Revenir en haut Aller en bas



 
Au mois d'août, le vent est fou !
HAPPY BIRTHDAY STW !!!! VIENS FÊTER L'ANNIVERSAIRE DE STW, PAR ICI !

A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Empty Mar 17 Mar - 18:43

A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.

ft. In Ha & Maloe


« It's the end? »
Deux mois, ça faisait maintenant deux mois que les choses avaient changé, que ma vie avait basculé dans le chaos le plus total. J'étais entré dans un tunnel sombre d'une longueur infini dont je n'arrivais plus à voir la sortit, ni aucune trace de lumière. Tout était partie, tout. La joie, l'amour, le bonheur, l'envie, il ne restait plus aucune trace de tout ça en moi. Nao Ji est mort, Keoni est porté disparut, je me retrouve seule, complètement seule dans ce monde qui n'a plus du tout aucun sens à mes yeux aujourd'hui. Des larmes? Je n'en ai versé aucune, pas une seule en deux mois. J'étais un peu comme un zombie, avec une âme et un coeur aux abonnés absents. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même, et je survivais plus que je ne vivais. J'ai déjà eu, plusieurs fois même, des pensées morbides et suicidaires. Puisque je ne vois plus de raison de vivre dans ce monde, pourquoi y rester? Seulement, une personne avait réussi à me repêcher, et à me donner un semblant d'utilité pour continuer à vivre, Kwang Ho. Alors vous me direz; qu'est-ce qu'elle à bien put faire de bien intéressant depuis tout ce temps? Ne vous inquiétez pas, vous allez bientôt tout savoir.

Tout d'abord, après la mort de mon frère, je suis allé au dortoir en ruine des wonsungi, mais je n'ai pas pu y récupérer grand chose, j'ai pris bien évidemment soin de ne croiser aucun d'entre eux. Je suis ensuite parti au QG du gang où j'ai retrouvé Kwang pour lui demander de me trouver un endroit où vivre, car il n'était plus question pour moi de retrouver dans cet endroit qui me rappelai trop de souvenir, avec ses gens qui me regarderaient constamment avec des yeux empli de pitié et de compassion... je ne pouvais supporter cette idée, alors en plus d'être partie du dortoir, j'ai carrément quitté l'université, de toute façon je n'en avais plus rien à faire de tout ça, les études à quoi ça sert dans un vie qui venait d'être brisée? A rien du tout. Kwang a au moins eu le mérite de savoir m'écouter à sa manière, sans ce regard que je détestais tant. Il m'a trouvé un appartement, où je suis parti vivre directement. E pendant ces deux mois, la Maloe que tout le monde à connu, avait bel et bien changé. Je n'avais plus aucune joie de vivre, la violence et le danger étaient devenus mon quotidien. J'avais l'impression que mon humanité filait peu à peu entre mes doigts, j'avais du mal à distingué le bien du mal. Je me rapprochais de Kwang et du gang, je ne faisais plus que ça maintenant de toute façon, travailler.

Etant le bras droit de Kwang, j'ai vite eu à ma charge toute une petite équipe de bras cassé pour les interventions auprès des clients. Je prenais la majorité des affaires étant donné que je n'avais rien autre de mieux à faire, en plus ça faisait plus de fric à la fin du moins. Et de l'argent pendant ses deux mois, j'en ai accumulé beaucoup. J'en ai envoyé une partie à mes parents, quant au reste je le dépensais en frivolité, je me suis acheté une moto, j'ai renouveler complètement ma garde-robe, j'ai tout fait pour être à milles lieux de l'ancienne Maloe. Il m'arrivait parfois d'avoir un brin de nostalgie, repenser à certaines personnes que j'avais laissé derrière moi, mais je crois qu'aujourd'hui, je serais méconnaissable à leurs yeux, alors les choses étaient bien mieux comme ça. Depuis le temps ils ont bien dû m'oublier de toute façon, et je devais sûrement en faire autant de mon côté.

Assise sur le rebord de la fenêtre, je regarde à travers le carreau la pluie tombée, venir s'écraser sans relâche sur le verre, devenant de fine gouttes coulant vers une longue chute. Cela faisait déjà une bonne heure que j'étais comme ça, que je n'avais pas bougé. C'est finalement un coup de téléphone du boss qui m'avait sorti de ma contemplation. Il était l'heure de se mettre en route, un nouveau travail m'attendait. Est-ce que ça m'emmerdait? Non pas du tout, je n'attendais que ça, bougé, pouvoir cogner sur quelqu'un, me défouler. Il y avait des jours plus pénibles que d'autres, et je dois dire qu'aujourd'hui je me sentais particulièrement mélancolique, j'avais donc besoin de mouvement, et vite. Sans plus attendre, j'enfilais ma tenue de travail de la soirée, c'est-à-dire un joli costume, pantalon à pinces, chemise et veste, les cheveux bien peigné, le maquillage impeccable, bref j'étais paré. Ce soir, on avait été loué par un gros client, assez riche et puissant qui avait prêté de l'argent à un gros caïd qui ne voulait plus lui rendre un centime, c'était donc à moi et mon équipe de jouer. Etant donné qu'il ne nous attend pas, ça devrait être facile et rapide, en théorie.

