Revenir en haut Aller en bas



 
POUR LES NOUVEAUTÉS C'EST PAR ICI ! :heart:
BONNE SAINT VALENTIN A TOUS NOS AMOUREUX :cute:

Lin Malia
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 12 Oct - 16:35

losing everything
ft. jasun
anéantie. son monde s'était écroulée. elle se sentait vide. son coeur était vide, son cerveau ne pensait qu'à une chose : pleurer. parce que les larmes, c'était tout ce qu'il lui restait. là, dans ce lit d’hôpital, à fixer le mur. si malia était physiquement décomposée, dans son esprit, c'était un vrai champ de bataille. elle souffrait, elle souffrait tellement qu'elle avait du mal à réaliser ce qu'il se passait. elle avait perdu son bébé, il n'était plus là, elle ne le sentira plus jamais bougé, elle ne posera jamais les yeux sur lui, tous ces vêtements qu'elle lui avait acheté, toutes ces affaires, tout ça... qui seront à jamais inutilisées. à cette pensée, elle craqua de nouveau. laissant ses larmes rouler le long de ses joues, des gémissements de douleurs passèrent la barrière de ses lèvres. elle était prête à tout perdre, c'était d'ailleurs ce qui l'attendait. absolument tout.. mais pas son bébé. et on lui avait retiré. c'était lui qui l'avait poussé dans les escaliers, lui, max, qui avait tué son bébé. elle était dévastée, il n’y avait pas d’autre mot. dévastée. la douleur était beaucoup trop intense, elle était capable de la ronger. qu'est-ce qu'elle allait devenir ? il n'était plus question de max, elle ne voulait plus jamais le voir. non non, il était question d'elle. elle qui n'avait plus d'avenir mais surtout, qui venait de voir tous ses projets se casser la gueule. est-ce qu'elle parviendra à vaincre cette souffrance ? c'était horrible, beaucoup trop horrible. elle ne savait même plus quoi faire pour apaiser ne serait-ce qu'un peu la douleur, elle devenait insupportable. toujours allongée sur ce lit, malia vint essuyer ses larmes, posant son regard sur le plafond, cette fois-ci, elle prit une profonde inspiration, avant d'expirer. c'était un cauchemar, un putain de cauchemar. le pire dans tout ça ? elle était seule. ce qui n'était pas vraiment étonnant. elle n'avait que max, que lui. c'était aussi pour cette raison qu'elle s'était longuement accroché à cette ordure... elle n'aurait jamais dû. si elle avait su partir à temps, elle n'aurait pas perdu son bébé, son soleil, son bonheur. mais pour aller où ? depuis des années, la jeune femme était bloqué. et ça s'empirait. elle avait l'impression que le temps l'enfonçait, lui faisant toucher le fond. sa main droite était posée sur son ventre depuis une heure maintenant, impossible de la retirer. c'était horrible, elle ne voulait pas réaliser, elle ne pouvait pas réaliser... son fils n'était plus là. elle était coupée du monde, et pourtant, des bruits dans le couloir lui fit tourner la tête, et lorsque la porte s'ouvrit, laissant apparaître jasun face à elle. elle ne pût se contenir. sa seconde main cacha sa bouche, comme pour lui éviter d'hurler de douleur. revoir son visage... réaliser à nouveau ce qu'il se passait pour elle. de nouveau, elle pleura. « jasun.. » articula t-elle difficilement, une voix lourde, pesante, brisée par la souffrance. elle l'appelait à l'aide, mais il n'aurait rien pu faire.  elle ne savait pas quoi faire, elle était au bout du rouleau, refusant de laisser partir son enfant, leur enfant. encore une fois, elle avait besoin de lui...
(c) DΛNDELION


