sombre
-56%
Le deal à ne pas rater :
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go – 2,5″
24.99 € 57.21 €
Voir le deal


    :: Le reste du monde :: Séoul :: Gangnam

━ keep this secret ft. ki seop ♥

Han Baek Ji
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Han Baek Ji
Pseudo, pronom(s) : yōkai. [he/they]
Célébrité : hwang hyunjin.
Crédits : ralhiel & solosands.
Messages : 229
Âge : 21
 http://www.shaketheworld.net/t26033-and-all-the-wonder-you-knew-http://www.shaketheworld.net/t26052-han-baek-jihttp://www.shaketheworld.net/t25774-yokai-when-life-gives-you-lemons#1012642
━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Ven 24 Déc - 18:54
Citer EditerSupprimer

“KEEP THIS SECRET”
please, don't change the way you think of me


OOTD || Sang, sueur et larmes s’écroulent. Une longue inspiration lui prend les poumons, exténués… Les jours récents deviennent plus lourds à supporter - plus les comebacks s’enchaînent, plus il a l’impression d’être qu’un mensonge sur pattes. Il n’est biologiquement pas un homme ; et même si la chirurgie mammaire a su lui atténuer sa dysphorie qui le tourmentait tant plus jeune, ce n’était pas pareil pour ce qui se trouve actuellement entre ses jambes. Il enviait affreusement les gens qui étaient nés dans le bon corps, c’était mentir s’il disait ne pas avoir pleuré maintes fois à cause de cette pensée, qui le hante encore aujourd’hui. Baek Ji est heureux d’être vu comme un homme par les yeux extérieurs, mais ça n’enlèvera pas le fait que lorsqu’il se retrouve seul et nu ; ça le tue de ne pas avoir ces attributs qu’il aurait eu, s’il était né avec le bon corps. Ça lui arrive majoritairement de rêver de ce qu’il se serait passé, s’il était né homme : Est-ce que ses parents l’auraient traité de la même façon ? Est-ce qu’il serait là, dans ce groupe entouré de gens merveilleux ? Est-ce qu’il aurait la même façon de penser ? Une seule chose est certaine, c’est qu’il aurait été plus heureux s’il était né homme. Une anxiété constante, qui l’a mené dans une atroce paranoïa ; il aurait même frôlé la fameuse dépression. L’envie de pleurer, ça lui arrive tout le temps. Même si les cicatrices qui se trouvent sur sa poitrine sont marques d’un meilleur futur pour sa dysphorie, elles sont également un rappel qu’il n’est pas né dans le bon physique. Le flocon de neige avait menti lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’était pas torse nu à la piscine, ou même pourquoi il allait seul dans une autre pièce pour se changer ; c’était simple. Qu’est-ce qu’il arrivera si l’on découvre son secret ? Si on découvre qu’il est nul autre qu’un homme trans ? Baek Ji a simplement répondu qu’il était d’une pudeur extrême et maintenant, on le taquine à propos de ça. Summer en particulier… Certaines choses le faisaient rire, mais ça le rendait inconfortable bien trop souvent. Parfois, Winter prenait du recul pour regarder ses bandmates ; de l’envie, mais une certaine mélancolie s’installait en lui. Ils étaient sa famille, mais même à eux, il avait menti. Ils ne connaissent aucun de ses secrets, Baek Ji avait même menti à propos de ses parents. Tous avaient plus ou moins une bonne relation avec leur parents, si ce n’était le leader - dont le flocon de neige s’est senti triste en apprenant l’affreuse nouvelle. Mais ses parents à lui ? Mensonge total. Il a prétexté que ses parents étaient toujours en voyage d’affaires, des personnes super débordées et que c’était la raison pour laquelle on ne le voyait jamais les appeler. Baek Ji s’attend bien à ce que la vérité finisse par être découverte, tôt ou tard. Ça l'assassine de mentir sur ses parents, parce qu’il aurait tant aimé que ça soit vrai ; que ses parents soient occupés, mais qu’ils soient fiers de lui, qu’ils ne le voient pas comme un péché, qu’ils l’aiment.

Le flocon de neige sort de ses pensées les plus profondes alors qu’il regarde son reflet dans le miroir de la salle de bain ; c’était assez tôt dans la matinée et certains dormaient encore. Baek Ji a alors décidé de prendre sa douche en premier, contrairement aux jours précédents. Il retire son pyjama, soupire et jette les vêtements dans la panière de linges sales. Décidément, ses tourments sont toujours d’actualité ; son regard croise les cicatrices au travers du miroir qui longe le mur de l’évier… Qu’est-ce qu’il aimerait ne plus penser à ça. C’est un homme, il en est un. Même s’il n’est pas né dans le bon corps, il en est toujours un. Peu importe ce que peuvent dire les autres, il en est un… Mais c’était si difficile. La dysphorie qui aimait bien titiller ses pauvres émotions puisque sa cicatrice restait assez voyante. Il n’arrivait clairement pas à gagner contre ces démons qui aimaient danser dans son esprit ; il ne pouvait même pas le dire au psychologue du groupe, ce serait d’une dangerosité affreuse. Alors, il se bat seul et sans support émotionnel ; parce qu’il refuse de risquer son futur pour ça. Les yeux fermés, un secouement de tête, il entre enfin dans le cabinet de douche avant d’activer l’eau. L’eau tombe premièrement sur ses cheveux avant de se déverser sur son corps ; il attrape un shampoing et l’applique sur ses cheveux. La raison pour laquelle il avait tant peur était simple, cette société n’est pas aussi clémente que certains le pensent ; il y a des problèmes majeurs que personne n'ose en parler, que personne ose faire un pas en avant pour changer le futur… Et même si l’un fait un pas en avant, est-ce que les autres suivront ? Les doigts frottent frénétiquement son crâne, l’eau rinçant le shampoing ; ça tombe dans ses yeux et ça pique. Il râle, fait la moue et tente d’attraper une serviette pour se nettoyer ses pauvres yeux attaqués par le produit. Si Winter était le premier à faire un pas vers ce fameux futur, aurait-il un support ? Est-ce que les fans seraient enchantés d’apprendre la verité et seraient-ils toujours là pour lui prodiguer un support, comme ils l’ont toujours fait ? Cependant, Baek Ji ne sera pas la première personne à faire son coming out publiquement ; il en est conscient et s’est informé sur le sujet. Ça le fait juste paniquer de voir comment certaines personnes ont été reçues par l'œil des internautes et de leur agences… Et même s’il affirmait publiquement de supporter la communauté queer, ce n’était pas pareil qu’affirmer en faire partie.

Le brun lave patiemment son corps avant de se rincer et de fermer le robinet, il souffle un coup ; tapotant sa nuque et ses épaules. Les courbatures de la journée précédente et de cette danse qu’il a embrassée avec la présence nocturne de la mélancolie. Le flocon sort enfin de la douche et attrape une serviette, il se sèche. Prend-il peut-être trop son temps et que les autres se sont enfin réveillés… Winter a toujours été long à la détente lorsqu’il s’agissait d’aller se laver, certains de ses bandmates s’en plaignaient de temps à autres ; parce qu’il prend approximativement vingt-cinq minutes pour une douche, oui. Le regard croise de nouveau ce reflet, cette dysphorie qui semble se moquer de ces cicatrices marquant une transition… Il a pourtant le t-shirt dans ses mains, c’était la dernière pièce de tissu qu’il avait besoin d’enfiler avant de retourner faire comme si de rien n’était… Et c’est justement s’il n’avait pas bloqué, que le drame n’aurait pas eu lieu. La porte s’ouvre, laissant apparaître Ki Seop… Confus et ne sachant pas quoi faire, le plus jeune le regarde avec les yeux ronds avant que ça ne s’entrechoque avec la réalisation. Il est torse nu. Ki Seop le regarde… Putain…

- « O-ON T’A JAMAIS APPRIS À TOQUER ?! », hurle-t-il subitement, cachant finalement sa cicatrice avec ses bras et le t-shirt. « NE ME REGARDE PAS. », ajoute-t-il, toujours dans cet hurlement digne d’un ton dramatique. Même s’il pouvait paraître exagérateur, il paniquait. La panique le faisait trembler, ses jambes menaçant de lâcher à tout moment. Les larmes montent aux yeux, le flocon se retourne et enfile d’une façon agitée son fameux t-shirt, qu’il aurait dû mettre au lieu de se faire bouffer par la dysphorie. Baek Ji prie les dieux pour que son bandmate n’ait pas vu la grande cicatrice qui se trouvait en dessous de sa poitrine… Même si c’était très peu probable.

- « Qu’est-ce que tu veux…? », il demande enfin. Restant de dos, puisqu’il n’a pas réellement envie que ce dernier ne le voit se battre contre les larmes qui menacent de couler à flot. Sa voix est tremblante… Vas-y Ki Seop, tu peux me frapper. Tu me trouves dégueulasse, je le sais… Tu as une raison en plus pour t’en prendre à moi, je ne suis pas normal… Je suis un péché…

@Hwang Ki Seop
AVENGEDINCHAINS

________________________________


what things ❆
something inside of me's tryna crawl up to the surface. something is suddenly smothering, stopping me. stubbornly getting its way, drowning out the wave. I've got a reason to believe that I'll turn out just fine

Hwang Ki Seop te surkiffe

Hwang Ki Seop
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Hwang Ki Seop
Pseudo, pronom(s) : Cookie || des pronoms humains.
Célébrité : Christopher Bang/Bang Chan (skz)
Crédits : miki
Messages : 15
 http://www.shaketheworld.net/t26078-hwang-ki-seop-kiki-do-you-lohttp://www.shaketheworld.net/t26130-hwang-ki-seop#1015311
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Mer 29 Déc - 6:32
Citer EditerSupprimer
Keep this secret
Children show scars like medals. Lovers use them as secrets to reveal. A scar is what happens when the word is made flesh.

