur lui. il était dangereux, dans le genre, il était capable de faire disparaître quelqu'un de la surface de la terre et personne ne pourra jamais retrouver son corps. tu avais beau aimé flirter avec le danger, celui-ci était peu trop gros à ton goût ce soir. tu ne t'arrêtes pas, alors que ces mecs ont commencé à te suivre à leur tour ? pensaient-il que tu tenais quelque chose sur eux ? peut-être, si ton client était l'autre type qui l'accompagnait, alors oui, tu avais de quoi faire tomber des têtes. et de toute façon même s'ils venaient à mettre la main dessus, tu avais des copies chez toi, dans des ordinateurs. alors que tu tournes dans une nouvelle rue, tu vois au loin un bâtiment, les lumières illuminant les alentours, tu lâches un soupir alors que tu te jettes contre la première porte que tu vois, tournant la poignée avant de t'engouffrer à l'intérieur. il faut que tu réagisses vite, tu ouvres une nouvelle porte, tombant nez à nez avec une jeune femme. tu retiens de justesse un cri de stupeur, la percutant de plein fouet, ton élan bien trop important pour que tu puisses t'arrêter. alors que vous tombiez telles de poupées de chiffons par terre, tu entends des coups données contre la porte. la peur qui monte d'un cran, tu t'accroches à l'inconnue, remarquant tout juste la tenue qu'elle portait. tu aurais dû rougir, tu le fais certainement mais à ce moment précis, tu t'en fichais, tu n'avais que ta survie en temps. « aide moi ! » tu murmures, ton regard allant sur la porte derrière vous. et finalement, le bruit sourd d'une porte ouverte de force, tu te jettes en avant, la laissant derrière toi. tu entres dans ce qui semble être un cabine d'essayage, fermant les rideaux. elle n'a toujours rien dit, mais dans tes mouvements de panique, tu ne pensais même pas à ce qu'elle pouvait ressentir face cette situation pour le moins inattendue. « je t'en supplie... » tu lâches dans un souffle, suffisamment fort pour qu'elle t'entende. tu laisses un léger espace pour voir ce qu'il se passait. elle n'avait toujours pas bougé, son regard accroché au tien. mais quand les deux brutes rentrent dans la pièce, tu te recroquevilles, la laissant régler les problèmes. tu t'en voulais, de lui imposer ça, il fallait que tu penses à quelque chose. tes yeux qui se posent sur la tenue qui se trouvait là, tu restes un instant interdite avant de l'attraper en mains. tu devais faire vite, une idée germant dans ton esprit.
© LOYALS.




big mini world
i wanna find myself again. i don’t wanna live in a mini mini world, i want to know a world i haven’t known. a world I’ve never seen before. a newly coming world ☾
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 28 Oct - 19:23
playing with fire
malia & bo na

peut-on réellement dire que tu passes une difficile soirée? non, même pas. tu as fini par t'y faire, à ce travail. as-tu vraiment le choix de toute façon? c'était soit ça, soit tu continuais à vivre dans la rue, alors non, tu n'avais vraiment pas le choix. heureusement que tu n'as jamais été pudique mais soyons honnête, tu as du mal à accepter d'être tombé si bas. tu te rassures en te disant que ça ne durera qu'un temps, le temps pour toi de retomber sur tes pattes et de construire ta nouvelle vie, car oui, ces dernières années, tu as tout perdu. alors finalement, ce soir, c'est une soirée banale pour toi. vêtue de ta tenue de strip-teaseuse, supporter les regards lourds de certains hommes, tu te diriges vers le bar afin d'attraper un service. tu as donné tes shows privés de la soirée, autrement dit, tu termines bientôt ton service. en attendant, tu dois encore jouer les strip-teaseuses pendant une longue heure, quand tu enfiles ces vêtements, tu enfiles également ton masque de femme sûre d'elle, prête à dévorer tous les hommes sur son passage. tu n'as pas de problème de confiance en toi, non, mais ce rôle ne te colle pas à la peau. heureusement pour toi que tu as toujours su jouer la comédie. enfin bref, tu te saisie d'un plateau, te dirigeant à une table afin de servir des clients qui n'hésitent pas à admirer ton corps, à te dévorer comme si tu étais un bout de viande sur pattes, t'y es habitué maintenant. une fois chose faite, tu te diriges vivement vers le bar pour y ranger le plateau, offrant une vue parfaite sur tes fesses aux clients se trouvant derrière toi, mais tu ne remarques même plus, maintenant. mais alors que tu te diriges vers les vestiaires, une femme entre en trombe dans la pièce, tu as juste le temps de grossir les yeux comme deux boules de billard, de surprise. mais tu n'as même pas le temps d'ouvrir la bouche qu'elle te rentre dedans, vous vous retrouvez donc toutes les deux au sol, tu ne peux t'empêcher de pousser un cri de surprise mais aussi, quelques râles car soyons honnête : tes fesses n'étaient pas préparées à vivre un tel choc. tu fronces les sourcils, toujours sans comprendre ce qu'il se passe, mais à peine reposes-tu ton regard sur la jeune femme qu'elle te demande de l'aider. elle a l'air totalement paniquée mais toi, tu ne comprends rien. l'aider pour quoi ? de quoi ? qu'est-ce qu'il se passe ? elle s'accroche à toi et toi, t'es totalement perdue même si tu n'es pas totalement idiote, pas assez pour ne pas comprendre qu'il y a des personnes à ses trousses mais tu as bien du mal à assimiler toutes ces informations mais encore une fois, tu n'as pas le temps, que le bruit d'une porte forcée se fait entendre. tu relèves le regard, retenant un léger sursaut, tu te demandes bien ce qu'il se passe mais ce n'est pas comme si tu avais le temps d'obtenir des explications, alors tu te lèves, brusquement, tandis que la jeune femme se jette en avant dans une salle non loin. elle ferme le rideau et tu l'entends te supplier, le ton qu'elle emploie te déchire le cœur. alors non, c'est vrai, tu ne sais pas ce qu'il se passe mais il est hors de question que tu la laisses dans un tel merdier, peu importe ce qu'il se passe. le regard que vous vous échangez ne te rassure en rien, tu te contentes simplement d'hocher la tête, tu ne sais pas dans quoi tu t'embarques mais par contre, tu sais que tu ne vas pas laisser ces personnes faire. d'ailleurs, en parlant du loup, deux mecs entrent en trombe eux aussi, certainement les deux concernés, tu fais mine de te rhabiller comme si tu sortais d'un show, prenant un air surpris et outré. « hey ! » t'exclames-tu, tu les regardes tour à tour, les sourcils froncés. « vous êtes qui ? vous n'avez rien à faire ici ! » rien de rien ! enfin... si, mais tu mens. « c'est réservé au personnel ! » ils pensent quoi? que tu vas avoir peur d'eux ? et bien non, et puis même si tu lances un énorme mensonge, ils n'ont pas à foutre un tel carnage. l'un d'entre eux se dirige vers la cabine où se trouve la jeune femme, ni une ni deux, tu t'imposes devant lui, lui bloquant le passage. tu ne ressens aucune peur particulière, il faut le dire: tu n'as jamais eu froid aux yeux, s'il faut que tu leur pètes la gueule, et bien tu le feras. mais ce n'est pas ce que tu as en tête là tout de suite. « dégage de là, ce n'est pas toi qu'on veut mais la gamine. » la jeune femme donc, tu hausses les sourcils. « la gamine ? » tu les regardes à nouveau chacun leur tour, les questionnant faussement du regard. « la gamine, comme vous dites, bosse ici. vous, vous n'avez rien à foutre ici ! j'le répéterai pas, alors maintenant dégagez ou j'appelle la sécurité. » il y a au moins un avantage à jouer les strip... il y a une bonne sécurité. m'enfin, il y a quand même plus à craindre que la sécurité, c'est une lili en colère, alors ils ont intérêt de la laisser tranquille, et vite !
© LOYALS.


