Revenir en haut Aller en bas

TROUBLE MAKER HAS SOME NEW FOR YOU




 

we need to talk (boram)

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Jung Mi Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Déc - 2:00

we need to talk
boram & mihee

tu n’as pas vu bo ram de la matinée et ça ne te plait pas forcément. d’ordinaire, vous vous voyez au moins à vos pauses, du moins vous essayez, mais pas aujourd’hui. elle semble aux abonnés absents et ça te chagrine. tu peux comprendre qu’elle soit bouleversée, perdue ou tout autre adjectifs par rapport à ce qui s’était passé la veille. cependant, tu ne pourrais pas la rassurer si elle te fuyait. et c’était clairement l’impression que tu avais. t’avais même été devant sa salle de classe sans succès. on t’avait dit qu’elle n'était pas là, qu'elle était aux abonnés absents. est-ce que tu devrais le prendre mal ? après tout c’est elle qui est venue t’embrasser la veille. c’est elle qui a initié ce rapprochement buccal, alors pourquoi te fuit-elle de la sorte ? tu sais que ça doit être parce qu’elle ne sait pas comment réagir à cette situation. mais tu ne le sais pas plus, parce qu’elle est ton amie, et parce qu’elle est hétéro. enfin, jusqu’à maintenant, tu l’avais toujours pensé. mais depuis le baiser tu te poses des questions. est-ce qu’elle l’a fait seulement parce qu’elle était défoncée ? est-ce qu’elle l’a fait parce qu’elle le voulait ? parce qu’elle se sentait seule ? tant de questions qui sont sans réponses parce que tu ne trouves bo ram nulle part. et tu ne peux pas continuer de chercher parce que les cours reprennent. tu pousses un soupir en retournant dans ta salle de cours. tu attendras l’heure du déjeuner. vous devez retrouver la bande, elle sera sûrement là. t’essaies donc de te concentrer sur ton cours de physique, sans réellement arriver à garder ton esprit sur les formules et les expériences que tu dois mener. t’as l’esprit qui vagabonde un peu trop et t’en viens à te demander si elle t’évite parce qu’elle regrette ou parce qu’elle ne veut plus être ton amie. tes pensées s’embrouillent et ça te serre le cœur parce que tu ne veux pas perdre ton amie à cause de ça. tu te mords la lèvre sans te rendre compte que t’y plantes un peu trop tes dents dedans, te faisant saigner. ce n’est que lorsque ton binôme te le fait remarquer que tu pousses un soupir, lâchant le morceau de peau. tu passes un mouchoir sur la plaie et tu souris légèrement à ton partenaire de labo. tu t’es pas rendue compte que tu avais mordu dans ta lèvre. après tout, tu ne ressens pas la douleur physique, comment aurais-tu pu le savoir ? nouveau soupir qui s’échappe de tes lèvres alors que tu replonges le nez dans ton livre. mais encore une fois, tu perds ta concentration pour laisser ton esprit divaguer. et c’est ainsi jusqu’à la fin de l’heure et t’es soulagée d’entendre la sonnerie annonçant la fin du cours. tu jettes tes affaires dans ton sac et te précipites devant le réfectoire pour attendre les autres. vous ne tardez pas à tous vous retrouver et les conversations vont bon train. d’ordinaire, tu y prends part. mais pas cette fois-ci. pour le moment tu guettes l’arrivée de bo ram, mais quand elle arrive, elle ne croise même pas ton regard, comme si elle le fuyait et fait presque comme si tu n’existais pas. tu voudrais lui parler avant d’entrer mais t’as pas le temps. vous êtes poussées à l’intérieur par vos potes affamés. ils se servent et toi tu prends simplement pour faire genre. t’as la gorge et le ventre noués, tu ne peux rien avaler. vous êtes carrément à l’opposée l’une de l’autre sur la table. elle l’a fait exprès tu le sens. elle a attendu que tu prenne place pour venir à son tour s’asseoir sur une chaise, la plus loin de toi. ça te blesse qu’elle agisse de la sorte et te coupes encore plus l’appétit si c’était possible. tu joues avec ta nourriture essayant de capter le regard de la jeune femme en vain. tu finis par abandonner pour le moment, te mêlant sans grande conviction aux conversations autour de toi. ça ne t’intéresse pas plus que ça mais tu fais un effort. pas longtemps, parce que tu te mures à nouveau dans le silence et ça ne semble pas choquer plus que ça. tu hoches souvent la tête dit quelques « hm hm » et ça semble les satisfaire. le repas ne s’éternise pas et quand tout le monde se lève pour ranger les plateaux, tu fais pareil alors que tu n’as rien mangé. tu les observes s’en aller un par un et tu rattrapes la gumi par le poignet. « bo ram, on peut parler ? » que tu demandes alors qu’elle s’apprêtait à sortir elle aussi. c’est maintenant où jamais. « partez devant on vous rattrape. » lances-tu à vos amis qui se retournent pour vous attendre. tu leur adresses un signe alors que tu resserres légèrement ta prise sur bo ram pour ne pas qu’elle s’échappe. tu ne lui laisses pas le temps de réfléchir ou de se dérober, que vous quittez déjà le bâtiment par derrière. à l’arrière du réfectoire vous pourrez discuter normalement sans avoir peur que les gens vous entende. tu finis par la relâcher et tu mets de la distance entre vous alors que tu passes une main dans sur ta nuque. tu sais pas vraiment par où commencer. « pour ce qui s’est passé hier… » tu déglutis, ne sachant pas comment trouver tes mots. « si tu regrettes. tu peux me le dire… je comprendrais hein. » t’es pas douée pour ce genre de chose, tu ne l’as jamais été. mais tu vas faire des efforts parce que c’est ton amie après tout. « je peux comprendre et je t’en veux pas. t’étais pas dans ton état normal ça arrive. » tu cherches encore une fois son regard avant de reprendre. « mais s’il te plait parle-moi et ne m’évites pas. » tu la supplies presque parce que t’en as marre que ton entourage te fuit.

