Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Avis aux nouveaux venus !
Ce mois-ci, c'est portes ouvertes chez les Cheonglyong.
N'hésitez donc pas à les rejoindre, si vous le souhaitez !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
manage me i'm a mess (wonka♥) Tumblr_pap8v8p75s1wqe23wo9_250manage me i'm a mess (wonka♥) 200405044119491628manage me i'm a mess (wonka♥) 200405044119491628manage me i'm a mess (wonka♥) 200405044119491628
Le Deal du moment : -33%
Promo sur les ficelles arc-en-ciel Ztringz ...
Voir le deal
7.99 €

 :: Le reste du monde :: Faille temporelle :: les histoires du passé

manage me i'm a mess (wonka♥)

Anonymous
Invité
Invité
Mes petits secrets

manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Mer 17 Avr - 0:00




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
Elle lui avait dit qu'elle ne voulait pas y aller seule. C'était un garçon qui lui avait parlé de la soirée, lui avait dit de venir et elle, elle crevait d'envie de le revoir, de passer la soirée en sa compagnie. Mais elle ne voulait pas paraitre trop intéressée, ne voulait pas lui donner l'impression qu'elle ne venait que pour ses beaux yeux, alors elle avait cherché une copine, n'importe laquelle, pour venir avec elle et faire genre "oooh t'es là toi aussi ?". Et à défaut d'en avoir trouvé une libre ce soir là, elle s'était tourné vers son dernier et plus improbable choix. Kaia. Le choix de ceux qui n'en ont aucun. Une recette pour un désastre. Tout simplement parce que Kaia ne fréquente pas les soirées estudiantines, ce n'est pas son truc, ça ne l'a jamais été et le sera probablement jamais vraiment. Pas qu'elle n'aime pas la compagnie, même très rapprochée, d'autres être humains, mais elle les préfère sobres. Elle n'a pas de soucis avec la foule, pas plus avec la musique tapageuse et l'ambiance moite d'une piste de danse. En fait elle pourrait même trouver ça marrant. Son seul soucis, outre le fait qu'elle soit du genre réservée, c'est l'alcool. Les gens saouls l'insupportent, mais plus encore, ils l'angoissent ! Désinhibés et imprévisibles. Il n'arrive jamais rien de bon lorsque de jeunes adultes encore un peu cons s'hydratent à la vodka.

Kaia aurait pu passer outre le fait que sa pote l'ait lâchée là pas même dix minutes après qu'elles soient arrivées sur les lieux, aurait pu apprécier la musique qui ricoche sur les parois de son crâne quand bien même ce n'est pas le style qu'elle écoute habituellement. Elle aurait même pu s'amuser, passer un bon moment là dans son coin à observer le monde qui l'entoure. A imaginer quel genre de vie mène cette demoiselle qui danse toute seule près du bar sans se soucier de ceux qui l'entourent. Imaginer quel genre de personne est ce mec qui fend la foule avec un énorme sourire sur le visage et son verre en l'air, tentant tant bien de le protéger des mouvements parfois brusque de ceux qui se trémoussent autour de lui. Quel parfum plait à l'homme qui sirote son verre, immobile, les yeux constamment rivés sur son téléphone ? Où irait la demoiselle qui crie sur sa copine parce qu'il est difficile de s'entendre quand on est à un mètre des baffles si on lui donnait la possibilité d'apparaitre n'importe où juste en un claquement de doigt ? Bref, assise sur un haut tabouret près du bar, sirotant un jus de fruit sans alcool, Kaia aurait pu passer une bonne soirée, toujours un peu dans son monde. Ouais, elle aurait...

Il avait commencé avec une approche vaseuse, dépassée, presque de mauvais goût en lui demandant ce qu'une belle plante comme elle faisait là toute seule. Et Kaia avait sourit bêtement, un peu sidérée, espérant de tout cœur pour ce jeune homme qu'il avait essayé de faire un peu d'humour maladroit en s'inspirant du motif floral de sa robe. Après tout, n'étant qu'une bien piètre dragueuse elle aussi, elle pouvait pouvait faire preuve d'un minimum de compassion pour un frère de galère. Et puis, puisqu'elle ne lui avait répondu que d'un haussement d'épaule, il s'était rapproché et lui avait proposé de lui offrir un verre. Soit disant qu'une fleur ça s'arrose. Et encore une fois Kaia avait sourit, carrément moqueuse cette fois, mais également assez amusée par le naufrage dont elle était spectatrice. Cette fois, elle lui avait poliment dit non merci, prête à passer à autre chose, mais il ne devait pas avoir bien compris. Elle aurait été bête à manger du foin, elle aurait pu mettre ça sur le compte de sa voix douce qui ne porte pas beaucoup par delà la musique tonitruante. Mais Kaia est loin d'être bête et si elle lui avait laissé quelques minutes le bénéfice du doute face à son sourire un peu de travers et ses yeux vitreux, lorsqu'il insiste en envahissant un peu plus son espace personnel, Kaia n'a plus envie de rire. Son sourire se fane. Ce mec, son haleine sent le soju bon marché et il trébuche presque sur ses propres pieds lorsqu'il essaye de se saisir de son poignet, probablement pour l'emmener danser. Parce qu'une jolie fille comme ça, ça doit aimer danser et ça ne devrait pas danser seule. Aller viens, viens t'amuser avec moi !

