Revenir en haut Aller en bas

TROUBLE MAKER HAS SOME NEW FOR YOU




 

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Park Jin Hyun ♚ même le diable fut un ange, jadis

 :: Examen d'entrée :: Alumni :: Fiches de liens
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:10

Park Jin Hyun
même le diable fut un ange, jadis...
Nom : park, comme le pdg de la chaîne d’hôtels de luxe park&park. Prénom(s) : jin hyun. mais vous pouvez l’appeler dieu, aussi. c'est bien, dieu... Surnom(s) : haha. essaye juste de lui en donner. Âge : vingt six ans. Date et lieu de naissance : huit février mille neuf cent quatre vingt douze, à séoul. Origines : sud-coréennes. Nationalité : sud-coréenne. Cursus universitaire : deuxième année de master (commerce et communication internationale). mais il a finalement mis fin à ses études en cours d'année pour se consacrer à sa passion. il n'a donc pas obtenu son diplôme. Métier : danseur professionnel au sein d'une troupe indépendante plutôt connue en corée du sud et qui commence à se faire un nom dans les pays voisins. Orientation sexuelle : hétérosexuel. il aime beaucoup trop les pamplemousses de su ah pour songer une seule seconde se tourner vers des poireaux. Classe sociale : vu le poste de papa, le compte en banque de sa famille est très très bien rempli. quant à son métier de danseur, celui-ci commence à lui rapporter pas mal. du coup, ça ajouté à la petite somme conséquente que papa s'obstine encore à lui verser sur son compte en banque chaque mois (pensant certainement que c'est avec de l'argent qu'il convaincra/achètera son fils pour que ce dernier reprenne les rennes de l'entreprise familiale), on peut dire que les fins de mois sont loin d'être difficiles.
Il parait que...
Rumeurs : Il parait que chaque matin, quand il prend sa voiture, il lui fait la causette pendant plusieurs minutes (vrai. son cousin pourrait en témoigner.) + Il parait que, toutes les semaines, il se rend dans un orphelinat ou diverses associations caritatives pour faire du bénévolat et des dons (vrai. c'est d'ailleurs l'un des points de sa vie qu'il tient le plus à garder secret, et ce, pour plusieurs raisons.) + Il parait qu'il a déjà couché avec une mineure... (vrai. mais c'était pas en connaissance de cause.) et qu'en plus de ça, il l'a mise enceinte (faux.) + Il parait que, plus jeune, c'était un bon gosse, vraiment adorable... (vrai. demandez à sa maman chérie.) + D'ailleurs, il parait qu'à l'époque du collège, il se faisait bullied par ses camarades (c'est vrai, aussi. ça n'a pas duré longtemps, certes, mais oui... jin hyun a pendant un temps était la cible de ses camarades qui profitaient du fait qu'il n'aille pas bien pour s'en prendre à lui.) + Il parait qu'il dort avec une peluche. Un léopard qu'on lui a offert, plus précisément (fa... ouais bon, c'est presque vrai. cette peluche existe vraiment et se trouve dans sa chambre. mais il ne dort pas avec, tss...) + Il parait qu'on lui a déjà proposé de poser à poil pour un magazine (vrai.) + Un magazine acheté et lu principalement par des gays (vrai aussi.) + Il parait qu'il est capable de citer le prénom des 151 premiers pokemons, et ce, dans l'ordre (vrai. des vestiges de sa période geek.) + Il parait qu'il n'est plus puceau depuis ses quinze ans et qu'il a perdu sa virginité avec une femme plus âgé que lui de plusieurs années (vrai.).

