Revenir en haut Aller en bas

LES INFOS EN PLUS DE STW




 

Its like your souls already know each other, feel safe together.

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 11 Fév - 23:52


Its like your souls already know each other, feel safe together.
feat Inha ♡ SeHa

« I think some souls have a way of connecting without our knowledge. That’s why you can meet someone for the first time, but inside you just know. You know it is not the first time you’ve felt them »
Elle replace une dernière fois sa casquette sur sa tête, se regardant dans le miroir, le regard déterminé. Pour une fois, dans sa vie, elle ne compte pas obéir. Juste pour aujourd’hui. Juste parce qu’elle veut s’enfuir, quelques secondes. Juste parce qu’elle veut souffler. Profiter de sa jeunesse et cesser d’être enfermée dans sa cage dorée. Cela fait bien trop longtemps qu’elle n’a pas respirer. Peut-être même que cela date de sa naissance. Elle n’a pas souvenir d’avoir souri, réellement, et pas pour faire semblant, pas devant des personnes hautement placées, pour conserver ce visage de poupée de cire. D’enfant parfait. Elle étouffe Seol. Elle a toujours étouffé. Mais elle ne s’est jamais battue pour sa liberté, pour un souffle. Juste un souffle. Parce qu’elle n’en a jamais eu l’occasion, que la vie ne lui a jamais donné cette opportunité et qu’elle s’est toujours contentée des recommandations de ses parents, de leurs obligations. Toutefois, aujourd’hui, prise par une envie soudaine de fuir, elle a décidé d’aller à l’encontre de ses parents. De partir. Pour quelques heures. Elle a dans l’idée de profiter de sa vie, juste aujourd’hui, juste pour ces quelques heures. De s’en aller là où elle a toujours voulu se rendre. Un lieu où tous les jeunes de son âge s’en vont. Un lieu plaisant et amusant. Aujourd’hui elle se donne le droit. Le droit de fuir et de souffler. Elle prend alors une grande inspiration, vérifiant une dernière fois que la porte de sa chambre n’est pas ouverte, pour plus de facilités, mais rien à faire, ses parents l’ont bel et bien enfermé. Ils n’ont aucune conscience. Il suffit qu’il se passe quelque chose, un feu ou n’importe quoi, et elle se retrouve cloitrer à l’intérieur, sans pouvoir s’échapper. Mais n’est-ce pas mieux pour eux ? Et pour elle ? Parfois elle se le demande. Le moment n’est pas à une telle réflexion. Elle doit juste trouver le moyen de s’enfuir. Elle s’en va donc sur le balcon, ayant déjà analysé au préalable la possibilité de grimper à l’étage supérieur pour pouvoir accéder à la chambre et s’y engouffrer, croisant les doigts pour que celle-ci soit ouverte ou que les occupants aient la gentillesse de lui ouvrir la porte.  Elle a une chance sur deux de réussir, alors autant tenter. Elle sait qu’elle prend un risque, voir même plusieurs. Elle prend le risque d’échouer, de tomber, et de s’écraser au sol, mais elle prend aussi le risque que les occupants alertent ses parents ou même le responsable de l’établissement, la prenant très certainement pour une voleuse ou autre. Autant dire qu’elle préfère la première option. Elle n’a pas envie de subir les remontrances de ses parents, et bien plus encore. Juste à y penser un frisson parcourt son corps, se demandant si elle fait bien d’y aller. Elle hésite. Regarde l’intérieur de sa chambre. Dehors. Et prend une profonde inspiration. Elle doit se lancer. Elle n’a rien à perdre, quel que soit la finalité. Et même si elle se fait prendre au moins elle aura essayé, et c’est le plus important.

Elle se met donc à grimper, essayant de trouver les prises adéquates, manquant une fois de rater sa prise. Heureusement qu’elle a fait un an d’escalade et surtout que ce n’est pas si difficile que ça de grimper à l’étage supérieur. Ça serait facile pour des voleurs d’y accéder, mais ils n’y ont sûrement pas pensé, sachant que le taux de vol en Corée est plutôt bas. Elle y arrive enfin. Il lui reste quelques centimètres, juste quelques centimètres. Mais alors qu’elle pose ses mains sur les barreaux du balcon, se relevant légèrement, soulagée d’y être arrivée, prête à enjamber les barreaux, elle croise le regard d’un garçon.

Parfois un seul regard suffit pour avoir le cœur qui bat. Un seul pour raviver l’étincelle perdue. Rallumé le feu éteint d’un cœur meurtri.

Et elle lâche prise, sous le coup de la surprise, chavirant légèrement en arrière.
(c) DΛNDELION
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 13 Fév - 22:47

