Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 S43aQ9Pc_oJusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 S43aQ9Pc_oJusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 S43aQ9Pc_oJusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 S43aQ9Pc_o

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Jusqu'à l'aube - Minah <3

Lee Seo Joon
Lee Seo Joon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Dim 7 Juin - 18:25


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Il n'y avait plus ni la peur, ni la douleur... à cet instant il n'existait que le calme et la douceur d'un instant de tendresse partagée. Là, dans mes bras, je savourais le rythme serein de son coeur apaisé, et j'entendais son souffle caresser mon oreille. Je me laissais bercer par le son de sa voix au timbre suave, avait-il toujours eu cette tonalité ? Sauver des demoiselles en détresse... L'idée semblait à la fois chevaleresque et terriblement irréelle, et pourtant... Les mots résonnèrent étrangement lorsqu'elle les prononça, mais je restais muet. Sans pour autant jamais cesser de penser que sans cet acharnement, je ne l'aurais sans doute jamais rencontré. Quelques semaines tout au plus s'étaient écoulées depuis notre première rencontre, quelques semaines qui paraissaient pourtant être uné éternité. Là, dans ses bras, j'avais la sensation d'avoir trouvé ma place sans ne pouvoir l'expliquer. C'était comme de rentrer chez soi après une absence interminable, un ressenti inédit pour l'orphelin qui n'avait jamais eu de réel foyer. Le son léger et cristallin filtra ses carmines à la question que je lui posais, celle qui me déchirait le coeur et dont la réponse fut comme un nouveau coup de poignard. « Une jolie jeune demoiselle... » lâchais-je tristement en même temps qu'elle ne rendait mon buste solitaire. Mes yeux suivirent ses mains qui descendirent jusqu'à sa cheville et l'écoutais d'une oreille attentive. Le sourire força mes pulpeuses à s'étirer en une moue badine face à sa plaisanterie. « J'espère être assez convainquant pour que tu ne veuilles pas t'enfuir ! » ajoutais-je. Et tandis qu'elle s'installait de nouveau plus confortablement sur mes genoux, mes paumes retrouvèrent alors leur place sur ses hanches pendant que la sienne vint se ficher sur ma joue. La chaleur de sa peau était une source de réconfort bien plus puissante que je n'avais pu l'anticiper, je sentais presque les muscles de ma joue crépiter sous son toucher que j'emprisonnais finalement sous mes doigts. Juste pour que jamais ne cesse cette sensation à la tendresse infinie. Mes yeux voguèrent jusqu'à ses perles sombres, et je m'y plongeais à nouveau alors que ses lèvres échappaient une vérité qui fit écho aux émotions que mon coeur ne parvenait à retenir. « Restes... » soufflais-je, les yeux rivés aux siens, les sondant encore et encore. J'y lisais désormais une certaine inquiétude, je remarquais la gêne que ces mots venaient de provoquer en elle sans savoir ce qu'ils avaient provoquer en moi. Le torrent se déversait avec force dans mes veines, la joie, l'envie, la légèreté... une myriade d'émotions positives qui me fit oublier le pourquoi de sa présence, jusqu'à en occulter la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Il n'y avait plus d'hôpital, plus de soirée, plus de mari, plus d'étudiant, juste deux âmes qui se retrouvaient après s'être cherchés pendant bien trop longtemps.

J'avais aimé, avant de la rencontrer j'avais déjà éprouvé la difficulté de donner son coeur, et j'aurais pu mettre des barrières, ne pas plonger la tête la première dans une histoire compliquée... mais mon esprit s'y refusa. Mon coeur y bondit à pieds joints et alors que j'aurais sans doute dû relâcher mon emprise, je la resserrais et venais apposer mes pulpeuses sur les siennes avec une douceur infinie. Ma paume remonta alors sur son poignet, son bras et continuait son ascension jusqu'à la base de sa nuque pour finalement disparaître dans les mèches de son chignon tandis que je respirais à même son souffle. Pinçant son inférieure entre mes carmines pour que finalement ma langue ne se fraye un chemin en territoire conquis. De mon autre main, j'écrouais sa taille sans ne jamais relâcher ma prise, comme si dès l'instant où je lui rendrais sa liberté elle s'envolerait... Je m'abandonnais dans ses bras et contre sa bouche, savourant les bulles de son parfum pour finalement être emporté par ce baiser. Je m'embrasais sous son toucher, me consumais à sa respiration devenue erratique avant de reprendre mon souffle. Le coeur battant comme un forcené contre les côtes qui protestaient sa folie, de mes perles sombres je mirais celle qui éprouvait au moins autant de peine à retrouver un rythme serein. «  Je te garde avec moi alors... » affirmais-je. Je ne lui demandais pas, ne faisant qu'énoncer la réalité dans laquelle nous venions de nous enfoncer. Qu'importait son époux, qu'importait le monde qui continuait de tourner derrière la porte, je m'efforçais à ce moment de figer le temps dans la bulle de cette nouvelle intimité.


:copyright:️ Justayne


« Only Human »
But I'm only human, And I bleed when I fall down, I'm only human, And I crash and I break down, Your words in my head, knives in my heart, You build me up and then I fall apart, Cause i'm only human...
©️crackintime
Byeol Mi Nah
Byeol Mi Nah
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Lun 15 Juin - 22:28


