Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Date de la MAJ
La maj aura lieu le 7 Mars à 14h !
Pensez à mettre vos acti rp à jour ainsi que
les absences et ralentissement
Ils sont attendus
The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Gd1ifysc_oThe Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Gd1ifysc_oThe Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Gd1ifysc_oThe Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Gd1ifysc_o

 :: Le reste du monde :: Séoul :: Myeongdong :: Why not
Aller à la page : 1, 2  Suivant

The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung

Park Soo Jung
Park Soo Jung
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Jeu 6 Aoû - 22:18
♛ The Earth without Art is just Eh.
Kô + Soo Jung

▼▲▼

Je mettais un point d’honneur à ce que tout soit toujours parfait. Si le Why Not avait une aussi bonne réputation, c’était sûrement grâce à ce haut niveau d’excellence que je m’imposais et que j’imposais aux autres. J’aimais quand les choses se passent de la façon dont je l’ai décidé. Moi, un patron chiant ? Clairement. Je n’aimerais pas m’avoir comme boss et beaucoup de mes employés ont fini par démissionner. Ma seule obsession est de satisfaire les clients de la boîte de nuit car un client content est un client qui revient. Et souvent un client qui parle de mon établissement à ses amis. Le bouche à oreille est très important dans le monde de la nuit, encore plus quand on gère une boîte gay.
Je jetais un dernier coup d’oeil satisfait au reflet que me renvoyait le miroir. J’aimais être élégant en toutes circonstances, j’étais après tout la vitrine du Why Not. Les boutons de manchettes accrochés, j’enfilais ma veste de smoking tout en envoyant un sourire en coin au miroir face à moi. Je comptais bien ne pas finir ma soirée tout seul, alors si je ne trouvais pas de proie sur la piste de danse de la boîte, je pourrais toujours venir en trouver une dans la maison close. Mais ce n’était que le début de la soirée et il fallait d’abord penser boulot avant de penser plaisir. Sûr de moi et de mon apparence, je quittais mon bureau au premier étage pour rejoindre la partie boîte de nuit du Why Not. Les premiers clients étaient déjà là, certains se déhanchant sur le dance floor tandis que d’autres commandaient leur première boisson de la soirée au bar. Descendant d’un pas feutré les marches, je regardais si tout allait bien, si les seaux à champagne du carré VIP ornaient les tables, si tout le personnel était en place. Ma vision à 180° ne me faisait louper aucun détail, aussi lorsque je vis une longue chevelure attablée non loin de la piste de danse, mon visage se referma tout à coup. Les videurs semblaient ne pas avoir fait leur travail à l’entrée : il y avait une femme qui avait réussi à passer entre les mailles du filet. Je marchais maintenant à grandes enjambées vers l’objet du délit, j’allais devoir lui faire comprendre qu’ici c’était une boîte uniquement réservée aux hommes, au cas où elle ne l’aurait pas remarqué. Levant les yeux au ciel, j’enjambais l’un des fauteuils avant de venir m’asseoir dessus, faisant face à…..
Je restais bouche bée, conscient de ma cruelle erreur dès que mes yeux se posèrent sur la silhouette assise face à moi. Puis un sourire s’étira sur mes lèvres. Je n’allais avoir nul besoin de virer l’intruse car elle se révélait être un « intrus ». Enfin, pas tant que ça. Même pas du tout. Un sentiment de fierté gonfla en moi : c’était pour ça que je me battais tous les jours. Je rêvais de voir les rues de Séoul remplies de gens qui se sentent bien dans leur peau, qui assument ce qu’ils sont, ce qu’ils aiment sans se soucier du qu’en dira-t-on de cette putain de société coréenne à la mentalité arriérée. Je fis signe à l’un des serveurs qui s’occupait de la zone VIP de s’approcher et je lui volais une coupe de champagne lorsqu’il arriva à notre table. Sans me départir de mon sourire, je posais l’alcool pétillant devant la plus belle créature présente dans mon établissement. « Cadeau de la maison. » lui dis-je avant de prendre une deuxième coupe sur le plateau. « J’aime voir de nouvelles têtes. C’est quoi ton petit nom ? » J’amenais la coupe à mes lèvres, ma langue venant chercher une goutte du précieux alcool qui était prête à tomber le long du verre. Regardant ma cible droit dans les yeux, j’étais conscient que j’allais passer un moment très intéressant à cette table…
 
CODAGE PAR AMATIS



even when you leave my bed, you're in my head. you're all i need.
Hitoshio Kô
Hitoshio Kô
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Sam 8 Aoû - 11:27

