Revenir en haut Aller en bas



 

Aller à la page : 1, 2  Suivant

you need something? ; lili

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Nagao Tadashi
❝ CRAZIEST ❣ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 19 Déc - 18:12

you need something?
lili & tada

« Nagao, sors moi les poubelles, j'aimerais bien rentrer chez moi, donc tu t'active. » Il est tard quand la voix de ton patron résonne dans les cuisines du petit restaurant où tu travaille. Depuis quelques semaines, tu fais les service dans ce restau à quelques pas de chez toi. C'est pas un boulot qui paye beaucoup, mais c'est mieux que rien et ça rassure ton père. Tu lui as promis de gagné ta vie honnêtement pour ensuite pouvoir entrer à l'université. Tu lui dois bien ça, à ton père pour toutes les fois où il a été patient avec toi. Aujourd'hui tu voudrais plus le décevoir, même si ce job paye une misère. Tu attrapes les poubelles, lâche un soupire. Vivement que ta soirée se termine, toi aussi t'aimerais bien rentré plus tôt pour te reposer. D'un coup de pieds, tu ouvres la porte pour sortir. Le froid s'engouffre dans les cuisines et tu sors rapidement, fermant la porte derrière toi. Tu te dépêche d'aller jeter tes sacs dans les bacs pour pouvoir rentrer plus vite. Ça serait con que tu tombe malade et perdes ton job. Mais c'est quand tu vas pour rentrer à l'intérieur qu'un bruit de canette se fait entendre dans la petite ruelle. Tu tourne la tête, les sourcils froncés. C'est quoi ça ? Un rat ? Tu recule de quelques pas, fixant l'obscurité à la recherche de la source de ce bruit. Un nouveau bruit. Cette fois, tu as l'impression que quelqu'un fouille les poubelles. Tu t'avance un peu plus dans la ruelle, sortant même la lampe de ton téléphone. « Y'a quelqu'un ? » Tout doucement, tu t'aventure dans le noir. Après quelques pas, tu aperçois une silhouette la tête plongée dans les poubelles. « Hey !! » cries-tu pour attirer son attention. Si t'étais du genre parano, tu penserais que tu fais face au premier cas de zombie mais heureusement pour toi, y'a pas grand chose qui t'effraie. « J'vais pas te faire de mal. » Tu lèves les mains en l'air en signe de paix. « Tu veux à manger ? » C'est forcément un sdf qui cherche à se nourrir et, c'est pas comme s'il était à l'endroit parfait pour ça.  




#kerushirei


† I want you all to myself, don't leave none for nobody else, I am an animal with you. No angels could beckon me back and it's hotter than hell where I'm at.
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 19 Déc - 19:05

you need something?
lili & tada

recroquevillée sur toi-même, tu tentes en vain de te réchauffer. tu meurs de faim, tu meurs de froid, tu n'as qu'une couverture sur les épaules. tu ne t'en plains pas vraiment, tu aurais pu ne rien avoir du tout et puis, ce n'est pas ton genre de te plaindre même lorsqu'on voit tes conditions de vie. mais tu dois bien l'avouer, tu rêves du bonne douche qui retirerait ces quelques saletés sur ton visage, d'un chauffage pour réchauffer ton corps frêle et creusé, appelant la nourriture, tu rêves d'un bon plat que tu pourrais déguster jusqu'à plus faim. oui, tu rêves de tout ça, tu rêvais aussi d'une vie parfaite avec ton petit-ami, fonder une famille avec lui... mais tout t'a échappé sans même que tu puisses le voir venir. mais t'as fini par accepter, par accepter le chaos qu'est devenu ta vie et la fille vulnérable que tu es devenue. un coup de vent glacial te fait serrer davantage les genoux contre ta poitrine, tu commences à trembler, tu as l'impression de ne plus avoir ta couverture sur toi. pourtant, un bruit te fait relever la tête, une famille qui se trouve non loin de toi, et même si tu sais que c'est une mauvaise idée, tu ne peux détacher ton regard d'eux. ou plutôt de la poussette que cette femme pousse. elle a l'air heureuse, elle sourit, son mari vient même se saisir du bébé qui se trouve à l'intérieur. il le serre contre lui, un sourire rayonnant sur le visage alors que ton visage se décompose lorsque tu poses ton regard sur ce bébé, un court instant, avant d'afficher sans réellement le vouloir, un sourire des plus brisés. il est magnifique, ce bébé, mais tu vois ton fils, tu y penses tellement fort que ton coeur se resserre dans ta poitrine, une larme s'échappe et coule le long de ta joue alors tu agis vite, tu te redresses, attrapant le peu d'affaire que tu as et tu fuis. tu quittes les lieux, c'en devient insupportable pour toi de rester ici. alors tu marches pendant de nombreuses minutes, essuyant tes quelques larmes d'un revers de la main alors que ton regard se pose sur un restaurant. tu restes quelques secondes plantée là, examinant les lieux avant de daigner avancer, cachant tes affaires non loin de toi alors que tu t'approches des poubelles. avec un peu de chance, tu trouveras quelque chose qui te permettra de tenir et s'assouvir ta faim jusqu'à demain, même si tu n'y crois pas trop, alors tu te penches, la tête presque dans ces dernières à la recherche de quelque chose de potable, tu n'entends même pas cette voix qui s'adresse à toi, du moins, jusqu'à ce que l'homme en question se mette à crier. « hey !! » tu sursautes, te laissant tomber en arrière sur les fesses, tu en perds même ta couverture que tu viens aussitôt récupérer et blottir contre toi. tu poses ton regard sur ce type, les sourcils froncés, tu l'examines parce que c'est ta vie maintenant, tu dois à la fois te méfier des gens, à la fois leur accorder ta confiance. tu ne sais pas à qui tu peux l'accorder, tu es tombé face à plusieurs cas qui t'ont marqué. « j'vais pas te faire de mal. » ta respiration s'est accéléré, sans doute dû à la peur bleue qu'il vient de te faire. tu te redresses alors doucement pour te remettre sur pieds, non sans méfiance, continuant de le scruter. il t'inspire confiance, c'est déjà bon signe. « tu veux à manger ? » ton visage se décrispe légèrement, tu as même du mal à camoufler ton soulagement face à ses mots. « tu... tu peux m'en donner? » tu restes tout de même méfiante, tu as déjà fait face à des garçons qui disaient ça juste pour se foutre de toi, ou alors, te demander un service en échange. tu ne préfères même pas donner d'exemple mais évidemment, une si jolie fille comme toi à la rue, les hommes en profitent. « je... » tu secoues brièvement la tête sans le quitter du regard une seule seconde. « je n'ai pas envie que tu aies des problèmes. » s'il travaille ici, tu sais que ça pourrait être le cas. certains patrons n'ont aucune pitié.  




