sombre
-20%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
119.97 € 149.99 €
Voir le deal


million fireflies (nayoung)

Joo Won Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Joo Won Hee
Pseudo, pronom(s) : illo ; she/her
Célébrité : choi youngjae (got7)
Crédits : avatar : childish
Messages : 852
Âge : 23
 http://www.shaketheworld.net/t22089-joo-won-hee-retrouver-le-solhttp://www.shaketheworld.net/t22178p10-joo-won-hee#1000962http://www.shaketheworld.net/t21720-illo
Re: million fireflies (nayoung) | Mar 24 Aoû - 14:23
Citer EditerSupprimer

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostandSi seulement les choses avaient été différentes… Wonhee rêvait de réécrire son histoire, le scénario était trop bancal et nécessitait une belle édition voire une refonte totale pour lui convenir. La plume de sa vie entre les doigts aurait redessiné son arbre généalogique ; gardant sa petite sœur et probablement ses grands-parents qui n'avaient rien demandé à personne – et encore. Il aurait retracé son enfance, se donnant plus courageux, moins timide et un peu plus persévérant ; un enfant qui révait de devenir un pirate brave et sans peur et non de faire ce que ses parents voulaient de lui. Wonhee aurait également choisi de gommer ses rencontres avec Junwan et Nabi tant les blessures qu'ils lui avaient tous deux infligées étaient profondes et douloureuses – ne plus avoir une seule photo d'eux imprimée dans son esprit. Le jeune homme était sûr de ne pas mériter d'être abandonné ainsi, personne ne le méritait. Il voulait juste tout effacer, tout recommencer. Mais la vie n'était pas aussi simple que cela et Wonhee n'avait pas le script de sa vie entre les mains. Et la jolie brune avait beau dire ce qu'elle voulait, ce n'était pas évident d'ignorer son entourage comme elle le préconisait. « C’est drôle… Enfin étrange plutôt. Vous n’avez pas la tête à dire ce genre de choses à vos proches. Ou plutôt à l’écrire. » fit-il avec un sourire qui faisait apparaître sa petite fossette gauche. Son visage d'enfant si innocent ne laissait pas un instant penser qu'elle serait capable d'envoyer bouler les gens qui comptent pour elle de cette façon. « Je pense que vous-même vous savez que c’est plus facile à dire qu’à faire. Je n’ai envie qu’ils m’abandonnent à mon tour parce que je suis agaçant avec mes problèmes de cœur. ». Mais d'une certaine façon, Wonhee avait l'impression que les mots de la jeune femme découlaient d'une situation déjà vécue auparavant et cela rendait le garçon bien curieux. Il ne voulait cependant pas être intrusif avec elle, il ne la connaissait ni d'eve ni d'adam, il se voyait pas lui demander de parler de sa vie privée. Quand bien même c'est ce qu'elle faisait avec lui. L'étudiant en botanique lui racontait son histoire et la petite brune le conseillait. Les mots sur le carnet avaient le don de l'apaiser un peu, même s'il ne partageait pas totalement son avis, Wonhee le comprenait. Il appréciait que la jeune fille ne le juge aucunement sur ses positions, qu'elle lui partage seulement ce qu'elle pensait en se servant de ses expériences personnelles ; cela lui permettait plus facilement de comprendre sa position et la position de Hahee. La lèvre torturée entre ses dents, il passa une main dans ses cheveux en soupirant de toute son âme. « Et si je m’en veux à moi pour ne pas avoir tout fait pour protéger ma sœur ? ». Il s'agissait d'une de ses plus grandes peurs après tout, de ne pas réussir à protéger Hahee de ses parents, d'elle-même. De regretter de ne pas avoir tout fait pour elle. Sa petite sœur était une des choses les plus importantes de sa vie, peu importait s'ils se parlaient peu, s'ils étaient en froid – elle restait le noyau de son existence. Parfois, Wonhee regrettait amèrement d'avoir choisi de commencer la botanique sous les conseils de ses amis et de sa sœur pour l'unique raison qu'il se doutait que ses parents accuseraient Hahee d'être la fautive de ce choix. Et même s'ils n'auraient pas tord, Wonhee ne voulait pas l'importuner avec les malheurs liés à sa décision. « Enfin au final, j’ai fini par l’écouter sans lui dire et j’ai choisi de changer d’orientation. Faut juste trouver le courage de l’annoncer à nos parents. » ajouta-t-il dans un nouveau soupir. Le faire était déjà une étape en soit, une grande étape – un pas sur la lune pour Wonhee – mais l'annoncer à ses parents était encore un obstacle d'une autre envergure, une sorte de muraille de chine impossible à franchir. Il préférait limite avoir à falsifier ses papiers administratifs et ses bulletins que de le dire à son père notamment ; juste le temps qu'il soit trop tard pour revenir en arrière le temps que les parents Joo réalisent la chose. « Vous êtes gentille, vous n’avez pas à vous investir tant dans mon histoire... Après si j’ai choisi de changer d’orientation, c’est parce que la gestion ne plait pas mais je ne sais pas si la botanique me plaira plus ; c’est moins ennuyeux en tout cas. Je verrai bien. ». Et bien sûr, ce n'était aucunement lié au fait qu'il avait appris que sa grand-mère possédait une boutique de fleurs non loin, non absolument aucun lien. Enfin… À qui pouvait-il faire avaler ce mensonge trop gros ? Wonhee mourrait d'envie de lui parler, de renouer les liens avec elle comme l'avait fait Hahee mais il n'était pas prêt encore à prendre ce risque supplémentaire, c'était trop tôt. Il se passait trop de choses à la fois dans sa vie – il avait simplement besoin d'une pause quelque temps. Son corps s'avança une nouvelle fois vers la barrière qui donnait sur le dénivelé, il se pencha en avant puis leva la tête vers le ciel. Les rares nuages laissaient briller les étoiles à leur guise ce soir. Wonhee les observa en silence avant de finalement tourner les pupilles vers sa camarade d'un soir. « Et vous ? Que faites-vous ici toute seule aussi tard ? » demanda-t-il ne souhaitant qu'ils passent leur soirée à parler de lui uniquement. Même si le garçon était très focalisé sur sa douleur et n'avait envie de penser qu'à son malheur en ce moment, il n'aimait pas pour autant parler de lui avec excès comme il venait de le faire. « Vous n’êtes pas là pour écouter un pauvre type au cœur brisé raconter sa vie chaotique, si ? » continua-t-il en riant de nouveau puis il tapota sur la barrière métallique pour inciter la jeune femme de le rejoindre pour regarder les étoiles scintillantes.ft : @gong na young