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Un énième baiser, un énième battement de coeur qui menaçait de faire bondir cet organe magnifique hors de ma poitrine. A chaque contact j’avais l’impression de revivre, de partir loin, très loin d’ici et de ma vie si terne. Il apportait de la lumière, de la couleur dans l’obscurité et la noirceur. Il était arrivé là par hasard, mais le hasard existait-il seulement ? Pouvions nous réellement mettre ce mot sur toutes ses rencontres fortuites qui nous avaient réunis ? Ou alors aurions-nous l’audace de parler de destin ? D’âmes qui se retrouvent après s’être égarées si longtemps ? Comme inexorablement attirée l’une vers l’autre, se retrouvant contre vents et marrés, ou plutôt contre vents et mari dans notre cas. Je ne sais plus quoi penser. Je rêverais d’une belle histoire, celle qui vous prend aux tripes, qui vous fais plonger dans une passion et un amour irrationnel, puissant et incontrôlable. Un amour où l’on se dirait sans hésiter « c’est lui que j’ai attendu toute ma vie » et avec qui on voudrait vieillir et passer le restant de ses jours. Idéaliste, sûrement. Il m’arrivait encore parfois d’être trop rêveuse. Même avec Jae Sun je n’avais rien ressentit d’aussi fort, même pas à moitié. En comparaison de ce que je pouvais ressentir pour SeoJoon actuellement il n’y avait pas photo… Et tout ceci en peu de temps. Je n’osais même pas imaginer ce que cela donnerais sur une période plus longue… Non, parce que penser à ça voudrait dire se projeter, et se projeter dans notre situation était très compliqué, mais comment ne pas le faire un peu quand on sait qu’on ne pourrait plus vivre sans être près de la personne qui se trouve en face de vous ? Il a eu le don d’avoir tout compliqué, tout chamboulé… Aussi bien de façon négative que positive. Je ne savais pas à quoi il pouvait bien penser de son côté, ce qu’il imaginait ou ce qu’il envisageait. Je lui avais déjà dis à notre première rencontre après l’hôpital que je ne quitterais pas mon mari. Mon point de vue sur la question n’avait toujours pas évolué, même si j’étais aujourd’hui, dans ses bras, mes lèvres scellées aux siennes. Mon coeur n’aurait pas demandé mieux, mais ma raison n’était pas suicidaire, elle faisait le job pour nous deux. Cette conscience, cette raison je l’avais juste mise en sourdine quelques temps, je voulais profiter de la part de bonheur que la vie pouvait encore m’apporter. J’étais arrivée à un stade où ce que je ressentait était devenu complexe, où je ne voulais plus que Seo Joon s’éloigne de moi, alors que je savais très bien qu’il ne pourrait rester se tenir à mes côtés.. J’étais égoïstes, purement et simplement. Mais yant mis ma conscience de côté pour le moment, je ne me laissais submerger que par tout ce que mon corps et mon coeur pouvait ressentir à son contact sans penser au reste.

C’était décidé d’un commun accord plus ou moins scellé d’un baiser, nous allions rester ensemble cette nuit, pendant ses quelques heures de liberté que m’offrais mon infidèle de mari. Je n’est j’amais été aussi heureuse qu’il rencontre une midinette pour la baratiner et la mettre dans son lit l’espace d’une nuit… Parfois je m’autorise à rêver qu’une d’entre elle ne l’embarque définitivement… Mais non, dur réalité. En tout cas, de mon côté ce soir je ne me ferais pas prier pour profiter également de mon côté sans culpabilité aucune vu la fin de soirée de mon mari. Je proftais donc allègrement de cet échange, laissant ma langue rencontrer sa jumelle qu’elle aimait tant pour savourer autant que possible ce langoureux baiser que Seo Joon m’offrais. Après quelques instant, je quittais ses lèvres et même ses genoux. Je me délestais de mes chaussures, non ce n’étais pas pour faire une fugue à la Cendrillon, et je décidais de prendre place complètement sur le lit sur lequel nous étions assis jusqu’à maintenant, trouvant cette positon confortable également, quoi que la confortabilité du matelas soit a remettre un peu en question. « Tu penses qu’on peut se la jouer Roméo et Juliette ici ou quelqu’un risque de débarquer à tout moment ? » Demandais-je simplement alors que je l’incitait à venir se poser près de moi en tapotant la place vide à mes côtés. Evidemment, je n’avais rien d’étranges en tête, je n’avais pas mis ma conscience en sourdine au point d’aller trop loin avec lui cette nuit. Je voulais simplement passer du temps près de lui, et en cet instant j’avais envie d’être allongée dans ses bras, rien de plus rien de moins, mais j’étais sûr qu’il comprendrait mes intentions sans que je n’ai besoin de dire quoi que ce soit.

:copyright:️ Justayne
Lee Seo Joon
Lee Seo Joon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mer 24 Juin - 21:54


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Sans plus de mots ou même de gestes, nous étions d'accord. Nous venions de passer un accord discret, dans un silence presque religieux. Cette nuit là serait la notre, nous venions de décider qu'elle n'appartiendrait qu'à nous, que rien ni personne à l'extérieur de cette pièce ne pourrait venir troubler la paix et la sérénité de ces moments partagés. Et j'eus toute la peine du monde à retenir le sourire de fendre mon visage. Le bonheur et la légèreté étaient désormais mes amies, pour quelques heures seulement sans doute, mais je les accueillais avec une joie non dissimulée. J'espérais pouvoir vivre ces moments auxquels j'aspirais tant. Ceux que j'avais idéalisé et fantasmé pour qu'ils ne me soient finalement brutalement arrachés. Et même si en mon for intérieur je savais, je reléguais cette inquiétude et l'épée de Damoclès qu'était son époux dans un coin de mon subconscient. Loin, très loin, le plus loin possible, oublier son existence dans un recoin de ma mémoire... quitte à ce que le réveil ne soit difficile, je voulais ces moments... égoïstement, volontairement. Le regard plongé dans le sien, je faisais courir la pulpe de mon pouce sur sa peau de velours, j'en éprouvais la douceur et la chaleur jusqu'à ce qu'elle ne décide de rompre ce moment de quiétude. D'un geste, elle fit tomber les talons qui tombèrent sur le sol en un claquement sourd avant de s'installer plus confortablement sur le matelas de fortune du lit d'hopîtal. J'avais suivi son ascension avec attention sans réellement me rendre compte de ce qui se passais, absorbé, complètement hypnotisé par sa présence, et ce ne fut que lorsqu'elle reprit la parole que je revins à la réalité. Sa question m'arracha un rire bref, entre nous, tout n'était qu'une question de métaphores et de comparaisons puisées dans des romans et des oeuvres de fictions. Et alors que de sa main elle me désignait la place qui m'était visiblement offerte, je me levais à mon tour. « C'est l'aile administrative de l'hôpital, ici pas de médecins ou d'internes donc personne ne devrait ouvrir cette porte. » assurais-je. Je joignais les gestes à la parole et à mon tour, je me mettais à l'aise. Je délassais mes chaussures qui restèrent inertes sur le sol, je me débarassais de ma veste et de mon noeud papillon pour enfin la rejoindre, m'étendant de tout mon long pour finalement pivoter et ainsi lui faire face. « Pourquoi Roméo et Juliette ? » demandais-je. La référence me pinçait le coeur tant l'issue de cette relation était tragique, et je me refusais à l'idée de l'imaginer sciemment se donner la mort. Je ressentais ce poids sur ma poitrine, à moins qu'il ne s'agisse de la chemise étriquée dans laquelle je me sentais prisonnier. Sans même y réfléchir, sans même avoir conscience de ce que cela pouvait sous entendre ou même provoquer, je fis glisser mes doigts jusqu'au col blanc et fis sauter quelques boutons. Je libérais la pression du tissu devant le visage rosie de Minah. « Est-ce que ça va ? Tu es malade ? » Ma paume vint se caler sur sa joue empourprée avant d'annexer son front. Ignorant, peut être encore un peu innocent et naïf...