It's like your souls already know each other, feel safe together
Seol & In Ha



« Haaaan Hyung ! On devait passer l'après-midi ensemble aujourd'hui ! » m'écriai-je dans la chambre, où mon frère était entrain de se préparer. Faisant une moue désapprobatrice assis en tailleur sur le lit, je râlais de le voir s'habiller autrement que dans une tenue confortable. Il resserrait sa cravate bleue, qui mettait en valeur le costume taillé presque sur mesure sur sa carrure déjà assez grande pour son âge. « Je n'y peux rien, c'est père qui m'a demandé au dernier moment de le suivre pour son rendez-vous. Tu sais bien que c'est important pour lui, In Ha. » me répondit-il, en se regardant un peu dans le miroir, avant de mirer mon reflet. Son sourire s'y reflétait, chaleureux. « Arrête de bouder ! Quand je reviendrais, on ira manger ce que tu voudras, ça te va ? » Ne pouvant guère lui résister, j'approuvai d'un mouvement lent du menton, avant qu'il ne m’ébouriffe le haut de la tête. Joon-Ha allait bientôt avoir dix-huit ans, et il avait toujours eu cette maturité en lui qui lui donnait bien cinq ans de plus. Intelligent, doué dans les études, sociable et biensûr, le physique qui allait avec ! Mon frère, c'était le meilleur. Et je l'admirais, bien plus que je n'imaginais. Je suivis ses pas jusqu'au salon de la suite que nous partagions tous les deux, alors qu'il me demandait si il était bien. Je lui assurais d'un pouce en l'air qu'il était vraiment cool ! Mais je sentais, malgré l'assurance qu'il dégageait, qu'il était nerveux. Après tout, je savais à quel point notre père comptait sur lui, il avait un rôle à tenir, bien plus important que moi et Hana. Il était l’aîné, et le futur héritier. Je lui assénai une tape sur l'épaule pour l'encourager de toute l'énergie que je pouvais avoir, car c'était tout ce que je pouvais faire pour lui. Etre là pour lui, pour l'encourager et le soutenir, comme il le faisait si souvent avec moi. Bien trop. Mon frère était mon pilier, et j'espérais le devenir un jour pour lui.. La porte s'ouvra impétueusement à ce moment-là sur le patriarche Yoon, à la carrure fière dans son costume trois pièces d'homme d'affaire. Par réflexe, je fis un peu en arrière, me rapprochant de Joon-Ha, abaissant la tête pour saluer le nouvel entrant. « Alors, tu es prêt ? Nous devons rejoindre les Kim dans dix minutes, ce n'est pas des gens que nous pouvons faire attendre, tu comprends ? » ponctua t-il en regardant sa montre dorée au poignet, brillante et tape à l'oeil. Mon aîné récupéra son manteau, et se pencha vers moi. « T'as intérêt à être prêt toi aussi quand je rentrerais, d'accord ? Et réfléchis où tu veux aller ~ » fit-il d'une voix douce, bien vite rattrapée par une autre, plus forte et imposante. « Yah ! Ne fais de promesse que tu ne saurais tenir ! Si tout se passe bien, j'ai l'intention d'inviter les Kim à dîner ce soir, donc nous devrions rentrer tard dans la soirée. » scanda t-il en nous rejoignant de sa démarche nerveuse et impulsive. Il pointa son doigt vers moi. « Ne fais pas de scandale, commande le repas dans la chambre et je veux t'y trouver en rentrant. Tu as compris ? » ordonna t-il, les sourcils broussailleux froncés, et ses yeux sombres plantés dans les miens. « Oui, père.. » murmurai-je, les cils baissés vers le sol. « Allez, allez, on a plus de temps ! Joon-Ha ! » Il traversa l'entrée comme un éclair, ouvrant la porte en grand sur le couloir. C'était littéralement une véritable tornade ! Le regard de mon frère suffit à me faire comprendre qu'il était désolé de la situation qui tournait en notre défaveur. Il m'assura d'un « Demain. », avant d'entendre notre père s'écrier encore, et de disparaître dans les pas de l'empressé. Je soupirai avant de me laisser tomber de toute ma hauteur le long du canapé. « .. Mais demain, on s'en va.. » Et on aura rien pu faire tous les deux..

Dépité, même la vue de l'étui de ma guitare que j'avais réussi à emmener en douce, n'avait pas suffi à effacer toute la frustration que je ressentais. La solitude et l'ennui, j'étais comblé. Je me dirigeais finalement vers le mini-bar, faisant payer à ma façon mon père, en dévalisant toutes les bouteilles de coca que j'allais y trouver ! J'en décapsulais une, et ouvrai en grand les deux portes vitrées qui donnait sur un large balcon. La vue était plutôt jolie et dégagée sur ce quartier que je ne connaissais pas mais que j'aurais bien voulu visiter. Je m'appuyai sur la rambarde, avant d'affaisser le menton sur mon bras. Mais ça ne serait sans doute pas pour cette fois-ci.. Et puis tout d'un coup, un bruit, une brise, un mouvement soudain sur ma droite. Je me redressai pour tomber nez à nez avec.. une fille, accrochée à notre balcon. Je marquai une pause en la fixant, papillonnant des paupières, véritablement surpris. Quant tout à coup, elle lâcha sa prise ! Affolé, j'eus le réflexe de bondir vers elle, passant les mains derrière elle pour lui agripper ses épaules. « Woaw woaw woaw ! » m'écriai-je, la rattrapant juste à temps. Silence. Penché vers elle, nous étions bien plus proches que la plupart des gens lors d'une première rencontre ! Je sentis le rouge me monter légèrement aux joues, avant de me rendre brusquement compte de la hauteur de l'hôtel. « Dépêche-toi, c'est haut ! Passe ta jambe par dessus la rambarde, je vais t'aider ! » m'empressai-je, assez inquiet de la voir littéralement au-dessus du vide. Je l'aidais en la maintenant comme je pouvais entre mes bras, l'incitant à s'appuyer sur moi. Et puis, je ne sais pas, dans mon désarroi, une perte d'équilibre stupide et me voilà entrain de trébucher en arrière, l'entraînant dans ma chute. Ma tête cogna, et me le fit bien ressentir en de multiples résonances dans tout mon crâne. « Aish... ! » pestai-je, en me mordant la lèvre inférieure, avant de rouvrir les yeux sur d'autres, et des milliers de cheveux qui les encadraient. « .. Dé-Désolé, je ne suis pas très doué.. Euh.. Salut. » avais-je finalement réussi à dire, ne réalisant pas tout de suite qu'elle était étalée sur moi. « .. Dis-moi.. ça t'arrives souvent d'escalader des façades d'hôtel ? Parce que.. t'as pas trop l'allure de spiderman quand même.. Est-ce que je dois crier au voleur ? » rajoutai-je, avant de lui sourire, désormais amusé par cette situation plutôt dingue !    
 