________________________________


· MIETTES DE LUNE ·
ACTE Ⅱ. La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n'ont plus d'heures. Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain. ‒ Eric Poindron

Gong Na Young
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Gong Na Young
Pseudo, pronom(s) : MARION (SHE/HER).
Célébrité : JEON HEE JIN (LOONA).
Crédits : KELLY.
Messages : 269
Âge : 20
 http://www.shaketheworld.net/t22903-gong-na-young-fly-highhttp://www.shaketheworld.net/t22944-gong-na-younghttp://www.shaketheworld.net/t22447p10-marion-fearless#962994
Re: million fireflies (nayoung) | Dim 3 Oct - 14:03
Citer EditerSupprimer

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostand Son regard surpris se posa sur l’inconnu alors qu’il réagissait à ce qu’elle avait écrit. Comment ça elle n’était pas quelqu’un qui avait la tête pour dire ce genre de chose ? Elle ne comprenait pas. Fallait-il avoir une tête spéciale pour dire merde quand la situation ne plaisait pas ? Elle ne le pensait pas. Pourtant, dans un sens, il n’avait pas tort. Si Nayoung avait été par le passé quelqu’un qui l’aurait dit et plutôt deux fois qu’une, maintenant ce n’était plus vraiment le cas. Elle était plutôt passive maintenant, laissant les gens lui marcher dessus sans rien dire ou faire. Ce n’était pas parce qu’elle aimait ça, juste qu’elle n’avait pas l’énergie ni même le temps de s’occuper de tout ça. Elle les laissait donc faire se souciant peu de l’image que cela pouvait lui donnait. Elle hocha la tête quand il reprit la parole, et recommença à écrire quelques mots. « J’ai une tête à dire quoi exactement ? Et oui je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire… Mais s’ils partent parce que vous n’allez pas bien, ce n’était pas vos vrais amis. » Nayoung s’était enfermée seule quand elle avait eu ses problèmes et n’en avait parlé à personne. Malheureusement, des mois après, elle se retrouvait littéralement seule. Tous ses amis avaient fini par lui tourner le dos parce qu’elle ne leur avait pas donné de nouvelles. Ce n’était pas mieux non plus de se couper de tout le monde ou même de garder pour soi quand on n'était pas au top de sa forme. Elle lui conseillait donc de ne pas forcément se fermer aux autres mais encore une fois c’était plus compliqué à appliquer et ce même si elle lui parlait par rapport à ce qu’elle avait elle, vécu. Comme lorsqu’elle mentionna le fait qu’il devait vivre pour lui et pas pour sa petite sœur. Nayoung était heureuse de voir qu’il y avait encore des grand frère comme le sien et l’inconnu qui lui faisait face, mais si elle se retrouvait dans la situation de cette Hahee, elle aurait aimé que son frère vive pour lui pas pour elle. Un sourire sincère s’afficha sur ses lèvres alors que sa question la fit baisser les yeux pour écrire à nouveau. Après quelques temps, elle lui remontra la feuille où elle avait couché ses pensées. « Je ne peux pas assurer que ça n’arrivera pas ! Cependant, votre sœur est une grande fille. Elle a aussi besoin de faire ses propres expériences, ses propres erreurs. Si elle ne peut pas le faire, elle ne tombera que de plus haut lorsque vous ne serez plus là pour la protéger. Ce n’est malheureusement pas en restant tout le temps sur son dos que vous réussirez à la protéger efficacement. » C’était en quelque sorte ce qui était arrivé à Nayoung. Une fois son grand frère à l’étranger, elle avait été plus vulnérable et ce qui s’était passé était arrivé. Certes, il aurait été là, Yunho aurait quand même tenté de lui faire du mal, mais elle aurait eu son frère avec elle et elle n’aurait peut-être pas autant souffert de la situation. Alors, il fallait que le jeune homme en face d’elle lâche du lest à Hahee pour qu’elle puisse vivre sa vie comme elle l’entendait et ce n’était pas en l’infantilisant qu’il parviendrait à la protéger. Elle arriverait à se débrouiller, comme toutes les petites sœurs du monde sans leur fratrie à leurs côtés. Une nouvelle fois, Nayoung hocha la tête aux paroles du jeune homme. C’était parfois compliqué de parler avec ses parents. Elle-même avait eu du mal à leur dire, ou plutôt leur écrire ce qu’elle avait subi. La honte, la gêne et surtout la peur de les décevoir avaient été des facteurs qui avaient ralenti l’annonce de ce qu’elle avait vécu. Les médecins avaient eu un résumé grâce au garçon qui l’avait aidé, mais ils n’avaient pas eu tous les détails qu’elle avait couchés sur papier pour qu’ils puissent lire. Elle avait tellement pleuré en écrivant et en voyant les visages de ses parents se décomposer à chaque mot qu’ils lisaient. La douleur, la colère et l’envie de tuer ces hommes avaient pris place sur leurs traits et la jeune femme avait fini par baisser les yeux. Ils avaient compris pourquoi elle s’était tu pendant si longtemps. Ce n’était clairement pas la même situation qu’il vivait mais Nayoung était intimement convaincue qu’ils finiraient par comprendre. Elle continuait de poser des questions d’ailleurs, pour connaître la raison de ce changement de voie et un sourire s’afficha sur ses lèvres. « Est-ce que ce changement vous rend heureux ? Est-ce qu’il vous a fait du bien ? Si c’est le cas… Et bien c’est que vous avez fait le bon choix. » Son sourire s’agrandit alors qu’elle hochait rapidement la tête plusieurs fois de suite pour approuver ce qu’elle venait de dire. Le jeune homme finit par partir dans un mutisme volontaire et elle l’observa un peu plus alors qu’il lui tournait le dos. Nayoung remarquait alors qu’il était courbé, comme s’il portait toute la misère du monde sur son dos. N’importe qui aurait pu dire qu’il était malheureux rien qu’à la posture qu’il avait. Avait-elle eu la même alors qu’elle se remettait lentement et qu’elle le faisait encore maintenant, de son traumatisme ? Elle ne le savait pas mais sursauta presque quand leurs regards se rencontrèrent et qu’il reprit la parole. Elle sourit tendrement et se leva, emportant avec elle son carnet et de quoi écrire, laissant le reste de ses affaires sur le banc. Prenant place à ses côtés, elle répondit à l’écrit à ses questions. « Vous n’êtes pas un pauvre type. Vous êtes juste quelqu’un qui a un chagrin d’amour et d’amitié… Sinon pour vous répondre, j’avais besoin de sortir… Je suffoquais à l’intérieur. J’avais besoin d’essayer de reprendre ma vie en main. La mienne est tout aussi chaotique… Et je me remets également d’une rupture amoureuse. » Rupture qu’elle avait elle-même provoqué suite aux agissements de son ex petit ami. Mais ça n’en restait pas moins douloureux. Parce que Nayoung avait été amoureuse, réellement amoureuse, et qu’elle n’avait pas compris ce qu’il lui était passé par la tête pour se comporter ainsi avec elle. « Mais ce n’est pas la même situation… C’est moi qui l’ait quitté... » Elle haussa les épaules alors que sa tête se leva pour fixer les étoiles. Elles étaient belles malgré les nuages qui en cachaient certaines. Un sourire rêveur s’installa sur ses lèvres alors qu’elle pensait au temps où elle venait dans ce genre d’endroits reculés avec Yunho. Maintenant, c’était fini
ft : @joo won hee
Joo Won Hee
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
Joo Won Hee
Pseudo, pronom(s) : illo ; she/her
Célébrité : choi youngjae (got7)
Crédits : avatar : childish
Messages : 852
Âge : 23
 http://www.shaketheworld.net/t22089-joo-won-hee-retrouver-le-solhttp://www.shaketheworld.net/t22178p10-joo-won-hee#1000962http://www.shaketheworld.net/t21720-illo
Re: million fireflies (nayoung) | Mer 17 Nov - 16:31
Citer EditerSupprimer