« Est-ce que je peux te poser des questions... ? » La curiosité est un vilain défaut selon l'adage, mais je ne parvenais à m'y résoudre et la laissais glisser sur ma langue face à son regard tendre. Je voulais savoir et pourtant... je redoutais de découvrir et de comprendre. Je craignais d'entrevoir le monde dans lequel elle vivait depuis trop longtemps, mais le besoin de l'aider supplantais la peur. Mes perles sombres s'invitèrent dans leurs jumelles, j'y voguais entre les reflets qui se succédaient, je pouvoir voir les émotions se relayer sans fin, et je tentais de lui faire comprendre sans mots que je pouvais tout entendre. Quand bien même je savais ne pas être totalement prêt, je m'y résignais, je m'y forçais, et je tendais la main que je voulais qu'elle saississe pour fuir son enfer.


:copyright:️ Justayne


« Only Human »
But I'm only human, And I bleed when I fall down, I'm only human, And I crash and I break down, Your words in my head, knives in my heart, You build me up and then I fall apart, Cause i'm only human...
©️crackintime
Byeol Mi Nah
Byeol Mi Nah
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Lun 29 Juin - 22:42


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Il avait apparemment tiquer sur ma comparaison avec Roméo et Juliette qui m’avais échappée comme ça, et il faut dire qu’il y aurait peut-être des similitudes.. Mais laissons le côté glauque de cette histoire pour plus tard et concentrons-nous plutôt sur le romantisme de la choses. « Parce qu’ils s’aiment envers et contre tous, même si tous le monde essayait de les séparer, tu trouves pas ça romantique ? ». Il ne fallut pas très longtemps à Seojoon pour réagir et me rejoindre sur le lit, non sans s’être délesté auparavant de quelques affaires encombrantes qui auraient pu le gêner pour être à l’aise. De mon côté, à part mes chaussures je ne pouvais pas me délester de grand-chose. Il ne me restait plus que ma robe et mes sous-vêtements… Et je n’était pas sur d’envoyer le bon messages en me mettant directement dans une tenue légère à peine la nuit débuté. Et puis, il faut dire que je n’étais pas très fan de mon corps. Il y avait quelques ecchymoses encore visibles et des cicatrices qui ne pourrait plus être caché si je décidais de me mettre plus à l’aise. Il faudrait sûrement à un moment donné surpasser cette gêne, car vu la tournure que prend notre histoire depuis le peu de temps où l’on s’était rencontré, je pense qu’il y aurait fatalement un moment où les choses iraient plus loin… Et je sentais que je n’empêcherais pas se moment de se produir. Mais, en cet instant T, je préférais rester sobre, c’est sûrement pourquoi je m’étais mise à rosir légèrement lorsque mon interlocuteur si bien fait de sa personne eu la nonchalance de déboutonner sa chemises sur quelques étage, laissant apparaître un peu plus de matière à mes yeux déjà conquis. Mais je ne fis aucune remarque et ne prononça aucun mot, surtout en m’apercevant qu’il avait remarqué ce petit détail. Il pensait que j’étais tombée soudainement malade.. Etait-il tellement modeste qu’il ne se rendait pas compte de l’effet qu’il pouvait produire à une femme ? Je sens qu’il y avait pas mal de choses intéressante à apprendre à son sujet, et j’espérais que cette nuit pourrait m’aider à en découvrir un peu plus sur mon mystérieux prince charmant en blouse blanche qui était un jour apparue, comme pour m’apporter un bonheur interdit, sûrement éphémère, mais à côté duquel je n’avais pas le droit de passer, sachant très bien que les occasions d’être heureux, ne serait-ce qu’un instant était précieuses et rares, et qu’on devait les chérir coûtes que coûtes, même si dans mon cas cela pouvait rimer avec le mot « égoïsme ». En effet, je savais que tout ceci ne pourrait pas durer indéfiniment, que j’étais mariée et que mon mari ne laisserait jamais les choses allé bien loin, et pourtant j’étais là, contre lui, je l’embrassais et je le laissais se rapprocher de moi, lui donnant sans doute de faux espoirs sur ce qui pourrait se dérouler plus tard… Et pourtant je ne pouvais pas m’empêcher de l’embrasser, de le désirer, d’aimer sa présence au point de penser à lui en son absence. Et tout ceci n’était le fruit que de quelques semaines à se voir de façon furtives, je n’osais imaginer comment les choses allaient encore évoluer à partir de maintenant… J’étais donc égoïste, ce n’était pas mon genre, mais mon coeur avait décidé de l’être, pour une fois, juste pour cette fois…

Évidemment, j’aurais dû me douter que si mon envie était très présente de vouloir en apprendre plus sur lui, l’envie était la même de son côté mon concernant. Je savais que je ne pourrais pas y couper de toute façon alors je ne me soustrairais pas à ses questions d’une quelconque manière que ce soir. Je serais honnête avec lui, même si la vérité ne serait peut-être pas toujours évidente à entendre. Mais je sais que ça me soulagerais d’un poids, et peut-être qu’il comprendrais enfin pourquoi je n’avais pas voulu me rapprocher de lui au début, pourquoi je l’avais autant fuit. Peut-être même qu’il aurait peur et qu’il fuirait à son tour… Et je ne pourrais l’en blâmer, ni oser le retenir si c’était le cas. Je décidais pour le moment de prendre les choses avec humour, comme je le faisais souvent pour cacher le reste de mes émotions. « A ta guise, mais si je te révèles tous mes secrets, je ne suis pas sûr de pouvoir te laisser sortir d’ici un jour. » Hmm ce ne serait peut-être pas une mauvaise chose en réalité. Je laissais mes lèvres se poser délicatement sur les sienne en un baiser léger qui se voulait rassurant, j’étais prête à répondre à toutes les questions qu’il allait me poser. « Mais attention après ce sera à ton tour de passer à la casserole ! ». Eh oui, qu’il ne crois pas que je serais la seule à passer sur le gril cette nuit