#kerushirei


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
avatar
Nagao Tadashi
❝ CRAZIEST ❣ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 19 Déc - 21:50

you need something?
lili & tada

La ruelle est trop sombre pour que tu puisses voir la source des bruits que tu entends, alors tu sors ton téléphone pour faire de la lumière. Une brise glaciale te fait frissonné, tu continues d'avancer dans l’obscurité jusqu'à ce que tu aperçoive une silhouette. Au vu des vêtements, tu dirais que c'est un sdf qui cherche de la nourriture. Tu tentes donc d'attirer son attention pour en avoir le cœur net. Tu cries dans l'allée pour être certain qu'il t'entende et ça ne manque pas : tu le vois sursauter et tomber au sol. La lumière  de ton téléphone passe furtivement sur son visage. C'est une fille ? Tu as à peine le temps de voir son visage mais, elle ne semble pas vieille, peut-être aussi jeune que toi. Cette révélation te surprend un peu, tu t'attendais à un vieil alcoolique mais certainement pas à une jeune fille. Ton premier réflexe est de lever les bras en l'air pour lui montrer que tu ne lui fera rien, tu gardes même tes distances. Elle se méfie de toi, et c'est ce qui te pousse un peu à montrer patte blanche. Tu lui veux pas de mal, bien au contraire... elle a bien de la chance d'être tomber sur toi, d'ailleurs, connaissant ton patron, il aurait bien pu lui faire du mal. Tu lui demande si elle cherche de la nourriture, y'a une tonne de bouffe dans la cuisine du restau. « tu... tu peux m'en donner? » elle tremble, tu ne sais pas vraiment si c'est à cause du froid ou de la peur que tu lui as donné... Tu jettes un coup d’œil à la porte fermée par peur que ton patron sorte et la voit. « je n'ai pas envie que tu aies des problèmes. » dit-elle, hésitante. Tu repose ton regard dans le sien. « Non, non, t'en fais p- » La porte des cuisines s'ouvrent d'un coup laissant apparaître la silhouette de ton patron. « Qu'est-ce que tu fous, Nagao ? » Okay, c'est la merde, il te faut trouver une excuse complètement bidon, il est assez con pour y croire. Ou trop pressé de rentrer chez lui pour s'attarder dessus. « Rien, j'avais perdu mes clés. » tu sors tes clés de ta poche les agitant, fièrement. C'est ça, Tada, joue les débiles ! « Super, je vais pouvoir te laisser fermer boutique parce que j'en ai plein le cul de t'attendre. » Un silence de quelques secondes s'installe durant lequel tu agites la tête pour lui répondre. « Demain tu viens à la même heure, et évite d'être en retard, sinon j'te vire ! » tu lui offre un faux sourire, ce gars te traite vraiment comme un larbin. « Je serais là ! » dans la joie et la bonne humeur, même si ça te plaît pas d'être traité comme un chien. La porte se ferme et tu te tourne vers cette fille. « Ça te dit un repas gratuit? » tu lui offre un sourire rassurant, indiquant d'un signe de tête le restaurant derrière toi. Dans quelques minutes vous aurez l'endroit pour vous tout seul, alors pourquoi pas en profiter un peu.  




