Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 68d672428bd8d7e61e8a35ff7283df7c942dd0a1DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 66cb95e2441b7724f6a296bf0a782c852eb1452cDJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 R0umlA0qDJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Ac6c25b8b51cd3f1c088fbe21a404f63a3fb1560
Le Deal du moment :
APOSEN Aspirateur Balai, 4 en 1 (A+++)
Voir le deal
51 €

 :: Digital City :: Quartier Sud :: Nightclubs Road
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

DJ comme Dentition Joviale ((sojin))

Bu Beom Gyu
Bu Beom Gyu
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Sam 6 Fév - 22:59
S’il avait su qu’en fermant les yeux cinq minutes, il trouverait la demoiselle dans sa chambre en train de ranger son linge, jamais il ne l’aurait cru. Non seulement la jeune femme lui avait bien fait comprendre qu’elle n’était pas du genre à se laisser faire, mais avec toutes les remarques qu’elle n’avait cessé de lui sortir, il avait reçu une vision d’elle plus dure. Il la voyait comme ces femmes fortes qui ne se laissaient jamais tomber dessus et qui, une fois vexées, ne changeait plus jamais leur point de vue. Il pouvait le comprendre d’un côté, surtout lorsqu’il se rappelait de ses propres actions dans cette petite salle de la boite de nuit. Mais cette vision qu’il eut alors d’elle, pliant son linge alors qu’il n’avait rien demandait, ni même le méritait, était très étrange. Jamais personne ne lui avait plié son linge auparavant. Pas même les femmes qui s’étaient occupées de lui après l’arrestation de son oncle. Pourtant, il n’avait fait aucun commentaire, préférant redevenir taquin en lui sortant une phrase qui la fit rougir. Beomgyu devait bien avouer qu’il ressentait une petite fierté dans la poitrine en voyant la réaction de Sojin. C’est toi qui est venue dans ma chambre pourtant. Il ne demanderait pas pourquoi elle était venue, ni même pourquoi elle pliait son linge. La curiosité était présente pourtant.

Revenant dans le salon, le musicien était parti récupérer son clavier dans son studio pour le poser sur la table débarrassée. Il était encore trop tôt pour laisser la jeune femme (il venait de la rencontrer!) entrer dans son studio, son espace privé et la pièce avec le plus de personnalité. Bien, alors faisons de la musique. Sauf que lorsqu’il se retourna vers son clavier, il fut perdu. Comment pouvait-il enseigner de la musique à une sourde ? Quelle méthode devait-il utiliser ? Comment lui faire comprendre les sons, les tonalités ? Le rythme était le plus facile, peut-être pouvaient-ils commencer par ça. Tu es bien curieuse. Il ricana légèrement, ayant l’impression que Sojin voulait découvrir à tout prix la raison pour laquelle il connaissait le langage des signes. Je n’ai jamais enseigné la musique à quiconque. Car même avec des personnes qui entendaient parfaitement, il n’aurait jamais eu la patience d’enseigner. Il n’était pas pédagogue, loin de là et était trop mal à l’aise avec les inconnus pour le faire. Mais ne prends pas la grosse tête parce que j’ai accepté pour toi. Surtout que je n’ai aucune idée de comment m’y prendre. C’était comme s’il laissait tomber certaines barrières, se sentant de plus en plus à l’aise avec la demoiselle. Il devenait plus honnête, partageant ses pensées sans réfléchir. Il devait pourtant se rappeler qu’elle était la petite sœur d’un policier, chose très risqué pour Beomgyu qui devait s’en tenir le plus éloigné possible.
Il mit bien dix bonnes minutes, à pianoter sur le clavier, jouant avec les touches blanches et noires, alors qu’il cherchait comment s’y prendre. Finalement, il eut peut-être une idée, se leva et revint avec deux petites enceintes qui tenaient dans les mains. Il les plaça dans celles de Sojin, gardant sa main sous celle de la demoiselle alors que son autre main libre allait activer de la musique depuis son téléphone. La musique était assez forte pour être ressentie par des vibrations, allant jusqu’au cœur de Beomgyu. Ses voisins allaient râler mais tant pis. Tu n’entends pas la musique, mais est-ce que tu la ressens ?


♪ MUSIC IS
EVERYTHING TO ME ♪


I've been dealin' with some things like every human being and really I didn't sleep much last night. "I'm sorry", that's fine, I just think I need a little me time. I just think I need a little free time, little break from the bus rides. Last year I had a breakdown, thoughts tellin' me I'm lost gettin' too loud.
Bae So Jin
Bae So Jin
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mar 9 Fév - 15:44
❖ Bae So Jin Ft. Bu Beom Gyu
DJ comme Dentition Joviale


Si je suis généralement de nature méfiante, je considère avoir fais beaucoup de progrès avec cet inconnu que j'ai suivi jusque chez lui dans l'espoir d'en apprendre davantage sur son monde; la musique. Je dois avouer que, au départ, j'avais principalement lancé l'idée pour le coincer et le faire réagir. Il ne s'est pas insurgé comme je l'aurais cru lorsque j'ai lancé l'idée, même si j'avais lu beaucoup de confusion dans son regard. Maintenant, je suis définitivement curieuse de voir de quelle façon il comptait s'y prendre. Peut-être est-ce d'ailleurs ce à quoi il réffléchissait en fermant les yeux pour quelques minutes.