 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 17 Fév - 12:58


Its like your souls already know each other, feel safe together.
feat Inha ♡ SeHa

« I think some souls have a way of connecting without our knowledge. That’s why you can meet someone for the first time, but inside you just know. You know it is not the first time you’ve felt them »
Le rouge lui monte subitement aux joues, se sentant perturbée d’être si proche d’un inconnu. Sa gorge se noue, tandis que ses cils clignent rapidement, essayant de comprendre la situation actuelle. Elle se perd quelques secondes dans les pupilles de cet inconnu. Sentiment de déjà-vu. Un sentiment qui se perd dans la seconde, préférant se cacher dans les abysses de ses souvenirs. Elle lâche prise, bien trop surprise pour pouvoir se maintenir et agir de manière naturelle. Elle ferme les yeux, prête à avoir l’impression de tomber, en chute libre, glissant sur le sol dur, sentant une forte douleur, se rapprochant de la mort. Mais rien. Il n’y a rien. Juste des mains. Des mains qui la maintiennent en vie. Des mains protectrices. Et elle ouvre alors ses yeux, un à un, observant de plus près les traits de cet étranger. Son cœur manque quelques battements, sous l’effet de la confusion mais aussi à cause du trouble que le contexte lui apporte. Il faut dire qu’être si proche d’un garçon, certainement de son âge, n’est pas commode et particulièrement perturbant, davantage lorsque les hormones de l’adolescence sont en plein essor. Elle déglutit. Attend. Et réalise enfin la position peu confortable mais surtout dangereuse dans laquelle elle se trouve, manquant de nouveau de chuter. Elle remet les pieds sur terre, s’accrochant au corps de cet inconnu, essayant de passer la rembarde, faisant attention à ne pas le blesser. Décor presque pittoresque, mettant en scène deux adolescents, deux étrangers, se rencontrant pour la première fois. Du moins, c’est ce qu’ils croient. La maladresse fait qu’elle se fait entraîner, de nouveau, mais en avant, cette fois-ci, tombant brutalement sur le corps de ce jeune garçon, s’accrochant à lui comme une bouée, fermant encore les yeux, par peur de chuter et de se faire mal. Elle entend un petit bruit, et ouvre précipitamment ses paupières, craignant d’y voir un décor dramatique. Lui en sang. Mais rien de tout ça, elle est juste au-dessus de lui, son visage près du sien, son souffle se mêlant au sien, ses petits yeux apeurés cherchant du réconfort dans ceux de ce garçon. Elle n’ose ni parler, ni bouger, ses doigts retenant toujours le vêtement de son vis-à-vis, son regard toujours imprégné du sien. Blanc. Silence. Elle ne répond même pas. Elle ne sait pas quoi dire. Et puis . . . c’est le déclic. Elle se relève, soudainement, ses joues en feu, enlevant les quelques feuilles sur son vêtement pour cacher sa gêne. « Pardon » dit-elle d’une voix presque inaudible. Pourquoi est-elle là ? Pourquoi a-t-il fallu qu’elle tombe sur ce garçon ? Pourquoi a-t-elle choisi cette fenêtre ? N’aurait-elle pas pu se contenter d’un autre balcon ? Est-ce que cela aurait été mieux ? Elle aurait pu tomber sur pire, comme mieux. Elle lui tend alors sa main pour l’aider à se relever, attendant qu’il la prenne. Il a de quoi se méfier, c’est certain. Elle est soudainement apparue, et au vu de son accoutrement, sa casquette sur la tête, ses vêtements noirs, elle a tout de l’allure d’un jeune voleur, et il l’a bien évoqué précédemment. Lorsqu’il est enfin debout, à la même hauteur que la jeune fille, elle lui plaque sa main contre sa bouche, au cas où, l’empêchant ainsi de parler. « Chut. Ne dis rien, ne crie pas ». Peut-être qu’il ne comptait pas le faire, peut-être qu’il allait rester sage, mais elle préfère prendre ses précautions. Elle ne le connait pas, et puis même s’il l’a aidé une fois, il ne l’aidera peut-être pas une seconde fois. A sa place elle aurait sûrement hurlé au voleur. « Je ne vais pas te faire de mal, et de toute manière je ne peux pas ». Elle est aussi frêle d’une feuille et n’a sûrement pas assez de force physique pour se battre, même contre un jeune garçon. « Je ne suis pas un voleur. Promis. Mais tu dois me promettre de ne pas alerter une personne ou qui que ce soit. Promis ? ». Elle lui demande déjà de faire une promesse alors qu’ils ne se sont vus que depuis quelques secondes. Elle finit par le lâcher, enlevant sa main de sa bouche, poussant un long soupir, posant sa main contre son cœur pour calmer les battements de celui-ci, jetant un regard vers le bas, réalisant enfin la distance. « Ouah ! J’aurai pu mourir, tu te rends compte ? » et elle se tourne vers lui, comme si elle parlait à un ami, réalisant alors ce changement un peu trop soudain. « Merci », finit-elle par dire. Elle n’a quand même pas perdu toute sa politesse. « J’espère que je ne t’ai pas fait trop peur. Tu es seul ? » et sans même attendre sa réponse elle s’en va à l’intérieur, pour vérifier qu’il l’est. Mais un adulte aurait été déjà alerté ou même un autre enfant. Tant mieux s’il est seul, elle pourra mieux fuir. Au final elle s’en sort plutôt bien. Du moins tant qu’il reste tranquille. « Tu dors ici ? », elle ne sait pourquoi elle lui fait la conversation. Peut-être par envie . . .
(c) DΛNDELION
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 18 Fév - 1:58