Ft. @Han Baek Ji
Encore une nuit trop courte s’achève pour le leader. Son corps n’en souffre toutefois pas, il s’est habitué à ce rythme que plusieurs qualifieraient d’atypique. Son travail étant très demandant, autant physiquement que mentalement, il ne bénéficie quasi jamais des huit heures de sommeil recommandées. Le jeune homme affirmera ne pas en avoir besoin et que, de toutes, il compense avec une alimentation saine, de l’exercice ainsi qu’une séance de méditation au quotidien. Même si les quelques heures dans les bras de Morphée se sont faites minces, le sommeil n’alourdit pas ses paupières plus longtemps. C’est quelques minutes avant son alarme qu’il ouvre les yeux, réveil comme tant d’autres pour lui. Dormir jusqu’à la dernière seconde n’est certainement pas dans ses habitudes. À quand remonte la dernière fois que c’est son alarme qui l’a tiré du sommeil ? Même pendant ses jours de repos, il se met une alarme… et ouvre les yeux avant qu’elle ne sonne. Fut un temps, il la laissait tout de même, puisqu’il appréciait en entendre la douce mélodie, alors qu’il était déjà en train de se vêtir. Ce matin, il supprime toutefois déjà la notification sur son téléphone. Spring dort encore et il ne voudrait pas le réveiller. Contrairement à lui, ce dernier n’a aucune difficulté à dormir de longues heures et semble même en avoir besoin. La seconde chose qu’il fait sur son cellulaire est : vérifier ses mails. Il n’est pas rare que le manager ne lui transfère des mails importants de l’agence ou ne lui écrive lui-même des messages, lui partageant des idées ou lui donnant des directives. En tant que leader, Ki Seop a beaucoup de choses à gérer et prend même sur lui d’en faire plus qu’on ne lui demande.

Le jeune homme se retourne sur le dos et passe une main sur son visage, prenant une seconde pour que son esprit ne s’éveille correctement. Il lit avec attention tous ses messages et répond déjà aux plus urgents, réfléchissant en même temps à comment adapter la planification de sa journée. Saeng passe ensuite rapidement sur les réseaux sociaux. Il n’y est pas le plus actif, pensant que ses photos et commentaires n’intéresseraient que peu de gens, mais cela ne l’empêche pas d’aller jeter un oeil aux comptes de ses bandmates ou ceux du groupe. Lire les commentaires positifs le rassure. Il fait quelques captures d’écran sur des commentaires haineux pour ensuite les envoyer à son manager, afin que celui-ci ne les fasse disparaître et ne bloque les netizens. Dans le meilleur des mondes, Ki Seop se dit que ses bandmates n’auront même pas eu le temps de poser les yeux sur ces mots affreux. Spring a continué de dormir pendant toute l’heure et demie que le jeune homme a ainsi passé sur son téléphone. Le plus vieux dépose son téléphone à côté de son oreiller et tourne plutôt son regard vers son bandmate. Ce dernier a les yeux clos, la bouche entrouverte et la bave qui ruisselle paisiblement. Aucun souci ne semble le troubler. Un mince sourire s’esquisse sur les lèvres du leader. Le sommeil de pierre de son ami l’a toujours impressionné et le fera probablement encore longtemps. Pour sa part, son cerveau est bien trop loin dans ses réflexions pour se rendormir. Le voilà qui repense à cette chanson sur laquelle il s’est endormi, la veille. Les paroles ont du potentiel, mais il leur manque définitivement quelque chose. Une idée lumineuse lui vient enfin et, sans perdre de temps, il reprend son téléphone pour la noter. À présent satisfait, il se redresse dans son lit et repousse enfin les couvertures.

Vêtu d’un boxer noir et d’un t-shirt ample gris, Ki Seop s’extirpe de son lit. Contrairement à d’autres membres du groupe, il n’est pas à l’aise avec l’idée de dormir nu alors qu’il partage sa chambre. Le jeune homme ne considère rien avoir à cacher et n’est pas embarrassé par son corps non plus. Entre la natation et la salle de gym, il est même habitué à la nudité partielle. Cependant, la chambre qu’il partage avec son bandmate ne lui semble pas être un endroit qui s’y prête. Les autres font ce qu’ils veulent, l’Australien n’impose sa pudeur - qu’on le taquine en la qualifiant de « typiquement occidentale » - à ses colocataires de chambre. Au fil des années, il a partagé son espace de vie avec tous les autres à l’exception de Winter. Affirmer que c’était par choix de sa part ne serait qu’un demi-mensonge, puisqu’il est vrai que Saeng n’a jamais affirmé souhaiter partager sa chambre. Bien qu’il apprécie et respecte le plus jeune, leur relation n’est définitivement pas la même qu’avec les autres. Il en est malheureusement moins proche. Il le connaît beaucoup moins, puisque ce dernier ne s’est que très peu entraîné avec eux avant qu’ils ne débutent et que le lien ne semble jamais s’être vraiment tissé entre eux. Ki Seop préférait donc partager sa chambre avec les autres membres qu’il connaissait mieux et en qui il avait plus confiance. Cela dit, la cohabitation n’était pas toujours aisée et toutes n’ont pas duré très longtemps. Personne ne semble pouvoir le supporter ou le faire sortir de sa coquille comme Jun le faisait.

Bien que le leader n’éprouve que de l’affection pour Autumn, la cohabitation entre eux était catastrophique et a même causé du tort à leur relation. Heureusement, aujourd’hui, ils ont appris de l’expérience et s’apprécie… en ne partageant que les pièces communes. Avec Summer, l’ambiance était légèrement tendue, même si elle était tout de même vivable. Spring est la personne avec qui il vit depuis le plus longtemps et avec qui la cohabitation semble le mieux fonctionner. Les habitudes workaholic du plus vieux ne gênent pas l’autre dont rien ne peut troubler le sommeil. Puis, comme ce dernier passe tellement de temps à dormir - sans bouger, sans parler, juste en bavant - il n’interrompt pas le sommeil délicat du leader. Tous deux sont assez sérieux et font attention au ménage. Aucune chambre n’a jamais été aussi propre et rangée que la leur. Spring est définitivement un exhibitionniste, mais, il sait comment signaler qu’il souhaite avoir un moment d’intimité… contrairement à un certain autre bandmate. Tout le monde semble heureux avec l’organisation établie et cet appartement commun. Pourquoi le manager a-t-il pensé bon de leur en trouver un nouveau alors ? Certes, l’autre sera plus grand, plus lumineux, il est plus près de l’agence et la cuisine y est mieux aménagée pour cinq personnes, mais tout de même. Cela veut dire qu’ils devront s’installer de nouveau… Puis le problème des chambres restera le même : trois personnes dans une grande chambre et deux personnes dans l’autre. Étant le plus âgé et le leader, ainsi que le plus chiant à vivre avec, Ki Seop se retrouve généralement d’office avec la chambre à deux. Il soupire en se disant qu’il continuera sûrement à vivre avec Spring, les choses sont plus aisées ainsi. L’idée de tout devoir mettre en carton et de tout redéballer et recommencer ne l’emballe toutefois pas vraiment. Il devra l’annoncer aux autres aussi, il espère qu’ils en seront heureux.

Le jeune homme sort silencieusement de sa chambre, referme doucement la porte derrière lui. Le calme règne toujours dans l’appartement. Il pense donc tout naturellement que tout le monde dort encore. C’est souvent le cas à cette heure. La porte de la salle de bain ne lui offre aucune résistance, c’est que la pièce doit être libre, non ?

Non.

Ki Seop cligne des yeux, surpris de trouver le maknae, à moitié vêtu. Baek Ji semble être pris en pleine contemplation de son reflet. C’est vrai qu’il est mignon, mais… n’est-ce pas un peu de l’abus narcissique ? Enfin, il fait ce qu’il veut.

Ah… Par- » commença-t-il sur un ton calme avant de se faire couper dramatiquement.

O-ON T’A JAMAIS APPRIS À TOQUER ?! NE ME REGARDE PAS.»

Le jeune homme n’est pas certain de comprendre pourquoi il se fait ainsi agresser, mais continuant de croire que Baek Ji est extrêmement pudique, il baisse les yeux et tourne la tête pour lui laisser son intimité. Même qu’il recule et referme la porte sur lui, ne la laissant qu’entrouverte pour mieux laisser passer le son de leurs voix. Il a vu ses cicatrices, mais ce n’est pas la première fois et il ne s’en formalise pas plus que la fois précédente. Pour lui, elles ne changent rien à ce qu’il pense du plus jeune.

Pardon… Je pensais que tout le monde dormait… Il n’y avait pas de bruit et la porte n’était pas verrouillée… » expliqua-t-il, espérant que Winter comprendrait que le malentendu était aisé à s’immiscer. « Je prends souvent ma douche à cette heure… pour éviter que Spring ou Summer ne veuille s’inviter pour m’aider. » marmonna-t-il, découragé comme toujours par l’attitude désinvolte et joueuse de ses bandmates vis-à-vis ce sujet.

Il hocha doucement la tête, soupirant en se rappelant encore la fois où l’un des imbéciles s’était glissé dans la pièce, alors qu’il était sous la douche et était venu lui tendre la bouteille de gel douche. Ki Seop avait eu si peur, parce qu’il ne s’y était absolument pas attendu !

Qu’est-ce que tu veux…? »

Prendre ma douche… ? Seul…? » répondit-il tout naturellement, ne voyant pas d’autres raisons pour lesquelles il aurait été vers cette pièce sinon.

Il passa une main sur sa nuque, avant de tourner la tête pour étirer son cou. Avait-il dormi dans une mauvaise position ? Quelque chose semblait le gêner…

T’en as encore pour longtemps là-dedans ? » demanda-t-il toujours aussi calmement.

Si c’était le cas, il allait penser à aller se préparer à petit déjeuner avant de prendre sa douche. Bon, de base, il avait pensé manger avec les autres, mais il pensait à comment gérer au mieux son temps pour ne pas perdre de précieuses minutes.

Ah et faudra que je parle à tout le groupe, quand tous seront réveillés, donc si tu pouvais rester au moins jusqu’à ce que ce soit fait… Ça me faciliterait la vie. » lança-t-il avec sérieux, le dos tourné à la porte pour lui donner un maximum d’intimité.