:copyright:️ Justayne
Lee Seo Joon
Lee Seo Joon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Lun 29 Juin - 23:31


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Roméo et Juliette... était-ce donc là le romantisme à son apogée ? Céder à la mort ? Baisser les bras ? Sans un mot, je me contentais d'opiner du chef comme pour répondre à sa question sans pour autant vouloir y ressembler. Ce qui m'intéressait n'était pas leur destin tragique, mais l'aveu qui venait une nouvelle fois de franchir ses lèvres. Ne se rendait-elle pas compte qu'elle laissait échapper bien plus que ses simples songes ? Je me laissais envoûter par ses mots, hypnotisé par ses émotions exacerbées que je pouvais presque sentir et toucher, et j'achevais de prendre mes aises en déboutonnant ma chemise. Un geste loin d'être anodin pour Minah, mais auquel je ne portais aucune attention. Un geste d'une banalité affligeante qui fit néanmoins prendre à ses joues une teinte écarlate. Une nouvelle opportunité de nous rapprocher que je saisissais sans plus de réflexion. D'une paume apposée sur sa pommette, je fis glisser mon autre bras sous son cou et l'attirais contre moi. Je voulais pouvoir sentir son souffle régulier s'écraser contre ma peau.Je voulais entendre son cœur battre et faire vibrer mon épiderme. Plus, toujours plus, à l'instar d'un junkie ayant enfin trouvé sa drogue, une seule dose ne suffisait pas, plus maintenant. J'avais entrevu l'Eden de son monde, et il s'imbriquait à la perfection au mien, oublié depuis trop longtemps. Celui que j'avais volontairement ignoré tant j'estimais ne pas le mériter. Mais en sa présence... tout avait un sens, c'était comme si je me réveillais d'une longue et fastidieuse léthargie, comme si je respirais à nouveau, comme si j'ouvrais finalement les yeux sur un soleil éclatant... Et je me laissais dévorer par sa chaleur et sa lumière, ravi de fondre sous son regard d'ébène, heureux de souffrir de son sourire sur le mien, extatique à son simple toucher. J'aurais sans doute pu rester ainsi toute la nuit, mais je savais aussi que je perdrais ma seule occasion d'en apprendre plus sur elle, de la découvrir réellement. Si je pouvais lire dans ses perles nacrées, si je parvenais à y sonder son âme, je ne connaissais rien de son histoire. Aussi posais-je la question qui me tordit l'estomac. Je redoutais, non pas de savoir, mais de la replonger dans son enfer mental. Était-elle prête à se dévoiler ainsi ? Les secondes s'écoulèrent et s'étirèrent en une poignée de minutes avant que finalement les mots ne caressent sa langue. L'humour... encore et toujours l'humour, cette barrière qu'elle mettait pour se protéger, pour me protéger ? Un peu des deux sans doute, mais il était douloureux. J'avais conscience que c'était une manière pour elle de rendre sa vie, ses souvenirs moins éprouvant, mais je recevais ses répliques comme des couteaux tranchants. Sous la légèreté de quelques mots balancés se cachaient une réalité bien plus tourmentée. « Qui a dit que je voulais partir ? » lâchais-je. L'abandon était sa plus grande crainte, et à chacune de nos rencontres elle en souffrait à tel point que je ne savais pas y rester sourd. instinctivement je resserrais mon étreinte, comme pour lui confirmer que rien ne saurait jamais me faire fuir... sauf peut être la curiosité qui se retournait contre moi. « C'est de bonne guerre... » Le cœur pincé par ma réalité, si elle acceptait de se mettre à nue... comment pouvais-je le lui refuser à mon tour ?

Sans trop y penser, je me concentrais davantage sur elle, sur son visage doux et ses onyx dont l'éclat ne semblait jamais se ternir. Du bout des doigts je vins recaler une mèche de ses cheveux derrière son oreille avant de prendre une profonde inspiration et ainsi me lancer dans l'interrogatoire de sa vie. « Comment... comment tu l'as rencontré ? Ton...mari » soufflais-je, butant sur ce mot qui ne paraissait pas avoir sa place. « Pourquoi lui ? » Peut être n'étais-je pas sa cible et par conséquent je ne pouvais comprendre. Je ne le voyais que comme un homme, banal, un visage parmi tant d'autre qui ne masquait pourtant pas les cornes du démon que je savais qu'il était. Peut être aurais-je dû être une femme pour comprendre... « Est-ce que tu as été ... heureuse malgré tout ? » Je dû retenir le flot de questions  afin qu'elle puisse répondre à la première salve, mais je brûlais de savoir. Si bien que je cachais ce besoin dévorant en faisant glisser ma main sur son dos, faisant ainsi frémir l'épiderme de ses omoplates dénudées.


:copyright:️ Justayne


« Only Human »
But I'm only human, And I bleed when I fall down, I'm only human, And I crash and I break down, Your words in my head, knives in my heart, You build me up and then I fall apart, Cause i'm only human...
©️crackintime
Byeol Mi Nah
Byeol Mi Nah
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mar 30 Juin - 22:40