Kaia n'a plus envie de rire et elle s'accroche désespérément à son profond agacement pour que cette fois, lorsqu'elle lui dit fermement qu'elle n'est pas intéressée, il l'entende une bonne fois pour toute. Le jeune homme ne se laisse pourtant pas décontenancer et il part dans un monologue un peu flou et décousu. Ça passe de "je suis sympa tu sais" à "j'adore cette chanson" pour se terminer par "vient danser un peu, ça fait du bien de danser, ça libère ! C'est par là !" Comme si elle ne pouvait pas trouver la piste de danse par elle-même, il tente d'attraper son poignet, mais Kaia est un peu plus vive que lui. Beaucoup plus sobre aussi. Elle se lève de son tabouret, décidée à s'éloigner, mais elle est coincée par une foule bien plus compacte qu'elle ne l'était quelques minutes plus tôt. Elle n'a même pas l'occasion de faire trois pas et le malaise la gagne petit à petit, elle ne sait de toute façon pas bien vers où aller. Comme si la fréquence était brouillée alors que son cœur accélére la cadence. Elle n'a plus la moindre idée d'où se trouve la sortie et sa petite taille ne l'aide pas vraiment à voir au delà de la foule. Encore moins à la fendre. Elle s'apprête à prendre une direction au hasard lorsque finalement son bourré personnel lui attrape l'avant bras d'une main moite et collante, riant bêtement. Il lui dit qu'elle ne doit pas avoir peur, qu'il veut juste danser, il insiste, geint presque comme un enfant qui fait un caprice et il trouve ça marrant. Avec un peu de recul Kaia aurait pu se rendre compte qu'il n'y a rien de malicieux dans ce qu'il dit, qu'il est probablement un gentil gars juste un peu pompette qui avait pris en empathie une jolie fille toute seule dans son coin. Il n'avait probablement aucune mauvaise attention. Mais elle n'a pas de recul, juste un étranger complètement bourré accroché à son poignet et les gens saouls, ça l'angoissent Kaia. Parce que les gens saouls sont imprévisibles. Parce que les gens saouls n'ont plus toujours conscience de ce qu'ils font ou de ce qu'ils disent. Parce que les gens saouls, quand on les contrarie, parfois ils frappent. Kaia est plus que capable de se défaire de la poigne de ce type, mais face au malaise qui commence tout doucement à la submerger, elle ne peut se concentrer que que sur une seule chose: respirer, continuer de respirer, ne pas paniquer. Elle n'est plus une victime. De moins c'est ce qu'elle croyait.


Dam Young Won
Dam Young Won
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Mer 22 Mai - 21:02




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
OOTD | L’on pourrait penser que les soirées estudiantines étaient toutes les mêmes, peu importe le pays où l’on se trouve. Tristement, Young Won avait découvert que ce n’était pas vrai. Au contraire, il découvrait, et ce, à chaque fois, des différences flagrantes entre les soirées étudiantes qu’il avait pu passer à Hawaï et celles qu’ils passaient dans la capitale coréenne. Il ne parlerait pas de désenchantement, mais presque. Les premiers soirs, il avait pensé pouvoir rencontrer des gens, avoir des moments de partage, profiter du moment présent sur de la bonne musique et un verre à la main. Mais la réalité sur le campus de la Yonsei était vraiment tout autre. Il avait découvert le penchant qu'avaient les coréens de boire énormément et rapidement, ce qui faisait qu’une grande majorité d’entre eux étaient déjà fort alcoolisés alors que Young Won arrivait à peine. Heureusement, la plupart du temps il y avait quelques exceptions qui lui permettaient de passer un bon moment.

