Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
million fireflies (nayoung) 6f74065477f1211cc615d258db51e2c8million fireflies (nayoung) Tumblr_pgawnfyL9u1vzztm0o1_400million fireflies (nayoung) Originalmillion fireflies (nayoung) A2bdbaacc8eff56cbfed0f3acd60d0e1f9329143
Le Deal du moment : -40%
-40% sur les baskets Nike Court Royale (du 38,5 au ...
Voir le deal
32.97 €

 :: Digital City :: Quartier Sud :: Digital Grand Park

million fireflies (nayoung)

Joo Won Hee
Joo Won Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty Jeu 14 Jan - 23:15

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostandLes coudes posés sur la rambarde, les joues enfoncées dans les manches de mon sweat qui recouvrent mes mains, je laisse mes yeux se promener sur les lumières de la ville. Séoul de nuit est l’une des plus jolies choses que je connaisse. Et cet endroit est parfait pour en profiter. Un petit square oublié, quelques bancs sur les hauteurs du digital grand park, rien de tout ça ne paye de mine. Personne ne prête attention à ce petit espace où les herbes folles où ont élu domicile et où les cerises cachent le soleil en journée. Pourtant, la nuit venue, tout est magnifique. Les lumières de Séoul dansent sous vos yeux et le vent chuchotent ses chansons les plus douces dans vos oreilles. J’adore cet endroit. Des années et des années que je viens me réfugier ici, le temps de quelques heures. Quand tout devient trop dur, trop lourd à porter, je viens demander au vent de balayer mes problèmes et au silence de panser mes plaies. La plupart du temps, je me contente de regarder la ville de longues minutes puis je finis par repartir pour retrouver la chaleur du dortoir. Parfois, je hurle à plein poumons pour soulager le poids qui pèse sur mes épaules, celui des responsabilités que je n’ai pas demandé. Le calme qui m’entoure est d’ailleurs perturbé par la sonnerie de mon téléphone, m’indiquant l’arrivé d’un message. Je soupire quand je vois la notification de ma mère. Je n’ai pas besoin de l’ouvrir pour savoir qu’elle me prévient d’un nième meeting auquel je n’ai aucun souhait de participer. L’idée de balancer mon smartphone par-dessus la rambarde et de le regarder s’écraser plus d’une dizaine de mètres plus bas me tente beaucoup. Je ne le ferais pas car je sais que cela ne résoudrait pas mes problèmes, mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Après l’avoir mis en silencieux, je laisse mon téléphone se faire de nouveau oublier dans la poche de mon sweat et je me reconcentre sur la vue merveilleuse que j’ai sous les yeux. Très vite, le besoin de me vider de mes doutes m’envahie et je crache ma douleur à qui veut bien l’entendre en regardant au loin. Pas de mots, simplement je crie de toutes mes forces pendant de longs instants. Et je sens déjà mon esprit s’apaiser, il me faut peu de temps pour me calmer. Tout s’arrête aussi vite que cela a commencé, mes joues reprennent leur place sur mes mains, comme si rien ne s’était passé. Cette fois, un sourire se glisse sur mes lèvres, je me sens un peu plus libéré. Mes yeux se remettent alors à vagabonder sur la ville et mon entourage. Ils finissent par se fixer sur une silhouette féminine non loin de moi. Je mets un peu de temps à réagir, réellement surprise de trouver quelqu’un d’autre que moi dans ce petit square. Tout mon corps se redresse, je sens comme pris en flat grand délit. La honte m’envie et je me sens obligé de faire quelque chose pour contrer ce sentiment. « Hmm. B-bonjour. ». Bonsoir aurait été plus adéquat. Les mots sortent nerveusement de ma bouche et je n’ose pas regarder la jeune femme dans les yeux. Moi qui pensait être le seul à connaître ce petit coin de paradis, je tombe de haut et de honte.ft : @gong na young



· MIETTES DE LUNE ·
ACTE Ⅱ. La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n'ont plus d'heures. Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain. ‒ Eric Poindron

Gong Na Young
Gong Na Young
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty Mar 16 Fév - 22:47