Ootd - Les yeux pétillants de malice de découvrir un nouvel endroit, Kô réajustait plusieurs fois ses cheveux avant d'entrer dans ce bar dont il avait entendu parler par de nombreux bouche à oreille. Un bar de toutes les tentations où seuls les hommes étaient autorisés à entrer ; cela faisait rêver, n'est-ce pas ? Même si le jeune homme de vingt-deux ignoraient un peu ce qu'il venait chercher dans un tel établissement, c'était avant tout sa curiosité et son envie irrépressible de voir "ce" monde dans lequel, finalement, il appartenait. En effet, depuis plusieurs années maintenant, le japonais savait qu'il aimait les hommes. Les femmes étaient splendides, bien sûr, mais elles étaient seulement des modèles pour lui qui dessinait beaucoup. Elles avaient des courbes parfaites pour les tenues qu'il créait, mais ces courbes ne le faisaient pas rêver en-dehors de ses esquisses. Peut-être était-ce parce qu'il était lui-même un peu efféminé, perdu entre deux genres dont il aimait se parer à ses divers souhaits et désirs. Ou bien, depuis sa soirée inattendue avec son "Don Juan", Azriel (le prénom qu'il avait appris que bien des jours plus tard), Kô avait eu l'occasion de réfléchir plus longtemps à ses relations. Il y avait découvert une forme de vengeance douce, entourloupant les hommes en jouant sur sa féminité, afin de mieux les attirer à lui. Enfin, peu importait en cet instant d'autre que prendre du plaisir à pénétrer dans le bar à l'ambiance tamisée.
Une fois que les videurs eurent validés sa tenue et le fait qu'il fut bien un homme, Kô se glissa parmi la foule déjà présente, s'imprégnant petit à petit de l'atmosphère qui régnait au Why Not. Un sourire délicatement étiré sur ses lèvres rouges, il se faufila jusqu'au bar, commandant une boisson après plusieurs hésitations. Par choix, Kô ne buvait que très peu, un verre ou deux suffisait pour lui, car il était du genre à davantage apprécier être maître de ses faits et gestes. D'un battement de ces longs cils maquillés, le jeune homme remercia le barman avant de viser une table qui n'était pas trop éloignée de la piste de danse. Son sac tapant doucement contre sa hanche et son cocktail en main, il partit s'y installer. Là, son regard s'évada durant plusieurs minutes sur les corps mouvants, sur la chaleur qui émanait de la foule. A son plus grand bonheur, Kô ne se sentait pas mal à l'aise dans ce lieu, au contraire. Et puis, dans son sac, il conservait un petit carnet de dessins où son crayon de papier ne tarderait peut-être plus à se déposer.
Jambes croisées aux lourdes chaussures compensées (car complexé de son mètre cinquante-cinq), Kô sirotait à peine son cocktail qu'un homme, un peu sortit de nulle part, était assis sur le fauteuil en face du sien. Étonné, il en rit un peu, sa bouche rouge cachée derrière une main vernie. Il haussa un sourcil quand son interlocuteur lui offrit une coupe de champagne en déclarant que c'était un cadeau de la maison. Kô comprit tout de suite qu'il avait sûrement affaire au gérant du Why Not et il se sentit à la fois flatté et irrité de cette attention. Cela se voyait-il tant que ça qu'il mettait les pieds dans le bar pour la première fois ? Néanmoins, le japonais n'allait pas se laisser amadouer avec si peu sans entrer lui-même dans le jeu.

« Il me semble qu'un gentleman décline d'abord son identité avant de demander celle de son interlocuteur, n'est-ce pas ? »

Kô s'était légèrement rapproché du brun par-dessus la table, saisissant sa coupe de champagne après avoir repoussé son cocktail à demi bu. Un sourire espiègle trahissait son interrogation qui se voulait tout de même tranchante. Il rit un peu avant de venir doucement cogner son verre contre celui du garçon en face de lui, colorant ensuite le bord de la coupe de ses lèvres rouges.

« Tu surgis souvent de nulle part comme ça pour aborder les frêles demoiselles ? »

Si le brun en face de lui avait déjà prouvé qu'il savait jouer de ses charmes, il n'allait pas être déçu d'être tombé sur Kô. D'ailleurs, celui-ci sentait déjà l'excitation d'une soirée réussie le gagner. Il avait vraiment bien fait de venir au Why Not.
Park Soo Jung
Park Soo Jung
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Dim 23 Aoû - 21:53
♛ The Earth without Art is just Eh.
Kô + Soo Jung

▼▲▼

Dans ma boîte de nuit, j'étais comme un gamin dans un magasin de bonbons : j'avais envie de lécher toutes les friandises que je voyais. Celle qui me faisait face me paraissait bien alléchante, mon instinct de chasseur était donc en train de se mettre gentiment en place. Oh Il s'activait un peu plus tôt que prévu car je pensais draguer un peu plus tard dans la soirée, quand il y aurait eu plus de monde dans les lieux, mais puisque l'occasion se présentait, je n'allais pas la laisser passer. Ce n'était définitivement pas mon genre.
J’aimais voir de nouveaux visages dans mon établissement. Etant constamment présent dans les lieux, il ne m’était pas difficile de repérer les nouveaux venus. Et celui-ci ne pouvait pas échapper à mon radar. Il était loin de passer inaperçu, d’ailleurs beaucoup de regards se tournaient vers notre table, j’avais bien fait de m’y approcher le premier car cette divine créature ne serait pas restée seule bien longtemps.
D’habitude, j’étais celui qui tendais les pièges pour attraper mes proies mais il semblait que les rôles tout à coup s’inversaient. Son physique hors du commun, tout du moins dans une boite gay, ne pouvait qu’attirer le regard. J’aimais ce qu’il dégageait et ses subtils sourires. C’était le jeu qui commençait, on se rendait sourire pour sourire, regard insistant pour regard insistant. J’étais un homme de défi qui aimait l’excitation que procurait la nouveauté… Ce soir enfin j’allais pouvoir m’amuser un peu. Je sautais d’ailleurs sur l’occasion dès qu’il m’en donna l’opportunité. Sa question, c’était une perche qu’il me tendait…

