Revenir en haut Aller en bas



 
Au mois d'août, le vent est fou !
HAPPY BIRTHDAY STW !!!! VIENS FÊTER L'ANNIVERSAIRE DE STW, PAR ICI !

Sors moi de là. (+) JINJI

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Ven 12 Juil - 23:34




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

4 mois. 4 mois et des broutilles que Ji Ae côtoie ces gens éteints et ces murs aussi hauts que sombres et infranchissables. Elle a troqué sa jupe d'uniforme de lycéenne pour un uniforme pantalon et cardigan répugnant, elle a aussi troqué son blond légendaire pour sa couleur naturelle: châtain foncé, et on ne lui a pas laissé le choix, c'était soit ça, soit la boule à zéro. Et il était hors de question qu'on lui enlève ses si beaux cheveux. Le maquillage, c'était fini aussi. Tout ce qui lui plaisait lui avait été retiré ici et il ne lui restait plus rien. Rien si ce n'est le temps. Le temps long, le temps qui ne passe pas dans ces salles de cours. Elle aurait dû s'en douter qu'elle finirait ici un jour, à trop faire la conne, on paye le prix... Alors elle passait ses journées à regarder par la fenêtre le grand parc qui bordait ce pensionnat, à regarder les autres filles de sa classe prendre des notes des cours alors que Jiji se laissait dépérir peu à peu. Ou alors, quand elle faisait semblant de prendre des notes, elle écrivait en fait des lettres aux personnes qui lui manquaient, à ceux à qui elle avait beaucoup de choses à dire.

Aujourd'hui, il a neigé. Le parc est recouvert d'un épais manteau blanc qui donne un charme certain à cet endroit si morose. Dehors, il fait froid, mais le cours de tir à l'arc n'a pas été annulé pour autant. C'est tant mieux, Ji Ae a besoin de prendre l'air et surtout de repérer les endroits où elle pourrait éventuellement passer pour tenter une évasion. Oui, elle y pense, et elle va le faire. Elle ne peut pas rester ici. La semaine dernière, le personnel l'a surprise en train de fumer une cigarette à la fenêtre de sa chambre, elle a encore la marque du coup de ceinture qu'elle avait pris sur l'épaule. C'était traumatisant, ici. Bien trop restreint pour une fille comme Jiji qui avait connu une liberté délicieuse. Combien de temps doit-elle rester ici, au juste?

Le vendredi soir, elle avait droit au téléphone de 18h à 19h. Une heure seulement. Assise sur son lit en tailleur, une surveillante du pensionnat vient lui apporter son téléphone. Jiji la remercie d'un sourire forcé et allume son vieux smartphone, regardant par la même occasion les filles de sa chambre et les téléphones qu'elles ont. Pour la plupart, il s'agit d'iPhone ou de Samsung dernier cri. Et Ji Ae doit se contenter d'un vieux Huawei en carton. Elle allume son téléphone et se retrouve confronté à son fond d'écran: une photo de sa soeur et elle. Elle n'a jamais changé ce fond d'écran. Jamais. Encore moins depuis ce qui s'était passé, et pourtant, elle aurait pu, mais son désir, c'est de se faire souffrir. D'affronter en face la dure réalité qu'elle ait pu briser ce qu'il y avait entre elles. Une larme coule sur sa joue, une larme qu'elle vient essuyer. Elle a beaucoup de messages de ses amis, mais ça ne lui remonte pas le moral. Ce soir, le seul qui pourrait lui remonter le moral doit être sûrement dans les bras d'une autre pour combler le vide qu'a laissé Ji Ae en partant à ce pensionnat. Partagée entre l'idée de jeter son téléphone contre le mur et de l'appeler, elle opte finalement pour la deuxième option. Elle se lève de son lit et va s'assoir dans l'angle de la chambre, par terre, ramenant ses jambes contre elle alors qu'elle porte le téléphone à son oreille. Ça sonne... Et quand elle entend sa voix à l'autre bout du fil, son coeur rate un battement. Il lui manque encore plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Et cette sensation de manque mêlée à cette mélancolie, voire cette dépression qui commence à surgir en elle, la font éclater en sanglot au téléphone. Elle n'a même pas prononcé un mot... tout ce qu'elle arrive à dire, c'est un minable: Sors moi de là... J'ten supplie... Elle tient fermement le téléphone contre elle alors qu'elle baisse la tête pour cacher ses larmes. Elle a l'impression de sentir encore le coup de ceinture sur son épaule tant le geste l'a marqué.

(c) SIAL ; icons sial


Jung Jin Sun
Jung Jin Sun
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Sam 13 Juil - 21:46




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

Accoudé à son balcon, le garçon regardait la vie dans les rues de Séoul. Une grand-mère qui galérait à porter ses courses, une fille qui faisait la princesse… Ses yeux se fermèrent de lui-même chassant la pensée inopportune. Sa princesse à lui, ça faisait quatre mois qu’il ne l’avait pas vu, emmené dans un pensionnat et interdite de visite. Ça n’aurait tenu qu’à lui, il l’aurait emmené loin de cet endroit, mais elle n’avait pas voulu. Sans s’en rendre vraiment compte, Jin Sun porta sa cigarette à sa bouche, recrachant la fumée, admirant les volutes blancs. Hojin était partie chez sa famille pour la semaine, il avait pas voulu venir. Elle les lui cassaient royalement en ce moment, celle qui partageait sa vie depuis quelques temps maintenant. Il savait qu’elle n’était pas honnête, il y croyait tellement, qu’un petit regard anodin devenait une trahison aux yeux du dealer.

