88 947 points
17 membres
71 463 points
12 membres
133 771 points♛
19 membres
23 783 points
9 membres



 
MAJ DE NOVEMBRE TERMINÉE ! TU VEUX EN SAVOIR PLUS P'TIT CANCRELAT ? BAM C'EST ICI QUE ÇA S'PASSE !

Page 1 sur 1


MODO • do as i said
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t4673-moon-il-su-tu-veux-etre-man-keupin http://www.shaketheworld.net/t4659-moon-il-su-do-you-wanna-play http://www.shaketheworld.net/t4952p10-moon-il-su#293462


Cool for the summer + Suyeol ☆  Sam 7 Mai - 13:41

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu

« Byeol je t'ai dit combien de fois de mettre ça dans un sac à part ? Non mais tu sais quoi, c'est moi qui vais le faire. Occupes-toi de ton chien là ! » Ce truc qui me fout des poils partout et qui me viole la jambe dès que sa maitresse ne regarde pas ! Je peste un peu pour la forme jusqu'à ce qu'elle se décide à le prendre dans les bras. Bah ce n'est pas trop tôt ! Je vérifie qu'on ait rien oublié en checkant ma liste que j'ai au préalable écrit sur mon portable histoire d'être au top de l'organisation. « Ton sèche-cheveux on est obligé de le prendre ? Y'en aura un là-bas et ça pèse une tonne. » On va payer une fortune à cause d'elle, c'est comme ses kilos de produits de beauté ( j'en ai aussi mais c'est le strict minimum, elle c'est abusé. Franchement qui a besoin de dix vernis ? Un ça suffit, je la comprendrais jamais. ) Discrètement j'enlève ce que je pense être superflu pour le foutre sous le lit ( dans un sac, histoire que ça ne prenne pas la poussière quand même. ) « Je crois qu'on est bon. » Je descends les valises dans le coffre ( en sachant qu'on part seulement une semaine y'a deux valises, un sac de sport plus ses trois sacs à main, pourquoi trois ? Non mais y'a rien à comprendre. ) Je monte dans la caisse et klaxonne pour qu'elle se grouille. « SI ON LOUPE L'AVION, JE TE LE FERAI REGRETTÉ TOUTE TA VIE ! » Et j'abuse à peine, ça ressortira à chaque dispute alors vaut mieux qu'elle se décide à rappliquer rapidos.

« T'es prête ? Me fais pas revenir à la moitié du chemin parce que tu crois que t'as oublié de fermer le gaz ou j'ignore quoi. » Elle me dit que tout est ok, bon on peut se détendre maintenant que tout le monde est là ( enfin j'essaie parce que je suis super tendu, je sais ça ne se voit pas hein... lol. Mais si y'a bien un truc qui arrive à me faire stresser plus que de serrer la main à un clochard qui s'est pas lavé depuis dix vies c'est de ne pas être à l'heure, en plus avec elle j'ai des raisons de m'inquiéter ! C'est une fille, une fille en plus d'être chiant ça a la réputation de mettre une éternité à se préparer mais elle est là, toute prête ( et belle on va pas se mentir ) avec son satané chien sur les cuisses alors pas de raison d'angoisser dans le vide. Faut vraiment que je l'aime pour accepter monsieur « je fais pipi sur les affaires de Ilsu pour me venger de plus être le seul mâle de la maison. »

Je mets la radio dans le but de nous trouver notre futur hymne de l'été ( #jtem. Je souris en entendant que c'est sa chanson qui habite l'habitacle. « T'as le droit de chanter les paroles. » Elle les fredonne et ça me décroche un sourire encore plus grand que le précédent.

(…)

Je me réveille au milieu du vol, la tête contre l'épaule de Byeol. Je prends la peine de me redresser, lâchant un petit soupir suite à des courbatures qui me tiraille la nuque. Elle est toujours assoupie, je tourne le regard vers elle en m'amusant à placer ses cheveux devant ses yeux avant de la recoiffer du bout des doigts. Je suis heureux d'être avec elle, heureux qu'on parte ensemble pour se créer de nouveaux souvenirs. J'ai attendu deux semaines avant de lui dire pour le voyage car j'ai dû m'arranger pour que ça tombe une semaine qui serait susceptible de nous convenir à tous les deux ( rien que ça c'était le parcours du combattant, on est toujours occupé avec nos entraînements, le boulot, les gens puis avant y'avait les cours, avec ça en moins comme facteur fallait que je saisisse l'opportunité de se tirer. ) Je pense que j'en avais aussi besoin, de m'éloigner de tout le monde. Puis Nora ne se gêne pas pour faire un pseudo tour du monde avec son Hitler, pourquoi moi je me priverais sérieux ? En une semaine d'absence qu'est-ce qui risque d'arriver ? Aecha c'est une grande fille, Chungsu il a sa meuf, il n'a plus trop besoin que je le paterne. Myungshin essaie d'aller mieux... Fin bref, je vais arrêter de vivre selon leur rythme à eux même si je me sens un petit peu ( beaucoup ) coupable.

« Réveil pas trop difficile ? » Sa tignasse est malgré mon recoiffage express toujours autant ébouriffée, j'essaie de ne pas trop montrer que je suis amusé par sa dégaine en lui désignant le hublot. « Regarde on est presque arrivé. » La Thaïlande, l'endroit recommandé par : Niran, miss Ahn et Kwansun. Y'a intérêt à ce que ça vaille le coup ! Mais rien que du ciel, on devine la beauté du pays... J'ai tellement hâte de le découvrir avec elle.