Je pris ma moto pour rejoindre le lieu de rendez-vous où les gars m'attendaient déjà pour passer à l'action, nous étions dans une des ruelles de gangnam avec des bars à la pelle. Revenir ici me rappelait pas mal de souvenir, j'espérais ne croiser personne parce que je savais que ce quartier était pas mal côtoyé par des étudiants de l'université. Aller Maloe, c'est pas le moment de penser à tout ça, il fallait rester concentré sur la mission. J'attendais patiemment un message du boss pour confirmer l'attaque, et quand ce fut fait, nous sommes rentrés à l'intérieur du bar qu'on nous avait indiqué. Du regard, je cherchais patiemment la cible qu'il fallait coincer, et en moin d'une minute, je l'avais en visuel. Il était là, attablé au comptoir entrain de finir son verre. Mais rapidement, il bougea, quittant sa table pour se rendre au fond de l'établissement, passant une porte qui devait mener à une arrière-salle. "Ca sent pas bon..." Lâcha un de mecs de mon groupe, et il n'avait pas tort, mais il était hors de question de lâcher maintenant. "Aller, on y va." Avais-je simplement dit en traversant la salle suivit de mes hommes jusqu'à la fameuse porte. Je l'ai ouvert sans aucune hésitation. J'entrais, mais il faisait noir, impossible de voir loin devant soit, une fois le dernier de mes hommes entré, la lumière s'ouvrit soudainement, et notre cible était entourée d'une dizaine d'hommes de main... Merde, on venait de tomber dans un piège. L'homme en face, Kim Seung Jong, celui qu'on devait tabasser, avait le sourir jusqu'aux oreilles, ce qui me donna une forte envie de lui éclater la tête. " C'était vraiment trop facile." Pour le coup, on s'est vraiment fait avoir comme des bleus. Ses hommes se rapprochèrent de nous. " Je suis d'humeur gentille et conciliante aujourd'hui, je vous laisse une chance de vous en aller tant qu'il en ai encore temps. Nous sommes deux fois plus nombreux que vous, vous savez très bien que c'est perdu d'avance. Alors soyez raisonnable." Malheureusement, ses mots n'étaient pas tombés dans l'oreille d'un sourd, étant donné que mes hommes se faisaient la malle les uns après les autres. Putain j'y crois pas, ses connards vont me le payer. Le dernier à partir me tira par le bras, m'encourageant à les suivres, mais je le repoussais violemment avec un regard noir qui le fit détaler comme un lapin. Me voilà donc seule, face à dix hommes, hmm ça risque d'être compliqué ce soir.