she remembered who she was
and the game changed
avatar
Son Bo Na
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 18 Nov - 19:07
playing with fire
malia & bo na

tenue ✻✻✻ tu as les mains qui tremblent alors qu'elles se raccrochent au rideau de la cabine, tes yeux écarquillés alors que tu supplies cette inconnue du regard, alors même qu'elle pouvait rejeter l'idée. tu comprendrais si c'était le cas, qui dans un bon état d'esprit, accepterait d'aider une inconnue qui venait de débarquer sur ce qui était son lieu de travail avec deux grosses armoires à glace derrière elle, prêtes à en découdre dès qu'ils te mettraient la main dessus. tu refermes le tissu sur toi, tes pensées tournant à cent à l'heure alors que leurs voix agitées s'élèvent dans la pièce, tu jettes un coup d'oeil autour de toi, finissant par le poser sur les vêtements accrochés à des cintres juste au dessus de ta tête. tu te mords la lèvre, tu hésites quelques secondes même sentant le rouge te monter aux joues, les fringues laissant peu de place à l'imagination. mais alors que tu hésitais, tu entends sa voix, tu sens que l'on bouge devant ta cachette, tu écarquilles les yeux alors qu'elle lâche des mots pour les faire partir. ton coeur qui cogne dans ta poitrine alors que tu n'hésites plus, tu attrapes le tissu pour le détacher, agissant le plus vite possible pour faire l'échange de vêtements alors que la jeune femme continue de les faire reculer, menaçant d'appeler la sécurité s'ils continuaient. tu enlies la robe légère, dévoilant tes formes aux bons endroits, tu retiens une grimace de dégoût à ça, franchement à qui ça pourrait plaire de porter de telles choses ? ça te passait complètement au dessus de la tête, mais après chacun ses goûts. tes parents feraient certainement une attaque s'ils te voyaient dans de telles fringues, ce qui alluma une idée au fond de ton esprit, tient finalement ça pourrait pas être une mauvaise idée de te dégoter des vêtements dans ce style, si tu décidais de faire crier ton père une fois de plus. tu détaches ta queue de cheval pour faire retomber tes cheveux devant ton visage, passant à plusieurs reprises ta main dedans pour donner un air faussement sauvage. tu te sentais presque ridicule dans cet accoutrement mais c'était pas comme si t'avais vraiment le choix, et puis ta sauveuse était toujours avec les deux gorilles, et tu ne pouvais pas laisser son histoire, son mensonge tomber à l'eau. alors tu prends une profonde inspiration, tu te laisses aller, un sourire que tu espérais charmeur sur les lèvres avant d'ouvrir les rideaux telle une diva, avec les grands gestes et tout le tintouin, entrant dans un personnage. « c'est quoi ce boucan ? on peut même plus se préparer en paix ! » tu lâches avec une pointe d'irritation au fond de la voix. tu hausses un sourcil faussement surpris en voyant le trio dans la pièce, avant de venir te placer aux côtés de la jeune fille, ta main se glissant dans la sienne, la serrant doucement pour lui dire merci. « je peux savoir ce que vous faites là, les clients sont interdits dans cette partie du club. » tu souffles froidement cette fois-ci. tu avais été assez éloignée quand tu les avais vu, cachant les traits de ton visage, et avec cette allure, tu n'avais plus rien à voir avec la jeune femme que tu étais en vraie. tu espérais qu'ils tombent dans le panneau. tu vois dans leur regard de l'hésitation, mais ça ne te fais pas peur, pas quand tu avais cette présence à tes côtés, que tu savais qu'elle n'hésiterait pas elle aussi à intervenir. ton coeur se gonflait de tendresse à cette preuve de générosité. « il me semble que ma collègue vous a dit de dégager, si vous ne voulez pas être virés d'ici par la peau du cou par la sécurité, je vous prierais de l'écouter, conseils d'amie. » tu susurres par la suite, un sourire faux sur les lèvres. l'un d'eux de semble pas aimer tes menaces, parce qu'il s'avance d'un coup vers vous, l'air furieux de se faire donner des ordres par des femmes, surtout les petits gabarits que vous étiez toutes les deux, arrivant à peine à leurs épaules, mais son compagnon ne lui laisse pas le temps de faire plus, sa voix s'élevant. « je crois qu'il y a un malentendu, nous avons vu une gamine entrée ici et il se trouve qu'elle possède quelque chose qui nous appartiens. » tu avales ta salive difficilement, jetant un coup d'oeil gêné à la fille à tes côtés, et si finalement elle décidait de te jeter en pâture à eux ?
© LOYALS.