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
Yu Jasun
Yu Jasun
❝ PRESIDENT ♛ I'M YOUR LEADER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 10 Nov - 14:45

losing everything
ft. malia
Il y a un lien indescriptible qui se crée au moment même où vous prenez conscience qu’une partie de vous sommeille en un être que vous chérissez. Que cette partie de vous deviendra un jour un bout de chou qui portera à moitié vos gênes avec ceux de sa mère. Ce lien profond et inégalable, Jasun avait mis du temps à le ressentir. Mais il était là, bien présent. Il se sentait étroitement lié à ce bébé et pour cause: c’était le sien. Pour un mauvais départ que celui d’un père refusant de reconnaître ses responsabilités, il était finalement devenu un peu plus impliqué dans le futur de cet enfant. Plus qu’il ne l’aurait voulu, et tout ça passait par la relation qu’il entretenait avec Malia. Une gentille fille, douce, qui méritait tout le bonheur du monde. La voir sourire en regardant son ventre rond, et se dire qu’au final, il participait à ce bonheur… C’était bien. C’était grandiose.
Mais il avait une promesse à tenir maintenant: celle de veiller sur eux. De loin ou de près peu importe, ce qui comptait pour lui, c’était que ces deux ne manquent de rien.

Ce lien indescriptible, il était fort. Si fort que parfois, il lui arrivait de se sentir agité sans raisons apparentes, sûrement parce que le bébé l’était tout autant que lui dans le ventre de sa mère. Ou comme aujourd’hui, où il se sent… patraque. Faible sans raison apparente. Aujourd’hui, il doit se rendre à la salle pour donner ses cours de l’après-midi, et c’est dans sa voiture alors qu’il croise l’ambulance, roulant à toute vitesse. Et là, un mauvais pressentiment le saisit. Il continue de conduire mais il ne cesse de jeter un oeil à son rétroviseur, voyant l’ambulance s’éloigner. Sa vitesse a baissé, il semble hésitant… Mais il continue sa route jusqu’à arriver à la salle de sport. Aussitôt garé sur le parking privé qu’il sort son téléphone portable de la poche de son survêtement pour envoyer un message à Malia.

Citation :
Tout va bien aujourd’hui?

Et il range son téléphone, baissant la tête au sol alors qu’il marche jusqu’à entrer dans la salle. Son esprit est tourné uniquement vers son téléphone et une possible réponse qu’il espérait avoir. Mais qu’il n’aura jamais. Il donne son premier cours mais il n’est pas dans son assiette, le directeur de la salle le remarque et le réprimande. Jasun se retient de l’envoyer chier. Il ne cesse les allers-retours vers son téléphone pour voir s’il a une réponse: voilà 2h maintenant qu’il attend une réponse et qu’il ne l’a pas eu. A bout de patience, il attrape ses affaires d’un geste vif de la main et bondit hors du ring en passant par-dessus les cordes. Attisant la curiosité de son élève qui se retrouve coupé en plein milieu de son cours, et du directeur de la salle, qui le suit tandis qu’il lui hurle dessus. Jasun se tourne soudainement vers son boss pour lui faire face à 2cm seulement, le défiant d’un regard qui se voulait clairement menaçant. « Laisse moi partir. » ordonne le jeune. Et il obtient ce qu’il veut.

Sans même être sûr, il part à toute vitesse à l’hôpital. Et à l’accueil, il demande si une certaine Lin Malia a été transférée à l’hôpital aujourd’hui. Quand on lui dit oui, ses forces le lâchent, son sang ne fait qu’un tour et son coeur s’emballe. Mais il reste de marbre, il passe simplement une main sur son visage avant de secouer la tête quand la gentille dame lui donne un numéro de chambre où il peut la voir. Mais à sa tête, il comprend qu’il n’y a rien de bon. C’est le bébé. Il s’est passé quelque chose. Il en est certain maintenant. Il ne sent plus ce lien profond qu’il avait avec sa progéniture. Pire: il se sent vide. Comme un pauvre humain errant seul dans les détresses de la vie. Et chaque pas qu’il fait dans ce couloir jusqu’à atteindre la chambre lui coupe un peu plus de morceaux de son coeur. Il a peur, Jasun. Pour la première fois depuis longtemps, il a peur. Et quand il arrive alors au numéro de la chambre, il appuie son épaule gauche contre le mur. Il inspire, comme pour prendre du courage, pour se tourne, pivotant face à l’entrée de la chambre.