Ils n’avaient pas d’activité de groupe de planifié dans la matinée, donc les autres en profitaient visiblement pour faire la grasse matinée. Connaissant Baek Ji, Ki Seop se doutait que ce dernier s’éclipserait pour s’entraîner. Or, il n’avait pas envie de courir après chacun, donc autant saisir l’occasion puisqu’il le croisait avant qu’il ne s’éclipse.
Pando

________________________________

On Black
Black

Han Baek Ji te surkiffe

Han Baek Ji
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Han Baek Ji
Pseudo, pronom(s) : yōkai. [he/they]
Célébrité : hwang hyunjin.
Crédits : ralhiel & solosands.
Messages : 229
Âge : 21
 http://www.shaketheworld.net/t26033-and-all-the-wonder-you-knew-http://www.shaketheworld.net/t26052-han-baek-jihttp://www.shaketheworld.net/t25774-yokai-when-life-gives-you-lemons#1012642
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Jeu 30 Déc - 5:47
Citer EditerSupprimer

“KEEP THIS SECRET”
please, don't change the way you think of me


OOTD || Le mensonge était probablement le choix le plus facile et le plus sûr et même s’il considérait ses bandmates et fans comme une précieuse famille ; il ne comptait pas leur faire son coming out. Simple mesure de sécurité, quand bien même Winter connaissait les opinions, goûts et couleurs de ces derniers… Au détriment du leader, dont il n’a jamais réellement eu le courage de tisser un lien avec. La peur est la raison, s’étant propagée dans son esprit bien trop paranoïaque depuis ce fameux malentendu ; Jamais ne l’a-t-il revu pointer son bout de nez pour venir le traîner hors de la salle d’entraînement, depuis. Sûrement parce qu’il lui en veut, évidemment qu’il n’y a pas d’autres raisons ! Le leader planifie sûrement son meurtre depuis toute ces années ! C’est vrai que c’est difficile de cacher un corps et de trouver une excuse sur la disparition mystérieuse du plus jeune. BIEN SÛR qu’il n’y avait pas d’autres raisons. Dans l’autre sens, le flocon de neige était absolument proche des autres bandmates - était-il même presque meilleur ami avec Summer, malgré leurs différends avant qu’ils ne débutent. Il est vrai qu’ils étaient le contraire total à leurs débuts et même qu’ils se chamaillaient pour des histoires qu’ils considèrent aujourd’hui mutuellement de gamineries. Winter se rappelle lui avoir dit d’aller s’entraîner sur sa façon de danser, en réponse à ses dires sur sa façon de rapper. Ils ont réussi à surmonter les engueulades et sont désormais presque inséparables, deux clowns ; ça, ils le sont certainement… Winter partageait alors sa chambre avec Autumn et Summer, laissant Saeng co-habiter avec Spring. C’était certainement mieux ainsi, bien que le plus jeune soit réellement ennuyé par les habitudes bordéliques de ses deux colocataires. Il se retrouvait alors à devoir s’occuper du ménage de leur chambre et à devoir répéter sans cesse qu’il aimerait éviter de devoir ramasser leurs vêtements sales, à chaque fois qu’il revenait de ses entraînements tardifs. Apparemment, ils semblent sourds puisqu’ils ont toujours cette fâcheuse habitude…

Souffler, c’est la première chose qu’il a faite lorsqu’il s’est réveillé. Les yeux rivés sur le plafond, il fait sombre ; si sombre qu’il n’en distingue pas le visage endormi de ses bandmates. Sûrement parce que les rideaux sont fermés et que le soleil ne s’est probablement pas encore levé. La main droite traversant le visage à moitié endormi, le flocon baille en s’étirant aussi fort que son fin corps le désire. La nuit a été courte, trop courte. Les émotions encore tourmentées par celles de la nuit précédente, le cerveau encore brouillé par la fatigue qui semble vouloir l’inviter dans les bras de Morphée… Baek Ji avait peut-être la matinée pour faire la grasse matinée, mais il n’en était pas du même avis que ses fameux bandmates. Non. Il allait profiter de ce merveilleux emploi du temps pour se rajouter du boulot en plus et donc, de s'éclipser du dortoir pour aller se réfugier à l’agence. Peut-être qu’il se surmène trop. Peut-être que prendre du temps pour lui-même est la meilleure chose à faire. Mais non. Non. Il était bien trop têtu pour se l’avouer ; s’entraîner était la seule façon pour lui d’oublier ses problèmes et de se sentir libéré… Un soupir lui échappe alors qu’il se redresse enfin. Ses pieds cherchent ses pantoufles et le voilà qu’il se lève. Pour éviter de réveiller ses colocataires avec une lumière intrusive, il se repère avec la luminosité de son téléphone - il se faufile silencieusement hors de la chambre et souffle un coup. Vêtu d’une pièce de pyjama, le brun s’avance tranquillement jusqu’à la salle de bain. S’il est assez rapide, il ira préparer un déjeuner pour ceux qui se lèveront pour le beau matin… Il voulait même essayer une petite recette de pancakes, histoire que ça change d’habitudes. Baek Ji n’entend aucun bruit, jugeant alors qu’il est le premier à s’être levé. Ça le surprend dans un sens, puisque c’est le leader qui est habituellement le premier à être debout ; il faut dire que Winter n’a dormi que deux petites heures, étant rentré tardivement alors que la lune menaçait d’aller se coucher. Son lourd sommeil à été court. Un poil trop court.

La douche prise, la dysphorie se permet de lui faire un blocage. Baek Ji se regarde et les émotions se tourmentent seules, son cœur se serre et se laisse agoniser. Ô, qu’il aimerait que ça cesse. Il redoutait pourtant que ça ne lui plaise pas d’avoir cette cicatrice - mais à ce point, non, il ne s’en doutait pas avant de faire l’opération. Les yeux rivés sur ce reflet ; ça se moque, ça s’insulte à l’intérieur. Il ferme ses yeux lors d’un court instant avant qu’il ne remarque l’arrivée d’un intrus. Ki Seop était là, il le regardait. Et c’était comme un ralenti, une longue inspiration, un cœur qui semble vouloir sortir de sa poitrine. Une réalisation qui semble alerter le cerveau déjà paniqué du flocon de neige. Ses yeux s’écarquillent, on le poignarde directement dans le cœur.

Non.

Non.


Ça ne pouvait pas être réel. Il hallucinait, n’est-ce pas ? C’est juste de la fatigue, c’est un mirage. S’il se pince, il va se réveiller dans son lit et personne n’aura découvert son secret. Les larmes menacent de tomber à flots, alors qu’il lui hurle dessus. Baek Ji n’a jamais réellement été agressif et ce n’était pas ce qu’il voulait, à cet instant. La panique parlait à sa place, son cerveau n’arrivait pas à réfléchir ; concevoir que c’était bientôt la fin le rendait désespéré. A cet instant, il accepterait les coups. Il a menti, ne devrait-il pas payer pour ses mensonges ? Excuse-moi Ki Seop… Je suis désolé que tu apprennes de cette façon que je ne suis pas normal. Le dos dorénavant tourné vers lui, il sent la raison l’abandonner ; il a mal. Il a beaucoup trop mal au cœur. Son cerveau n’arrive plus vraiment à distinguer si c’est réel, on dirait un cauchemar… Un cauchemar qui paraît réel.

Pardon… Je pensais que tout le monde dormait… Il n’y avait pas de bruit et la porte n’était pas verrouillée… », peut-être aurait-il dû la fermer, cette porte. Peut-être que ça ne serait jamais arrivé, s’il avait fait attention. « Je prends souvent ma douche à cette heure… pour éviter que Spring ou Summer ne veuille s’inviter pour m’aider. »

Sa gorge se serre, sa voix menace de craquer alors qu’il lui demande ce qu’il veut. Dans son cerveau bien trop paniqué, c’est la seule chose qu’il a pu sortir sans se mettre à pleurer en demandant pardon et de lui supplier de ne pas le dire à qui que ce soit.

Prendre ma douche… ? Seul…? », évidemment. Ça paraît le plus logique… Baek Ji laisse un fin soupir échapper de ses lèvres tremblantes, enfilant le dernier bout de tissu qu’il aurait dû mettre bien avant que Ki Seop n’entre dans la pièce. « T’en as encore pour longtemps là-dedans ? », Il essuie ses larmes du revers de sa main avant de renifler ; il a bien peur que Saeng ait entendu ses sanglots. Mais au point où il en est, il n’y aura rien de plus pitoyable que d'avoir découvert son secret.

Mh… Non… », a-t-il d'abord affirmé. Tentant d’ignorer son reflet, afin qu’il ne voit pas cette expression pitoyable qu’il s’affiche sur son visage. « Encore deux minutes… », le temps qu’il se calme avant d’affronter son destin. Non. Baek Ji ne pensait pas au meilleur scénario ; qui était que Ki Seop accepte le secret et ne le dise à personne. Non. Baek Ji pensait au pire. Il pensait directement au fait qu’il allait le dire aux autres et à l’agence, ce qui lui vaudra sa carrière et qu’il sera de retour à la case départ. Viré. Winter n’existera plus. Dans son cerveau, on ne pouvait pas garder un secret à plusieurs voyons. Tout le monde le verrait comme une abomination, anormal. C’est évident !

Ah et faudra que je parle à tout le groupe, quand tous seront réveillés, donc si tu pouvais rester au moins jusqu’à ce que ce soit fait… Ça me faciliterait la vie. », son cœur se déchire à cet instant. Comment ça, il faut qu’il parle à tout le groupe ? Comme ça, il doit au moins rester jusqu'à ce que ce soit fait ? Pourquoi sa présence lui faciliterait la vie ? Il allait le balancer comme ça, directement ? On allait directement le tabasser, le jeter aux ordures ? La panique le prend et il s’avance jusqu’à la porte, qu’il ouvre brusquement, malgré ses intentions. Baek Ji n’est pas ainsi, normalement… C’est probablement la première fois que le leader le voit aussi vif et brusque. Winter est normalement si délicat et doux, c’est probablement la preuve de sa panique.

C-Comment ça il faut que tu parles à tout le groupe ? », sa gorge lui fait mal alors qu’il pense toujours au pire. « Tu…Tu vas leur dire ? », demande-t-il, se jetant directement dans la gueule du loup. Il n’avait plus à le cacher, Ki Seop le savait déjà. Ce secret qui pourrait entacher sa carrière. « Tu vas vraiment…? », les larmes lui viennent aux yeux. Non. Il ne voulait pas que son bandmate prenne pitié de lui, mais l’anxiété et la panique lui tourmentaient bien trop l’esprit pour qu’il puisse voir clair. Apparemment, personne n’allait l’accepter comme l’ont fait ses parents, à ses yeux.

@Hwang Ki Seop
AVENGEDINCHAINS

________________________________


what things ❆
something inside of me's tryna crawl up to the surface. something is suddenly smothering, stopping me. stubbornly getting its way, drowning out the wave. I've got a reason to believe that I'll turn out just fine

Hwang Ki Seop te surkiffe

Hwang Ki Seop
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Hwang Ki Seop
Pseudo, pronom(s) : Cookie || des pronoms humains.
Célébrité : Christopher Bang/Bang Chan (skz)
Crédits : miki
Messages : 15
 http://www.shaketheworld.net/t26078-hwang-ki-seop-kiki-do-you-lohttp://www.shaketheworld.net/t26130-hwang-ki-seop#1015311
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Mar 4 Jan - 4:38
Citer EditerSupprimer
Keep this secret
Children show scars like medals. Lovers use them as secrets to reveal. A scar is what happens when the word is made flesh.

Ft. @Han Baek Ji
Ki Seop savait depuis longtemps pour les cicatrices de Baek Ji. Il avait simplement eu la délicatesse de ne jamais en parler. Après tout, il les avait vu en le mettant au lit, quelques années plus tôt. Prenant son rôle de leader à coeur, malgré ses apparences froides et détachées, il avait pris cette habitude de s’occuper de ses bandmates. Ces derniers pouvaient parfois agir comme de vrais enfants, majeurs ou non. Combien de fois les avait-il ramassés à la petite cuiller après d’intenses cuites ? Summer et Autumn - comme toujours - complètement bourrés et dans l’incapacité de se mettre au lit eux-mêmes ? Ils comptaient sur l’Australien musclé pour les coucher et même pour les changer ! Oui, oui ! Entre eux, la pudeur n'existait plus. La gêne avait pris la poudre d’escampette. Ils savaient que leur leader disposerait respectueusement de leurs vêtements, les plierait et les mettrait au pied du lit. Il allait jusqu’à se débattre avec un Autumn peu coopératif pour lui enfiler son pyjama. Il laissait Summer en boxer ou complètement nu, sachant que ce dernier n’arrivait pas à dormir lorsqu’on le couvrait. Et le lendemain matin, c’était le leader qui allait être réveillé le premier et qui préparerait le petit déjeuner pour les zombies. Le bien-être des autres était toujours dans ses priorités, qu’ils s’en rendent compte ou non.

Alors, ce fameux soir, lorsque Baek Ji était rentré - beaucoup trop tard encore - à l’appartement, alors que Ki Seop travaillait sur son portable pour ne pas déranger son colocataire de chambre avec le bruit, il avait été normal pour lui de s’en occuper. Il avait d’abord soupirer, son coeur balançant entre l’énervement - parce que le maknae ne semblait jamais apprendre et ne prendre aucun soin de son pauvre corps - et l’inquiétude - pour les exactes mêmes raisons. Le plus vieux avait d’abord tenté de gentiment le réveiller, ayant eu un arrière-goût amer de fer la dernière fois qu’il l’avait pris dans ses bras. Rien ne semblant fonctionner, il avait hésité, puis avait fini par le prendre délicatement. Personne n’allait se méprendre sur la situation et venir l’agresser dans la sécurité de leur appartement commun, non ? Il avait été le déposer sur son lit et avait entrepris de faire comme aux autres, pensant le changer sans le regarder et retourner au plus vite à cette chanson sur laquelle il travaillait. Ki Seop avait donc tenté de lui enlever d’abord son haut, comme il le faisait toujours avec les autres, précautionneux à ne pas le réveiller. Il avait toutefois figé dans son geste en voyant ses cicatrices. Le jeune homme en avait déjà vu comme celles-ci… sur les amis trans de sa soeur. Il avait froncé les sourcils et lancé un regard confus à l’endormi. Rapidement, il avait replacé son haut, l’avait positionné afin qu’il ne soit tout de même confortable sur le lit et était sorti de la chambre. Ce pouvait être les cicatrices d’une chirurgie importante d’une autre nature aussi… Quoique même s’il essayait de penser à d’autres possibilités, il était plutôt convaincu que Baek Ji était trans, lui aussi. De ce fait, le plus vieux culpabilisait à l’idée d’avoir violé la vie privée du maknae, alors qu’il n’avait eu que des intentions louables. Il n’avait pas voulu forcer un quelconque secret, il avait simplement voulu s’en occuper comme il s’occupait des trois autres.

Le lendemain, Baek Ji ne semblait pas se rappeler qu’il s’était endormi sur le canapé. Ki Seop avait décidé de ne rien dire, ni au principal concerné, ni aux autres. La seule personne qui connut éventuellement cette histoire fut sa soeur, puisqu’elle est sa confidente, mais aussi parce qu’elle était la plus à même de le conseiller. Le jeune homme savait que Min Ah garderait précieusement le secret elle aussi. La vie avait donc continué, sans que le secret ne soit de nouveau exposé. Franchement, cela ne changeait strictement rien à leur relation, selon Ki Seop, donc il en vint jusqu’à oublier qu’il n’était pas supposé le savoir. Chose qui explique son manque de surprise feinte, alors qu’il le surprend à la sortie de la douche. Évidemment que le comportement du plus jeune lui fait quelque chose. Le leader ne se rappelle pas l’avoir déjà vu aussi paniqué ou brusque par le passé. Il se rappelle toutefois de combien pudique le coréen affirme être et il culpabilise donc à l’idée d’avoir envahi son espace privé. Tout naturellement, il cherche à s’excuser et à s’expliquer. Son but n’était nullement de poser les yeux sur son corps. Lui, il pensait sincèrement qu’il n’y avait personne et qu’il pourrait prendre sa douche comme tous les autres matins. Qu’est-ce qu’il veut ? Se laver, tout simplement. Il a toutefois remarqué une inflexion douloureuse dans la voix du petit. Son regard, accablé par la culpabilité, descend sur ses pieds. Il se sent d’autant plus mal alors qu’il pense l’avoir entendu sangloter ? Ki Seop n’en est toutefois pas certain et il ne veut pas empirer le malaise. Qui plus est, ils n’ont jamais été vraiment proches, donc il ne sait absolument pas comment agir avec lui, en personne, afin d’améliorer la situation.

Mh… Non… Encore deux minutes… »

‘Kay… » fit-il d’abord, cherchant quoi dire de plus.

Une partie de lui voulait lui demander si tout allait bien, mais si Baek Ji restait derrière la porte fermée, c’était parce qu’il ne voulait pas que Ki Seop ne le voit, non ? Devait-il donc faire comme s’il n’entendait rien non plus ? Mais n’était-ce pas insensible de faire ça ? Mitigé sur la bonne réaction à avoir, il avait décidé de continuer de tenter de lui laisser son intimité et qu’il aviserait en le voyant sortir. Le leader tenta plutôt la tactique “changer de sujet”. Il recula d’un pas, surpris de voir la porte s’ouvrir aussi brusquement. Le jeune homme ne pensait pas qu’un petit meeting de groupe innocent prendrait ainsi la tête du maknae. Il relève les yeux vers lui, confus et cligne plusieurs fois ses paupières. L’expression de son visage reste calme, même si des points d’interrogations se dessinent subtilement ici et là. Saeng remarque les larmes qui perlent à ses yeux rougis. Son coeur se serre. La culpabilité monte de quelques crans.

C-Comment ça il faut que tu parles à tout le groupe ? Tu…Tu vas leur dire ? Tu vas vraiment…? »

Eh… Ouuuuiii…? Parce que c’est mon job de leader…? » commença-t-il à répondre, ne voyant pas d’autres réponses logiques. « Et que… c’est chiant de faire les cartons tout seul… Je n’en ai pas envie… et vous pouvez chacun y mettre du vôtre ? » continua-t-il, parlant évidemment du déménagement, pour sa part. « Je ne pensais pas que tu étais aussi attaché à cet appartement… Je suis désolé ? » ajouta-t-il, sincère malgré son ton toujours aussi calme.

Ki Seop plissa les yeux et pencha légèrement la tête sur le côté, réalisant que Baek Ji n’était pas supposé être au courant. Il ne l’avait pas encore annoncé à tous et le manager avait spécifié dans son mail que personne ne le savait. Autrement, le leader n’aurait pas eu la tâche de tout leur dire et ensuite de tout gérer les préparatifs.

Attends… le manager m’a écrit que… » commenta-t-il, s’arrêtant toutefois dans sa réflexion. « Je dois annoncer à tout le monde qu’on va déménager. On change tous d’appartement. Ils nous ont trouvé quelque chose de plus grand et plus confortable. Encore la même histoire, deux chambres à séparer en cinq personnes, par contre… » expliqua-t-il, cachant son agacement face à la situation. « J’ai reçu le mail, ce matin… Je dois tout organiser… et on doit donc discuter… tous les cinq... de la question des chambres, de qui fera quoi pour les préparatifs… bref… tu connais la chanson… » expliqua-t-il, malgré tout, restant toujours aussi serein dans sa manière de s’exprimer.

Le leader avait déménagé plusieurs fois pendant son enfance, puis encore quand il était arrivé ici. Pourtant, il ne s’y était jamais fait. Faire les cartons, tout ranger, s’assurer qu’ils n’ont rien oublié, puis tout défaire une fois sur place, tout aménager, s’installer… Bref, un enfer qui semblait s’éterniser ! Surtout avec certains bandmates qui ne prenait leur tâche qu’à la légère...

Mais ça… tu ne devais pas le savoir… Alors… Pourquoi… ça t’inquiètes le meeting matinal…? Ce n’est pas le premier… ce ne sera pas le dernier ? » finit-il par demander, n’arrivant définitivement pas à comprendre. « Il s’est passé un truc que j’ai raté ? Pourquoi… tu pleurais ? Je sais que tu ne m’aimes pas spécialement et je ne veux pas te brusquer, mais je suis quand-même là pour tout le monde. Toi y compris. » alla-t-il même jusqu’à ajouter, ne pouvant faire taire plus longtemps ses inquiétudes.
Pando

________________________________

On Black
Black

Han Baek Ji te surkiffe

Han Baek Ji
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Han Baek Ji
Pseudo, pronom(s) : yōkai. [he/they]
Célébrité : hwang hyunjin.
Crédits : ralhiel & solosands.
Messages : 229
Âge : 21
 http://www.shaketheworld.net/t26033-and-all-the-wonder-you-knew-http://www.shaketheworld.net/t26052-han-baek-jihttp://www.shaketheworld.net/t25774-yokai-when-life-gives-you-lemons#1012642
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Ven 14 Jan - 6:25
Citer EditerSupprimer

“KEEP THIS SECRET”
please, don't change the way you think of me


OOTD || Si dehors, les flocons tombaient avec légèreté et s’écrasaient avec douceur contre le sol de la ville ; ce n’était guère le cas du flocon qui se trouvait dans la salle de bain. Le passé le suit, comme un sangsue collée dans son dos - les idées se noircissent, laissent place à une paranoïa terrifiante,, si ses parents avaient été les premiers à lui faire vivre un cauchemar à cause de ses différences, ils n’étaient clairement pas les derniers. Alors le mensonge d’un meilleur passé fut instauré,, mentir était plus facile, mentir soulageait et pansait les plaies. C’était plus facile de sourire et d'acquiescer, que d’annoncer la vérité. Les autres acceptaient les mensonges sans se poser de questions,, alors le flocon trouvait facile de sourire au travers des mensonges. Libéré de certains démons, était-il,, mais l’acceptance reste difficile. C’est la vie dont il a toujours rêvé, mais ses parents manquent ; l’idée d’avoir une famille qui lui soutienne le dos,, qu’ils soient là, pour lui. C’est ce qu’il manque. Est-ce les aléas de la vie,, un destin lui ayant préparé une meilleure vie, loin de maltraitances et d’un malheur constant… Bien qu’il en soit actuellement aveuglé par la paranoïa d’un retour à la case départ, l’idée qu’on ne puisse pas l’aimer à cause de ces différences ; mais lesdites différences le rendait pourtant unique. Le flocon de neige, aimé par le souffle hivernal que sont ses fans,, l’impression d’un amour superficiel ; l’envie d’un coming-out publique, mais une peur constante l’en empêchant. Si les sourires étaient pourtant joyeux et remplis d’une sincérité étouffante, ils cachaient la crainte ahurissante de l’idole. Quelques temps après les débuts du groupe,, Baek Ji avait partagé au psychologue du groupe qu’il avait peur d’être lui-même, par crainte que les autres ne l’aiment pas - n’a-t-il aucunement spécifié la réelle raison de ses craintes - la réponse du psychologue était exactement ce dont il s’était attendu. Qu’il ne fallait pas avoir peur d’être soi-même,, qu’être soi-même était la seule solution vers le chemin du bonheur… Mais la réponse aurait-elle été la même, s’il avait avoué son secret au psychologue ? L’impression de faire que des mauvais choix,, la vie aurait-elle été plus facile et moins torturante s’il n’était pas né dans le mauvais corps ? Tous les jours, demandait-il le pardon silencieusement auprès de ses bandmates ; ils sont sa nouvelle famille,, mais l’impression de ne pas être sincère avec eux lui torture l’esprit.

Danser n’est alors qu’une façon à lui d’oublier,, d’exprimer ses émotions sans avoir à s’en déchirer les cordes vocales pour qu’elles soient entendues. Parfois a-t-il l’impression de se noyer, lorsqu’il recherche l’esprit paisible… Parfois a-t-il caché les bleus commis par la violence des émotions ; comment remonter à la surface lorsque chaque choix l’attire de plus en plus vers le fond ? Alors oui, rentrait-il si tardivement,, mais était-ce une façon à lui de se libérer de certains démons récidivistes. Pleurer abondamment, l’a-t-il fait plusieurs fois… Larmes perlées qui se déversaient sur son fin et pâle visage ; l’a-t-il fait encore aujourd’hui, alors qu’il enfilait le t-shirt qu’il aurait dû mettre avant que l'accident n’arrive. Aussi doux est-il naturellement, simplet et d’une voix qui pourrait faire fondre les cœurs de pierres ; tout est échangé pour un comportement que l’on jugerait exagéré. L’organe battant qui menace de quitter la poitrine du plus jeune,, les larmes qui tentent d’échapper sa lutte. Il tentait affreusement de noyer ses sanglots, mais c’était trop tard ; Ki Seop devait les avoir entendus. Dans la logique des choses, selon le flocon de neige, son bandmate devait trouver ça ridicule et se moquer de lui, derrière cette porte fermée. Ce serait mentir s’il disait ne pas avoir peur de ce dernier,, depuis un certain malentendu. Le jeune s’en veut,, pensant que le plus vieux prépare une vilaine vengeance pour s’être fait défigurer ce jour-là. Et même malgré toutes ces années passées,, les pensées restent les mêmes. Ils ne sont guère proches ; même si le danseur tente parfois de s’en rapprocher, cette peur reste constante. Paranoïa maladive,, pensées exagérées et parfois trompeuses. Un jugement basé sur une peur injustifiée ; s’en voulait-il pourtant d’avoir peur d’un homme qu’il ne connaît pas totalement. Tant bien même a-t-il essayé de se calmer, les paroles de Saeng lui déchire encore des larmes,, en prime d’une panique bien exagérée et totalement à côté de la plaque. Brusquement, ouvre-t-il la porte. Contraire total à la douceur habituelle du flocon de neige. Larmes perlées aux yeux rougis par les précédentes vagues,, la voix craquèle tandis qu’il demande difficilement s’il va réellement annoncer le secret, à tous les autres ; il n’arrive même pas à terminer sa question,, laissant Ki Seop y répondre. Et non. Il ne s’attendait pas à ce que ses réponses accentuent sa paranoïa d’une affreuse façon.

Eh… Ouuuuiii…? Parce que c’est mon job de leader…? Et que… c’est chiant de faire les cartons tout seul… Je n’en ai pas envie… et vous pouvez chacun y mettre du vôtre ? Je ne pensais pas que tu étais aussi attaché à cet appartement… Je suis désolé ? », était-ce alors ainsi que ça se terminait ? Baek Ji sent son cœur se serrer douloureusement dans sa poitrine alors qu'il tente de se battre contre les larmes récidivistes. Inspiration troublée,, le regard se baisse vers le sol tandis qu'il hoche la tête, comme pour accepter le destin qui se dresse devant lui. Ainsi soit-il,, le flocon comprend que c'est son job de leader de faire ce qui est le mieux pour le groupe...

Ouais… C’est ton job, après tout… », répond-t-il,, d’une faible voix qui ne semble retenir les larmes qu’à un fil. « Je… Je ferais mes cartons en rentrant, ce soir… », annonce-t-il ensuite, s’étant persuadé que ce dernier le jetait dehors… De cette façon,, la meilleure des façons. De la paume de sa main, vient-il essuyer son visage inondé de larmes. Croisant ses bras, relève-t-il son regard submergé d’émotions atrocement torturées. Le flocon de neige accepte que c’est la probable fin,, accepte-t-il même qu’on vienne lui cracher dessus. Ainsi soit-il,, ça lui apprendra d’avoir menti.

Attends… le manager m’a écrit que… », pause. Les sourcils se froncent,, le regard mouillé, mais rempli de confusions. Parce que le manager le savait aussi...? « Je dois annoncer à tout le monde qu’on va déménager. On change tous d’appartement. Ils nous ont trouvé quelque chose de plus grand et plus confortable. Encore la même histoire, deux chambres à séparer en cinq personnes, par contre… J’ai reçu le mail, ce matin… Je dois tout organiser… et on doit donc discuter… tous les cinq... de la question des chambres, de qui fera quoi pour les préparatifs… bref… tu connais la chanson… »

…Un déménagement…? », la confusion se fait plus évidente. Le flocon n’en était aucunement au courant,, il n’en savait rien. Il pensait alors qu’on l’invitait à récupérer ses affaires et dégager sa présence impure du dortoir. Tout fait certainement sens dans son cerveau - qui reste alerté - mais il ne semble pas réussir à calmer le torrent de larmes qui viennent encore brouiller sa vue. « Attends, je… Je ne pensais pas que tu parlais de quelque chose comme ça… », déglutit-il tandis que sa main repasse pour essuyer ses pauvres yeux agressés par les sanglots.

Mais ça… tu ne devais pas le savoir… Alors… Pourquoi… ça t’inquiètes le meeting matinal…? Ce n’est pas le premier… ce ne sera pas le dernier ? », bien qu'il avait retrouvé le courage de regarder son bandmate, ses yeux retrouvaient le sol... Embarrassé, était-il. Pourquoi fallait-il qu'il pense au pire, à chaque occasion. « Il s’est passé un truc que j’ai raté ? Pourquoi… tu pleurais ? Je sais que tu ne m’aimes pas spécialement et je ne veux pas te brusquer, mais je suis quand-même là pour tout le monde. Toi y compris. », ses paroles lui déchirent à nouveau le cœur, mais d'une autre façon,, cette fois-ci. Un mélange de positivité et d’amertume.

Non… Non… Tu n’as rien raté… », affirme-t-il en premier temps. Difficile,, était d’avouer ce qu’il avait réellement pensé et d’affirmer la peur qui lui avait possédé l’esprit. « Je pleurais parce que tu as vu… ce que tu ne devais pas vraiment voir… Alors j’ai pensé que tu allais m’en faire mordre la poussière, parce que “je ne suis pas normal”… et j’ai pensé que vous alliez me mettre dehors, pour ça… », avoue-t-il en se battant contre les larmes. Honteux, se sentait-il. Il aimerait tant que ça n’ait pas lieu, que Ki Seop oubli et qu’il puisse aller se cacher sous sa couette jusqu’à ce que le temps d’aller mourir soit venu… « Peut-être que j’ai été stupide… Désolé… uhm… et… et puis, pourquoi est-ce que tu dis que je ne t’aimes pas…? », question qui lui noue la gorge,, puisqu’étant le contraire. Baek Ji n’a jamais ressenti quoi que ce soit de négatif envers son leader,, si ce n’est la peur d’être rejeté et d’être traité comme ses parents l’ont fait.


@Hwang Ki Seop
AVENGEDINCHAINS

________________________________


what things ❆
something inside of me's tryna crawl up to the surface. something is suddenly smothering, stopping me. stubbornly getting its way, drowning out the wave. I've got a reason to believe that I'll turn out just fine
Hwang Ki Seop
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Hwang Ki Seop
Pseudo, pronom(s) : Cookie || des pronoms humains.
Célébrité : Christopher Bang/Bang Chan (skz)
Crédits : miki
Messages : 15
 http://www.shaketheworld.net/t26078-hwang-ki-seop-kiki-do-you-lohttp://www.shaketheworld.net/t26130-hwang-ki-seop#1015311
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Jeu 20 Jan - 0:54
Citer EditerSupprimer

Hwang Ki Seop & @Han Baek Ji
Keep this secret

Baek Ji s’enfermait-il souvent dans la salle de bain pour pleurer ? Ki Seop était-il un si piètre leader ? N’était-il pas à la hauteur ? Est-ce qu’il leur mettait trop la pression ? Il est vrai qu’il pouvait parfois se montrer lourd et exigeant, mais ce n’était jamais avec des mauvaises intentions. Tout ce qu’il voulait, c’était leur réussite commune. Certes, il avait ses raisons très personnelles dont il ne parlait qu’aux membres qu’il connaissait depuis longtemps, mais il souhaitait sincèrement que tout le monde ne jouisse de leurs succès. L’Australien avait cru comprendre, assez rapidement, que le maknae ne le portait pas dans son coeur. Ce n’était pas la plus agréable des situations, considérant qu’en plus de travailler ensemble, ils vivaient ensemble. Il avait toutefois fait au mieux pour que cela n’affecte en rien la dynamique du groupe. Il n’en avait jamais parlé aux autres, abordant plutôt le sujet avec sa soeur aînée et son 5eason préféré, Young Jun. Ki Seop était toujours en profond désaccord avec l’injustice dont son ami avait souffert. Il n’avait malheureusement pas son mot à dire sur celle-ci. Il devait encaisser et sourire, continuer d’avancer. Dans ces moments, l’Australie dans laquelle il avait grandi lui manquait. Là-bas, la sexualité de son ami n’aurait causé aucun problème. L’identité même de sa soeur n’aurait pas eu à être mise sur pause, afin qu’ils ne soient pas séparés, à la mort de leurs parents.

Ils avaient pensé à rentrer, oui.

Hélas, Min Ah préférait prendre son identité de naissance, se conformer à ces mentalités fermées, afin de terminer ses études pour lesquelles elle avait travaillé si dur. Elle refusait aussi de voir Ki Seop abandonner son rêve de scènes et de musique. Il était impensable pour elle qu’il se soit autant entraîné, ait mis autant d’efforts et ait été si proche de débuter pour qu’ils rentrent maintenant. Tous deux avaient recommencé une vie dans ce pays où leurs parents avaient grandi et il était trop tard pour revenir en arrière. Même s’ils retournaient en Australie, il n’y avait plus rien pour eux là-bas. Une poignée d’amis d’enfance qui ont poursuivi leurs chemins sans eux et une poignée de souvenir d’une douce enfance. Voilà tout ce qu’ils y trouveraient. Ils devraient recommencer de zéro, encore une fois. Ils seraient confrontés à l’absence étouffante de leurs parents, puisqu’ils étaient si intimement liés à ce pays chaleureux dans leurs esprits. Ils étaient donc restés. Min Ah avait sacrifié son identité, alimentant une dysphorie infernale, afin qu’ils restent ensemble. Ki Seop n’avait donc pas le droit d’échouer après avoir essuyé toutes les larmes de sa soeur. Il ne pouvait pas s’insurger contre les choix de l’agence et risquer sa place, même si ses convictions lui avaient crié de le faire. Pardon Young Jun. L’Australien n’avait pas eu le choix que de faire comme les autres et accepter. Mille pardons, cher meilleur ami. Ce n’est pas parce que le coeur était de leur avis, loin de là. Hélas, il avait une dette plus importante encore envers son aînée. Combien de fois avait-il reçu des appels tard la nuit, alors qu’il était encore trainee, pour qu’on lui demande de venir chercher son « grand frère » parce que ce dernier était complètement bourré et dans l’incapacité de rentrer lui-même ? Hyo Seop, prison de la belle Min Ah, s’efforçait à sourire, à dire qu’il allait bien et à protéger son cadet… jusqu’à ne plus supporter d’être vu comme l’homme qu’il n’était pas. Il sortait donc et buvait jusqu’à ne plus tenir debout. Le barman prenait son téléphone et composait le numéro qu’il appelait le plus fréquemment : celui de Ki Seop et lui expliquait la situation.

L’adolescent quittait les salles de répétitions, déposait son casque et laissait en plan la chanson sur laquelle il travaillait, sortait de son lit… peu importe, il arrêtait tout et allait s’occuper de l’âme tourmentée. Même si Hyo Seop pleurait, jurait contre l’injustice de la vie ou râlait contre la fermeture d’esprit, jamais il ne reprochait la situation à Ki Seop. Le plus jeune se sentait pourtant responsable de toutes les douleurs identitaires de sa grande soeur. S’il n’avait pas été mineur, elle n’aurait pas eu à faire tout ça afin que personne ne les éloigne. Donc, lorsque l’agence avait jugé Young Jun problématique pour absolument aucune raison valable selon le leader, il n’avait toutefois eu d’autres choix que de s’y plier. Le jeune homme n’avait pas accepté en acquiesçant sagement, il avait bien sûr tenté de faire valoir tout le potentiel que son meilleur ami avait. Hélas, ils avaient été aveuglés par les préjugés et n’avaient eu que faire de son avis d’enfant élevé à l’étranger. Il pouvait accepter et rester ou le suivre et aller râler ailleurs. La seconde option aurait été comme cracher à la figure de Min Ah et il n'aurait pu s’y résigner. Pardon Young Jun.

Alors, l’année précédente, lorsqu’il avait vu les cicatrices sur le torse de Baek Ji et avait tiré ses propres conclusions à leur sujet, il avait voulu se rattraper. Même si le plus jeune semblait le détester, ce n’était pas une raison de voir les rêves d’une autre personne être détruits pour une raison aussi stupide. Il n’en avait parlé qu’à Min Ah, se disant qu’elle ne jugerait pas et comprendrait. Elle le conseille au mieux et l’aide à mieux gérer les situations afin que le maknae se sente à l’aise, depuis. Qu’est-ce qu’il n’aurait pas donné pour bénéficier de son expertise, là, maintenant ? En même temps, aurait-elle vraiment pu l’aider ? Ils ne parlent que du fait qu’ils vont déménager dans un appartement plus grand. Même si le leader ne comprend pas pourquoi cela semble remuer le couteau dans la plaie inconnue de Winter. Évidemment qu’il va en parler aux autres. Il les aime et est prêt à faire des tonnes de choses pour les aider, sans leur dire, sans demander de reconnaissance en échange. Toutefois, il est tellement découragé par tout le processus d’un nouveau déménagement qu’il refuse de tout faire seul. Chacun y mettra du sien. Ils se sentiront plus chez eux, en plus, s’ils mettent la main à la pâte.

Ouais… C’est ton job, après tout… »

Pourquoi semble-t-il si triste que Saeng n’assume son boulot de leader ? Vraiment, il le fait si mal que ça ?

Je… Je ferais mes cartons en rentrant, ce soir… »

L’idole ne sait pas s’il doit le remercier de sa coopération ou s’excuser pour la douleur que cela semble lui causer. Il ne savait pas que Baek Ji détestait à ce point déménager, lui aussi. Il plisse toutefois les yeux, réalisant que le maknae n’est pas supposé avoir cette information encore. Sa détresse ne peut donc, logiquement, pas être causée par cela. Il clarifie donc d’abord la situation, insistant que Winter ne sera pas le seul à souffrir de la corvée des cartons. Ce sera une souffrance commune à tous.

…Un déménagement…? »

Hmm. Hmm. » fit-il simplement en acquiesçant d’un hochement de tête.

Il n’ajoute rien de plus, mais cela ne veut pas dire qu’il est indifférent à la situation. Comme à son habitude, il préfère rester calme et observer les réactions et expressions de l’autre. Il lui laisse le temps d’assimiler l’information, tout en cherchant lui-même à comprendre et à savoir comment réagir au mieux.

Attends, je… Je ne pensais pas que tu parlais de quelque chose comme ça… »

Ça, il l’avait déjà compris. Comme il le lui souligne, Baek Ji ne devait pas être au courant. Ne trouvant aucune explication à sa douleur, Ki Seop abandonne et tente sa chance. Il espère que le plus jeune ne l’enverra pas balader en lui disant de se mêler de ses affaires. Réaction à laquelle il s’attend le plus, pour être honnête. Mais, il ne peut plus continuer à ignorer l’évidence même.

Non… Non… Tu n’as rien raté…  Je pleurais parce que tu as vu… ce que tu ne devais pas vraiment voir… Alors j’ai pensé que tu allais m’en faire mordre la poussière, parce que “je ne suis pas normal”… et j’ai pensé que vous alliez me mettre dehors, pour ça… »

La culpabilité vient s’afficher sur ses traits. Il est vrai que c’est la deuxième fois qu’il découvre son secret, alors que personne ne l’y a invité. La déception est la seconde à venir se peindre sur son visage, puisque le plus jeune se fait visiblement une horrible image de lui pour penser qu’il réagirait comme ça. Puis l’horrible sensation qu’il éprouvait toujours lorsque, plus jeune, il allait voir sa soeur alors que cette dernière était en pleine crise de dysphorie. Il ne savait jamais comment lui faire comprendre qu’elle était réelle, qu’il la voyait telle qu’elle disait être et qu’elle était n’avait rien d’anormal… Il finissait toujours par la prendre dans ses bras, couvrir ses yeux et lui murmurer de se concentrer sur sa voix. Il pouvait passer des heures à tenter de la consoler ainsi, lui rappelant qui elle était et lui disant comment lui la voyait, qu’elle était absolument valide. Il ne pouvait toutefois pas faire ça avec Baek Ji. Ce serait horriblement déplacé de sa part, vu la relation qu’ils avaient. L’impuissance était donc la dernière, mais la pire de ses sensations face au plus jeune en larmes.

Peut-être que j’ai été stupide… Désolé… uhm… et… et puis, pourquoi est-ce que tu dis que je ne t’aimes pas…? »

La question désagréable avait suivi. Comme s’il en avait besoin. Il inspira un grand coup, puis soupira, croisant ses bras sur son torse.

Parce que c’est le cas. Tu n’as pas besoin de le nier, je l’ai compris depuis longtemps… Et tu as le droit de me détester. Tout le monde n’est pas obligé de m’aimer. » répondit-il calmement, même si ce n’était pas la chose la plus aidée à dire. « Tu me fuis, tu m’évites, tu tires de ces têtes quand on se retrouve ensemble pour faire des minis-jeux devant les caméras… Je crois que cette conversation est la plus longue qu’on a eu rien que tous les deux … depuis notre début ? Même les fans commentent que notre dynamique a quelque chose de off et pensent qu’on ne s’entend pas. » expliqua-t-il, parlant toujours aussi sereinement.

Il ne cherchait nullement à l’attaquer ou le piquer. Ki Seop émettait simplement des faits. Depuis qu’ils avaient fait ce petit jeu où ils devaient répondre à des questions personnelles au sujet des autres, leur relation avait passé à la loupe. Saeng avait pu répondre correctement à toutes les questions concernant ses bandmates. Summer, Autumn et Spring avait eu quelques bonnes réponses le concernant, mais ils avaient tous ri en admettant que leur leader était plutôt discret et mystérieux. Winter était celui qui avait eu le plus de mauvaises réponses. La différence entre leurs scores avait fait sourciller. Puis, en regardant leurs diverses vidéos, on pouvait bien voir que Winter n’allait pour ainsi dire jamais vers son leader.

Quand tu as rejoint l’agence, I was done with people coming and leaving et je n’essayais plus de me lier aux autres. Tout ce que je voulais, c’était débuter… après tout ce temps, pas louper ma seconde chance. Donc, je n’ai pas été vers toi. Je suis un leader chiant aussi. Je vous pousse toujours à faire plus. Je n’accepte pas le travail bâclé. Je suis sur votre dos pour que vous mangiez des trucs sains, que vous dormiez et ne fassiez pas d’excès quand on est en période de promotions… So, I’m a fucking annoying leader and I know it. C’est amplement suffisant pour me détester. » admit-il en haussant les épaules.

Il n’essayait même pas de cacher ou de nier ses torts. Baek Ji aurait raison de ne pas aimer cet inconnu qui s’imposait et lui dictait une certaine marche à suivre. Ki Seop pinça les lèvres, restant silencieux alors qu’il réfléchissait à comment formuler sa réponse à ce que le plus jeune avait partagé avant de lui poser la question. Il regarda autour d’eux. Les autres dormaient toujours, puisque toutes les portes étaient toujours fermées. Ils allaient sûrement en profiter pour dormir jusqu’à tard. Son regard revint se poser sur lui. Il tergiversa encore un instant, puis se décida à plonger.