It's like your souls already know each other, feel safe together
Seol & In Ha



Combien de fois dans ma vie une fille m'était tombée dessus de cette manière ? Eh bien... Une seule fois et j'en revenais toujours pas ! Je la fixai, cherchant presque une réponse à son étonnante intrépidité, ou devrais-je dire folie, de grimper à cette hauteur. Car oui, ce n'était pas un petit hôtel, il y avait pas mal d'étages mais quand même ! Je ne savais pas si je devais être impressionné ou juste.. littéralement ahuri. Je pouvais sentir ses mains recroquevillées sur un pans de mon tee-shirt, un étrange parfum s'échappant de sa chevelure brune qui perlait autour de moi. Ses yeux s'étaient agrandis et elle s'était redressée aussi vite qu'elle m'était tombée dessus ! J'entrouvris ma bouche pour reprendre ma respiration, et un peu d'air qu'elle m'avait ravi. Bon, lève-toi toi aussi In Ha, tu vas pas regarder le ciel cent sept ans ! Je me redressai à mon tour, acceptant la main qu'elle m'offrait poliment. Mes doigts sur les siens, si délicats, si féminins. Une fois sur pied, je frottai l'arrière de ma tête un peu endolorie, alors qu'elle se mit à s'excuser. « C'est pas grave, ça arrive souvent que des gens trouvent l'entrée ennuyeuse et passent par-là. » plaisantai-je d'un fin sourire, bien qu'un poil suspicieux. Certes, dans les films, c'était assez cool, mais dans la vraie vie, c'était plus qu'étrange, on est d'accord ? A peine avais-je fini ma phrase, qu'elle me sommait de me taire, refermant la paume sur ma bouche. Mes sourcils se courbèrent, de même qu'un regard interrogatif. « Chut. Ne dis rien, ne crie pas. Je ne vais pas te faire de mal, et de toute manière je ne peux pas. » me murmura t-elle, plantée devant moi. Ne pouvant me retenir à sa soudaine réplique, je me mis à pouffer contre sa main. C'était plus mignon qu'autre chose si elle se préparait à me menacer ! Et en effet, je ne la craignais pas vraiment, bien qu'elle est réussie à me surprendre, en moins d'une seconde. Quelle entrée ! « Je ne suis pas un voleur. Promis. Mais tu dois me promettre de ne pas alerter une personne ou qui que ce soit. Promis ? » Mes prunelles caramel la dévisagèrent de longues secondes, avant qu'elles ne reflètent le sourire que ses doigts cachaient. Je remuai la tête de bas en haut pour le lui promettre, afin qu'elle puisse enfin me délivrer. « Tu fais une piètre ravisseuse, tu ne pourras pas en faire ton métier, je suis désolé ! » lui affirmai-je, en la regardant tapoter son haut noir, anxieuse. « Oui, effectivement, vu la hauteur, t'aurais pu mourir ! » lui confirmai-je d'une voix un peu plus forte. Je tenais bel et bien à enfoncer le couteau là-dessus, c'était la vérité ! Elle se retourna tout d'un coup vers moi, et se mit à s'excuser brusquement. J'en restai comme deux ronds de frite. « Eh bien.. de rien. » C'est vrai que maintenant que j'y réfléchissais vraiment.. Si je ne l'avais pas rattrapé, qu'est-ce qu'il se serait passé ? Mes membres s'étaient crispés avant de balayer cette idée en agitant ma tête. Stop, on oublie. Ça ne s'était pas passé, c'était tout ce qu'il y avait à retenir. Je soupirai, sentant moi aussi mon cœur un peu trop s'emballer par l'adrénaline du moment. Si j'étais seul ? Je regardai la jeune femme s'engouffrer à l'intérieur, sans la moindre crainte. Enfin de moi, il n'y avait pas grand chose à craindre, mais tout de même, on ne rentrait pas comme cela chez quelqu'un, sans peur ! J'avais fini par la suivre en direction du salon, récupérant ma bouteille de coca sur la table extérieure. « Je suis seul pour l'après-midi, mon frère doit revenir plus tard. » lui répondis-je simplement, observant sa silhouette sombre déambulée, la fixant bien trop sans m'en rendre compte, avant de m'arrêter à côté d'elle. « Dis-moi.. t'es quoi..? Enfin.. t'es qui plutôt ? Tu séjournes ici toi aussi ? C'est pas un peu étrange d'escalader un balcon comme ça ? Tu voulais échapper à quelque chose ou quoi ? » Mes questions s’enchaînèrent dans la curiosité soudaine qui dominait mon esprit. J'étais littéralement intrigué, et je venais de réaliser que j'avais peut être demandé un peu trop de choses d'un seul coup ! Je passais la main derrière ma nuque nouée, gêné. « Ah.. faut me comprendre.. excuse-moi, mais t'es un peu bizarre quand même haha Mais.. j'aime bien. » affirmai-je dans un petit rire. « T'as été courageuse en tout cas ! » continuai-je, admiratif, avant de marquer un silence en la détaillant avec sa casquette. Je tournai ma tête vers la cuisine, levant la bouteille de coca devant elle. « Euh.. tu veux boire quelque chose ? » lui demandai-je, cherchant quelque chose à dire, tant la situation était particulièrement déconcertante. « Je dois t'avouer.. que je ne sais pas quoi penser de cette entrée.. Si t'es pas une voleuse, t'es une espionne alors ? » lui demandai-je, mes lèvres s'étirant pour détendre un peu l'atmosphère.    
 