(…)

« QUOI ? VOUS AVEZ PERDU NOS VALISES ?! POURQUOI LES NÔTRES ?! ET MON CHIEN IL EST OÙ ?! » J'étais très calme les deux premières heures, juré. Mais au bout d'un moment y'a saturation. « Je m'en fous des fringues mais je veux le chien, c'est où le bureau de votre patron ?! VOUS AVEZ PERDU UN ÊTRE VIVANT ON NE SAIT PAS OÙ ! NE ME DITES PAS QUE JE DOIS RESTER CALME ! Je comprends qu'un mot sur deux à ce qu'il dit en plus ce pecnot, attends je vais appeler un traducteur. » J'essaie de joindre Niran mais ça ne répond pas, je vais pas appeler Kwansun quand même... « Allo ? Non ça va pas. Ton pays à la con il a perdu mon chien, dis-leur de me le retrouver ou je pète un scandale dans tout l'aéroport, tellement qu'ils vont croire que je viens de Corée du nord, t'as pigé ? Va leur dire ça et perds pas de temps à copiner Suny. » Je file le portable au branleur, putain, ça commence bien.



Let it snow

I really can't stay Baby, it's cold outside I gotta go away. Baby, it's cold outside This evening has Been hoping that you'd drop in So very nice I'll hold your hands, they're just like ice © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas

STUDENT • too many wars
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t5175-park-byeol-i-ll-be-your-sinner-in-secret-when-the-lights-go-out http://www.shaketheworld.net/t5129-park-byeol-cold-eyes-baby http://www.shaketheworld.net/t5174p10-park-byeol#310722


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Sam 7 Mai - 20:55

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu
Toi qui d’habitude n’aimes pas les surprises, tu es vraiment ravie de celle qu’Il Su t’a faite en début de semaines. Plus que ravie même. Quand il t’a annoncé qu’il vous avait organisé une semaine de vacances en Thaïlande, tu n’avais pas trouvé les mots pour le remercier. C’était quand la dernière fois que vous aviez eu, ne serait-ce qu’un moment de répit ? Le dernier moment de liberté que vous aviez eu ? Soit vous n’en aviez pas, soit c’était jamais en même temps. Avec vos emplois du temps décalés, ça avait dû lui demander un temps monstrueux pour organiser tout ça ! Enfin, tu sauras le remercier pour tout ça, aucun doute là-dessus. Bien évidemment avec lui, fallait que tout file droit et que ce soit sur sa liste sinon, ça lui allait pas. Tu sais pas combien de fois t’as refait ton sac. Un coup, elle était trop lourde, après, y’avait trop de trucs. Bref, il était jamais content. C’est pas étonnant qu’il râle encore le matin de votre départ. Du coup, comme il te le demande si gentiment, tu le laisses faire tandis que tu vas t’occuper de ton bébé chien. « Viens, on laisse le vilain monsieur tout seul » dis-tu à Zilla en le prenant dans tes bras. Tu tires la langue à Il Su avant de quitter la pièce. Même après avoir revu pour la cinquième fois ton sac, il est TOUJOURS pas content. Tu soupires avant de lui crier la réponse : « T’as qu’à l'enlever alors ! ». A ce train-là, il va tout virer et te prendre juste une culotte. Si t’étais pas aussi heureuse de partir, tu lui aurais déjà balancer la valise dans la tronche. Et puis, il aurait jamais emménagé ici si tu ne connaissais pas son caractère de merde et surtout, si tu ne l’aimais pas.

Tu l’entends descendre les valises pendant que toi, tu vérifies que vous n’avez rien oublié, que tous les appareils sont débranchés et que le gaz est coupé. On est jamais trop prudents ! Lunettes de soleil sur la tête, ton téléphone dans la poche et Zilla sous le bras, tu fermes la porte, accompagnée par les coups de klaxon impatient de ton copain. Il peut pas s’en empêcher ! « C’est bon j’arrive ! ». Rien ne pourra se mettre en travers de ta bonne humeur, même pas le râleur au volant. Tu sais que les grosses organisations de ce genre là le rendent nerveux et tu fais pas exprès de lui taper sur le système (bon okay, mais là vraiment, tu voulais aussi que tout se passe bien). Tu profites du trajet tout en t’amusant avec ton chien sur les genoux et quand tu entends la chanson que tu ne cesses d’écouter en boucle depuis une semaine, tu t’écris soudainement « Oh laisse la ! ». Il te regarde en souriant avant de te laisser le loisir de chanter par-dessus la musique. Ce dont tu ne te prives pas, cette chanson, tu l’apprécies énormément et puis, tu penses qu’aucune autre ne pourrait mieux correspondre à vos vacances, celles que vous vous apprêtez à savourer comme jamais. Tu réalises cette fois qu’il n’y aura que vous deux (et Zilla), loin de tout, de tout le monde, de la pression des entraînements. Oui, rien que vous deux. Ton sourire s’étire un peu plus à cette pensée et encore plus quand tu le regardes. Tu profites d’un feu rouge pour l’embrasser sur le coin de la bouche et lui glisser un petit « Merci ».

(...)

Six heures de vol, c'est long. Tu ne sais pas depuis combien de temps tu t'es endormie, mais apparemment, une bonne partie. Quand tu ouvres les yeux, tu vois Il Su déjà réveillé. C'est drôle comment une même personne peut vous mettre en rogne en l'espace de quelques secondes et vous faire sourire aussi vite. Tu passes une main dans tes cheveux ébouriffés avant de jeter un œil au hublot. Tu aperçois la ville bordée d'une mer aux couleurs turquoise. C'était comme voler au dessus d'une magnifique aquarelle sur laquelle le soleil se reflète et la scintiller. « J'ai hâte d'arriver ! », lui dis avec ce même sourire qui ne te quitte plus depuis ce matin.

(...)

