Revenir en haut Aller en bas



 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 4 Nov - 2:25

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

“Hey, Taka, tu sais que c’est pas très poli de mettre tes invités dehors pour folatrer avec un jeunot ?”

Takahiro, vêtu de son plus beau kimono en soie grise, ses cheveux noirs légèrement relevés et ses lunettes de vues à bord noir sur le nez, se trouvait au prise avec Yuki dans le couloir de sa villa. Plus tôt dans la journée, Kazu et Tetsuya étaient partis sans broncher ammener Taehyung à sa pyjama party. Et même si Kazu lui avait marmonné quelque chose qui ressemblait assez à “Franchement, fricoter avec des gamins…”, ils n’avaient pas résisté longtemps quand le chanteur leur avait tendu sa carte bleue et leur avait proposé de payer pour toutes leurs dépenses si ils étaient sympas et ne revenaient pas l’embêter avant le lendemain.
Yuki, en revanche, c’était une autre histoire. Il aimait sa tranquilité, et l’idée de quitter le confort de la villa pour être baladé d’un bar à l’autre par leurs deux amis et collègues ne l’enchantait pas forcément.

En d’autre temps, Takahiro aurait pu le prendre en pitié, mais il était hors de question d’avoir des fouineurs alors qu’il pouvait passer un peu de temps avec Maximilien, et SEUL. Dans un environnement clos. Ils n’allaient certainement pas gacher ca.
Le regard que lancait le chanteur à son ami aurait été suffisant pour faire fuire n’importe qui, et l’homme hésita au moins deux secondes. Mais il le connaissait trop bien pour être vraiment sensible à cela, alors le chanteur décida de passer au niveau supérieur.

“Yuki, si tu ne quittes pas cette maison je démonterais ta batterie et la vendrais aux enchères pièces par pièces. Compris ?”
“Tu le ferais pas.”
“T’es prêt à prendre le risque ?”
Cela sembla calmer le batteur. Il savait que Takahiro était parfaitement capable de le punir de cette façon, si il gâchait son premier rendez vous sérieux en trois ans. Il grommela quelque chose et se dirigea vers le cabinet de cuisine pour en sortir tous les paquets de ramens qu’il y trouva.
“Très bien ! Je vais au PC bar au coin de la rue.”

Taka lui fit un petit clin d’oeuil alors qu’il claquait déjà la porte pour sortir. “Débile !” cria son perroquet.
Malheureusement, celui la, il ne pouvait pas vraiment s’en débarrasser. Après avoir mit ses deux labradors, Haneul et Gaeul, dans le jardin… Il se retrouva de nouveau totalement désoeuvré, jusqu’à ce que le jeune homme ne sonne chez lui.
Il était bien rare que Takahiro soit nerveux. Il était nerveux dans un ascenceur rempli de personnes, légèrement nerveux avant d’entrer sur scène, nerveux quand il ne voyait pas tout de suite Taehyung à la sortie de l’école…
Mais il n’était pas nerveux devant les hommes, nuh-huh.

Bon, finalement, peut être qu’il était un peu nerveux. Ses deux dernières rencontres avec Maximilien avaient été plus fortuites qu’autre chose, mais la, c’était un rendez vous, en bonne et due forme, même si ils n’avaient pas prévu quelque chose de trop grandiose, Takahiro ne voulant pas le faire fuir immédiatement.
C’est pour quoi il resta dans son kimono gris orné d’un dragon argenté, noué à sa taille par une épaisse ceinture noire, et qu’il n’ajouta qu’une touche de maquillage autour de ses yeux (après tout, Max lui avait bien dit qu’il aimait ses yeux, non ? Ce n’était pas vraiment tricher que de les mettre un peu en valeur).
Il hésita à mettre des lentilles, mais finalement opta pour garder ses lunettes. Cool et décontracté.

La sonnerie de l’interphone le fit sursauter et il dérapa dans le couloir pour aller vérifier la caméra à l’entrée de la maison. Un seul coup d’oeuil à la tête brune lui permit de reconnaître le professeur de patin, et il ouvrit le portail ainsi que sa porte d’entrée.
“Tu es en retard.” le taquina t’il.

avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 5 Nov - 22:07

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence


Ma chambre ressemblait à un champ de mine, la moitié de mes fringues étalées sur le sol et sur mon lit. Rien n’était assez bien. Rien n’était assez correct. Soit je faisais trop sexy, soit j’avais l’air d’une trainée. Il fallait une tenue appropriée qui suggère que j’avais envie de lui mais qui ne lui hurle pas en pleine tête. Je ne savais pas depuis combien de temps je faisais mes petits essayages mais il faisait déjà nuit et j’allais finir par être en retard si je ne me dépêchais pas, et il était hors de question que je le fasse attendre. Je n’avais jamais été aussi nerveux de toute ma vie. Même pour mes examens je ne me mettais pas dans cet état-là. Je n’avais plus qu’une seule solution. J’ouvrais ma porte et e plaçait devant.

« CHUNGJAAAAAAAAAAAAAAAE »

Je savais qu’il allait débarquer en courant, sûrement un peu en panique. Dans le fond il n’y avait rien de grave, mais c’était important pour moi. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas ressenti ce genre de chose pour un homme et je ne pouvais pas passer à côté. Je m’asseyais sur mon lit en attendant mon frère. Je savais que j’avais grandi dans son ombre, mais il était tellement parfait que je ne lui en voulais pas de ne jamais l’avoir remarqué. Je lui souriais pour qu’il ne s’inquiète pas trop. Il allait sûrement comprendre vu le bordel que j’avais foutu. J’essayais de rester calme mais je sentais mes angoisses prendre le dessus. Je me levais pour l’attraper par les épaules et le faire s’assoir sur ma chaise de bureau, qui, par miracle était vide.