 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 18 Fév - 14:10


Its like your souls already know each other, feel safe together.
feat Inha ♡ SeHa

« I think some souls have a way of connecting without our knowledge. That’s why you can meet someone for the first time, but inside you just know. You know it is not the first time you’ve felt them »
Il doit sûrement la prendre pour une déséquilibrée et elle l’est certainement. Aujourd’hui du moins. Mais n’est-ce pas bien de se laisser entraîner par un soupçon de folie, juste de temps en temps, sans jamais le regretter ? Elle qui d’ordinaire est aussi sage qu’une image, stoïque, et impartiale, il ne la découvre pas sous ses meilleurs hospices, c’est certain. Il découvre même un autre visage de la jeune adolescente, celui du désir de s’envoler, au loin, de trouver sa liberté, ce côté intrépide et courageux qu’elle cache sous des couches de maquillage, même à son âge. Elle sent contre sa main qu’il sourit et se moque très certainement d’elle et de ses répliques. Il faut dire qu’elle fait une entrée en matière quelque peu déconcertante et qu’il a toutes les raisons de ne pas croire en ses paroles. Elle ne lui a toujours pas dit son identité, elle ne lui a toujours pas expliqué le pourquoi du comment, mais devrait-elle se confier à un inconnu ? Un parfait étranger ? Elle en doute. Elle retire calmement sa main, espérant qu’il n’alerte personne ou même qu’il n’ait aucune capacité particulière pour la mettre au sol, mais il semble compliant et ne fait rien d’angoissant, se laissant même faire, à sa grande surprise. Soit c’est un parfait idiot, soit il n’est absolument pas méfiant, ou soit il a juste confiance et ne se sent absolument pas en danger en compagnie de la jeune fille. « Et toi tu fais un piètre otage. Ne t’a-t-on jamais appris qu’il faut se méfier des inconnus ? Et surtout des filles ? Tu ne sais même pas qui je suis, ni même pourquoi j’ai escaladé ce mur. Et tu ne sembles pas méfiant. Je crois . . .  que tu es un idiot » dit-elle en écarquillant les yeux, le fixant quelques secondes. « Mais un idiot sympathique » rajoute-t-elle pour ne pas qu’il soit vexé, se contentant ensuite de regarder la distance entre le sol et ce balcon, pour balayer ses quelques paroles, frissonnant quelques secondes devant son inconscience. Après l’avoir remercié, elle finit par s’engouffrer à l’intérieur de la chambre, sans aucune crainte, étant toute aussi idiote que ce garçon. Il faut dire que rentrer chez un inconnu et explorer sa chambre, ça ne se fait pas, surtout qu’elle ne le connait pas. Il peut cacher n’importe quoi, il peut être n’importe qui. Toutefois, au vu de l’hôtel dans lequel ils se trouvent, elle doute qu’il soit le fils d’un dangereux tueur en série ou même un pervers, du moins il n’en a pas l’air. Elle lui jette quand même un rapide coup d’œil, pour vérifier qu’elle ne se trompe, mais il dégage une aura, quelque chose, qui l’adoucit, et la met en confiance. Jetant quelques regards curieux pour savoir quel type de personne il est, elle hoche vigoureusement de la tête lorsqu’il lui précise que son frère ne va pas tarder. « Tu as un frère ? Moi aussi », mais elle ne s’entend pas avec lui, pour son plus grand regret. Elle aurait aimé avoir un lien fort, fraternel, protecteur, avec lui, mais il ressemble bien trop à leur géniteur. Elle s’arrête et se redresse lorsqu’il se met, enfin, à lui poser quelques questions, Seol esquissant un sourire, fronçant tout de même des sourcils lorsqu’il ose dire ‘’quoi’’. Elle déglutit difficilement lorsqu’il évoque le fait de vouloir échapper à quelque chose. Il a touché la corde sensible, et il a totalement raison. Elle voulait fuir ses parents, sa vie de prisonnière, juste pour quelques heures, juste parce qu’elle veut y aller. A ce parc d’attractions. Juste une fois dans sa vie. Ses parents ont toujours refusé, car ce n’est pas de son rang d’y aller, car elle va se salir, elle, leur poupée, leur pantin, et puis, il ne faut pas que les autres sachent qu’elle s’y rend. Ça ne donne pas une bonne image. Pathétique. Elle pousse, inconsciemment, un long soupir qui reflète son état d’âme, sa frustration et sa peine aussi. Pourquoi ne peut-elle pas avoir une vie comme les autres filles ? Pourquoi faut-il que ça soit si compliqué pour elle ?  Elle oublie ses maux quand il lui dit qu’il aime bien, ce côté bizarre. Et cette fois-ci c’est elle qui le regarde d’un air bizarre. Il est étrange ce garçon. Bien trop étrange. Pourquoi est-ce qu’il aimerait un comportement aussi hystérique ? Pourquoi est-ce qu’il l’aimerait bien, elle ? Elle rougit lorsqu’il la félicite presque d’avoir agi ainsi, lui disant qu’elle est courageuse. Un mot qu’elle a toujours voulu entendre. Une qualité qu’elle ne pensait pas avoir car elle se trouve, au contraire, bien peureuse. Et elle se met à rire quand il lui dit qu’elle doit être une espionne si elle n’est pas une voleuse. Il est mignon quand il pose des questions. « Tu es marrant comme garçon, on te l’a déjà dit ? ». Elle s’avance doucement vers lui, sourire malin aux lèvres, se penchant légèrement vers lui, murmurant quelques mots, « et si je suis une espionne de la Corée du nord, qu’est-ce que tu vas faire ? ». Elle rigole de nouveau et se redresse. « Tu n’as pas besoin de savoir qui je suis et de toute manière ça ne sert à rien . . . », parce que dès demain il va l’oublier. « Mais tu as raison, je séjourne ici. Juste en bas. Donc tu n’as rien à craindre de moi, je suis juste de passage ». Elle lui fait un petit clin d’œil et jette un rapide coup d’œil à sa montre, pour vérifier l’heure. Il faut dire qu’elle n’a pas toute la journée, du moins elle doit rentrer avant que minuit ne sonne, dans le sens où elle doit rentrer avant que ses parents ne reviennent. « Et parce que tu m’as l’air sympathique je vais te répondre. Je ne fuis personne », mensonge ou non, elle ne sait elle-même pas, « je dirai plutôt que je recherche quelque chose ». Elle hésite quelques secondes, ne sachant pas si elle doit continuer sur sa lancée, ayant soudainement une idée. « Est-ce que tu veux m’aider à trouver ce que je recherche ? ». Question étrange c’est certain mais n’est-elle pas déjà bizarre à ses yeux ? « Promis ça ne sera pas dangereux. Ça sera même plutôt amusant. Et puis de toute manière si tu ne veux pas venir avec moi, ce n’est pas grave, j’irai toute seule ». Elle est folle. Folle de proposer d’y aller avec ce garçon qu’elle ne connait même pas. Elle ne sait même pas son prénom, mais qu’importe, elle a, peut-être, envie d’y aller avec lui. Parce qu’à deux c’est toujours mieux.
(c) DΛNDELION
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 18 Fév - 19:07