Anecdotes : (01) Jin Hyun fait partie de ces personnes qui refusent généralement de s'attacher aux autres. Et si cela arrive quand même, il éprouve énormément de mal à faire part de ses sentiments. Par contre, cela lui est plus facile de les montrer. (02) Beaucoup trop fier pour son propre bien, il lui arrive souvent de dire des choses qu'il ne pense pas et qu'il finit par regretter. (03) Jin Hyun prend soin de son apparence, entretient son corps et son look. Donc, tout ce qui est drogue ou cigarette, très peu pour lui. Néanmoins, il s’autorise quelques verres d’alcool lorsqu’il sort. (04) Jin Hyun a arrêté ses études (et quitté les pyobeom) en octobre 2015 pour entrer dans une troupe de danseurs professionnels. Bien évidemment, même si lui et sa mère ont tout fait pour lui cacher la vérité le plus longtemps possible, Papa Park est désormais au courant des activités de son fils. Faut dire que la troupe commence à faire pas mal parler d'elle en Corée et, comme il fallait s'y attendre, il n'a pas très très bien accueilli la nouvelle. Il n’a d’ailleurs toujours pas renoncé à son idée de voir, un jour, son fils devenir le digne héritier qu’il a toujours voulu qu’il soit. Surtout depuis qu'In Su, le seul autre potentiel héritier de la famille Park, a été déshérité par son père. (05) Jin Hyun est perfectionniste. Peut-être même un peu trop… Il veut que tout soit parfait et ne s’arrête pas tant que ce n’est pas le cas. Ce trait de caractère est d’autant plus mis en avant lorsqu’il est question de la danse. Le jeune homme passe des heures et des heures à s’entraîner, toujours en quête de perfection, au risque parfois d’en oublier le reste. Su Ah, sa petite amie, en a d’ailleurs à plusieurs reprises fait les frais puisqu’il a quelque peu mis leur relation de côté au profit de sa passion. (06) Jin Hyun est doué avec les enfants. Il suffit de le voir à l’œuvre lorsqu’il fait du bénévolat dans les orphelinats pour comprendre qu'il a un véritable don pour ça. Pourtant, il y a encore quelques années, c’est une chose que personne n’aurait pu soupçonner de sa part. Pas même lui. (07) Jin Hyun a été ce qu’on appelle un geek durant son enfance. D’ailleurs, parfois, c’est à se demander s’il ne l’est pas un peu resté. Il peut passer des heures et des heures devant un écran de télévision, manette en main. Les jeux vidéo, c’est l’une de ses passions, au même titre que la danse ou les voitures. Dernièrement, il s’est d’ailleurs trouvé une nouvelle occupation. Quand il n’est pas dans une salle de danse, le jeune homme est scotché à son téléphone, perpétuellement en quête de quelques pokemons qui pourraient venir compléter son pokedex. (08) Jin Hyun aime sa petite amie (Lee Su Ah), la danse (bien évidemment), la nourriture, les sucreries (surtout les Chupa Chups à la fraise), les jeux-vidéo, sa voiture (une Aston Martin), les chats (surtout le sien qu’il a prénommé Yoru), le bénévolat, les enfants, le calme, les films d’horreur, écouter de la musique, boire un bon chocolat chaud avant d’aller dormir. (08) Mais il y a beaucoup de choses qu’il ne supporte pas, à commencer par son père, la drogue, la fumée de cigarette, les gosses de riches (et ouais…), les personnes qui se posent tout le temps en victime, les personnes incapables de se forger leur propre opinion ainsi que celles qui boivent jusqu’à ne plus pouvoir tenir debout. Il déteste également qu’on lui attribue des surnoms, qu’on essaye de s’immiscer dans sa vie privée, qu’on touche à sa voiture ou qu’on touche à ses affaires tout court… Et la liste est encore très longue donc on va s’arrêter là.
Dis nous qui tu es !