Mais ce soir-là, Young Won ne trouvait pas d’exception. Son verre à la main, il allait de petit groupe en petit groupe, trouvant toujours une ou deux personnes qu’il connaissait plus ou moins. Mais à chaque fois, il ne se retrouvait pas dans la façon qu’ils avaient de profiter de cette soirée et des projets qu’ils avaient pour la suite. Boire des verres à tour de bras et aller prendre un second round dans un autre bar et puis peut-être finir au karaoké ? Très peu pour lui. Son deuxième verre de bière à peine entamé, il s’était accoudé au bar, levant sa boisson pour saluer un gars qu’il avait déjà croisé quelques fois dans les couloirs de la fac, avec qui il avait échangé quelques mots mais qu’il ne connaissait pas vraiment. De-là à aller le rejoindre pour parler avec... Non. Surtout vu le petit groupe agité que l’énergumène alla rejoindre. Vraiment... La place de l’alcool dans la vie des coréens échappait vraiment au jeune homme, alors qu’il n’était pas le dernier pour profiter des liqueurs et spiritueux. Mais il savait les apprécier, les savourer tout comme il le faisait avec ses moments de vie. Mais une fois de plus, il trouvait les coréens trop pressés, pressés d’en arriver à un état d’ébriété proche de la fin de soirée.

Il continua de regarder la foule un moment. S’imaginant ce que les petits groupes pouvaient se raconter, les histoires de chacun ou alors comment ces couples qui se faisaient et se défaisaient sur la piste de danse allaient terminer. Sondant la foule du regard, il remarqua un autre visage qu’il connaissait et n’avait pas (encore) salué. Young Won mît quelques minutes à situer à nouveau la jeune femme, c’était une Sango. Il se souvenait l’avoir croisé à plusieurs reprises dans les couloirs de la fraternité depuis son arrivée. Il la regarda un instant, un sourire aux lèvres en faisant comme pour les autres, imaginant la suite. Néanmoins quelque chose vint le faire tiquer à force de les observer, et c’était la raideur entière de l’étudiante et le malaise sur son visage.

Young Won n’était pas un gentleman à proprement parlé, il restait un homme il faut dire, et il avait son propre lot de goujaterie dans ses bagages. Néanmoins, à force de conversations avec les étudiantes de son université à Hawaï mais aussi avec sa mère, il savait un minimum respecter les femmes et reconnaître certains signes chez elles. Comme le malaise. Et c’était clairement ce qu’il lisait sur le visage et dans le comportement entier de la Sango. Fronçant les sourcils, il hésita un instant, ne sachant réellement que faire, avant de finalement se décider. Toujours armé de son verre, il se dirigea vers ce duo complètement discordant. Sans plus réfléchir, il posa sa main sur l’épaule de la jeune femme (sans lui imposer un contact trop intime) en arrivant à leur hauteur. « Hey babe, désolé je suis en retard. » Il croisa le regard de l’étudiante, l’invitant à jouer le jeu, et espérant qu’elle le reconnaisse comme lui l’avait reconnue. Il se tourna finalement vers celui qui semblait l’importuner. « Merci d’avoir tenu compagnie à ma copine, les devoirs de dernière minute, tu sais ce que c’est ! » Et il se moquait bien que le type ait pu le voir se balader dans la fête avant ça, le message était assez clair après tout. Il se tourna de nouveau vers la jeune femme. « Tu n’m’as pas attendu trop longtemps ? » Façon très dissimulée de lui demander si tout allait bien, et surtout un moyen d’exclure l’autre homme pour qu’il décide finalement de s’éclipser, ce qu’il fît après quelques secondes à voir que ni lui ni elle ne lui prêtait attention.






 
scratched out ☩
some days it doesn't take much to bring me down, but right now I'm floating above it all. so you can call till your voice is running out but I can't hear you now. i'm somewhere far away where you can't bring me down so I can't hear you now
Anonymous
Invité
Invité
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Sam 20 Juil - 1:47




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
Ce n'est pas comme si cette situation avait été inévitable, il lui aurait suffit de camper sur ses positions. No savage students party for Kaia. Mais en bon cœur tendre qui se laisse facilement avoir par deux beaux yeux implorants, elle était venue, en de mauvaises dispositions depuis le début. Elle s'était laissé allé à un peu d'enthousiasme, se répétant qu'elle n'avait qu'à rester dans son coin et que tout irait bien. Technique de base qui avait pourtant déjà fait ses preuves... au moins une fois du moins. Un mantra qu'elle tournait en boucle dans sa tête comme un disque rayé. Un aplomb qu'elle aurait du reconnaitre, après toutes ces années à s'apprivoiser, comme un moyen de s'en convaincre elle-même et faire passer le noeud dans son ventre et la boule dans sa gorge pour un simple "cette troisième part de gâteau était une mauvaise idée".
Le fait que ça faisait déjà presque une semaine qu'elle se sentait nerveuse sans bien comprendre d'où cette énergie malsaine pouvait bien venir aurait du lui mettre la puce à l'oreille. Ce n'est pas comme si elle était complètement étrangère à ce sentiment de danger imminent, comme si une ombre maligne l'observait par dessus son épaule en laissant échapper un souffle glacé le long de sa nuque. Le besoin d'être constamment occupée, d'avoir Aakia ou son frère ou même les deux à ses côtés, de se plonger à corps perdu dans un projet quelconque, les étourdissements, l'irritabilité, la cage thoracique comme coincée dans un étau, les fourmis dans les doigts et le cerveau qui tourne à mille à l'heure ou du moins encore un peu plus vite qu'à l'accoutumé... tous les signes annonciateurs d'une bonne angoisse qui pointe le bout de son nez et bien entendu il fallait que ça arrive ici.

