Revenir en haut Aller en bas



 

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Baik Mo Yeon ▬ “Reality is just a crutch for people”

 :: Examen d'entrée :: Suneung :: Fiches archivées
avatar
Invité
Invité
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 29 Avr - 23:23

Baik Mo Yeon
“Reality is just a crutch for people who can't handle drugs”

Intelligente
(★★★★★)
Addicte aux cigarettes et certaines drogues
(★★★★★)
Indépendante
(★★★★✰)
Asociale
(★★★★✰)
flegmatique
(★★★✰✰)
têtue
(★★★★★)
légèrement maniaque
(★★✰✰✰)
fêtarde
(★★★★✰)
mystérieuse
(★★★✰✰)
fragile/instable
(★★★★★)
nom : Baik. prénom : Mo Yeon. âge : 22 ans. date et lieu de naissance : 1/04/1994 à Mokpo. origines : Coréenne. nationalité : Coréenne. cursus universitaire : 4ème année de philosophie. métier : Travaille au Mc Do (je peux autant être devant la caisse, devant les fourneaux ou encore devant les toilettes, il faut savoir être polyvalente dans cette firme). orientation sexuelle : Hétérosexuelle. classe sociale : Pauvre. code du règlement : Olaf si je ne me trompe pas. tu veux t'investir ? Pourquoi pas.

Rumour has it...
Il paraît que la jeune femme serait autant consommatrice que dealeuse de drogues, mais ce ne sont que des rumeurs. + elle aurait perdu sa virginité lors d'une partouze (plan à 4) + elle aurait des tendances sataniques et aurait ensorcelé son ancienne compagne de chambre (colocataire) + elle aurait un chat noir appelé Nobu + elle aurait un tatouage en signe chinois à la nuque qui représenterait une date + elle aurait eu quelques aventures avec quelques anciens professeurs, tout ça pour avoir de bonnes notes + elle aurait déjà couché avec une femme après une soirée trop alcoolisée + elle aurait une peluche bulbizarre pour lui permettre de dormir + elle serait somnambule et parlerait parfois pendant son sommeil + elle aurait un père qui aurait été en prison et qui aurait été condamné à la peine de mort mais personne n'en saurait les raisons + elle fumerait plus d'un paquet par jour + elle aurait une addiction concernant les drogues et la cigarette  + elle aurait connu une cure de désintoxication pendant 1 an voir 2 ans.
Survole l'avatar, petit coquin.
My character
« Les gens se sentent seuls parce qu’ils construisent des murs au lieu de construire des ponts » : Je n’ai pas besoin d’autrui pour subvenir à mes besoins ou pour me tenir compagnie. Je ne suis pas une personne qui a besoin nécessairement d’une présence puisque de toute manière personne ne peut me comprendre. Je suis bien seule, plongée dans mes pensées les plus obscures, réfléchissant sur moi-même et sur l’existence. Je n’ai besoin de personne. Toutefois je dois avouer que, malgré moi, cela me pèse parfois, cette solitude si pesante, cet écho raisonnant autour de moi. Cela ne m’aide pas à sortir la tête de l’eau au contraire, cela envenime la situation, ma situation, m’amenant de jour en jour près du gouffre.
« L’addiction c’est tout ce qui vide la vie de son sens tout en la faisant paraître meilleure » : Je fume, je bois, je me drogue, parfois quelques cigarettes parfois un paquet, parfois quelques verres parfois jusqu’à mon dernier souffle. Je m’enivre de ces douceurs, je m’y perds pour ne jamais y revenir. Ainsi j’oublie, ainsi je vis. J’ai besoin de ma dose quotidienne au risque de perdre pied, mon corps étant habitué à de telles substances et s’équilibrant de cette manière-là. Pourtant j’ai essayé d’arrêter mais je ne peux que réduire mes consommations sans jamais y mettre fin.
« La méfiance est mère de sûreté » : Dû à mon passé je ne peux accorder facilement ma confiance à un étranger et en règle générale je ne l’accorde pas, ou en apparence. C’est facile de faire croire à une personne qu’on lui fait confiance en lui donnant quelques détails par ci par là ou en lui disant simplement qu’on lui fait confiance sans jamais le penser. En vérité je suis très méfiante peut-être même trop surtout lorsqu’il s’agit d’hommes.
« Parfois le mensonge explique mieux que la vérité ce qui se passe dans l’âme » : Le fait d’être méfiante fait de moi une menteuse. Je ne peux dire à personne la vérité sur moi, mon passé, ma vie, mes ressentis, mes pensées alors je mens pour survivre, pour éviter l’affrontement de la réalité, pour fuir la vérité. Je me suis construite une bulle mensongère qui grandit et grandit mais c’est ma manière à moi de me contenir. Je ne peux pas avouer la vérité, je ne peux pas la divulguer. Elle est trop blessante, trop difficile à admettre.
« A attendre l’herbe qui pousse le bœuf meurt de faim » : Je ne suis pas patiente mais alors là pas du tout. Il suffit que l’on me demande d’attendre 1 minute pour que je me sente déjà angoissée, énervée, stressée. Pourtant je le sais il n’y aucune raison de l’être mais je ne peux m’empêcher de détester ce type de situation. Dans ces moments là j’ai tendance à me ronger les ongles, à manger les peaux mortes autour de mes ongles dans une compulsion incontrôlable.
« Nous sommes jusqu’au bout l’enfant de notre corps. Un enfant déconcerté » : Mais au fond, malgré que je puisse paraître froide, distante, une femme peu côtoyable, je ne suis qu’une enfant, une âme perdue, errante, qui demande juste de l’attention, de l’affection. Une enfant désireuse qu’on l’écoute, qu’on prenne soin d’elle, qu’on la rassure, qu’on lui prenne la main. C’est tout ce dont j’ai besoin. Même si je repousse, même si je préfère être seule que la compagnie malgré tout ça je cherche une présence aidante et rassurante. Je suis juste une enfant qui fait sa crise, qui est ambivalente, qui rejette mais qui souhaite s’agripper.