Pour… ce que j’ai vu… Je suis désolé… Je n’ai jamais voulu t’enlever ton intimité. Je le savais déjà. Je l’ai déjà vu… il y a un an ? peut-être un peu plus… » admit-il finalement, observant chacune de ses réactions. « Je ne l’ai dit à personne, justement parce que je ne voulais pas qu’ils te fassent le même coup qu’à Young Jun... Je pense que les autres réagiraient comme moi, pour être honnête, mais l’agence… » continua-t-il en grimaçant en pensant à la réaction que celle-ci pourrait avoir.

Le jeune homme fit une pause. Il avait cette habitude que plusieurs trouvaient agaçante de prendre son temps pour bien réfléchir avant de parler, quand le sujet était sérieux. Il pencha légèrement la tête, jaugeant du regard son interlocuteur, puis défit ses bras, retirant lentement cette barrière physique derrière laquelle il s’était protégé.

Je me trompe peut-être sur la raison de tes cicatrices… Ce n’est peut-être que le souvenir désagréable d’une opération médicale… Enfin, c’est une des raisons que j’en suis venu à préparer, si jamais elles étaient vues par d’autres et qu’elles soulèvent des questions… » reprit-il, admettant en même temps qu’il avait déjà réfléchi à des manières de le protéger et défendre sa place au sein du groupe. « Mais… elles ne te rendent en rien anormal. Elles font juste… que tu es… toi, non ? Elles aident à ce que le miroir te renvoie une image qui se rapproche de ce qui est dans ta tête, non ? Tout le monde se fait refaire le nez, se fait faire les chirurgies aux paupières, retoucher les lèvres, la mâchoire… afin de se rapprocher de l’image qu’ils se font d’eux-mêmes. Personne ne leur dit qu’ils sont anormaux. » ajouta-t-il pour tenter de le rassurer et de chasser ses idées noires. « Except for Oli London. But I’m sorry ! I can’t with this person and he insults me deeply, but that’s another story. » commenta-t-il en marmonnant, le naturel anglophone revenant malgré lui.

Ki Seop parlait beaucoup, pour une fois. Peut-être même qu’il parlait trop, mais le sujet venait toucher une corde très sensible chez lui.

Tu te rappelles qu’avant que je sois majeur… je parlais tout le temps de mon grand frère, Hyo Seop ? J’allais souvent le voir, j’allais le chercher aussi… Il venait nous encourager. C’était mon tuteur légal. Depuis que je suis majeur, il ne vient plus, je ne parle plus de lui. Maintenant, je parle toujours de ma grande soeur, Min Ah. Elle n’est jamais venue, mais c’est elle que je vais voir et que je vais chercher. » dit-il, en parlant avec plus de précautions que jamais, comme si le sujet était extrêmement délicat et qu’il devait le protéger. « Ça ne t’a pas paru bizarre ? » demanda-t-il, en plissant légèrement les yeux.

Il savait que les autres ne lui avaient rien expliqué. Tous respectaient le secret de Hyo Seop/Min Ah, sachant combien c’était lourd et important.

Hyo Seop… était… la prison de ma soeur. » admit-il après une longue pause, ayant décidé que peu importe s’il se trompait au sujet des cicatrices de Baek Ji, au moins, les autres membres n’auraient plus à garder le secret. « Min Ah était sur le point de faire la transition quand nos parents sont morts. Elle a choisi de ne pas la faire… D’être cet homme qu’elle n’était pourtant pas… parce que c’était ce qui était inscrit sur son acte de naissance et qu’autrement, elle avait peur qu’on lui refuse ma garde, parce qu’on est en Corée et qu’elle n’est pas facilement acceptée ici. On aurait pu rentrer en Australie, où elle aurait pu être elle-même… mais on aurait dû tout recommencer et je n’aurais jamais pu devenir idol là-bas. Elle ne peut être vraiment elle-même que depuis quatre ans… Ses économies pour sa transition et notre héritage ont servi à nous faire vivre, payer l’agence et ses études. Elle ne m’a jamais rien reproché et m’a toujours encouragé. Elle ne m’a jamais permis d’abandonner. Donc, c’est pour ça que je suis comme ça avec vous tous… C’est pour ça que je n’ai pas défendu plus Young Jun… Parce que je dois réussir pour aider ma soeur à pouvoir être elle-même. » élabora-t-il, l’affection et l’admiration qu’il éprouvait pour sa soeur s’écoulant dans chacun de ses mots. « Min Ah aussi a souvent pleuré en disant qu’elle était anormale et je lui ai toujours répondu que si la définition d’anormal est d’être une personne aussi extraordinaire, moi aussi je veux l’être. » termina-t-il (enfin), espérant que Baek Ji comprendrait son point.

Le maknae avait le droit de continuer à le détester, même en sachant tout ça. Il était possible aussi que Ki Seop ne se trompe et qu’il ne soit pas trans… mais cela ne changeait pas qu’il avait voulu le rassurer, changeant la définition du mot qu’ils associaient tous à quelque chose de péjoratif pour en faire quelque chose de beau.

AVENGEDINCHAINS

________________________________

On Black
Black

Han Baek Ji est in love de ce message

Han Baek Ji
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Han Baek Ji
Pseudo, pronom(s) : yōkai. [he/they]
Célébrité : hwang hyunjin.
Crédits : ralhiel & solosands.
Messages : 229
Âge : 21
 http://www.shaketheworld.net/t26033-and-all-the-wonder-you-knew-http://www.shaketheworld.net/t26052-han-baek-jihttp://www.shaketheworld.net/t25774-yokai-when-life-gives-you-lemons#1012642
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | Dim 23 Jan - 21:07
Citer EditerSupprimer

“KEEP THIS SECRET”
please, don't change the way you think of me


OOTD || Baek Ji se souvient de la première fois où on l’a appelé par des pronoms masculins ; était-ce certainement bizarre à la première entente, mais une joie incontrôlable s’était propagée dans son corps entier,, l’impression qu’un rêve devenait réalité, cette envie d’être identifié comme il l’avait toujours souhaité plus petit ; évidemment, que ça n’aurait jamais pu être possible avec ses connaissances du passé. Pendant seize longues années, Han Su Jin a été la prison d’Han Baek Ji ; pendant seize années, ce corps et ces vêtements féminins l’étouffaient. Avait-il même commencé à se détester, noyé dans une dysphorie infernale. Son reflet apportait des larmes à ses yeux. Son corps ne lui appartenait pas, l’âme emprisonnée dans cette chair inconnue ; nombreuses ont étés les idées noires, mais toutes n’avaient jamais vu la lumière du jour. Tant de fois, a-t-il perdu espoir d’un meilleur futur,, tant de fois, ses pensées lui dictait que le seul échappatoire était de quitter cette vie. Si jeune et pourtant, il pensait déjà à s’enfuir aux cieux afin que son âme soit libérée de ce fardeau… Souffrances, les larmes avaient étés insupportables. Entendre ce prénom qui n’était pas sien, cette identitée qui ne faisait que de le plonger dans un profond désarroi… Personne ne pouvait le réconforter ; car s’il cherchait réconfort, moqueries et poignards trouvait-il. Le sommeil a alors été son seul moyen d’échappatoire pendant les seize insupportables années, jusqu’à cette fameuse fugue ; une subite disparition, qui n’a jamais alarmé ses parents,, une disparition qui n’a jamais été annoncée aux autorités de Suwon, jamais personne ne l’a donc cherché. Personne ne s’est inquiété, alors la vie au sein de la famille Han a continué ; accueillant même un nouvel enfant, un an après la disparition de premier enfant... Les jours avaient étés certainement difficiles à vivre dehors ; regards insupportables, n’avoir aucun luxe d’une riche vie. Errait-il parfois devant les restaurants de Séoul, l’odeur de la nourriture caressant ses voies nasales tandis que son ventre criait famine,, S’il en souffrait, de cette pauvreté, personne n’en venait à le mégenrer au moins… Au moins, pouvait-il respirer sans avoir la peur certaine qu’on vienne le lui empêcher. Baek Ji s’est alors libéré de ces chaînes et ainsi faire disparaître cette personne qui n’est pas sienne aura été une étape remplie de merveilles.

C’est en réveillant sur ce lit d’hôpital que son regard s’est posé sur le plafond,, les larmes sont-elles alors directement venues agresser les yeux fatigués du trainee. Sanglots joyeux étaient-ce,, aurait-il pu se noyer dans les larmes, ce jour-là. Même si ce dernier avait seulement le soutien des infirmières et de sa propre personne, était-ce sûrement assez afin que le flocon de neige puisse surmonter la cicatrisation et retourner au sein de son groupe… Malheureusement, bien que la dysphorie était moins intense qu’avant la chirurgie ; elle était restée pour se moquer de ces cicatrices, ces mots qu’on lui prononçait à l’époque,, ils lui revenaient en pleine face alors qu’il quittait ce cabinet de douche. Si elle n’était pas là, si elle l’avait laissé tranquille - le secret n’aurait pas éclaté… Il aurait pu continuer sa vie, sans que cette peur ne lui revienne en pleine face ; il aurait pu céder la salle de bain à son leader, sans lui montrer cette facette de lui… Sans lui montrer à quel point il était faible. Ses sanglots deviennent plus accentués tandis qu’il tente de se calmer, pourtant, certaines paroles viennent les titiller. Ô flocon de neige, combien de fois vas-tu donc pleurer face à la réalité ? Ne serait-ce donc pas plus facile de faire comme si de rien n’était ? Brusquement, ouvre-t-il la porte ; brouillon se font ses paroles… Les choses ne sont pas claires, prend-t-il tout dans le mauvais sens alors qu’il se persuade d’être renvoyé du cocon. Préparé à cette éventualité, il accepte le destin et annonce qu’il ira préparer ses cartons quand la soirée sera tombée ; non, pensait-il pas que ce dernier parlait du déménagement du groupe et que ce n’était pas ce dernier qui le renvoyait, où ses parents pensaient qu’ils méritaient d’être, c’est-à-dire, dehors et mourir dans le froid. Parce que même s’il tentait de vivre correctement et d’accepter sa propre personne, ces phrases assassines se répètent sans cesse dans l’esprit enneigé… Était-ce sûrement pourquoi il pensait que Ki Seop serait pareil, penser ainsi pouvait paraître stupide ; mais ses trust issues étaient bien plus importantes qu’on ne le penserait. La discussion confuse, le plus jeune réalise enfin qu’il s’était trompé sur toute la ligne ; ses larmes continuent de perler ses yeux, mais il semble se calmer - bien qu’il soit honteux de s’être trompé et d’avoir pensé directement au pire. Les mots se mélangent aux sanglots, essaye-t-il alors d’annoncer son malentendu… S’excuse-t-il même, espérant que ça ne soit pas trop tard. Le regard se baisse, posant cette question fatidique à laquelle Winter ne s’attendait pas à avoir une telle réponse.