« Mes yeux ne t’ont pas dit que je n’avais rien d’un gentleman ? » Et mes yeux ne cachaient en rien mes arrières pensées. Je le fixais, sourire en coin, histoire de bien lui faire comprendre que s’il voulait jouer à ce petit jeu, j’étais définitivement son homme. Je le regardais se lever légèrement pour venir faire tinter son verre contre le mien et je prenais ça comme le signal de notre petit jeu qui débutait officiellement. Est-ce qu’il allait vouloir me mettre KO dès le premier round ? J’étais impatient de voir sous quel angle il allait « m’attaquer ».

Le chasseur qui se faisait chasser. Un léger rire s’échappa de mes lèvres à cette pensée. Je ne connaissais rien de plus excitant et cela faisait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Je n’allais pas me plaindre si les rôles, pour une fois, s’inversaient.

« Je surgis dès qu’une adorable créature apparaît… Comment se fait-il que ce soit la toute première fois que je te vois chez moi… Je vais tout faire en tout cas pour te donner l’envie de revenir… »  Je me mordais la lèvre inférieure avant de passer lentement ma langue par dessus. « Alors dis-moi, qu’es-tu venu chercher par ici ? » On ne rentrait jamais au Why Not par hasard. Je ne comptais plus les hommes qui se cherchaient, pas certains de leur véritable orientation sexuelle mais cela ne semblait définitivement pas le cas pour celui qui était assis face à moi. Il savait très bien ce qu’il voulait, c’était du moins l’impression que j’en avais. J’étais curieux, un brin intéressé également par les réponses qu’il allait me donner.
Je portais à mon tour la coupe de champagne à mes lèvres, la buvant d’une seule traite. Ce n’était pas ça qui allait me rendre saoul mais ça allait me permettre de me mettre plus rapidement dans l’ambiance.

« Tu es venu seul ? » demandais-je en regardant subrepticement autour de nous. Mes plans allaient tomber à l’eau si mon bel inconnu était venu avec son petit ami. J’aimais savoir où je mettais les pieds, même si ce n’était pas un peu de concurrence qui me faisait peur, cela mettait au contraire un peu de piment, je ne comptais plus le nombre de fois où j’avais fait rompre des couples tout simplement parce que je n’avais aucune honte à prendre pour cible un mec déjà casé. Arriver à mes fins, voilà tout ce que je recherchais. Et ma proie du jour allait très vite le comprendre…

 
CODAGE PAR AMATIS



even when you leave my bed, you're in my head. you're all i need.
Hitoshio Kô
Hitoshio Kô
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Jeu 27 Aoû - 20:31

Petit papillon aimait voler, se déposer gracieusement en ouvrant ses ailes afin de butiner sur une belle fleur. Parfois cependant, le petit papillon jouait un peu trop près du feu et finissait par s'y brûler les ailes. Qu'en serait-il ce soir-là, auprès du gérant de l'établissement dans lequel il venait faire jouer sa curiosité ? Kô était ainsi, à vouloir s'amuser, depuis plusieurs années. Une mauvaise expérience dans son adolescence l'avait fait changer, l'avait endurci dans un sens, bien que la douleur ne partirait jamais vraiment tout à fait. Il était, sans se l'avouer, probablement toujours sous l'emprise de cette personne qui lui avait fait du mal et il était dans une forme de vengeance envers les hommes. Pourtant, il connaissait son orientation sexuelle et cela ne l'empêchait pas de profiter des diverses situations qui se présentaient à lui. Et, ce soir, face à cet homme, sans doute un peu plus âgé que lui, Kô avait bien l'impression de deviner les intentions qui se tramaient dans son esprit. Alors, pourquoi pas.

« C'est bien dommage, soupira-t-il en exagérant légèrement sa réaction. J'apprécie quand les gentleman prennent soin de moi... Mais je vois que tu sais quand même le faire. »

D'un sourire rouge, ses lèvres s'esquissèrent tandis qu'il y portait sa coupe de champagne une seconde fois. Ce n'était pas l'alcool le plus fort, ni celui qu'il préférait. Kô appréciait siroter longuement un cocktail ou bien se ravir d'un bon whisky. Mais sans excès, toujours dans la mesure, afin d'être maître des événements et de lui-même. Qui sait ce qu'il adviendrait s'il perdait le contrôle. Tintant leurs verres l'un contre l'autre, marquant sûrement le début d'une rencontre et davantage le début du jeu, le plus jeune s'interrogea quelques brèves secondes sur les réelles motivations de son interlocuteur. De nombreux regards curieux étaient tournés dans leur direction depuis plusieurs minutes ; était-ce pour éviter de se faire ravir Kô qu'il était venu le trouver en premier ? Cela était assez flatteur.
Songeur vis-à-vis des questions de l'homme, le blondinet ne répondit pas tout de suite. Ignorant un peu lui-même la vraie raison qui l'avait poussé à passer ces portes, il se contenta donc de répondre :

« Le bouche à oreille fonctionne très bien et je dois bien avouer être curieux par nature. Le Why Not est un endroit envoûtant qui permet aux gens comme moi de se sentir un peu moins étriqués dans la société coréenne », ajouta-t-il en repoussant une mèche de ses cheveux derrière l'oreille d'un geste machinal mais subtil.