#kerushirei


† I want you all to myself, don't leave none for nobody else, I am an animal with you. No angels could beckon me back and it's hotter than hell where I'm at.
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 7 Jan - 23:04

you need something?
lili & tada

tu as croisé toutes sortes d'individus depuis que tu vis dans la rue, le moins que l'on puisse dire, c'est que tu es méfiante. c'est normal après tout, une si jolie jeune femme toute seule, ces inconnus qui te pensent prête à tout pour avoir ne serait-ce qu'un repas ou un toit où dormir le soir, s'ils peuvent en tirer profit, ils n'hésiteront pas et ça, tu l'as bien compris. tellement que lorsqu'une personne est gentille et généreuse avec toi sans raison spécifique, tu trouves ça tout de même louche. c'est le cas maintenant, il t'inspire confiance mais peut-être qu'il sait bien cacher son jeu ? t'en sais rien après tout, tu as déjà croisé des types dans ce genre mais tu as aussi croisé des personnes gentilles, prêtes à t'aider sans arrière penser, juste... gentilles. alors tu es toujours méfiante mais aussi septique. c'est ton comportement, comme un animal domestique lâché dans la jungle du jour au lendemain. c'est bizarre, comme tu viens de lui dire, tu n'as pas envie qu'il ait des problèmes. pourtant, quelque chose te dit qu'il n'y gagnerait rien à se faire prendre, alors pourquoi t'aiderait-il comme ça? mais tu n'as pas le temps de réfléchir longtemps que la porte du restaurant s'ouvre, tu as juste le temps de te reculer légèrement, réflexe idiot mais tu souhaites te camoufler dans l'obscurité. contrairement au jeune homme qui se tient face à toi, son patron ne t'inspire définitivement pas confiance. tu profites même de cet instant pour débattre avec toi-même, prendras-tu le risque? serait-ce un risque, même? tu ne sais pas, tu te contentes de rester discrète, comme à ton habitude, alors que ce pauvre jeune homme face à toi continue de se faire enguirlander. et puis quand cet homme part finalement, il repose ton regard sur toi. « ça te dit un repas gratuit? » tes sourcils discrètement froncés, tu restes silencieuse un court instant avant de finalement reprendre: « oui... » peut-être un peu trop sceptique, c'est pour cette raison que tu adoptes une attitude plus assurée, lui montrant ainsi que tu serais prête à lui faire confiance. « je veux bien. » encore une fois, tu n'as pas envie qu'il ait des problèmes mais à la simple idée de te retrouver devant un plat chaud pourrait te faire décrocher un sourire que seul un enfant aurait devant un magasin de jouets. c'est triste, mais c'est ta vie maintenant. et puis voilà que tu tombes face à un jeune homme beaucoup trop gentil, du moins, il t'inspire de plus en plus confiance pour le moment. son patron n'a pas l'air très sympa avec lui, en plus de ça. « je sais vraiment pas comment te remercier... » qu'il prenne ce risque puisque si son patron le sait, il risque de ne pas être très gentil avec lui. tu tournes le visage vers le reste de tes affaires encore au sol que tu finis par attraper vivement avant de terminer ta phrase « je pourrais nettoyer les lieux avant de partir si tu veux? » toi, tu as toujours été celle qui prenait soin des autres mais tu n'as pas perdu que ton bébé, que ta vie, que ton logement, tu as aussi perdu cette bonne habitude malgré toi, tu ne peux plus l'être. plus autant qu'avant et ça te déchire ça aussi. tu passes tes mèches de cheveux derrière tes oreilles qui étaient beaucoup trop gênantes devant ton visage, afin de mieux le voir, avant de sourire doucement « merci vraiment... »




#kerushirei


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
avatar
Nagao Tadashi
❝ CRAZIEST ❣ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 20 Jan - 22:51