big mini world
i wanna find myself again. i don’t wanna live in a mini mini world, i want to know a world i haven’t known. a world I’ve never seen before. a newly coming world ☾
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 9 Jan - 2:53
playing with fire
malia & bo na

ah non là, tu ne comprends rien à ce qu'il se passe. il faut dire que t'es dans l'incapacité de tout comprendre et puis, tu n'as pas le temps de réagir non plus. le pire? il faut que tu sois crédible. parce que oui, tu choisis d'aider cette jeune inconnue qui vient de se jeter à ton cou, l'inverse ne t'a même pas traversé l'esprit en réalité. alors quand ces deux armoires à glace font leur apparition, tu entres en action, inventant mensonge sur mensonge en espérant qu'ils ne tombent pas sur cette jeune fille. tu ne sais pas ce qu'elle a pu faire pour les mettre dans un tel état, ni même qui elle est où, non tu ne sais rien. c'est sans doute dangereux de faire ça, on ne peut pas dire que t'es insouciante, tu ne l'as jamais été, non là, tu fais juste ce qui te paraît être la meilleure des solutions. elle t'a bien demandé de l'aider non? alors oui, quand un des deux reprends la parole pour te parler d'une manière peu correct, tu hausses le ton. tu peux toujours appeler la sécurité si tu le souhaites, après tout, ils n'ont rien à faire ici et n'ont aucune excuse. peu importe la raison de leur venue ici ! mais alors que tu tentes toujours de te concentrer pour pas t'énerver plus que ça, la jeune femme refait son apparition. tu entends sa voix, tournant vivement le visage dans sa direction, tu tentes de garder une expression neutre face à ce que tu vois bien qu'en réalité, tu sois surprise. elle s'est habillé avec la tenue qu'il y avait à l'intérieur et à la vue de son attitude, tu comprends tout de suite ce qu'elle essaye de faire. c'est encore mieux, ça, c'est même une très bonne idée et initiative de sa part. elle reprend même la parole pour leur demander ce qu'ils fichent ici, montrant bien qu'elle fait bel et bien partie du personnel alors que c'est loin d'être le cas. jusqu'à ce que tu sentes sa main attraper la tienne, une sorte de remerciement sans doute, tu lui réponds par une légère pression. ce n'est pas le moment de vous faire griller en montrant un quelconque signe alors tu lui réponds comme tu le peux. la situation ne te donne pas le temps de te faire la réflexion mais il faut l'avouer, elle joue drôlement bien son rôle. alors quand elle les menace encore une fois, tu hausses tes sourcils, ne les quittant pas du regard une seule seconde. comme si tu maintenais ses propos car oui, t'es toujours prête à appeler la sécurité et d'ailleurs, tu peux le faire maintenant si tu le souhaites. et lorsqu'un des deux s'approchent de vous, le plus mécontent, en soit, tu t'apprêtes à tirer légèrement la jeune femme derrière toi mais à vrai dire, tu n'as pas le temps de faire quoi que ce soit que le deuxième l'arrête en reprenant la parole. « je crois qu'il y a un malentendu, nous avons vu une gamine entrée ici et il se trouve qu'elle possède quelque chose qui nous appartiens. » tu fronces les sourcils, faisans mine de pas comprendre alors que là, tu commences à y voir plus clair. elle leur aurait volé quelque chose ? tu protèges une voleuse ? mais en réalité, ça t'importe peu pour le moment. voleuse ou pas, tu ne te voyais pas la laisser entre leurs mains, il en est hors de question. alors même si tu sens son regard se poser sur toi, toi, tu gardes cette attitude assurée, faussement confuse. « une gamine? » et bien oui, tu joues le jeu jusqu'au bout. tu n'as pas le fin mot de l'histoire mais encore une fois, tu ne te vois pas laisser cette pauvre jeune femme entre les mains de deux brutes dans leur genre... coupable ou non. tu ne sais pas ce qu'ils sont capable de faire après tout. tu secoues vivement la tête, avant de reprendre. « écoutez, il n'y a personne ici et sûrement pas cette gamine que vous recherchez. encore une fois, c'est réservé au personnel. » tu insistes bien, montrant ton désagrément face à cette situation. « pénétrer ici est strictement interdit mais si vous partez maintenant je pourrais fermer les yeux sur ce qu'il vient de se passer, je n'appellerais pas la sécurité. » subtilement, tu inverses les rôles, vous donnant le pouvoir à vous alors que clairement, s'ils savaient ce qu'il se passait réellement, vous seriez totalement fichues. les deux hommes se regardent donc, un peu hésitant alors que toi, tu gardes cette attitude assurée. ces lieux sont vraiment surveillés de très près et ce n'est pas sans raison, la sécurité ne plaisante pas. tu veux simplement qu'ils s'en aillent, être sûre qu'elle soit en sécurité, même si elle a l'air coupable d'un vol ou tu ne sais quoi. elle a l'air si jeune, une si jeune femme face à deux hommes dans leur genre... non, tu préfètes pas. mais ils restent un peu trop longtemps septique à ton goût, c'est pour cette raison que tu tournes le visage vers la jeune inconnue. « bon d'accord. shine, va avertir la sécurité. » tu lui donnes le surnom de ta collègue strip-teaseuse, ne connaissant même pas son identité mais ton coup de pression fonctionne puisqu'il fait réagir ces types. « non non, c'est bon. » ils se regardent, les sourcils froncés, avant de finalement reculer. « on va y aller. » tu acquiesces discrètement d'un mouvement de tête, leur prouvant que tu ne feras rien afin qu'ils puissent partir. et quand ils quittent enfin les lieux, tu les suis jusqu'à la porte, t'assurant qu'ils ne sont plus dans les parages avant de fermer à clé derrière toi, tu te tournes de nouveau vers la jeune femme. vous êtes désormais seules, plus besoin de jouer la comédie. « tu vas bien? » lâches-tu t'approchant d'elle. sait-on jamais, ils auraient pu lui faire du mal... tu veux t'assurer du contraire.
© LOYALS.