J'en profite pour explorer et ranger un minimum ce qui me donne bonne figure en accomplissant une bonne action tout en me permettant de fouiller dans ses affaires personnelles sans susciter ses reproches. Il me surprend d'ailleurs en à plier ses vêtements et je peux encore lire la même confusion dans son regard. J'en conclus qu'il ne s'attendait certainement pas à ce que je me préoccupe de son bordel que je trouve pourtant insupportable. Je ne suis pas du genre à nettoyer tout compulsivement mais je trouve dommage de gâcher un si bel appartement avec ces traîneries.

Je ne relève pas sa réplique suivant celle ayant provoquée des rougeurs sur mon visage. Je me demande s'il croit réellement que je suis venue dans sa chambre avec un espoir quelconque. Il peut se méprendre à mon sujet suite à ma réaction au club, un peu plus tôt. S'il n'avait interrompu son jeu stupide, je me demande jusqu'où je me serais rendue. Soli disparaît pour revenir avec son équipement et je m'installe près de lui tout en maintenant une distance raisonnable. Il semble complètement perdu ignorant sans doute par où commencer. Il me confirme d'ailleurs, en répondant à ma question, n'avoir jamais enseigné à des personnes malentendantes et ne pas savoir comment s'y prendre. Un sourire amusé se dessine sur mon visage.

Pourtant, depuis notre rencontre, j'ai l'impression d'être un défi pour toi.

Même si on ne se connait que depuis quelques heures, je ne cesse de le mettre dans des situations qui semblent le rendre inconfortable. C'est sans compter ma curiosité insatiable qu'il ne semble pas particulièrement apprécié.

Je le regarde s'activer sur son clavier pendant un moment qui me semble être une éternité. Je n'ai aucune idée de ce qu'il fait et je me contente de l'observer, chaque détail de son visage alors que son expression trahie son nivea de concentration. Je réalise qu'il a l'air plus jeune que je ne l'aurais cru, sans doute grâce à une bonne génétique, j'en déduis.

Finalement, au bout de longues minutes, Soli disparaît à nouveau pour revenir avec deux petites enceintes. Il vient les placer dans mes mains et je le regarde avec curiosité. Si je sens les vibrations de la musique dans les clubs ou certains magasins où la musique joue à pleine puissant, je me demande comment de si petits appareils peuvent reproduire la même sensation. C'est cependant avec surprise que je sens les enceintes vibrer au rythme d'une musique que je n'entends pas au creux de mes mains. Lorsque le dj me demande si je la ressens, je souris en acquiesçant vivement, impressionnée par la puissance de ces petits haut-parleurs. Je réalise au même moment que les mains du jeunes hommes sont placées sous les miennes et mon visage prend à nouveau une teinte rosée. Je penche légèrement la tête en essayant de me montrer particulièrement intéressée par les enceintes pour éviter qu'il ne remarque mon embarras. Mis à part mon grand-père et mon frère, je n'ai jamais réellement eu ce genre de contact avec un autre homme. Enfin, si, une fois, mais j'en garde un très mauvais souvenir.

Le désavantage avec cette façon d'apprendre c'est que je ne peux pas utiliser mes mains pour communiquer. Lorsque je sens mon corps reprendre peu à peu une température normale, je relève enfin les yeux sur Soli et tente de lui faire comprendre avec mon regard que je veux en savoir davantage. Quel genre de musique fait-il jouer? Quelle est la différence entre un style et un autre?



@bu beom gyu
⇜ code by bat'phanie ⇝


DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 I0wNH3dB_o
Bu Beom Gyu
Bu Beom Gyu
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Sam 13 Fév - 22:55
Il était complètement perdu. Jouer les professeurs n’avait jamais été dans ses plans et encore à présent, il n’avait pas envie de le faire. Or, ce n’était pas comme s’il avait le choix, or cette demoiselle l’intriguait bien plus qu’il n’oserait se l’avouer, voire qu’il oserait l’avouer tout haut. Perdu dans son silence, il cherchait une solution, car s’il pouvait essayer de lui faire comprendre les rythmes, il ne voyait vraiment pas comment lui faire comprendre les tonalités, les mouvements, les subtilités. Il était plus simple de commencer par de la musique populaire, cependant, ce que les célébrités coréennes dévoilaient au grand publique. Mais Beomgyu, ayant un faible pour la grande musique, n’avait pu s’en empêcher. Il leva les yeux, fixant ceux de Sojin alors qu’un sourire en coin de dessinait sur ses lèvres. Elle était plus qu’un défi pour lui, elle était de l’agacement, mais en même temps une distraction, elle était la froideur et la colère, mais en même temps la douceur et l’espièglerie. Alors, il était facile de perdre ses repaires avec elle, ce qui était plus dramatique alors qu’il était dans son propre appartement. T’as de la chance, j’aime relever les défis. Ce qui était en partie vraie, car Beomgyu était un travailleur dans l’âme, il n’aimait pas ne rester à rien faire, et il devait sa réussite à ça. Cependant, il était aussi parfois très paresseux et s’il avait décidé de ne pas travailler, alors il ne lèverait pas même le petit pouce. Pourtant, ce défis, celui d’enseigner la musique l’intéressait. C’était de sa passion dont il s’agissait, de ce qui le maintenait en vie, alors il ne pouvait faillir. Pianoter sur le clavier l’aidait à réfléchir, mais ce n’était pas ça qui allait réellement l’aider. Alors il se leva pour aller chercher deux petites enceintes qu’il place dans les mains de la demoiselle. Il avait fait passer une musique agressive, électronique avec une progressivité sur la psytrance. Les rythmes était marqué, bien que rapide, le battement par minutes se plaçant presque sur la barre des deux-cents. C’était peut-être trop rapide, il se dit et changea pour de la techno, qu’il aimait moins, mais dont le rythme était plus facilement distinguable.