 


#kerushirei


blooming day.
sometimes just hearing your voice is all i need.
avatar
Ray Bo Ram
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 31 Déc - 17:00

we need to talk
boram & mihee

Hier soir était encore une soirée digne de ce nom pour cette bande d’étudiants scientifiques. Boram adore passer du temps avec eux, elle s’éclate, ils lui rappellent la bande d’amis qu’elle avait au lycée à Laguna. En tout point si ce n’est qu’ils n’avaient pas tous un profil scientifique. la drogue, par contre, était toujours belle et bien présente dans la vie de Bobo. Et ça, c’est un mensonge qu’elle entretenait tous les jours auprès de ses proches. Ses parents, ses meilleurs amis… Elle se doute que s’ils viennent à savoir la vérité, ils lui confisqueraient tout. Mais Bobo, elle veut pas. Elle veut pas qu’on la prive de ça, elle se sent que trop bien quand elle est sous l’emprise de drogue. Ça lui permet de relativiser, de se sentir bien ou du moins de ne pas sentir les effets du stress des cours. Et quand elle est dans cet état là, elle se sent libre d’exprimer ses idées, ses désirs les plus fous, ceux qu’elle garde enfouis en elle et dont elle ne parle jamais. Ça faisait quelques jours qu’une idée lui trottait dans la tête, qu’elle avait envie d’essayer quelque chose qu’elle n’avait jamais essayé. Découverte d’une sensation jusqu’alors inconnue, une envie qu’elle avait gardé silencieuse jusqu’à hier soir. Et qu’elle a finalement exprimé. Merci l’euphorie provoquée par la drogue. Hier soir, elle a tout simplement embrassé son amie, Mi Hee. Cette fille avec qui elle traîne souvent, cette fille membre de la bande aussi. La moitié du temps où elle est avec elle, elle est défoncée et hier soir en était un exemple. C’est à la porte de sa chambre qu’elle s’est tournée vers Mi Hee et l’a attiré vers elle pour déposer un baiser sur ses lèvres. Pour essayer, pour vois ce que ça faisait. Et… c’était bizarre, mais pas désagréable. Elle avait apprécié l’expérience, mais ce n’était peut-être pas désiré en face et l’idée l’a empêché de fermer l’oeil toute la nuit. Et si elle avait embrassé Mi Hee alors que celle-ci n’avait même pas envie ni même apprécié l’échange? Encore une idée farfelue de Bo Ram qui allait mener à quelques problèmes.

Le réveil sonne, Bo Ram enchaîne sur sa journée, suivant sa routine matinale. Mais ce matin, elle n’a pas le sourire. Elle est angoissée à l’idée de croiser Mi Hee, mais elle va le faire. Elle affrontera cette rencontre, et si elle veut des explications, alors elle en aura. Bobo n’est pas une fille qui a tendance à nier les faits, elle est plutôt ouverte au contraire. Prête à assurer les conséquences de ses actes. Alors oui, elle va en cours avec le souvenir de ce baiser qui pourrait conduire à une dispute entre elle et Mi Hee, et ça lui fait peur. Elle ne veut pas la perdre. Elle tient à elle, elles ont partagé tant de choses, ce n’est peut-être pas le moment de tout gâcher. Elle y pense encore et encore, elle ne pense qu’à ça, elle sait qu’elle va la voir ce midi pour le déjeuner et elle se demande ce qu’elle pourra bien lui dire. D’autant plus que ça s’est passé quand elles étaient seules, leurs amis ne sont pas au courant, elles ne pourront donc pas en parler devant eux. Bo Ram tient à ce que ça reste entre elles pour l’instant, ce n’est qu’une expérience de rien du tout qu’elle voulait essayer, rien de mal. Elle ne s’est jamais posée de questions sur sa sexualité, mais elle s’est tout de même demandée un jour si elle mourrait sans essayer ce bord là.

Son entourage remarque qu’elle n’est pas en forme. Ses copines de classe s’inquiètent, elle est avachie sur le banc de l’amphi, elle ne semble pas vouloir écouter ni prendre des notes. Elle pense à ce qui s’est passé hier soir sans cesse et au final, elle se languit vraiment le déjeuner pour la voir et pouvoir discuter avec elle. Or, quand la sonnerie retentit, marquant la pause de midi, Bo Ram prend ses affaires et rejoint sa bande au self sans grand enthousiasme. Elle voit Mi Hee, elle croise son regard et elle lui adresse un sourire qu’elle n’a pas du voir à cause de leur bande d’amis qui les poussent jusqu’à l’intérieur, un peu pressés de manger. La demoiselle se sert son repas et suit le mouvement, allant s’asseoir au bout de la table, à l’opposée de Mi Hee pour le coup. Elle n’a pas fait exprès mais elle se dit qu’après tout, elles n’auraient pas pu discuter de ça devant leurs amis. Bo Ram se force alors à manger un peu, sans oublier de regarder parfois le plateau de Mi Hee qui lui, ne bouge pas. Elle ne mange pas, elle n’a pas faim, Bo Ram se sent terriblement coupable. Elle commence à s’imaginer les pires trucs, comme par exemple, elle l’aurait dégoûté avec ce baiser et du coup elle ne veut plus lui parler? Ça lui fait un pincement au coeur, lui coupe l’appétit et résultat des courses, Bo Ram ne finit pas son plat et ne touche même pas à son dessert. Quelle conne.