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Il était près de moi, encore et toujours plus près, et je ne pouvais qu’apprécier de plus en plus cette proximité, même si je savais que sur le long terme cela voudrait dire avoir de plus en plus de mal à m’en décrocher. Il était tellement doux et prévenant, je n’en avais pas l’habitude. Chacun de ses gestes étaient exécuté avec délicatesse, comme si j’étais en verre et qu’il avait peur de me briser. S’il savait seulement à quel point j’ai pu l’être… Je n’étais pas sur qu’il restait quelque chose à briser encore en moi. Mais j’appréciais son attitude, j’appréciais qu’il me traite comme ça, moi qui n’avait que douleurs et brutalités comme amis du quotidien. Il était cette touche de pureté et de douceur dans ce monde noir et froid, dénué de toute chaleur sous quelque forme que ce soit. Il n’y avait plus rien qui me rendait heureuse aujourd’hui, qui m’apaise un tant soit peu que sa présence, et de me sentir si près de lui. Je savais que cette nuit était la notre, et j’avais bien l’intention de prendre une énorme quantité d’amour et de bien être pour survivre les prochains temps où l’on devrait se séparer.. Et qui sait combien de temps cela pourrait durer tellement les choses étaient compliqués dans ma vie. Mais, il était sûrement sur le point de le découvrir étant donné qu’il voulait me poser des questions, et je savais bien que ce jour viendrait. Il ne pouvait pas rester éternellement dans l’ignorance, et continuer à évoluer dans une relation avec une parfaite inconnu qui lui cache tout de son passé, surtout lorsqu’elle est marié, avec un mari violent de surcroît. J’étais soulagé qu’il le sache, tout comme cela pouvait être perturbant et ne pas arrangé la situation, ne la rendant en tout cas pas plus simple. Il était difficile d’expliquer le pourquoi du comment sans expliquer toute l’histoire. Pour beaucoup, il suffisait de s’enfuir de chez soit du jour au lendemain… Mais les choses étaient tellement plus compliqués que ce qu’on pouvait le penser lorsque l’on ne vivait pas dans cette vie tourmentée. Alors, si au début j’étais inquiète qu’il puisse le découvrir, aujourd’hui j’étais bel et bien prête à me livrer et à lui raconter mon histoire. J’espérais au fond qu’ainsi, il pourrait comprendre pourquoi je lui avais dis de but en blanc que je ne quitterais jamais mon mari, chose qu’il n’avait pas compris à ce moment-là, et qu’il ne devait toujours pas comprendre maintenant. Mais peut-être que ça changerait, et qu’il comprendrait aussi comment j’avais pu e arriver là, comment les choses avaient pu se dégrader pour en être au stade de ce qu’elles étaient aujourd’hui.

Un frisson me parcouru alors qu’il fit glisser une main dans mon dos. Il avait le don de faire réagir mon corps instantanément, et ça n’avait absolument rien de désagréable. Ses paroles s’enchaînaient et ses questions avec. Il finit cependant par s’arrêter, peut-être pour me laisser répondre. Mais comment lui en vouloir d’avoir tant de questions à me poser, et je savais que ce n’étais que le début. Il était dans le flou, dans l’incompréhension totale, alors c’était à mon tour de lui expliquer, de lui raconter cette triste histoire. Je pris une profonde inspiration pour me préparer à lui conter ce récit, mais je n’avais pas peur, sa présence me rassurait, et m’encourageais à me montrer honnête, à ne pas avoir peur de me replonger dans de pénibles souvenirs… « Eh bien pour commencer, je l’ai rencontré quand j’étais très jeune, je devais avoir dix-huit ans à l’époque, je venais d’arriver à l’université, la vie d’adulte s’ouvrait à moi. Et c’est là qu’il est apparu. Il venait de terminer l’université et repassait par hasard pour voir ses professeurs et leur dire quel bon travail il avait pu décrocher… Il était grand, beau et il avait l’air d’être quelqu’un de sympathique d’apparence, et c’est comme ça qu’il s’est présenté à moi. Ce fut plus ou moins un coup de foudre entre nous, disons qu’à l’époque j’étais amoureuse de la simple idée d’aimer quelqu’un et d’avoir un retour. Je me sentais chanceuse qu’il s’intéresse à moi en particulier au milieu de toutes ses autres filles qui semblaient toutes plus intéressantes que je ne pouvais l’être. Il était parfait, peut-être trop maintenant que j’y repense, avec un peu de recule. » Je marquais une petite pause, alors que je venais me blottir contre lui, trouvant ça étrange de parler de l’attirance que j’ai pu éprouver pour un autre homme alors qu’il était si proche de moi. Mais j’avais besoin d’être plus proche de lui maintenant. « On s’est fiancés et mariés dans la foulée à peine un an après notre rencontre. Mes parents l’adorait, enfin tout le monde l’adorait. Il ne s’était jamais montré agressif avec moi, ni physiquement ni verbalement sinon tu imagines bien que jamais je ne l’aurais épousé… Alors j’ai été heureuse oui, pendant deux ans je dirais, l’année avant notre mariage et l’année d’après, avant que tout bascule du jour au lendemain. Il est, ce dont on qualifie ce genre de personne aujourd’hui, un pervers narcissique. Il m’a, sans que je m’en rende compte, petit à petit coupé de tous mes amis, de tous mes proches, je ne voyais quasiment plus mes parents, et je n’avais plus de vie sociale, surtout qu’il m’avais demandé d’abandonner mes études après le mariage.. Chose la plus idiotes que j’ai fais de ma vie.. Après l’avoir épousé bien sur. » Je m’arrêtais finalement, me reculant un peu pour voir son visage. « As-tu d’autres questions ? » Je savais bien que oui, qu’il devait encore en avoir pleins en réserve, mais je voulais lui laisser le temps de digérer les informations au fur et à mesure, pour ne pas l’assommer d’un coup.

:copyright:️ Justayne
Lee Seo Joon
Lee Seo Joon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mar 30 Juin - 23:28