« Je…j’ai un rendez-vous ce soir. Et je l’aime vraiment bien, alors je veux trouver une tenue qui me met en valeur. Mais j’arrive pas à choisir. Je… Je ne te dirais pas qui c’est alors tais-toi et aides moi. »

C’était presque une supplication. Je ne lui demandais pas souvent de l’aide pour ce genre de chose. J’essayais de garder ma vie privée pour moi mais c’était difficile de lui mentir. Je voulais être sexy mais je ne voulais pas lui dire directement. Je n’avais pas envie que mon frère s’imagine ma vie sexuelle. J’essayais plusieurs pantalons et il me conseilla le beige. Il disait que c’était une couleur qui m’allait bien et à ce niveau-là, je lui faisais entièrement confiance. Je le voyais fouiller dans les hauts qui trainaient par terre et il m’en balança un que j’enfilais. Il avait vraiment l’œil. J’avais mis des heures à essayer et lui, en quelques secondes, me sortait la tenue parfaite. J’enfilais une veste sans manche de la même couleur que mon jean et m’observait dans le miroir. Je me trouvais beau. Et même au-dessus de la moyenne pour une fois. Je regardais l’heure à nouveau et sortait de ma chambre pour me rendre à la salle de bain.

« Merci ! je t’aime ! »

Je me coiffais à toute vitesse et enfilais mes baskets ainsi que mon blouson pour ne pas attraper froid. Je prenais la bouteille de vin qui trainait sur la table de la cuisine, que j’avais acheté pour l’occasion et je sortais. Je n’étais pas en avance, ça commençait mal pour un premier rendez-vous. J’interpelais un taxi et lui donnait l’adresse de Takahiro. Je sentais mon s’écraser contre ma poitrine. C’était un vrai rendez-vous. Juste lui et moi. Pour la première fois. Je ne savais pas si j’allais réussir à être à la hauteur, si j’allais vraiment lui plaire, ou s’il allait se rendre compte que je n’en valais pas vraiment la peine. Je regardais la bague qu’il m’avait donné pour me rassurer.

Je descendais du taxi et me dirigeais vers le portail Je restais devant, sans bouger, essayant de calmer ma respiration. Je sonnais. Honnêtement, j’avais passé la semaine à me prendre la tête, à me demander ce qu’il faisait et avec qui. Je n’avais même pas osé lui envoyer un message. Je m’étais défoulé sur la glace et je m’étais rendu compte que je m’étais grandement amélioré. J’avais envie de le voir. Il m’avait manqué. J’avançais dans l’allée le voyant devant sa porte. Sa beau me fit l’effet d’un coup de fusil en plein cœur. Il était encore plus magnifique que les deux dernières fois. Je ne pouvais pas détacher mon regard de sa silhouette. Une fois face à lui, je tremblais légèrement.

« P..pardon… je…. »

Je voulais me faire beau pour que tu n’aies d’yeux que pour moi. Je lui tendais la bouteille de vin en souriant avant d’entrer. Je retirais mes baskets à l’entrée ainsi que mon blouson, exposant mes bras musclés. Je commençais à douter de ma tenue. Ce n’était peut-être pas très adapté.

« Tu es très élégant »

J’attrapais une de ses mèches de cheveux que je faisais glisser entre mes doigts, comme j’aimais le faire depuis notre rencontrer. Son charme était presque étouffant et je me sentais un peu trop timide face à son charisme.


avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Lun 6 Nov - 10:07

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

Taka n’était pas le genre de personnes à être inquiet à propos d’un rendez vous, loin de la. Il était confiant, savait quels étaient ses atouts et ses faiblesses, et comment mettre exactement ce qu’il voulait en avant. En plus de ça, dire que Maximilien était un véritable livre ouvert n’était pas un euphémisme. Le jeune homme était si jeune et inexpérimenté qu’il était ridiculement facile de voir ce qui lui plaisait et ce qui lui plaisait pas. Mais la confiance, elle, elle venait avec les années, les années ou il était sorti avec hommes et femmes qui avaient voulu le fréquenter pour tout un tas de raison.

Jamais vraiment parce qu’ils voulaient simplement le connaitre, et c’était peut être ce qui inquiétait tant le chanteur. Pendant la plus grande partie de sa vie, le personnage de Dorian lui avait permis d’attirer les regards sans trop de problèmes. Il faisait la conversation naturellement, et était un maitre du flirt.
Mais Kang Maximilien n’était pas exactement comme les autres : c’était un patineur qui ne connaissait rien de sa musique avant leur première rencontre, et qui lui avait clairement fait comprendre que ce n’était pas sa notoriété ou Dorian de Lucius qui l’intéressait, mais lui : tout entier.

Et ca c’était effrayant. Il avait peur que lorsque Max se rendrait compte qu’il n’était rien d’autre qu’un musicien un peu excentrique, vivant avec son fils de 6 ans bien trop intelligent pour son propre bien, et un groupe de trois vieux adolescents, alors il partirait. Et il ne voulait pas le voir partir. parce qu’il l’appréciait, réellement.
Pour le moment, cependant, Taka ne pouvait pas réellement s’inquiéter, parce que Max se tenait devant lui, et il devait pencher un peu la tête en arrière pour le regarder, et il était tout en muscle et en peau bronzée (sérieusement, comment pouvait t’il avoir des bras aussi musclés ? C’était un agression pure et simple.
Il n’allait pas s’inquiéter non plus, parce que de toute évidemment, son kimono de satin avait eut l’effet escompté sur lui, et il sourit plaisamment.

« P..pardon… je…. »

Le chanteur rit doucement, tournant la bouteille de vin dans ses doigts. C’était du bon vin, et il était pratiquement certain que c’était plus que ce qu’un étudiant pouvait s’offrir. Il n’en dit rien, décidant de ne pas perturber plus le jeune homme. Malgré son importante fortune, le quarantenaire n’avait jamais été un grand amateur de vin. Il buvait même le champagne dans des verres en plastique.
Il humma cependant. “Très bon choix.”