Levant de nouveau son regard de son téléphone, il vit le rouge qui se dévoilait sur les joues de Sojin. Aussitôt, son sourire taquin réapparut sur ses lèvres, brisant tout signe de sérieux. C’est pas le moment pour tomber amoureuse de moi, je ne fais que te tenir les mains. Il tentait, comme il pouvait, de lui rendre la pareil de ses mots, de ses attaques, passant alors par de la taquinerie. Néanmoins, il ne pouvait passer à côté du regard curieux qu’il voyait chez la demoiselle. Or, il cherchait encore comment s’y prendre pour expliquer au mieux ce qu’était la musique chez la sourde. Mais avant, il se pendant une question qu’il aurait peut-être dû se poser bien plus tôt. Tu es sourde de naissance ? Il n’avait pas souvenir que la demoiselle lui ait mentionné ce détail et si c’était le cas, ça arrivait d’oublier. Mais ça changeait tout pour lui car, si elle eut l’ouïe un jour, elle avait forcément entendu de la musique et il était donc plus facile pour le coréen de partir dans ses explications sans risquer de la perdre. Cependant, si ce n’était pas le cas, ça compliquait tout. Ça, c’est de la techno. Musique électronique. Lâchant les mains de la demoiselle, il se tourna vers son clavier pour taper trois notes avant d’appuyer sur divers boutons qui mettait en boucle un rythme qu’il venait de créer. Encore une fois, il monta le volume jusqu’à créer une vibration plus fort puis pris la main de Sojin pour la placer au dessus de l’endroit où le son sortait. C’est un rythme lent, BPM 135. et pour montrer qu’il parlait bien du battement par minute, il pointa vers son propre cœur. Mais peut-être que la musique électronique ne t’intéresse pas. Il appuya sur un bouton qui arrêta le son. Il y a quelque chose vraiment que tu veux savoir, ce soir ? Et me dis pas que c’est moi. De nouveau avec son sourire taquin, il ne put s’empêcher de remettre une mèche de cheveux derrière l’oreille de la demoiselle.


♪ MUSIC IS
EVERYTHING TO ME ♪


I've been dealin' with some things like every human being and really I didn't sleep much last night. "I'm sorry", that's fine, I just think I need a little me time. I just think I need a little free time, little break from the bus rides. Last year I had a breakdown, thoughts tellin' me I'm lost gettin' too loud.
Bae So Jin
Bae So Jin
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mar 16 Fév - 4:11
❖ Bae So Jin Ft. Bu Beom Gyu
DJ comme Dentition Joviale



Je ne peux faire autrement qu'interpréter ses mots comme une sorte de compliment. Certes, il est possible que je sois complètement de la plaque, ce ne serait pas la première fois. J'essaie malgré tout de me concentrer sur la sensation que procure la vibration des enceintes dans mes mains et qui me rapelle celles que je ressens dans les boîtes de nuit. C'est chaotique, je me demande si les sons sont réellement agréable à entendre. Après quelques secondes, je sens le rythme ralentir et je comprend que Soli a sans doute changé le son pour quelque chose de plus répétitif et facile à distinguer.

Mon visage commence peu à peu à reprendre des couleurs normales et pourtant, c'est ce moment que le jeune homme choisit pour finalement reposer son regard moi et mon embarras ne semble pas passer inaperçu. Sa remarque n'arrange d'ailleurs pas la situation. Soit il se joue de moi, soit il a l'habitude de faire de l'effet à la gente féminine ce qui lui donne l'assurance nécessaire pour faire ce genre de commentaire. Mon sens de la répartie me fait soudainement défaut mais, heureusement, il détourne rapidement la conversation vers un autre sujet. Consciente que ma réponse risque de lui rendre la tâche plus difficile, je dépose tout de même les enceintes sur mes genoux pour pouvoir lui répondre.

Oui, je suis née comme ça.

C'était mieux ainsi, en quelque sorte. Il est plus facile d'accepter mon handicap en ne sachant pas comment la vie était plus simple en possédant ce sens généralement inné. Soli m'explique finalement qu'il s'agit de musique électronique. Lorsque j'écoute des films et des dramas et que les scènes se déroulent dans les clubs, c'est généralement le genre de musique que les sous-titres m'indiquent. Il prend à nouveau ma main pour la placer sur les enceintes en comparant le rythme de la musique à celui de son coeur. J'acquiesce et tente de me concentrer sur ses mots plutôt que sur le contact jusqu'à ce qu'il coupe le son et la sensation qui l'accompagne.  Je le regarde à nouveau alors qu'il me demande ce que j'aimerais apprendre en prenant soin de placer une autre de ses remarques qui se veulent moqueuses. Je sursaute légèrement en sentant sa main près de mon visage alors qu'il replace une mèche de mes cheveux. J'ai l'impression d'être en compagnie d'une personne complètement différente de celle qui m'a intercepté au club un peu plus tôt. Je ne sais pas ce qui me prend mais, malgré ses taquineries, mon instinct me pousse à faire quelque chose qui ne me ressemble absolument pas. Je dépose à nouveau l'enceinte près de son clavier et j'approche mon visage du sien jusqu'à ce que nos lèvres se touchent. C'est à mon tour cette fois de forcer le contact mais de façon bien différente. Contrairement à Soli, je fais durer l'instant et approfondi même le baiser en glissant mes mains sur son visage. Je rompt finalement le contact au bout de quelques secondes et m'éloigne légèrement de lui, reprenant ma place initiale. Incapable de le regarder pour l'instant, je prends tout de même la peine d'expliquer mon geste imprévisible.