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostand Nayoung avait repris les cours depuis quelques temps et malgré le fait qu’elle ne s’entende pas réellement avec ses camarades qui passaient plus de temps à la chercher et à essayer de l’humilier, elle se plaisait réellement dans ce qu’elle faisait. Certes, ses doutes, ses peurs et son envie de se rouler une nouvelle fois en boule sous sa couette pour ne plus jamais ressortir étaient à nouveau présents. Ils ne partiraient pas comme ça, elle le savait et pourtant, elle aurait aimé que ce soit le cas. Elle n’aspirait qu’à retrouver une vie normale, une vie où elle pourrait parler sans avoir de blocage, une vie où elle n’avait pas peur des gens et surtout de la gente masculine. Elle travaillait sur ce côté-là et heureusement pour elle, il n’y avait pas vraiment d’homme en gymnastique. Cependant, elle en croisait tous les jours à la faculté et c’était compliqué d’être près d’eux, encore plus quand ils essayaient d’engager la conversation avec elle. Nayoung savait qu’ils n’étaient pas tous méchants et qu’elle ne devait pas tous les mettre dans le même panier, mais c’était oppressant de les voir s’agglutiner autour d’elle parce qu’elle était la muette du groupe. La jeune femme gardait donc tout en elle, espérant qu’on la laisse tranquille. Seulement, c’était souvent trop demandé et elle passait plus de temps à se cacher et frôler les murs que ça en devenait épuisant. Ainsi, parfois, elle avait besoin d’extérioriser tout ce qu’elle avait accumulé dans la journée ou même la semaine et dans ces cas-là, elle cherchait des endroits loin de tout être humain. Ce n’était pas chose aisée parce que la capitale sud-coréenne grouillait de personnes en permanence. Nayoung n’était jamais réellement seule et elle le déplorait. Cependant, parfois, elle trouvait le spot idéal et c’était le cas aujourd’hui. Elle l’avait déniché au cours de ses balades. Bien que sa phobie sociale fût encore bien présente, il lui prenait souvent d’aller visiter des parcs, de grands espaces verts et ouverts pour ne pas ressentir cette oppression qu’elle avait à la fac. Ici, personne ne savait qu’elle ne parlait pas. Elle adressait simplement des signes de tête aux enfants et laissait les adultes sans rien d’autres qu’un sourire si la situation l’exigeait. De plus, le plus souvent, elle se faufilait hors du dortoir des pyobeom pendant la nuit pour se diriger vers les endroits qu’elle avait repéré dans la journée ou même pendant ses escapades nocturnes. Ce soir, n’arrivant pas à dormir, elle avait enfilé la veste de la personne qui l’avait sorti de l’enfer de cette ruelle et Nayoung était partie rejoindre le square qui lui avait fait de l’œil. Discrète comme toujours, elle resta à bonne distance du jeune homme déjà présent sur les lieux. Il ne semblait pas avoir remarqué sa présence. En même temps, elle n’était pas plus grande qu’une souris et ne faisait pas plus de bruit. La jeune femme resta donc dans son coin, regardant au loin la ville, un léger sourire sur les lèvres. La nuit était paisible et elle aimait cette sérénité, ce silence qui caractérisait si bien la ville. Elle était perdue dans ses pensées, ses yeux ne fixant rien de précis et en même temps tout. Elle attrapa son téléphone pour immortaliser le moment, mais n’eut le temps de rien faire. Le jeune homme à ses côtés se mit à crier sans aucune raison apparente, la faisant sursauter. Le cœur de Nayoung battit trop vite, bien trop rapidement et ses yeux se posèrent sur l’inconnu perdue. Que lui arrivait-il pour qu’il crie comme ça alors que quelques secondes avant il était totalement normal. Le pire fut lorsqu’il reprit sa position de départ. Un regard intrigué prit la place de la stupeur qui avait pu s’y lire et quand leurs regards se croisèrent, Nayoung n’eut pas le réflexe de baisser les yeux. Au contraire, elle soutint son regard et s’humidifia les lèvres en l’entendant. Elle attrapa rapidement son carnet et y inscrit quelques mots dessus. « Bonsoir… Ça vous arrive souvent de crier comme ça ? Vous allez bien ? » Ce n’était pas méchant, juste une façon pour la jeune gymnaste de savoir si elle était en présence de quelqu’un de sain d’esprit ou non.ft : @joo won hee
Joo Won Hee
Joo Won Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty Mar 16 Mar - 19:42