Mais il n’eut pas le temps de s’appesantir sur le sujet, ce sujet qui le faisait enrager, bouillir de l’intérieur à mesure que le temps passait. À mesure qu’il vivait avec Hojin, qu’il lui faisait du mal et qu’elle ne disait rien. Non, son téléphone sonnait et d’un geste assuré, sans regarder qui appelait, il décroche. « Oui ? » Plus poli, ce serait trop demandé au garçon. Mais y’a que le silence au bout du fil, une respiration presque erratique. Intrigué, il lit finalement le nom du contact. « T’as besoin que je vienne ? » Il se foutait bien qu’il n’ai pas eu de vrais échanges tous les deux depuis qu’elle était dans ce pensionnat à la con, il se foutait qu’elle l’appelle ainsi, sans prévenir. Alors quand elle prend finalement la parole, Jin Sun, il ne peut empêcher le sourire un peu fou sur ses lèvres. « Bouges-pas princesse, ton chevalier arrive. ». Pas besoin de plus, pas besoin de promesse, le simple fait qu’il ai prononcé les mots précédents suffisant comme preuve qu’il viendrait. Sa clope pas terminé, il la balança par dessus sa rambarde, avant de le quitter. Ses jambes avancent à grandes enjambées, alors qu’il prend ce qu’il lui faut, toujours au téléphone avec la jeune femme. « J’suis là dans quarante minutes, soit prête. » Sur ces mots, il raccrocha, enfilant sa veste en cuir, les clés de sa voiture tournoyant déjà dans sa main.

La route, elle est faite à toute vitesse. Il a jamais été prudent Jin Sun, encore moins au volant. Presque à 170 kilomètres par heure sur l’autoroute, il s’arrêta dans un crissement de pneus devant le pensionnat. Il regarda l’heure et un sourire fier étira les lèvres fines. Il avait tenu sa promesse, il avait mit moins de quarante minutes pour arriver jusqu’ici. Loin d’être fou, le garçon fit le tour des lieu, profitant de sa taille pour jeter un œil derrière le mur d’enceinte avec facilité. Il n’y avait aucunes sécurités ici, c’était risible. Enfin, il y avait bien le mur qui faisait le tour de la propriété mais quand on faisait un mètre 88 et le mur seulement trois, il était rapide à passer. Il parvint même à repérer la chambre de la jeune femme, qu’elle lui avait indiqué avec un sms après qu’il ait raccroché, lui spécifiant d’attendre 21h avant d’entrer.

L’heure sonne, et comme une grande ombre silencieuse, il se glissa dans l’enceinte du pensionnat. Y’avait pas un chat, pas étonnant que Ji-Ae puisse vouloir se casser, ça avait l’air déprimant à mourir ici. Arrivé au pied du bâtiment, le garçon ne mit pas longtemps à trouver une prise pour grimper au premier étage, toquer à la fenêtre de la chambre de celle qu’il venait chercher et s’y glisser. Il savait qu’il ne s’était pas trompé, la fenêtre ne se serait pas ouverte en silence sinon.

« Alors princesse, on attendait son prince charmant ? »

Un sourire narquois sur les lèvres, le garçon regardait, essayait d’apercevoir la jeune femme dans la pénombre ambiante. Il discernait sa silhouette, rien de moins. Sans attendre, il tendit sa main à celle qui était sa camarade de beaucoup de chose depuis des années maintenant. Il n’avait jamais un mot sur le relation particulière ce n’était pas aujourd’hui que ça allait commencer.

« Bon, on se taille où tu veux vraiment rester dans ce trou à rat ? »

Il avait déjà trouver le sac de la jeune femme qu’elle avait dut préparer en secret, qui trônait fièrement sur son lit à présent. D’un geste assuré, il le plaça sur son épaule, indiquant la route de la liberté à la jeune femme d’un simple regard. Il la laisserait pas pourrir ici, pas elle.

(c) SIAL ; icons sial


Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Sam 13 Juil - 22:20




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

 Elle raccroche et regarde son téléphone. Les larmes ont laissé des traces sur ses joues creusées par la dépression. Elle ne se nourrissait que très peu, et le peu qu'elle arrivait à manger, elle finissait par le rendre aux toilettes et ce, depuis deux semaines. Elle commençait d'ailleurs à susciter l'inquiétude du personnel mais sa mère, cette connasse, avait bien insisté auprès du personnel de ne pas toujours croire à ses jeux d'actrice, parce que... Oui, quelle actrice elle pouvait être parfois. Mais pas cette fois. Le mal, la souffrance étaient réels. Il était dur de ne pas craquer, de rester forte. Elle pensait pouvoir le faire, elle se croyait plus forte que le reste après avoir vécu l'enfance de merde, mais faut croire qu'à cas plus coriaces, les moyens les plus radicaux sont utilisés. Comparé à ses camarades de chambre, elle en avait pris, des cours de bible sur la tête ou des coups de ceinture bien placés. Elle avait mal parfois. Elle souffrait autant mentalement que physiquement mais elle savait que retrouver Jinsun, pour une nuit ou plusieurs, lui redonnerait vie.

