Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
Something wicked this way comes + Keita Seizan 68d672428bd8d7e61e8a35ff7283df7c942dd0a1Something wicked this way comes + Keita Seizan 66cb95e2441b7724f6a296bf0a782c852eb1452cSomething wicked this way comes + Keita Seizan R0umlA0qSomething wicked this way comes + Keita Seizan Ac6c25b8b51cd3f1c088fbe21a404f63a3fb1560

 :: Campus Universitaire Yonsei :: Grand Hall :: Food corner

Something wicked this way comes + Keita Seizan

Nam Ji Hoon
Nam Ji Hoon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Dim 21 Fév - 3:49

Ce satané mal de crâne… Ji Hoon se le traînait depuis son réveil ce matin et il ne semblait pas pouvoir l’éviter. Ce n’était pas encore une migraine, mais il y avait fort à parier que demain, ce sera une autre histoire. En plus, écouter des gamins qui pensent avoir le talent inné chanter toute la journée n’était pas une très bonne façon de s’en débarrasser. Sauter le repas du midi non plus et faire tarder celui du soir encore moins dans l’état… Alors même si ce n’était qu’à moitié sage, le professeur avait quitté sa dernière classe en traînant un peu les pieds jusqu’à la cafétéria où il savait trouver des machines distributrices de plein de mauvaises choses qui lui rempliraient au moins l’estomac.

Son très nouveau rôle d’enseignant était encore inconfortable pour lui. Tout en scrutant attentivement les choix offerts par la distributrice, il réfléchit à ce que ce serai dans un mois. Un an. Trois ans ? Irait-il jusque-là, lui qui se lassai si vite de faire une seule chose ? Son regard posé sur un sandwich à l’hummus qui semblait relativement potable bien que beaucoup trop santé, Ji Hoon fouille machinalement dans une poche de son jeans… Puis dans la seconde… Et c’est quand il revient à la première qu’il réalise que quelque chose cloche : le manque de monnaie. Ses clés, certes. Son téléphone, affirmatif. Mais de l’argent ? Que deux cartes de crédits qui ne lui serviraient pas à grand-chose et son permis qui serait encore moins utile dans ce cas précis.

Quel idiot. Il avait laissé le reste de son portefeuille sur le bureau de la dernière classe dans laquelle il avait joué les professeurs en herbe. Il a un regard pour la ronde. L’endroit était non seulement vide, mais en plus les lumières étaient pratiquement toutes éteintes. Non. Elles l’étaient toutes et s’il avait cru un instant qu’il y en avait encore une ou deux qui éclairait l’endroit, c’est que de grandes fenêtres non loin de lui donnaient sur le couloir éclairé. Et à une table, seule âme vivante de la cafétéria de Yonsei à cette heure avancée du soir…

« Eh ! L’élève modèle là-bas. T'as un peu de monnaie ? », demande-t-il, s’autorisant presque à taxer une étudiante. Quel professeur modèle il faisait, lui ! Il s’approche lentement, de sa démarche masculine éternellement décontractée. S’arrête à sa hauteur, son regard en amande posé sur la délicate demoiselle. « T'as donné ta langue au chat ? »

Elle le regardait étrangement, non ? Pas encore une fan…? Il était fatigué rien que d’y penser…!


©️ Frimelda
Keita Seizan
Keita Seizan
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Dim 21 Fév - 19:37