Au moment de quitter le self, Bo Ram prend alors son plateau, le range et s’apprête à suivre le reste du groupe lorsqu’elle sent une main retenir son poignet. Mi Hee, qui lui demande si elles peuvent parler. Bobo déglutit, avant d’acquiescer, silencieusement, et tourne la tête pour regarder la bande partir devant, comme son amie leur a demandé. Bien, voilà. Elles y sont. Mi Hee resserre son emprise sur le poignet de l’américaine et les deux quittent alors le bâtiment par la sortie de derrière. Une sortie de secours normalement interdite aux élèves. Là, sous le perron, elles seront tranquilles pour avoir cette discussion. Aussitôt qu’elle lâche le poignet de la brune, la pyobeom s’éloigne, met de la distance, et Bo Ram le remarque. C’est sûr: elle est déçue de son geste. Bo Ram ne la quitte pas des yeux, elle attend qu’elle parle en première. Et quand elle prend la parole, Bobo affiche un air des plus étonnés. « si tu regrettes. tu peux me le dire… je comprendrais hein. » dire que cette idiote pense l’inverse. La gumiho remet correctement son sac sur son épaule, écoutant Mi Hee parler jusqu’au bout avec attention, tout en ayant les yeux rivés au sol. « je peux comprendre et je t’en veux pas. t’étais pas dans ton état normal ça arrive. » Ok, il fallait vraiment qu’elles en parlent, ces idiotes se retrouvent maintenant dans un quiproquo. « mais s’il te plait parle-moi et ne m’évites pas. » Bo Ram lève soudainement la tête vers son amie pour la regarder, la bouche entrouverte, surprise par ce qu’elle vient de dire. « Je t’évite pas! » se défend la brune aussitôt. « Je t’assure, si j’avais pu te trouver avant, ça m’aurait arrangé. » elle se tourne un instant pour vérifier que personne ne soit là en train de les écouter. La voie est libre, elle reporte alors son attention sur Mi Hee et la regarde un instant, alors que dans sa tête, les idées se bousculent. Par où commencer? « Concernant hier soir, je tiens à m’excuser. » elle marque une pause. « Or, je ne regrette pas mon geste, si je l’ai fait, c’est parce que j’en avais envie. » Elle marque une pause, assez longue. De quelques secondes peut-être, où elle s’appuie finalement contre le mur derrière elle. Ses beaux yeux clairs se baissent au sol le temps de réfléchir à tout ça. Elle a tellement de choses à lui dire, à lui demander, qu’elle ne sait même pas quoi dire finalement. « J’avais juste envie d’essayer, en fait. C'est con je sais… » déclare-t-elle, désolée. Elle se mord la lèvre, elle espère juste qu’elle n’a pas mis mal à l’aise Mimi, mais puisqu’elles sont ici pour en parler, autant lui poser la question. Elle lève alors la tête vers son amie pour la regarder. « Je t’ai mise mal à l’aise? Si oui, je m’excuse sincèrement. Ça ne se reproduira plus. » C’est dommage, elle avait apprécié, elle aurait été capable de recommencer mais si Mi Hee le refuse, alors elle se tiendra à carreaux.

 


#kerushirei



sweet surrender
♛ we don't have to talk, cause talk is cheap. in the dark silence so loud you only gotta lay your hands on me.
avatar
Jung Mi Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 16 Mar - 13:31