Mais qui étaient vraiment les gens comme Kô ? Pouvait-il s'y identifier entièrement ? Kô modelait sa personnalité, apprenant des rencontres qu'il faisait et était capable d'être un vrai caméléon. Un coup de telle manière, le lendemain de telle autre. Il se cherchait sans doute encore, ou peut-être était-ce cette personnalité si compliquée qui reflétait à merveille l'homme qu'il était.
Ses pupilles, surmontées de lentilles de contact qui lui donnaient les yeux bleus, s'attardèrent sur le visage de l'inconnu quand il descendit d'un trait sa boisson. Il avait un visage très bien fait, l'arête de sa mâchoire était très virile tout comme sa pomme d'Adam marquée quand il déglutit. Le jeune homme ne manquerait pas de retranscrire cette image sur ses cahiers de dessins.
Souriant, il se demanda un instant s'il allait mentir à la nouvelle question qui lui fût posée.

« Et si c'était le cas, est-ce que ça changerait vraiment quelque chose à cette soirée ? »

Il cacha sa bouche rouge qui riait doucement derrière une main aux ongles manucurés. C'était agréable de jouer à ce petit jeu. Kô en était clairement dépendant, se rappelant de cette délicieuse soirée passait aux côtés d'un garçon qui avait découvert l'homme qu'il était derrière ses apparences féminines.

« Alors, j'imagine que tu fais partie de la direction de cet endroit ? Est-ce que j'aurais le droit d'entrer dans le carré VIP ? » interrogea-t-il de ses yeux malicieux.

Glissant sa main sur sa coupe, il but un peu plus de ces bulles avant de repousser complètement le champagne. Il était certainement bon, mais trop brut pour ce genre de festivité. Durant quelques secondes, Kô abandonna son regard pour fixer la foule qui dansait à quelques pas de leur table. Tous ces corps mouvants plus ou moins en rythme avec la musique lui donnait envie de griffonner sur son carnet.


fill the void
lately i can't find a beat i used to feel the rush and now i need you to feel the vibe i need you to see the point i need you to feel alive i need you to feel the void

「R」
Park Soo Jung
Park Soo Jung
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Dim 6 Sep - 0:06
♛ The Earth without Art is just Eh.
Kô + Soo Jung

▼▲▼

Mes plans pour la soirée étaient chamboulés suite à ma rencontre avec cette divine tentation. Ce n'était pas dans mon style de commencer la drague aussi tôt durant le service mais il y avait des priorités et celle-ci se plaçait en haut de liste. Je ne loupais jamais une occasion d'allonger ma liste de conquêtes et si je m'y prenais bien, j'étais bien parti pour rajouter un petit bâton dans mon calepin. Ma petite proie semblait bien décidée à s'amuser avec moi, ce qui me plaisait plus que de raison. On n'allait certainement pas nous décerner un award pour la qualité de notre jeu d'acteur car on devinait très clairement nos intentions respectives derrière chacune de nos paroles. Je n'avais pas à m'inquiéter, il semblerait bien qu'on soit sur la même longueur d'ondes lui et moi et que commençait ce petit jeu que les scientifiques de National Georgraphic aimaient appeler "la parade nuptiale". Aucune intention de lui passer la bague au doigt mais le passage entre les draps (ou ailleurs) me paraissait tout tracé…
« Je peux ne pas être gentleman et prendre soin de toi, tu sais…. Il ne tient qu'à toi que je te montre comment… » Et j'en avais des idées dans la tête, surtout quand je commençais à être bien chauffé comme ça. Je souriais une nouvelle fois, ne cachant nullement mes intentions désormais. J'aimais sa façon de s'exprimer et sa voix douce, autant je pouvais paraître rustre et vulgaire (et j'en étais bien conscient) au premier abord, autant il n'y avait que de la douceur dans la façon d'être de ma future proie. Et j'aimais diaboliquement ça, moi qui étais fan du fameux proverbe "Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort"… Je pouvais avoir des surprises enfermé entre quatre murs avec ma divine créature… J'avais hâte de quitter le bar et l'emmener autre part, au gré de ses fantasmes, un couloir à l'écart, mon bureau, peu importe… Mon esprit s'activait maintenant à la façon de lui faire quitter cette banquette et qu'il me suive les yeux fermés destination les étoiles.
« J'aime la façon que tu as de décrire mon établissement. » Je lui étais vraiment reconnaissant pour tous ces compliments. « C'est ce que je souhaitais faire de cet endroit, un lieu où tout le monde puisse enfin être soi, sans se sentir jugé par qui que ce soit… » Moi aussi j'avais subi les brimades et les railleries à cause de mes deux pères et plus tard à cause du fait que j'étais tout simplement gay. Le Why Not était cette maison où je pouvais enfin être moi et où je ne rencontrais que des gens qui acceptaient ce que nous étions : des mecs qui aiment les mecs.
Bien sûr, à bien y regarder celui qui me faisait face, on pouvait se méprendre aisément et c'est ce qui me plaisait dans le challenge de ce soir.  Je n'avais jamais couché avec une fille et ça n'arriverait jamais. Mais coucher avec un mec qu'on méprend pour une fille, ça il fallait que je teste…
Voilà qu'il répondait à ma question par une autre question. Sourire en coin, torse qui se penche par-dessus la table. « Ca aurait pu pimenter encore plus les choses… J'aime dévergonder les gentils garçons casés…. » C'était même devenu une discipline olympique chez moi. Mieux valait ne pas venir en couple au Why Not, vous n'étiez pas sûr de repartir avec votre moitié si jamais j'étais dans le secteur.
« Je suis le gérant de cet endroit, figure-toi… Si tu as fini ton verre, je peux te faire faire un tour des lieux si tu veux…» Je le regardais boire une autre gorgée de sa coupe de champagne et je restais encore obnubilé par cette trace rouge autour de son verre… Je devais être comme les taureaux dans une arène, la couleur rouge m'excitait au plus haut point.
Alors que je levais à nouveau mon regard vers lui, je le vis les yeux perdus sur la foule qui dansait à côté de nous. Je me relevais à nouveau légèrement pour me pencher vers lui par-dessus la table, faisant pivoter d'un geste doux de la main son visage vers le mien. « Hey, le spectacle il se passe ici… » lui dis-je en me désignant du doigt. « Et si on allait faire en sorte que ton rouge à lèvre finisse autour d'autre chose qu'une simple coupe de champagne ? » Niveau finesse on pouvait repasser mais c'était moi, j'allais droit au but sans passer par quatre chemins. J'haussais les sourcils, demandant implicitement son accord. S'il voulait passer une soirée mémorable, il n'avait qu'une chose à faire : me suivre.
 