she remembered who she was
and the game changed
avatar
Son Bo Na
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 24 Jan - 0:18
playing with fire
malia & bo na

tenue ✻✻✻ c'était la première fois que tu te trouvais dans une telle situation, probablement parce que jusqu'à maintenant tu avais toujours fais très attention au rendez-vous que tu prenais avec tes clients, et sûrement quel type aussi tu avais. se frotter à des grands noms des bas quartiers, ce n'était pas la meilleure des idées il fallait bien l'avouer, et tu t'en voulais de mettre cette pauvre fille dans une telle situation. bien qu'elle semblait s'en sortir à merveilles, tu ne pouvais qu'admirer son calme apparent alors qu'elle tente de virer ces deux énergumènes de la salles, malgré que les deux homme étaient beaucoup plus grands qu'elle, et ressemblaient à deux armoires à glace. ton cerveau qui tourne à cent à l'heure afin de trouver quoi faire, ton regard qui tombe sur la tenue devant toi que tu décides d'enfiler en vitesse afin d'aller porter secours à ta sauveuse à ton tour, au moins si tu pouvais faire quelque chose, c'était la moindre des politesses, surtout quand elle prenait autant de risque pour toi, cette inconnue, celle qu'elle n'était pas obligée d'aider. quand tu ouvres les rideaux, tu entres en scène, te mettant dans le personnage que tu allais jouer, la nervosité te gagnant par la même occasion alors que tu croises les yeux enragés de l'un des deux hommes. tu sers les dents en espérant qu'il ne voit pas cette peur infime qui naît en toi. tu te rapproches de la jeune femme en t'adressant aux deux hommes, essayant du mieux que tu le pouvais de te faire passer pour une fille que tu n'étais pas, une fausse assurance alors que tu attrapes la main de ta supposée collègue, comme pour lui assurer que tu étais là, presque autant pour que sa présence te donne de la force pour ne pas flancher. quand l'un des hommes explique leur raison ici, tu paniques intérieurement, ne pouvant te retenir de jeter un coup d'oeil de travers vers la jeune femme, tu ne savais pas si elle allait préféré les croire eux, plutôt que de te venir en aide maintenant. surtout qu'en vérité il avait pas tellement tord non plus, tu étais bien en possession de documents qui pourraient causer leur perte. finalement si jamais tu en sortais vivante, tu pourrais tout aussi bien les envoyer anonymement aux flics, que ça leur serve de leçon. depuis quand on s'en prenait à une femme ? surtout quand celle-ci avec la clé qui accélèrerait la chute vertigineuse de leur trône ? ton regard que tu poses sur elle quand tu entends sa voix de nouveau, l'espoir qui gonfle dans ta poitrine quand elle continue de jouer le jeu, les envoyer balader encore une fois, tu pourrais même avoir des étoiles dans les yeux vu comment tu la fixais comme si elle était une sorte de super héroïne. tu fais ce que tu peux pour ne pas flancher maintenant, garçon ce semblant d'assurance face à eux, hochant ta tête d'un geste précis quand elle te lance d'aller chercher la sécurité, ne tiltant même pas au surnom utilisé, probablement celui de quelqu'un d'ici. « j'y vais, j'ai cru voir nam jeon passer il y a même pas quinze minutes, il doit pas être loin. » tu dis au pif, faisant mine de tourner les talons en lançant un regard appuyé aux deux hommes. finalement votre petit manège semble fonctionner parce qu'ils finissent par reculer, disant que c'était bon. ils abandonnaient, et à cette idée tu retiens difficilement un soupir de soulagement, tu laisses la jeune femme sortir de la pièce, les suivant sûrement pour voir s'ils faisaient bien ce qu'ils avaient dit. tu te laisses glisser au sol, tes bras entourant tes jambes, les tremblements venant finalement prendre le dessus. tu entends à peine la question de ta sauveuse, alors que tu maîtrises difficilement les larmes qui apparaissent aux coins de tes yeux. c'était la première fois que tu passais aussi près du danger, et même si tu avais choisi cette voie, tu n'étais pas prête. oui tu aimais jouer avec la loi, mais c'était parce qu'au fond si tu te faisais prendre ton père finirait peut-être par se rendre compte que tu existais. tu ne voulais pas risquer de finir au fond d'une poubelle dans une ruelle. peut-être que tu devrais te limiter à des petites affaires, et laisser les gangs de la ville de côté. tu relèves la tête, croisant son regard alors que tu essuies tes yeux. « ç-ça va aller... » tu murmures en prenant une grande inspiration, basculant ta tête en arrière. « merci, tu n'avais pas à faire ça. je... je sais pas ce qu'il se serait passé sinon. » t'étais pas idiote, tu te doutais que ça aurait pas été beau à voir. tu lui devais beaucoup. « bonne improvisation, » tu ajoutes quelques secondes après, parlant de son jeu d'actrice, franchement rien à redire la dessus. « je m'appelle bona. » tu finis par dire, tu sais pas trop pourquoi, peut-être que ça l'intéressait pas, peut-être qu'elle souhaitait juste maintenant que tu t'en ailles, que tu la laisses tranquille après l'avoir mise en danger comme ça, mais au fond de toi, peut-être que tu espérais le contraire. qu'elle te voit comme celle que tu étais, plutôt qu'une potentielle criminelle.
© LOYALS.