Seizan restait souvent après les cours, car l’école était le seul endroit où elle pouvait se retrouver seule dans cette grande ville qu’était Séoul. La fraternité était un endroit chaleureux et accueillant mais elle devait partager sa chambre, et tous les espaces communs. Avec les cours et les modules, jamais elle n’arrivait à se retrouver seule. Alors une fois que les cours se terminaient, elle déambulait dans les couloirs qui se vidaient à mesure que les heures défilaient. Elle arrivait toujours à se trouver un endroit isolé, à l’abris des regards, ou bien simplement vide de monde. Elle appréciait pouvoir se retrouver seule et se perdre dans ses pensées, les heures pouvaient défiler sans qu’elle ne le réalise. C’était le plus souvent le gardien qui la trouvait et qui, alors qu’il faisait sa ronde, la surprenait à se perdre dans ses pensées. Parfois elle travaillait ses cours et parfois elle se contentait d’écouter de la musique en serrant ses jambes contre elle, blottit dans les fauteuils du coin détente de leur école. Elle somnolait parfois, heureuse de retrouver les bras de Morphée pour se plonger dans un monde qui n’appartenait qu’à elle. Un monde remplie de poésie, unique, un monde englouti par la noirceur et pourtant elle n’avait peur. Tout semblait lui correspondre, à son image. Elle qui se pensait douce et forte, se complaisait dans un monde différent. Alors cet univers qui vivait dans sa tête était rassurant, comme une façon de se protéger de tout ce qui l’effrayait. Dans ce lieu créer à son image, elle pouvait évoluer, elle pouvait danser, elle pouvait sentir la chaleur de ses bras chauds et forts. Une sensation qui s’évanouissait dès qu’elle rouvrait les yeux. Elle détestait ce qu’elle voyait autour d’elle. Ce monde trop froid dans laquelle elle ne se sentait pas à sa place. Retenant un soupir entre ses lèvres, elle posa son regard sur son cahier, des paroles qu’elle griffonnait sans sens. Elle détestait ces cours de musique dans lequel elle se sentait de trop. Elle, ce qu’elle aimait c’était la danse, elle avait été si douée l’enfant, que retrouver un sens à sa vie lui paraissait impossible. Elle ne pourrait plus jamais faire une chose qui l’enivrait autant que la danse. Qu’importe les sacrifices, les douleurs du corps et les angoisses, elle vivait sur scène, elle vivait et savourait chaque seconde … Elle vivait sous les applaudissements et les compliments. Elle ne se sentait heureuse que lorsqu’elle pouvait se mouvoir librement … Ses yeux se fermaient lourdement et sa tête dodelinait déjà alors qu’une fois l’interpella soudainement. Elle sursauta et se tourna vers le distributeur. Pendant un instant elle ne discerna qu’une silhouette, celle d’un homme bien plus vieux qu’elle. Fronçant les sourcils, elle humidifia ses lèvres en clignant des yeux pour mieux saisir ce qui se passait. Avisant la machine elle comprit ce qu’il lui avait demandé et s’apprêter à souffle un simple oh oui ! avant de voir son visage. Son visage. Ecarquillant doucement les yeux Seizan se leva lentement de sa chaise en s’approchant de lui. Rêvait-elle à nouveau ? Elle s’approcha doucement en détaillant les traits de son visage à l’identique. Il te ressemble tellement … Comment cela pouvait-il être possible ? Elle n’osa combler les derniers mètres et s’arrêta à quelques pas de lui. Elle n’avait alors jamais entendu le son de sa voix, mais ce visage était si familier. De ses lèvres pleines à son regard perçant. Elle fit un pas de plus alors qu’elle sortit de son jean, machinalement quelques pièces de sa poche, de quoi lui suffire pour qu’il puisse se payer un encas dans cette machine. Elle rouvrit son poing délicatement et lui offrit sa paume pleine de monnaie. La surprise pouvait se lire sur son visage et son regard de chat détaillait plus encore son visage alors que son minois se penchait sur le côté. Une mèche de cheveux lui tomba devant le regard alors qu’elle souffla « Qui êtes-vous ? » de cette sincérité déroutante. Elle n’avait pas la moindre idée de qui pouvait être cet homme devant elle, car il n’existait (pour elle) que dans ses songes.