CODAGE PAR AMATIS



even when you leave my bed, you're in my head. you're all i need.
Hitoshio Kô
Hitoshio Kô
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Mer 9 Sep - 19:18
Kô rajusta quelques secondes son foulard en soie crème qui lui servait de fausse cravate, ses pupilles se relevant finalement vers son interlocuteur. Un sourire au coin des lèvres, il ne put s'empêcher de penser que cet homme, peu importe ce qu'il disait, souhaitait arriver droit au but. Néanmoins, Kô risquait de se montrer à la fois joueur et résistant. N'était-ce pas délicieusement plus agréable de s'amuser de la sorte ? Il s'apercevait bien de cette lueur dans les prunelles du gérant de l'établissement dans lequel il s'était aventuré, comprenait bien sûr les songes qu'il devait avoir à son égard, et en fut une nouvelle fois tout de même flatté. En effet, même si cela n'était qu'une façade le temps d'une soirée, l'étudiant en design se sentait exister un peu plus fort encore. Et qui sait ce que cela donnerait entre les bras experts d'un homme plus âgé ? Un délicat frisson le fit reprendre contenance et offrit un nouveau sourire rouge à son interlocuteur.

« Alors tu peux imaginer que je ne suis pas venu seul, murmura-t-il malgré le bruit de fond, quelqu'un doit me rejoindre... mais je peux peut-être annuler mes plans si tu as de meilleures idées pour poursuivre cette soirée. »

Appuyer sur chaque mot. Instaurer une certaine proximité afin de ne que mieux s'en détacher par la suite. Pris à ses propres pièges, Kô était le premier à souffrir de ces jeux souvent malsains mais tellement addictifs. Certains se perdaient dans les jeux d'argent, dans les paris, dans l'alcool ou la drogue ; lui c'était ça, sa dépendance à lui. Et il se doutait bien que, tôt ou tard, il finirait par s'en mordre les doigts et s'apercevoir que ce n'était pas réellement ça, la vie qu'il désirait. Néanmoins, pour l'heure, il mentait éhontément ne serait-ce que pour donner un petit challenge supplémentaire à son interlocuteur. Décèlerait-il le mensonge derrière ces lippes attirantes ?
Ravi d'apprendre qu'il ne s'était bel et bien par trompé au sujet du plus âgé, le regard de Kô ne put cependant pas éviter de se perdre parmi la foule qui s'agitait autour d'eux. L'endroit commençait à se remplir de minutes en minutes et il songea que tous ces hommes devaient sûrement se cacher afin de passer inaperçus aux yeux de la société coréenne. Le blondinet n'eut néanmoins pas le temps de s'attarder davantage sur cela qu'il sentit la main du brun se déposer sur son visage afin qu'il reporte son attention sur lui. Il ne retint pas son rire quand son interlocuteur se désigna comme le spectacle de la soirée et qu'il apprécierait sans doute quelque plaisir.