million fireflies //« c'est la nuit qu'il fait beau de croire en la lumière. » — edmond rostandQuelque part, Wonhee savait que la jeune femme avait raison. Tout comme la plupart de ses amis avaient raison. En fait, tout le monde savait raison, sauf lui. Les milliers de conseils d’ici et de là grouillaient dans sa tête et entraient en collision avec les conseils donnés ce soir-là. Nayoung, au moins, avait eu la bienveillance de l’écouter avant de lui donner son point de vue. Peu dans l’entourage du l’étudiant avait la patience nécessaire pour l’écouter chouiner sur ses problèmes avant de lui donner une solution ; enfin si ‘passe à autre chose’ était une réelle solution. C’était le principal souci d’être connaissance plus plus c’est-à-dire pote avec la moitié de la fac et de n’avoir que deux ou trois personnes qu’il pouvait considérer comme des vrais amis. La petite brune n’avait pas tort, il faudrait un jour qu’il se pose pour réfléchir à qui étaient ses vrais amis. Mais en lisant son message, le garçon fut plus perturbé par le début du texte que par la suite. Ses vrais se levèrent rapidement devant lui et il les agita maladroitement pour indiquer que ce n’était pas ce qu’il voulait dire. « Ah ! Ce que je veux dire c’est que– enfin, ce n’est pas du tout méchant ou négatif, hein… Mais vous avez la tête de quelqu’un de patient… et de compréhensif. Pas que les gens qui envoient promener leurs proches aient une tête particulière ! Mais je– Pardon, j’ai mal choisi mes mots… ». Sa lèvre inférieure à présent pincée entre ses dents, Wonhee ne trouva pas mieux à faire qu’à s’excuser comme un enfant pris en faute. Jamais il n’avait voulu la vexer en disant cela, mais il était pro dans l’art de dire les mauvaises choses au mauvais moment ou d’être trop maladroit pour traduire correctement en mots sa pensée. Il passa une main fatiguée sur son visage en expliquant la situation avec sa petite sœur. C’était probablement lui le problème, plus que Hahee – trop protecteur, pas assez brave. Il aimait le confort de leur situation plus qu’elle ou bien il s’y était accommodé mieux qu’elle. Toujours était-il que des deux, la plus jeune semblait être celle qui avait le plus besoin de vivre sa vie comme elle l’entendait plutôt que celle qu’on avait choisi pour elle. Wonhee ne comprenait qu’on veuille tout risquer pour cela – peut-être parce que lui n’avait aucune idée de comment il voulait que sa propre vie soit. « Je serais toujours là… » commença-t-il. Le jeune homme ne voyait pas pourquoi il disparaîtrait de la vie de sa sœur ainsi, sauf si Hahee elle-même décidait de couper les ponts avec lui. Mais peut-être que c’était illusoire de croire qu’il pourrait être à ses côtés infiniment. « Alors quoi ? Je la laisse souffrir en faisant ce qu’elle veut, sans rien faire, parce que c’est comme ça qu’elle va apprendre ? » reprit-il d’une voix indiquant que l’idée ne lui plaisait pas du tout. Sa petite sœur ne méritait pas cela. Et il n’était pas sûre de s’en sentir capable, la laisser se précipiter dans un jeu perdu d’avance et le regarder perdre une à une ses cartes sans rien dire. Quoique, peut-être qu’au fond, Hahee s’était déjà jetée dans ce jeu et qu’il n’était intervenu que trop tard pour la persuader de faire demi-tour