Une chose est sûre, tu n'es pas d'humeur à rire, encore moins à sourire. Après avoir patienté pendant plus d'une demie-heure pour récupérer vos bagages, on vient vous annoncer qu'elles ont été perdu. Et pour couronner le tout, impossible de retrouver Zilla ! Autant dire que le personnel avait dû jouer à la courte paille pour savoir qui aurait le malheur de venir vous le dire. Au début, t'es beaucoup trop chamboulé pour comprendre qu'on a perdu ton chien. Tu n'écoutes que d'une oreille Il Su engueuler le steward et tout ceux qui ont le malheur de lui répondre. Tu fais les cents pas sur place, en tentant de digérer l'info, mais quand une hôtesse de l'air s'approche de toi pour te demander de te calmer, tu exploses. « VOUS VOULEZ QUE J'ME CALME ? VRAIMENT ? JE ME CALMERAI QUAND VOUS AUREZ RETROUVE NOTRE CHIEN OKAY ! EN ATTENDANT, NE ME DITES PAS DE ME CALMER, COMPRIS ?! ». Tu la fusilles du regard avant de trouver que personne ne fait ce qu'il faut. C'est limite si tu vas pas agresser le responsable qui arrive à votre hauteur. Le coréen, ça a pas l'air d'être sa sauce, mais c'était pas un soucis. Que tes cours particuliers d'anglais te servent au moins à quelque chose : « Vous là. Je vous préviens : s'il arrive quoique ce soit à mon chien, s'il n'est pas ici dans les heures à venir, je peux vous assurer que j'vous colle un procès au cul. Est-ce que j'ai été clair ?! ». Vu la force avec laquelle il hoche la tête, le message a été compris.

Zilla, c'est ton bébé. Tu supporterais qu'il lui arrive quoique ce soit. Et tu peux pas t'empêcher d'imaginer le pire. Qu'on te l'a kidnapper et qu'on va en faire un steak ou qu'il va servir pour des combats de chien clandestin. Ton petit tofu tout mignon, où est-ce qu'il peut être ?

(...)

Cinq heures et trente-sept minutes que vous attendez, tournez en rond comme des lions en cage dans ce putain d'aéroport. Pour vous « faire passer le temps » et surtout pour éviter un autre scandale, le personnel vous avait offert un repas gratos. Mais franchement, le sort de ton pauvre petit chien te préoccupait trop pour pouvoir avaler quoi que ce soit. Tu joues distraitement avec les doigts d'Il Su quand un employé vient vous chercher. Au loin derrière elle, tu aperçois une petite bouille ronde, une fourrure caramel et surtout, la queue recourbée. « Zilla ! ». Sans perdre une seconde de plus, tu cours vers ta boule de poils, soulagée de voir que rien ne lui ait arrivé. Lui aussi est tout content de te revoir, même de revoir Il Su sur qui il s'empresse de sauter. « Mon gros bébé ! ».






It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes but all your flaws and scars are mine, still falling for you.And just like that, all I breathe, all I feel, you are all for me. Falling, crash into my arms, love you like this, like a first kiss, never let go. Still falling for you. — ellie goulding ; still falling for you.

Revenir en haut Aller en bas

MODO • do as i said
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t4673-moon-il-su-tu-veux-etre-man-keupin http://www.shaketheworld.net/t4659-moon-il-su-do-you-wanna-play http://www.shaketheworld.net/t4952p10-moon-il-su#293462


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Ven 3 Juin - 15:42

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu

On est tous les deux excédés, épuisés par le voyage et l'attente. Lorsqu'elle prend ma relève ( celle qui consistait à gueuler sur le premier con en costume à l'image de l'aéroport ) je m'affaisse sur un banc. Après qu'elle ait vidé son sac je l'attire près de moi en la prenant par les hanches. « On ne repartira pas sans lui, je te le promets. » Elle laisse reposer sa joue contre mon épaule et moi je l'encercle d'un bras, une main contre sa tête, effectuant quelques caresses qui je l'espère sauront la détendre.

(…)

J'ai jamais été aussi heureux de revoir un chien de ma vie, c'est un mec qui nous l'a ramené et ce type j'en reviens pas, il nous regarde, les poings sur les hanches avec un sourire de niais comme s'il attendait qu'on l'acclame pour avoir fait son boulot, il s'est cru à Broadway cet enculé ? « Je vais pas encore te dire merci connard ! » Je peux l'insulter autant que je veux, il pige pas un mot ( et même s'il avait été coréen, je m'en serai pas moins retenu ! ) Il nous explique dans un anglais approximatif que nos valises sont à la sortie de l'aéroport, faut qu'on les cherche à un endroit précis. J'ai pas trop bien compris mais on se débrouillera. Je le remercie quand même ( avec mauvaise foi ) et retourne auprès de Byeol et Zilla qui se jette sur moi. Je le prends dans mes bras et là, sacrilège, il se met à me lécher le visage. OH OH, CALME TOI MON GRAND ! Byeol me sauve de ce cauchemar, j'en profite pour sortir mon désinfectant et m'en tartiner la gueule. « Qu'il ne recommence plus ! » Il me regarde avec la langue pendue et ses yeux qui pétillent de joie, comment tu veux te vénère contre ça ? « On cherche nos bagages et ensuite on se pose à l'hôtel et je propose qu'on n'en sorte plus avant demain. » Parce que je suis mort de fatigue et je pense que tout le monde a besoin de repos, même le caniche qui nous sert de chien.

(…)

La Thaïlande c'est paradisiaque, on a pu voir un échantillon de la ville à travers les vitres de notre taxi. La nuit est tombée mais les lumières se chargent d'éclairer le paysage. Je prends des photos pour les envoyer à Nora et j'en profite pour lui demander si elle ça va, je la sais j'ignore où dans le monde avec son allemand.... Je suis content qu'ils fassent des trucs ensemble, parce qu'elle, ça la rend heureuse.