« Tu es très élégant »

Le japonais leva les yeux vers son interlocuteur, qui semblait avoir un truc avec ses cheveux. La plupart des gens avaient une sorte d’obsession avec ses cheveux, et il en était plutôt fier, vu ce qu’ils subissaient sous les doigts des coiffeurs, ils auraient du être secs et filants, mais ils étaient noirs, épais et en très bonne santé. Bizarrement, c’était bien plus important que Max l’apprécie que n’importe qui d’autre.
“Je suis habillé confortablement.” répliqua t’il malicieusement, tout en étendant sa main libre pour toucher légèrement le col de sa veste, le retournant sous ses doigts et s’autorisant à froler le haut de son torse avec un petit haussement de sourcils appréciatif.
“Je te retourne le compliment, Max. Le beige te met vraiment en valeur.” dit t’il avec un hochement de tête presque sérieux, avant de toucher son biceps du bout des doigts. “J’aime ce que je vois.” Il fit un clin d’oeuil au jeune homme avant de se détourner. “Allons dans la cuisine, chercher des verres.” annonça t’il avec un sourire. Et si il avait légèrement emphasé le mouvement de ses hanches, c’était un secret.

Il posa la bouteille de vin sur le plateau en marbre de son ilot central, et sorti deux grandes coupes. “Tu bois, Max ?” demanda t’il en redressant distraitement ses lunettes.


avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Lun 6 Nov - 12:31

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

Il fallait que je garde mon calme, sinon j’allais me mettre à bégayer, et à redevenir maladroit, mais face à son regard je perdais tous mes moyens. Il avait cette grâce qui me faisait frissonner et ce kimono le rendait encore plus envoutant qu’en temps normal. Je n’étais pas doué pour dissimuler mes sentiments et il avait déjà du remarquer l’effet qu’il me faisait. Ce n’était pas juste. Il avait sûrement l’habitude de ce genre de situation, de flirter avec des hommes ou des femmes. Il était à l’aise. Contrairement à moi qui avait évité la plupart des rencards qu’on m’avait proposés ces dernières années.

Je fixais la bouteille de vin entre ses mains fines. J’avais pioché dans mes économies pour pouvoir me l’offrir, mais j’aimais le vin et c’était sûrement le seul alcool que je pouvais boire sans faire de striptease quelques heures après. Je n’avais pas toujours aimé ça, mais en vieillissant j’étais devenu un amateur, à petit niveau, mais j’avais appris à l’apprécier. J’étais content qu’elle lui plaise. Je ne voulais pas commencer par un aux pas. Je n’avais pas vraiment l’habitude de me rendre chez un homme pour une soirée en tête à tête, mais je l’avais demandé. J’avais même insisté, moi qui voulais le fuir dans un premier temps.

Je laissais échapper un rire en l’entendant. Habillé confortablement ? Je voulais bien le voir tous les jours habillé confortablement dans ces cas-là. Je me crispais en le voyant s’approcher de moi et remettre mon col en place. Cette proximité me coupait le souffle et l’odeur de son parfum me faisait chavirer. Je n’osais plus bouger, ni même respirer. J’étais un homme de bientôt trente ans et pourtant je continuais à agir comme un gamin inexpérimenté. J’avais peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas lui convenir, qu’il finisse par se rendre compte que je n’étais pas si intéressant qu’il le pensait. Je sentais les battements de mon cœur raisonner dans mon crâne et je devais absolument me détendre.

« Et moi qui pensais que tu allais sortir le grand jeu pour moi ! »

Son compliment me faisait rougir et je détournais immédiatement le regard. Je pouvais remercier mon frère. Je frissonnais en sentant ses doigts sur mon bras. Je ne m’y attendais pas, cette caresse me fit l’effet d’un choc électrique qui parcourait mon corps entier. Takahiro allait me rendre fou. Je me sentais rassuré de savoir que je lui plaisais, et il ne s’imaginait pas une seconde à quel point j’aimais ce que je voyais également.

« Sûrement pas autant que moi. »

Mon cœur rata un battement suite à son clin d’œil, il me faisait exactement le même que la dernière fois et j’étais bien content qu’il tienne la bouteille, je l’aurais sûrement laissé tomber. Je le suivais dans la cuisine sans le lâcher du regard, insistant légèrement sur ses hanches. Il avait conscience de sa beauté et il savait en jouer. Je souriais en remarquant qu’il ne portait pas de lentilles pour cette fois, je pouvais le confirmer encore une fois, j’adorais ses yeux. Je m’attardais sur ses lèvres que je rêvais d’embrasser depuis le premier jour. Il me faisait languir et l’attente commençait à devenir insupportable. Le son de sa voix me fit sursauter et reprendre mes esprits.

« Hein ? Ah ? Euh oui, s’il te plaît. »

Et voilà, j’étais encore passé pour un idiot. J’attrapais délicatement le verre en priant pour ne pas faire de conneries. C’était un de mes vins préféré, mais je ne pouvais pas trop en abuser ce soir. Je voulais rester maître de mes gestes et qu’il ne découvre pas tout de suite ce côté de ma personnalité.

« Juste un verre, sinon j’ai tendance à me déchainer un peu trop… »

Raison pour laquelle j’évitais de trainer dans les bars.
Je me sentais attiré par Takahiro comme un aimant et je peinais clairement à garder mes distances. Je laissais mon verre posé et m’approchais de lui. Je posais mes mains sur ses hanches et le poussais doucement contre l’ilot pour le coincer. J’allais devenir dingue.

« Alors Takahiro, tu nous as prévu quoi pour ce soir ? Personnellement, je considère ça comme notre troisième rencard. »

Il avait bien dit qu’il n’embrasait pas avant le troisième rendez-vous non ? Je le soulevais doucement pour le faire s’assoir sur la table et l’avoir un peu plus à ma hauteur. J’étais peut être timide, mais je savais très bien ce que je voulais. J’attrapais ses lunettes pour les lui retirer et pouvoir mieux l’observer.