you need something?
lili & tada

C'est pas la première fois qu'en sortant les poubelles, tu te retrouve nez à nez avec un sdf qui cherche un peu de nourriture en fouillant dans les sacs. La plupart du temps c'est des mecs bourrés qui font peur à voir et même si tu n'es pas du genre à te méfier des gens, quand tu te retrouve face à ce genre de type, tu n'es pas si serein. Hors là, ce n'est pas un type complètement bourré qui se trouve en face de toi, c'est une jeune fille. Elle est à peine plus jeune que toi, et elle est totalement terrifiée. Bordel mais comment elle a pu se retrouver dans la rue ? Tu essayes de lui faire comprendre que tu n'es pas un garçon méchant. Tu vas rien lui faire, tu veux juste lui venir en aide : les cuisines du restau sont remplies de bouffe autant que ça nourrisse quelqu'un. Bon, okay c'est pas les petits plats chauds de ta mère, mais c'est déjà ça. Alors après que ton abruti de patron est un énième fois cracher son venin sur toi, et que vous êtes complètement seuls dans cette ruelle sombre, tu lui propose de lui offrir un vrai repas. Vous avez le restaurant pour vous tout seuls, et vu la montagne de nourriture qu'il y a dans les frigos, le boss n'y verra que du feu. « oui... » répond-t-elle, tu la sent méfiante et tu ne dis rien, tu ne la brusque pas. Elle est comme un bébé chat dans sa nouvelle maison : à la fois méfiante et curieuse. « je veux bien. » tu lui offre un sourire même si elle ne le voit pas, et puis tu t'avance vers la porte l'invitant à te suivre. Tu ne sais pas ce qui a pu lui arriver pour qu'elle soit si peureuse, mais tu n'oses même pas imaginer. La rue a dû être terriblement dure avec elle. Ça se voit et ça te fend le cœur. « je sais vraiment pas comment te remercier... » tu te tourne vers elle, un peu surprit par ce qu'elle te dit. Pour toi, tout ça est tout à fait normal. Toute ton enfance tes parents ont su aidés les autres et ils t'ont éduqués à faire de même. Si quelqu'un est dans le besoin, tu te vois mal le laisser dans la merde. Tu l'observe attraper ses affaires. « je pourrais nettoyer les lieux avant de partir si tu veux? » tu poses ta main sur la poignée avant de l'ouvrir. « Quoi ? Non non, si je t'invite c'est pour que tu te régales. La seule chose que je te demande, c'est de mettre les pieds sous la table. » en ouvrant la porte, la lumière des cuisines éclaire ton visage souriant. Tu cherches à la rassuré, à la mettre à l'aise. Ça serait dommage qu'elle mange avec la peur au ventre. Tu entres à l'intérieur retenant la porte pour elle. « merci vraiment... » pour toute réponse, tu lui offre un sourire. Une fois tous les deux à l'intérieur, tu repasse devant elle pour te diriger vers la chambre froide où tous les plats préparés se trouvent. Tu ouvre la porte en grand pour qu'elle puisse voir. « Tout ce qui est là-dedans est pour toi, t'as juste à choisir ce que tu veux. » tu te tournes vers elle, toujours le sourire aux lèvres. « Vas-y, n'aie pas peur... Tu peux même en prendre plusieurs. » la chambre froide était remplie, le cuistot faisait certains plats en avance. Il suffisait simplement de piocher.  




#kerushirei


† I want you all to myself, don't leave none for nobody else, I am an animal with you. No angels could beckon me back and it's hotter than hell where I'm at.
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 24 Jan - 18:40

you need something?
lili & tada

tu te sens déjà si redevable envers lui simplement parce qu'il se montre gentil avec toi. parfois, tu tombes aussi sur ce genre de personnes et disons-le, tu ne sais jamais où te mettre. toi qui n'a jamais été celle dans le besoin, celle qu'il fallait qu'on aide, ta nature c'est d'aider les autres et non l'inverse alors cette situation, tu ne sais pas si tu pourras vraiment t'y faire un jour. mais tu le trouves tellement gentil, à t'aider comme ça, sans raison, parce que oui, il ne te connaît même pas. certains ne prêtent pas attention à toi, d'autres profitent de ta vulnérabilité, et puis il y a des gens comme lui. sa gentillesse te met du baume au cœur, il l'est vraiment et sincèrement, ça se voit, tellement qu'il est même étonné lorsque tu lui proposes tes services pour le remercier. « quoi ? non non, si je t'invite c'est pour que tu te régales. la seule chose que je te demande, c'est de mettre les pieds sous la table. » ton sourire se fait plus décontracté, sincère mais aussi, grandement soulagé. tu vas réellement avoir un plat tout chaud pour toi? manger dans un endroit confortable? ça ne t'étais pas arrivé depuis... combien de temps déjà? bien trop longtemps. il te tient même la porte lorsque tu entres enfin dans le restaurant, tu n'es pas du genre à faire de certains cas une généralité mais disons simplement que tous les jeunes de votre âge que tu as croisé n'ont pas tous possédé de cette même gentillesse ni galanterie. comme quoi, tu dois avoir une bonne étoile pour être tombé sur lui. une fois à l'intérieur, tu restes sur place un court instant, déposant tes quelques vieilles affaires à l'intérieur. tu n'oses pas trop t'aventurer, tu es quelque peu perdue mais surtout gênée. tu ne sais vraiment plus où te mettre, il te vient en aide et quelle aide, il ne doit pas s'imaginer à quel point il va te rendre heureuse. tu le remercies une nouvelle fois, c'est tout ce que tu trouves à faire puisque tu ne pourras même pas lui rendre un service en retour, il n'a pas l'air de vouloir ça. une fois que ce jeune homme repasse devant toi, tu te mets à le suivre, gardant tout de même une certaine distance dû à ta gêne, tu n'es pas vraiment à ton aise et ce n'est pas de sa faute, bien au contraire, c'est juste qu'il va quand même t'offrir un bon dîner ce soir et toi, tu n'as rien à lui offrir en échange. ton regard se pose un peu partout, tu découvres les lieux en même temps et tes lèvres se plissent dans une moue gênée alors qu'il ouvre finalement la porte. « tout ce qui est là-dedans est pour toi, t'as juste à choisir ce que tu veux. » tu lui lances un regard qui peut paraître surpris, sans doute l'odeur de ces plats que tu avais presque oublié. un sourire discret mais sincère sur les lèvres, ton regard se pose sur cette nourriture, tu peux déjà sentir ton ventre s'agiter à l'odeur et cette vue délicieuse. « vas-y, n'aie pas peur... tu peux même en prendre plusieurs. » instinctivement, tu t'approches de quelques pas, de lui, et de ces plats. tu les regardes avec des yeux presque brillants, venant te mordre discrètement la joue, ta bouche finit même par former un joli « o » tout mignon. on dirait une gamine dans un énorme magasin de jouets. « tout ça.. » soupires-tu plus à toi-même qu'autre chose, t'as juste du mal à réaliser la chance que tu as ce soir. décidément, il est vraiment adorable ce garçon, en plus de faire son possible pour te rassurer et te mettre à l'aise. tu te rapproches un peu plus, y découvrant alors d'autres plats que tu n'avais même pas vu avant ça. tes yeux s'écarquillent tandis que tu approches timidement tes mains pour te saisir d'un plat, des sushis, après avoir lancé un timide regard vers tadashi. oui il t'a dit de te servir mais quand même, tu te sens cruellement honteuse d'être autant dans le besoin. et là, ton sourire s'élargit, tu observes ce plat avec admiration, qu'on te comprenne, ça fait bien longtemps que tu n'as pas eu cette occasion. « je pense que je vais prendre ça.. » lâches-tu, d'une petite voix, lui offrant un doux sourire. pour le moment, tu ne joues pas la gourmande même si l'envie est présente, tu aimerais pouvoir tout dévorer mais tu ne veux pas abuser de sa gentillesse, même si encore une fois, il te l'a proposé. pour le moment, tu te contenteras largement de ce plat. tu attends tout de même son approbation alors que  ton ventre se met à gargouiller. sans doute toutes ces odeurs qui ont augmenté ton appétit à une vitesse grand v, tu viens alors plaquer ta main sur ton ventre, étouffant un discret rire coincé au fond de ta gorge. « ça fait des semaines que je n'ai pas mangé un plat consistant. » lui avoues-tu, avant d'indiquer faiblement la sortie d'un geste du doigt. « je peux...? » aller t'installer pour commencer à manger tout ça, non parce que là, tu as vraiment l'eau à la bouche. et une fois qu'il te l'autorise, tu reprends la parole sur le chemin entre cette chambre froide et l'une des tables du restaurant: « oh au fait, je m'appelle malia. » avec tout ça, tu ne t'es même pas présenté, et disons-le franchement, tu ne le fais pas dans les règles de l'art. au moins, il saura ton prénom. « mais tu peux m'appeler lili. » tout le monde t'appelait comme ça, avant que tu n'aies plus personne.