Plus jeune, Jin Hyun était ce qu'on pouvait appeler un enfant modèle. En effet... Gentil, attentionné et attentif à l'école, il était le petit garçon qui ramenait toujours de bonnes notes à la maison. Le copain que tout autre enfant de son âge voulait avoir ou le camarade de classe serviable et toujours prêt à venir en aide aux autres. Un bon petit gars sous toutes les coutures, en somme... Mais tout cela ne dura finalement pas bien longtemps puisque, une fois entré au collège, Jin Hyun changea du tout au tout. Fini le parfait petit enfant que l'on aimait brandir tel un trophée lorsque l'on recevait des invités de la plus haute importance. Dès cet instant, le jeune Park ne fut plus le même. Du moins, c'est ce qu'il tenta de faire croire par tous les moyens, et ce, pendant de nombreuses années. Jusqu'à il y a encore peu de temps, en vérité... Et ce visage d'ange qu'on lui attribuait, ses allures de gentil jeune homme ne furent alors plus que du vent, un mirage, une façade qui lui servait à charmer les filles récalcitrantes ou à manipuler les autres dans le but de servir ses propres intérêts. De plus, froid, hautain, manipulateur et distant, Jin Hyun n'hésitait pas à prendre des airs supérieurs devant ceux qu'il jugeait trop « idiots ». Et sarcastique jusqu'au bout des doigts, il lui est souvent arrivé de se montrer blessant, voire même insultant. C'est pourquoi, alors qu'il pourrait compter ses véritables amis sur les doigts d'une seule main, il n'en posséderait pas assez pour vous montrer combien de personnes le détestent à l'heure actuelle. Cela dit, Jin Hyun s'en contrefout pas mal de tout ça. A vrai dire, il n'accorde que très peu d'importance à ce que les gens pensent de lui et en bon « je m'en foutiste » qu'il est, il est très rare qu'il se laisse atteindre par les insultes que de tiers personnes pourraient proférer à son égard. Ainsi, parfois accompagné d'un léger soupir ou d'un haussement d'épaule, il se contente de toiser ce genre d'individus du regard et continue son chemin, les mains dans les poches, comme si de rien n'était... Toutefois, sous ces airs de mec trop confiant et à la limite de l'égocentrisme, il paraîtrait d'après certaines personnes que c'est quelqu'un de très loyal et fidèle, que ce soit en amitié ou en amour. Mais pour cela, il faut bien évidemment chercher à voir plus loin que tout ce qu'on peut raconter à son sujet. Et quand c'est le cas, quand enfin vous parvenez à creuser sous cette carapace que le jeune homme s'est forgé pendant de nombreuses années, il n'est pas rare de voir finalement apparaître ce petit garçon attentionné, souriant, gentil, généreux et protecteur qu'il était autrefois...
Wanted dead or alive...
Le confident (♂)
Il y a plusieurs années, lui et Jin Hyun se sont rencontrés dans un bar et, alors qu'il se faisait particulièrement chier ce soir là, X décida d'engager la conversation avec le danseur. Une conversation pendant laquelle les deux jeunes hommes ont parlé d'un peu tout et rien – surtout de rien – avant que Jin Hyun, peut-être un peu trop sous l'influence de l'alcool qu'il avait ingurgité, ne finisse par se confier, évoquant ainsi devant X les quelques tensions qui existaient entre son père et lui (peut-être que son histoire aurait d'ailleurs pu faire écho à celle de votre personnage qui y aurait vu un point en commun ?). A la suite de ça, les deux jeunes hommes auraient passé une bonne partie de la soirée à discuter mais auraient finalement été interrompus par une bagarre dans laquelle, voulant se la jouer justiciers en s'interposant, ils se retrouvèrent mêlés malgré eux, avant de se faire jeter du bar. Une petite anecdote qui, aujourd'hui, les fait beaucoup rire mais qui a également marqué le début de leur amitié puisqu'après s'être revus plusieurs fois par la suite, X et Jin Hyun se sont beaucoup rapprochés.
L'ancien bourreau (♂)
Jin Hyun et lui se sont connus quand ils étaient en primaire. A l'époque, Jin Hyun était un bon petit gosse qui mettait un point d'honneur à défendre ceux qui se faisaient bullied. Toutefois, ce petit côté « défenseur des opprimés » ne lui a pas attiré la sympathie de tout le monde, à commencer par celle des quelques bourreaux que comptait son école. Bourreaux dont X faisait bien évidemment partie. Et si au début X et ses copains n'ont jamais rien tenté contre Jin Hyun, tout cela a changé lorsqu'ils sont entrés au collège. Attristé par le départ d'une amie qui comptait beaucoup pour lui, Jin Hyun a commencé à s'isoler et X qui jusque là n'osait pas s'en prendre à lui, y a vu une opportunité de lui faire payer les humiliations qu'il avait subi en primaire lorsque le jeune danseur lui tenait tête devant tous leurs petits camarades. Il a donc bullied Jin Hyun pendant plusieurs mois, avant que celui-ci ne finisse par ne plus se laisser faire (à développer).