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Mon coeur battait à tout rompre, je le ressentais dans chaque parcelle, chaque centimètre de mon corps et de mes membres. Il n'avait de cesse de frapper mes côtes avec un acharnement que je lui découvrais, et je le laissais. Je souffrais avec gratitude de cette déferlante d'une émotion que je retenais malgré tout, juste pour ne pas être submergé, juste pour ne pas me laisser déborder. De ma paume, je réchauffais son dos, provoquant le frisson qui secoua timidement ses épaules alors qu'elle vint se blottir davantage contre ma poitrine. Je pouvais sentir son souffle s'écraser contre ma peau, là où j'avais défait quelques boutons dans l'idée de m'installer confortablement. Mais je ne la repoussais pas, au contraire, je resserrais mon étreinte comme pour lui donner à mon tour un peu de force pour me dévoiler son histoire. J'ignorais tout, de son passé, de ce qu'elle avait vécu et comment elle l'avait ressenti, aussi l'écoutais d'une oreille particulièrement attentive me délivrer cette partie d'elle qu'elle avait visiblement enfoui depuis trop longtemps. Des mots simples, comme si tout était limpide. Une femme s'était éprise d'un homme, des sentiments visiblement partagés, forts, tellement forts qu'ils décidèrent de s'unir... Qu'y avait-il de mal à vouloir se lier à l'être aimé ? Et si j'avais été dans une situation similaire... ? Ridicule pensais-je. Si j'avais été dans une telle situation, jamais je n'aurais fait de mal, jamais je n'aurais levé la main sur celle avec qui j'aurais choisi de partager ma vie...
Je comprenais, j'entendais son récit, et je l'ingérais... sans pour autant tout en saisir. Inconsciemment, je faisais courir mon pouce sur sa colonne, une caresse aussi douce qu'elle pouvait l'être, un geste parfaitement normal que je ne tentais pas même de refréner. Et ce ne fut que lorsqu'elle acheva sa phrase et qu'elle plongea dans mon regard que je me reconnectais avec la réalité. J'avais tenté d'imaginer, de visualiser cet amour qu'ils avaient éprouvés. Mais je ne voyais que le monstre. Mon esprit ne parvenait à faire abstraction de ce qu'il savait déjà, et le transcrivait dans mon imaginaire comme le bourreau qu'il était. Je ne pouvais l'imaginer être autre chose qu'un geôlier et tortionnaire. Je voulais savoir, comprendre, mais j'étais aussi conscient que je m'aventurais sur un territoire aride et hostile, et je me refusais à la faire souffrir, pas de cette manière. Mais je ne pus retenir les autres questions de fuir mes lèvres. « Comment... ? » lâchais-je. « Comment est-ce qu'il a changé ? Quel a été l'élément déclencheur ? » J'avais conscience qu'elle n'avait probablement pas les réponses, et pourtant je ne pus m'arrêter. « Est-ce que... » soufflais-je avec hésitation. La question qui me brûlait était délicate, à tel point que je ne parvenais à trouver les bons mots pour la poser. Il me fallut de longues secondes, les yeux rivés aux siens avant de finalement laisser échapper une nouvelle fois ma curiosité. « Est-ce que tu trouvais ça... normal ? Comment est-ce que tu en es venue à... accepter ? » La question était terriblement maladroite, et sans m'en rendre compte, j'enfonçais l'ivoire dans mon inférieure pour m'infliger le châtiment inhérent à une telle audace. J'entrais dans sa vie, dans son intimité, et je voulais comprendre, mais peut être allais-je trop loin ?

Comment ce petit bout de femme s'était-elle laissée convaincre que les coups seraient plus doux que les baisers ? Comment était-il parvenu à l'asservir et à la contraindre au mutisme en lui faisant croire que c'était son choix ? Comment un homme pouvait-il faire souffrir ? Tant de pourquoi que je ne m'expliquais toujours pas. Mais elle était là, dans mes bras, et je mirais sa silhouette si frêle l'entourant de mes bras. Je lui offrais un refuge loin de sa prison, mais j'aurais voulu qu'elle l'accepte sans condition, entièrement et irrévocablement. Que toute cette pression qu'elle ressentait ne soit plus qu'un mauvais souvenir, que l'homme qui l'attendait pour la battre ne soit plus qu'une idée, une histoire effrayante racontée dans le seul but de faire peur... je voulais déconstruire sa réalité, et lui en faire cadeau d'une nouvelle, une réalité lumineuse et paisible. Avec douceur, je déposais sur ses lèvres un baiser chaste, bref et presque innocent étant donné la situation. « Si tu ne veux pas y répondre, je comprendrais. » Comme elle, j'aurais aimé faire preuve d'humour pour alléger l'ambiance pesante de cette nuit de confession, mais je n'y parvenais pas. Seul un sourire contrit vint étirer mes pulpeuses, curieux, et pourtant incapable de rester dans l'ignorance.


:copyright:️ Justayne


« Only Human »
But I'm only human, And I bleed when I fall down, I'm only human, And I crash and I break down, Your words in my head, knives in my heart, You build me up and then I fall apart, Cause i'm only human...
©️crackintime
Byeol Mi Nah
Byeol Mi Nah
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mer 1 Juil - 0:23


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Je savais que tout ceci n’était que le début d’une longue liste de question, mais tous les deux nous ne partions de presque rien. Il connaissait le plus grand secret de ma vie mais en ignorait tous les détails, et ce secret ne date pas d’hier, beaucoup de choses s’étaient construites autour de ça, beaucoup de chose qu’il allait falloir raconter pour qu’il puisse visualiser la situation et avoir un aperçu de mon enfer. Un enfer dans lequel je m’étais enfermée seule, non sans aide. Et il serait légitime que de son côté il se demande comment j’avais pu en arriver là, et c’est d’ailleurs ce qu’il fit. J’avoue avoir eu un moment de flottement à sa dernière interrogation. Comme si, je fouillais en moi-même pour me remémorer comment tout c’était déroulé. j’ai l’impression que tout ceci remonte à une éternité… Et c’est sûrement le cas. Lorsque l’on vit dans la crainte et le malheur, le temps à tendance à s’écouler plus lentement. Mes sept ans de calvaires m’avais semblé en durer vingt. Mais c’était déjà sept ans de trop. Sept longues année où j’avais tout bonnement gâchée ma vie dans un mariage qui ne faisais que me détruire de plus en plus à chaque seconde, et pas seulement mentalement. Mon esprit s’était fortifié au fur et à mesure des années qui s’écoulaient. Mon corps lui n’avait pas cette chance, je n’avais pas encore trouvé le moyen de le rendre insensible à la douleur, bien malheureusement pour moi. Finalement, ce fut la douceur de ses lèvres entrant en contact avec les miennes qui me ramena sur terre alors que mon inconscient était partit bien loin des années en arrière à la recherche de souvenirs enfouis que j’avais préféré passé à la trappe pour ne garder que le peu de bons moment qu’il y avait pu avoir… Seojoon ne se faisait pas présent, il avait même l’air de s’en vouloir de me poser cette question, surtout celle qui concernait mon acceptation. Mais je ne pouvais lui en vouloir ne la poser, c’était sûrement LA grande question que toutes les personnes extérieur à ce ménage destructeur pouvait se poser. J’aurais pu me taire, avoir peur qu’il ne comprenne définitivement pas la chose, mais non, je ne voulais pas me murer dans le silence. j’avais tellement attendu que quelqu’un entende enfin mon appel ausecour, que quelqu’un me voit, me voit réellement qu’il était hors de question pour moi de ne pas assouvir sa curiosité, même si les choses étaient un peu dur à dire.