Je me tourne vers Byeol pour lui désigner la plage mais elle s'est assoupie, alors je me contente de la regarder en glissant ma main dans la sienne. Le bonheur c'est tout simple des fois. Mes yeux se ferment et ne s'ouvrent plus jusqu'à ce qu'on arrive à destination.

« C'est là. » Qu'il nous dit. Je crois qu'il s'est trompé, c'est pas possible. « Vous êtes sûr que c'est la bonne adresse ? » Je lui demande de re vérifier mais il confirme, bon... Je paie et on descend de la voiture. Je sors nos affaires du coffre et me dirige jusqu'à ce qui se trouve être notre hôtel ou notre futur cauchemar. « Sur internet c'était pas du tout comme ça, mais genre du tout. » La façade a été bouffée par l'humidité, la peinture est effritée et je parle même pas des fissures ( si je devais les calculer, j'y passerais la nuit. ) Les photos du site n'étaient pas actuelles ou alors le mec c'est un dieu du montage, dans les deux cas il m'a bien pris pour un con. Je n'ai même pas envie de la faire entrer là-dedans. « Va promener Zilla pendant que je vais à la réception. » Histoire de vérifier si à l'intérieur l'air est respirable ou pas. « Va pas loin quand même hein. » Une femme toute seule dehors à la nuit tombée dans ce bled pourri ( ouais la Thaïlande ça craint sa race ok ?! ) Ça me plait pas des masses, surtout quand la nana en question c'est la mienne. « Je fais vite. » J'entre dans le bâtiment ( à défaut de le nommer «  hôtel » ce qui selon moi ressemble plus à triste blague qu'à autre chose ) et j'en ressors aussi vite que j'en suis rentré. Byeol me questionne du regard, je me contente de répondre. «  Mes semelles ont collé au sol. » ALORS IMAGINE LE RESTE ! JE DORS PAS LÀ-DEDANS, C'EST MORT !

Après avoir erré comme deux pauvres couillons pendant une bonne demi-heure on a décidé d'aller se poser sur la plage. On ira chercher un endroit ou dormir plus tard, parce qu'on peut plus rien tirer de nous présentement. Tandis qu'on regarde Zilla s'amuser comme un fou dans l'eau, je trace des formes dans la sable avec mes doigts. « Désolé. » J'ai tout gâché en voulant organiser ce voyage, on n'a fait qu'enchainer catastrophes sur catastrophes et ça m'enrage parce qu'on a vraiment peu de temps à s'accorder à la maison alors là c'était l'occasion rêvée de pouvoir profiter d'être ensemble, dans un cadre ( que je pensais être ) reposant et magique mais non, on est dans cette galère ensemble par ma faute.



Let it snow

I really can't stay Baby, it's cold outside I gotta go away. Baby, it's cold outside This evening has Been hoping that you'd drop in So very nice I'll hold your hands, they're just like ice © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas

STUDENT • too many wars
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t5175-park-byeol-i-ll-be-your-sinner-in-secret-when-the-lights-go-out http://www.shaketheworld.net/t5129-park-byeol-cold-eyes-baby http://www.shaketheworld.net/t5174p10-park-byeol#310722


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Sam 4 Juin - 13:17

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu
Les gens qui n’ont pas d’animal de compagnie ne peuvent pas comprendre le soulagement et la grande joie que tu ressens en voyant cette petite boule de poils foncer sur toi. Ce n’est pas juste un chien, c’est un petit être vivant que tu as avec toi depuis maintenant deux ans. C’est comme un bébé. Poilu mais un bébé. Il est aussi ton compagnon de route et même s’il n’était pas doté de la parole, il avait toujours été là quand ça n’allait pas. Quand il pose sa patte sur ta jambe, quand il se blottit contre toi en s’endormant ou quand il est juste là. Maintenant, c’est plus vraiment pareil. Tu n’es plus toute seule, Il Su est toujours là quand ça ne va pas. Mais Zilla resterait toujours ton bébé. Et puis, Il Su ne dira pas le contraire. Du moins plus maintenant ! « Il est juste content de te revoir ! Avoue qu’il t’a manqué quand même ». Tu le charries même si des deux, c’était toi la plus paniquée.

« On cherche nos bagages et ensuite on se pose à l'hôtel et je propose qu'on n'en sorte plus avant demain ». Tu acquiesces vivement en récupérant ton chien sous le bras et de le suivre jusqu’à l’endroit où se trouve vos valises.

(…)

Une fois dans le taxi, tu ne profites même pas du paysage. Toutes ces émotions et péripéties t’ont vidé de ton énergie, si bien qu’à peine assise, tu t’es endormie, Zilla callé sur tes genoux. Tant pis, tu profiteras plus tard. Après tout, vos vacances étaient faites pour ça non ?

(…)

Quand tu rouvres les yeux, le taxi s’arrête tout juste en vous annonçant que vous êtes arrivés. Tu sors de la voiture en regardant l’établissement et … tu restes un moment à analyser la bâtisse. Une fois toutes les valises dehors, le chauffeur s’en va, vous laissant là, un peu comme des cons. « Sur internet c'était pas du tout comme ça, mais genre du tout ». Ça, tu le crois. Il doit même être en train de compter les fissures des murs au moment même où il te parle. « C’est peut-être juste la façade ? ». Tu sais que c’est pas le cas, t’essaies juste de la rassurer. Mais c’est loin de faire effet. Même toi, t’y crois pas du tout. Il te dit d’aller promener Zilla pendant que lui va voir à l’intérieur sans oublier d’ajouter de ne pas aller trop loin. Tu lui souris en hochant la tête : « T’en fais pas, je vais pas loin ». Tu trouves un petit coin d’herbe où Zilla en profite pour faire son petit business. Tu regardes autour de toi et même si l’hôtel est en ruine, le paysage lui, est magnifique. Il Su ressort aussi vite qu’il n’est entré et à sa tête déconfite, tu comprends que l’intérieur est aussi pourri que l’extérieur. « Mes semelles ont collé au sol ». Tu affiches une grimace à la fois dégoûtée et désolée pour lui. « Allez viens, on va faire un tour ».