we need to talk
boram & mihee

tu n’as jamais eu honte de tes actes. t’as toujours assumé les conséquences. même quand tu te droguais, tu n’as jamais été embarrassée par tout ça. peut-être que c’était l’effet de la drogue ou même parce que c’est dans ta nature de ne pas ressentir la gêne, mais en tout cas, tu n’as jamais eu honte de quelque chose que tu as fait toi. pour ce qui est des autres, on ne peut pas dire que tu aies déjà été embarrassée par leurs actions ou leurs mots, tu as plutôt été surprise. et c’est exactement ce qui s’est passé avec boram. tu as totalement été étonnée par son comportement de la veille. elle t’a embrassé, sans raison apparente. enfin, elle n’était pas dans son état normal à cause de la drogue, mais quand même, il n’y avait aucune raison pour elle de t’embrasser. alors, en plus d’être surprise par ce geste, tu es aussi totalement perdue. tu n’avais jamais jusque là imaginer quelque chose avec la jeune femme, si ce quelque chose existe vraiment. ça ne pourrait être qu’une erreur de la jeune femme à cause des substances illicites qui se promenaient dans son corps. alors, quand tu es arrivée à la fac ce matin, tu l’as cherché pour lui parler, pour mettre les choses au clair, histoire qu’elle ne se sente pas coupable si elle s’en voulait et toi trouver des réponses aux questions que tu te posais. pourquoi avait-elle fait ça ? avait-elle apprécié ? parce que toi, tu n’avais pas trouvé ça dégueulasse. quand le sujet de ta sexualité arrivait, tu n’avais aucune honte à dire que tu étais okay avec n’importe qui. tu n’étais pas le genre de fille à être attirée que par une belle gueule. certes, il fallait quand même un peu que la personne te plaise physiquement mais c’était avant tout mental. tu disais et écartais les cuisses à tout le monde, pour peu que vous vous protégiez. du coup, tu te définirais plus comme étant pansexuelle que réellement bisexuelle. parce que même si la question ne s’était jamais posée jusqu’à maintenant, tu ne crois pas que ça te dérangerait de coucher avec un transsexuel. après tout, ils restaient des humains qu’importe leur sexe de naissance. tout ça pour dire que le baiser de boram ne t’avait pas dérangé du tout. tu avais apprécié son contact doux et c’était plus par surprise que tu ne lui avais pas répondu qu’autre chose. tu aurais donc aimé mettre les choses au clair entre vous avant le début des cours, mais c’était impossible apparemment. au lieu de ça tu avais commencé la journée des questions pleins la tête et ce n’est qu’après le déjeuner, que tu avais vu l’occasion de lui parler en tête à tête. vos amis sortent par la porte d’entrer et toi tu récupères le poignet de la jeune femme pour que vous preniez la sortie de secours, celle qui mène à un endroit plus paisible pour discuter tranquillement toutes les deux. vous avez besoin d’être seules et une fois que c’est fait, tu te mets à parler. tu parles des regrets qu’elle pourrait avoir, du fait que ce sont des choses qui arrivent quand on est pas dans son état normal, et que tu voudrais qu’elle ne t’évite pas. aussitôt, la réaction de boram ne se fait pas attendre. elle ne t’évite pas ? mais alors pourquoi n’est-elle pas venue te trouver plutôt si c’est ça ? pourquoi s’est-elle assise aussi loin de toi pour manger ? tu ne comprends plus rien et quand elle s’excuse encore moins. ça y est elle va te dire que c’était une erreur, un effet de la drogue et pourtant quand elle reprend la parole, ce n’est pas du tout ça. t’apprends qu’elle ne regrette pas de t’avoir embrassé, mieux, elle en avait envie. ta bouche et tes yeux s’ouvrent encore un peu sous l’effet de la surprise. tu n’arrives pas à croire ce que tu entends. elle voulait simplement essayer et toi tu es partie dans un scénario totalement improbable. c’est la première fois que ce genre de situation t’arrive, et tu te sens complètement conne d’avoir surréagit et d’être partie sur des conclusions avant même de discuter avec la jeune femme. ça ne te ressemble pas de réagir de la sorte. tu viens mordre ta lèvre signe que tu es nerveuse et quand boram finit de parler, tu secoues la tête. « non non, tu ne m’as pas mis mal à l’aise. » au contraire, tu as apprécié. mais tu tais ce détail parce que pour le moment, tu veux simplement des réponses aux questions que tu te poses depuis des heures maintenant. « tu avais envie d’essayer. mais pourquoi ? » tu ne comprends vraiment pas pourquoi et encore moins avec toi. « enfin, je veux dire, je suis pas la seule fille du groupe, et même de la fac. alors pourquoi t’as voulu essayé avec moi ? ou alors je me trompe et tu voulais juste essayer d’embrasser une fille et j’étais là au moment où tu le voulais. » si c’est ça, encore une fois tu te sentiras bien conne. mais pour le moment, tu ne veux pas penser à cette éventualité. « et du coup, tu as aimé ? t’as envie de recommencer ? » tu demandes parce que toi ça ne te dérangerait pas du tout. t’as déjà embrassé quelques femmes alors, embrasser ton amie encore une fois et lui rendre son baiser plutôt que d’être une simple spectatrice pourrait être pas mal.

 


#kerushirei


blooming day.
sometimes just hearing your voice is all i need.
avatar
Ray Bo Ram
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 25 Mar - 23:55

we need to talk
boram & mihee

Ça ne s’explique pas vraiment ce qui s’est passé. Ce qui a traversé l’esprit de Boram à cet instant où elle s’est retrouvée face à Mihee. Les yeux dans les yeux, dans ce silence nocturne qui les enveloppait. Le coeur battant, elle s’était laissée aller à cette envie soudaine, injustifiée mais assumée aujourd’hui. Non, ce n’était pas à cause de la drogue ou de l’alcool qu’elle avait ingurgité un peu plus tôt durant la soirée et aux côtés de la jeune femme. Non, ce n’était rien de tout ça. A croire que Mihee avait quelque chose de mystique, d’attirant pour l’américaine d’adoption. A y réfléchir, ça ne date pas d’hier. Bo l’a toujours vu comme une possible aventure, une expérience qu’elle se permettrait d’avoir une fois dans sa vie. Et c’est chose faite désormais, et après coup, elle maintient: elle ne regrette rien. C’était doux, peut-être un peu timide mais c’était surtout agréable et quand elle entend alors Mihee parler d’un possible regret, Bobo s’empresse de s’expliquer. La fuir? Non. Jamais. Tout ce qu’elle énumère n’est qu’une coïncidence, même s’être assise loin d’elle, ça, ce n’était pas non plus voulu. Bobo avait une discussion à avoir avec un garçon de la bande concernant les cours, rien de plus, et elle avait profité du repas pour ça.