Le souffle court et le coeur dans la gorge Kaia hurle dans sa tête "pas ici, pas maintenant, pas ici, pas maintenant" et si ces mots finissent par s'échapper de ses lèvres dans un murmure inaudible alors qu'elle ne parvient pas à garder les yeux fixés sur ce gars toujours accroché à son bras, elle n'est pas en état de se rendre compte. Pas plus capable de se rendre compte que tout doucement elle se met à trembler alors que les pires scénarios du monde se déroulent tout doucement devant ses yeux perdus. Elle sait parfaitement que son cerveaux lui joue des tours, qu'il dramatise, qu'il prend juste un malin plaisir à la malmener alors qu'elle est parfaitement capable de repousser un type qui tient à peine sur ses pieds, trouver la sortie et rentrer chez elle. Kaia n'est pas dénuée de pragmatisme, mais c'est comme s'il y avait une panne de courant dans la zone de son cerveau qui gère les pensées rationnelles. Elle abrite en elle un endroit ignoble et bouillonnant, prêt à déversé un flot dégueulasse de mauvais souvenirs et de sensations incohérentes mélangés. Lorsqu'elle cligne des yeux, c'est la gifle et lorsqu'elle tente de respirer un peu plus profondément, c'est le coup de pied dans le ventre, une douleur qu'elle jurerait aussi réelle qu'elle ne l'était avant et qui pourtant n'a aucun lieu d'être. La musique pourtant tonitruante est mêlée à une voix froide et acerbe d'un homme qui ne fait plus partie de sa vie et qu'elle sait être la seule à entendre. C'est à peine si elle comprend ce que lui dit le jeune homme qui vient d'apparaitre à ses côtés et lorsque sa main se pose sur son épaule, c'est plus fort qu'elle, elle sursaute et ne doit d'avoir réussi à retenir un gémissement de douleur qu'à cette impression viscérale qu'elle connait ce type. Elle sait où fonce le train dans lequel elle est embarquée, c'est ça le pire et si elle ne répond pas à l'inconnu qui vient d'apparaitre à ses côtés c'est parce qu'elle met ce qui lui reste de cohérence à s'accrocher à ce tout petit bout de cerveau qui lui sait quoi faire dans ce genre de situation, Se concentrer sur quelque chose qu'elle peut maitriser, sur quelque chose qui est autre que les picotements qui apparaissent dans ses lèvres parce qu'elle ne respire quasiment plus ou beaucoup trop, elle ne sait plus.

Alors elle fixe le nouvel arrivant et fouille à toute vitesse dans ses souvenirs pour retrouver d'où son visage lui est familier avant que son angoisse ne referme la porte de cette partie là de son cerveau également. C'est un sango, sans avoir un souvenir clair, c'est un visage qu'elle replace dans ce dortoir, quand bien même elle ne sait toujours pas si elle le connait vraiment. Un truc dans le fin fond de ses tripes lui dit qu'elle ne doit pas avoir peur de lui, mais Kaia est dans un état où elle serait capable d'avoir peur de sa propre ombre alors elle ne sait pas trop si elle peut se faire confiance sur ce coup là. Le jeune homme se tourne pleinement vers elle et lui demande si elle ne l'a pas attendu trop longtemps et Kaia secoue la tête pour seule réponse, plus par mécanisme que parce qu'elle a vraiment compris ce qu'on lui demandait. Elle met d'ailleurs un bout de temps à se rendre compte que le type complètement saoul qui avait été la goutte d'eau de trop dans l'océan de son anxiété lui a lâché le bras. L'à lâchée tout court en fait. Par elle ne sait quel miracle, Cheap Soju Guy s'est désintéressé d'elle et pourtant elle ne se sent aucunement mieux. Son poignet la brûle, comme si le type avait serré tellement fort qu'il avait laissé une marque et encore une fois le tout petit bout de logique qui lui reste lui gueule que c'est impossible, que ce type avait probablement autant de chance de lui faire mal que de ne pas se vomir dessus ce soir, même s'il l'avait voulu. « i need to get out of here, please... » Sa voix est étranglée et tremblotante, il n'y a aucune chance que qui se soit l'ait entendue et le monstre gluant de son angoisse lui rigole au nez, lui fait croire de sa voix sinistre qu'elle n'est qu'une pauvre conne qui vient d'éviter un piège pour courir tête baissée vers un autre, mais ce coup ci elle l'entend à peine parce que ce qu'il lui reste de sens commun hurle juste un peu plus fort, en désespoir de cause, prêt à lâcher les rênes, que si elle veut une chance de s'en sortir ce soir, elle doit sortir de là et vite. Alors Kaia se met à bouger, sans trop savoir par où elle va. Ses jambes flageolantes la supportent à peine et elle se retrouve plus d'une fois à cogner contre quelqu'un. Elle a l'impression que la pièce est immense, de courir après la sortie sans aucun résultat depuis au moins deux éternités, ce qui ne la fait que paniquer un peu plus encore. Elle voit trouble et suffoque, le sang lui bat les tempes et son cœur semble vouloir déguerpir par sa gorge. Comme de nombreuses fois déjà depuis qu'elle a sept ans, Kaia est convaincue qu'elle va mourir. Là maintenant, dans une soirée à laquelle elle ne voulait même pas aller, entourée d'inconnus qui sont trop saouls pour en avoir quelque chose à faire et finiront par danser par dessus son corps froid et sans vie. Nice way to go !