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostandRien ne va dans sa vie. Vraiment. Il a beau faire le point avec ses quelques amis, les seuls encore capables de lui offrir du soutien. Ceux-ci ont beau essayer de lui faire voir les choses du bon côté, de le faire relativiser, de lui montrer qu’un million de nouvelles possibilités s’offrent à lui dans les mois qui arrivent… Le constat est le même ; pour le moment, rien ne va dans sa vie. Voilà pourquoi il ressent l’importance de retrouver son petit coin de paradis au parc de la digital city, ce petit espace de verdure oublié et si tranquille. Caché par la nuit glaciale, il se pose un instant profitant de quelques minutes de silence pour réfléchir ou au contraire pour se déconnecter de tout. Cela est plus dur qu’il aimerait que ce le soit. Wonhee aimerait n’avoir qu’à tourner la page pour en écrire une nouvelle, reprendre sa vie comme si elle ne venait pas d’être bouleversée, ne rien ressentir et continuer d’ignorer tout ce qui ne va pas. Aller bien, juste aller bien et être heureux. Mais il n’y arrive pas. Pour la première fois de sa vie, il n’arrive pas à passer outre et à faire comme si tout allait bien. Il a presque envie de pleurer, et pourtant, il ne se souvient pas la dernière fois qu’il l’a fait. Alors plutôt que de pleurer, il laisse sa voix libérer quelque peu son cœur. Son cri perse la calme de la nuit et le silence du parc, avant que l’étudiant ne revienne poser ses joues sur ses mains. Il se sent un peu mieux mais ce n’est pas assez pour réellement le libérer. Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’il laisse glisser son regard autour de lui. C’est à ce moment qu’il remarque qu’il n’est pas seul. Par réflexe, il salue la jeune fille qui le fixe étrangement mais il a très envie de disparaître, complètement envahi par la honte d’avoir été vu ainsi. Hurler au milieu de la nuit dans un parc, il y a de bonnes raisons pour s’imaginer les pires scénarios. À sa plus grande surprise, la damoiselle ne fuit pas, au contraire, elle prend le temps de gribouiller sur un carnet sous les yeux intrigués de Wonhee. Curieux, il lit les mots sur le papier avant d’être pris d’une nouvelle vague de honte. « Ah-euh. Non, pas vraiment… » le sango passe sa main dans sa nuque en signe de gêne absolu, même s’il tente de maintenir le contact visuel avec la jeune femme. « Je viens ici de temps en temps, ça me soulage un peu de crier… Je suppose ? » il grimace, avant de détourner les yeux. Wonhee se sent extrêmement mal à l’aise que quelqu’un l’ait observé crier de toute son âme comme cela. La jeune femme doit le prendre pour un fou, quelqu’un qui a perdu l’esprit. Pourtant, malgré les apparences, l’étudiant est une personne relativement normale qui ne sait simplement pas exprimer ses émotions. « Désolé de vous avoir fait peur. » il s’excuse piteusement en baissant la tête alors que ces joues virent au rouge écarlate, avant de s’éloigner d’elle d’un pas. Il était venu pour se détendre, mais il a l’impression d’être à présent encore plus tendu qu’avant.ft : @gong na young



· MIETTES DE LUNE ·
ACTE Ⅱ. La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n'ont plus d'heures. Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain. ‒ Eric Poindron

Gong Na Young
Gong Na Young
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty Dim 11 Avr - 13:53