L'ex-copine revenue de nulle part (♀)
Avant de connaître Su Ah, Jin Hyun n'était ni plus ni moins qu'un petit con ayant totalement banni le mot « sentiment » de son vocabulaire et pour qui une petite copine n'avait pour utilité que de lui permettre de se vider. Pendant plusieurs années, le jeune homme a donc collectionné les histoires sans lendemain et les petites copines. Des petites copines dont il se débarrassait sans aucun scrupule et qui, aujourd'hui, pour la grande majorité d'entre elles, ne le portent pas forcément dans leur cœur. A commencer par X qui n'a pas vraiment supporté le fait de se faire jeter comme une moins que rien par le danseur. Faut dire que leur relation a quand même duré plus de deux mois. Et elle l'aimait. Oh que oui, elle en était tombée amoureuse de ce jeune homme. En tout cas, c'est ce qu'elle pensait. Alors, quand il l'a tout simplement laissé tomber, la jeune femme a mis du temps avant de s'en remettre. Cependant, cette dernière garde une certaine rancoeur vis à vis de ce garçon pour qui elle a pleuré pendant longtemps et qui, pour elle, a donc littéralement gâché plusieurs mois de sa vie (voir plus, c'est à vous de voir jusqu'à quel point ce chagrin d'amour l'a affecté). Rancoeur qui a d'ailleurs refait surface lorsqu'elle l'a finalement recroisé, après plusieurs années (leur relation doit donc au moins remonter à plus de trois ans). D'autant plus que le jeune homme s'est casé et semble être plus amoureux que jamais ce qui n'a pas l'air d'être du goût de X qui compte bien se venger (à développer, à modifier. tout est possible, les amis).
Le pote de gonflette (♂)
Pour se maintenir en forme et rester au top, Jin Hyun va souvent faire du sport en salle. C'est d'ailleurs là bas qu'il a rencontré X. Ils ne se connaissaient pas ou alors s'étaient juste déjà aperçus à quelques occasions (par exemple, quand Jin Hyun se rendait sur le campus de l'université pour voir sa petite amie) mais, entre deux séances de muscu ou de cardio, les deux jeunes hommes ont commencé à faire connaissance et ont plutôt bien accroché. Depuis ce jour, s'y retrouvant toutes les semaines, ils ont pris l'habitude de s’entraîner ensemble et se motivent mutuellement, tout en partageant parfois quelques anecdotes (à développer, bien évidemment).
Le/la cousin(e) du côté de maman (♂ ou ♀)
Etant donné que c'est un lien assez compliqué, ce serait mieux d'en parler directement par mp ou sur skype. Mais pour résumer, il/elle serait plus jeune que Jin Hyun, aurait une double nationalité (donc coréen et ce que vous voulez) car X ne serait pas né(e) en Corée du Sud et ne serait donc sur Seoul que depuis cette année, ayant vécu dans son pays de naissance jusqu’à maintenant. Il/elle serait le fils/la fille de l’oncle de Jin Hyun (du côté de maman) qui aurait quitté la Corée du Sud, ne voulant pas reprendre l’entreprise familiale mais plutôt voler de ses propres ailes (d’où le fait qu’il soit partie dans un autre pays) ce qui aurait d’ailleurs eu des conséquences sur ses relations avec la famille. Jin Hyun n’aurait donc pratiquement jamais entendu parlé de lui et de son/sa cousin(e)...