Y’a pas à dire, la plage de Thaïlande est l’une des plus belles où tu es jamais allée. Alors même si le début du voyage ressemblait plus à un mauvais film, tu es bien contente de t’être éloignée de chez vous. Tu libères Zilla de sa laisse et il s’empresse d’aller se jeter dans la mer. Il en profite au moins lui ! Tu fixes l’horizon en savourant quand même l’odeur salé et le vent doux qui s’engouffre dans tes cheveux. Au moins, vous êtes tous les deux alors y’aura toujours moyen de sauver ce voyage. Puis tu entends Il Su s’excuser. Ça te fend le cœur parce que tout cette organisation lui avait pris un temps fou et avait dû lui couter un bras. Il était tellement heureux de t’emmener en vacances que le voir ainsi te fait de la peine.

Tu passes ton bras sous le sien en te rapprochant de lui, pour pouvoir poser ta tête sur ton épaule. « C’est pas ta faute, t’excuse pas pour ça. Puis ça aurait pu être pire tu sais. On aurait pu ne jamais récupérer Zilla, ni nos affaires. On aurait pu se retrouver au fin fond d’un bled malfamé, réduits en esclavage par une bande de mercenaires ». Tu grimaces rien qu’à l’idée. « Donc tu vois, ça aurait pu être pire ». Tu relèves la tête pour embrasser sa joue. « On est tous les deux, c’est ça qui compte. Et regarde ton chien, comme il est heureux ! ». A ce moment-là, tu vois ton chien essayer t’attraper sa queue. Le pauvre, il a jamais compris, après toutes ces années, qu’il y arriverait jamais. Mais ça te fait exploser de rire. « Tu vois ! ». Vous restez là, encore un moment avant d’aller vous aventurer dans la ville. Ça doit s’repérer à des kilomètres que vous êtes des touristes complètement paumés. On vous arrête pratiquement toutes les secondes pour acheter si ou ça, pour te toucher le bras ou les cheveux comme s’ils avaient jamais vu une fille comme toi. Tu t’accroches à ton copain et à ton chien pour éviter de perdre l’un ou l’autre. T’as l’impression d’être une poupée de chiffon qu’on ballote dans tous les sens.

Après ce qu’il te parait être des heures, vous finissez par sortir de cette marée humaine. Au loin, tu aperçois un hôtel. Pas de fissure sur la devanture, tout est propre et entretenu et plutôt luxueux. « On demande à faire un tour avant de payer une chambre. Ça te va ? ». Hors de question de se faire avoir une seconde fois !

(…)

« Ah, enfin un peu de repos », dis-tu de soulagement en te laissant tomber sur le lit. La chambre sent le propre, elle est spacieuse et là au moins, pas de risques de tomber sur un rat mort ou une famille de cafard. Même le plafond est lisse comme une peau de bébé. Tu te relèves en prenant appui sur tes coudes, observant Il Su faire le tour de la chambre. « Détends-toi un peu, la chambre est super ». Tu te diriges dans sa direction pour aller l’enlacer. « Je sais que tu t’en veux encore mais moi, je pense que ce sera les meilleures vacances que j’ai jamais eu ».






It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes but all your flaws and scars are mine, still falling for you.And just like that, all I breathe, all I feel, you are all for me. Falling, crash into my arms, love you like this, like a first kiss, never let go. Still falling for you. — ellie goulding ; still falling for you.

Revenir en haut Aller en bas

MODO • do as i said
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t4673-moon-il-su-tu-veux-etre-man-keupin http://www.shaketheworld.net/t4659-moon-il-su-do-you-wanna-play http://www.shaketheworld.net/t4952p10-moon-il-su#293462


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Mar 14 Juin - 1:52

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu

Elle essaie de me faire positiver avec son histoire de mercenaires mais ça me fait plus rire qu'autre chose. « T'as oublié la mafia thaïlandaise qui risque aussi de nous piquer nos chaussures et nos montres. » Je lui pince doucement la joue. « T'as vraiment un problème. » Elle a le mérite de savoir me faire sourire et ça même quand tout se casse la gueule. « N'empêche ça nous fera de super souvenirs plus tard, enfin... Quand on aura assez de recul pour en rire. » Je la regarde dans les yeux très sérieusement, presque avec un petit air dramatique avant d'éclater de rire sans raison, je lui explique après m'être calmé : « J'étais en train de repenser à la gueule du type, tu sais le mec baraqué à l'aéroport qui faisait deux fois ta taille. Tu lui as fait tellement peur que sa tronche s'est décomposée comme si t'avais réussi à maudire sa famille sur dix générations, c'était marrant. » Je rajuste la manche de son haut sur son épaule. « Ou quand y'a cette vieille qui nous a accosté pour savoir où se trouvait sa valise et que nous on ne comprenait rien ! On s'est fait embarquer comme deux pauvres glands à l'opposé de là où on voulait se rendre tout ça pour l'aider et à la fin elle nous a remercié avec un coréen parfait... » Je ne m'arrête pas de rire parce qu'on est vraiment deux boulets putain ! Pouah, y'a qu'à nous que des conneries pareilles peuvent arriver. Mon attention se porte sur Zilla qu'elle me désigne du regard, je souris bêtement en le voyant tourner autour de lui-même ( quel débile ) puis revenir vers nous en se secouant bien près de moi ( petit con. ) Il s'allonge pas loin, fatigué de s'être enjaillé ( on va tous le plaindre, pauvre petit bichon va, tsssssssssss ) et on finit tous étalé comme lui sur le sable, y'a pas pires loques humaines que nous je crois.