#kerushirei


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
avatar
Nagao Tadashi
❝ CRAZIEST ❣ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 27 Mar - 17:39

you need something?
lili & tada

s'il y a bien une chose que tu as appris de tes parents, c'est qu'on doit toujours aidés ceux qui sont dans le besoin. et ça peu importe les moyens qu'on a. dans ta famille, vous êtes tout sauf riches. tes parents se tuent au travail pour pouvoir payés les prêts que vous avez. votre appartement tient encore debout parce que ton père et toi passez du temps à réparer tout ce qui se casse la gueule. en bref, vous survivez pour pas finir à la rue. pourtant, tes parents n'ont jamais refusés d'aider quelqu'un. pas une seule fois. chez les nagao on sait ce que c'est d'être dans le besoin, on partage la misère de certains. alors venir en aide à cette fille te paraît totalement normal. tu te vois mal la laisser seule dans les rues ce soir et le ventre vide en plus de ça. te trouvant devant la chambre froide, tu l'ouvre pour lui montrer tout ce qu'elle peut manger. tous les plats sont conserver ici et il y a du choix. bon, ça vaut clairement pas les plats de ta mère mais pour le moment, tu n'as que ça à lui proposer. elle a les yeux qui pétillent devant la multitude de plats qui se trouve face à elle et toi tu te contente de l'observer attendant de voir son choix. ses yeux se posent sur un plat de sushi et tu la vois l'attraper. un sourire s'affiche sur ton visage, toi aussi t'en prendrais bien un mais la nourriture de ce restaurant n'a pas de saveur à côté de la cuisine de ta mère. elle ne prend qu'un plat et ça ne t'étonne pas, tu sens qu'elle n'ose pas alors tu préfères ne rien lui dire. son ventre se met à gargouiller et tu hausses les sourcils d'étonnement. pourquoi ça t'étonne d'ailleurs ? elle vit dans la rue, elle ne doit pas manger à sa faim tous les jours. « ça fait des semaines que je n'ai pas mangé un plat consistant. » des semaines ? woah, d'accord c'est encore plus grave que tu le pensais. tu t'imaginais une fille qui avait fuguée de chez elle mais sûrement pas une fille qui est à la rue depuis si longtemps. « je peux...? » tu agite la tête pour lui dire oui, après être rester silencieux. avant de fermer la porte, tu attrapes un plat de sushi, pas pour toi mais pour elle, puis tu la suis jusqu'à dans la salle du restaurant. « oh au fait, je m'appelle malia. » dit-elle avant de prendre place sur un des tables. tu lui souris en prenant place à ton tour. « mais tu peux m'appeler lili. » son prénom sonnait pas coréen, pourtant elle avait tout d'une coréenne. est-ce qu'elle venait des était-unis ? ou d'un tout autre pays ? « enchanté lili, moi c'est tada. » tu dépose le plat de sushi sur la table gardant ton sourire avant de reprendre : « enfin je m'appelle tadashi mais tout le monde m'appelle tada. » les gens qui t'appelaient tadashi étaient rare, même tes parents ne t'appellent pas comme ça. ou alors quand ils sont sur le point de t'engueuler autant dire que c'est souvent ton père qui t'appelle comme ça. soudainement, tu te lève en voyant le plat de sushi pour aller chercher des baguettes avant de revenir prendre place en face d'elle lui tendant les ustensiles. « ça fait longtemps que t'es dans cette situation ? » la question était délicate, c'était peut-être mal placé de lui demander ça mais pourtant ça te brûlait les lèvres de lui demander. tu n'avais jamais vu une fille aussi jeune à la rue et ça t'attristait de savoir que ça pouvait exister. tu baisse la tête, un peu honteux. « j'aurais pas dû te poser cette question, je me mêle de ce qui me regarde pas. » c'était mal venu de lui demander ça, et elle avait tous les droits de ne pas y répondre. après tout, c'est une situation difficile pour elle, nul besoin qu'elle en parle.  