It's like your souls already know each other, feel safe together
Seol & In Ha



Toute cette agitation ressemblait vraiment à un film américain, ou un drama coréen, aux rencontres improbables qui ne pouvaient se produire qu'en fiction. J'écarquillai les yeux à mon tour, alors qu'elle me traitait d'idiot. Enfin, correction, d'idiot sympathique.. Comment devais-je le prendre ? Surtout après l'avoir aidé ! « .. Idiot sympathique ? Eh bein je suis flatté, ça m'apprendra à sauver une fille qui joue aux ninjas à une telle hauteur ! » scandai-je, plus amusé que vexé par sa réflexion. Elle n'avait pas tort sur un point, je n'étais pas grandement méfiant de sa personne. J'étais plus curieux que soupçonneux. Mais il ne fallait pas croire à mon calme apparent, je n'en demeurais pas moins prudent, attentif à chacune de ses paroles. Et d'ailleurs, elle pouvait parler ! Quelle fille rentrait comme ça chez un garçon, sans même y avoir été invité au préalable ? Quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, et qui pouvait être n'importe qui. Quelqu'un de pire que moi. Et dieu sait qu'il y en avait.. Je ravalai ma salive, happé par un souvenir qui me revenait, le balayant de plein fouet en entamant une série de questions qui me torturait l'esprit. C'était quoi tout ça ? Qui était-elle ? D'où venait-elle ? Séjournait-elle ici ? Elle devait sans doute appartenir à une famille aisée, mais je ne pouvais pas vraiment en juger par son allure, qui ne laissait rien paraître. Seule sa manière de parler indiquait une certaine éducation mais très vite effacée, puisque nous étions certainement du même âge, et nous pouvions donc nous permettre de discuter plus familièrement. Mais tout de même.. J'étais intrigué. Je ne savais pas si je devais prévenir quelqu'un, peut-être qu'elle faisait une sorte de fugue ? N'était-ce pas dangereux, surtout pour une jeune fille dans cette ville.. aux quartiers sombres ? Si ce n'était pas une fugue, alors pourquoi passer par le balcon ? Si ce n'était pas pour fuir, qu'était-ce alors ? Une tonne de questions se reflétait dans mes prunelles marrons posées sur elle, jusqu'à ce qu'elle lâche un long soupir, qui suffisait déjà à en dire long. Soit.. j'étais particulièrement agaçant, soit, c'était difficile à expliquer. Par réflexe, je m'excusai de mon élan impulsif, lui avouant que je la trouvais bizarre, mais que sur le coup.. j'aimais bien ça. Les gens qui sortaient toujours un peu de l'ordinaire avant tendance à attirer mon attention. Vue l'expression qu'elle afficha en guise de réponse, j'en concluais qu'elle me trouvait à nouveau idiot dans ma franchise encore plus étrange ! Tu ne pouvais pas dire quelque chose de mieux ? Si ! Que je l'avais trouvé courageuse ! A vrai dire, je n'étais même pas sûr moi-même de pouvoir escalader une façade de cette manière.. Il en fallait de l'audace pour braver le vide et continuer à avancer ! Oui.. J'étais en quelque sorte impressionné, ne pouvait-on pas l'être même dans une situation pareille, avec une inconnue ? Je disais simplement ce que je pensais à voix haute. Mon père disait que c'était naïf et faible, mon frère m'assurait que la franchise était un atout qui battait l'hypocrisie, et que je me devais de la cultiver chaque jour de ma vie. Mes lèvres s'étirèrent en me rappelant ses mots, avant de relever les cils vers le visage de la jeune casse-coup, embué d'une légère couleur carmine dont je ne comprenais pas le