Le rival de toujours (♂)
Lorsqu'ils étaient gamins, X et Jin Hyun ont plusieurs fois été amenés à se croiser car leurs parents étaient amis de longue date. Ils leur arrivaient donc souvent de s'inviter à prendre le café ou tout simplement pour dîner. Toutefois, Jin Hyun n'a jamais pu supporter X et pour cause... Le père du danseur avait souvent la sale manie de comparer les deux garçons pour rabaisser son fils qu'il jugeait moins bon que X. Et même si à cette époque les relations qu'entretenaient Jin Hyun avec son père étaient déjà tendues, il n'en restait pas moins un petit garçon qui souhaitait faire la fierté de son paternel. Il a donc développé une certaine animosité envers X au fil du temps et, même si aujourd'hui il ne se soucie plus vraiment de ce que son père peut penser de lui, une partie de Jin Hyun continue d'en vouloir à X pour les quelques humiliations qu'il a pu subir parce que ce dernier était trop « parfait » aux yeux de son paternel (à développer, comme toujours).
Un peu de tout et de rien (♂ ou ♀)
Des haters (c'est ça la célébrité), des potes, une petite soeur de coeur, des gens qui ne peuvent pas se l'encadrer (parce qu'il leur a fait quelque chose ou tout simplement parce qu'ils ne supportent pas sa tête), du tordu, du sérieux, etc. Je suis ouvertes aux propositions (mais pas celles que tu t'imagines, coquinou).
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:11

Lee Su Ah
because i fell in love with you...
la princesse, celle qui a fait chavirer mon coeur
Un verre renversé, une magnifique robe tâchée et une harpie qui tape un gros scandale en pleine discothèque... Voila à quoi se résume notre rencontre. Toi, tu étais la harpie en question évidemment et, moi, j'étais le méchant garçon auteur du malheureux crime. Crime pour lequel tu m'en as vraiment voulu d'ailleurs... Pourtant, mes intentions étaient loin d'être mauvaises... Si, au moins, tu avais pris la peine de surveiller le bouffon qui t'a servi ton verre, ce soir là, tu aurais remarqué qu'il n'a pas seulement versé de l'alcool dedans. Et si je n'avais pas été là, qui sait ce qu'il t'aurait fait... En bref, on ne peut pas dire que notre rencontre se soit déroulée dans le meilleur des mondes. Heureusement, nous avons eu la chance de nous revoir à l'université. Et, encore une fois, j'ai dû endosser mon costume de super héros. En effet, alors que je me trouvais à la bibliothèque - j'avoue, c'est difficile à imaginer mais, oui, je révisais. alléluia - je t'ai évité une chute du haut d'un escabeau sur lequel tu étais perchée, tentant d'attraper un livre. Tu m'as tout de suite reconnu mais, bizarrement, tu n'as pas tapé de deuxième scandale cette fois. Nous avons même fini par sympathiser, en fait.... Puis, est arrivé ce qui devait arriver... Moi le mec qui s'était pourtant juré de ne plus jamais s'attacher à quelqu'un et qui avait du mal à garder une petite amie plus de quelques semaines, j'ai succombé... Pourquoi ? Comment ? Je n'en sais rien. Mais j'ai succombé... Bien évidemment, au début, ce ne fut pas évident. J'ai même tenté de refouler les sentiments que j'avais pour toi, dans un premier temps. Mais en vain. Aujourd'hui, cela fait trois ans et demi que nous sommes ensemble... Et, franchement, qui aurait cru que je puisse me poser autant de temps avec une femme ? Moi-même, j'ai encore du mal à le réaliser. Pourtant, c'est vrai. C'est réel... Tout comme l'amour que je ressens pour toi, soit en certaine.
il était une fois, le jinah...
En construction. sed (saepe enim redeo ad scipionem, cuius omnis sermo erat de amicitia) querebatur, quod omnibus in rebus homines diligentiores essent; capras et oves quot quisque haberet, dicere posse, amicos quot haberet, non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas.


they are my everything
i need them... much more than i think...