Elle envoie un SMS à celui qu'elle considère comme son héros et protecteur, lui indiquant d'attendre 21h pour le couvre feu, l'heure à laquelle le pensionnat éteignait toutes ses lumières. Elle lui avait aussi indiqué à quelle fenêtre correspondait sa chambre. Bientôt, elle allait devoir rendre son téléphone, et quand la none débarque pour récupérer les cellulaires, Ji-Ae tend le sien sans remords. Tant pis, elle partira sans. Elle s'en fiche. Elle n'a pas besoin de ça de toute façon tant qu'elle est avec Jinsun, les heures passeront comme des secondes et elle regrette déjà ça. Il transforme le temps, c'est dire à quel point il pratique la magie aux yeux de la pauvre fille. Mais maintenant qu'elle sait qu'il va venir, elle ne peut cacher un discret sourire triomphant. Pourvu que ça passe vite, elle a déjà hâte qu'il soit là.

4 mois sans le voir, peut-être la trouvera-t-il changée. Elle a presque honte de s'afficher à lui dans cet accoutrement et dans cet état, les yeux cernés et le visage creusé. Elle fait mine de se mettre au lit et échange quelques mots avec ses colocataires. La première s'endort rapidement, la deuxième ne tarde pas à la joindre et Jiji reste réveillée, écoutant attentivement la respiration de la troisième. Irrégulier: elle ne dort pas. Crotte. Et si Jiji ne se trompe pas, Jinsun ne va pas tarder à débarquer. Pourvu qu'elle finisse par s'endormir...

Allongée sur son lit et la tête tournée vers la fenêtre, elle remarque bien vite un visage se dessiner juste derrière. Un sourire éclatant étire ses lèvres et elle se lève vite pour aller ouvrir la fenêtre un peu plus. Voyant le visage de Jinsun se dessiner à la lumière d'un réverbère du parc, elle échange un regard complice. Plus que jamais. répond-elle, dans un chuchotement. Elle se tourne pour attraper son sac dans lequel elle a mis le strict minimum d'affaires et le passe à son ami de toujours, mais elle se tourne subitement en remarquant que sa colocataire ne dormait toujours pas. Prise sur le fait, Ji-Ae la fixe, malgré le peu de lumière présente dans la chambre. ... S'il te plaît. Fais comme si tu n'avais rien vu. Et la jeune fille acquiesce dans un sourire, lui faisant la promesse de ne rien dire. Rassurée, Ji-Ae se tourne vers son héros de ce soir et acquiesce vivement de la tête pour répondre à sa question. Elle sent la température glaciale la frapper de plein fouet alors qu'elle se hisse par la fenêtre. Et sa colocataire vient fermer la fenêtre après son passage. Premier étage, c'est pas haut. Alors, tel un chat, Ji-Ae saute et retombe sur ses jambes,  suivant le chemin qu'il lui indique. Elle attrape sa main et les voilà en train de courir jusqu'à la clôture qu'il faut grimper. Jiji cesse de courir aussitôt en regardant la hauteur. Oh, mince. Ça paraissait pas si haut... Elle se tourne vers lui mais les lumières du pars s'éclairent soudainement. Ils sont repérés. MERDE! s'exclame-t-elle. Fais moi la courte échelle. 1m60 face à 3m, c'est mort, elle a besoin de Monsieur le géant pour lui venir en aide. Il s'exécute, et voilà que les 40kg de Ji-Ae parviennent à se hisser sur la clôture et  de l'autre côté, sans problèmes. Elle attend que Jinsun la rejoigne, trépignant d'impatience de se barrer d'ici. Et quand il la rejoint de l'autre côté, cette niaise ne peut s'empêcher d'applaudir en sautillant sur place. T'es le meilleur trésor!! déjantée? Un peu.
(c) SIAL ; icons sial


Jung Jin Sun
Jung Jin Sun
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Sam 13 Juil - 22:56




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

Une ombre grande et solitaire, c’était ce qu’était Jin Sun alors qu’il traversait les jardins du pensionnat de celle qu’il venait kidnapper. Il ne comptait pas la laisser moisir une heure de plus dans ce trou à rat, qui ne la traitait sûrement pas comme elle devrait l’être, il en était certain. Rapidement, avec une facilité déconcertante, tant propre à l’habitude qu’à sa taille, le garçon toqua à la fenêtre qu’il lui avait indiqué, un sourire sur ses lippes. Son regard, il accrocha rapidement celui de la jeune femme, une étincelle complice, celle qui lui avait manquer. Cette étincelle qu’il avait même pas avec hojin, cette lueur pétillante qu’il ne trouvait que chez elle, celle qui serait avec lui ad vitam æternam. Seule la mort pourrait les séparer tous les deux, la preuve alors qu’il était là, en face d’elle, son sac sur son épaule, l’attendant pour partir.