sens. Mais qui lui allait plutôt bien.. Embarrassé, je tentai de la détendre en lui proposant à boire, et en lui demandant si elle n'était pas plutôt une espionne, habillée tout en noir ! Si je savais que j'étais marrant ? Oui, un peu, l'humour aidait beaucoup avec les autres, c'était bien connu. Je reculais légèrement en arrière, alors qu'elle se penchait vers moi, taquine, en me disant qu'elle pourrait être une coréenne du nord. « Eh bien, je te convertirai aux merveilles du sud bien entendu, et tu ne voudrais plus repartir ! » lui affirmai-je dans un même murmure complice, avant qu'elle ne reprenne la parole. « Tu n’as pas besoin de savoir qui je suis et de toute manière ça ne sert à rien... Mais tu as raison, je séjourne ici. Juste en bas. Donc tu n’as rien à craindre de moi, je suis juste de passage. » Tout cela était de plus en plus mystérieux. Moi qui pensait que j'allais m'ennuyer tout seul ici, je n'aurais jamais cru que cela se passerait comme ça ! « Donc, tu as bien une suite ici.. Tu sais, je ne suis pas flic, tu peux m'en dire un peu plus. Tu me le dois bien ! » lui précisai-je en penchant la tête sur le côté, d'un air se voulant mignon. Et cela semblait un peu marcher. « Et parce que tu m’as l’air sympathique je vais te répondre. Je ne fuis personne. Je dirai plutôt que je recherche quelque chose. » Mes sourcils se courbèrent, soulignant une expression intéressée. Elle faisait une sorte de chasse au trésor ou quoi ? « Quelque chose ? Quoi donc ? Il est grand cet hôtel tu sais. » Et elle en aurait pour un moment si elle cherchait quelque chose en particulier, et qu'elle ne savait pas où il se trouvait. « Est-ce que tu veux m’aider à trouver ce que je recherche ? Promis ça ne sera pas dangereux. Ça sera même plutôt amusant. Et puis de toute manière si tu ne veux pas venir avec moi, ce n’est pas grave, j’irai toute seule. » J'avais vraiment l'impression qu'elle me tentait, sans même savoir ce dont il s'agissait. J'étais intrigué par quelque chose dont je n'avais même pas la connaissance.. Oui j'étais peut être définitivement idiot ! « Pas dangereux mais amusant, cela semble tout un programme ! » lui lançai-je, avant de réfléchir et de regarder tout autour de moi, le vide planant dans la suite claire et luxueuse. « Mon père m'a ordonné de rester ici jusqu'à ce soir.. A part jouer un peu de ma guitare, je crois que je pourrais mourir d'ennui ici.. » Je me retournai finalement vers elle, après de longues secondes. « .. Pourquoi pas ! Mais pour tout te dire, c'est la première fois que je séjourne ici, alors je ne suis pas très familier des lieux. Je ne serais pas d'une grande aide pour te repérer dans le bâtiment. » rajoutai-je d'une mine désolée. « Mais j'ai un bon sens de l'orientation ! » ponctuai-je, d'un doigt en l'air, comme si je sentais le vent m'indiquer le nord et le sud haha. « Ah mais.. D'abord, avant d'accepter, je veux savoir ce que tu cherches exactement et pourquoi. C'est un objet ? » Je n'imaginais même pas qu'elle puisse chercher quelque chose qui était en réalité un lieu, un lieu bien différent de celui de l'hôtel où l'on se trouvait.. « Si c'est un diamant, ce n'était pas trop quelque chose que j'aime porter, alors il va falloir que j'y gagne quelque chose si je dois t'accompagner ! » lui assurai-je en me penchant vers elle d'un sourire mutin, prêt à m'engager dans l'aventure si la distraction était assez tentante pour m'attirer !   
 