big mini world
i wanna find myself again. i don’t wanna live in a mini mini world, i want to know a world i haven’t known. a world I’ve never seen before. a newly coming world ☾
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 9 Fév - 23:02
playing with fire
malia & bo na

de ce que tu dois comprendre, cette jeune fille possède quelque chose qui leur appartient. une voleuse ? t'en sais rien, sans doute oui mais quoi qu'il en soit, tu parviens à garder cette attitude assurée. après tout, même si elle était vraiment en tort et que tu protégeais une « voleuse » tu en as rien à faire. on ne s'en prend pas jamais à une femme et là, ce sont deux armoires à glace qui se trouvent devant vous. tu ne sais pas de quoi ils sont capables, ces garçons et il est hors de question que tu les laisses approcher cette femme. tu ne la connais pas pourtant mais ça ne change rien, on ne sait jamais ce qu'ils pourraient lui faire. non, on ne s'en prend pas à une femme mais tu sais aussi que tout le monde ne pense pas comme toi. tu en as vécu la preuve, lorsqu'on pense à ton ex petit-ami qui n'a pas hésité à te battre, physiquement et moralement. sans parler de ces types que tu as pu croiser lors de ton séjour à la rue, tu en as vu de toutes les couleurs et clairement, tu ne leur fais pas confiance, il faut dire qu'ils inspirent tout sauf la confiance actuellement. alors oui, tu restes dans ton jeu, tu es assurée parce que tu sais très bien qu'ils ne vous feront rien. comment pourraient-ils ? ils sont sur ton lieu de travail, si tu appelais vraiment la sécurité, elle n'hésitera pas à les faire dégager sans essayer de comprendre ou d'arranger la situation. oui parce que sur ton lieu de travail, tu vois aussi de sacrés cas. tu détestes ton job mais au moins, tu te sens en sécurité lorsque tu es ici, c'est sécurisé comme ça doit l'être. tu reprends aussitôt la parole, lui donnant le nom d'une collègue à toi sans hésitation, tu essayes de leur faire peur et fort heureusement, cette jeune femme entre à nouveau dans ton jeu. elle mime d'ailleurs partir de la pièce mais elle n'a pas besoin de faire grand chose, le plan fonctionne à merveille puisque ces deux hommes se rétractent. ils doivent savoir qu'ils ne pourront pas luter contre la sécurité et que de toute évidence, ils n'ont pas d'autre choix que de partir d'ici. autant qu'ils le fassent d'eux-même, non ? mais sur le moment, tu ne te poses aucune autre question, tu te mets à les suivre quelques secondes juste histoire de t'assurer qu'ils partent bien et c'est le cas. ils ne reviendront sans doute pas alors, tu reviens très vite dans la pièce où se trouve cette jeune femme. assise sur le sol, le dos contre le mur, c'est cette jeune femme totalement perdue et encore légèrement apeurée que tu retrouves. tu lui demandes aussitôt comment elle va, car là, tu laisses tomber le masque. tu n'es plus assurée mais assez inquiète. elle te répond, bégayant un peu d'émotions. il faut qu'elle s'en remette, c'est normal. elle te remercie d'ailleurs très vite d'avoir fait tout ça, te remercier de ? concrètement, tu as fait ce que tu devais faire, elle n'a même pas à te remercier pour ça. « je n'allais tout de même pas te laisser avec eux. » la rassures-tu, d'une douce voix alors que tu viens t'asseoir à ses côtés. tu veux qu'elle sente ta présence, que ses larmes cessent et puis, qu'elle se sente tout simplement en sécurité, d'où cette proximité entre elle et toi. « ça va aller, ils ne reviendront plus. tu peux rester ici le temps que tu veux. » tu tentes de la rassurer, en lui assurant qu'ils ne vont plus rien lui faire et puis, surtout, qu'elle ne doit pas se sentir obligé de partir. après tout, c'est réservé au personnel, tes collègues ne vont pas la mettre dehors non plus, encore moins si tu leur expliques qu'il serait préférable pour elle de rester ici. tu viens même lui caresser doucement le bras, un geste qui lui prouvera qu'elle n'est pas seule et qui pourra, tu l'espères, la rassurer davantage. « c'est plutôt moi qui devrait dire ça... très bonne initiative de prendre la tenue. » lui dis-tu lorsqu'elle te dit que tu as fait preuve d'une bonne improvisation mais soyons honnête. l'idée qu'elle a eu en prenant le vêtement de ta collègue a grandement aidé. de ton côté, jouer n'est pas un problème. t'es une assez bonne actrice et puis, tu passes ton temps à jouer un rôle sur ton lieu de travail. elle finit par te dire enfin son vrai nom. bona. tes lèvres s'étirent dans un sourire apaisant. « et moi malia. » même si tu es plutôt connu sous le pseudonyme de lili ici, ton surnom en général. tu lances un rapide regard vers la porte avant de regarder à nouveau bona. « je n'ai pas envie de me mêler de ce qui ne me regarde pas mais... » non parce que ce n'est clairement pas ton genre, c'est plutôt de l'inquiétude, là. « tu ne les connaissais pas ? » il faut dire que tu n'as pas vraiment la bonne version de l'histoire, là.c'est un peu flou dans ta tête mais ce n'est pas si grave, tu ne cherches pas à savoir, juste à t'assurer que ça ira pour elle. « je veux dire, c'est inquiétant de savoir qu'ils t'en veuillent à ce point... » en espérant qu'ils ignorent où elle habite, qu'ils ignorent absolument tout d'elle. sans quoi, tu risques de ne pas être réellement rassurée même si pour ce soir, elle ne craint plus rien.
© LOYALS.