Les yeux noirs et froids du dealer rencontrèrent ceux de la colocataire. Ils promettaient milles promesses de souffrances si elle brisait le silence de l’évasion de Ji-Ae. Qui de lui ou de son amie réussirent à la convaincre, il n’en savait rien, mais il avait sa petite idée au fond. D’un geste sûr, sa main servant d’appui à la jeune femme, il la laissa glisser sur le sol, grâce féline qu’elle possédait naturellement, ce chat sauvage qu’il avait finit par apprivoiser. Comme une habitude, leurs mains, elles se rencontrèrent de nouveaux alors qu’ils courraient vers le mur d’enceinte, un sourire fou, le même, sur les visages. Jin Sun, il entend Ji-Ae râler, leurs vingts-centimètres de différence rendant la tâche un peu plus ardue. Pas beaucoup, il pouvait la porter, elle était légère comme une plume.

« Je te fais décoller du sol quand tu veux. »

Il a à peine le temps de finir sa phrase, le parc est illuminé par les lumières ? Oups ? Ce n’est pas suffisant pour le faire paniquer. Sang-froid à toutes épreuves, ce n’est pas aujourd’hui qu’il se fera prendre. Sans attendre, il propulsa la jeune femme par dessus le mur d’enceinte, n’ayant aucuns doutes sur sa faculté à atterrir sur ses pieds derrière. Elle était de la rue, comme lui. La première chose qu’ils avaient apprit, c’était à retomber sur leurs pattes à enchaîner vers le futur, sans un regard un arrière. Rapidement, il passa le mur, et un rire répond à la voix exalté de la jeune évadée.

« Bon retour dans la vraie vie princesse. »

Sa mains se glissa dans la sienne alors qu’il la traînait presque jusqu’à sa voiture. Il entendait les bruits de courses au loin, ils sortaient du bâtiment. Mais d’ici à ce qu’ils arrivent, ils seraient déjà loin, sur l’autoroute de la liberté, sur le chemin de leur histoire à eux, sans personne et sans morale comme stop. Le sac de Ji-Ae, il est balancé sur le siège arrière, lui se glisse du côté du volant. Elle n’a pas le temps de s’attacher, qu’ils sont déjà partis, comme des flèches. Jin Sun, il adressa même un magnifique doigt à ce pensionnat qui disparaissait derrière eux, l’insultant sans mots pour avoir servit de prison à un être aussi parfait que la jeune femme à ses côtés.

Rapidement, parce que le garçon, avec des passagers ou pas, il conduit toujours comme un fou, ils arrivèrent sur l’autoroute. La vitesse de la voiture baissa un peu, alors qu’il se retournait pour enfin apprécier le visage de sa camarade, de celle qui e fait vibrer depuis leur première rencontre. Ses doigts, ils viennent caresser la joue plus creusée qu’auparavant, les lèvres fines avant de finalement prendre une mèche de cheveux et de jouer avec. Un sourire narquois, à nouveau.

« Ça te va pas si mal le brun, princesse. »

Il ne dira rien sur son physique. Elle est toujours aussi belle à ses yeux, elle a toujours cette flamme dans les yeux, cette flamme qui ne brille que pour lui et ça lui suffit, alors que l’enfer se terminait pour elle, alors qu’il la ramenai là où était sa place : à ses côtés.
(c) SIAL ; icons sial


Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Dim 14 Juil - 0:52




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

 Quand les lumières du parc s'éclairent, la brunette se fige le temps de quelques centièmes de secondes ou son coeur accélère. Oh non. Non. Pas maintenant. Pas si près du but. Elle s’active, demande à Sun de lui faire la courte échelle pour l’aider à passer la grille. Bien sûr, elle entend la remarque qui est faite et qui lui arrache un sourire mutin. Une fois de l’autre côté, elle secoue ses fesses par dessus les tissus de son uniforme et relève la tête pour le regarder. Ça j’en doute pas, chéri. mais pas de temps à perdre, il faut vite rejoindre la voiture et partir d’ici pour ne pas que les gardiens, qui sont déjà à leur trousse, ne puissent les rattraper. Alors là, il faudra lui passer sur le corps, autrement, elle ne remettra jamais les pieds dans cet enfer. L’enfer, c’est son monde, pourtant. C’est elle la reine de ce monde, aux côtés de son roi, celui qui vient de la sortir d’affaire. Il n’y a qu’un enfer qui existe sur terre: celui qu’ils ont créé tous les deux. Et ce soir, elle a hâte d’y replonger. Très hâte.

Installée dans la voiture, elle a au moins le réflexe de s’attacher après que son sac ait été balancé sur la banquette arrière. Essoufflée, sa poitrine se soulève au rythme de sa respiration saccadée alors qu’elle se tourne pour regarder derrière elle. Elle éclate de rire, de son rire contagieux et bruyant, en voyant le doigt d’honneur qu’adresse Jinsun au pensionnat. Personne ne semble à leur trousse et Sun conduit bien trop vite pour que quelqu’un puisse espérer les rattraper. Rassurée, victorieuse, elle se retourne et regarde la route face à elle avant de s'écrier: « WOUHOU! » en tapant dans ses mains. Quel coup de maître, elle aurait sérieusement du l’appeler avant. Mais la vérité, c’est qu’elle a essayé de se faire à ce pensionnat, mais elle n’y est jamais parvenue alors... Sans regrets.