Le soleil se lève peut-être une demi-heure plus tard, je ne suis pas du genre à être émerveillé par une fleur qui pousse ( c'est qu'une fleur qui fait sa vie hein ) ou par les bébés chats qui ronronnent dans un chausson... Ce genre de niaiseries quoi mais ça, je dois avouer que c'est quand même vachement beau, surtout vu de la plage. « Je suis quand même content qu'on soit ici toi et moi. » Je jette un regard à Zilla. « Lui aussi mais j'aurais pu m'en passer. » Je ris un peu avant d'ébouriffer les cheveux de Byeol, réitérant mon geste mais avec Zilla cette fois et je crois qu'il apprécie moyen, si un citron qu'on presse pouvait avoir une expression, bah ça ressemblerait sensiblement à ce qu'il est en train de faire. « Allez on se lève. » On a assez fait les hippies sur la plage, encore une minute de plus et on allait faire nos gitans à commencer à monter notre camp et à faire griller des hérissons avec un bâton même pas propre sur une gazinière en fin de vie.

S'aventurer dans la ville c'est plus une expédition qu'une partie de plaisir, sans compter le fait qu'on doit se fader nos bagages qui nous handicapent avec cette foule, le plaisir de la balade touristique je la vis moyen, surtout avec le manque de sommeil en prime qui nous rend beaucoup moins patient ( pour ma part j'en deviendrais presque exécrable ). Je soupire à plusieurs reprises lorsqu'on nous bouscule, je vais même jusqu'à pester dans mon coin mais ça c'est parce que les nerfs ils ont beaucoup trop supporté pour aujourd'hui, la moindre contrariété pourrait me faire péter un câble.

On finit ( enfin, ooooh goooooood ) par trouver un hôtel plus que potable. « On demande à faire un tour avant de payer une chambre. Ça te va ? » Je lâche un « oui » si brusque qu'elle a dû se sentir agresser la pauvre. « Heu ouais... Ça me va. » Je suis au bout de ma vie alors même si je trouvais de la poussière sur un meuble, je pense que je garderais mes commentaires pour moi, pour profiter du simple fait d'être ENFIN dans un endroit salubre ( BON OK JE CHIPOTERAIS QUAND MÊME MAIS VOILÀ QUOI ! )

(…)

Pendant qu'elle prend ses aises sur le lit, j'ouvre nos valises et commence à ranger nos vêtements dans l'armoire ( je ne la laisse pas faire car elle va organiser ça n'importe comment ! Faut que tout soit aligné, que chacun ait son étagère et puis les hauts ça va avec les hauts etc... Et oui c'est très grave si un malheureux short se retrouve dans la mauvaise pile ! Elle me connait maintenant alors elle ne prend même pas le peine de commenter. )  « Détends-toi un peu, la chambre est super. » Je lève le nez de nos affaires, prêt à rétorquer avec une bonne dose de sarcasme mais ses bras autour de moi m'en dissuadent fortement ( quand elle est mignonne j'ai pas trop trop envie de faire le type chiant, donc on va rien dire ( pour l'instant. ) )  « Je sais que tu t’en veux encore mais moi, je pense que ce sera les meilleures vacances que j’ai jamais eu. »

Je baisse les yeux, gêné par sa confession. « Tu dis ça parce que t'as kiffé te faire reluquer dans la rue, à Seoul ça ne t'arrive pas souvent... » Je lui adresse un sourire taquin, l'acculant sans qu'elle ne s'en rende compte jusqu'au lit. Sa cuisse tape contre la table de chevet et avant même qu'elle n'ait le temps de gémir une plainte, je la fais basculer sur le lit. Lorsqu'elle essaie de se redresser, je bloque ses mouvements à l'aide d'un oreiller que je plaque contre une partie de son visage et de son buste. « Mais détends-toi chérie, je ne comprends pas ce qui te contrarie là au juste... » Je souris tandis qu'elle ne cesse de se débattre pour s'échapper. « Je te libère si c'est moi qui décide pour le restaurant. » Elle me dit un truc mais vu que sa voix est étouffée à travers le coussin, je ne distingue que des petits marmonnements à peine audibles. « Cligne des yeux une fois si c'est oui. » Elle cède ( ou alors, c'est moi que la fatigue a rendu bigleux ) du coup comme promis, je libère la princesse. « C'était tellement agréable... Quand tu ne parlais pas. » Je l'embrasse pour l'empêcher de répliquer quoique ce soit, un baiser qui s'éternise au point que Zilla se décide à taper l'incruste en bondissant dans tous les sens, signe qu'il veut jouer ( je parle le Zilla maintenant. ) Je le repousse maladroitement, mes lèvres toujours scellées à celles de Byeol mais il perd patience et se met à japper dans toute la chambre. Je me redresse en lâchant un soupir. « Y me fatigue. » Je roule sur le côté pour laisser MA NANA s'occuper de son truc touffu qui fout la zizanie partout où il passe ( et c'est encore mieux si je suis là pour l'admirer faire ) saleté...