Avouer à Mihee qu’elle n’a pas fait ça sur un coup de tête est facile. Lui avouer qu’elle a apprécié n’est pas difficile non plus mais sur le coup, l’idée que ce ne soit pas réciproque traverse l’esprit de la brune, qui se demande si elle a vraiment bien fait de laisser parler ses pulsions, une fois de plus. Elle se sent soudainement coupable d’avoir possiblement mis Mihee mal à l’aise, c’est pourquoi elle s’excuse, et promet de ne plus jamais se comporter de la sorte. A savoir, égoïstement.  « non non, tu ne m’as pas mis mal à l’aise. » un premier soulagement pour Boram dont le visage se décrispe presque de suite. C’est déjà pas mal de savoir que Mihee n’a pas été gênée par le geste. Auquel cas,faut imaginer la suite entre les deux. Une amitié brisée à cause de l’égoïsme de Boram. Parce que oui, si Mihee n’aurait pas apprécié le rapprochement physique, l’américaine aurait sûrement pris ses distances jusqu’à ne plus avoir de contact avec la jeune femme. Plutôt satisfaite, Bobo retrouve alors un sourire assuré sans pour autant cesser d’écouter son ami qui continue de lui faire part de sa confusion.Et comme Boram s’y attendait, elle finit par lui demander pourquoi elle a eu envie de l’embrasser. C’est simple comme question, mais y trouver une réponse, ça, c’est plus coriace. « enfin, je veux dire, je suis pas la seule fille du groupe, et même de la fac. alors pourquoi t’as voulu essayé avec moi ? ou alors je me trompe et tu voulais juste essayer d’embrasser une fille et j’étais là au moment où tu le voulais. » non, c’est vrai. Elle a raison dans ce qu’elle dit, elle n’est certainement pas la seule fille de l’école et pas de la bande non plus mais allez savoir pourquoi Boram a voulu essayer ça avec Mihee. Peut-être parce qu’elle sait aussi que Mihee est la plus ouverte de la bande, sexuellement parlant? la brune hausse les épaules. « Je sais pas moi… J’avais envie de faire ça avec toi, 'fin… » l’américaine semble un peu déstabilisée. « Ya quelque chose… d’attrayant chez toi. » gloups. Son coeur accélère progressivement à mesure qu’elle s’imagine aller plus loin dans ses aveux. Elle se mord la lèvre et s’appuie contre le mur derrière elle, le regard rivant au sol. « et du coup, tu as aimé ? t’as envie de recommencer ? » ses yeux noisettes se lèvent pour croiser le regard de Mihee. Se mordillant toujours la lèvre inférieure, elle regarde longuement la jeune femme face à elle sans sourciller ni même baisser les yeux, avant d’acquiescer, pour répondre à sa question, avec toute la sincérité du monde. « Ouais. » elle serre les lèvres avant d’esquisser un sourire gêné, baissant la tête pour regarder ses pieds. Intimidée? Oui, totalement.

 


#kerushirei



sweet surrender
♛ we don't have to talk, cause talk is cheap. in the dark silence so loud you only gotta lay your hands on me.
avatar
Jung Mi Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 25 Avr - 12:48

we need to talk
boram & mihee

dans ta tête c’est le bordel. tu ne comprends pas pourquoi boram t’a embrassé. pas que tu n’as pas aimé, au contraire, c’était très agréable qu’elle t’embrasse. mais c’est plus parce que tu n’arrives pas à comprendre pourquoi toi et pas une autre. comme tu lui fais remarquer, tu n’es pas la seule fille de votre bande d’amis, pire la seule fille de la fac. alors, tu ne saisis pas pourquoi c’était toi et pas une autre. est-ce que parce que tu étais là au moment où elle en avait envie ? est-ce que c’est parce qu’elle avait juste envie d’essayer et c’est tout ? tu ne sais pas, et tu en as marre de ne pas arriver à faire le tri de tes pensées. c’est surtout confus parce qu’hier elle n’était clairement pas sobre. elle aurait très bien pu le faire à cause des substances qu’elle a ingurgité. dans ce cas-là, tu te retrouverais bien conne avec tes questions et tes doutes. mais apparemment ce n’est pas le cas, sinon, elle n’essaierait pas de savoir si elle t’avait mise mal à l’aise et elle te dirait probablement que c’était une erreur. tu ne crois pas que tu apprécierais d’apprendre qu’elle le vois de cette façon. est-ce que toi, tu as aimé ? oui. est-ce que ça t’a dérangé que boram t’embrasse ? non. est-ce que tu as envie de recommencer ? oui, et rapidement pour arriver à démêler ce que tu as ressenti hier soir. parce qu’à part le souvenir de la surprise et de la douceur de ses lèvres, tu ne te souviens pas de grand-chose de tes sentiments sur le moment. et c’est sûrement le cas de la plus jeune. elle doit vouloir comprendre et surtout ne plus avoir de doutes quand à ce qu’elle ressent ? la réponse de la plus jeune ne se fait pas attendre et tu souris tendrement. est-ce que c’est parce que tu as un look un peu de tomboy qu’elle te trouve attrayante ? tu ne penses pas, enfin t’espères pas. parce qu’elle risque d’être déçue. en dessous de ta ceinture comme en dessous de la sienne, il y a un vagin, pas un pénis comme un mec. elle s’en rend compte ou c’est juste parce qu’elle veut expérimenter avec une fille ? pas que ça te dérange, tu le feras même avec plaisir. boram est loin d’être moche, t’as même déjà été plus d’une fois attirée par la jeune femme, par ses longs cheveux bruns et son regard de biche. mais ça te gênerait si ça change quelque chose entre vous par rapport à votre relation. tu ne veux pas que vos rapports deviennent bizarres et malaisants. et pourtant, quand tu lui demandes si elle a aimé, si elle veut recommencer, tu sais d’avance que si elle dit oui, tu vas l’embrasser à nouveau et que ça changera quelque chose. parce que vous ne pouvez pas rester de simples amies si vous échangez des baisers. votre relation va évolué c’est normal non ? alors tu attends sa réponse, soutenant son regard. t’es contente de constater qu’elle ne le fuit pas et quand elle ouvre enfin la bouche pour répondre, en baissant les yeux certainement gênée, ton sourire réapparait. « il suffisait de le dire. » tu viens réduire la distance entre vous, la bloquant un peu plus contre le mur et tu places deux doigts sous son menton pour lui faire relever la tête. tu poses ton regard dans le sien essayant de lire un refus ou alors une hésitation. tu n’arrives pas à interpréter ce que tu vois alors, tu continues de sourire et lentement, sûrement pour lui laisser le temps de s’enfuir si jamais elle en a envie, tu rapproches ton visage du sien. « je vais t’embrasser boram… » tu la préviens de ce que tu vas faire peut-être pour être sûre qu’elle ne te dira rien. tu lui laisses le temps de refuser, mais quand elle ne le fait pas, ou peut-être c’est parce que tu perds patience, tu finis par poser ta bouche sur la sienne, tes yeux se fermant pour mieux apprécier ce contact. le baiser est tout d’abord chaste. ce sont juste vos lèvres qui se goûtent, qui se cherchent. tu les laisses faire quelques secondes, ton corps se rapprochant du sien pour se coller contre elle. ta main droite passe derrière sa nuque tandis que l’autre se pose dans sa chute de reins. tu sens ton bas ventre se réveiller. t’as toujours trouvé la jeune femme belle et attirante, mais c’est sûrement la première fois que tu penses à elle de cette façon, que tu penses que vous pourrez aller plus loin. est-ce qu’elle le veut ? tu sais pas du tout. alors, tu veux en avoir le cœur net, et tu passes à la vitesse supérieure. tu demandes l’accès en pressant ta langue contre ses lèvres, doucement, pour ne pas la forcer. tu n’as pas envie qu’elle s’échappe ou qu’elle arrête tout parce que tu es trop insistante. c’est à elle maintenant de voir ce qu’elle veut faire. si elle veut tout arrêter, vous arrêterez tout et vous n’aurez qu’à faire comme si ça n’avait jamais eu lieu. mais par contre, si elle veut plus, faut qu’elle soit prête à ça, parce que tu ne te stopperas pas à mi-chemin.rendre son baiser plutôt que d’être une simple spectatrice pourrait être pas mal.