« Rassure-moi, combien ont fui après entendu ce genre de propos de la part d'un homme pourtant présenté si élégant ? »

Regard en coin, complice, qui n'était pas effrayé par les perspectives entrevues. Avec une certaine grâce, Kô se redressa, saisissant son sac qu'il déposa sur son épaule. Il s'approcha de son vis-à-vis encore installé à la table et se pencha vers son oreille, laissant son cou à la peau laiteuse à la vue de ses prunelles ardentes :

« Moi, je ne fuirais pas. »

Ou du moins, juste le temps de me retrouver.
Amusé, il se releva et partit se mêler dans la foule. Parmi tous ces corps mouvants, parviendrait-il à le rattraper ? Il n'en doutait pas et son rire cristallin, d'un gamin de six ans jouant une partie de cache-cache, semblait créer une certaine effervescence autour de lui.


fill the void
lately i can't find a beat i used to feel the rush and now i need you to feel the vibe i need you to see the point i need you to feel alive i need you to feel the void

「R」
Park Soo Jung
Park Soo Jung
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Dim 4 Oct - 21:56
♛ The Earth without Art is just Eh.
Kô + Soo Jung

▼▲▼

J'haussais un sourcil, joueur, aimant la façon dont cette divine créature arrivait à jeter à la fois le chaud et le froid. Cette technique de push and pull marchait toujours sur moi, il n'y avait rien de mieux pour attirer mon attention. Il semblait vouloir me déstabiliser mais je n'étais pas né de la dernière pluie… C'était moi qui tenais les rênes de ce petit jeu d'habitude et je n'étais pas contre le fait de les céder pour une fois. C'était même excitant de se trouver de ce côté-là. Et niveau excitation celui-ci venait d'atteindre un nouveau palier quand je l'entendis me narrer que je devais m'imaginer qu'il n'était pas venu seul. Il savait comment pimenter encore un peu plus notre rencontre. Je faisais face à un méchant garçon qui avait bien besoin que je le punisse à ma façon… Il était temps que je lance les hostilités d'une façon plus directe. J'étais lancé et mon taux de patience diminuait aussi rapidement que mon envie de le découvrir augmentait. Alors je lui avais tendu la perche, sans jeu de mot, j'avais bien envie que ses lèvres si rouges et si tentantes viennent se perdre sur mon corps et surtout sur cette partie qui m'était la plus précieuse… Je le vis se mettre à rire, un son cristallin qui avait réussi à percer le bruit de cette foule s'amusant à côté de nous et de cette musique qui faisait palpiter les amplis dans chaque recoin de la salle. C'était un rire joueur, séducteur, aguicheur. Tout ce jeu de séduction l'émoustillait autant que moi et je me mis même à rire à mon tour en entendant sa réponse.
Un autre sourire se posa sur mes lèvres. « Ne fuient que ceux qui sont assez bêtes pour passer à côté d'une telle opportunité… » lui avais-je répondu de ma voix la plus tentatrice. Je connaissais parfaitement ma valeur. Si j'avais un tableau de chasse, je n'étais pas le seul et je savais que j'étais une cible  pour ceux  qui avaient entendu parler de mes prouesses. Je n'avais rien à perdre mais mon vis-à-vis si. S'il ne saisissait pas l'occasion de m'attraper, c'était lui qui serait déçu de m'avoir raté. Il se pencha par-dessus la table et je le vis prendre ses affaires. Je levais un sourcil interrogateur. Est-ce que je venais de le faire fuir ? Alors c'était tout ce qu'il cherchait ? Le plaisir d'allumer et de laisser en plan. Cinq mots sortirent de ses lèvres qui s'étaient lentement approchées de mon oreille. Je sentais son odeur, son parfum envoûtant, perturbant. Ce cou qu'il m'offrait et cette peau sur laquelle j'avais envie de planter mes canines. Mais je ne bougeais pas. On échangea un regard lourd de sens avant que je ne le regarde s'éloigner de la table où nous avions pris place. Un léger rire s'échappa de mes lippes, il venait encore de m'avoir à son petit jeu.
Mais ce n'était pas ainsi que l'on pouvait me déstabiliser. Lorsque j'avais un but en tête, je faisais abstraction de tout le reste. Cette tentation ambulante méritait que je lui accorde de mon intérêt et de mon temps. Je savais qu'au final, je n'allais pas être déçu et que j'allais aller de surprise en surprise. Tapant sur le dossier de la banquette en cuir, je me levais et fendis à mon tour la foule. Des mains se posèrent sur mon torse, des clients qui souhaitaient également que je leur accorde un peu de mon attention mais je n'avais pas le temps. Il fallait que le chasseur retrouve sa proie. Et je la retrouvais à quelques mètres de là, son corps se mouvant au rythme de la musique. J'attrapais sa main et le fis se tourner vers moi avant de lui faire faire un tour sur lui-même. J'attrapais sa taille pour l'amener contre moi, son torse contre le mien, ses cheveux venant chatouiller mon visage et je fis descendre nos deux mains, amenant la sienne derrière ma nuque. Il était petit malgré la hauteur donnée par ses chaussures et je trouvais ça terriblement excitant qu'un si petit bout d'homme soit arrivé à créer un tel incendie dévastateur dans mon esprit.

