Revenir en haut Aller en bas

LES INFOS EN PLUS DE STW




 

avis d'tempête ; ft. meika

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Jeu 9 Aoû - 0:47

Avis d'tempête
mei & maika

elle ne savait pas à quel moment de la soirée tout avait dérapé, maika. pour une fois que ce n'était pas totalement de sa faute... il y avait tellement de personnes dans ce bar, apparemment, il y avait un anniversaire à fêter et c'est rapidement parti en bagarre générale. ça voulait dire quoi ? qu'elle ne pouvait pas passer une soirée tranquille sans être emmerdé quoi qu'elle fasse ? décidément, elle ne comprenait vraiment plus le monde qui l'entourait. maika avait passé cinq longues années en prison, cinq ans. cinq ans dans une vie, ce n'est pas grand chose, en tout cas, c'est ce qu'on pourrait penser, mais c'est assez pour l'avoir totalement déconnectée du monde. peut-être que le monde n'avait pas tant changé que ça, et que c'était elle qui avait simplement changé. la prison l'avait changé, évidemment, vivre avec des prisonnières pendant toutes ces années, ça change. ça lui a forgé ce caractère qui l'handicape grandement au quotidien... mais de toute façon, maika n'avait jamais eu une vie très simple. elle n'avait jamais reçu de cadeau, elle ne connaissait pas les fêtes de familles, elle n'avait jamais fêté noël.. elle n'avait même jamais été au cinéma avant ses dix-sept ans. une fille à part, parce qu'elle l'était. elle n'avait pas de famille à part son petit-frère, elle était renfermée sur elle-même, elle ne comprenait pas grand chose parce que les autres avaient été éduqué... mais pas elle, elle n'avait jamais reçu une quelconque éducation, elle s'était éduquée elle-même. et puis, lorsqu'elle avait à peine atteint ses dix-huit ans, alors qu'elle pouvait enfin essayer de vivre une vie normale, de rattraper tout son retard, de profiter enfin de la vie... c'était en taule qu'elle avait été enfermé. pendant cinq ans, et après la taule, elle était en quelques sortes encore prisonnière. plus entre des barreaux cette fois, mais de sa vie. prisonnière de son corps, de ce qu'elle était devenue. donner son cul pour survivre, voilà ce qu'elle avait fait jusqu'à il y a encore quelques mois. alors sa vie n'a jamais réellement commencé, elle n'a jamais profité de rien, maika. et encore ce soir, elle ne pouvait pas profiter de cette soirée. la jeune japonaise poussa les portes du bar alors qu'un brouhaha monstre se faisait encore entendre derrière elle, des verres qui se fracassaient au sol, des bruits de coups, des hurlements. les flics étaient même déjà sur place mais elle avait réussi à les éviter, il faut dire qu'ils se sont rués sur les bagarres en question et qu'elle, elle venait d'assommer une pauvre fille qui avait eu le cran de la chercher. il ne fallait pas jouer avec maika ou titiller son impulsivité, parce qu'elle l'est grandement. alors au moment où cette blondasse mal baisée l'avait insulté de pute, son sang n'avait fait qu'un tour, elle l'avait cogné, et le sang sur le coin de ses lèvres en témoignent, ses vêtements froissés, ses cheveux complètement décoiffés... son visage éteint, et les dents serrés parce qu'elle n'avait toujours pas décoléré. elle fait quelques pas hors du bar, prête à repartir chez elle et ne plus en sortir avant le lendemain, mais ça, c'est avant que son regard croise celui d'une flic. et pas n'importe laquelle : janggok mei. une personne qu'elle connaissait très bien, du moins, elle avait déjà eu affaire à elle par le passé et entre elles, ce n'était clairement pas le grand amour. alors sans aucune gêne, la nipponne ne peut s'empêcher de soupirer un : « oh non, pas ça. » elle s'arrête, levant la tête au ciel pour pousser un soupir de désespoir avant de reposer son regard sur la jeune femme, elle voulait l'avertir de suite, alors elle plaça sa main face à elle, manquant de la pointer du doigt. juste un signe d'avertissement. « pas ce soir j'te préviens, j'veux juste rentrer chez moi ok? fous moi la paix. » maika ne pensait pas la croiser ici, elle était sûrement venue avec ses camarades flics pour cette grosse bagarre qui avait éclaté, et elle devait l'avoir dans le viseur, parce qu'elle doit aussi sûrement connaître son caractère, sans parler de son passé...
avatar
Janggok Mei
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 21 Aoû - 17:49