« Tu vois quelque chose ? »

Je ne voulais pas le rendre aveugle non plus. Je voulais qu'il puisse me voir.



avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 8 Nov - 9:37

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

Le fait que Takahiro soit expérimenté ne l’empêchait pas d’être passablement déstabilisé par le charme de son invité. Il avait tout pour lui : grand, musclé, avec la paire d’yeux la plus adorable qu’il avait jamais vu et un sourire à couper le souffle. Et pourtant quelque chose dans son comportement rappelait celui d’un adolescent mal dans sa peau, qui ne savait pas réellement comment se tenir avec quelqu’un qu’il appréciait : en tout cas, Takahiro espérait que sa nervosité était un signe de son affection. Le plus vieux trouvait ça adorablement ridicule, dans tous les cas.
Ca faisait une éternité que quelqu’un n’était pas venu chez lui, en dehors des amis proches et de la famille, car le chanteur ne faisait plus confiance en ses conquêtes d’une nuit. Ca avait donc quelque chose de très intime, et d’assez impressionnant, même pour le chanteur.

Il n’en dit rien, cependant. Il avait été clair avec Max et Max avait été clair et avec lui. Ca n’avait rien de l’affaire d’une nuit et le jeune homme serait ammené à passer plus de temps avec lui encore si ils accrochaient aussi bien ce soir là que les deux autres fois ou ils s’étaient rencontrés.

« Et moi qui pensais que tu allais sortir le grand jeu pour moi ! »

Taka fit la moue, sachant parfaitement qu’il plaisantait. “Je peux l’enlever, si tu veux.” annonca t’il comme si il lui avait proposé des crackers pour l’apéritif. Il était bien trop drôle de taquiner le jeune homme, qu’il savait qu’il n'arrêtait pas de sitôt, en particulier si ca lui valait de rougir et de sourire aussi franchement.
Maximilien méritait que quelqu’un prenne le temps de le complimenter : sur son physique, sur sa tenue, sur sa personne toute entière et sa maladresse amusante.

« Sûrement pas autant que moi. »

Takahiro le lâche finalement et lui fait un sourire coquet, accompagné d’un clin d’oeil, avant de se diriger vers la cuisine, s’amusant de la facilité avec laquelle il avait réussi à avoir Maximilien autour de son petit doigt. Il ne doutait pas que le patineur avait d’autres surprises pour lui en réserve, mais pour le moment, c’était son regard qu’il sentait, brûlant sur le côté droit de son visage, et si Max se pensait discret, il ne l’était définitivement pas.
« Hein ? Ah ? Euh oui, s’il te plaît. »
Le chanteur rit doucement et versa délicatement le liquide rouge dans l’un de ses verres de vin. Il le fit tourner quelques secondes sur lui même, et attrapa les deux verres d’alcool, en tendant un à son interlocuteur avec un sourire.
« Juste un verre, sinon j’ai tendance à me déchaîner un peu trop… » Takahiro cacha son rire amusé derrière son verre. “Je crois que c’est une très bonne raison pour moi de te faire boire, Max.” fait remarquer le plus vieux, un fin sourcil haussé au dessus de son sourire amusé alors qu’il pensait aux genres de choses que pouvait bien faire le jeune homme avec un peu d’alcool dans le sang.

Takahiro ne s’attendait pas à une chose, cependant, c’est que l’alcool aie un effet aussi immédiat. Pas qu’il soit mécontent de se sentir coincé entre l’ilot de sa cuisine et un corps particulièrement puissant. Calmement, il posa son verre de vin et le poussa assez loin du bord.

« Alors Takahiro, tu nous as prévu quoi pour ce soir ? Personnellement, je considère ça comme notre troisième rencard. »

Les sourcils de Takahiro disparurent littéralement sous ses cheveux noirs quand il se retrouva assis sur son comptoir, et obligé de s’aggriper aux épaules de Max pour ne pas tomber. Okey, c’était un mensonge, il voulait simplement toucher ses épaules, et il n’était définitivement pas déçu.
Il sentit ses lunettes glisser de son visage et cligna légèrement des yeux. Les lunettes étaient plus un accessoire, qu’autre chose. Rien ne pouvait corriger le daltonisme et il ne souffrait que d’une légère myopie, ce qui faisait que Max étant très très près de lui, il le voyait parfaitement.

Il humma légèrement, l’air amusé. “Quelque chose me dit que tu avais une petite idée derrière la tête, non ?” Demanda t’il en caressant légèrement les pectoraux de son vis à vis, et personne ne le blamerait pour y avoir posé ses mains un peu trop longtemps.

« Tu vois quelque chose ? »

Taka rit doucement. “Je vois assez.” s’amusa t’il avant de tirer sur son col et de l’attirer vers lui pour l’embrasser.
Le baiser était définitivement mois chaste que le premier qu’ils avaient échangé, et c’était très bien comme ça. C’était un peu tôt, évidemment, mais il avait attendu ça depuis des jours, et toute cette histoire du premier baiser avant le troisième rendez vous avait été rendue caduque à l’instant ou Max l’avait embrassé la première fois.
Il sentait un peu comme de la menthe mélangée avec la fragrance du vin, et le musicien ne s’empêcha pas de mordre doucement sa lèvre inférieure quand….

Son perroquet se mit à chanter l’air des Ghostbusters à tue tête.

avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 8 Nov - 14:50

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence
Retirer son kimono ? L’idée ne me déplaisait pas, mais elle me faisait rougir. Il était vraiment doué pour me mettre mal à l’aise, il ne lui avait pas fallu très longtemps pour repérer mes points faibles. Je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais, ni ce que notre relation allait donner et pour une fois je n’avais pas envie de me prendre la tête, de me poser trop de questions. M’engager avec un homme avait toujours été compliqué pour moi, mais cette foi sic, je ne pouvais pas merder. Takahiro avait un enfant que j’appréciais énormément et je ne pouvais pas le blesser parce que j’étais un trouillard qui avait peur de se faire briser le cœur. Si ça devenait sérieux, je ne pourrais pas m’enfuir et c’était encore plus effrayant. Sa présence et son sourire me rassuraient, mais ce n’était que le début. Est-ce que j’allais réussir à gérer mes sentiments ? Pour une fois, je voulais vraiment que ça marche et j’allais faire ce qu’il fallait.