« Oh... Tu as été génial. A la hauteur de mes espérances. » lâche-t-elle dans un soupir, encore un peu essoufflée. Elle se recoiffe approximativement et se tourne vers Sun, les yeux brillants d’admiration... Et sûrement d’autre chose. C’est à ce moment là qu’ils échangent un regard qui lui coupe la respiration. C’est plus fort qu’elle, il est indispensable à sa vie et comme prévu, le simple fait de l’avoir à ses côtés lui donne un nouveau souffle de vie. Elle se mord là lèvre quand la main de Jinsun parcourt son visage, caresse ses lèvres pour finalement attraper une mèche de cheveux. Tu trouves...? Demande-t-elle, incertaine. Elle se préférait largement en blonde mais si le brun lui plaît, elle est prête à le garder. Elle ne le lache pas du regard, sa lippe toujours coincée entre ses dents de façon irrésistible. De sorte à lui donner une raison de plus d’accélérer. Mais Ji-Ae n’est pas patiente, et elle tire légèrement sur le blouson de son héros pour le ramener à elle. Si tu me trouves belle, alors... murmure-y-elle a son oreille. Sa main libre glisse dangereusement sur la cuisse du délinquant, s’approchant de son intimité alors qu’elle ses dents menacent de mordre son oreille. Dépêche toi d’arriver... J’ai hâte de te remercier à ma façon. Et oui, elle craque, elle vient mordre légèrement l’oreille de son compagnon avant de se retirer, se rappuyant contre la portière, non sans un regard et un sourire provocateur. Elle se met à rire, doucement, lorsque son expression change du tout au tout. Oh non. Elle y pense soudainement. Il y a quelque chose qui ne va pas dans son sens et sa bouche s’entrouvre. Tu me ramènes ou la ?! Chez toi?? Y’a Hojin?! Hojin, sa copine. La frontière qui empêche Jiji de faire de qu’elle veut de Jinsun. Si elle est là, comment on va faire?! Hein? Je veux baiser toute la nuit moi d’accord? Et si y’a ta meuf je ne fais RIEN. Tant pis. Et elle croise les bras. elle râle, elle monte en pression toute seule et commence déjà à se braquer.
(c) SIAL ; icons sial


Jung Jin Sun
Jung Jin Sun
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Dim 14 Juil - 22:44




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

Le monde, il n’avait jamais tourné rond pour Jin Sun, loin de là. Il s’était élevé par lui-même, il avait fait ses propres règles et il vivait sans penser aux lendemains, qu’il soit un ou plusieurs. Tout ce qui intéréssait le décoloré, c’était de vivre sans regrets et Ji-Ae, c’était celle qui comprenait le mieux son état d’esprit. Parce qu’ils étaient semblables et différents à la fois, deux moitiés, qui ensemble régnaient sur un monde despotique. C’était bien pour ça, parce qu’il aimait cette fille à sa façon tordu, qu’ilé tait aller la récupérer sans penser au après. Elle avait besoin, il venait. C’était comme ça et ça le saurait toujours. C’était peut-être pour ça qu’Hojin ne pouvait pas supporter la petite blonde, devenue brune aujourd’hui.

Mais à présent, il se foutait de tout, ils étaient dans al voiture, il la ramenait chez elle. Loin d’être prudent sur la route, le dealer finit quand même par ralentir, pour regarder le visage de poupée de sa camarade. Ji-Ae, elle a perdu du poids. Ça tiendrait qu’à lui, il ferait demi-tour pour aller tabasser ceux qui lui avait fait assez mal pour qu’elle ne pense plus à elle. C’était sa princesse et au fond, le seul qu’il autorisait à la blesser, c’était lui. Et ça n’arriverait jamais. Leurs regards, ils s’accrochent d’eux-mêmes, comme deux aimants trop longtemps éloignés. Ils avaient toujours été ainsi, à se chercher, à se trouver, sans réelles raisons. Ce lien entre eux, il existait et ça suffisait à tout expliquer. La main de Sun elle se perdit sur la peau douce du visage de la brune, sur sa joue, ses lèvres. Elle lui a manqué, et il ne manque pas de lui dire à sa façon à lui, son compliment signifiant juste qu’elle était toujours la même pour lui.

« Oui. Tant que tu as ta lueur au fond des yeux, t’es la plus belles Ji-Ae. »

Assez avare de compliments d’habitudes, Sun, il ne peut s’en empêcher face à l’ancienne blonde. Même s’il tente de se concentrer sur la route, ses orbes noires finissent par revenir sur le visage de porcelaine, sur cette lèvre emprisonnée entre les dents de la jeune femme. Il la connaît par cœur, il sait ce qu’elle va faire. Il s’en amusait au fond, son sourire narquois revenant sur ses lèvres alors qu’elle l’attirait à lui. Le souffle sur son oreille, il ne fit qu’augmenter le sourire du garçon, alors qu’il laissait la jeune femme jouer de ses doigts sur son corps, entendant parfaitement ses mots, appuyant un peu plus sur l’accélérateur.