C'est ce que tu voulais non? Après toutes ces remarques.

J'ose finalement le regarder avant de reprendre:

Pour répondre à ta question, je veux savoir la musique que tu aimes. Pas celle que tu es forcé de jouer dans les boîtes nuit mais celle qui te passionne.



@bu beom gyu
⇜ code by bat'phanie ⇝


DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 I0wNH3dB_o
Bu Beom Gyu
Bu Beom Gyu
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mar 16 Fév - 22:14
Pour le grand public, la musique était quelque chose qui s’écoutait, qui permettait de faire ressortir ses émotions, ou des souvenirs. Or, pour Beomgyu c’était bien au-delà de ça car, c’était sa libération, ce qui lui maintenait la tête hors de l’eau, ce qui mettait l’air dans ses poumons. C’était des vibrations très légères de l’air qui touchaient les tympans et était traduites par le cerveau. Il était donc, logiquement, normal pour quelqu’un dont l’appareil auditif eut été endommagé, de ne pas avoir accès à cette traduction. Pourtant, les vibrations restaient des vibrations et tout le corps ressentait la musique. Le musicien se souvenait d’avoir lu des articles qui parlaient de musicothérapie, qui fonctionnait seulement par des vibrations et qui affectait aussi les sourds. Alors, il n’y avait pas de raison qu’il ne réussisse par à enseigner la musique à cette jeune femme. Jouer avec ces dites vibrations était la clef, il espérait. Alors il s’essayait avec la demoiselle, comme il pouvait. Ce n’était que son premier essai, après tout. Il changeait les tempo, tentant d’expliquer au mieux de quoi il s’agissait. Pour lui, tout était naturel et évident, et Beomgyu avait beaucoup de mal à garder en tête que cette Sojin n’avait jamais entendu de musique de sa vie. Jamais il ne pourrait s’imaginer sourd lui-même. Le coréen se retrouverait dans un silence bien trop bruyant, bien trop effrayant, bien trop cruel. Comme un petit enfant, il serait apeuré. Mais ne disait-on pas que l’on ne pouvait regretter les choses que l’on ne connaissait pas ? Il avait mis, à travers ces enceintes, ce qu’il pensait serait le plus facile à comprendre le rythme. Or, un regard vers la demoiselle, et il n’avait pu s’empêcher de replacer une mèche de cheveux chez la jeune femme. Il était d’humeur taquine, retrouvant presque son enfance manquée et voulant continuer son petit jeu plus tôt (bien que, cette fois, il gardait en mémoire de garder ses distances pour ne pas se retrouver dans la même situation que lorsqu’ils étaient dans la boite).

Il fut d’abord surpris, son regard dévoilant l’émotion. Il était sur le point de demander à Sojin si elle souhaitait arrêter, la voilant déposer les enceintes sur la surface. Cependant, il n’eut le temps de rien alors qu’elle captura ses lèvres. C’était plus long, plus efficace et surtout mieux réussi que le baiser qu’il avait forcé à la boite de nuit. Finalement, elle s’éloigna. Ce n’était pas assez, ou déjà de trop, Beomgyu ne saurait dire. C’était la jeune femme qui avait commencé ce baiser et, se demandant si ses taquineries depuis le début n’étaient pas une vérité, le musicien fut coupé dans sa pensée. Il aurait presque eut l’envie de recommencer, de goûter plus à ses lèvres qu’il avait trouvé délicieuses. Seulement, la remarque qui s’en suivit lui coupa toute envie. Il se leva d’un bon, manquant de bousculer la demoiselle, le clavier et les enceintes avec. « Elle se fout de ma gueule.. » Marmonna-t-il, sachant qu’il se serait pas entendu.

« Tu me prends vraiment pour quelqu’un de mauvais, n’est-ce pas ? »

Cette fois, il ajouta les gestes pour communiquer à la parole. Il sentait la colère monter, sans trop comprendre pourquoi cette exagération dans sa réaction. Il était déçu ? Peut-être. Déçu d’être de nouveau affiché comme le prédateur sexuel qu’il avait tenté d’être pour l’intimider. Or, il était passé à autre chose, et pensait que cette histoire était finie. Il ne faisait que la taquiné, ne supportant pas de lui laisser le dernier mot à chaque fois.

« Je t’ai forcé, tu m’as forcé, on est quitte maintenant. »

Sa fierté en prenait un coup, il avait envie de fuir dans son studio pour s’y enfermer le temps de calmer ses esprits. Il était stupide, beaucoup trop stupide et son orgueil ne le supportait pas.