J’étais sorti avec plusieurs hommes mais aucun qui avait son charme ni même sa classe. Je souriais en voyant on air surpris. Il ne s’attendait peut-être pas à ce que je prenne les devants aussi rapidement, mais l’alcool n’avait absolument rien à voir avec mon attitude. J’avais difficilement gardé mes distances la dernière fois et je l’avais vécu comme une véritable torture. Il était hors de question que je recommence, alors que nous étions seuls.

«Tu voudrais me faire boire pour profiter de moi ? »

Je riais légèrement. J’adorais sentir ses mains sur moi et à cet instant je ne regrettais pas toutes mes heures de sport. J’avais du mal à me rendre compte que j’étais vraiment avec lui. Moi. Un mec banal. Bien évidemment que j’avais une petite idée de ce qui pourrait se passer ente nous ce soir, la question était de savoir si c’était une bonne idée. Il était irrésistible et j’étais incapable de me retenir en sa présence. Je me sentais surpris en sentant ses lèvres contre les miennes. Je ne m’y attendais pas même si je l’avais un peu cherché. J’avais attendu ce moment depuis des jours et je comptais bien en profiter pleinement. Je resserrais mes bras autour de ses hanches, me callant confortablement entre ses cuisses. Je sentais la chaleur envahir mes reins, ce simple baiser me rendait déjà fou de désir. Je laissais ma langue caresser la sienne avec envie et frissonnais quand il me mordit légèrement. Je souriais contre ses lèvres en entendant le perroquet. Finalement, nous n’étions pas si seuls qu’on le pensait.

« Romantique comme chanson. »

Je posais mon front contre le sien, mes lèvres frôlant les siennes sans jamais les toucher. C’était agréable de l’avoir rien que pour moi e j’étais content de voir que ses musiciens avaient déserté les lieux.
Il y avait bien longtemps que je n’avais pas ressenti ça, depuis ma première histoire et Takahiro était en train de raviver la flamme, d’éveiller chacun de mes sens.

« Tu me rend nerveux. Ça fait longtemps que… je ne suis pas vraiment sorti avec quelqu’un. »

Mes histoires d’un soir ne comptaient pas, il n’y avait aucun sentiment, rien de sérieux, aucune promesse. Avec lui, c’était différent. Je me sentais bien. Je caressais lentement ses hanches, je le trouvais tellement parfait que j’avais du mal à trouver mes mots. Mon cœur était en train de violemment s’emballer, nous deux, ce n’était pas juste physique. Il y avait beaucoup plus. Je l’embrassais à nouveau avec ferveur, remontant une de mes mains sur sa nuque. Je m’offrais entièrement à lui, corps et âmes. Je ne me lassais pas de ces baisers passionnés qui traduisaient silencieusement nos envies. Je faisais glisser son kimono sur une de ses épaules, pour la dénuder légèrement.

« La proposition de l’enlever tient toujours ? »

Je riais avec sincérité, j’avais vraiment envie de lui retirer, mais il était encore un peu tôt et je n’avais pas encore fini mon premier verre. Je posais mes lèvres sur son épaule. Il était vraiment beau, beaucoup trop pour moi.




avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 10 Nov - 8:41

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

Maximilien était comme la mer, calme et placide un jour, indomptable l’autre. Takahiro avait toujours été fasciné par la mer, elle l’avait bercé toute son enfance, et maintenant qu’il ne pouvait plus la voir, elle lui revenait dans la forme d’un jeune homme timide et imprévisible, le surprenant à chaque fois qu’ils se voyaient. Qu’est ce qu’il avait encore en réserve pour lui ? En tout cas, quoi que ce soit, Taka était près à se laisser entrainer par ses courants, et soudainement, il ne sait plus réellement lequel des deux est le plus surprenant.
Au lieu de cela, le chanteur fait ce qui sait faire le mieux, il sourit et détend l’atmosphère avec un commentaire bien senti.

«Tu voudrais me faire boire pour profiter de moi ? »

Le chanteur hausse un sourcil élégant et boit une gorgée de vin. “Peut être bien. La question est de savoir pourquoi ca n’a pas l’air de te perturber plus que ça." Max est jeune, presque trop jeune, et quand Takahiro pense que ses plus jeunes enfants ont presque son âge, il se sent presque coupable, presque : puis il sent les muscles du patineurs vibrer sous ses doigts, et oublie immédiatement toute réticence qu’il aurait pu avoir, en particulier en sentant le jeune homme aussi près de lui.
Il avait beau être jeune, Maximilien n’était pas qu’une brebis aimant jouer avec le loup. Pendant quelques secondes, le plus vieux se sent presque dépassé par les lèvres sur les siennes, la douceur de ses mains sur ses hanches, et la chaleur qui émanait de son corps…

Jusqu’à ce que son perroquet ne décide qu’il était grand temps d’intervenir.

« Romantique comme chanson. »

Takahiro rit légèrement, insultant silencieusement le volatile dans toutes les langues qu’il connaissait. Au lieu de se laisser aller à cette envie, cependant, il sourit. “Taehyung a regardé le film en boucle depuis que je suis rentré.” avoua le chanteur légèrement en parcourant le torse qui s’offrait à lui de ses doigts.

« Tu me rend nerveux. Ça fait longtemps que… je ne suis pas vraiment sorti avec quelqu’un. »

Le chanteur rit doucement. “Ne le sois pas. Je ne suis qu’un père célibataire qui aime chanter. Rien de plus.” murmure t’il en lui donnant une petite pichenette sur la tête. mais à vrai dire, cette relation le terrorisait autant qu’elle impressionnait Max. Laisser quelqu’un entrer dans sa vie était terriblement dangereux. C’était laisser l’occasion à son coeur d’être piétiné à nouveau, mais c’était aussi risquer le bonheur de son fils. Et il savait qu’ils allaient devoir parler, communiquer, pour que ça puisse finalement marcher.
Le chanteur se laisse pour le moment fondre dans les bras de Maximilien, parce qu’il est fort, et qu’il pourrait de toute évidence le soulever sans aucun problème.
Un petit rire s’échappe de ses lèvres quand le garçon fait glisser son kimono sur son épaule, la découvrant en entier.

« La proposition de l’enlever tient toujours ? »

Le chanteur des Lucius à réellement, réellement envie de lui dire oui. Mais il savait qu’il fallait qu’ils attendent plus longtemps, juste un peu. Il pose ses mains sur ses joues et sourit malicieusement. “Pressé, on dirait, hein ?” Il l’embrasse à nouveau, peut être un peu trop provocant et utilisant légèrement trop de dents pour que ce soit totalement innocent, mais il finit par le lacher avec un petit sourire, et le pousse doucement. “Sois patient.” fit t’il avant de se glisser en bas du comptoir, jetant un petit clin d’oeil à max, avant de se diriger dans le salon. Il ferme soigneusement la porte de la cuisine derrière eux, et attrape une télécommande pour régler le jazz passant à la radio.
“J’ai un cadeau pour toi.” annonça le quarantenaire, visiblement ravi. “Un souvenir.” Il lui fit signe de l’attendre, et entreprit de fouiller dans son énorme sac noir qui n’avait pas encore été déballé, puisqu’il avait passé la plupart du temps à dormir comme un loir, après être revenu.

Il sourit en trouvant le sac en plastique, et se rapproche du jeune homme. “J’ai pensé à toi.” Dans le sac, se trouvait un hoodie de l’équipe de patinage olympique de Los Angeles, bleu nuit et blasonné de leur mascotte, un ours. Il est surement un peu grand, Takahiro ne connaissant pas la taille de vêtement exacte du jeune homme. “Allez, ouvres le.”
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Lun 13 Nov - 11:03

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence


Non, ça ne me perturbais pas, et je n’attendais que ça d’ailleurs, qu’il abuse de moi, mais il était encore un peu tôt et je ne voulais pas précipiter les choses. C’était impossible de lui résister et s’il me cherchait un peu, j’avais peur de ne plus pouvoir me contrôler. Un seul baiser suffisait à m’enflammer. Plus je le regardais et plus je tombais amoureux de lui alors que je le connaissais à peine. C’était idiot. Mais j’étais comme ça. Entier. Je ne pouvais pas juste m’engager à moitié dans une relation, j’y mettais tout ce que j’avais et tout ce que j’étais.

« J’adore ce film. »

Je le regardais aussi en étant gamin. Je savais que je m’entendrais bien avec Taehyung, j’avais toujours eu un truc avec les enfants, mais je ne savais pas comment il allait prendre le fait que son père se soit épris de son professeur de patin à glace. Ce n’était pas juste un test pour voir si ça allait fonctionner, c’était vraiment sérieux et je ne pouvais pas passer à côté de Takahiro. Je souriais suite à sa pichenette sur mon front, il essayait de me rassurer, mais ça ne fonctionnait pas vraiment. Il me faisait ressentir des choses que j’avais enfoui depuis bien des années, je ne m’étais plus autorisé à m’attacher. J’avais peur qu’on me trahisse à nouveau, et si cet homme-là me brisait le cœur, j’étais certain de ne pas pouvoir m’en relever.

« Un père célibataire intelligent, riche et super sexy ! Alors que je suis un étudiant sans vraiment de moyen qui aime la photo et le patin à glace. C’est un peu l’histoire du ver de terre qui tombe amoureux d’une étoile. »

J’étais terrifié à l’idée qu’il se lasse de moi. Je chassais rapidement mes angoisses suite à ce nouveau baiser qui me faisait presque trembler de désir. Il savait vraiment y faire avec moi. Je souriais contre ses lèvres avant de me décaler pour le laisser descendre. Il y avait toujours cette tension palpable entre nous qui m’empêchait presque de respirer.

« C’est pas une de mes qualité, la patience. »

Je riais légèrement. En fait, je l’étais, mais pas dans ce genre de situation. Je le suivais dans le salon, mon regard continuant de se balader sur ses hanches. Je n’avais pas besoin d’être discret, il me faisait envie et je n’avais aucune raison de le cacher. Je m’arrêtais net en l’entendant parler de cadeau. Il m’avait déjà donné sa bague et j’estimais que c’était largement suffisant. Je me sentais mal à l’aise, je n’avais rien à lui offrir en retour et vu nos différences de moyen, je ne pourrais pas suivre le rythme. Je prenais le sac entre mes mains en le regardant. Il avait pensé à moi, c’était rassurant. Je me mordillais la lèvre avant de retrouver mon sourire.

« Et tu as beaucoup pensé à moi ? »

Je finis par ouvrir le paquet, fixant le vêtement. C’était parfait. Les Etats Unis me manquai et pour le moment je n’avais pas le droit d’y retourner, je ne savais même pas si j’aurai la possibilité de retrouver mon pays natal. J’aurai rêvé de patiné pour cette équipe. J’avais l’impression que Takahiro me connaissait déjà presque par cœur et c’était assez perturbant.

« L.A…Merci Taka, c’est juste parfait. »

Je Je m’approchais de lui, posant ma main dans le bas de son dos pour l’attirer contre moi et lui voler un doux baiser. Je la descendais légèrement pour la poser sur ses fesses. Il y avait bien longtemps que quelqu’un avait pris aussi soin de moi, sans compter mon père et mon frère.