Mes incisives se plantèrent sur ma lèvre inférieure, la mordillant alors que mon corps se mit à bouger au son de la chanson latine qui passait, parfaitement en adéquation avec la température qui grimpait d'un cran. « Tu m'accordes cette danse ? » murmurais-je, mes iris plantés dans les siens.  Il n'allait plus pouvoir m'échapper aussi facilement désormais…
 
CODAGE PAR AMATIS



even when you leave my bed, you're in my head. you're all i need.
Hitoshio Kô
Hitoshio Kô
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Mer 7 Oct - 20:41
Kô ne savait pas réellement dans quoi il s'aventurait. Il se doutait que l'homme qu'il avait en face de lui était influent, avait du pouvoir, et, quelque part, le plus jeune ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il était dangereux. Mais leur petit jeu avait un arrière-goût de bonheur, quelque chose d'indéfinissable. Il suffisait simplement de tendre la main et de l'attraper entre ses doigts. Il ne fallait cependant pas serrer trop fort au risque d'étouffer soi-même. C'était probablement ce danger qui ouvrait de si grandes possibilités ce soir-là. Kô aimait jouer, aimait plaire et se sentir désiré de la sorte, mais qu'avait vraiment en tête cet homme puissant ? La curiosité avait toujours été l'un des plus vilains défauts du japonais. Cette nuit ne serait pas coutume.
Il n'hésitait alors pas à le provoquer, à le faire tourner en bourrique, à lui échapper pour mieux lui revenir. Que cherchait-il à prouver dans le fond ? Le désir éclairait leurs deux corps, et ne serait-il pas plus simple de s'offrir ? Non. Non, clairement non. Kô voulait continuer de s'amuser, de le charmer de ses sourires aguicheurs, de son corps à la fois si frêle mais qui cachait une force tout à fait plaisante. Il avait cette envie de se sentir vivre à travers le plus âgé. Oui, c'était ça. Le blond voulait se voir en lui, le laisser gagner le temps d'un instant pour mieux s'en départir par la suite. En entrant dans cet établissement pour la première fois, il ignorait tout de ce qu'il s'y passait réellement. Et il était ravi de se dire qu'il ferait partie de ces secrets bien gardés.
Il finit donc par se relever, emportant ses affaires et abandonnant simplement l'odeur de son parfum et son rire cristallin dans son sillage. Il se faufila à travers les corps mouvants, moites, parfois loin d'être sensuels, de tous ces hommes à la sexualité cachée, bridée. Kô faisait partie de ce monde, et ça le rebutait autant que ça l'excitait. Ce fut pour cette raison qu'il fut vite rattrapé par son interlocuteur. Ses pupilles s'ouvrirent en grands quand il le saisit par la main et il se remit à rire, se laissant guider par ce maître - il n'en doutait pas en le pensant. Il savait que ce corbeau avait retrouvé sa proie, cette dernière qu'il était, et que dorénavant, il ne la lâcherait plus avant l'aube. Mais il était bon de se plaire au contraire.
De sa main abandonnée dans la nuque du patron des lieux, Kô glissait ses doigts dans ses petits cheveux, créant une certaine électricité alors qu'il lui demanda de lui accorder cette danse. Il en sourit de plus belle.

« Alors tu as décidé de devenir un gentleman à la place de prendre soin de moi ? Je suis déçu... »

Il le lui avait murmuré à l'oreille, amusé de la situation. Avant de se laisser retomber sur ses semelles compensées, ses lèvres frôlèrent dans un souffle chaud le cou de son partenaire de danse avant qu'il ne se laisse entraîner dans cette chanson latine. Ce n'était pas un son qu'il avait l'habitude de connaître, mais soit, il permettait clairement la proximité et la chaleur des corps.
Mû par ses propres désirs, le japonais usa une fois de plus de ses charmes, plus proche encore du brun. Ils dansèrent ainsi, face à face un instant, avant que Kô ne se retourne, ses bras toujours agrippés autour du cou de l'homme. Ainsi dos à lui, il se mouvait dans un ballet sensuel, entraîné par le rythme de la musique. Pour en rajouter davantage à cette danse, il pencha légèrement sa tête sur le côté, dévoilant de nouveau la peau laiteuse de son cou au danseur collé à lui. Ses pupilles à moitié closes tandis que ses lèvres rouges étaient, au contraire, à moitié entrouvertes, l'étudiant se perdait lui-même dans les limbes de la décadence.
Alors c'était donc ça, le Why Not.


fill the void
lately i can't find a beat i used to feel the rush and now i need you to feel the vibe i need you to see the point i need you to feel alive i need you to feel the void

「R」
Park Soo Jung
Park Soo Jung
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Ven 30 Oct - 23:29
♛ The Earth without Art is just Eh.
Kô + Soo Jung