« Si tu veux, tu peux rentrer chez toi. »

Il fit quelques pas, pour revenir en arrière, pour repartir, ne sachant pas où aller. Finalement, il revint en arrière, s’accroupit de nouveau et redéposa ses lèvres sur celles de Sojin. Il y mit plus de force, à tel point qu’il se mordit la lèvre par accident, la faisant saigner. C’était beaucoup mieux que leur premier baiser échangé, qui avait lui aussi été initié par le musicien. Cependant la colère subsistait et Beomgyu se leva de nouveau et prit cette fois la direction de son studio pour s’y enfermer.


♪ MUSIC IS
EVERYTHING TO ME ♪


I've been dealin' with some things like every human being and really I didn't sleep much last night. "I'm sorry", that's fine, I just think I need a little me time. I just think I need a little free time, little break from the bus rides. Last year I had a breakdown, thoughts tellin' me I'm lost gettin' too loud.
Bae So Jin
Bae So Jin
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mer 17 Fév - 0:25
❖ Bae So Jin Ft. Bu Beom Gyu
DJ comme Dentition Joviale


Je ne sais pas si j'oserais avouer un jour que ce baiser, je l'avais initié par envie, utilisant les taquineries du jeune homme pour prendre les devants. J'avais eu un aperçu de ce que la sensation pouvait procurer avec Soli à la boîte de nuit mais les circonstances actuelles étaient plus agréables parce que j'imposais moi-même le rythme. En m'éloignant, j'ai l'impression que je ne suis peut-être pas la seule à avoir apprécié même si je ne peux m'empêcher de justifier mon geste, trop embrassée pour admettre que je satisfaisais mon propre désir. C'est pourtant avec surprise que je vois Soli se relever sans se soucier de son propre équipement. Je sais que d'agir de la sorte sans le consentement de l'autre risque de susciter ce genre de réaction et je réalise que j'ai peut-être mal interprété ses nombreuses taquineries ainsi que son langage non verbal. J'ai honte, je dois l'admettre. Je m'apprête à attirer son attention à nouveau pour m'excuser mais il me devance. Sa colère est palpable alors que c'est la confusion qui peut maintenant se lire sur mon visage. Je secoue vivement la tête, ignorant comment il pouvait en venir à une telle conclusion. Pourquoi aurais-je osé un tel geste si je le croyais si mauvaise? Je ne l'aurais jamais suivie jusque chez lui. Il poursuit en évoquant l'incident du club et je réalise soudainement qu'il ne désirait pas ce baiser, tout compte fait. J'ai du mal à accepter le fait que je me sois abaissé à un tel niveau, à forcer quelqu'un qui n'était visiblement pas consentant. Je joins mes mains ensemble pour l'implorer de ne pas m'en vouloir. Mon but n'était pas d'être quitte avec lui. Décidemment, je suis douée pour me coller des réputations indésirables. Lorsqu'il me dit de rentrer chez moi, c'est la panique qui s'en prend à moi, un sentiment de finalité fatale que je n'ai pas anticipé. Se justifier dans ce genre de situation est particulièrement frustrant pour une personne comme moi parce qu'il est parfois difficile d'obtenir l'attention de l'autre personne. Lorsque je me dispute avce mon frère, par exemple, il n'a qu'à me tourner le dos pour mettre fin à toute conversation, me coupant ainsi de toutes possibilités de m'exprimer.

Alors que je cherche la meilleure façon d'obtenir à nouveau son attention, Soli se retourne pour revenir vers moi et pose ses lèvres sur les miennes à son tour. Je ne le repousse pas malgré mon incompréhension. Le baiser est moins délicat que les précédents et il mord ma lèvre au passage. Instinctivement, je porte ma main vers celle-ci alors qu'il disparaît pour de bon dans la pièce où il avait récupéré son équipement un peu plus tôt. Je devrais partir, ce serait tellement plus simple. Pourtant, je n'y arrive pas. Malgré l'attitude brusque de Soli, je ne peux m'empêcher de le voir comme un enfant dans un corps d'homme ou un petit animal sauvage qui ne cherche qu'à être apprivoisé. J'hésite un instant et décide finalement de me diriger, à mon tour, vers cette pièce. Je frappe deux fois à la porte avant d'oser l'ouvrir, espérant qu'elle ne soit pas verouillée. À mon plus grand soulagement, elle ne l'est pas. Je ne suis pas surprise de découvrir ce qui s'y trouve mais je dois avoué être impressionnée par son équipement et la disposition bien que je n'y connaisse absolument rien. Je ne m'y attarde pas plus longtemps, de peur qu'il me ferme aussitôt la porte au visage et je me dirige vers lui d'un pas rapide, lui empoignant les mains pour l'empêcher de faire quoi que ce soit. C'est donc en utilisant ma voix que je cris, plus forte que je ne l'aurais voulue:

Écoute moi !

Écoutez étant une façon de parler, évidemment. Je relâche finalement ses mains pour enfin pouvoir m'exprimer, ce qui me demande plus de courage que je ne l'aurais cru:

Je sais que tu n'es pas mauvais. Je ne suis pas stupide, si c'était le cas, je serais déjà chez moi ou la police serait à tes trousses.

Nous sommes insécures tous les deux, à notre façon. Lui qui doit pourtant avoir du succès auprès des femmes, il semble croire que je joue avec lui.

Il faut que tu arrêtes de me voir comme une victime. Et ne crois pas que j'embrasse n'importe qui comme ça, par vengeance.

Je baisse les yeux, incapable de le regard en signant les mots suivants:

J'en avais envie, je suis désolée. Je ne voulais pas te forcer à faire quoi que ce soit.