Malia est sur ce lit, assise, les joues inondées de larmes. Quand elle tourne la tête vers Jasun, sa réaction est immédiate: elle éclate en sanglots et pose une main sur sa bouche. Elle l’appelle à l’aide mais lui aussi, il a besoin d’aide maintenant qu’il a compris ce qui se passe. Elle a perdu le bébé. Il ne verra jamais le jour… Et c’est le karma qui s’acharne sur l’étudiant, qui ne voulait rien savoir du bébé au début. Voilà. Il paye le prix de ses paroles blessantes. Il se hait. Il se déteste. Il n’est capable que de causer le mal autour de lui, au final. Et ses yeux se ferment. Il tourne la tête vers l’embrasure de la porte, appuyant son front contre alors qu’il garde les yeux clos. Il tape légèrement son front contre l’encadrement, sa respiration s’accélère. Il entend les sanglots de Malia, ce qui le force à revenir sur Terre à chaque fois. Dans une autre vie, il aurait vu le jour, ce bébé. Et dans cette autre vie, Jasun aurait été heureux. Mais aujourd’hui, ce qu’il doit affronter ne l’abîme que plus et peu à peu il sombrera. Mais il ignore encore comment cette tragédie est arrivée et il a besoin de savoir. Il recule alors la tête et ouvre les yeux, tournant la tête vers Malia. Il ferme la porte derrière lui, lentement, sans la quitter du regard avant de marcher jusqu’au lit, d’un pas presque hésitant. Il sait qu’elle a besoin de lui. Qu’elle n’a besoin QUE de lui, parce que c’était avec lui qu’elle partageait ce magnifique cadeau de la vie. Alors c’est tout naturellement qu’il ramène son visage contre son torse, toujours debout à côté du lit. Il caresse tendrement ses cheveux tandis qu’il perd son regard sur la fenêtre de la chambre. Il regarde la vie, dehors. Pendant qu’ici, dans cette chambre, le temps s’est arrêté, le monde s’est effondré. Il ne veut pas demander quoique ce soit pour le moment. Il veut simplement la tenir contre lui et la laisser verser toutes les larmes de son corps. Jusqu’à ce que son coeur soit apaisé? Non. Son coeur ne sera jamais apaisé. Même dans 5 ans, 10 ans ou 20 ans. On ne se remet jamais de la perte d’un bébé. Jamais.  
(c) DΛNDELION