« Mais ça suffit pour les cadeaux maintenant, tu m’as assez gâté. »

Je levais mon autre main pour lui montrer la bague. Je ne l’avais pas retiré depuis qu’il me l’avait donné, j’avais toujours peur de la perdre et j’avais prix le réflexe de vérifier qu’elle se trouvait toujours à mon doigt. Il fallait que je trouve quelque chose à lui offrir pour la prochaine fois. Quand je recevais quelque chose, je ne pouvais pas m’empêcher de donner en retour. Je me reculais légèrement pour mieux le détailler.

« Est-ce que tu vas me chanter quelque chose ce soir ? Je t’ai montré mes talents mais je ne connais pas encore les tiens. A part le fait que tu sois un bon père.»

Je lui faisais un clin d’œil à mon tour. Je voulais l’entendre et pas seulement sur une vidéo.



avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 14 Nov - 16:42

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

« J’adore ce film. »

Bonne réponse, se dit le plus vieux qui sourit immédiatement. Dans sa famille, ils étaient tous amateurs de bon cinéma, et Ghostbusters, avec toute son esthétique kitsch des années 80 était un chef d’oeuvre qu’il ne fallait pas oublier. Dès que Taehyung avait été en âge de regarder des films plus profond que les teletubbies, il lui avait fait regarder tous les Disney (il avait une collection de dvds et de cassettes dont il était particulièrement fier, dans sa salle de cinéma.), puis les Tim Burton, qui l’avait énormément influencé, même si il était déjà adulte quand il avait commencé à se faire connaitre, puis des grands classiques comme Ghosts Busters.
Taehyung, avec son cerveau d’enfant surdoué, avait mémorisé presque toutes les lignes de chaque film et montrait un véritable talent d’acteur, quand ils essayaient de reproduire des scènes de Pirates des Caraibes.

« Un père célibataire intelligent, riche et super sexy ! Alors que je suis un étudiant sans vraiment de moyen qui aime la photo et le patin à glace. C’est un peu l’histoire du ver de terre qui tombe amoureux d’une étoile. »

Le quarantenaire écarquilla les yeux en l’entendant, surpris, et légèrement choqué par la comparaison. Il ouvrit la bouche, puis la referma. Avant de l’ouvrir à nouveau. “Tu t’es déjà regardé dans la glace, Max ?” murmura l’homme. “Si on devait faire une comparaison, c’est moi qui aie de la chance que tu t’intéresse à moi malgré mon âge.” Son âge qui n’avait jamais été un problème pour le rockeur, mais il savait parfaitement que si ils continuaient sur cette voix, c’était un sujet qui allait devoir être évoqué. Quand on avait presque le double de l’âge du jeune homme avec qui ont entretient une relation, c’était inévitable.

« C’est pas une de mes qualité, la patience. »

Le chanteur rit doucement, flatté. “Mais la récompense n’en sera que plus agréable.” La patience était encore l’un de ces choses que l’on acquérit en vieillissant et en voyant un peu le monde et ce qu’il avait à offrir. Max était encore neuf, et c’était grisant, parce que le chanteur se sentait plus en forme encore.
Mais il avait envie d’offrir son cadeau à Max. Son argent avait arrêté de devenir un fardeau à partir du moment ou il avait décidé qu’il pouvait l’utiliser pour offrir des choses à ceux qu’il aime et ceux qui en ont besoin.
Max tombait plus dans la première catégorie.

« Et tu as beaucoup pensé à moi ? »

Le plus vieux rosit légèrement, ce qui était un fait rare. Il était rare qu’on le déstabilise, mais le plus jeune avait réussit l’exploit de le déstabiliser plusieurs fois en un seul rendez vous. Il était si...sincère. “Beaucoup, oui.” avoua t’il.
Il ne se reconnaissait plus, en vérité. Il n’avait jamais autant pensé à sa femme quand il partait en voyage, simplement par ce que la musique prenait le pas sur tout le reste. Si ca l’avait empêché de faire une performance impeccable, il s’en serait inquiété.

« L.A…Merci Taka, c’est juste parfait. »

Le chanteur sourit, et glissa ses mains sur ses épaules pour profiter du baiser, laissant échapper un ricanement en sentant les mains baladeuses du garçon, qui semblait avoir envie de le découvrir plus entièrement. Ca tombait bien, il ne passait pas toutes ces heures en salle de gym pour rien.

« Mais ça suffit pour les cadeaux maintenant, tu m’as assez gâté. »

Le regard du chanteur se posa sur la bague à son doigts, un sourire satisfait s’étendant sur son visage, avant de reporter son attention sur le garçon.
“Je te fais des cadeaux parce que j’aime savoir que tu as des choses qui m’appartiennent. C’est presque égoiste, vraiment.” mentit t’il doucement, pour le rassurer. “En plus, j’aime te voir sourire de cette manière. J’ai bien compris que Los Angeles te manquait.”
Il avait toujours été quelqu’un de très intuitif. A part peut être pour lire son ex, puisqu’il n’avait jamais compris qu’elle envisageait de le quitter.
Il chassa rapidement les souvenirs de la jeune femme, se concentrant sur le patineur.

« Est-ce que tu vas me chanter quelque chose ce soir ? Je t’ai montré mes talents mais je ne connais pas encore les tiens. A part le fait que tu sois un bon père.»

Le chanteur rit légèrement. “Pourquoi pas, après tout.” Il lui tendit la main et l’attira avec lui dans les couloirs de la maison. Ils prirent un chemin connu au bout d’un escalier, et atterrirent finalement devant la porte de son studio.
“Tu connais déjà l’endroit.” Sourit t’il. “Fais comme chez toi.”
Le studio n’avait pas changé, si ce n’est qu’un nouveau postee avait été accroché et que la console de Taehyung était rangé. Une guitare acoustique en bois noir ornée d’arabesques orientaux était posée sur la table basse devant le canapé. “C’est mon nouveau bébé. Une exclusivité, c’est moi qui l’ait dessinée !” Fit t’il, fièrement, avant de s’asseoir et de promener les doigts sur l’instrument qui se plia immédiatement à sa volonté.
Il se mordit les lèvres et leva les yeux vers son compagnon, avant de sourire.