Je sais que ses manières brusques auraient fait fuir n'importe qui. Pourtant, avec lui, c'est la première fois que j'ai l'impression qu'on ne me prend pas en pitié, qu'on me voit comme une adulte responsable de sa personne. Pour l'une des premières fois, je me sens comme une femme.




@bu beom gyu
⇜ code by bat'phanie ⇝


DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 I0wNH3dB_o
Bu Beom Gyu
Bu Beom Gyu
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Sam 20 Fév - 10:51
Un enfant, un vrai gamin qui n’assumait pas ses actes. Il osait se vexer pour ce qu’il venait de se passer alors qu’il avait tenté pire plus tôt, afin d’effrayer la jeune femme. Pourtant, il avait en tête l’idée de lui enseigner sérieusement la musique. Peut-être s’était-il laissé emporter, une force d’habitude ou juste l’appréciation de la beauté pure, mais est-ce qu’elle l’aurait embrassé s’il n’avait pas remis cette mèche de cheveux ? Alors qu’il n’avait plus rien tenté d’autre comme approche. Il avait pensé qu’ils étaient sur les mêmes bases, à coup de taquineries, à coup d’un minimum de respect envers l’autre malgré leur rencontre. Beomgyu s’était calmé très rapidement devant la jeune femme et avait bien compris que son jeu de dominance ne marcherait pas avec elle. Et pourtant, il avait retenté. Alors qu’il n’avait pas désiré finir celui qui était surpris par le baiser, alors qu’il n’avait pas l’envie de rester dans cette pièce tout à coup si… Blanche. Il avait rendu le baiser, de manière plus agressive, comme s’il cherchait à démontrer qui était encore celui qui contrôlait ce jeu entre eux. Or, cela faisait quelques minutes déjà que le musicien ne contrôlait plus rien. La musique était son contrôle et tout allait bien jusqu’à ce baiser qui l’en avait détourné. La fuite, donc. C’était sa meilleure solution. Il ignora l’ouverture à sa lèvre, il ne saignait déjà plus, et s’enfuit dans son studio, sa zone de confort. Il s’assit sur le siège à roulettes, un fauteuil d’un qualité incroyable et qui permettait d’y être confortablement installé pendant des heures, puis lança le premier son qui était sélectionné sur son ordinateur, laissé près de la table de mixage. C’était Mendelssohn, un concerto pour violon et orchestre, l’opus 64. Déjà, il se sentait plus calme lorsque les premières notes du violon retentirent. Déjà, il prit une grande inspiration et ferma les yeux afin de s’imprégner au mieux la musique. Il avait besoin de respirer et ces mouvements rapides et enchaînés des notes du violon l’aidaient à trouver un rythme.

Il sursauta lorsqu’on lui attrapa les mains, sortant aussitôt de sa rêverie, de son monde de la musique, de sa zone de confort. Il rouvrit les yeux, et remarqua que Sojin l’avait suivi jusque dans son studio. Il allait ouvrir la bouche, prêt à lui dire de dégager, qu’elle n’avait rien à faire dans cette pièce, qu’elle ne pouvait pas tout se permettre comme lorsqu’elle était allée dans sa chambre sans permission. Il fut cependant coupé dans son élan alors que la voix de la jeune femme couvrit, le temps d’une seconde, les violons sous Mendelssohn. Il l’avait pourtant déjà entendu cette voix, qui avait été coupée par le son de la boite de nuit beaucoup trop fort pour l’avoir entendue clairement. Mais cette fois, c’était Sojin qui avait été au-dessus de la musique et non plus l’inverse. Beomgyu avait envie de lui répondre, pourtant ses mains étaient toujours coincées dans celles de la demoiselle.
Peut-être es-tu stupide à croire que je ne suis pas mauvais. Pas qu’il pensait être le ‘bad boy’ de l’histoire, il serait incapable de faire du mal à une mouche, mais sa vie n’eut pas été toute rose. De plus, il flirtait un peu trop avec des mondes dangereux, bien que son oncle avait tenté de l’en préserver. Ce n’était pas faute de continuer de commettre des petits délits dans tous les sens pour s’amuser, son oncle avait anciennement fait partie de la mafia et rien que pour ça, être proche de Beomgyu pouvait être dangereux. Alors pourquoi moi ? Je t’ai dit de ne pas tomber amoureuse. S’il l’avait d’abord communiqué dans la taquinerie, cette fois, il était sérieux.

Las, il soupira. Il reprit les mains de la demoiselle et tous les deux ils sortirent du studio, que le musicien ferma, cette fois, à clefs. Il avait une limite à ce qu’il pouvait supporter dans cette pièce. Tu n’es pas une victime mais si j’étais encore plus salaud, tu l’aurais été. Il ne lui accorda même pas un regard, encore honteux de savoir qu’il s’était forcé, ou avait tenté. Finalement de retour dans le salon, le regard de Beomgyu se posa sur le clavier, se demandant si ça valait le coup de reprendre la leçon, ou s’il serait plus prudent qu’ils s’arrêtent là pour ce soir. Il se faisait déjà tard et son téléphone portable sur la table lui indiqua que la matinée était déjà avancée. Il se fait tard. C’était comme s’il n’osait pas de lui demander de rentrer, mais en même temps, la fuite était ce que faisait de mieux le musicien dans les situations qui devenaient trop sérieuses. Je pourrais te proposer à boire, mais je ne voudrais pas que ça dérape. Quoi qu’il arrive, je ne te toucherai plus ce soir. Une manière de s’excuser, entre autre. Si Beomgyu n’était pas dérangé par échanger une nuit avec des inconnus, il ne voulait pas empirer les choses avec Sojin si l’atmosphère se prêtait à la situation.