Concernant mes habitudes, j’ai l’habitude d’allumer une cigarette dès mon réveil et de finir ma journée avec une, comme pour marquer le début et la fin de la journée. Je prends toujours du véritable thé, c’est-à-dire des feuilles de thé uniquement que j’infuse dans une boule à thé, sans sucre ajoutée, avec deux tartines de beurre de cacahuète ou de nutella. Je mange assez souvent bio par habitude, malgré les dépenses que cela me demande. Après mon travail au Mc Do je me rends toujours dans un bar à boire quelques verres ou simplement pour y ressentir l’atmosphère apaisante. Je me rends souvent dans des lieux obscurs comme des maisons abandonnées, des bâtisses abandonnées, m’y installant pendant plusieurs heures. Il m’arrive de marcher sans but, sans savoir où je vais, de jour comme de nuit. Lorsque je me rends à la bibliothèque je porte toujours une capuche et une casquette pour passer incognito parce que je sais très bien que les rumeurs vont bon train et que je ne véhicule pas l’image d’une fille sérieuse alors qu’au fond j’ai de très bonnes notes grâce à un travail assidu. Je n’éprouve jamais de plaisir lors d’une partie de jambes en l’air, ou très rarement, je simule c’est plus facile. J’aime l’automne et ses feuilles mortes, son temps grisâtre et son silence envoûtant. J’aime allumer une bougie pour sentir son essence, venant chatouiller mes narines. Je n’aime pas toujours le contact physique et je préfère l’éviter, sauf si nécessaire. J’ai souvent les mêmes cauchemars, me réveillant en règle générale en sursaut, des perles de sueurs parcourant tout mon corps. Je ne prends jamais de douches froides quitte à me brûler la peau. Je change souvent de coupe de cheveux. Je porte souvent des lunettes de soleil pour cacher mon regard. J'aime porter du rouge à lèvres d'un rouge écarlate. Je ne prends jamais de temps pour me maquiller sauf exception. Je fais régulièrement de la corde à sauter.
This is my story
Cold, dark sea, wrapping it's arms around me , pulling me down to the deep