▼▲▼

Je n'étais pas un symbole de patience et j'en avais pleinement conscience. J'aimais avoir tout, tout de suite, et encore plus lorsqu'il s'agissait d'un homme à mon goût. Je ne pouvais pas dire que la proie de ce soir était pourtant à mon goût. Rien de méprisant derrière ces mots, c'était juste que je n'étais pas le genre d'homme à fréquenter des femmes ou des hommes ayant l'apparence d'une femme. C'était sûrement une grande première pour les habitués du Why Not de me voir en compagnie d'une telle créature mais j'aimais surprendre et être surpris. Mon corps dansant contre le sien, je pouvais enfin l'admirer sous les lumières fluos des néons qui balayaient la salle de part en part. Il y avait vraiment de quoi s'y méprendre, la délicatesse de ses traits, la finesse de son nez, ses yeux, sa manière d'être, il avait dû en duper plus d'un. Je me demandais ce que tout ce cocktail pouvait donner au lit et voilà que ma patience se réduisait une nouvelle fois à peau de chagrin, impatient que j'étais d'aller explorer ce qu'il me cachait là-dessous. En tout cas, il était de charmante compagnie, j'aimais les gens qui riaient, qui semblaient aimer la vie et la croquer à pleine dent. Je devinais pourtant dans ses prunelles une flamme éteinte, comme s'il essayait d'être quelqu'un qu'il n'était pas. Je pouvais aisément comprendre ça, il n'était jamais facile d'être différent en Corée du Sud et c'est pour ça que j'avais créé cet endroit, pour que tout le monde puisse se sentir soi-même sans se sentir jugé par qui que ce soit. Ici, nous l'avions tous cette flamme éteinte dans le regard. Le combat pour que l'on soit vraiment libre n'était qu'à ses balbutiements, pour l'instant on se sentait en sécurité entre ces quatre murs qui permettaient de nous cacher.
Je sentais son corps se rapprocher contre le mien et ma main descendit pour se poser dans la courbure de ses reins. Je lui répondis d'abord par un sourire car ses mots cherchaient à me provoquer et que j'aimais ça.  

« Tu insinues que je ne sais pas ce que je veux ? J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui ne sais pas ce que tu es vraiment venu chercher en entrant ici… »

C'était sa toute première fois dans mon établissement et il ne savait pas le quart de ce qui se passait ici mais chaque homme qui entrait au Why Not cherchait clairement une chose : un autre homme. Un coup d'un soir, l'homme de sa vie. Dans tous les cas, une compagnie.

Je me penchais lentement vers son oreille pour qu'il ne soit que le seul à entendre mes prochaines paroles « Moi, c'est toi que je veux… Est-ce que toi tu veux de moi ? » Je reculais légèrement, lui offrant un autre sourire. On pouvait jouer longtemps à ce petit jeu mais mon impatience me rendait de moins en moins joueur. C'était comme une partie de poker durant laquelle nous n'étions que deux à jouer, je venais de mettre cartes sur table, à lui de me prouver qu'il n'était pas là pour bluffer.

 
CODAGE PAR AMATIS



even when you leave my bed, you're in my head. you're all i need.
Hitoshio Kô
Hitoshio Kô
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty Dim 1 Nov - 12:54
Les mots du patron du Why Not s'insinuèrent doucement dans son esprit, comme les effets d'un alcool trompeur. Oui, qu'était vraiment venu chercher Kô dans cet établissement ? Il l'ignorait. C'était une ambiance particulière, une atmosphère à la fois légère et pourtant si chargée, des personnes inconnues mais qui se ressemblaient sur plusieurs points ; tout cela faisait que l'étudiant de vingt-deux ans était à sa juste place dans ce milieu de décadence. Cela lui plaisait autant que ça l'effrayait mais il n'allait pas reculer. Il ne voulait plus jamais reculer dans sa vie. Alors il allait continuer de jouer, peut-être même encore plus fort que jamais.

« C'est peut-être toi, que je suis venu chercher dans cet endroit... »

Alors que la main de son interlocuteur venait trouver refuge dans le creux de ses reins, il laissa son corps se rapprocher encore davantage de celui du plus âgé. Et du plus grand. Il eut un frisson qui le parcourut aux murmures de l'homme et sa main vint saisir le haut du brun pour faire redescendre son visage vers le sien.

« Je ne partirais pas d'ici tant que tu ne m'auras pas montré de quelle manière tu comptes prendre soin de moi aujourd'hui. »

Parce que demain ce serait peut-être quelqu'un. Parce que demain, Kô ne se laisserait pas prendre deux fois au piège par la même personne. De peur, par jeu, par tout ce qui était impossible pour lui. Mais plus il souriait, et plus il sentait l'homme en face de lui défaillir sous ses propos sous-entendus. Il lâcha alors le haut de sa chemise pour laisser ses doigts fins descendre sur les premiers boutons afin de les tripoter afin de les faire sauter. Juste les deux premiers. Pour languir et faire languir. Le blondinet se doutait de la carrure de cet homme, qu'il pouvait le briser en moins de deux, mais il avait appris à jouer suffisamment pour que ce soit lui qui les brise. Qu'en serait-il de cette personne ? Avec quelle marque Kô ressortirait-il de ce bar ? Tandis que la musique changeait, Kô se recula de quelques pas, l'air mutin et les bras croisés dans son dos. Et maintenant ?


fill the void
lately i can't find a beat i used to feel the rush and now i need you to feel the vibe i need you to see the point i need you to feel alive i need you to feel the void

「R」
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung The Earth Without Art Is Just Eh. ~~~ Kô + Soo Jung Empty
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Joyeuse St Valentin !
Un peu de douceur dans ce monde de brute, c'est l'heure de la St Valentin ! C'est l'occasion pour l'université et la ville de Séoul de faire oublier les malheurs de ces derniers mois. Alors toute la digital city est en effervescence autour du festival de la St Valentin ! Stands en tout genre, atelier d'écriture de lettres d'amour l'après midi. Feu de camp et feu d'artifices le soir. Les étudiants et les citizens auront de quoi s'amuser lors de ce beau dimanche de février.