 


#kerushirei


blooming day.
sometimes just hearing your voice is all i need.
avatar
Ray Bo Ram
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 1 Mai - 11:25

we need to talk
boram & mihee

Les choses se sont passées assez vite mine de rien. Entre vous, ça a toujours été la même chose jusqu’à il y a quelques temps. Tu t’es mise à regarder Mihee différemment. Non plus comme une amie mais une possible aventure. Pourquoi tout d’un coup ton cerveau a-t-il vrillé comme ça? T’en sais rien, mais t’as toujours été cette fille qui ne réagit jamais de la même façon. Le genre de fille qui nous rend confus parce qu’on ne sait plus sur quel pied danser. Tes envies deviennent souvent des objectifs que tu atteins et pour le coup, t’as as vraiment attendu qu’elle te donne son aval. Tu l’as embrassé hier soir, peut-être qu’attendre d’être sous l’emprise des substances illicites te permettait, au cas où si Mihee n’avait pas apprécié le geste, de te cacher derrière cette excuse pour ne pas ramasser un rejet que tu aurais mal accepté. Tu ne fais rien dans le pur hasard. Tous tes gestes ont une raison et c’est bien le moment de lui avouer ton attirance pour elle. Elle te pose la question, tu ne vas pas fuir alors qu’elle te tend la perche qui te permettra de te libérer de ce poids que tu gardes depuis un petit moment maintenant. Elle te demande si ça t’a plu, évidemment que ça t’a plu. Ya quelque chose d’excitant là-dedans, c’est comme franchir des limites que tu n’avais jamais franchies avant. T’as jamais embrassé une fille avant. T’as toujours fait ce genre de trucs avec les garçons, t’es une hétéro affirmée mais Mihee a semé le doute dans tes certitudes. Et l’embrasser, c’était aussi un moyen pour toi de voir si ça mettrait immédiatement fin à cette admiration que tu éprouves pour elle ou si ça ne ferait que l’accentuer. Réponse: ça n’a rien arrangé. T’as envie d’aller plus loin avec elle, de découvrir ce que a fait que de partager tant de choses avec une personne du même sexe. Et puis, t’es pas du genre fermée. Tu viens des US, de Californie, là-bas, tout le monde est libre de faire ce qu’il veut et ça a toujours marqué une différence très claire entre toi et les coréens. Quand t’es arrivée ici, tu t’es sentie extra-terrestre. Tu n’avais pas peur de t’affirmer, de sortir t’amuser tous les soirs. Bref, tu faisais des choses que les filles ici ont plus de mal à faire. Mais t’es tombée sur cette bande qui n’a pas froid aux yeux et Mihee, c’est une fille comme ça aussi. Peut-être que c’est parce qu’elle te ressemble un peu aussi que tu l’aimes plus que les autres encore.