Je pris encore un moment avant de reprendre la parole. j’essayais tant bien que mal de rassembler mes idées, mais surtout à trouver les mots pour expliquer toutes ses choses si particulière… Pour essayer de lui faire comprendre le ressentis que j’ai pu avoir, comment j’en étais arrivée là avec mon regard, et non avec le sien de simple spectateur extérieur. « Un jour, nous nous sommes disputés, je crois que j’avais été jalouse après l’avoir vu être un peu trop.. « familier » et « proche » d‘une de ses collègue de travail. Et c’est là.. Qu’il m’a giflé pour la première fois. Sur le coup je n’ai pas su comment réagir. Surtout qu’il s’est jetée à mes pieds pour me supplier de le pardonner de son geste. C’est là que tout à commencé et que j’aurais dû intervenir avant d’être complètement seule. Mais nous étions mariés et il avait retourné la situation avec une facilité déconcertante pour que j’ai l’impression que tout ceci soit finalement ma faute… Alors j’ai pardonné. Et c’était le premier pardon d’une longue liste. » Et a nouveau, soudain, je me sentais envahie par le sentiment de honte et de panique qui m’avais envahie à cette période. En m’écoutant le raconter, je me rendais compte qu’il était réellement difficile d’expliquer son ressentit sur le moment. «  Pendant longtemps j’ai voulu croire qu’il pourrait changer, que l’amour que l’on se portait était plus fort que ça… Mais je me berçait d’illusion. Il ne m’aide pas, il veut simplement me posséder, comme un objet, mais tout ceci je ne l’ai compris qu’après quelques années. J’avais honte, je ne voulais en parler à personne, pendant longtemps il me faisais pensée que je méritais ce qui m’arrivais, que je l’avais bien cherché, qu’il n’était responsable de rien... » Une petite larme finit par s’échapper sous le coup de l’émotion que je ressentais à ce moment de mon récit. Cela était finalement plus difficile que je ne l’avais imaginé au départ, je n’avais pas réussis tant que ça à m’immuniser de toutes les douleurs qu’il pouvait m’infliger même hors de sa présence. « Je sais c’est ridicule, tu dois pensé que je suis idiote de m’être faite avoir si bêtement, d’avoir été aussi naïve... » Mes mains se posèrent machinalement devant mes yeux, comme pour essayer de me cacher de se sentiment de honte qui avait repris sa place. Je retenais les larmes de couler d’avantages. Je ne voulais pas craquer devant lui, je ne voulais pas qu’il se sente mal à cause de moi. Je voulais pouvoir lui apporter toutes les réponses qu’il attendait.


:copyright:️ Justayne
Lee Seo Joon
Lee Seo Joon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mer 1 Juil - 15:15


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Dans son regard brillait la détermination que je lui connaissais. Sans même qu'elle ne s'en rende compte, je pouvais voir son courage et sa force, juste en me plongeant dans ses iris tourmentées mais en était-elle consciente ? Je l'ignorais, et l'écoutais tout simplement répondre à mes questions. Un besoin que j'avais de comprendre pourquoi elle tenait tant à s'enfermer dans cette prison dorée. La réflexion faisait luire ses prunelles d'un reflet étrange, sondant au plus profond des souvenirs qu'elle avait pu enfouir pour se protéger. Quelques secondes, quelques minutes avant de finalement reprendre le fil de son histoire. Je ne m'étais attendu à rien en particulier, et pourtant je fus frappé par la banalité des événements. De la jalousie à la violence... n'était-ce pas ainsi dans les œuvres de fiction ? Le cliché par excellence de cette limite finalement franchie et qui me laissait perplexe. Mais ce que je ne comprenais pas, c'était cette simplicité avec laquelle elle avait pardonné. Peut être étais-je trop conscient de ce qu'impliquaient les dérapages de ce genre, peut être y avais-je été sensibilisé trop vite pour être capable de les remarquer. Peut être que l'amour l'avait aveuglé... ce ne pouvait être autre chose. Et mon cœur se pinça à nouveau, à la simple idée qu'elle ait pu l'aimer. Pourquoi ? Pourquoi me sentais-je si triste alors qu'elle évoquait une vie passée ? Je l'écoutais, attentif à ses mots, ses gestes, ses yeux... elle trahissait tellement plus que ce qu'elle voulait bien avouer. Mais je me contentais de recevoir son récit, de lui offrir ma sollicitude et ma compassion que je voulais infaillible. Dans un silence religieux je lui témoignais de mon soutien lorsqu'une je vis une larme fuir le coin de son œil. Elle glissa sans bruit sur sa joue avant qu'elle ne se cache subitement le visage, le couvrant de ses paume. Mon âme se déchira à la vue de sa détresse, et je ne pu réagir que d'une seule façon : écrouer sa taille et la serre contre moi avant d'attraper l'une de ses mains pour l'éloigner de ses joues inondées. « Ne te caches pas, tu n'es pas idiote. » murmurais-je. Avec une tendresse infinie, je déposais un baiser sur son front et me replongeais presqu'aussitôt dans ses onyx. « Je suis désolé de t'avoir posé toutes ces questions, si tu ne veux plus y répondre tu n'y es pas obligée. Je voulais juste... comprendre. » Le soupire m'échappa, trahissant la culpabilité que j'éprouvais de lui avoir fait revivre une expérience à laquelle elle tentait d'échapper. « Tu n'es pas seule... » Par ces mots, je me voulais encourageant, mais j'avouais également avoir connaissance de l'existence de ce genre de monstre. Si j'étais étranger à leurs méthodes, je savais quel impact ils avaient, je connaissais la douleur qu'ils se plaisaient à répandre sans parvenir à en saisir le but. D'un geste, je me fis glisser sur le matelas pour me mettre à sa hauteur. « Ce n'est pas ta faute. Il n'avait pas à réagir de cette manière, il n'avait pas à te faire souffrir. Rien ni personne ne peut justifier de tels actes. » Des mots que j'avais déjà prononcé pour tenter d'alléger le cœur des femmes meurtries qui avaient pu croiser mon chemin. Mais cette fois-ci était différente, cette fois-ci, je m'étais impliqué corps et âme dans ce combat, je ne voulais pas seulement sauver la demoiselle en détresse... je voulais l'aimer. « Je te fais la promesse de te délivrer. Je te promet que tu n'auras plus à souffrir... il faut juste que tu acceptes mon aide. Je ne peux rien faire si tu ne le veux pas... » Le temps semblait s'être à nouveau figé, mon regard ancré dans le sien, j'attendais qu'elle me donne son accord. Au travers d'un mot, d'un geste, ou simplement d'un sourire, je faisais passer dans mes yeux toute la volonté et la détermination pour lui faire comprendre que jamais plus elle ne serait seule. Mon cœur s'était éprit du sien, bien trop profondément désormais pour ne serait-ce que penser à ne rester qu'un simple spectateur.