Avis d'tempête
mei & maika

Parfois, la vie n’est vraiment rien d’autre qu’une pétasse. Elle finit toujours par trouver tous les moyens possibles d’ennuyer tout le monde au maximum et en ce moment même, Mei se trouvait bien embêtée. Voir même sacrément en colère et il y avait de quoi. Se faire rétrograder temporairement ? Et puis quoi encore, tout ça pour un léger excès de zèle sur un abruti de première qui s’était permis de la provoquer en plein interrogatoire. Évidemment, elle ne réagissait pas au quart de tour comme ça habituellement, mais il avait fallu qu’il fasse ça un jour où elle était déjà à bout de nerfs. L’énergumène s’était donc retrouvé plaqué violemment contre un mur de la salle dans laquelle ils se trouvaient. Cet homme aurait pu se retrouver avec quelques côtes cassées si le coéquipier de la blonde ne l’avait pas arrêtée de force en lui rappelant que si un suspect se retrouvait blessé elle risquait le renvoi pur et dur. Heureusement qu’elle se trouvait dans les petits papiers du chef du poste de police dans lequel elle se trouvait, celui-ci malgré sa colère plus que palpable avait décidé de la rétrograder pendant un mois et lui faire suivre un stage de maîtrise de soi histoire qu’elle se calme. Ce qui malheureusement n’avait fait qu’accentuer sa colère monstre et expliquait le fait qu’aujourd’hui elle se retrouvait devant ce bar, où une paire d’excités du pistil se tapaient dessus. De quoi ajouter de l’huile sur le feu et la rendre encore plus à fleur de peau qu’elle ne l’était. Comment avait-elle ou se trouver à gérer des choses aussi inintéressantes que pénibles ? Le pire dans tout ça, c’est qu’elle savait avoir merdé, mais refusait de l’admettre et en voulait au monde entier. Le boulot d’enquêteur à la criminelle représentait une part énorme de sa vie, arrêter les tueurs et les enfermer pour de bon, elle n’avait rien trouvé de plus jouissif. Savoir que de telles ordures se retrouvaient derrière les barreaux grâce à elle, elle adorait et en tirait une certaine satisfaction. Bien sûr au début, ce n’était pas facile, elle ne souhaitait qu’une chose : leur refaire le portrait et avait longtemps dû travailler sur sa patience et son impulsivité. Elle a fait de gros progrès et sait dorénavant contrôler ses pulsions… Plus ou moins. D’où son léger écart d’il y a une semaine maintenant. Le pire dans tout ça, c’est que le chef lui avait même retiré son arme de service. Son petit bébé, celle qu’elle choyait tous les jours jusqu’à la faire briller de mille feux. Celle-ci avait même eu droit à un petit nom : Billy, ce qui avait provoqué quelques moqueries dont elle se fichait éperdument. Si la blonde avait eu le droit de garder cette arme, il aurait été presque plus facile de calmer ce tas de crétins en train de se mettre sur la tronche. Un tir de sommation en aurait fait déguerpir plus d’uns, mais malheureusement, elle allait devoir faire sans et éviter d’en venir aux mains. Ce qui s’avérait ne pas être une mince affaire pour elle, elle ne rêvait que d’une chose, entrer et donner des coups de genou dans le nez pour tous les calmer. Définitivement, il y avait encore du travail à faire avant d’apprendre la "zen attitude" et ne pas exploser dès que l’occasion s’en présentait. Si elle voulait réintégrer la brigade criminelle, elle devait impérativement se tenir à carreau. Avec ses coéquipiers temporaires, ils avaient décidé qu’eux entreraient par devant, et qu’elle allait intercepter les petits malins qui chercheraient à passer par l’arrière du bar. Sauf qu’au moment où ils étaient tous rentrés et qu’elle allait s’avancer dans la ruelle, une tête qu’elle connaissait bien était apparue, sortant tranquillement pendant que la bagarre faisait toujours rage à l’intérieur. « Dites-moi que c’est une blague, pitié pas elle. » Le visage légèrement amoché de la brune qui sortait n’était autre que celui de Maika. Mei savait que celle-ci avait fait de la prison pour avoir tué son père et ne comprenait toujours pas pourquoi elle pouvait dorénavant se promener librement dans la rue. Dès qu’elle la voyait, son sang avait le don de ne faire qu’un tour et elle devait réprimer de fortes envies de distribuer les coups à la pelle. Elle avait alors traversé rapidement la rue pour aller se pointer devant elle, histoire de l’empêcher de filer sans rendre de comptes, sauf qu’au moment de prendre la parole, la brune l’interrompit. Mei papillonna des yeux avec un soupçon d’énervement non contenu menaçant de balancer d’un revers de la main celle tendu en signe de sommation vers elle. « Baisse. Cette. Main. Immédiatement. » Son ton était sans appel et elle enchaîna « Je serais toi, je ne la ramènerais pas parce que je suis à deux doigts de t’embarquer au poste avec les menottes pour éviter de te refaire le portrait. Donc tu vas gentiment répondre à mes questions si tu veux pas de problèmes ma jolie. » La blonde savait que sa réaction était juste un poil exagéré, mais elle ne comptait pas en démordre. Maika ne partira pas tant qu’elle ne l’aura pas décidé.


délicatement dangereuse
i've been up all night. you left me waiting alone in the lights, but I'll go with you at the end of the night.
© by anaëlle
important