Revenir en haut Aller en bas



 
POUR LES NOUVEAUTÉS DU MOIS C'EST PAR ICI !
En Mai, fais ce qu'il te plaît (mais on évite quand même les bêtises, petit coquin :perv: ) !

Byun Yo Han
Byun Yo Han
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
disloyalty ft ilkwon Empty Lun 20 Aoû - 19:27
Nos chagrins et nos déceptions sont, au fond, notre œuvre ; le fait vient du dehors, l'effet vient de nous. Chaque vie se construit son tombeau, chacune de nos actions engendre un démon ou un ange chargé de la punir ou de la récompenser. il frotte ses mains sur son costard froissé, le regard sombre, les cheveux mal coiffés. puis il lève les mains en l’air, permettant aux agents de police de le fouiller minutieusement. il est stoïque, c’est à peine si il se sent de force à faire preuve de résistance. il ne sait pas réellement pourquoi son aîné se trouve derrière les barreaux de cette prison, pour tout dire il n’a guère cherché à le savoir. tout ce qui l’important c’est que cela n’avait rien à voir avec leur affaire à la fleur blanche, le reste relevait entièrement de la responsabilité du plus vieux. qui y avait-il que yohan puisse faire qu’ilkwon ne puisse guère achever. au feu vert des officiers, le jeune asiatique est conduit dans un couloir, censé le guider vers le parloir. yohan avait une sale gueule, les cernes qui soulignaient ses yeux étaient si profondes qu’on en serait venus à se demander quand est-ce qu’il avait dormis pour la première fois ou bien si le jeune homme était en pleine crise de manque. sa lèvre fendue et enflée quant à elle n’inspirait pas plus confiance et laissait aisément à penser que la place du jeune délinquant se trouvait du côté prisonnier plutôt que du côté visiteur. il avait pourtant fait l’effort de porter un costard.

il prend place, le regard vide, ses coudes disposés sur le monceau de bois qui lui fait face, ses yeux se posant sur la vitre qui le séparera d’ici une poignée de secondes de son frère. il aurait probablement du s’abstenir de venir, en quoi sa présence arrangerait les choses ? yohan n’était bon qu’à une seule et unique chose : envenimer les situations. à croire qu’il y prenait un plaisir vicieux et sadique. il n’était même pas sur d’être prêt à affronter le regard de son aîné ni d’être psychologiquement assez fort pour engager la conversation avec celui-ci. On peut tout pardonner dans la vie, hormis la trahison et l'hypocrisie. il rit pour lui même, un rire voilé qui prend fin lorsqu’il se met à tousser, l’ombre de son frère apparaissant lentement alors que celui-ci prend place en face de lui. « la prison te réussit plutôt bien. » lâche t-il un sourire sur les lèvres alors que ses doigts tapote la table mécaniquement. pourquoi avait-il fallut qu’ils gâchent tout. avaient-ils pris leur pied dans son dos ? la jouissance en avait-elle valus la peine ? était-ce là leur manière de lui donner une bonne leçon une fois pour toute? de le secouer, de lui faire comprendre que rien n’était acquis et ne le serait probablement jamais. leur fallait-il le bouffer jusqu’à la moelle pour cela, lui arrachait les deux seules personnes qu’il aimait le plus au monde, avaient-ils réellement eu besoin de le détruire de la sorte? « alors pourquoi t’es là ? » yohan était dans un état lamentable, si pitoyable qu’il n’avait même pas pris la peine de chercher à savoir les raisons derrière l’emprisonnement d’ilkwon. il s’était contenté de percevoir cela comme un signe, le retenant d’éclater son poing sur la gueule d’ange de celui qu’il avait toujours considéré comme sa moitié. une vitre entre eux, des officiers et le jeune mafieux était sur de ne pas commettre l’erreur de défoncer ilkwon. il pourrait extérioriser sa haine de bien d’autres manières et quand bien même les actes du jeune homme avait emporté avec eux le peu d’espoir qu’avait le cadet de devenir quelqu’un de meilleur pour srey, yohan restait incapable de blesser celui qui il y a encore une poignée de semaines, représentait tout pour lui. « elle était bonne? » il n’était pas triste. mais il y avait un vide à l’intérieur de lui. il en devenait inconnu à lui même, absent à lui même.