N U M B  T H E  P A I N

I just caught up with a good dream and real things, never really seem to add up and I’ve been outta touch with  this thing called love, because I ain’t think I deserved it much.
Nam Ji Hoon
Nam Ji Hoon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Lun 22 Fév - 1:30

Oh non. Qu’est-ce qui était en train de se produire ? Ji Hoon vivait chaque jour dans la hantise qu’un ancien fan ne fasse le geste de trop. Ne pose la question de trop. Lui fasse revive l’enfer que fut une bonne partie de sa vie d’idol. Et il avait l’impression que ça allait se produire là, alors que la jeune femme s’approchait lentement de lui, l’air sur un petit nuage qui n’appartenait qu’à elle, pas tout à fait blanc, mais pas non plus sur le point d’exploser en éclairs et tonnerre. Est-ce que c’était cette si menue demoiselle qui allait finalement le plonger dans le gouffre de l’incertitude ?

« Écoute… »

Il avait commencé de façon peu assurée, ce qui ne lui ressemblait pas. Sa voix habituellement si franche et sûre, rythmée comme si elle ne pouvait oublier qu’il avait un jour gagné sa vie en chantant. Elle était basse, morte sur la dernière syllabe. Le reste de la phrase reste en suspens. Ji Hoon ne réalise pas bien ce qui se passe. Elle est juste là, devant lui, si près, trop près. Elle ne dit rien. Se contente de l’observer. Et c’est après une trop longue poignée de secondes qu’il baisse finalement assez les yeux pour voir la petite main féminine ouverte sur une poignée de monnaie. Il a un petit soupir. Un soulagement qu’il ne peut retenir. Il n’était pas encore sorti de l’auberge. Mais au moins s’était-elle approchée pour répondre à sa demande. Il était bête.

Ji Hoon a un bref coup d’œil pour la distributrice derrière lui, juste histoire de voir combien était le sandwich qu’il comptait s’offrir. Il prend les pièces nécessaires, essayant d’effleurer le moins possible la main un peu fraîche. Simple question de principe… Par contre, voilà qu’une question franchit le seuil des lèvres délicates. Une question qui plonge Ji Hoon dans une certaine perplexité. Son regard quitte la main tendue pour en revenir au visage féminin.

« Pardon ? », demande-t-il, bêtement. Il avait très bien compris et elle n’avait pas besoin de répéter. Mais jamais il ne se serait attendu à ça. Il croyait qu’elle avait agit de la sorte parce qu’elle l’avait reconnu. Ou jouait-elle à un jeu ? Était-elle starstrucked ? Parfois, Ji en avait un peu marre de devoir se poser ces questions. Alors il décide de les laisser de côté. « Nam Ji Hoon. J’enseigne le chant ici. »

Ici. Où est-ce qu’il l’aurait enseigné, puisqu’il se trouvait à Yonsei ce soir ? N’importe quoi. Brisant le charme, Ji Hoon tourne les talons pour rejoindre la machine distributrice. Il glisse une à une les pièces dans la fente prévue à cet effet. Ça fait un bruit de ferraillerie terrible dans le silence de la cafétéria…

« Tu étudies ici, je suppose. Tu étais sur le point de t’endormir le nez dans tes bouquins. Tu devrais rentrer à ton dortoir. C’est lequel ? Je peux te raccompagner. »

Histoire qu’elle arrive à bon port ou… il ne savait pas. Elle semblait un peu rêveuse. À cette heure, une si menue et jolie jeune fille, ça pouvait être dangereux. Oui, il avait parfois cette façon de penser un peu trop patriarcale. On l’excusera. Au moins, c’était pour le bien de la demoiselle, hein…


©️ Frimelda
Keita Seizan
Keita Seizan
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Mar 23 Fév - 22:36