#kerushirei


† I want you all to myself, don't leave none for nobody else, I am an animal with you. No angels could beckon me back and it's hotter than hell where I'm at.
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Jeu 12 Avr - 23:35

you need something?
lili & tada

« enchanté lili, moi c'est tada. enfin je m'appelle tadashi mais tout le monde m'appelle tada.» tu souris doucement, courtoise, le regardant de tes yeux encore brillants d'émotions par tout ce qu'il se passe. cette odeur que tu avais presque oublié, ces visions de plats chauds et par dizaines. « enchantée tada. » ton sourire s'élargit quelque peu. « japonais? » tu lui demandes avec une pointe de curiosité dans la voix, tadashi est un nom japonais et non coréen. et là, tu te permets de le nommer par son surnom, après tout, tout le monde l'appelle comme ça non? tu te saisies des baguettes qu'il te tend, le remerciant. rapidement, tu dégages tes quelques mèches de cheveux, les bloquant derrière tes oreilles avant de reposer ton regard sur la nourriture. bon sang, se rend t-il compte du héros qu'il est ? il te sauve clairement, ton ventre gargouille encore à certains instants mais tu n'y prête plus attention depuis longtemps. « ça fait longtemps que t'es dans cette situation ? » tu relèves ton regard de biche dans sa direction, n'y voyant aucun problème mais ça ne l'empêche pas de se reprendre. « j'aurais pas dû te poser cette question, je me mêle de ce qui me regarde pas. » tu souris doucement, un sourire qui se veut rassurant parce que encore une fois, tu comprends. ce n'est peut-être pas que de la curiosité après tout, il t'aide, il t'offre à manger, il a bien le droit de connaître certaines vérités. tu réunis toutes les forces que tu as pour sourire, tu n'aimes pas vraiment parler de ça et c'est sans doute normal, ça te rappelle simplement que tu as tout perdu. « non, t'en fais pas. » tu tentes d'ores et déjà de le rassurer. « et beaucoup de personnes ne comprennent pas qu'une fille si jeune se trouve.. dans une telle situation. j'ai.. l'habitude d'en parler. » à nouveau, tu tentes de garder ton mince sourire même si tu as ce pincement au cœur qui se fait de plus en plus gros. bah oui, les autres ont une famille, des proches, toi tu n'as rien de tout ça. « pour tout te dire je ne suis même pas sûre de savoir... quelques mois, trois ou quatre je dirais, pas plus. » oui, environ. tu commences à manger une bouchée du plat chaud, tu prends un vif plaisir à le déguster, ça faisait si longtemps. tu en prends une seconde bouchée, avalant rapidement, tu as beau être une sans abris, tu n'en restes pas moins polie. tu ne vas pas commencer à parler la bouche pleine pour la première fois de ta vie. « je n'ai... plus personne. » encore une fois, tu n'aimes pas vraiment parler de tout ça, et tu n'entreras pas dans les détails mais tu te dois de lui dire, après tout, il est loin d'être une personne qui te veut du mal. une confiance s'installe sans que tu t'en rendes réellement compte. « je suis orpheline, mon frère a quitté le pays depuis plus d'un an et je n'ai plus de nouvelle de lui.. » tes amis? voyons, max s'est assuré que tu n'aies plus personne. il a passé ton temps à te rabaisser, à dire à tout le monde que  tu avais été voir ailleurs sans leur dire toute la vérité, qu'il levait la main sur toi, qu'il était violent dans ses paroles aussi. alors forcément, tout le monde te voit comme une infidèle sans coeur. personne que tu es loin d'être, tu t'en fiches un peu de ce que peuvent penser les gens, après avoir perdu ton bébé, tu n'avais pas la force de les affronter, ça t'a plutôt blessé qu'ils y plongent. comme quoi, ils ne te connaissaient pas vraiment. mais reparler de ton frère te met une boule au ventre, parce qu'il te manque cruellement, tu ne sais même pas ce qu'il devient, tu as perdu tout contact depuis que tu es à la rue. il doit être inquiet, et toi aussi tu l'es, et si jamais il n'était pas heureux? tu hoches doucement la tête, chassant ces pensées de ton esprit. « je vivais chez mon copain... et il y a quelques mois de ça, on a rompu. de manière assez.. radicale. et depuis, je n'ai plus rien. » une nouvelle fois tu tentes de garder ton sourire. tu n'en dis pas trop non mais tu en dis assez, c'est le moins que tu puisses faire, non? tu as toujours compté sur max pour te soutenir, c'était pas un simple amour de jeunesse, les choses ont tellement changées, tu n'as rien vu venir et puis... du jour au lendemain, tout s'est écroulé, plus rien. tu reprends une nouvelle bouchée, plus discrètement cette fois, tenant quelques mèches de tes cheveux de ta main droite. maintenant, il en sait un peu plus sur la raison de tout ça et puis, depuis combien de temps tu es dans cette situation. « enfin voilà... du coup je tente de trouver un petit boulot pour retomber sur mes pattes. » ton sourire est brisé mais toujours présent, il maquille cette inquiétude et cette tristesse qui t'accapare. à croire que c'est dans ta nature, tu veux que les gens pensent que tu ailles bien, qu'ils ne s'inquiètent même si ce ne sont que des inconnus, c'est plus fort que toi. il reste au moins ça de toi, on ne peut pas dire que tu étais vulnérable à l'époque et pourtant, ces derniers mois... tu l'es. ton sourire devient un peu plus assuré, ton expression plus décontractée, alors que tu indiques le plat de tes baguettes. « en tout cas, je suis en train de me régaler.  » tu veux détendre un peu l’atmosphère, tu ne veux pas le mettre dans une situation délicate, ni le mettre mal à l'aise en parlant de tout ça. « tu ne manges pas? » il n'a pas pris de sushi, peut-être qu'il a déjà mangé...? quoi qu'il en soit, c'est un bon moyen de changer de sujet de conversation. il t'aide déjà énormément, tu n'as pas envie de rendre les choses compliquées en parlant de toi et surtout de tes problèmes, ce n'est pas ton genre.