Let it snow

I really can't stay Baby, it's cold outside I gotta go away. Baby, it's cold outside This evening has Been hoping that you'd drop in So very nice I'll hold your hands, they're just like ice © signature by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas

STUDENT • too many wars
PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shaketheworld.net/t5175-park-byeol-i-ll-be-your-sinner-in-secret-when-the-lights-go-out http://www.shaketheworld.net/t5129-park-byeol-cold-eyes-baby http://www.shaketheworld.net/t5174p10-park-byeol#310722


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Mer 13 Juil - 19:59

Cool for the summer

Let's go

Byeol ✧ Ilsu
L’optimisme et Il Su, ça fait deux. C’est pas nouveau, il voit souvent le mauvais côté des choses avant d’en voir les bons. Comme là quand il me parle de mafieux et autres conneries. Je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel en me marrant. « Au pire, c’est pas très grave, c’est pas comme si on avait pas les moyens pour s’en racheter », ajoutais-je en haussant les épaules d’un air nonchalant. C’est pas faux, l’argent n’était pas une contrainte mais étant une incorruptible radine, j’avais du mal à sortir la carte bleue pour les choses futiles comme des montres ou des paires de godasses. Je préférai qu’on nous prenne ça plutôt qu’un rein ou le foie. Ça sera toujours moins cher à acheter et puis mes organes sont très bien là où ils sont, pas besoin de leur faire voir le paysage même si ça vaut le coup d’œil. Je souris à sa remarque, pensant qu'effectivement, ces vacances promettaient d'être riche en aventure !

L'entendre rire, enfin, sonne comme le début des vacances. Même si pour le moment, on se retrouve un peu en mode SDF sur une plage au bord d'une ville qu'aucun de nous ne connait. C'est peut-être niais à dire (oui ça l'est mais je préfère ne pas l'avouer) mais je serai probablement prête à le suivre n'importe où les yeux fermés. C'est pas une chose que j’aurais faite avant, me laisser guider sans savoir où je vais. J'avais pour mauvaise habitude de tout vouloir contrôler, de tout savoir pour être sûre que tout se déroule comme moi je le voulais et pas autrement. Tout devait être cadré dans les moindres détails, réglé comme du papier à musique. Après l'incendie, j’ai fini par comprendre que ça m'empêchait de profiter de la vie et j’étais très bien placée pour savoir qu'elle était courte et trop précieuse pour être enfermée entre les cases d'un planning. Improvisation ne rime avec catastrophe après tout !

Et puis à regarder Zilla, je réalise quand même qu’on en avait pas été loin. Mais comme Il Su, je préfère prendre ça à la rigolade, surtout quand je me mets aussi à repenser à la tronche du mec de l'aéroport. « En même temps, me demander de me calmer dans un moment pareil, c'était du suicide. Il a de la chance, j'aurai pu porter plainte pour négligence ». Je prends un air sérieux même si dans le fond, je serais pas allée jusque là. Même si j'en étais vraiment capable. « Puis cette mamie, elle a dû bien s'amuser à nous faire galérer comme des idiots. En fait, elle voulait juste qu'on lui porte ses valises ». Elle avait eu un sacré culot quand même cette grand-mère.

La plage finit par devenir notre refuge, notre petit coin de « paradis » dans ce début quelque peu raté de vacances. Zilla nous rejoind, fatigué d’avoir couru après les vagues. Je ne loupe pas le regard effaré de mon copain quand la boule de poils vient se secouer et s’installer auprès de lui.  Je les trouve adorable tous les deux, même si j’ai certaines photos qui prouvent que la cohabitation n’a pas toujours été des plus simples entre eux. Jamais j’oublierai la fois où je les ai retrouvés dans la salle de bain, Il Su tentant de garder Zilla dans la baignoire et Zilla, moussant sous le shampooing pour chien, cherchant à s’échapper des griffes de son tortionnaires. C’est vrai qu’il forme un drôle de duo tous les deux mais moi je les aime comme ça.

Le bruit des vagues me berce doucement, mes yeux se faisant lourds alors que je pose la tête contre l’épaule d’Il Su. La fatigue commence à peser lourd sur mes paupières, me laissant emporter dans un court sommeil, jusqu’au lever du soleil. Le tableau qui se peint devant nous me fait sourire. Ouais, y’a pas à dire, la Thaïlande est pleine de surprise. Je sens qu’ici, on va vivre les plus belles galères de notre vie. « Je suis quand même content qu'on soit ici toi et moi. Lui aussi mais j'aurais pu m'en passer ». Ces simples mots suffisent à me faire sourire comme une ado devant son crush. Même quand il en profite pour venir saccager ma coiffure (oui saccager), ça ne réussit pas à effacer ce rictus heureux de mes lèvres. « J’te signale que c’est toi qui a voulu qu’on l’emmène », lui répondis-je, « ça aurait pas dérangé mes parents de le garder. Même ton père s'était proposé pour le prendre chez lui » . Je me tourne sur le côté pour lui faire face : « Mais je comprends. Tu peux plus t'en séparer maintenant, c'est aussi ton bébé maintenant », lui dis-je avec un sourire légèrement moqueur. S'il pensait que j’avais oublié, c'était mal me connaître. Bien sûr que non j'étais pas en train de venger mon chien de toutes les fois où Il Su l'avait maudit d'être là, quelle idée !

Après quelques minutes passées à essayer de me convaincre de me lever, parce que faut dire que j'étais quand même bien là, on finit par se mettre à la recherche d'un endroit où passer le reste de nos vacances.

(...)

Je le regarde défaire les valises et à ranger nos affaires bien correctement, bien au carré comme il le fait à l'appart. J’m'emmêle pas, de toute façon, il ne m'aurait même pas laissé toucher la valise. Alors pour l'instant, je teste le matelas. Je me fais un peu rebondir dessus avant de me laisser complètement tomber dessus. Si je le voulais, je pourrais m'endormir là direct. Mais avec Il Su qui a toujours la tête dans le placard, difficile pour moi de vraiment en profiter. Si je l'arrête pas, il serait prêt à repenser l'aménagement de la chambre. Je me lève pour l'enlacer et pour l'espace de quelques minutes, il abandonne son tri (parce qu'à force, nos étagères vont plus ressembler à un étalage de magasins de fringues de luxe).