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostand Elle qui pensait être seule dans cet endroit tranquille, se retrouva bien vite avec un inconnu pour l’accompagner. Seulement, lui, ne la vit pas. Silencieuse et discrète, Nayoung était invisible à ses yeux. Si avant son agression elle aurait tout fait pour qu’il la remarque et ne fasse pas comme s’il n’y avait personne d’autre que lui sur place, maintenant, ça lui convenait bien d’être transparente. Elle l’observa alors, tentant de trouver ce qu’il allait faire ou dire. Etait-il venu dans cette partie de parc pour faire comme elle et profiter de la vue ? Attendait-il quelqu’un ? La jeune femme ne savait pas vraiment et quand il se mit à hurler pour aucune raison apparente, elle sursauta et le fixa comme s’il était fou. Allait-il bien ? C’était quelque chose qu’elle n’aurait pas pu dire parce qu’il ne semblait pas blesser, du moins pas physiquement. C’était être mentalement que ça n’allait pas. Nayoung aurait aimé annoncer sa présence par un son, pour l’informer qu’il n’était pas seul, seulement il se tourna vers elle à ce moment-là. D’ordinaire, elle aurait détourné les yeux, gênée, ou aurait baissé la tête. Mais cette fois-ci, elle soutint son regard et sourit légèrement. Les deux étaient aussi gênés l’un que l’autre et la pyobeom écrivit quelques mots sur son carnet pour lui faire lire. Un éclair de tristesse passa dans ses yeux à la réponse de l’inconnu. Elle s’en était doutée que tout n’allait pas bien dans sa vie pour hurler à plein poumons la nuit en pensant être seul, mais elle n’aurait jamais pensé qu’il puisse l’avouer comme ça et encore moins à quelqu’un qu’il ne connaissait pas. Elle le laissa parler et pencha la tête intriguée. Est-ce que ça faisait vraiment du bien de crier ? Nayoung ne savait pas vraiment. Depuis qu’elle ne parlait plus, même un simple grognement, un cri de douleur ou même un cri tout court, rien ne sortait. Pourtant, ses cordes vocales n’étaient pas touchées. Tout fonctionnait bien et correctement mais c’était psychologique. Tant qu’elle n’aurait pas guéri mentalement, elle ne pourrait pas parler. L’inconnu se recula alors et s’excusa de lui avoir fait peur. La gymnaste secoua la tête avant d’écrire à nouveau sur les feuilles de son carnet. « Je n’ai pas vraiment eu peur…. J’ai juste été très surprise. Je m’attendais pas à ce que vous vous mettiez à crier… » Nayoung était peut-être trop franche, mais elle ne mentait pas, ou qu’en de très rares occasions. De toute façon, cela se serait vu sur son visage. Elle ne savait pas mentir et ce même si c’était à l’écrit et que la personne était devant elle. Lui montrant son carnet, elle prit soin de l’observer encore un peu plus et se rendit compte qu’effectivement ses yeux étaient un peu éteints, comme si quelque chose le chiffonnait. Quand elle fut sûre qu’il avait tout bien lu, elle retourna à nouveau la feuille et son crayon se mit à bouger pour former de nouveaux mots. « C’est moi qui suis désolée d’avoir interrompu votre moment… Vous voulez en parler peut-être ? Je ne parle pas, mais je sais écouter. » Peut-être que ça lui permettrait d’aller mieux, de se confier à quelqu’un qu’il ne connaissait pas. Nayoung ne le poussait à rien et lui sourit avec bienveillance quand elle lui montra le carnet.ft : @joo won hee
Joo Won Hee
Joo Won Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Mes petits secrets

Re: million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty Ven 30 Avr - 10:49