Elle restait le bras tendu devant lui à lui offrir sa monnaie. Elle notait l’effort qu’il appliquait pour ne pas la toucher. Que craignait-il ? Seizan n’avait plus vraiment l’habitude des hommes galants qui faisait attention. Que ce soit pour lui, ou pour elle. Elle fixait son visage concentré sur les pièces et pouvait le percevoir non sans mal. Comment était-ce possible ? Comment avait-il pu rejoindre ses songes et exister pour de vrai ? Seizan n’avait jamais cru en la réincarnation, mais était-ce là un signe du destin ? Elle qui paraissait si insignifiante à ses yeux. Elle pencha la tête sur le côté et mordilla l’intérieure de sa joue discrètement, comme pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas. La réalité était plus surprenante que ses rêveries. Quand il se détourna elle fut presque déçue de ne pouvoir détailler son visage. Se contentant d’un profil presque fuyant elle l’écoutait sans un mot. Nam Ji Hoon. Un prénom aussi familier qu’étranger. Elle avait déjà connu des gens portants la même sonorité de nom, mais rien qui ne soit marquant pour la jeune femme. Qui était-il autrement ? Qu’un simple professeur de chant ? Aurait-elle dû le connaitre autrement ? Etrangère à son pays pendant de longues années, Seizan se contentait d’observer le reflet de son visage dans la vitre du distributeur. Elle crut y voir un sourire complice de celui qu’elle ne connaissait que trop bien et se ravisa alors qu’elle s’apprêtait à pouffer de rire. S’était-il caché parmi les hommes pour la retrouver ? L’histoire aurait été jolie et elle se promis de l’écrire quelques parts.
 
Elle recula d’un pas en croisant des bras dans son dos comme une enfant malicieuse cachant quelques choses. Elle le fixa sans pouvoir détourner son regard, clignait des yeux brièvement pour être certaine de ne pas voir son image disparaitre. Le bruit de ferraille résonna dans la pièce avec férocité. Elle tiqua, rien qu’une seconde, mais le grondement du moteur l’apaisa tout aussi rapidement. Seizan appréciait regarder les portants tourner pour libérer le sandwich et d’ordinaire elle les regardait comme fascinée, hypnotisée, mais ce soir elle avait beaucoup plus appréciable à regarder. Comme si la porte entre deux mondes s’étaient ouvertes. Ce soir rien ne pouvait la fasciner plus que l’homme qui se trouvait devant elle. Pourtant, d’une façon qu’elle ne put saisir, il détourna son attention un instant sur ses devoirs qu’elle faisait et lorsqu’elle avisa la table en regardant par-dessus son épaule elle esquissa un sourire. « Pyobeom. » dit-elle simplement en reportant son attention sur lui. Est-ce que cela lui était familier ? Son regard glissant sur son corps, non pour le dévorer du regard de façon déplacée et peu agréable pour lui, mais pour le détailler. Il lui paraissait plus petit qu’elle ne l’aurait cru, mais son démon était construit de cette image qu’elle raffolait tant. Grand et puissant. Maitre d’un monde qu’elle devait taire. Elle baisse son regard sur le sandwich tombé dans le bas de la machine et souffle « D’accord … »
 
Peu loquace, en temps normal Seizan aurait poliment déclinée la proposition, appréciant sa solitude, mais ce soir les choses étaient différentes. Troublante. Elle s’éloigne avec sa grâce habituelle et rassemble ses affaires en se tournant vers lui. « Je suis prête. » Mais peut-être qu’il ne l’était pas. Elle se rapprocha de lui et veilla à garder une distance courtoise, car elle ne voulait pas le froisser et avait noté le froissement de son nez quand elle avait tendu la main vers lui. Elle peinait à détacher son regard de son visage et répéta tout bas « Nam Ji Hoon … » elle secoua la tête pinça sa bouche pour en contenir tous les secrets, elle se contenta de souffler pour s’excuser « Je ne vous connais pas professeur. Pourtant je suis en section musique … » elle s’incline rapidement et se redresse en ajoutant « Keita Seizan. 1ère année. »


N U M B  T H E  P A I N

I just caught up with a good dream and real things, never really seem to add up and I’ve been outta touch with  this thing called love, because I ain’t think I deserved it much.
Nam Ji Hoon
Nam Ji Hoon
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Ven 26 Fév - 2:49