Me voilà dans une position des plus défavorable pour moi. Je sais que je suis douée en combat, mais là, j'étais réellement submergé par le nombre et j'avais très peu de chance de me les faire tous. La chose la plus sage à faire aurait été de partir moi aussi. Mais non. Mon ego ne me le permettais pas, j'avais ma fierté tout de même, de plus, j'avais une farceuse tendance à courir tête la première vers le danger, et croyez moi ou non, cette situation m'amusait plus qu'elle ne m'effrayait. Un jeu grandeur nature, j'avais de quoi me défouler. Je m'approchais d'eux... Avec un sourire arrogant planté sur le visage. "Alors les gars on fait comment? J'vous prends tous en même temps où on la fait en un contre un? ". A peine cette phrase prononcé que le premier fondit sur moi. J'esquivais son coup avant de lui asséner un coup de genou dans le ventre et de l'envoyer valser par terre. Je fus surprise derrière par un autre qui réussit à me donner un coup de poing au visage, mais je repris le dessus avec un coup de pied bien placé entre es jambe et un coup de poing joyeusement rendu. J'essuyais d'un revers de main le sang au coin de ma bouche avant de sourire à nouveau. "C'est tout ce que vous avez dans le ventre?" Cette fois, ce fut plusieurs à la fois en même temps qui bondirent sur moi. Je me défendais comme je pouvais, esquivant les coups, me servant d'un comme bouclier contre les autres, mais soudain une douleur vive m'envoya à terre un moment. Je venais de me prendre un coup de barre de fer à l'arrière du dos, putain ça fait pas du bien. Je me relevais doucement mais fus rapidement aidée par deux gorilles qui me maintenaient maintenant fermement. Kim Seung Jong arriva jusqu'à moi lentement, avec un sourire qui n'avait toujours pas faibli. "On se rencontre enfin... J'ai beaucoup entendu parler de toi, tu es la petite protégée de Park Kwang Ho pas vrai?" Pas un mot ne sortait de ma bouche, juste un regard noir continuait de l'attaquer, vu que je n'étais plus vraiment en position de le faire autrement... Ma réputation commençait déjà à me précéder, il faut dire que j'avais été particulièrement active au cours de ses deux mois et que je n'avais pas du tout été tendre avec mes cibles. Et apparemment, malheureusement pour moi, j'étais en face d'une connaissance de Kwang, j'étais pas sorti de l'auberge je vous l'dis. "Comme je l'ai dit, je suis de bonne humeur aujourd'hui, et ça m'emmerderais encore plus d'abîmer d'avantage un jolie visage comme le tiens. J'ai donc une proposition à te faire... Viens travailler pour moi. Crois-moi, tu t'amuseras beaucoup plus que chez Kwang Ho." Il s'approcha, prenant mon menton entre ses mains, son visage bien trop près de bien à mon goût, je le repoussais donc on lui crachant dessus, même si au final c'est plus du sang qu'autre chose qu'il se prenait. Malheureusement, je n'pense pas que ça lui avait plus. Il m'asséna un coup de poing au visage... Putain ses connards vont vraiment finir par me défigurer. "Tant pis pour toi ma p'tite...". Mon cerveau fonctionnait à mille à l'heure me demandant ce qui allait bien pouvoir se passer maintenant. Je voyais Seung Jong fouiller dans sa veste avant de se coller limite à moi, venant me murmurer à l'oreille... "Tu donneras ce message à Kwang Ho..." Et là..... Une douleur incommensurable s'empara de moi. Lorsqu'il se recula un peu, je voyais son poignard qui venait d'entrer dans mon abdomen, il le retira lentement, histoire de me faire souffrir le plus possible... Espèce de fils de ****. Il riait presque, alors que j'essayais de rester de marbre face à la douleur, ce qui n'avait pas l'air de lui faire plaisir. C'est ainsi qu'il enfonça de nouveau le couteau à nouveau dans mon ventre, et cette fois je ne pus garder un gémissement de douleur. "Et ça, c'était juste pour le plaisir... Dégagez-là d'ici." Les deux hommes me jetèrent dehors par une porte de service à l'arrière du bar.

Me voilà dans une ruelle, entrain de souffrir le martyr, avec mon sang entrain de couleur en abondance de mon abdomen. Par je ne sais qu'elle miracle, je réussis à me relever, et à marcher un peu, en titubant, sûrement grâce à l'adrénaline qui permet encore à mon corps quelques mouvements. Je réussis à atteindre la ruelle de mon arrivée tout à l'heure, où se trouvaient les autres bars. Il y avait pas mal de gens qui sortaient et entraient. J'aurais pu crier et demander de l'aide, mais je n'en fis rien. Je crois que je n'avais pas envie qu'on m'aide. J'allais mourir là, et après tout c'est sûrement mieux comme ça, ça fait un moment que je me demande pourquoi je continue à vivre... Le destin à décider pour moi, au moins dans un sens je pourrais retrouver Nao Ji, même si maintenant que je suis en face de la mort, je commence à me dire qu'il y a pleins de choses que j'aurais pu faire finalement... Il faut sûrement être en train de mourir pour comprendre certaines choses, et je vois clair, ce soir pour la première fois de ma vie, je vois clairement qu'elle genre de vie j'aurais pu avoir. Mais la question ne se pose plus vraiment. Je fais quelques pas de plus, ma vue se brouille au fur et à mesure que les secondes s'écoulent. Au loin, un nouveau bruit se fait entendre, il s'agit d'un petit groupe de garçon quittant un des nombreux bars de la ruelle, ils sont juste en face, et soudainement, je me rendais compte que je connaissais l'un d'entre eux... In Ha? Est-ce que c'est bien toi? Ou est-ce que j'ai une hallucination due à mon état? J'avoue que d'avoir In Ha en dernière image avant de mourir ne me déplaît pas. Je sens mon coeur devenir lourd, et je n'ai qu'une envie, courir vers lui pour lui sauter dans les bras, pur qu'il me serre fort contre lui. Je ne peux d'ailleurs m'empêcher de sourire légèrement. Mais je sens mes forces m'abandonner rapidement. Au bout d'à peine deux pas, je ne peux vraiment plus avancer. La douleur devient trop intense, mes jambes ne me tiennent plus, et je finis par m'écrouler purement et simplement...

code by ORICYA.

Anonymous
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler. Empty Jeu 19 Mar - 16:42