Lin Malia
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sam 8 Déc - 22:36

losing everything
ft. jasun
et pourtant, malia avait déjà souffert. un peu trop pour une fille si jeune. elle était orpheline, elle n'avait plus de nouvelles de son grand-frère, ou alors que très peu. la seule personne qu'elle avait, c'était max, mais ça faisait bien longtemps qu'elle l'avait perdu, lui aussi. l'homme dont elle était tombé amoureuse n'existait plus depuis bien longtemps, il ne lui restait que jasun. le père de son enfant. mais elle venait de le perdre, son bébé. perdre un enfant, il n'y avait rien de plus horrible, surtout pour elle qui était, malgré son jeune âge, décidé à le garder près d'elle. elle l'aimait déjà si fort, son fils. elle n'était pas née de la dernière pluie, malia, elle savait très bien qu'elle allait l'élever seule, qu'il n'y avait sans doute aucun avenir sentimental entre eux mais ça ne changeait rien. elle n'avait nullement l'intention d'empiéter sa vie. jasun comptait énormément pour la jeune femme, un amour indescriptible, une attraction qu'elle ne pouvait expliquer, il s'agissait de l'homme qui avait réussit à la faire rêver lorsqu'elle était désespérée, lorsqu'elle était plus bas que terre mais aussi, le père de son enfant. et dans cette horrible tragédie, elle n'avait besoin que de lui. même s'il ne voulait rien savoir de cet enfant, elle connaissait assez jasun pour savoir qu'il ne l'aurait jamais laissé tomber, et il était lui aussi concerné par ce qu'il se passait. cela dit, elle n'eût même pas le temps de lui téléphoner. c'était une bonne chose, elle en aurait jamais été capable. il suffisait devoir son état, à cet instant. elle qui avait toujours un contrôle sur tout, qui s'efforçait de rester positive quoi qu'il arrivait, qui était toujours présente pour les autres, les rôles étaient désormais inversés. elle était incapable de remonter la pente, incapable de se gérer, et quand ses yeux se posèrent sur le visage du père de son défunt bébé, elle s'écroula, gémissant son prénom avec tant de souffrance. tellement de souffrance, qu'elle comprit vite que jasun pouvait la comprendre, qu'il ressentait les mêmes choses, qu'elle n'avait nullement besoin de lui expliquer ce qu'il s'était passé: il l'avait d'ores-et-déjà compris. il se tourna vers l'embrasure de la porte, alors que le visage de la jeune femme se baissa. ses larmes continuèrent de couler à flots, elle ne parvenait même pas à se calmer, grâce à sa main devant sa bouche, elle essayait de rester un minimum discrète mais c'était peine perdue. et puis, à quoi bon ? rares étaient les personnes qui l'avaient vu dans cet état, mais jasun... jasun était différent. elle n'avait aucun secret pour lui, et ne comptait pas en avoir. comment ils allaient s'en sortir ? ils n'allaient pas s'en sortir, c'est évident. rien ne pouvait consoler la jeune femme, et comment jasun allait-il réagir face à tout ça ? lui qui ne voulait pas de ce bébé, malia avait finit par comprendre qu'il n'était pas si réticent que ça à cette idée, même si elle lui demandait beaucoup: vivre en sachant que son enfant se trouvait quelque part, avec elle. mais tout ça, c'était fini, à cette pensée, ses larmes se multiplièrent, roulant le long de ses joues. elle releva doucement ses yeux humides, apercevant jasun fermer la porte et s'approcher. il ne la quittait pas du regard, et elle non plus, même si c'était atroce pour elle. elle lui demandait silencieusement d'être encore présent, jasun savait pertinemment qu'elle n'avait besoin que de lui, et puis, en regardant son visage, c'était ce genre de questions horribles qui faisaient surface: est-ce qu'il lui aurait ressemblé ? aurait-il tenu physiquement de jasun ? aurait-il eu son tempérament ? ces questions lui firent mal, tellement qu'au moment où le jeune homme approcha son visage de son torse, malia se laissa de nouveau aller. elle laissa ses larmes couler, elle sanglotait, ses bras entourèrent sa taille. elle le tenait tout contre elle, comme si elle avait peur qu'il s'en aille, peur de le perdre, comme elle avait pu perdre son enfant. ses doigts serraient le tissu de son haut, comme une branche à laquelle elle se rattachait. la tendresse de jasun l'apaisait, elle se sentait moins seule, désormais. il ne réparait pas ses maux, malheureusement, mais rien ni personne ne pouvait l'aider pour ça. comment pouvait-on la soulager de cette souffrance ? elle venait de perdre son enfant. toujours là, contre son torse, ses mains le maintenant contre elle, quelques secondes de silence où on ne pouvait qu'entendre ses sanglots. elle se sentait si mal, si détruite, pourtant, après quelques minutes, malia reprit la parole, d'une voix déchirée par ses larmes. « je suis désolée. » ce n'était pas de sa faute, mais il allait vite comprendre pourquoi elle disait ça. après tout, elle lui avait promis de ne jamais le revoir. « je- je voulais récupérer mes affaires. » jamais elle n'aurait pensé qu'il allait être présent, il était rentré plus tôt et une dispute horrible avait éclatée, une dispute qui s'était terminée de la manière la plus tragique qu'il soit. elle tentait de parler, mais ses sanglots coupés ses mots, sa gorge était serrée, tout comme le nœud dans son ventre. « il m'a poussé dans les escaliers. » jasun savait très bien de qui elle parlait. elle avait tous ces bleus sur le corps, mais ça, elle s'en fichait. ce n'était pas ces bleus qui la faisaient souffrir. elle ne lâchait même pas jasun, à aucun moment, elle avait tant besoin de lui. elle était si désemparée, si détruite. qu'allaient-ils faire ? qu'allait-elle faire maintenant ?
(c) DΛNDELION