Quand elle s’approche de toi pour te bloquer contre le mur, ton coeur rate un battement. Néanmoins, tu gardes ce sourire à mi chemin entre la gêne et l’amusement. Tu sais ce qu’elle essaye de faire, t’as juste hâte de sentir à nouveau ses lèvres contre les tiennes. Mais tu la laisses prendre les devants pour cette fois, tu sais qu’elle est bien plus expérimentée que toi avec les filles. Ses doigts se placent sous ton menton pour te relever le visage et tes yeux noisettes se plongent dans les siens. Tu ne pourrais décrire toutes les émotions que tu ressens à ce moment-là mais quand elle te prévient qu’elle va t’embrasser, t’en ressens des papillons dans le ventre. Tu ne dis rien, tu ne résistes pas. Tu vas la laisser faire. Tu fermes alors les yeux et profites d’abord de ce qu’elle t’offre. Un baiser timide, mais tu en es déjà contente. Or, elle rapproche son corps du tien jusqu’à ce qu’ils se retrouvent collés. Elle a une main sur ta nuque, l’autre dans le creux de tes reins. Est-ce le bon endroit, le bon moment? Elle éveille tes sens. Tes mains viennent agripper doucement son blouson pour la garder près de toi, tandis que vos langues se caressent doucement, tendrement. Si quelqu’un vous surprend là, il se poserait des questions en pagaille. Mais tu n’y penses pas, tu profites de l’instant présent, tu prolonges ce baiser intense qu’elle t’offre avant de te retirer doucement, savourant les dernières notes sucrées de ce baiser. Tes yeux de biche s’ouvrent, clignant plusieurs fois tandis que ton regard ne quitte pas celui de ton amie (que tu ne peux plus vraiment appeler  comme ça maintenant). Cela dure quelques secondes durant lesquelles vous ne parlez pas, mais vos regards se chargent du reste. Tab ouche légèrement entrouverte par la surprise de cette douce sensation, tu baisses les yeux vers ses lèvres une nouvelle fois. Si tu t’écoutes, tu recommences. Or, vous ne vous trouvez pas dans un endroit tranquille pour faire ça. Tu baisses alors les yeux vers tes mains, qui viennent doucement prendre les siennes. Jouant avec timidement. Tes yeux noisettes se reposent sur Mihee et tu la contemples un moment, avant de sourire discrètement. « C’était bon… » Beaucoup trop. T’en redemanderais encore et encore. « Mais je vais finir accroc à ce rythme. » lances-tu, avant de rire doucement. tu te redresses alors, rapprochant ton visage du sien considérablement, jonglant du regard entre ses lèvres et ses yeux. « On y va? » chuchotes-tu, contre ses lèvres. Où? T’en sais rien.


 


#kerushirei



sweet surrender
♛ we don't have to talk, cause talk is cheap. in the dark silence so loud you only gotta lay your hands on me.
avatar
Jung Mi Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 13 Mai - 21:25

we need to talk
boram & mihee

t’aurais jamais pensé qu’un simple baiser puisse te retourner le cerveau de cette façon. après tout, t’en avais embrassé des hommes et des femmes. tu avais sûrement couché avec plus de la moitié des gens de cette ville. ton vagin a été plus visité qu’une aire d’autoroute et tu n’en n’es ni fière ni dégoûtée. la vie est comme ça. tu as fait ton deuil en couchant à droite et à gauche, parfois simplement par pur plaisir et d’autres fois pour te payer cette dose d’héroïne que tu t’injectais dans le sang dès que tu avais fini ta petite sauterie. depuis la mort de minhee tu avais été plus que dévergondée et ouverte sur ta sexualité. alors, loin de t’avoir choqué, ce baiser t’avais laissé plus de questions que de réponses. sauf que tu n’aimais pas réellement quand tu avais trop de questions en tête. tu n’étais pas réellement le genre à te prendre le chou de cette façon, encore moins pour un simple bisou. mais là c’était différent, pourquoi ? tu ne le savais pas trop, sûrement parce que boram était ton amie et que même si tu l’avais toujours trouvé belle et attirante, mais tu ne l’avais jamais envisagé de cette manière. sauf que ça venait remettre en question tout ce que tu pensais de la jeune femme. t’aurais aimé que les choses soient claires dès le départ, dès la fin de ce baiser, mais tu n’avais eu le droit qu’à un au revoir. t’as du attendre toute la nuit, toute la matinée et ce repas qui s’est éternisé pour avoir un moment avec la jeune femme pour lui poser toutes les interrogations qui avaient gardé ton esprit éveillé toute la nuit. boram t’explique donc le pourquoi de son baiser et tu ne peux pas t’empêcher de te sentir flatter. c’est toi qu’elle a choisi pour cette expérience. toi et pas une autre. sauf que tu n’arrives pas à t’enlever de l’esprit, pourquoi toi et pas une autre ? ouais t’es heureuse que ce soit le cas mais tu penses que c’est juste parce que tu étais là au moment où elle en avait envie. apparemment ce n’est pas le cas, et l’américaine chasse tes doutes loin quand elle te dit qu’elle veut recommencer. tu ne te fais pas prier, la bloquant entre le mur et ton corps. tu laisses quand même une distance de sécurité entre vos dos cœurs si jamais elle a envie de partir parce qu’elle se sera rendue compte que c’est pas ce qu’elle veut. tu t’avances un peu plus près d’elle, l’avertissant de ce que tu vas faire : l’embrasser. est-ce qu’elle va s’enfuir ou te laisser faire ? tu lui donnes quelques secondes de réflexion avant que tes lèvres ne viennent se poser délicatement sur les siennes. le baiser est chaste, aussi doux que la caresse d’une plume. tu la laisses apprivoiser ces nouvelles sensations que tu connais si bien toi. mais très vite, tu en veux plus, tellement plus. tu quémandes l’accès à sa langue, gentiment presque timidement. mais tu n’es pas timide, tu as fait ça des centaines de fois et tu commences à ressentir les effets de ce baiser avec boram. ton ventre papillonne et tu sens ton cœur s’emballer alors que tu te colles encore un peu plus à la jeune femme, une main sur sa nuque et l’autre sur ses reins. tu ne penses plus à rien qu’à ce baiser qui te donne des frissons et quand la gumiho se recule, tu lèches légèrement tes lèvres, ton regard dans le sien. le silence vous entoure et tu le laisses grandir entre vous. ce n’est pas malaisant, donc tu ne vois pas de raison de le briser. tes mains quittent lentement le corps de boram pour revenir près du tien et tu souris quand elle vient les prendre pour jouer avec. après quelques secondes, c’est elle qui reprend la parole et ton sourire s’agrandit encore un peu plus à ses mots. toi aussi tu risques de devenir accroc si vous continuez. t’aimes la sensation que sa proximité te procure et tu aimes que ce soit réciproque. boram se décolle du mur pour venir plus près de toi et tu ne peux pas t’empêcher de sourire malicieusement à sa question. elle veut aller où ? ou plutôt est-ce qu’elle est sûre d’elle ? parce que si tu l’amènes dans ta chambre, il n’y aura pas de retour en arrière, tu n’accepteras pas qu’elle te plante. tu rapproches alors ta bouche de la sienne, capturant une nouvelle fois ses lèvres dans un baiser rapide. « t’es sûre ? » que tu demandes cherchant dans son regard une hésitation ou même une envie d’arrêter. tu ne vois rien de tout ça, juste le reflet de ce que tu ressens probablement, de l’excitation et une envie d’aller plus loin, de découvrir l’autre. tu lies donc vos doigts, lâchant une de ses mains, avant de prendre la tête de votre duo. tu marches d’un pas assuré, pas trop vite pour ne pas la traîner derrière toi, mais pas trop lentement pour ne pas tuer la flamme dans l’œuf. après un trajet rapide jusqu’au parking et ta voiture, tu te retournes une nouvelle fois vers boram pour t’assurer qu’elle est encore partante pour tout ça et qu’elle se rend compte de ce que vous vous apprêtez à faire. « c’est vraiment ce que tu veux ? » tu veux aussi t’assurer que ce n’est pas juste une passade, quelque chose qu’elle regrettera après. tu ne veux pas devenir un mauvais souvenir pour elle.