La machine distributrice gratifie Ji Hoon de son ronronnement irrégulier et mécanique habituel lorsqu’il a terminé d’enfoncer un à un les boutons qui activent les commandes, non sans avoir glissé les pièces de la demoiselle dans la fente prévue à cet effet. Il observe d’un regard morne son sandwich trop santé tomber. Au moment où il se penche pour le ramasser dans la machine, il voit du coin de l’œil quelque chose qui attire son attention… et quand son regard avide tombe sur un sandwich débordant de viandes et de mayonnaise, il ne peut retenir un juron. Ok, pourquoi est-ce qu’il n’avait pas vu ça avant ? Trop tard maintenant et dans un grognement, il se fait une idée et ramasse son sandwich tout tristounet à côté du Saint Graal que représente l’autre. Saloperie de journée, hein…

Il relève le regard vers la jeune demoiselle. Était-ce de la stupeur qu’il lisait dans son regard ou était-il seulement déphasé quand venait le temps de comprendre ce qui se passait derrière ces beaux yeux de biche ? Elle semblait surtout être prise dans des phares, la biche. Pas les siens, il espérait…

« S’cuse. J’ai vu un sandwich qui avait l’air bon et… », commence-t-il vaguement, ses marmonnements le forçant à agiter une main vers la distributrice. « M’enfin c’est pas grave. Tu devrais ramasser tes trucs, qu’on aille te porter à ton dortoir. »

Il se redresse finalement, commençant à déballer son sandwich. Il le sent, grimaçant un peu, de toute évidence pas trop sûr de ce qu’il allait ingérer. Il craignait les trucs trop bons pour la santé. Il était sûr que c’était une arnaque… Pyobeom, hein ?

« Les chatons. », répond-t-il en acquiesçant brièvement, une bouchée de son sandwich déjà en train d’être mastiquée. Son regard quitte l’aliment pour en revenir à son interlocutrice et il convient : « Ouais, je sais où est votre dortoir. Je te ramène si tu veux. »

Il s’assoit sur une table comme un adolescent en attendant qu’elle ait terminé de ramasser ses trucs, patient. Il pouvait l’être dans des situations où on ne l’aurait pas cru. Quand elle a terminé, lui aussi… et il jette son papier de sandwich dans la corbeille, poussant un petit cri de victoire sans éclats alors qu’il réussit son coup. Il n’aime pas trop la façon dont elle prononce son nom. Ouais. Nam Ji Hoon. Ça ne lui disait vraiment rien ? Il avait du mal à la croire. Ils avaient brillamment conquis le monde. Mais il préfère jouer à ce jeu-là lui aussi, alors peu importe.

« Pas besoin de faire autant de cérémonies. », assure-t-il quand elle s’incline poliment. « Alors tu es nouvelle. Tu étudies en quoi ? Tu kiffes ? »

Il se relève, secouant ses mains tout en lui faisant signe de le suivre.

« Tiens, ça me fait penser… Quelqu’un a glissé un mot rapide sur une autre fraternité. Les Gumiho. Il s’est passé quoi avec eux ? », demande-t-il, curieux et voulant meubler le silence potentiel qui pourrait s’installer entre eux. Elle semblait toujours sur un petit nuage particulier et il n’était pas certain d’avoir envie de savoir de quoi il était composé, ce petit nuage. « C’était quoi leur créature-totem ? Un gobelin, vu comment tout le monde en parle ? »

Il ricane de sa blague sûrement pas très drôle, mais Ji Hoon était chanteur, pas humoriste et il le vivait très bien !


©️ Frimelda
Keita Seizan
Keita Seizan
❝ REGULAR ☙ MEMBER
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty Sam 27 Fév - 19:37