Dam Young Won
Dam Young Won
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Dim 1 Sep - 19:51




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
OOTD | Les mecs qui profitaient des nanas qui avaient trop bu, c’était malheureusement monnaie courante dans les soirées étudiantes. Et les étudiants complètement bourrés qui oubliaient comment se comporter comme un être humain décent étaient encore plus courants. Young Won n’était pas un chevalier servant, pas vraiment un féministe non plus, il ne venait pas au secours de chaque femme en difficulté même si parfois il remarquait leurs yeux qui cherchaient de l’aide. Mais cette fois, il était intervenu, à croire que voir une Sango en difficulté le poussa à se bouger (pour une fois). Il ne se voyait pas croiser la jeune femme dans les couloirs de la résidence des requins en se disant qu’il l’avait laissé vivre un moment horrible, ou pire, sans avoir levé le petit doigt.

Chasser l’ivrogne avait presque été trop facile. Le pauvre type était sans doute trop bourré et craignait de ne pas tenir assez debout pour se battre. Young Won n’étant pas un combattant (si ce n’est une langue acérée niveau répartie) il était plutôt soulagé de ne pas avoir à hausser le ton, ni avoir à bousculer l’énergumène qui sentait l’alcool. Poussant un soupir de soulagement, le jeune homme enleva sa main de l’épaule de l’étudiante après s’être assuré que l’autre était hors de vue. Et le fin sourire qu’il avait en demandant à l’étudiante si elle allait bien s’estompa bien vite. Elle avait les pupilles dilatées par la peur, et le souffle court. Même lui, elle le regardait effrayée, comme si, à son tour, il allait tenter de lui faire quelque chose qu’elle ne voulait pas.

Pris de court, Young Won ne réagit pas immédiatement en l’entendant s’adresser à lui en anglais, ni en la voyant fuir. Il la regarda faire quelques pas, et ce ne fût que lorsqu’elle manqua de tomber tant elle était chancelante qu’il se mit à son tour en marche. Il lui attrapa le bras doucement pour ne pas accentuer son angoisse, et la mena vers l’extérieur, jouant des coudes au milieu des étudiants qui buvaient et dansaient encore. Après quelques minutes de lutte, ils parvinrent à l’extérieur, mais Young Won ne lâcha pas l’étudiante pour autant, et il la mena jusqu’à un espace un peu plus à l’écart où il y avait moins de bruit et moins de passage. Il la fît asseoir, la voyant tremblante, agitée et remarqua sa respiration laborieuse.  

Tout ça ressemblait bien à une crise d’angoisse. Et s’il devait être honnête avec lui-même, Young Won ne savait pas comment gérer ça. Il pensa néanmoins à un exercice de relaxation que lui avait appris sa Nanny à Hawaï (et il remercia la vivacité de son cerveau d'y penser). Il appuya sur les pieds de la jeune femme, pour qu’elle sente la connexion entre ses pieds et le sol, et pour les mêmes raisons, il la fît appuyer ses paumes sur le rebord sur lequel il l’avait assise. « You’re rooted. » Lui dit-il, comme pour la rassurer, la reconnecter avec ce qui l’entourait et le fait qu'elle était maintenant en sécurité. Après quelques secondes, il la regarda de nouveau. « Listen to me please. » Il effectua une légère pression sur ses mains. « Inhale. » Elle ne fît rien, alors il répéta la même chose un peu plus fermement. Lorsque, enfin, elle prit une respiration, il compta à haute voix jusque quatre. « Now hold your breath. » Et il compta à nouveau jusque quatre. « Exhale. » Et il compta une nouvelle fois. « Hold again. » Puis il compta encore jusque quatre et recommença le même schéma, soulagé de la voir suivre et soulagé de voir sa respiration s’apaiser. Il faudrait qu’il pense à envoyer un message à sa Nanny pour lui dire que ses séances de relaxation marchaient aussi sur les crises d’angoisse. Après de longues minutes, il retira ses mains du dessus des siennes mais resta accroupi devant elle. « You’re good ? » Lui demanda-t-il en inclinant légèrement la tête. Il avait utilisé les seules tactiques qu’il avait en poche, si elle ne s’était pas calmée, il ne savait pas ce qu’il pourrait faire si ce n’était appelé à l’aide.