« Si tu me prends par les sentiments, je vais nous faire arriver rapidement princesse. »

Les yeux noirs fixant la jeune femme, imperturbable. Il en fallait plus pour que Jin Sun craque, bien plus. Mais il apprécie quand même d’entendre ce rire bruyant, ce rire qu’il aime parce que c’est celui de Ji-Ae. Mais aussi soudainement que lui pouvait s’enflammer de colère quand ça allait trop loin, elle lâche une phrase qui ne fit que lever un sourcil au décoloré. Puis un sourire hautain sur ses lèvres à nouveaux.

« Monte pas sur tes grands chevaux, elle est pas là de la semaine. Donc oui, tu poses tes fesses chez moi, en attendant. »

Un regard vers elle, pour s’assurer que ça lui convient malgré tout. Il sait bien que Ji-Ae ne peut pas supporter sa meuf, mais elle n’est pas là, ça devrait aller. Un léger rire grava quitta finalement la gorge du dealer alors qu’il l’entend râler. Plus elle râle, plus il rit, s’amusant de ses réactions qu’il adore, qu’il aime plus que tout parce que ce sont ce qui fait d’elle, cette fille dont il n’arrive pas à se défaire.

« J’aurais du attendre un peu avant de te récupérer alors. Comme ça, au lieu d’une nuit complète, j’aurais peut-être eu le droit à une journée. »

Il disait ça avec un humour tout à lui, que personne ne comprenait vraiment. Il savait, sans en craindre un seul instant, que Ji-Ae savait qu’il voulait la récupérer avant même qu’elle ne soit partie. Mais elle le lui avait interdit. Néanmoins, maintenant qu’elle lui faisait miroiter une récompense bienvenue, il comptait bien en profiter. Est-ce qu’il avait honte à tromper Hojin ? Non, loin de là même. Sa copine le savait même, mais elle ne disait rien, comme elle ne disait rien quand il levait la main sur elle, pour une raison comme une autre. Alors, non, il n’avait aucunes hontes de ramener une fille pour une semaine chez eux, et il n’en aurait pas plus quand ils baiseront dans le lit qu’il partageait d’ordinaire avec hojin.

« C’est bon, j’aurais le droit de te faire ce que je veux en arrivant ? »

Quoique, vue la lueur dans le regard de Ji-Ae, elle risquait plus de lui sauter dessus avant qu’il ne puisse faire quoique ce soit. Pas qu’il s’en plaigne Jin Sun, loin de là.
(c) SIAL ; icons sial


Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Mar 16 Juil - 21:41




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

L'excitation, l'impatience. Elle va littéralement lui sauter dessus quand ils seront arrivés. 4 mois d'abstinence sexuelle et 4 mois loin de lui, les nonnes ne se rendaient pas compte de ce que ça allait provoquer quand elle reviendrait dans le monde réel. Rien qu'à y penser... Oh, elle manque cruellement de patience Ji-Ae, il n'y a qu'à voir comment elle vient mordre l'oreille de son partenaire favori. Elle espère secrètement qu'il est prêt pour une longue nuit...

Et puis, la redescente soudaine. Non mais c'est vrai quoi, il fait ce chemin, prend ces risques, la sort de ce pensionnat horrible pour la ramener chez lui alors qu'il y aurait Hojin? Autant rester à moisir au pensionnat. Mais ça, elle n'y a pas pensé tout de suite. Dans l'euphorie du moment, elle ne pensait qu'à une chose, le suivre et se retrouver côté liberté avec lui. Ce n'est qu'après, quand elle réalise, quand elle redescend sur terre, qu'elle s'empresse de le mettre en garde. Le mieux serait encore de la déposer chez sa mère et qu'elle lui fasse une surprise.... Non c'est faux, c'est une mauvaise idée en fait. Elle réfléchit déjà aux possibilités, où est-ce qu'elle pourrait aller puis le voilà qui la rassure. Elle n'est pas là pendant une semaine. Est-ce normal pour un couple d'être séparé pendant une semaine? Ji-Ae ne peut pas le savoir, elle n'a jamais eu de copain, mais elle n'est pas conne au point de trouver ça normal. Elle arque alors un sourcil, curieuse, sans quitter le conducteur du regard. Vous êtes fâchés? Elle passe ses mains dans ses cheveux et se recoiffe, geste habituel chez elle, qu'elle fait toujours avec grâce et orgueil, alors qu'un sourire mesquin étire ses lèvres. Oh dis oui, tu embelliras cette soirée déjà merveilleuse. Elle ne quitte pas ce sourire mesquin de ses lèvres. Ses yeux se posent sur le rétroviseur, pas de signe de voiture qui les poursuit à vive allure, l'autoroute est presque vide, c'est l'autoroute de la liberté pour elle ce soir.