Parce que c’est le cas. Tu n’as pas besoin de le nier, je l’ai compris depuis longtemps… Et tu as le droit de me détester. Tout le monde n’est pas obligé de m’aimer. », ce cœur jumeau à la fragilité, se serre dans cette douce poitrine. Est-ce donc ainsi que son point de vue se déroule ? « Tu me fuis, tu m’évites, tu tires de ces têtes quand on se retrouve ensemble pour faire des minis-jeux devant les caméras… Je crois que cette conversation est la plus longue qu’on a eu rien que tous les deux … depuis notre début ? Même les fans commentent que notre dynamique a quelque chose de off et pensent qu’on ne s’entend pas. », claque mentale. Bien que les paroles de son interlocuteur soient calmes, Baek Ji se sent encore plus honteux. À ce point-là, il ne lui en voudrait pas d'avoir de la rancœur. Le regard qui s’était relevé vers ce calme visage, retombe vers le sol ; se battant contre les larmes qui semblent vouloir venir torturer cette troublante réalisation. Était-ce donc ça, l’image qu’il donnait ?

Quand tu as rejoint l’agence, I was done with people coming and leaving et je n’essayais plus de me lier aux autres. Tout ce que je voulais, c’était débuter… après tout ce temps, pas louper ma seconde chance. Donc, je n’ai pas été vers toi. Je suis un leader chiant aussi. Je vous pousse toujours à faire plus. Je n’accepte pas le travail bâclé. Je suis sur votre dos pour que vous mangiez des trucs sains, que vous dormiez et ne fassiez pas d’excès quand on est en période de promotions… So, I’m a fucking annoying leader and I know it. C’est amplement suffisant pour me détester. », même si les phrases anglophones étaient incompréhensibles pour le coréen, il acquiesçait,, il comprenait alors, qu'il renvoyait une horrible image de ses intentions. Jamais n'a-t-il voulu donner l'impression de le détester.

Ki Seop... Je ne t'ai jamais détesté... », avoue-t-il en relevant son regard agressé par les précédents sanglots. « Je suis désolé, si c'est ce que tu as toujours pensé. Mais... ça n'a jamais été le cas. Je n'ai jamais... eu le courage de venir vers toi. Quand je suis arrivé à l'agence, je n'allais vers personne... Parce que j'avais peur et... j'ai toujours peur. En ce qui te concerne, j'appréciais et j'apprécie toujours le travail que tu fais... C'est juste que... », prend-t-il une pause avant de détourner son regard. Ne supporte-t-il pas de le regarder dans les yeux en annonçant une telle chose. « Depuis que tu t'es fait agresser par ma faute, j'ai peur que tu m'en veuilles... Et j'ai cru... que tu ne venais pas vers moi, justement à cause de ça. », avoue-t-il, triturant ses doigts sous la vérité qui semble remplir l’atmosphère entre les deux bandmates.

Pour… ce que j’ai vu… Je suis désolé… Je n’ai jamais voulu t’enlever ton intimité. Je le savais déjà. Je l’ai déjà vu… il y a un an ? peut-être un peu plus… Je ne l’ai dit à personne, justement parce que je ne voulais pas qu’ils te fassent le même coup qu’à Young Jun... Je pense que les autres réagiraient comme moi, pour être honnête, mais l’agence… »

Baek Ji relève ses yeux dans cet air surpris. Il ne s'attendait pas à apprendre une telle chose, il ne se souvient même pas que Saeng ait vu ses cicatrices auparavant. Se rappelle-t-il alors qu'il a la fâcheuse habitude de prendre soin d'eux, lorsqu'ils rentrent complètement saouls ; bien que ce ne soit pas l'habitude du maknae, lui, à la fâcheuse tendance de rentrer au dortoir complètement achevé par les entraînements supplémentaires qu'il s'inflige.

Je me trompe peut-être sur la raison de tes cicatrices… Ce n’est peut-être que le souvenir désagréable d’une opération médicale… Enfin, c’est une des raisons que j’en suis venu à préparer, si jamais elles étaient vues par d’autres et qu’elles soulèvent des questions… Mais… elles ne te rendent en rien anormal. Elles font juste… que tu es… toi, non ? Elles aident à ce que le miroir te renvoie une image qui se rapproche de ce qui est dans ta tête, non ? Tout le monde se fait refaire le nez, se fait faire les chirurgies aux paupières, retoucher les lèvres, la mâchoire… afin de se rapprocher de l’image qu’ils se font d’eux-mêmes. Personne ne leur dit qu’ils sont anormaux. », ses émotions se mélangent. Le flocon de neige apprécie les intentions de son leader, mais ce sentiment de culpabilité semble lui laisser ce goût amer sur la langue.

Ce n'est pas ce que mes parents disaient... », avoue-t-il directement que ses parents ne sont pas ce qu'il disait être. « A leur yeux, j'étais une erreur... J'étais un péché qui ne devait pas exister. Je n'étais pas normal, à leur yeux. J'étais cette anormalité qu'ils regrettaient... Alors oui... Ces cicatrices font que je suis moi-même, mais je ne cesse de penser à ce qu'ils pensaient, eux. », ainsi avouait-il cette vérité assassine ; ça le rongeait tant. Fallait-il bien que ça sorte, un jour. « Je me suis menti à moi-même, afin de tenir le coup… Mais les mensonges ne peuvent pas effacer ce qu’ils m’ont dit pendant plus d’une dizaine d’années. », les larmes lui revenaient - mais le refus d'un nouveau sanglot vient les effacer du revers de sa main. Même si les mots se mélangeaient,, Baek Ji sentait une partie de lui se soulager.

Tu te rappelles qu’avant que je sois majeur… je parlais tout le temps de mon grand frère, Hyo Seop ? J’allais souvent le voir, j’allais le chercher aussi… Il venait nous encourager. C’était mon tuteur légal. Depuis que je suis majeur, il ne vient plus, je ne parle plus de lui. Maintenant, je parle toujours de ma grande soeur, Min Ah. Elle n’est jamais venue, mais c’est elle que je vais voir et que je vais chercher. », le regard du plus jeune se fait confus. Il se rappelle de son grand frère, de ce visage qu'il reconnaissait à chaque fois qu'il venait les encourager. « Ça ne t’a pas paru bizarre ? », sa tête s'hoche de gauche à droite.

« Pas... réellement...? », Baek ji sait lui-même qu'il avait songé à lui poser la question. Bien évidemment qu'il se demandait pourquoi ils n'entendaient plus parler de ce fameux frère ; mais la peur, encore une fois, lui avait construit cette barrière qui l'avait empêché de franchir le pas.

Hyo Seop… était… la prison de ma soeur. », les soupçons du flocon de neige tombent alors, la réponse fut évidente. C'était ce qu'il avait toujours voulu demander. « Min Ah était sur le point de faire la transition quand nos parents sont morts. Elle a choisi de ne pas la faire… D’être cet homme qu’elle n’était pourtant pas… parce que c’était ce qui était inscrit sur son acte de naissance et qu’autrement, elle avait peur qu’on lui refuse ma garde, parce qu’on est en Corée et qu’elle n’est pas facilement acceptée ici. On aurait pu rentrer en Australie, où elle aurait pu être elle-même… mais on aurait dû tout recommencer et je n’aurais jamais pu devenir idol là-bas. Elle ne peut être vraiment elle-même que depuis quatre ans… Ses économies pour sa transition et notre héritage ont servi à nous faire vivre, payer l’agence et ses études. Elle ne m’a jamais rien reproché et m’a toujours encouragé. Elle ne m’a jamais permis d’abandonner. Donc, c’est pour ça que je suis comme ça avec vous tous… C’est pour ça que je n’ai pas défendu plus Young Jun… Parce que je dois réussir pour aider ma soeur à pouvoir être elle-même. » ainsi était alors la vérité. Le plus jeune hoche la tête pour montrer sa compréhension ; alors, Ki Seop n'était pas l'homme que sa paranoïa avait construite. Non. Un sentiment plus intense de culpabilité vient lui prendre le ventre. « Min Ah aussi a souvent pleuré en disant qu’elle était anormale et je lui ai toujours répondu que si la définition d’anormal est d’être une personne aussi extraordinaire, moi aussi je veux l’être. »

« J’ai pensé à venir te poser la question… », avoue-t-il alors qu’il relève enfin son regard vers l’homme qu’il redécouvre ; nouvelle image jaillissant devant ses yeux, culpabilité chassant cette paranoïa qui n’émettait qu’une image négative d’un homme pourtant rempli d’une innocence accablante. « Je n’ai pourtant jamais osé, car je pensais que tu allais trouver ça… insultant. Alors j’ai laissé mes soupçons disparaître avec le temps qui s’est écoulé depuis notre première rencontre. », affirme-t-il… À bas les masques, n’a-t-il donc plus rien à cacher. « Je n’ai jamais voulu te faire croire que je n’avais que des pensées négatives à ton encontre… Je… Je m’en excuse sincèrement, mais tu as le droit de refuser mes excuses… Je comprendrais en toute évidence. », il vient déposer sa main sur sa poitrine, là où son cœur se loge. « Je suis désolé pour ta sœur et pour tout ce qu’elle a traversé afin que tu puisses débuter… J’espère sincèrement qu’elle se sent plus heureuse, aujourd’hui… Je… Est-ce que tu te rappelles de la fois où je me suis absenté pendant un mois entier ? Ce n’était pas parce que je m’étais foulé la cheville, j’ai menti à l’agence ; et je ne sais clairement pas comment ils ont fait pour gober ce mensonge, mais… J’ai profité de ce mois d’absence pour faire ma transition… » avoue-t-il tout bonnement d’avoir menti à tout le monde, lorsqu’il avait eu pour but de faire cette transition avec les fonds suffisants. « Je ne l’ai dit à personne, pas même à Summer… J’ai tout gardé pour moi, en espérant que jamais personne ne l'apprendrai… Je ne suis même pas pudique comme je le proclame… C’était juste un mensonge pour couvrir le fait que j’ai ces cicatrices… »

Si Saeng avait avoué une partie de sa vie au plus jeune, alors lui aussi le ferait. Ainsi, les masques seront tombés. Ainsi, pourraient-ils se rencontrer à nouveau.

@Hwang Ki Seop
AVENGEDINCHAINS

________________________________


what things ❆
something inside of me's tryna crawl up to the surface. something is suddenly smothering, stopping me. stubbornly getting its way, drowning out the wave. I've got a reason to believe that I'll turn out just fine
Contenu sponsorisé
 
Re: ━ keep this secret ft. ki seop ♥ | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide


Aller en hautAller en bas