 
scratched out ☩
some days it doesn't take much to bring me down, but right now I'm floating above it all. so you can call till your voice is running out but I can't hear you now. i'm somewhere far away where you can't bring me down so I can't hear you now
Anonymous
Invité
Invité
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Dim 17 Nov - 4:17




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
Le périple jusqu'à la sortie est flou et tout s'est probablement passé en quelques minutes et pourtant, lorsque Kaia sent enfin l'air frais de la nuit sur son visage, elle a l'impression que ça fait des heures déjà qu'elle se débat. Elle sent à peine la présence du jeune homme à ses côtés. Elle ne sait pas où poser les yeux, ne sait pas quoi faire de ses doigts qui fourmillent et de ses bras qui tremblent. Elle se retrouve assise sur un rebord, dans un endroit calme et pourtant c'est le brouhaha total dans ses oreilles. Elle n'a plus la présence d'esprit de se sentir bête de paniquer, c'est juste comme ça, elle ne peut plus rien y faire, le train est lancé et il suivra sa course, qu'elle le veuille ou non. Elle ne calcule le quasi inconnu que lorsque celui ci appuie sur ses pieds et sur ses mains et cette fois c'est plus fort qu'elle, elle geint et se racrapote sur elle-même, la voix tressaillante.  « Me fais pas de mal s'il te plait. » supplie-t-elle les larmes aux yeux alors qu'elle fuit son visage qui pourtant lui avait apporté un très léger réconfort quelques minutes plus tôt. Une voix méprisante dans sa tête lui susurre que c'est une idiote. Comme si supplier allait changer quelque chose. Ça n'avait jamais rien changé avec lui. Elle ne comprend pas bien ce que le jeune homme lui dit, elle sent ses mains sur les siennes et elle tremble de plus belle, gigote, comme pour essayer de se défaire de sa présence sans y parvenir. Lorsqu'il hausse le ton, probablement pour se faire entendre, elle glapit et plonge ses yeux terrifiés dans les siens pour la première fois de la soirée. Ce n'est pas une crise d'angoisse comme elle en a l'habitude, celle-ci à quelque chose d'acide, quelque chose de trop réel, quelque chose qui est à deux doigts du flashback. « S'il te plait... »  supplie-t-elle encore d'une voix presque inexistante. Elle ne sait pas quoi faire alors en désespoir de cause et parce que la meilleure façon de s'en sortir avec le moins de dégât possible a toujours été d'obéir sans dire un mot, elle tente tant bien que mal d'intégrer ce qu'il lui demande, tente de le copier. Elle prend une inspiration, l'écoute compter, mais elle se noie doucement et l'exercice est plus difficile qu'il n'y parait dans son état. Alors elle geint une fois de plus, terrifiée de le voir se tourner vers la violence maintenant qu'elle avait échoué à faire ce qu'il lui avait demandé. Elle anticipe la gifle, le poing ou les cris, elle sert les dents, ferme les yeux, arrête tout bonnement de respirer comme si elle pouvait le leurrer, lui faire croire qu'elle n'est plus là, qu'elle a disparu. Mais rien ne vient. Il continue de respirer bruyamment, de guider sa respiration de la sienne. Alors elle réessaye, mais ça ne fonctionne toujours pas tout à fait. Elle parvient à trois, puis relâche sa respiration à une vitesse folle. Heureusement pour elle un rebord la soutient, ou le tournis l'aurait envoyée valser au sol. Il ne lâche pas l'affaire, alors elle recommence. Encore et encore. Elle n'ose pas le regarder, mais elle l'écoute, elle s'exécute du mieux qu'elle peut. Ce qui n'est pas grand chose pour l'instant. Mais si ça peut la garder en vie, elle n'a pas plus important à faire dans la seconde.