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
Yu Jasun
Yu Jasun
❝ PRESIDENT ♛ I'M YOUR LEADER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 4 Jan - 20:18

losing everything
ft. malia
C'est indescriptible. Même si son meilleur ami lui demandait de lui expliquer, il en serait incapable. Non pas par manque de volonté, parce qu'il dirait tout à son meilleur ami, mais... parce qu'il serait incapable de dire par quel miracle il a compris que quelque chose n'allait pas. C'est de l'empathie, ni plus ni moins., mais pour un garçon comme Jasun qui d'habitude, méprise tout et tout le monde... C'est compliqué de se l'avouer. Mais quelle honte y a-t-il à dire qu'il ressentait de l'empathie pour son fils et la femme qui le portait? C'était la chose la plus naturelle au monde. Et à cet instant précis où il croise le regard meurtri de Malia, il se maudit. Il s'en veut à mourir, parce qu'il aurait dû passer plus de temps avec elle. Avec eux. Il n'aurait pas dû les laisser tomber. Il aurait dû rester avec eux du matin au soir, veiller sur eux.... Veiller sur Malia. Et résultat des courses, en voulant mettre de la distance de peur de trop s'attacher, le pire s'était produit dans son dos. Comment ne pas se haïr après tout. Sana est actuellement en prison par sa faute et aujourd'hui, il doit faire le deuil de son enfant, supporter la peine immense de Malia, cette jeune mère, et quelle mère parfaite elle aurait été. Nul doute là-dessus. Malia était de ces filles qui ont la fibre maternelle malgré leur jeune âge et des femmes d'une quarantaine d'années devraient en prendre de la graine.

Mais aujourd'hui, la vie lui enlève la chance de faire ses preuves. Elle ne pourra pas profiter de tenir son fils dans ses bras, de déposer des bisous sur son petit nez et de le voir grandir, en lui apprenant les choses de la vie. Et Jasun ne pourra pas le voir grandir non plus. Il ne le verra jamais grandir. Il s'était déjà fait à l'idée que sa vie basculerait avec l'arrivée de ce bout de chou dans sa vie, si bien qu'il n'avait jamais pensé à cette terrible possibilité. Pourtant, elle les frappe de plein fouet. On lui a levé son fils pour toujours et il ne sait pas encore comment les choses sont arrivées mais il espère simplement que ce n'est pas dû à un accident provoqué volontairement. C'est tout ce qu'il demande. Il ne supporterait jamais de savoir qu'on a volontairement tué son bébé.

C'est dur de la tenir contre lui alors qu'elle pleure. Mais il ne la lâche pas. Il tient son corps tremblant, secoué par les sanglots, resserre même son emprise alors qu'il penche la tête, appuyant son menton sur son crâne doucement. Il ferme les yeux. Il essaye de se concentrer, mais la seule chose qu'il ressent, c'est le poids énorme des regrets sur ses épaules et la peine immense qui pèse sur son coeur. Oh oui, son coeur est lourd. Sa gorge lui fait mal, il a envie de hurler, de pleurer tout ce qu'il a... Mais pour l'heure, il doit rester fort pour Malia. Il est le seul pilier à pouvoir la tenir, qu'est-ce qu'elle fera si lui aussi, il ploie? Et la voilà qu'elle s'excuse. Il garde les yeux clos, secouant doucement la tête pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à s'excuser. Pourtant, quand elle reprend la parole... Les choses prennent un tournant qu'il n'aime pas beaucoup. Elle essaye d'articuler, lui explique qu'elle voulait simplement récupérer ses affaires. Ses yeux s'ouvrent, il fixe le lit dans le vide alors qu'il la tient encore contre lui. Puis, viennent les quelques mots qui font basculer sa vie.  « il m'a poussé dans les escaliers. » Ses bras relâchent progressivement le corps de Malia. L'étreinte qui les unit faiblit. Ses yeux vides de sentiments restent fixés sur le lit alors que l'info passe enfin à son cerveau.