Une nonchalance qu’elle découvrait chez cet homme et qui semblait la surprendre. Elle l’observait s’asseoir sur cette table, loin de l’attitude qu’on attendait d’un professeur, pourtant loin de l’offusquée elle s’en amusait. Affichant un sourire en coin elle se dirigea vers ses affaires qu’elle rangea. Les pyo étaient-ils tous vu comme des chatons ? Cela n’avait rien de glorieux et si le terme pouvait être affectif, il n’en restait pas moins … taquin. Mais Seizan n’était que trop récente dans sa fraternité pour comprendre l’ampleur de la situation entre les différents dortoirs. Elle appréciait son groupe et partageait avec eux des moments de complicités qu’elle n’avait jamais connus ailleurs et cela lui suffisait amplement. Plaçant son cahier au fond de son sac, elle ferma un instant les yeux en sentant les mains de son démon se glisser sur ses bras, comme une étreinte pour se rappeler à elle. SI elle n’avait pas aperçu le professeur toujours assis sur sa table, elle aurait cru à sa chaleur qu’elle sentait soudainement dans son dos. Un frisson lui parcourus l’échine alors qu’elle se stoppa dans ses gestes. Un instant elle dû fermer les yeux pour chasser cette sensation et retrouver un certain équilibre. Elle déglutit, sentit sa gorge se nouer alors qu’elle finit de rassembler ses affaires. Seizan se tourna enfin vers lui et répondit finalement à sa question « Musique et chant. » dit-elle simplement, il savait qu’elle était en première année. « J’aime ce que je fais. » dit-elle avec un sourire poli. Puis se ravise. Elle aimerait lui dire qu’elle ne se sent pas totalement à sa place, qu’elle essaye, mais que rien ne semble réellement lui correspondre, mais … il n’avait pas besoin de supporter ses interrogations. Il n’était venu, de base, que pour se restaurer, pas pour l’écouter elle. Il la ramenait, elle trouvait ça surprenant mais agréable.  Marchant à ses côtés, elle se dirigea vers le couloir menant vers la sortie. « Vous êtes sûr que cela ne vous dérange pas ? Je peux prendre le bus, j’ai l’habitude. » assure-t-elle en remontant son sac sur l’épaule, elle esquisse un sourire qui étire ses yeux de chats en deux lunes. Elle réfléchit à sa question mais affiche une moue dubitative « Pour être honnête j’en sais rien … Je suis arrivée que récemment, alors je vous avouerais que les anciens groupes … » elle ponctue sa phrase d’un haussement d’épaule et d’un petit rire. Elle ne pouvait s’empêcher de le regarder du coin de l’œil, cherchant le détail qui le trahirait, qui montrerait qu’il n’était pas lui. A mesure qu’elle lui parlait, elle semblait le dissocier. L’aura n’était pas la même, la façon qu’il avait de lui parler n’était que polie et faussement familière. Elle pouvait sentir cette distante que le professeur mettait à juste titre. Pourtant son visage lui était terriblement familier, comme si elle retrouvait une vieille connaissance. La stupeur qui avait pu se lire sur son visage, elle n’aurait jamais pu l’expliquer. Comment avouer un tel délire ? Elle qui avait toujours été avide d’univers particulier, elle se perdait dans tous les livres et films qui pouvait la tirer de son quotidien fait de sacrifice et de pression. La danse l’avait façonné, mais pas toujours de la bonne manière. Elle regrettait presque de ne pas en savoir plus sur les Gumiho. Ni de connaitre le totem, bien qu’elle n’aurait pas imaginé un gobelin mais peut-être davantage un renard à 9 queues, une créature mythique en Corée. Elle en aurait presque oublié ces légendes. Cela lui aurait permis d’entretenir la conversation plus facilement. Passant une main dans ses cheveux elle tourna vers son visage et souffla « Et vous professeur ? Vous êtes arrivés récemment, pas vrai ? » comme une évidence. Elle aurait parié à une petite année grand maximum. Mais Seizan peinait à regarder le monde autour d’elle. Comme un secret bien gardé, elle se contentait de ce monde en noir et blanc.


N U M B  T H E  P A I N

I just caught up with a good dream and real things, never really seem to add up and I’ve been outta touch with  this thing called love, because I ain’t think I deserved it much.
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: Something wicked this way comes + Keita Seizan Something wicked this way comes + Keita Seizan Empty

Les études sont finies !
Une nouvelle année s'achève pour une nouvelle année qui démarre. C'est le changement d'année (2021 - 2022) sur la Digital City. Les étudiants profitent de leurs vacances alors que les citizens continuent leurs acitivités des tous les jours. Cette année, nous célébrons la victoire des Pyobeom !