Petit à petit la voix qui compte jusqu'à quatre semble devenir plus présente, semble s'enrouler autours de ses pensées en vrac et c'est comme un mantra dont la répétition devient doucement apaisante, presque familière. La première fois qu'elle parvient à exécuter l'exercice jusqu'au bout sans suffoquer, elle sent comme un soubresaut de réconfort, de fierté. Elle y est arrivé, elle peut le faire, encore et encore. Alors, guidée par cette voix qui s'est enfin détachée de la voix froide et acerbe qui lui crie dessus depuis de trop longues minutes, elle sent doucement sa mâchoire se décrisper, ses épaules se relâcher, ses doigts agrippés au rebord relâchent un peu leur prise. L'ouragan dans sa tête se calme doucement et sa nuque relâche soudain toute la tension accumulée au point que son menton vient presque cogner contre ses clavicules. Elle relève doucement la tête entre deux répétitions et cette fois, lorsqu'elle pose ses grands yeux bleus dans ceux du jeune homme face à elle, elle n'a pas peur. Plus vraiment. Sa respiration est toujours un peu tremblante, mais elle est stable et régulière à nouveau. Les souvenirs, les cris et la douleur retournent se terrer dans leur coin, tout doucement et la crise est passé. La tempête qui la faisait vaciller s'est éloignée et elle est subitement choquée par le calme environnant. Tout était si bruyant quelques secondes plus tôt et là plus un bruit. Plus rien si ce n'est que le murmure d'une ville qui vit à quelques mètres d'eux et cette voix qui compte pour elle. Finalement, voyant probablement qu'elle peut désormais respirer convenablement toute seule, la voix se tait et tout est encore plus calme. L'espace d'une seconde cette voix, ce décompte litanique lui manque et elle se sent prise à la gorge, comme si cette voix était le seul rempart entre elle et les voix qui gueulent dans sa tête, mais elle prend sur elle pour foncer au travers, ferme les yeux et se concentre pour ne pas perdre une miette du calme qui s'est doucement installé. Elle continue de respirer doucement, profondément, sans l'aide du décompte de l'inconnu.

Accroupi face à elle, le jeune homme brise le silence, mais cette fois Kaia ne sursaute pas. Elle sait qu'il est là, tout comme elle est là elle aussi, présente dans le moment immédiat. Consciente, vivante, mais ébranlée. Il lui demande si elle va bien et elle ne répond pas immédiatement, elle ne sait pas si elle capable d'utiliser sa voix de manière adéquate. Ses pensées envahissantes ont quasiment disparu et l'ont laissée là, en petite robe légère dans une rue sombre avec un type qu'elle ne connait que de vue et l'ayant sauvé d'une situation qui n'était même pas réellement dangereuse. Une situation sortie de ses proportions par son anxiété latente et un cerveau mal câblé. Elle se sent bête, tellement bête. Mais elle va bien, aussi bien qu'elle puisse aller après une crise de ce genre. Alors elle hoche doucement de la tête en guise de réponse. Ouvre la bouche et puis la referme bêtement. Elle se mord la lèvre et tente de retenir les larmes qui lui montent soudainement aux yeux. Elle est soulagée et exténuée à la fois, à vif. Alors elle mord sa lèvre un peu plus fort, presque jusqu'au sang pour finalement prendre son courage à deux mains et ouvrir un fois de plus la bouche et sortir d'une toute petite voix. « Je vais bien. » Elle ne sait pas trop si elle cherche à lui répondre ou à s'en convaincre, mais au moment où le dernier mot passe ses lèvres, sa gorge se bloque d'un sanglot et se battre contre ses larmes devient futile. Les vannes sont ouvertes et elle se met à pleurer silencieusement alors qu'elle se laisse glisser le long du mur jusqu'à être assise au sol. Elle cache son visage contre ses genoux, recroquevillée sur elle-même et laisse les larmes couler. Bittersweet. Les deux premières minutes, elle ne sait même pas si le jeune homme est toujours là et elle s'en fiche un peu. Elle ne peut de toute façon pas arrêter ses pleurs, même si elle le voulait.

Elle ne sait pas bien combien de temps elle reste là à sangloter comme une idiote tiraillée par le soulagement, l'humiliation et la tristesse en même temps. Les minutes sont longues, mais les larmes finissent par se tarir et elle déloge timidement son visage de sa cachette sans oser regarder le jeune homme qui est, apparemment, toujours là à ses côtés. Honteuse qu'il ait assisté à une telle crise de nerfs, elle essuie ses joues humides presque violemment. Si elle n'était pas encore un peu en état de choc, elle serait déjà furieuse contre elle-même d'avoir laissé un inconnu la voir et l'approcher dans un tel moment. Et en même temps, elle ne peut s'empêcher de lui être reconnaissante de lui être venu en aide. Ce n'est pas tout le monde qui parvient à l'extirper de ses pires états. Certains de ses amis les plus proches, pour le peu qu'elle en ait bien entendu, s'y sont déjà essayé sans grand succès. Ce jeune homme au visage presque familier y est arrivé. Il y est arrivé, mais surtout il l'a fait, alors que rien ne l'y obligeait. « Thanks. » Lui adresse-t-elle d'une voix faible, mais sincère, sans pour autant parvenir à lui adresser plus que l'esquisse d'un très léger sourire, sans trop oser le regarder. Tirailler entre la honte et la gratitude. « I'm sorry for ruining your night. »