♪ MUSIC IS
EVERYTHING TO ME ♪


I've been dealin' with some things like every human being and really I didn't sleep much last night. "I'm sorry", that's fine, I just think I need a little me time. I just think I need a little free time, little break from the bus rides. Last year I had a breakdown, thoughts tellin' me I'm lost gettin' too loud.
Bae So Jin
Bae So Jin
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Lun 22 Fév - 20:03
❖ Bae So Jin Ft. Bu Beom Gyu
DJ comme Dentition Joviale



Évidemment, Soli semble contrarié que j'ai osé le dérangé dans cette pièce qu'il semblait vouloir protéger du regard des inconnus, dont le miens. Je m'ai pourtant pas hésité à le retrouver et je m'empresse d'attirer son attention et d'enchaîner mes gestes à une vitesse record avant qu'il ne puisse réagir. Sa réponse me déstabilise et me contrarie à la fois. D'abord, il insinue que je suis stupide et ensuite, il interprète mon intérêt envers lui comme étant des sentiments amoureux. Pour qui se prend-il? Je fronce légèrement les sourcils même si j'ai l'impression qu'il est peut-être, au final, plus observateur que je l'aurais cru.

Je ne suis pas stupide. Je sais que tu n'es pas mauvais. Tu as eu plus d'une opportunité de me prouver le contraire.

Certes, en sachant que j'ai un frère policier, il est possible que ses plans initiaux aient changés mais, quelque chose me dit que Soli n'a rien à voir avec l'image qu'il tente de dégager. Au risque de me répéter, je le perçois comme un être innocent et doux qui joue au dur.

Et je ne suis pas amoureuse...

Je détourne légèrement le regard, embarrassée par ce geste que je n'ai jamais communiquer dans un contexte de ce genre. Il m'entraîne finalement hors de son studio qu'il prend soin de fermer à clé à ma plus grande surprise. Il ne me fait pas confiance, je ne peux pas lui en vouloir. J'ai dépassé les limites de son intimité. J'en profite pour jeter un coup d'oeil à l'extérieur et constate que la nuit est bien avancée. Si je rentre à une heure pareille au dortoir, on risque de me demander des explications. Il vaut mieux pour moi d'attendre le levé du jour et prétendre avoir passé la nuit avec ma famille. Je repose finalement mon attention sur Soli que j'ai du mal à regarder dans les yeux après les derniers évènements. J'ai honte de mes agissements, en particulier parce que j'ai osé lui démontrer un certain intérêt alors que visible, lui n'en a aucun. Il a néanmoins la décence de ne pas en profiter pour se moquer de moi comme certains l'ont fait par le passé mais ça n'empêche pas mon égo d'être blessé.

C'est bon Soli, tu n'a pas à en rajouter j'ai compris. Tu n'es pas intéressé.

Je ne suis pas une grande buveuse en temps normal mais je dois avouer qu'un peu d'alcool ne me ferait pas de mal pour me détendre et faire passer ma frustration mêlée à la honte. Agacée, je ne peux m'empêcher d'ajouter:

Et pour ton information, ce n'est pas parce que j'ai eu envie de t'embrasser que cela signifie que j'ai des sentiments pour toi. Redescends sur terre, on a tous des besoins. Moi y compris.





@bu beom gyu
⇜ code by bat'phanie ⇝


DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 I0wNH3dB_o
Bu Beom Gyu
Bu Beom Gyu
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mar 23 Fév - 22:28
Il eut un léger rictus, très peu convaincu par la réponse de la demoiselle. Beomgyu savait pourtant qu’il pouvait être mauvais, il n’était pas un monstre, certes, mais il se considérait encore comme un enfant de la rue qui avait connu la dure réalité des choses dans une vie. La sienne était loin d’être finie, mais il pensait déjà en avoir trop vu. Pourtant, en même temps, il n’avait rien découvert encore. Son oncle l’avait préservé de se plonger dans un univers de sang et de poudre à canon, alors qu’il ne s’était pas non plus ouvert à une société qui aurait pu l’accueillir à bras ouverts s’il avait grandi dans une famille, dite, normale.
Son regard ne quitta pas celui de Sojin, sauf lorsque cette dernière détourna le sien, appuyant les doutes qu’avaient déjà le musicien. À moins de croire au coup de foudre, à l’Amour dès le premier regard, il savait qu’il était impossible pour l’étudiante de tomber amoureuse de lui, surtout après ce qu’il s’était passé. Ou alors, il devrait réellement questionner sa stabilité mentale. Ok, ok, je te crois alors. Son sourire disait tout le contraire, mais sûrement était-il là seulement dans le but de taquiner Sojin.