L'incompréhension. Comment. Pourquoi. Comment ça... Elle... Elle lui avait pourtant promis... Elle lui avait promis qu'elle ne retournerait pas là-bas. Il lui avait demandé de lui en parler avant, parce qu'il savait quel danger représentait ce fils de pute pour eux, et elle l'a quand même fait. C'est impossible... Il a l'impression de vivre un mauvais cauchemar. Il se décale, se détachant d'elle, et baisse la tête pour la regarder. Quoi? Tu plaisantes, hein, Malia?

La colère. Bien vite, la réalité le gagne. Il ne peut supporter ces larmes et ce regard meurtri qui le fixe plus longtemps. C'est au-dessus de ses forces. Et par cette vision de désespoir, il comprend qu'elle ne lui fait pas de blague. Pire, que ce qu'il ressent lui aussi à cet instant, cette peine incommensurable, c'est cette petite merde qui l'a provoqué. Le sentiment de rage le rattrape, laissant l'incompréhension de côté, et ses bras quittent complètement le corps de Malia pour qu'il puisse faire un pas en arrière. Il finit par lui tourner le dos. Il ne veut pas qu'elle voie la rage sur son visage, ça la mettrait simplement encore plus dans le mal... Son regard noir se pose au sol alors qu'il vient frôler ses lèvres du bout de ses doigts. Mâchoire serrée, mains tremblantes de haine, il va exploser d'une minute à l'autre. Mais pas ici. Non. Dieu, donne lui la force de ne pas céder à la haine ici, maintenant, devant Malia. Elle a besoin de lui et de son soutien, peut-il réellement partir comme un fou à la recherche de ce meurtrier et la laisser seule ici, dans sa peine immense? Il se tourne, posant directement son regard noir sur Malia alors qu'elle a la tête baissée. Malia. Il cherche à capter son regard. Il veut qu'elle le regarde, et pour ça, il fait un pas de plus vers elle. Pourquoi...? Il baisse légèrement la tête pour essayer de croiser ce regard qu'il aime tant, mais elle le fuit. Il lui fait peur. Pourquoi? qu'il répète alors qu'on sent dans sa voix qu'il est proche de l'explosion. T'avais promis... Elle lui avait promis, ou du moins, il lui avait fait promettre, qu'elle n'irait pas là-bas sans lui. Je t'avais dit de m'en parler avant... De pas y aller seule... Il revoit la scène dans sa voiture où ils en discutent pour la première fois. Et les autres fois, au téléphone, tard le soir, quand il l'appelait pour prendre des nouvelles et s'assurer que tout allait bien. Ses yeux se remplissent de larmes encore une fois. Des larmes de haine, de désespoir. Et une fois assez proche d'elle, il vient saisir son visage entre ses deux mains alors qu'il ne la quitte pas des yeux. Pourquoi t'as fait ça? Ils se regardent dans les yeux, mais c'est trop difficile pour lui maintenant. Il préfère les fermer. Lui aussi, il capitule. Une larme coule le long de sa joue. Il pleure pour la première fois depuis... Peut-être 20 ans si ce n'est plus. Ses doigts resserrent doucement leur emprise sur le visage de la jolie coréenne alors qu'il la fait doucement s'appuyer sur son épaule. Il ouvre les yeux, regardant le néon du plafond qui l'éblouissait. Et il la laisse pleurer sur son épaule, tandis qu'il préfère finalement enfouir son visage dans ses cheveux, laissant le deuil l'envahir complètement. Le deuil de son enfant, d'un bébé qu'il avait secrètement rêvé de tenir dans ses bras. Sa main gauche reste posée sur la chevelure de Lili pendant qu'il dépose un baiser sur sa tempe, murmurant alors un: Pardon. pour lui avoir fait peur, pour avoir été absent, pour avoir été un connard. Mais ce soir, il y a un connard qui peut déjà faire ses prières. Il ne verra pas le jour se lever demain.
(c) DΛNDELION