#kerushirei


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
avatar
Nagao Tadashi
❝ CRAZIEST ❣ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 26 Mai - 18:17

you need something?
lili & tada

« enchantée tada. japonais? » demande-t-elle alors que vous prenez place sur l'une des tables vides du restaurant. doucement, tu agite la tête. les gens ne font pas toujours attention à l'origine de ton prénom, faut dire que pour beaucoup de gens, ça n'a pas vraiment d'importance. mais voir qu'elle a su savoir tes origines rien qu'en entendant ton prénom te fait sourire. cependant, tu rapporte l'attention sur elle lui demandant depuis combien de temps elle se trouve dans cette situation avant de te reprendre. après tout peut-être qu'elle ne veut pas parler de tout ça et puis, ça ne te regarde pas... c'est de la curiosité en fait. c'est la première fois que tu croise quelqu'un de si jeune -une femme qui plus est- à la rue. quand tu penses à un sdf, la première image qui te vient en tête c'est un homme déjà âgé pas quelqu'un de jeune comme elle. à vu d’œil, elle est aussi âgé que toi. qu'est-ce qui a bien pu se passé pour qu'elle finisse à la rue comme ça ? « non, t'en fais pas. et beaucoup de personnes ne comprennent pas qu'une fille si jeune se trouve.. dans une telle situation. j'ai.. l'habitude d'en parler. » commence-t-elle par te rassurer. avoir l'habitude est une chose, avoir envie d'en parler en est une autre. c'est probablement difficile d'en parler, elle n'est pas à la rue par plaisir, ce n'est sûrement pas elle qui l'a choisit... tu te sens débile d'avoir posé la question. pourtant, elle commence à raconter son histoire et tu l'écoute la regardant avec beaucoup d'intérêt. tu ne veux pas qu'elle pense que tu t'intéresse à elle simplement parce que tu dois lui tenir compagnie par politesse. ça te fait mal au cœur d'apprendre sa triste histoire. elle n'a plus personne visiblement. sa famille n'est plus là, et son frère elle n'a plus de nouvelle. pendant quelques secondes, tu t'imagine à sa place, sans tes parents et tes frères... non, pour toi c'est impensable, ta famille est trop importante à tes yeux, tu ne veux pas t'imaginer une seule seconde les perdre. au fil de son récit, tu vois que tout ça l'a rend malheureuse et tu peux le comprendre. ce sont des souvenirs douloureux qu'elle remet sur la table pourtant elle essaye de le cacher avec un fin sourire. elle fait comme si rien de tout ceci ne l'atteignait alors que c'est le contraire. elle semble abattu par tout ce qu'elle vit... « enfin voilà... du coup je tente de trouver un petit boulot pour retomber sur mes pattes. » elle affiche toujours ce sourire masquant une tristesse évidente. tu la fixe avec un léger sourire tandis qu'une idée te traverse l'esprit. tes parents sont tous les deux ouvriers, ils doivent bien savoir s'il y a des postes à prendre... peut-être qu'avec un peu de chance, cette fille pourra avoir un travail. « mes parents sont ouvriers peut-être qu'ils pourraient te trouver quelque chose ? je crois bien avoir entendu ma mère parler de postes qui se sont libérés. » elle ne te connaissait que depuis quelques minutes, et tu pourrais comprendre qu'elle ait un peu peur ou qu'elle se méfie devant tant de gentillesse mais tu es sincère. tu les connais tes parents, si tu leur parle d'elle, ils chercheront à l'aider aussi. tu baisse les yeux sur ton plat. non, cette assiette n'était pas pour toi, et tu n'as vraiment pas faim des plats de ce restaurant. « non, je l'ai pris pour toi, si jamais tu veux du rab. » ton sourire s'agrandit. elle n'a pas osé prendre un plat de plus alors qu'elle en avait probablement envie. pourtant, le patron du restaurant n'y verra que du feu, elle pouvait largement se servir. tu glisse le plat devant elle reprenant le plat vide qu'elle vient de finir. « t'en fais pas pour moi, j'ai pas très faim. » tu garde ton sourire pour ne pas qu'elle pense que tu te prive pour elle. ce n'est pas le cas, de toute façon, à force de travailler ici, tu as finis par être dégoûté des plats qu'ils proposent.  