Mais que serait Il Su sans une remarque digne de lui ? Rien. « Tu dis ça parce que t'as kiffé te faire reluquer dans la rue, à Seoul ça ne t'arrive pas souvent... ». Je lève les yeux au ciel, encore (faudrait que j'arrêtes un jour, mes rétines vont finir par se décoller) avant de lui pincer le ventre, n’y allant pas de main morte. « C'est juste que je t’obnubile tellement que tu ne fais même plus attention à ce qu'il se passe autour de toi » . Il se tourne vers moi et m'offre un sourire que je ne connais que trop. Malheureusement, c'est le genre à avoir un effet assez radical sur moi et maintenant, c'est moi qui ne suis plus capable de regarder ailleurs. Je ne me rends seulement compte que je recule quand ma jambe vient heurter quelque chose, me faisant revenir à moi, juste assez pour comprendre ce qu'il se passe ensuite : Il Su me pousse sur le lit et vient écraser un oreiller sur ma poitrine ainsi que sur ma bouche.

Oui pendant deux secondes, l'idée qu'il ait envie de m'étouffer, m’a traversé l'esprit. Mais il veut juste m'empêcher de lui retourner une réplique dans la tronche, le lâche. J’essaie par tous les moyens de me défaire de son emprise : par les poings, en tentant de rouler sur le côté, de le dégager avec mes jambes mais usant de tout son poids sur moi, j'arrive à rien sauf à ressembler à un pauvre asticot qui ne veut pas finir dans le gosier d'un oiseau. « Je te libère si c'est moi qui décide pour le restaurant ». En plus, il marche au chantage maintenant. Je proteste de toutes mes forces mais mes plaintes finissent étouffer dans l'oreiller. Je fronce les sourcils, mon visage traduisant tout le mécontentement de cette situation (et puis un regard qui tue est toujours plus efficace qu'une bonne engueulade.

« Cligne des yeux une fois si c'est oui ». Si je pouvais rire là, je l'aurais fait. Mais je peux pas alors je le regarde fixement en secouant la tête de gauche à droite pour lui faire comprendre que je suis pas prête à accepter un marché aussi déloyal. Il insiste, je refuse encore. Ça continue pendant des minutes qui me paraissent interminables mais au final, je suis la première à lever le drapeau blanc. Un grognement de résiliation se fait entendre dans le fond de ma gorge et je finis par cligner des yeux pour admettre ma défaite.

Quand il retire ENFIN l'oreiller, je m'apprête à lui déballer avec ferveur le fond de ma pensée, surtout après m'avoir dit qu'il me préférait quand je me la fermais mais dès lors où ses lèvres se posent sur les miennes, tout m'échappe. Pouf, évaporé ! Dans ma tête raisonne un « connard » et si j'avais la force de lui résister, je lui aurais fait clairement entendre. Mais j'y peux rien, il me rend aussi folle qu'il me rend amoureuse de lui, un peu plus chaque jour. Zilla vient interrompre notre petit moment en nous aboyant dessus. Si c'était pas mon chien ... Je regarde Il Su s’éloigner en me retenant de geindre comme une gamine frustrée, restant un moment à observer désespéramment le plafond avant de me tourner vers mon chien. Avec sa langue qui pendouille et sa bouille d'idiot, j'arrive jamais à lui en vouloir même si ... « Okay, j'vais le sortir ». Je lui remet sa laisse et choppe un jouet au passage avant de sortir pour que ma boule de poils puisse se dépenser et pour que mon copain finisse de vider les valises tranquillement, sans à nous avoir dans ses pattes.

(...)

« C'est bon, t'es prêt ? ». Après le combo dodo/douche, il est temps d'aller manger un bout. J’attends qu'Il Su se décide enfin sur le tshirt qu'il veut mettre, lui répétant pour le troisième fois depuis qu'il est sorti de la douche que « oui, ton tshirt est très bien ». Je suis à deux doigt d'aller lui mettre moi-même quand il se décide enfin.

(...)


Dehors le soleil tape et les rues s'emplissent d'âmes vivantes, de chants et s'animent au rythme des pas des passants. Comme promis, je le laisse choisir le restaurant. Il finit par s'arrêter devant l'un, déclarant que l'endroit lui semble correct. Je ne dis rien de plus et le suit jusqu'à en table en terrasse. Zilla s'installe sous la table tranquillement tandis qu'on nous donne les menus. Et là bien sûr, faut choisir quoi manger. « Tu prends quoi ? », je lui demande parce que j'ai jamais aucune idée. Puis de toute façon, j'ai bien l'intention de piquer un peu ce qu'il aura dans son assiette. Je décortique la carte de long en large, tout a l'air bon et susceptible de satisfaire mes papilles. Bizarrement, je suis pas difficile quand il s'agit de nourriture. Sauf pour les crevettes, c'est pas trop mon truc ça. Je finis par tomber sur un plat (dont j'arrive pas à prononcer le nom) mais la photo à elle-seule suffit à me faire pencher en sa faveur. « Kwan Sun t'a parlé des plats d'ici ? C'est quoi le meilleur à ton avis ? ».






It took us a while, with every breath a new day, with love on the line. We've had our share of mistakes but all your flaws and scars are mine, still falling for you.And just like that, all I breathe, all I feel, you are all for me. Falling, crash into my arms, love you like this, like a first kiss, never let go. Still falling for you. — ellie goulding ; still falling for you.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé ❞

PLUS D'INFORMATIONS


Re: Cool for the summer + Suyeol ☆  Aujourd'hui à 5:07


Revenir en haut Aller en bas

Cool for the summer + Suyeol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cause you and I, we're cool for the summer ☼ Maxxie
» LEOPOLDINE ✰ COOL FOR THE SUMMER
» Une petite idee de qui est Larry Summer/Mondialisation.ca
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» DSC : De Summer à Constantinople.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHAKE THE WORLD  :: Défouloir :: Boîte à souvenirs :: Rp clos ou abandonnés-