Lin Malia
Lin Malia
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Lun 11 Fév - 15:58

losing everything
ft. jasun
la fin de sa vie, c'est la fin de sa vie. comment pourra t-elle surmonter cette épreuve ? elle est forte, malia, elle a ce mental d'acier, capable de supporter énormément de choses ─ et elle allait en avoir besoin, pour la suite. sauf que cette fois, et pour la première fois de sa vie, elle baisse les bras. la douleur qu'elle ressent est si intense qu'elle n'a même pas la force d'essayer, il est de toute évidence trop tôt mais pour le moment, sa souffrance l’étouffe. sa souffrance, mais sa culpabilité aussi. si elle n'avait pas tenté le diable en se rendant là-bas, elle aurait encore son bébé, c'est douloureux d'y songer, mais c'est la vérité. elle a toujours été comme ça : penser aux autres avant elle, elle avait peur de déranger. alors non, elle n'avait pas prévenu jasun, max n'était pas censé être présent, elle se pensait capable d'affronter ça toute seule, ne pas le croiser. mais il était rentré. elle avait su, au moment où elle avait croisé son regard, que c'était fini pour elle. toute la colère qu'il avait ressenti, elle avait pu la lire dans ses yeux, et ça lui avait collé une peur bleue au ventre, mais elle était coincée. il avait fermé la porte, et l’affrontement avait commencé. mais à quel prix?

son bébé, elle a perdu son bébé. une épreuve insurmontable qu'elle devra affronter, mais en aura t-elle la force ? elle n'a plus aucune force, aucune envie, plus rien du tout, elle pleure. simplement. elle pleure son défunt bébé, qu'elle ne connaîtra jamais. il ne grandira jamais sous son regard de maman épanouie, il ne portera jamais les vêtements qu'elle lui avait déjà acheté. il n'est plus là, et c'est en partie de sa faute. vivre avec ça, autant s'éteindre. elle est anéantie, incapable de cesser ses larmes, incapable d'apaiser un minimum la douleur qui tiraille son cœur meurtri, ne serait-ce qu'une courte seconde. elle s'écroule, dans ses bras. les bras du père, qui se retrouve, lui aussi, sans bébé. il avait pourtant était clair, il ne voulait rien savoir de ce bébé, et malia allait de toute évidence, respecter sa décision. accepter de vivre dans le même monde que son enfant, sans aucun contact, avait déjà été une décision énorme pour elle, qu'elle chérissait, parce qu'elle n'avait jamais voulu se séparer de son bébé. mais au fond d'elle, malia savait. elle aurait toujours pu compter sur lui, si le pire arrivait, toujours, la preuve en est: aujourd'hui. il est là, près d'elle, et elle lui avoue cette horrible réalité, avec torture.