Dam Young Won
Dam Young Won
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty Ven 27 Mar - 15:10




the dark side has soju but no cookies ! All lies !
young won
kaia
@wonkaisborn
OOTD | Une chose que Young Won ne s’était pas attendue à entendre en emmenant la jeune femme vers la sortie, c’était bien des supplications. L’idée de lui faire du mal ne lui avait absolument pas traversé l’esprit, mais celui de l’étudiante, oui. La comparaison pouvait sembler extrême, mais le comportement qu’elle avait lui rappelait celui d’un jeune chien qui s’était fait heurter par une voiture à Honolulu et que sa demie sœur avait essayé de sauver. L’animal semblait persuadé que la petite fille allait lui faire du mal alors qu’elle ne voulait que le secourir, et un peu comme l’étudiante, les glapissements de la bête avaient ressemblé à des supplications. Ne sachant comment y répondre, il avait simplement continué à la mener à la sortie pour tenter de la calmer. Lorsqu’il avait commencé sur elle la technique de relaxation que lui avait enseigné sa Nanny, il n’était pas certain qu’elle fonctionnerait sur l’étudiante. Pourquoi se donnait-il autant de mal, il se posait quand même la question. Il était rare que Young Won se sente d’intervenir dans une telle situation, s’impliquer émotionnellement ou physiquement pour des inconnus, ce n’était pas son genre. Mais allez savoir, il y avait eu quelque chose dans son regard qui avait ébranlé le cœur du jeune homme. Alors il était là, accroupi devant elle et la regardait avec attention suivre l’exercice qu’il essayait de lui inculquer. À son plus grand soulagement, elle parvint à se calmer assurant qu’elle allait bien. Bon, lui aurait dit qu’elle allait mieux, mais pas qu’elle allait bien, et il aurait eu raison vue que quelques instants après, elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Young Won était complètement pris au dépourvu, ne sachant quoi faire ou quoi dire pour consoler ou rassurer la jeune femme. Les émotions des autres, enfin, la gestion des émotions des autres, c’était quelque chose d’assez compliqué pour lui, pas que ça le complexait plus que ça.  

Alors, bêtement, il resta là, ne disant rien, ne faisant rien, si ce n’est grimacer parce qu’il avait des fourmis dans les jambes. Il craignait que s’il se relève, elle prenne peur de nouveau, que ce soit la peur de se retrouver toute seule ou la peur qu’il ne lui fasse du mal. Finalement, sa patience paya, au bout de plusieurs longues minutes qui s’étendirent presque comme des heures, elle se calma de nouveau. Sans doute était-ce une décompensation de toute cette pression qu’elle avait accumulé lors de cette crise d’angoisse ? Cette idée permettait à Young Won de moins se sentir coupable (si culpabilité il ressentait) de son incapacité à la consoler ou la rassurer. Il finit par lui aussi sourire lorsqu’elle le remercia, hochant doucement la tête en se retenant de soupirer de soulagement. Il avait pendant un instant douté qu’elle puisse finir par se calmer, et avait presque désespéré en se demandant pourquoi il s’était impliqué. Il lâcha un léger rire, balayant doucement ses excuses de la main. « t’was boring anyway. » La rassura-t-elle. Et il ne mentait pas vraiment, cette soirée était loin d’être la soirée du siècle. « Je m’appelle Dam Young Won. » Parce qu’après un moment pareil, il estimait qu’elle avait le droit de connaître son nom, et l’inverse était vrai aussi. « Et toi tu es … ? » Parce que oui, ça l’importait. Jusque-là, il la surnommait « la fille » ou « la Sango » dans sa tête, et ça ne lui plaisait pas vraiment. « On s’est déjà vu chez les Sango. » Une tentative veine de la mettre en confiance en instaurant une certaine familiarité. Il espérait que ça marcherait et apaiserait les nerfs sans doute encore ébranlés de l’étudiante. Il était prêt à tout pour qu’elle ne retombe pas dans une crise similaire à celle dont elle venait de sortir. « Tu es sûre que tu vas mieux ? » Il la fixa sérieusement. « Can you move ? Should we go err... anywhere ? » Peut-être dans un endroit plus calme, ou du moins loin du passage des participants de cette fête.






 
scratched out ☩
some days it doesn't take much to bring me down, but right now I'm floating above it all. so you can call till your voice is running out but I can't hear you now. i'm somewhere far away where you can't bring me down so I can't hear you now
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: manage me i'm a mess (wonka♥) manage me i'm a mess (wonka♥) Empty

Rejoins les dragons !
Les Cheonglyong sont ouverts. Vous avez donc la possibilité de les rejoindre directement, sans passer par la case bizutage. Alors n'hésitez plus ! Ils seront ravis de vous accueillir dans leurs rangs !