Now playing - Vampire's Love -
Vamps


Il chanta une balade, qui avait déjà quelques années mais qui lui était chère, parlant d’un homme transformé en monstre après avoir perdu la personne la plus chère de sa vie. Il pourrait jouer les accords les yeux fermés, et sa voix basse n’eut pas de mal à s’extirper de son corps minuscule pour venir compléter la pièce musicale.


avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 15 Nov - 14:01

Gasoline
« Are you insane like me ? And in pain like me ? »



+ apparence

Je haussais les épaules. Oui je m’étais déjà regardé dans un miroir, plusieurs fois même, mais je n’avais rien d’extraordinaire. Je ressemblais à la plupart des autres hommes de mon âge. En parlant d’âge, le sien ne retirait rien à son charme, bien au contraire. Je me foutais qu’il soit plus vieux que moi, ce n’était qu’un détail. Je n’étais pas du genre à m’enfuir avec quelqu’un de plus jeune. Mon frère allait sûrement péter un plomb en apprenant l’âge de l’homme que je fréquentais, mais il n’aurait rien à dire sur cette relation. Ce sentiment qui me brulait de l’intérieur m’avait manqué et je me sentais plus vivant que jamais grâce à lui. Il était certain que je ne laisserais personne se mettre entre nous. Je comptais bien me battre pour le garder. Takahiro me donnait envie de vivre cette possible histoire d’amour.

J’étais flatté qu’il ait vraiment pensé et à moi et c’était réciproque. Il m’avait complément obsédé, chaque jour sans le voir, un peu plus. Je remarquais que ma question l’avait mis presque mal à l’aise et j’étais ravi d’avoir cet effet là sur lui. C’était ma petite vengeance pour toutes les fois où il s’était fait un malin plaisir de me gêner.
Ce cadeau, je savais que j’allais le porter lors de mes entrainements ou de mes cours. Je serais fier de le montrer en sachant qui me l’avait offert. Je riais légèrement, il espérait vraiment m’embobiner aussi facilement. En voyant la chambre de son fils, j’avais peur qu’il se lâche un peu trop avec moi aussi. Je n’avais pas besoin de cadeaux mais il semblait être heureux de me les offrir.

« Mais quel beau parleur ! Je rêve »

Je gardais mon sourire, rougissant légèrement suite à sa remarque. S’il y avait bien une chose que j’aimais chez moi et ça devait être la seule, c’était mon sourire.

« Pas besoin de m’offrir quoi que ce soit, juste te regarder me suffit. »

Le fait qu’il me laisse entrer dans sa vie était déjà le plus beau des cadeaux. Il avait de la chance de voyager autant. Je rêvais de retourner à Los Angeles, mais j’avais bien compris que ce n’était pas une bonne idée, mais j’en avais assez d’attendre. Si je prenais un billet sans rien dire à personne, mon frère me tuerait et je ne voulais pas lui causer de problème.

« Oui, je ne sais même pas si je pourrais y retourner un jour. »

Takahiro ne savait rien de mon passé et je n’avais pas envie de gâcher l’ambiance en lui disant que le FBI nous avait envoyé en Corée pour notre protection en échange du témoignage de mon frère contre son propre gang. Peut-être que je ne devrais même pas continuer à m’attacher à lui, il y avait une possibilité que je le mette en danger. Je n’y avais même pas pensé. Il avait un petit garçon et je ne pouvais pas lui cacher ce que j’avais vécu. C’était beaucoup trop important.
Je laissais ces pensées de côté et me faisais entrainer jusqu’à son studio. J’avais adoré cette pièce la première fois que j’étais venu, elle reflétait son âme. J’observais la pièce une seconde fois et je m’y sentais toujours aussi bien. J’observais la guitare dont il semblait si fier. Elle était magnifique.

« T’as vraiment beaucoup de talent. »

Il ne s’imaginait pas à quel point il m’impressionnait. Je m’asseyais dans le canapé pour pouvoir profiter pleinement du spectacle. A la première note, je frissonnais et j’arrêtais de respirer. Il était tellement beau que mon cœur rata un battement. J’avais l’impression d’avoir un autre homme en face de moi, encore plus charismatique. Je ne pouvais pas le quitter du regard. Cette fois il chantait pour moi, rien que pour moi, je me rendais compte de la chance que j’avais de l’avoir. Je restais de longues secondes sans rien dire une fois la chanson terminé.

« Je comprends pourquoi tu attires autant de monde. »

Je n’avais pas vraiment de mot pour décrire ce qu’il venait de me faire ressentir, c’était comme si un simple chanson avait réussi à me briser le cœur et c’était contre toute logique.

« Je suis vraiment en train de tomber amoureux de toi. »

Les mots étaient sortis tout seul, je n’avais pas pu les retenir. Ce n’était que notre troisième rencontre et pourtant, je n’imaginais plus ma vie sans lui. Ce n’était pas une simple amourette et je voulais être sûr qu’il le sache.

« Tu dois me prendre pour un dingue. »

Je baissais la tête, regardant sa bague. Ce n’était pas un simple bijou, pour moi c’était le signe que je lui appartenais, que les autres hommes n’avaient aucun intérêt pour moi.


Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Lumière sur...
Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux en prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !
Cette année pour Halloween, la directrice Han Ye Jin, avec l'accord de tout le corps enseignant et de l'administration, a fait privatiser un parc d'attraction pour quelques heures. Le but de cette manœuvre est de rassembler les gens et leur permettre d'oublier le temps de cette soirée, toutes les querelles entre les fraternités.

Pour en savoir plus, clique ici !