#kerushirei


† I want you all to myself, don't leave none for nobody else, I am an animal with you. No angels could beckon me back and it's hotter than hell where I'm at.
avatar
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 13 Juin - 23:12

you need something?
lili & tada

tu lui racontes une petite partie de ton histoire sans rentrer dans les détails, premièrement, parce que tu détestes parler de tes soucis, mais aussi parce que tu ne veux pas lui infliger tout ça. seulement, il est en droit de savoir, il est si gentil. pour vivre dans la rue, t'es la première à savoir que les gens peuvent être horrible. ils ne sont pas tous comme ça, et heureusement, mais t'as eu affaire à de sacrés cas. tu prends soin de manger convenablement, t'as envie de sauter sur le plat mais tu ne le feras pas, t'as cruellement faim, et les premières bouchées ont comme un goût de paradis pour toi. c'est merveilleux, mais horriblement triste. mais quand tadashi reprend la parole, tu hausses les sourcils. quoi... il peut t'aider pour ça aussi ? « je.. ça serait très gentil. » il déborde de gentillesse, tu ne sais même plus où te mettre. tu n'es pas difficile, de toute façon, tu ne peux pas te permettre de l'être. tu ferai n'importe quel job, à partir du moment où il t'apporte assez d'argent pour manger, et te sortir de la rue. « peu importe le poste, il m'intéresserait. » lâches-tu, accompagné d'un fin sourire. s'il y a de la place au travail de sa mère, tu ne serais vraiment pas contre. tu ne te méfies même pas, parce que oui, ça pourrait être un piège. tu as déjà été confronté à certains chantages mais là, tu n'as pas du tout cette impression. il est de bonne foi, il déborde de gentillesse et tu le vois bien, tu lui fais déjà confiance sans réellement t'en rendre compte. alors quand tu lui demandes s'il ne mange pas, à sa réponse, tu jettes un coup d’œil au plat face à lui. il ajoute même qu'il n'a pas très faim, au final, ce n'est pas réellement étonnant. « ça fait longtemps que tu travailles ici, et tu as fini par être dégoûté des plats qu'il propose, c'est ça? » demandes-tu, à moitié amusé. tu peux le comprendre même si en ce moment, rien te dégoutterait, tu peux te mettre à sa place. tu reprends une bouchée du plat, mâchant assez rapidement avant d'avaler. « enfin... je demande surtout ça pour savoir si tu as beaucoup de courage. il faut le supporter ton patron, de ce que j'ai vu. » ajoutes-tu, tu as assisté à une scène tout de même. il lui a parlé comme s'il parlait à un moins que rien... ou peut-être qu'il était juste dans un mauvais jour?




#kerushirei


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Lumière sur...
Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux en prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !
Le bal de Noël
Décembre rime avec fin d'année et fêtes de fin d'année. Pour l'occasion, tous les habitants de Séoul et de la Digital City sont invités à venir au bal organisé par la Yonsei. Tout le monde est le bienvenu que vous soyez seul ou accompagné. Il y a aura toujours quelqu'un pour vous tenir compagnie.

Pour en savoir plus, clique ici !