Aussi rapidement qu’il avait fui, il ressortit de son studio. Tirant la demoiselle derrière lui et verrouilla cette zone de confort, intime, loin des yeux des inconnus. Beomgyu avait pensé être rassurant, mais il fallait croire que les deux coréens étaient destinés à ne jamais se comprendre. Il retient un soupir de frustration, cherchant à comprendre ce qui avait pu la faire réagir ainsi (comme s’il n’avait jamais eux, lui-même, des réactions disproportionnées). Son expression ne changeait pas depuis quelques minutes, un mélange d’agacement et d’amusement s’y inscrivait, alors qu’il disparut quelques secondes pour ramener des bouteilles de soju. Je ne pensais pas te décevoir autant alors que j’essayais de rester gentleman. Si elle cherchait à finir dans son lit ce soir, pourquoi ne le disait-elle pas clairement ? Il posa la bouteille, puis les deux verres à shot sur la table basse, près du clavier. Puis, il prit la main de Sojin pour l’inviter à s’asseoir. Lui, resta debout, alors que son regard ne lâchait pas la jeune femme. De nouveau, il soupira, puis s’accroupit face à elle, pour être à son niveau.  Je ne voulais pas te toucher, pas parce que tu m’attires pas, mais parce que tu mérites de donner ton consentement avant. Il servit les shots, les yeux sur les verres cette fois. Si c’est ce que tu veux, je ne dirais pas non. Mais faut me le dire, clairement. Il avouerait qu’il tirerait une petite satisfaction de voir la demoiselle accepter. Accepter de désirer Beomgyu malgré leur première impression à chacun. Je ne dis jamais non à une belle femme. Mais il n’allait rien commencer de lui-même, préférant attendre d’être certain que c’est que ce la jeune femme voulait, si elle le voulait. Et si ce n’était pas le cas, il lui proposerait alors simplement de dormir sur son canapé si elle ne voulait pas rentrer dans l’heure. A bien y réfléchir, il regretterait presque qu’elle accepte, comme si elle descendrait dans la catégorie de filles faciles, malgré les besoins d’êtres humains. Car, lui aussi avait ses besoins, mais les fois où il emmenait quelqu’un chez lui étaient tellement rares (hormis son meilleur ami et cette Seizan qui squatter sans autorisation), qu’il trouverait presque dommage de voir Sojin partir le lendemain après une belle nuit dans son lit. Car il ne la reverrait plus après ça.


♪ MUSIC IS
EVERYTHING TO ME ♪


I've been dealin' with some things like every human being and really I didn't sleep much last night. "I'm sorry", that's fine, I just think I need a little me time. I just think I need a little free time, little break from the bus rides. Last year I had a breakdown, thoughts tellin' me I'm lost gettin' too loud.
Bae So Jin
Bae So Jin
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty Mer 24 Fév - 23:26
❖ Bae So Jin Ft. Bu Beom Gyu
DJ comme Dentition Joviale



Malgré ses paroles, il ne semble pas réellement convaincu par ma réponse et j'ai soudainement envie de lui faire la tête comme il m'arrivait de le faire à Hak Nyeon lorsque nous étions plus jeunes et qu'il refusait de céder à mes caprices. Étais-je donc si simple à lire?

Maintenant que nous sommes de retour à la piève principal, Soli disparaît à nouveau pour revenir avec des bouteilles de soju. À croire qu'il pouvait lire mes pensées. Je repose mon regard sur lui alors qu'il prétend m'avoir déçue. Certes, depuis notre rencontre, je trouve son comportement difficile à prévoir et je ne sais jamais sur quel pied danser. Il se montre gentil et attentionné pour mieux me repousser de par ses agissements lorsque je sens céder à son charme.

Il m'invite ensuite à m'asseoir en prenant ma main une nouvelle fois, redevenant le gentleman qu'il désir être. Je réalise alors qu'il tente de me rassurer en précisant qu'il ne s'agissait pas d'un problème d'attirance. Comme il ne dit jamais non à une belle femme, j'imagine que je ne dois être qu'une parmi tant d'autres à être invitée chez lui comme ça et que ces soirées se terminent sans doute toutes dans son lit. Je suis légèrement vexée mais tente de ne rien laisser voir alors que je prend l'un des verres qu'il vient de remplir pour le terminer d'une seule gorgée. L'alcool me détend un peu et je dépose le verre près de la bouteille en lui faisant signe de me resservir à nouveau.

Contrairement à toi, je n'accepte pas de passer la nuit avec n'importe quel homme, aussi séduisant soit-il.

L'alcool a pour effet de délier les langues, ou dans mon cas, les mains, alors que j'hésite à lui mentir. Il s'agit pourtant d'une opportunité pour moi de redorer mon image, d'effacer une expérience dont j'ai honte. Après tout, Soli ne pourrait pas savoir qu'il ne s'agit pas de la vérité, n'est-ce pas?

D'ailleurs, pour ton information, je n'ai encore jamais sauté le pas avec un garçon. Mais pour une fois, je me suis dis que j'en avais peut-être envie.

Une fois mon nouveau verre servit, je m'empresse de prendre une nouvelle gorgée.

Mais je ne suis pas convaincue que tu sois la bonne personne pour autre chose qu'un simple coup pour une nuit.





@bu beom gyu
⇜ code by bat'phanie ⇝


DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 I0wNH3dB_o
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) DJ comme Dentition Joviale ((sojin)) - Page 4 Empty
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Les études sont finies !
Une nouvelle année s'achève pour une nouvelle année qui démarre. C'est le changement d'année (2021 - 2022) sur la Digital City. Les étudiants profitent de leurs vacances alors que les citizens continuent leurs acitivités des tous les jours. Cette année, nous célébrons la victoire des Pyobeom !