elle reste, quelques longues secondes, à s'écrouler dans ses bras, jusqu'à être séparé de lui. il se décale, créant une distance douloureuse pour elle. elle craint sa réaction, évidemment, il a tous les droits de lui en vouloir. c'est de sa faute, elle est responsable de tout ça, si elle n'avait pas merdé, elle aurait encore pu sentir son bébé gigoter dans son ventre. lorsque jasun lui demande indirectement de répéter, la jeune femme reste silencieuse, tentant de contenir en vain ses larmes, mais impossible. elle extériorise toutes ces mauvaises choses, malgré cette souffrance qui ne peut se détacher de son échine, de son cœur. elle le sent s'éloigner, son corps continue de trembler, abattu par toute cette peine. elle garde la tête baissée, de honte, oui, mais surtout par manque de courage. affronter cette vie ? elle n'a pas la force, elle n'a plus la force malia, plus la force d'affronter quoi que ce soit, c'est aussi pour cette raison qu'elle craint sa réaction. il lui tourne le dos, alors qu'elle ferme doucement les yeux, ses paupières tremblantes. « j'suis... désolée... » souffle t-elle entre deux sanglots, des mots à peine audibles tant la souffrance hurle à ses oreilles. des mots qu'il n'entendra sûrement pas. que peut-elle faire d'autre ? la douleur est en train de l'engloutir, et elle, n'a aucune arme pour se défendre. le son de sa voix revient jusqu'à ses oreilles, son prénom, elle garde cependant la tête baissée, laissant ses larmes déferler le long de ses joues humides. jasun s'approche d'elle, mais elle ne trouve aucun courage, aucun foutu courage pour lever la tête, alors c'est à lui de chercher son regard. pourquoi ? oui, pourquoi avait-elle fait ça, elle se déteste, elle se hait. elle qui a pourtant toujours assumé ses fautes. elle craint jasun, elle a peur. elle le sent dans sa voix, il est au bord de l'explosion. jamais elle ne lui en voudra pour ça, mais c'est à cause d'elle, qu'il est dans cet état, elle ne sait même plus quoi faire. oui, elle l'avait promis. elle lui avait promis, et pourtant. à ses mots, elle ferme tenacement les yeux, alors que quelques larmes s'échappent à nouveau de ses yeux. il a raison, il a tellement raison. elle s'en veut tellement. elle ne trouve pas le courage de prononcer serait-ce qu'un seul mot, ou essayer. elle se laisse abattre, par tout ça. mais ça, c'est avant que le jeune homme vient se saisir de son visage, entre ses deux mains. elle croise ainsi son regard, le sien est démoli, faible, accablé, pourtant, elle continue de le fixer, ne retenant en aucun cas ses larmes. elle fixe ce regard, ce regard qui lui donnait toujours du réconfort, de l'espoir. ce regard qui avait pour effet de faire battre son cœur affaibli.  et pourtant, elle peut apercevoir une larme s'échapper, roulant sur la joue de jasun. c'est la première fois qu'elle le voit pleurer, qu'elle le voit dans cet état, son cœur s’étouffe de nouveau. elle s'écroule, une nouvelle fois, elle renifle, bruyamment.  elle veut hurler de douleur, mais elle sait aussi que ça sera inutile, rien ni personne ne lui rendra son fils. alors elle se laisse faire, déposant sa tête sur l'épaule de jasun, reniflant à plusieurs reprises, ses larmes coulent toujours abondement. elle ferme les yeux, quelques instants, alors que le visage du jeune homme vient s'enfouir dans ses cheveux, elle sent ce baiser, qu'il dépose sur sa tempe. un baiser réconfortant, un baiser qui signifie tellement pour elle, un baiser dont elle avait besoin. il s'excuse, excuse qu'elle refuse d'un geste de la tête. elle secoue son visage, de gauche à droite, avant de reprendre, difficilement: « c'-c'est de ma faute... jasun.. je suis désolée. » c'est horrible à avouer, ses sanglots le prouvent bien. elle renifle, douloureusement, passant ses bras autour de lui, pour le garder près d'elle. « il ne devait pas... il ne devait pas être là... » avoue t-elle finalement. elle se sent peut-être coupable mais lili n'est pas inconsciente, si elle avait été là-bas, c'est parce qu'elle pensait ne courir aucun danger. « il est rentré-é.. et.. » elle peine à parler correctement, à s'exprimer comme il le faut, son emprise se serre davantage, elle a besoin de le sentir tout près d'elle. « j'ai cru qu'il allait me tuer. » reprend t-elle, difficilement. elle avait eu tellement peur... il aurait pu la tuer, elle le sait. il n'avait eu aucun scrupule à tuer son bébé. cette pensée lui serre le cœur, alors qu'elle ferme les yeux, une nouvelle fois. « j's-j'sais pas comment je vais faire... sans.. le bébé. » se confie t-elle. il était son avenir, ce bébé. il était tout ce dont elle avait besoin, elle l'aimait, plus que tout dans ce monde, et il n'était plus là. elle souffre, malia; mais elle sait qu'elle n'est pas la seule à chuter, jasun chute à ses côtés. par sa faute.
(c) DΛNDELION


SHE REMEMBERED WHO SHE WAS AND THE GAME CHANGED
by wiise
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?

Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !
Tu veux en prendre part ?
Viens vite te renseigner par ici !
Concours d'écriture
Suite à l'engouement qu'a suscité le concours d'écriture du mois de janvier, nous avons décidé d'en mettre en place un deuxième. Alors viens vite nous faire profiter de ta jolie plume et de ce que lui inspire un thème comme la Saint Valentin !

Pour en savoir plus, clique ici !