she remembered who she was
and the game changed
avatar
Son Bo Na
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 11 Mar - 17:12
playing with fire
malia & bo na

tenue ✻✻✻ t'étais gênée, il fallait bien l'avouer. tu n'osais pas trop regarder la jeune femme, de peur sûrement de ce que tu pourrais lire dans ses yeux. était-elle surprise ? en colère ? elle devait regretter de t'avoir aider, surtout après les derniers mots des hommes avant de partir. comme si tu étais celle qui avait tous les tords dans cette histoire. la bonne blague. ce n'était pas toi qui faisait parti d'un groupe aux semblants de mafieux quand même. bon d'accord, tu bossais parfois pour récupérer des documents sur ou pour des groupes comme celui-ci, mais est-ce que ça faisait de toi la méchante de l'histoire ? non probablement pas. mais au fond t'étais reconnaissante, parce qu'elle t'avait aidé sans savoir toute l'histoire, parce qu'elle était entrée dans ton jeu sans même savoir où ça allait la mener, ni ce qu'elle risquait. tu lâches un soupir, remettant une mèche de cheveux en place, avant de reporter ton attention sur elle, un infime espoir qui naît dans ton coeur quand tu croises son regard. tu es rassurée quand elle te répond qu'elle n'aurait pas pu te laisser avec ces hommes, malgré les risques pour elle, un fin sourire que tu affiches, légèrement crispé. « certaines personnes l'auraient fait, » tu murmures, toujours au sol, tes membres tremblant encore après ce trop pleins d'émotions. « tu ne savais rien, ça aurait pu mal finir pour toi, t'attirer des ennuis mais... merci encore. » tu la remercies une fois de plus, probablement que tu ne pourras jamais le faire assez. c'était la première fois où tu avais frôlé les vrais ennuis, bien sûr tu avais eu des petites histoires mais là ? qui sait ce qu'il aurait pu se passer ? t'avais peur, et ça se lisait dans tes yeux, ça se voyait dans la réaction de ton corps. tout ce que tu ne pouvais pas dire, ça pouvait se voir physiquement. les mots réconfortants de la jeune femme qui agissent comme un baume sur ton coeur, les battements de ce dernier qui finissent par se calmer peu à peu. tu prends plusieurs profondes inspirations, la présence proche et chaleureuse de l'inconnue comme un calmant pour tes nerfs. « je ne vais pas rester longtemps... » tu murmures doucement, mais tu lui adresses un petit sourire pour lui montrer que ça allait aller. « je ne veux pas te déranger plus longtemps, et puis tu dois sûrement avoir du travail, ton patron n'apprécierait pas... » tu lui dis, ta voix mourrant vers la fin alors que ton regard explore à nouveau la pièce. tu reprends conscience de là où tu es, de la tenue que tu portes, de celle de la jeune femme. tu sens le rouge te monter aux joues alors que tu détournes les yeux. tu hésitais à lui demander ce qu'elle venait faire dans un tel lieu, elle devait avoir ton âge environ, mais tu n'osais pas. il est joli son prénom, tu penses quand elle se présente à son tour, à la fois doux et puissant. ça ressemblerait presque à un nom de fleur, tu songes intérieurement mais cette paix que tu avais ressenti, elle s'envole quand malia s'exprime, ses questions légitimes. la peur qui revient, est-ce que ça va changer la façon dont elle te voit ? est-ce qu'elle va se dire qu'elle a fait une erreur en volant à ton secours ? qu'au final que ça aurait été mieux de laisser ces hommes se charger de toi ? ton visage que tu baisses vers tes genoux, te mordant l'intérieur de la joue alors que tu hésites, que tu ne sais pas comment aborder les choses, par où commencer. tu n'allais pas lui déballer ta vie bien entendu, tu ne la connaissais que depuis quelques minutes après tout, mais tu pouvais au moins lui expliquer ce qu'il s'était passé ce soir n'est-ce pas ? malgré cette peur qui te prenait, tu finis par inspirer profondément. « je ne les connais pas personnellement... » tu commences, la voix hésitante, le regard fuyant. « mais ils n'avaient pas tout à fait tord... quand ils disaient que j'avais quelque chose à eux. » tu sens tes joues s'enflammer une énième fois, à cause de l'embarras que tu ressentais. « je sais pas trop quoi dire, tu vas me prendre pour une folle ou comme eux, une gamine qui a voulu jouer dans la cour des grands. disons que j'ai récupéré des documents importants, pour eux, mais que les flics seraient tout aussi contents d'avoir. » tu te mords la lèvre, fronçant les sourcils, jouant avec tes doigts. et voilà, elle connaissait une part de l'histoire. « tu dois me prendre pour une tarée, » tu souffles du bout des lèvres, n'osant pas relever ton visage vers malia. au fond t'avais quand même cet espoir, tu te disais que si malia travaillait dans un endroit pareil, peut-être qu'elle pouvait te comprendre. peut-être qu'elle essaierait de le faire.
© LOYALS.




big mini world
i wanna find myself again. i don’t wanna live in a mini mini world, i want to know a world i haven’t known. a world I’ve never seen before. a newly coming world ☾
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 4 Mai - 23:25
playing with fire
malia & bo na