A la remarque de Jinsun, elle lâche un éclat de rire, celui qu'on adorait entendre quand il sortait de sa bouche, et elle pose une main sur le bras de Jinsun, menaçant de planter ses ongles dans sa peau. Ne t'inquiète pas. commence-t-elle avant de croiser son regard, non sans un sourire mutin. La nuit qu'on va passer te semblera être une journée. Et sa main quitte le bras du conducteur alors qu'elle s'installe correctement sur le fauteuil. Elle croise les jambes et les bras sur sa poitrine, regardant enfin par la fenêtre le paysage obscur défiler. Elle ne voit rien dehors, mais elle a déjà hâte d'apercevoir les lumières de Séoul. A la question de Sun, elle acquiesce, docilement, et lui répond alors d'une voix mielleuse. Absolument tout ce que tu veux. Alors dépêche toi d'arriver. Ce sont des minutes en moins sur le chrono. Elle sait comment le motiver, Ji-Ae. Elle a toujours su. Elle savait faire de lui ce qu'elle voulait au même point qu'il faisait d'elle sa poupée favorite quand il lui faisait faire ce qu'il désirait.

En tout et pour tout, il mit 40 minutes. Soit environ 15 minutes de moins qu'à l'aller. Quand ils arrivent au pied du bâtiment où il vit, Ji-Ae sort de l'habitacle de la voiture et lève les yeux pour essayer de voir à quel étage il vivait. Peu importe de toute façon, elle se contente de passer devant pour arriver à la double porte du rez-de-chaussée, attendant que monsieur sorte ses clés. Elle le regarde avec des yeux brillants, et sa main vient parcourir son torse, doucement, ses yeux verts levés vers les siens. Oops...... commence-t-elle dans un sourire malin. ... J'ai oublié de prendre des sous-vêtements. et elle éclate de rire, bruyamment, avant de pousser la porte en première après que Jinsun l'ait ouvert. Oubli volontaire? Certainement. Allez, montre moi notre futur royaume! Qu'il soit bientôt 22h ne l'importe peu, Ji-Ae ne sait pas être discrète et elle le fait même exprès.

(c) SIAL ; icons sial


Jung Jin Sun
Jung Jin Sun
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Mar 30 Juil - 12:47




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

Pied sur l’accélérateur, le regard alternant entre la route et sa camarade de route, Jin Sun ne peut empêcher le sourire narquois sur ses lèvres. Cette décision impulsive de Ji-Ae, son choix de finalement lui demander de venir la chercher, il ne peut que l’adorer. Elle lui manquait mine de rien cette petite, elle et son rire franc, elle et sa façon si particulière de voir la vie, qui était si proche de la sienne. Comme des aimants, ils sont attirés l’un par l’autre. Toujours. Depuis le premier regard, ils finissent toujours par se retrouver et le dealer aime ça. Concentré sur la route, il la laissa jouer, son sourire moqueur toujours planté sur les lèvres.

La pseudo-crise de l’évadée ne fait que lever un sourcil au géant. Il ne comprenait qu’à moitié pourquoi les deux femmes de sa vie ne s’entendait pas, mais à vrai dire, il s’en foutait totalement. Alors quand elle commence à le menacer de le privé de sa douce récompense – dont il sait qu’elle a autant envie que lui – et avec une voix un brin malicieuse, il lui répondit finalement. La réaction de l’ancienne blonde ne tira qu’un léger soupir amusé au dealer, alors qu’il secouait la tête, appuyant toujours plus sur l’accélérateur.

« Je sais que tu en meurt d’envie, mais non, on ne sait pas disputer. »

Pour lui le sujet est déjà clot. Hojin, c’est sa meuf oui, mais tant qu’elle ne va pas avoir ailleurs, il s’en branlait totalement de ce qu’elle faisait. Tant qu’elle ne pensait pas à le tromper et qu’elle était accrocher à lui comme une moule à son rocher, Jin Sun s’en foutait. Et actuellement, elle était chez sa famille, une semaine. Sa raison, elle n’avait fait que hausser des épaules au garçon quand elle le lui avait annoncé. Une envie de calme, besoin de repos. C’était certain qu’avec lui, c’était loin d’être calme, le garçon trop possessif et jaloux pour laisser passer ce qu’elle faisait. Le garçon ne savait pas aimer normalement. Mais elle l’avait choisit, elle l’assumait. Il savait de toute façon, qu’elle reviendrait et que jamais, elle n’oserait franchir cette limite qu’il avait tracé pour elle.

Perdu dans ses pensées, le dealer redescendit finalement sur terre quand Ji-Ae lui promit monts et merveilles. Cette fille savait lui parler, réellement. Elle pouvait faire ce qu’elle voulait de lui comme c’était le cas dans le sens inverse. Des fois, c’était flippant comme ils pouvaient se ressembler, être proches et en même temps être si différents. Elle si joviale, lui si froid. Un soleil qui n’en portait pas le nom, et une lune glacée, cachée derrière l’identité de l’astre brûlant.

Finalement, Jin Sun se gara devant chez lui. Arrêt presque trop brutal du véhicule, mais qui pourtant va avec sa personnalité, et sa conduite : rapide, incisive et douloureuse quand on n’est pas du bon côté. Sans se presser, laissant Ji-Ae filer vers la porte dont elle n’avait pas les clés, le garçon prend le temps d’attraper le sac de la jeune femme sur la banquette arrière avant de la rejoindre et d’ouvrir à sa douce amie. Un sourcil moqueur, impatient se leva alors qu’elle lui indiqua qu’elle ne portait rien sous sa tenue, le garçon trouvant soudainement ça plus intéressant. Son rire bruyant résonna dans la cage d’escalier et un peu de douceur se glissait dans les prunelles noires.