dans de se heurter au mur – les parents. En réalité, Wonhee avait beau tourner le problème dans tous les sens le seul et unique problème dans leur histoire familiale, celui qui les tenait tous deux en cage, c’était leurs parents. Leur père était probablement sur le podium des plus grosses menaces pour leur liberté d’exister suivi d’assez près par leur mère. Mais des parents restaient des parents – la couverture financière avec – alors ce n’était pas si simple, et même plutôt dangereux, de les contredire. Raison pour laquelle le garçon se sentait tout à fait incapable de leur avouer avoir changer de cursus. D’autant plus qu’il n’arrivait pas à regretter ce choix spontané – si on pouvait considérer des semaines de réflexion et de débat avec son insupportable cadet en droit comme étant spontané. « Hm, j’aime bien ce qu’on apprend… Je n’ai pas l’impression de perdre mon temps, les cours sont plus intéressants qu’en gestion. ». À voir où cela le mènerait dans le futur, parce que pour le moment il n’était pas sûr de ce qu’il ferait réellement d’une licence en botanique couplée d’une licence en gestion. Il y avait bien cette petite expérience au festival avec le fleuriste mais une journée était trop peu pour imaginer construire une carrière. Pour le moment, il vivait son truc sans réfléchir à autre chose qu’à comment gérer Hahee, comment gérer ses parents et surtout comment gérer sa rupture. Et Wonhee trouvait que c’était assez de choses à la fois comme ça. Le garçon prit la liberté pour la première fois de leur conversation de retourner la question à la brune muette. Le sourire de la jeune fille le fit sourire à son tour et il l’invita à se rapprocher pour s’installer à ses côtés. Ses yeux se levèrent au ciel quand Nayoung insista sur le fait qu’il n’était pas un pauvre type – il avait des millions de contre-exemple à ce sujet mais il se tairait comprenant qu’il n’aurait pas le dernier mot avec elle. « Oh. » une simple onomatopée qui passa ses lèvres lorsqu’il avait encore la tête penchée sur le carnet pour y lire les quelques phrases. Quand la jeune femme lui annonça que c’était elle l’initiatrice de leur rupture, Wonhee ne comprit pas pourquoi elle semblait si triste à ce sujet si c’était son choix à elle d’y mettre fin. Il resta muet un instant dévisageant sans jugement mais avec une grande confusion la brune. « Je peux vous demander pourquoi ? Pourquoi vous avez rompu ? » demanda-t-il en gardant ses yeux sur la jeune femme. « Enfin, vous n'êtes pas particulièrement heureuse que cela se soit fini ainsi, pourtant vous dites être celle qui a choisi de le quitter… ». Wonhee n’avait jamais largué qui que ce soit, il laissait le loisir aux autres de le faire pour lui et ses ex s’en sortaient bien soulagées de leur décision. Alors il avait un peu de mal à comprendre la situation de Nayoung.
ft : @gong na young

________________________________


· MIETTES DE LUNE ·
ACTE Ⅱ. La pleine lune apparaît au milieu des nuages bleus et roses quand les couleurs n'ont plus d'heures. Ça scintille en noir et blanc, même dans les eaux de nuit, et de peine de lointain. ‒ Eric Poindron

Contenu sponsorisé
 
Re: million fireflies (nayoung) | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide


Aller en hautAller en bas