 


#kerushirei


blooming day.
sometimes just hearing your voice is all i need.
avatar
Ray Bo Ram
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 3 Juin - 18:43

we need to talk
boram & mihee

Dire que tu n’y avais jamais pensé serait mentir. T’es ce genre de fille ouverte à toutes les propositions et expériences, ton but, c’est qu’à ta mort, tu n’aies aucun regret sur quelque chose que tu n’aurais jamais fait. Pour le coup, faire ça avec une fille faisait clairement partie de tes plans et tu as jeté ton dévolu sur ton amie, Mihee. Tu l’as rencontré quelques mois après ton arrivée à la Yonsei et c’est depuis que vous trainez ensemble, avec la même bande de scientifiques un peu camés que vous êtes. Et le courant est toujours bien passé entre vous. Une fille qui ne se prend pas la tête, chill, comme tu les aimes. Ces nanas qui font gaffe à tout ne te plaisent pas. Parce qu’elles te rappellent peut-être trop les américaines mais au fond, t’as fini par devenir comme elles. Mihee ne te ressemble pas tant que ça finalement. Et elle incarne pour toi la fille idéale pour cette expérience lesbienne que tu voulais vivre. Qui sait, peut-être que cela te ferait changer de bord complètement? Remettrait en doute ta sexualité? C’est ce que tu ressens au moment où vos langues se caressent. T’as envie de plus, et plus elle prolonge ce baiser avec fougue, plus tu sens tes envies te travailler. C’est la première fois que tu ressens ça pour une fille. Une telle attirance. Si bien qu’hier soir, t’as pas pu la retenir. Ça fait un moment que tu la regardes discrètement avec ces yeux gourmands mais elle ne s’en est jamais rendue compte. Tu attendais simplement le bon moment pour lui faire passer le message. Hier soir était le moment opportun et l’idée qu’elle ne ressente rien pour toi, aucune attirance, t’a travaillé toute la journée.

Mais maintenant, tu peux te laisser aller. Tu peux laisser parler tes envies, tes désirs. Alors quand tu te retires pour plonger ton regard noisette dans le sien, tu ne tardes pas à lui demander de partir. Tu ne sous-entends rien, vous auriez pu juste aller vous poser dans les jardins du campus en attendant les prochains cours. Alors, quand elle te demande si t’es sûre, tu acquiesces plusieurs fois, frôlant ses lèvres dans un sourire malicieux. Mais quand elle se saisit de ta main pour partir devant, tu esquisses un sourire malin, haussant les épaules. Ok, tu vas la laisser prendre les devants. Elle a l’air d’avoir une idée derrière la tête et à voir comment elle marche, le pas pressé sans trop aller vite non plus, tu te doutes d’où est-ce que vous allez. Ton coeur s’agite un peu dans ta poitrine. Tu te dis que les choses vont vite mais c’est comme ça que tu veux vivre toi. T’aimes ne pas avoir le temps. Alors au final, ça te convient. Ton coeur bat parce que t’es excitée de voir ce qui t’attend par la suite. Une vraie gamine sur le point de découvrir quelque chose de nouveau, voilà ce que tu es au moment où vous arrivez à sa voiture. Tu te mords la lèvre et la regardes, un sourire se faisant deviner sur tes lèvres pulpeuses. Elle se tourne vers toi et te demande si c’est vraiment ce que tu veux. Évidemment que c’est ce que tu veux. Tu veux rester avec elle cet après-midi, sécher les cours s’il le faut, mais tu veux surtout céder à la tentation et à l’appel de son corps.

C’est pourquoi tu regardes autour de vous un instant. Voyant qu’il n’y a personne, tu t’avances pour la bloquer contre sa voiture, collant ton corps contre le sien et venant capturer ses lèvres avec envie dans un baiser pourtant furtif. Frustrant. « Oui. » murmures-tu contre ses lèvres entre deux baisers. Ton corps toujours contre le sien, tu sens un désir certain grandir dans ton bas ventre. Tu goutes encore à ses lèvres mais ça ne dure pas, tu te recules, sans la quitter du regard. Un regard qui la met au défi, un regard aguicheur, alors que tu fais le tour pour prendre place sur le siège passager. Tu boucles ta ceinture avant de tourner la tête vers elle et d’esquisser un sourire espiègle.


 


#kerushirei



sweet surrender
♛ we don't have to talk, cause talk is cheap. in the dark silence so loud you only gotta lay your hands on me.
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?