« Tes désirs sont des ordres, princesse. »

Et sans lui laisser plus le temps de bouger, le dealer l’attrapa par les hanches, la calant tel un sac à patates sur son épaule et grimpant rapidement les marches jusqu’au dernier étage, l’endroit où il habitait. Il l’entendait bien protester mais une tape ses ses fesses la calma rapidement alors que finalement, il ouvrir la porte de son appartement. Le sac de la demoiselle est rapidement balancée dans un coin de l’entrée et Jin Sun la posait presque délicatement sur le canapé, un sourire plus qu’impatient sur le visage.

« Alors, ton royaume te plaît ? Décidée à l’inaugurer ? »

Lui si patient en temps normal, face à Ji-Ae, il devenait toujours un peu plus doux, un peu plus taquin et joueur. Elle avait un pouvoir magique sur lui, sa simple présence ne faisait pas de lui un homme meilleur, mais un homme comblé, c’était presque certain.
(c) SIAL ; icons sial


Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty Sam 10 Aoû - 23:21




Get me out of here, let's get away together, spend the night side by side, make it last forever.

Son corps se dandine dans le hall d'entrée du bâtiment, elle roule du cul, elle le fait exprès, tout est calculé avec Jiji. Mais elle sait aussi que Jinsun n'a pas besoin de ça pour être excité. L'attente, l'abstention, voilà ce qui marche le plus sur un homme. Et ce qui marche d'avantage sur une femme. Une femme comme Jiae qui avait fait du sexe son exutoire et qui se retrouve privée de ce plaisir du jour au lendemain mène à une véritable diablesse qui a soif de son péché. Encore plus quand on lui donne sur un plateau en or son partenaire favori. Elle se tourne vers lui, lui adresse un clin d'oeil dont elle seule avait le secret et le voilà qui la fait basculer pour la prendre sur son épaule. Dans un cri de surprise, elle finit néanmoins par rire aux éclats. La vie, la vraie, c'est celle-là. Putain, ce qu'elle avait attendu ce moment. Depuis son entrée dans ce pensionnat de pacotille, elle avait rêvé de ces retrouvailles, avait imaginé tous les scénarios possibles. Mais finalement, le meilleur de tous reste encore celui qu'ils écriront ensemble. Elle n'est pas discrète, elle le sait, et elle le fait exprès. Elle emmerde le monde, elle veut l'emmerder avec sa joie débordante. Qu'un voisin sorte pour se plaindre, elle ira lui rire au nez en l'envoyant se faire foutre comme la fille timbrée qu'elle était.

Une claque sur son fessier suffit pour la faire arrêter de gesticuler et de rire comme une niaise. Elle se mord la lèvre alors qu'elle regarde les escaliers défiler sous ses yeux. Tu cherches, Jung. Elle ferme les yeux et avoue, dans un gémissement provocateur. Tes fessées m'avaient tellement manqué. et elle finit par rouvrir les yeux avant de rire une fois de plus. Arrivés à la prote de son appartement, il ne la dépose pas pour autant au sol. Non, ils entrent ensemble dans l'appartement où l'odeur de cigarette se fait déjà sentir. Odeur que Jiae adore. Un sourire triomphant règne sur ses lèvres alors qu'il la dépose délicatement sur le canapé. Elle plonge aussitôt ses yeux verts et espiègles dans le regard sombre du gangster. Il lui pose une question alors qu'il approche son visage. Impatiente, elle tire légèrement sur sa chemise, réduisant à néant les derniers centimètres qui séparaient leurs visages. Je suis conquise. avoue-t-elle dans un souffle qui s'écrase contre les lèvres de Jinsun. Leurs nez se touchent, elle ferme les yeux un instant, inspirant alors le parfum du jeune homme qui la ferait presque frissonner. Oh oui, elle est plus que prête à l'inaugurer, ce royaume. Ses mains glissent sur la nuque du dealer et elle frôle ses lèvres avec provocation, alors que son regard brûlant de désir croise celui du jeune homme. Emmène moi. murmure-t-elle. Et elle s'accroche déjà à lui tel un koala, comme si elle avait peur d'être trop vite séparée de lui. Emmène moi là où je pourrais prendre sa place. elle sourit, Jiae. Elle sourit comme la peste qu'elle est et qui veut foutre la merde. Laisser son odeur sur les draps, que Hojin reconnaisse le parfum sucré et fatal de la blonde qui lui faisait de l'ombre dans la vie du dealer. De l'ombre, oui, sans jamais être une menace pour autant. Néanmoins, ce soir, elle veut vraiment se sentir comme si elle pouvait en être une. Elle n'avait pas eu droit à sa dose pendant trop longtemps... Elle voulait reconquérir le seul royaume pour lequel elle se saignerait jusqu'à en perdre la vie: le corps de Jinsun. C'est lui, son royaume. Lui et lui seul.

(c) SIAL ; icons sial


Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?
Sors moi de là. (+) JINJI Empty

Tu peux prétendre être assez fort pour l’éviter mais le Crimson saura toujours te trouver.

Evolution de contexte en cours !

Tous aux abris, la Doyenne débarque !
Plus d'infos par ici !