YOHAN
We're broken people now; We're burning out; So cold I'm bleeding now now now; Gonna let you down ! Tell me I won't ever be nothin', ain't that somthin'? I've risen from the bottom, I got 'em eyes on the prize and inside 'em. Damn right I overcame, y'all know the name. We similar but never been the same. Everybody, yeah they know the name. Right now, we'll make it some how; We'll make it some way...
Byun Il Kwon
Byun Il Kwon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
disloyalty ft ilkwon Empty Mar 7 Mai - 12:15
disloyalty
yokwon

« Il Kwon prépare-toi. T'as une visite aujourd'hui. »
La voix rauque de ce gardien qui te sort de tes pensées. Allongé sur ce pauvre lit, de ta tenue aussi sombre que ton âme, tu relèves la tête. Perdu, déboussolé. Qui oserait venir te voir dans cet endroit minable ? Même ton propre avocat ose à peine te rencontrer. Nuisible, destructeur. Voilà tout ce que tu es, en fin de compte.
Quelques heures de supplice. Quelques heures d'inconnu où tu erres dans ces couloirs, te prépare mentalement à ce qu'il pourrait bien arriver. Tes lippes mordillées et ton regard vide font écho à cette allure de pauvre mec, tombé malgré lui. Tu ne fais même plus attention à ces autres qui t'entourent, à ces insultes balancées comme une vieille habitude à tout bout de champs. Tu ne tiens plus compte de ce désastre dans lequel t'avances, sans réellement avancer. Des images de ta vie d'avant. Des bribes d'erreurs que t'as pu commettre. De cette vie dans laquelle t'avais fini par te complaire, et que t'as fait exploser en fumée.

Et cette sonnerie qui retentit. Cette voix à travers un micro qui rappelle. L'heure des visites qui commence, un corps de plus qui se dirige vers la salle de fouille, avant d'avoir ses poignets menottés, et son visage se refermer. Quelques secondes pour arriver au parloir. Des secondes qui semblent être une éternité. Une porte qui s'ouvre, et le gardien qui ôte ces bracelets de métal, te laissant le loisir d'observer, au loin, celui qui est venu te rendre visite.
C'est comme un coup de fouet. Comme une réalité qui te revient en plein visage. Yo Han. Ce frère que t'as trahi malgré toi. Que tu ne reconnais pas. Tes sourcils qui se froncent alors que tu t'installes devant cette vitre, seul objet qui te sépare de lui. Tu ne sais pas quoi dire, quoi faire. Quels seront finalement les tenants et les aboutissants de ces retrouvailles peu glorieuses. Et t'oses pas répondre, à ce sourire, à ces premiers mots. T'attends, un geste, une phrase. Qui te permettrait de comprendre ce qu'il se passe dans sa tête. Si ce que t'as osé faire est encore un secret, même si tu te doutes du contraire.

Première question de ton vis-à-vis. Comme un premier coup de poignard. Un retour à la réalité morbide. Ton visage qui s'enfouit un peu plus et tes lèvres qui se pincent machinalement. « Coups et blessures volontaires. » que tu mimes de tes lèvres, la voix grave et le ton presque solennel. Comme si de le voir, en face de toi, était inespéré. Des semaines déjà que tu te morfonds dans une cellule sans même avoir réussi à le joindre, à le voir. L'espoir perdu qui renaît et qui se perd.
Deuxième question. Sanglante, transpirante d'une vérité que t'aurais voulu cacher. Ton regard qui se redresse vers ce frère que t'as foutu six pieds sous terre. T'es assez lucide pour le voir. Malgré son costard et ses sourires. Tu ne le connais que trop bien. Rempli d'un sentiment que tu n'as jamais vraiment connu, comment pourrais-tu réagir à ça ? Un regret qui prend de la place. Une tentation pour laquelle t'as pas pu résister, malgré toi. Et qui en a brisé bien des coeurs. « C'est pas c'que tu crois. » Ta voix qui se fait plus sèche. Qui dénoterait presque avec cette allure de gamin en cage. Tes bras qui se posent sur cette table, mains entrelacées. Tes yeux qui restent inlassablement posés sur ce visiteur inattendu. « C'est pour ça qu't'es venu ? Pour me balancer à la gueule c'que j'ai fait ? » Finis-tu par demander. Cette rage toujours omniprésente, qui te consume bien plus rapidement entre ces murs. T'y penses encore le soir, tu t'es demandé plus d'une fois comment aurait-il pu réagir s'il apprenait tes failles. Et voilà que la réponse se dessine sous tes yeux. « J'suis désolé de c'qui s'est passé. Mais j'suis pas vraiment sûr que tu sois là pour ça, hein ? » Cet homme brisé que tu es devenu entre ces murs, t'as tout autant l'impression de le voir en face de toi. Une torture supplémentaire à ces retrouvailles pittoresques.

© LOYALS.




‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
white shirt now red, my bloody nose. sleepin', you're on your tippy toes, creepin' around like no one knows. think you're so criminal. ☾☾

Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux y prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !