sombre
Le deal à ne pas rater :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal


    :: Le reste du monde :: Séoul :: Hongdae

Des émotions inavouées FT. Jeong Caïn

Janggok Hye Mi
❝ PAILLETTE ✨ MEMBER
Janggok Hye Mi
Pseudo : TamTam
Célébrité : Park Ji Won [fromis_9]
Crédits : Avatar : Helvia / signature : Laxy Dunbar
Messages : 449
Âge : 27
 http://www.shaketheworld.net/t19223-janggok-hye-mi-because-its-mhttp://www.shaketheworld.net/t19400p30-janggok-hye-mi-never-forget-what-happenedhttp://www.shaketheworld.net/t20839-tamtam-janggok-hye-mi
Des émotions inavouées FT. Jeong Caïn | Dim 15 Jan - 19:01
Citer EditerSupprimer


@Jeong Caïn

Tenue ~ J’ai le sentiment de passer à côté de ma vie. Je me sens enfermée dans une routine. J’ai l'impression que l'herbe est plus verte ailleurs. J’espère que tout ira mieux demain. Je me sens triste, différente. Je ne sais pas ce que je veux. Je me sens bloquée par mes peurs. Je ne sais pas dire ce que j’aime dans la vie. Je suis vide de toute envie, de tout désir. Je n’ai pas choisi ma vie. Je suis angoissée par la solitude. Je me sens souvent débordée par mes émotions. Je veux vivre une vie harmonieuse. Je veux apprendre à être heureuse. Je choisis d'être heureuse. Je cherche des outils pour une vie épanouie. Je souhaite être unifiée.

Beaucoup de femmes aujourd’hui sont déboussolées, débordées, tristes, ont souvent l’impression de passer à côté de leur vie, sont  partout sans être vraiment nulle part, et ne peuvent prétendre haut et fort qu’elles sont heureuses. Et pourtant, elles possèdent toutes les clés de leur bonheur. Selon moi il y a deux sujets qui empêchent concrètement une femme d’être heureuse : la comparaison et l’attente.

La comparaison c’est : se regarder, regarder sa voisine, regarder sa soeur, regarder l’héroïne de la série, et se dire que vraiment elle est "plus belle", "plus riche", "plus heureuse", qu’elle a "tout ce que je n’ai pas", "tout ce qui me manque", "je ne pourrai jamais être heureuse comme elle". Se comparer c’est penser que tout a l’air plus simple dans la vie de l’autre. C’est physiquement se dire qu’avec cette taille de guêpe "ma vie changerait". Comparer ses choix, penser qu’un boulot hors de cette entreprise serait bien plus épanouissant.

L’attente c’est le deuxième sujet qui empêche les femmes d’être heureuses. C’est regarder ce qui me manque, regarder ce que je souhaite atteindre, obtenir, posséder, et me dire que vraiment tant que je n’aurai pas ça, je ne serai pas heureuse. Imaginons le mécanisme : Je suis célibataire, je veux être en couple. Je suis en couple, je veux avoir un enfant. J’ai un enfant, j’en veux un deuxième pour être "vraiment" heureuse. Je suis locataire, je veux être propriétaire. Je suis propriétaire, mais je serai heureuse quand j’aurai un jardin. J’ai un boulot sympa mais je ne gagne pas suffisamment ma vie. Je gagne bien ma vie, mais je n’ai pas de temps pour moi. J’ai du temps pour moi, mais je suis célibataire. Bref, le mécanisme est sans fin.

Est-ce pour cette raison que je suis là ce soir ? Je suis avec des amis. Mais le sont-ils vraiment ? Sont-ils vraiment des amis ? Des étudiants en journalisme qui sont devenus professionnels tout comme moi. Nous partagions le même cursus, la même classe, la même école. Mais est-ce tout ? Puis-je vraiment compter sur eux ? Et voilà que certains ont même invités leurs collègues. Je ne l'ai pas fait. Je ne m'entends pas assez avec mes collègues pour les convier à une telle soirée. Et puis, je ne sais même pas pourquoi j'ai accepté de venir ce soir. Me voilà bourrée, à raconter n'importe quoi. J'ai tout gagné. Et voilà que j'ai mal à la tête, que je ne sais plus ce que je fais ni même ce que je dis. C'est dangereux.

J'entends des éclats de rire. J'entends mon nom raisonner. Quelqu'un me parle mais je suis incapable de dire qui est cette personne. Pourquoi ai-je autant bu ? Parce que je souhaitais faire comme tout le monde ? Je me lève subitement et pars rejoindre les toilettes. Je n'ai pas envie de vomir. Étrangement. J'avais surtout besoin de calme. Ce bar était bien trop bruyant depuis quelques longues et interminables minutes. Je vais donc me poser près des lavabo et regarde mon téléphone. L'heure s'y affiche et je cherche à m'occuper. Il est tard. Je parcours mes photos puis soudainement j'ai envie de parcourir mon répertoire. Je fais défiler les noms, un par un, jusqu'à tomber sur le sien. Comment son numéro a fini dans mon téléphone ? Je ne m'en souviens même plus. Cela fait si longtemps maintenant que l'on s'est rencontré. Cela fait si longtemps maintenant que l'on se fréquente et que c'est calme entre nous. Cela fait bien trop longtemps la dernière fois que je l'ai vu. C'était à cette soirée où je me suis infiltrée en douce. Il m'avait raccompagné. J'étais bien en sa compagnie. J'étais vraiment bien. Mais nous n'avions eu aucune occasion de nous revoir depuis. C'était il y a déjà... Deux semaines ? Ou même trois semaines, je crois. Il doit être débordé. Je le suis de mon côté, en tout cas.

Sans réfléchir davantage, je clique sur son nom et décide de l'appeler. J'approche donc le téléphone de mon oreille ensuite et attends patiemment qu'il décroche. Et lorsque je crois entendre le signal...

- Caïn........ C'est bien toi ?

L'alcool ne me fait même pas prendre conscience de comment je viens de l'appeler.
vmicorum.

________________________________

I … believe you.
Vous êtes rentré dans ma vie et vous avez tout chamboulé. Vous avez mis un bordel pas possible et je vous en remercie. Je vous remercie pour tout ce désordre que jamais je ne rangerais.

Une petite réponse rapide


Aller en hautAller en bas