:copyright:️ Justayne


« Only Human »
But I'm only human, And I bleed when I fall down, I'm only human, And I crash and I break down, Your words in my head, knives in my heart, You build me up and then I fall apart, Cause i'm only human...
©️crackintime
Byeol Mi Nah
Byeol Mi Nah
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty Mer 1 Juil - 21:10


Jusqu'à l'aube  :heart:  Mi Nah & Seo Joon  :heart:  
Eh voilà, moi qui avait espérer dompter mon passé, l’avoir accepté et être passé au dessus de tout ça, je me rendais compte que le travail n’avait été fait qu’à moitié. J’avais encore du mal avec ces sentiments de honte et de culpabilité qui avaient élu domicile en moi depuis plusieurs années et qui ne semblaient pas vouloir se détrôner de leur pied destale. En attendant, maintenant, je savais sur quoi je devais travailler pour la prochaine fois. j’avais tant essayer de refouler, d’exorciser tout ça que j’étais persuadé que plus rien ne me touchais, et pourtant je m’étais lourdement trompée. Heureusement, sa présence me rassurais, même si pendant une minute cet horrible sentiment de honte ne s’en trouvait que plus exacerbé. Oui j’ai eu honte face à lui. Mais lorsqu’il serra ma taille pour me coller à lui tout en prenant ma main et en disant ses quelques paroles je compris enfin que je n’avais aucune raison d’avoir honte avec lui, qu’il n’était pas là pour me juger mais pour… m’aider. Personne ne m’avais aider jusque là, certains parce que je n’avais rien avoué ou jamais rien demandé, d’autres par simple envie de ne pas se mêler des affaires des autres.. Alors que lui il me déclarait de but en blanc qu’il voulait m’aider, qu’il voulait me délivrer tel un prince charmant sur son fougueux et magnifique destrier, prêt à affronter les dragons et les sorcières, mais savait-il seulement à quel point mon mari était plus effrayant que ces deux êtres réunis ? A ses yeux sûrement pas, aux miens cela ne faisait aucun doute. Mais comment lui en vouloir de son ignorance, de sa fougue, de son envie d’être un héro et de sauver la damoiselle qu’il avait choisit ? Que pouvais-je bien lui dire quand ses mots faisaient battre mon coeur à tout rompre, me donnant envie de l’embrasser avec passion et de ne plus jamais quitter ses lèvres et la sécurité de ses bras… J’aurais tellement aimé que tout soit si facile que dans ses contes de fées. Car oui, on sait toujours qu’ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… Si seulement… Mais aucune baguette magique, marraine la bonne fée ou épée de chevalier ne seraient capable de régler le problème actuel. Je le savais, mais lui n’avait absolument pas l’air de le savoir.

J’encadrais tendrement son visage de mes mains, passant distraitement mes doigts dans ses cheveux tout en le contemplant. J’avais réussis à stopper mes larmes et sa proximité m’avais très vite calmée. Je le fixais un moment, sans rien dire, mais je ne pu m’empêcher de sourire. Comment faire autrement lorsque quelqu’un comme ça vous dit de tels choses, tout ceci me touchait au plus haut point, il n’avait sûrement pas idée à quel point. « Tu es si adorable… Est-ce que tu existes vraiment ou mon cerveau ce serait inventé un amoureux imaginaire pour fuir la dur réalité ? » Je le pensais vraiment, je m’étais réellement posée cette question tant cette rencontre et tous les sentiments que j’éprouvais envers lui me semblaient irréaliste et complètement fou. « Je sais que tu penses ce que tu dis, que cette promesse tu voudrais réellement la tenir... » Je me mordis légèrement la lèvre inférieur, consciente que ce que j’allais pouvoir dire n’allait pas spécialement lui plaire, et à juste titre je pouvais en convenir.  « Jae Sun est le diable en personne, enfermé dans un corps d’ange. Tous le monde crois ce qu’il dit, tout le monde le trouve génial et parfait. Et il est près à tout pour arriver à ses fins. Si je suis toujours avec lui aujourd’hui c’est aussi parce qu’il m’a complètement piégée. Je n’ai pas de travail, pas de famille, pas d’argent. Je n’ai rien… A part toi… Et j’aimerai tellement que ça puisse suffire. » Inconsciemment, j’agrippais un morceau de sa chemise qui se trouvait à proximité. « SeoJoon, mon mari ne me laissera jamais partir… Jamais. Il engagera des gens pour me retrouver, fera de ma vie et de la tienne un enfer sur terre... » Je pris à nouveau une profonde inspiration, ce que je lui disais n’était pas évident à dire, mais je lui devais bien toute la vérité, quitte à ce qu’il parte en courant pour me laisser en plan. « Est-ce que tu serais près à perdre tout ce que tu as… Pour moi ? » Dans ma tête tout ceci étai plus une question rhétorique qu’une véritable question Nous étions proches, même très proches, nos sentiments étaient bien là je pouvais les ressentir.. Mais nous venions de nous rencontrer si récemment… Qui accepterais un tel sacrifice, surtout.. pour moi.


:copyright:️ Justayne
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: Jusqu'à l'aube - Minah <3 Jusqu'à l'aube - Minah <3 - Page 2 Empty
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

BIENVENUE À L'AUTOMNE !

Bon mois d'octobre à tous ❤
L'automne est arrivé et il a apporté le froid avec lui. On suppose que vous avez sorti les plaids polaires et les écharpes en grosse laine pour faire face à la situation~ (et peut-être aussi les imperméables). On espère que vous allez survivre à ce brusque changement de saison sans tomber malade ! Bon courage à tous ♡