c'est vrai, ça aurait pu mal finir pour toi. tu ne diras pas que t'as foncé tête baissée sans réfléchir, ce n'est pas du tout ton genre, mais tu as vite compris que dans tous les cas, tu n'aurais pas laissé cette jeune femme entre les mains de ces deux hommes. t'es loin d'être insouciante toi, mais franchement, que pouvais-tu faire ? tu avais répondu à son appel de détresse sans te poser une seule question qui aurait pu vous faire perdre du temps. et si c'était à refaire, tu recommencerais. ils ne sont plus là, mais tu vois encore de la peur dans les yeux de la jeune femme, elle a du mal à se remettre de ses émotions et tu le comprends, ce qui te conforte encore plus dans ton idée : tu as bien fait d'agir. tu allais l'aider, c'était évident. elle te sourit, sans doute pour te rassurer et d'ailleurs, tu lui rends ce sourire rassurant avant que bona te dise qu'elle ne restera pas longtemps, suivi de certaines remarques qui te font aussitôt réagir. « ne t'en fais surtout pas pour ça. je vais en parler à mes collègues, elles comprendront. tu peux rester ici le temps que tu veux. » et c'est sincère, tes collègues se poseront sans doute quelques questions mais après avoir eu les explications, elles comprendront. « et le patron ne vient jamais ici. » ton sourire s'élargit, geste qui pourrait la rassurer davantage. c'est vrai, le patron ne vient jamais dans les vestiaires et puis, même s'il viendrait, vous lui apportez trop de fric pour qu'il fasse de quelques remarques. lui, tout ce qu'il veut, c'est son pognon. oh non, quand il t'envoie vers un client, tu ne bronches pas. non seulement parce que c'est ton travail, mais quand un client sort de grosses liasses de billets, c'est toi qui est envoyé à lui. sans doute parce que t'es la meilleure strip de la boîte. titre qui ne te touche pas, t'en es pas fière, tu détestes autant ça, ça doit venir de ta souplesse et de tes performances en danse... ouais, peut-être. et malgré tout ça, tu sais que le patron éviterait que tu partes. il perdrait beaucoup d'argent, tu doutes qu'il s'arrête à ce petit incident. de toute façon, tu t'en fiches, t'es assez inquiète pour elle, d'où la question que tu lui poses. oh non, tu ne regrettes pas ton geste, ça ne te traverse même pas l'esprit d'ailleurs mais, sera t-elle vraiment en sécurité en sortant d'ici? ok, cette question te pousse à te mêler un peu de ce qui ne te regarde pas, mais tu veux juste être certaine parce que non, tu ne sais toujours pas le pourquoi du comment. sa voix se fait hésitante, tu fronces même quelque peu les sourcils comme si ce geste pouvait t'aider à mieux comprendre. ils n'avaient pas tort ? oh, tu t'en fiches pas mal si elle était en tort, encore une fois, tu n'aurais jamais laissé cette jeune femme entre leurs mains. mais alors qu'elle continue ses explications, tes sourcils s'haussent alors. une mine presque soulagée sur le visage, oui presque, parce qu'elle te confirme n'avoir rien fait de mal (en tout cas, c'est ton point de vue) mais tu comprends aussi pourquoi ces types étaient si en colères. « rassure-toi, je n'te prends pas pour une folle. » la rassures-tu aussitôt. non, loin de là même! elle n'ose même plus te regarder... tu veux la mettre à l'aise, la pauvre, après avoir traversé une telle chose, en plus. « c'est une raison de plus pour ne pas les laisser t'approcher. » doucement, tu viens lui attraper la main, te redressant quelque peu et l'invitant donc, de cette manière, à te suivre. « tu peux t'asseoir sur le canapé si tu veux. tu veux quelque chose à boire? un verre d'eau? » ça pourrait lui faire du bien, non? « il serait préférable que tu restes un peu ici... » ça, c'est ton côté maman qui ressort. tu penses à sa sécurité, tu ne l'as connais peut-être pas, mais après l'avoir vu dans un tel état, tu ne peux pas t'en empêcher. « je vais devoir retourner bosser d'ici une dizaine de minutes, encore une fois, tu peux rester ici. et puis, si tu veux, je te raccompagnerai chez toi? » bon, tu n'as pas encore assez d'argent pour avoir une voiture même si tu as le permis, si elle ne veut pas être seule, vous pourriez peut-être prendre les transports en commun ensemble? t'en sais rien, tu ne veux juste pas la savoir en danger.
© LOYALS.


she remembered who she was
and the game changed
avatar
Son Bo Na
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 5 Juin - 0:41
playing with fire
malia & bo na

tenue ✻✻✻ c'était un contexte particulier, pas vraiment celui habituel pour faire amie amie avec une nouvelle connaissance, gardant l'infime espoir que ce qu'il venait de se passer ne te ferait pas passer pour une tarée qui ne sait pas où est le danger. tu n'avais pas grand chose à te reprocher, enfin pas autant que les types que vous veniez de faire dégager, qui eux jouaient vraiment dans la cours des grands. tu faisais vraiment pâle figure par rapport à eux, tu en étais consciente. alors pourquoi continuer de vouloir jouer avec le feu, au risque de te brûler les ailes ? tu ne savais pas trop, l'envie de frissons ou d'interdit sûrement. et plus encore le fait que tu souhaitais par dessous tout attirer l'attention de ton père. autant ce que tu savais, ce que tu étais en mesure de découvrir, ça pouvait détruire à jamais vos liens, autant tu ne disais rien parce qu'au fond, tu cherchais encore son approbation, et son intérêt. pathétique n'est-ce pas ? ouais c'était certain. et pourtant on allait pas te changer, t'étais comme ça c'est tout. en attendant, tu regardes autour de toi sans trop savoir quoi faire, tu pouvais pas rester. son boss n'apprécierait certainement pas, et encore moins s'il savait les dégâts que tu aurais pu causer à son établissement avec ton histoire. les mots de malia pourtant qui agissent comme un calmant, alors qu'elle te rassure, et tu la crois, t'as envie de la croire. en l'espace de quelques minutes, ce bout de femmes avaient fait plus que n'importe qui d'autre, tu n'avais pas le souvenir d'avoir vu vraiment des personnes te défendre de cette façon. il y avait bo ram, mais elle, c'était différent, c'était ta meilleure amie, elle avait toujours été présente pour toi, elle connaissant tes travers comme tu connaissais les siens. et vous vous souteniez quoi qu'il puisse arriver. mais malia, elle c'était une parfaite inconnue, qui n'avait rien à tirer de ce sauvetage, et pourtant elle l'avait fait quand même. malgré les risques. « merci, je ne sais pas quoi dire... » tu murmures, reconnaissante une fois de plus, alors que tu passes une main dans tes cheveux bruns. ta respiration s'est calmée depuis leur départ, même si les battements de ton coeur loupent encore leur course parfois, le choc et la peur se dissipaient peu à peu, ne laissant derrière que des vestiges. et alors que tu continues de retrouver ton calme, tu ne peux retenir les mots qui dépassent tes lèvres, c'était sorti tout seul, et puis au fond, tu pensais aussi que malia méritait d'être éclairée, ne serait-ce qu'un peu sur les raisons qui ont poussé ces hommes à te pourchasser. tu avais fait une erreur ce soir, en te chargeant de ce cas, tu n'aurais pas dû. tu n'avais pas mesuré le danger. tu lui avoues ce que tu fais, sans trop en dire non plus, juste suffisamment pour expliquer ce qu'il s'était passé ce soir, comme si ça pourrait arranger les choses ? tu ne sais pas, si ça se trouve elle allait prendre la fuite, ou se dire qu'elle avait eu tord de t'aider. « pourtant tu as des raisons de le penser. » tu ne peux t'empêcher de répondre, après tout ce n'était pas vraiment une activité digne de ce nom. et pourtant tu es rassurée, alors que sa main attrape la tienne. tu resserres cette poigne légèrement alors qu'elle te propose quelque à boire. avec tout ça, tu ne te rendais pas compte de ce que ton corps réclamait à présent, pour remplacer la frayeur que tu avais eu. « oh, un verre d'eau ça me suffit amplement, merci. » tu réponds, rougissant par la suite à sa remarque, parce que tu t'attendais pas à ça, elle semblait vraiment s'inquiéter, et ça te touchait. ou bien c'était ton imagination qui te jouait des tours, qui sait. tu relèves ton visage vers elle, les yeux écarquillés devant les preuves de générosités qu'elle ne cessait de montrer, tu en venais à te demander ce qu'elle venait faire dans un tel lieu. cette différence entre ce travail, et sa personnalité. « ce serait avec plaisir, mais tu sais tu n'es pas obligée non plus, » ce doute qui s'installe, encore et toujours, tu ne veux pas lui imposer quelque chose qu'elle ne veut pas, elle en a déjà fait tellement pour toi.
© LOYALS.