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostandIl parait que s’autoconvaincre qu’on va bien ou qu’on va mieux est la meilleure façon d’aller réellement mieux. C’est ce qu’on lui répète depuis des jours déjà, ses amis, sa famille, tout le monde s’amuse à lui dire qu’il est dramatique et que ça ira mieux bientôt s’il le veut vraiment. À croire que personne dans son entourage ne s'est fait larguer par son premier amour, la première à qui il a réussi à ouvrir son cœur et la première qui a également réussi à le réduire en poussière. Tout le monde a l’air de penser que c’est facile à faire, facile de tourner la page et de repartir du bon pied. Pour Wonhee, ce n’est pas facile du tout, il a jusque là toujours réussi à mettre ses émotions au second plan, ce qui a eu l’avantage de le protéger en tant de problème. Et là, le cœur ouvert et les émotions à vif de peau, on lui avait administré un coup fatal dont il ne se relèverait pas de sitôt. Alors peut-être est-il dramatique, mais il estime qu’il en a le droit, qu’il a le droit d’être malheureux et de souffrir. Il a également le droit de ne pas avoir envie de remonter la pente tout de suite, de se complaire dans la tristesse immense qu’il ressent. Ces émotions sont si intenses et si nouvelles, que bien qu’elles soient négatives, il en tire une certaine satisfaction. Pour autant, il n’aime pas étaler cela devant tout le monde… Bien sûr, ce fut une évidence d’en parler avec ceux qu’il considère comme sa famille et avec sa sœur. Mais le fait d’être pris ainsi sur le qi-vif le gêne énormément, la jeune fille n’y est pour rien mais il aurait préféré ne jamais la croiser de sa vie. Son embarras est évident et se lit sur ses joues rougies. « Pardon… Crier dans un lieu public, cela ne fait pas... » il s’empresse de dire, lisant qu’il a surpris la petite brune. Pendant quelques secondes, il s’interroge sur le pourquoi elle écrit sur un papier. Est-elle sourde et muette ? Ou simplement muette, vu qu’elle l’a entendu crier. Ou bien, elle a des problèmes de communication orale, comme il a pu longtemps en avoir dans son enfance. Cela pique sa curiosité, mais ce ne sont pas ses affaires. « Pardon. » il répète à la fois pour l’avoir surprise, mais également pour avoir voulu quelques instants être indiscret, rien que dans sa tête. Les excuses présentées, il détourne son regard de l’étudiante pour le reposer sur la nuit noire. Il est fatigué, mais il sait que le sommeil ne lui viendra pas. Peut-être aurait-il mieux fallu qu’il sorte boire comme d’habitude, il n’aurait pas eu à trop penser, l’esprit embrumé par l’alcool. Un soupir glisse entre ses lèvres, avant de remarquer que sa nouvelle rencontre est de nouveau en train de noter dans son carnet. Il pose un œil intéressé sur le papier, et c'est à son tour d’être étonné de ce qu’il y lit. « Non, non. Ne vous excusez surtout pas. » Wonhee secoue ses mains devant lui, une mine étonnée sur le visage. Elle n’a aucune raison de s’excuser, et elle n’en a pas non plus à lui proposer une oreille attentive. Il affiche un mince sourire, et c’est le mieux qu’il parvient à faire ces derniers jours. « Je ne suis pas sûre que mes histoires vous intéressent… Je suis plutôt quelqu’un d’ennuyeux, vous savez ? » déclare-t-il lâchant un rire un peu nerveux, un rire faux qui n’a rien de joyeux. On lui dit souvent qu’il est ennuyeux, qu’il n’a rien à dire. Et parfois, il se dit que c’est une des raisons pour lesquelles sa petite amie s’est lassée aussi vite, malgré l’amour qu’il avait réussi à lui déclarer. « Puis il n’y a pas grand-chose à dire, ni grand-chose à faire… Comme tout le monde aime me le répéter… C’est la vie et il faut faire avec. » déclare-t-il avec un grain de sarcasme dans la voix. Il ne croit pas du tout en ses propres paroles, cela s’entend qu’il s’agit d’un truc qu’il a entendu encore et encore, et qu’il répète à contre-cœur. Mais une partie de ces déclarations sont vraies, il n’y a plus rien à faire. Que ce soit Nabi ou Junwan, ils ont pris le large, sans lui.ft : @gong na young



· MIETTES DE LUNE ·
ACTE Ⅱ. La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n'ont plus d'heures. Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain. ‒ Eric Poindron

Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: million fireflies (nayoung) million fireflies (nayoung) Empty

Vent nouveau sur Yonsei
Ce qui devait arriver... Arriva. Ce n'est pas faute d'avoir été prévenu à maintes reprises par notre langue de vipère du campus ou par les visites des sponsors dans vos dortoirs. Et oui, oui, bye bye les dragons, les colibris, les panthères et les requins ! Vous allez nous manquer, mais il est temps de faire place à nos quatre nouvelles fraternités toutes neuves, toutes belles (/◕ヮ◕)/ Venez vite les découvrir par ici ~
Quelques liens utiles

Les Recherches de Rps
Les Rps libres
Le Bizutage des Fraternités
Les Recherches de Pairings
Les Pré-Liens
Les défis RP
Le Discord du Forum