 

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Dim 18 Fév - 21:37


Its like your souls already know each other, feel safe together.
feat Inha ♡ SeHa

« I think some souls have a way of connecting without our knowledge. That’s why you can meet someone for the first time, but inside you just know. You know it is not the first time you’ve felt them »
« Et j’espère que tu l’es » dit-elle du tac au tac, sur le ton de la plaisanterie. Il faut dire que venant de sa bouche c’est un véritable compliment qu’elle lui fait. Elle n’a pas pour habitude de trouver un garçon, et surtout pas de son âge, idiot et sympathique. En général elle les trouve inintéressant et particulièrement ennuyeux. Lui il entre dans une autre catégorie, une catégorie nouvellement créer. C’est de sa faute. Il a un comportement bien atypique mais distrayant. D’autres, à sa place, auraient sûrement déjà signalé sa présence, ou auraient pris ces grands airs de Monsieur-je-sais-tout, levant du petit doigt, se croyant à la cour royale. Lui, il ne fait rien de tout ça et elle en est presque heureuse. « Que d’honneur ! Je pourrai alors découvrir les saveurs du sud à tes côtés. Tu me le promets ? ». Et elle se redresse, chassant sa phrase d’un revers de main. Quelque part elle a le sentiment d’être une étrangère sur ses propres terres. Elle ne connait pas grand-chose, ou très peu. Elle ne connait pas les recoins secrets de son pays, elle ne sait pas non plus toutes les saveurs qu’elle peut lui apporter. Elle ne connait pas la nourriture de rue, pourtant si culte dans la culture coréenne. Elle a l’impression de ne rien connaître en dehors de sa prison. Elle ne profite pas. Pas même de son pays natal. C’est affligeant et pourtant si vrai. Peut-être que lui il en connait davantage. Peut-être que lui pourra lui montrer un autre monde. Un monde plein de surprises. Ou peut-être qu’il ne pourra rien lui apporter, ou juste ce qu’elle connait, derrière ces murs. Les murs de ce somptueux hôtel qu’elle connait par cœur, pour les avoir longuement longés. Elle finit par donner quelques détails sur elle, juste assez pour le rassurer et pour le conforter, certainement, dans son idée, qu’elle n’est pas qu’une étrangère pour cet hôtel et qu’elle y réside. « Tu n’es peut-être pas un flic, et ça serait bien étrange au vu de ton âge, mais tu m’oublieras, de toute manière » et elle esquisse un sourire. A quoi bon faire connaissance alors que leur chemin risque de se séparer, sous peu. Mais peut-être pas assez tôt. Pas aussi tôt qu’elle ne l’imaginerait. « Me diras-tu, toi, ton identité si je te dis la mienne ? ». Elle sautille légèrement sur place, presque excitée pour une raison inconnue. Ou peut-être parce qu’elle se sent d’humeur joyeuse et joueuse. Elle laisse ainsi planer un certain mystère sur la raison de sa fuite, lui proposant même, par instinct, de l’accompagner dans cette étrange aventure. Bien sûr il la questionne un peu plus sur ce qu’elle recherche, pour ne pas accepter sans connaître, ce qui est normal. Elle n’est encore qu’une étrangère. Une bien étrange étrangère. Elle le laisse donc réfléchir, ne donnant aucune réponse, de suite, à ses nombreux questionnements, le regardant réfléchir, amusée par ce garçon. Elle attend donc, les bras croisés, le regard rempli d’espoir. Elle est capable d’y aller seule, c’est certain, mais elle sait que c’est le genre d’endroit qui est bien plus amusant avec une autre personne. Un ami. Mais elle n’a pas d’amis, du moins pas ici, pas dans cet hôtel, et qui serait capable de l’accompagner sans aller tout dévoiler, se faisant alors enfermer, encore et encore, sans pouvoir goûter à la joie de connaître ce lieu mythique. Elle sourit quand elle constate qu’il pense que c’est quelque chose présent dans cet hôtel. Un objet. Si c’était le cas ça serait bien plus simple. Beaucoup plus simple. Et elle n’aurait sûrement pas escaladé le mur pour s’en aller de sa chambre. Elle aurait juste sonné, précisant qu’elle souhaitait juste se balader, dans l’hôtel, et elle aurait eu la chance de pouvoir se promener à l’intérieur de sa propre prison. « Je ne veux surtout pas t’importuner si ton père t’a demandé de rester ici ». Elle s’éloigne légèrement, gênée par sa proximité, se moquant presque de lui et de son obéissance, alors qu’elle n’est pas le meilleur exemple et la mieux placer pour le taquiner sur ce sujet. Elle saute alors sur une chaise, se tenant debout, fière, désireuse de jouer tout un théâtre. « Ce que je cherche . . .  se trouve dans un lieu étrange, où les enfants restent enfants et où les adultes retrouvent leurs âmes d’enfant. C’es un lieu où des centaines d’odeurs se mélangeant, titillant nos narines et faisant gargouiller notre ventre. C’est un lieu amusant mais terrifiant. C’est un lieu où il est même possible d’atteindre le ciel et d’y toucher les nuages », elle regarde alors le ciel, sourire aux lèvres, s’imaginant au-dessus des nuages. Et elle descend de sa chaise, arrêtant sa tirade. « Enfin, c’est ce qu’on m’a dit. Je n’y suis jamais allée, » son visage s’assombrit quelques secondes, peinée. « Mais c’est décidé. Aujourd’hui je vais y aller, et chercher ce que je recherche. C’est-à-dire . . . », elle fait mine de faire un roulement de tambour, « la liberté et le bonheur » dit-elle de manière innocente. Est-il possible de les trouver, là-bas ? Elle ne sait pas, mais rien ne lui coûte d’essayer et d’y aller. « Me suivras-tu ? ». Elle s’approche légèrement de lui, et lui tend sa main, « tu auras la meilleure des récompenses ». Et elle aussi, parce qu’elle s’est sûrement faite un ami, pour la journée.
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?