big mini world
i wanna find myself again. i don’t wanna live in a mini mini world, i want to know a world i haven’t known. a world I’ve never seen before. a newly coming world ☾
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 23 Juin - 2:05
playing with fire
malia & bo na

c'était bien la première fois qu'une telle chose se produisait à ton travail. fidèle à toi-même, tu as su gérer la situation et pourtant, il n'y avait rien pour t'aider. tu ne comprenais pas ce qu'il se passait, pourquoi cette jeune femme s'était retrouvé ici, mais tu as su gérer la situation sans problème. l'idée de la laisser seule et l'abandonner dans les bras de ces types n'était pas envisageable. fort heureusement, tu as réussi à t'en débarrasser et rapidement. que tu le veuilles ou non, tu as du pouvoir ici. t'es l'une des meilleures strip-teaseuse de la boîte. et même si ça sonne comme le meilleur des compliments, pour toi, c'en est clairement pas un. tu ne fais pas ça par plaisir, tu es forcé de le faire, tu l'as été, pour survivre. ce n'est pas chose facile de se dénuder devant des inconnus pour quelques billets, d'avoir cette réputation de meilleure strip-teaseuse parce que tu sais bouger ton corps et qu'au final, la danse n'a aucun secret pour toi. alors évidemment, te perdre embêterait beaucoup trop ton patron. tu ne diras pas que t'as plein pouvoir, mais qu'il a tendance à t'écouter plus que les autres et cette jeune femme, tu l'avais prises sous ton aile au moment où elle avait franchi ces portes. tu hoches la tête, non, tu ne la prends pas pour une folle. pourquoi ça serait le cas ? tu ne peux t'empêcher d'attraper sa main, de lui proposer quelque chose à boire, ta nature reprend rapidement le dessus après tout. tu restes toi. t'es généreuse lili, mais surtout altruiste. tu tiens ça de ta mère, ton frère est comme toi. certains peuvent crier l'hypocrisie ou la fausseté mais c'est tout le contraire. c'est dans ta nature, tu veux être présent pour les autres, leur rendre la vie meilleure ne serait-ce qu'en leur ajoutant un petit détail pour rendre leur journée meilleure. alors cette proposition, c'est comme un réflexe pour toi. à sa réponse, tu lui lâches tendrement la main, lui lançant un sourire avant de te redresser, te dirigeant vers un placard où tu y sors un verre. dans la foulée, tu lui rappelles également qu'elle peut rester ici si elle le souhaite, tu lui proposes même de la raccompagner même si tu doutes qu'elle acceptera, sa réponse t'étonne assez mais ça te rassure aussi. c'est dangereux de la laisser rentrer seule, on ne sait jamais. qui vous dit que ces types n'attendent pas qu'elle sorte d'ici pour lui tomber dessus ?  tu attrapes la bouteille d'eau, transvidant le liquide à l'intérieur. « oh, si j'te le propose, c'est que ça ne me dérange pas. » tu as un fin sourire qu'elle ne pourra qu'à moitié voir. et puis très vite, tu reviens près d'elle, le verre d'eau en main que tu lui tends. « tiens. » tu as encore dix bonnes minutes devant toi avant de reprendre le travail. c'est vrai, tu ne connais pas cette fille, mais tu viens en aide aux autres et ç'a toujours été, il fût même un temps où les rôles étaient inversés et que c'était toi qui avait besoin d'accepter l'aide des autres. chose que tu avais du mal à faire mais au final, tu n'avais pas vraiment le choix. « je vais aller prévenir mes collègues que tu es ici. » au cas où, on ne sait jamais. « et puis, si tu me cherches, demande au barman, il viendra me chercher. » tu doutes que ces types reviennent, mais on ne sait jamais, hm? « tu as une voiture ? moi j'en ai pas... j'te raccompagnerai en métro, si ça te dérange pas ? » tu préfères la prévenir au cas où, il faut vraiment que tu penses à investir dans une voiture même si c'est vraiment pas donné.. en tout cas, pour ton budget.
© LOYALS.


she remembered who she was
and the game changed
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?
Aller à la page : 1, 2  Suivant