Park In Su ♢ le cousin, le sang
2park : c'est ainsi que l'on nous appelle. Et pour cause... Nos pères étant frères, cela fait de nous des cousins. Et quels cousins, ai-je envie de dire ?! Inséparables depuis notre plus tendre enfance, nous avons développé un fort lien fraternel et tu fais, aujourd'hui, partie des personnes qui comptent le plus pour moi. Il en va de même pour tes parents, d'ailleurs... Je n'ai jamais été très proche de mon père, par contre, j'ai toujours adoré le tien... Ainsi, lors de ma période de « rébellion », il n'était pas rare que je me retrouve chez toi, préférant de loin votre compagnie à celle de mes propres géniteurs. Ce qui nous a considérablement rapproché, faut dire... Comme des frères, nous avons toujours été présents l'un pour l'autre, dans les bons moments comme dans les mauvais. Et ce n'est certainement pas près de changer. Toutefois, tu as fini par me décevoir... Moi qui avais placé ma confiance en toi, une confiance énorme, une confiance aveugle, je me suis finalement retrouvé devant cet In Su que je ne connaissais pas. Un In Su que tu m'as caché pendant de nombreuses années... Et pour cette raison, je t'en veux. Énormément... Je ne sais pas combien de temps ça prendra avant que je te pardonne, d'ailleurs. Parce que même si je continue de veiller sur toi, même si tu restes l'une des personnes pour lesquelles j'ai le plus d'affection en ce bas monde, je n'arrive pas à te pardonner. Cependant, ce dont je suis certain c'est que plus rien ne sera comme avant, entre nous...
Kwon Ha Na ♢ la future fille adoptive, l'ange (pnj)
Tous les deux, nous ne possédons aucun lien de sang. Rien, nada… En effet, la première fois que je t’ai rencontré, c’est dans cet orphelinat où je venais pour la première fois et où on m’avait demandé de m’occuper de toute une ribambelle d’enfants en leur faisant faire de la cuisine. Plutôt comique comme situation, je dois bien l'avouer… Déjà, je n’avais jamais réellement été confronté à des enfants, avant, alors je ne savais pas vraiment comment me comporter avec. Mais, en plus, on me demandait de faire la cuisine… Non pas que je sois un danger public ou une catastrophe ambulante derrière les fourneaux mais ce n’est pas le genre d’activités auxquelles j’aime m’adonner d’ordinaire. Toutefois, je me suis lancé et quand il a fallu faire des équipes, allez savoir pour quelle raison, tu es tout de suite venue vers moi. Je ne sais pas pourquoi et je ne sais pas comment mais il ne t’a fallu qu’une journée, une seule, pour t’attacher à moi. Par la suite, bien évidemment, je suis revenu, et ce, à plusieurs reprises pour m’occuper de ton petit groupe. Et si, de mon côté, ça a mis un peu plus de temps, j’ai tout de même fini par développer une certaine affection pour toi. Je me suis énormément attaché à toi… Beaucoup trop. A tel point qu’on pourrait parfois penser que tu es ma petite sœur… Mieux encore. Ma propre fille. Je te gâte, sans compter. J’ai même pensé à t’adopter plusieurs fois… Mais c’est impossible dans ma situation. D’autant plus que je ne suis pas certain de vouloir devenir papa tout de suite. J’ai beaucoup trop d’ambition… Beaucoup trop de choses à réaliser avant. Alors, je me contente de venir te voir à l’orphelinat, le plus souvent possible. Mais sois en certaine... Un jour, toi et moi, nous formerons une famille...
Jung Baek Ho ♢ le meilleur ami, le frère de coeur
A nous regarder, là, comme ça, beaucoup auraient du mal à croire qu'il fut un temps où on ne pouvait pas se voir en peinture, toi et moi. En effet, cela fait bien quinze bonnes années que l'on se connaît et on ne peut pas dire que les débuts furent faciles... Je me rappelle d'ailleurs très bien de cette première année de collège, de ce premier jour de cours... Tu étais venu me voir, certainement dans l'idée de faire connaissance et, moi, je t'ai littéralement envoyé chier. Ce n'était pas contre toi, vraiment... J'étais juste dans une période de ma vie où je ne voulais parler à personne et où j'en voulais à la terre entière. Sauf que toi (et à raison) tu l'as mal pris et, finalement, nous avons développé une sorte de rivalité. Toujours en train de faire des crasses à l'autre, il nous était difficile de concevoir à ce moment là qu'un jour on deviendrait aussi proches... Et pourtant, c'est arrivé. Pas mal affecté par le départ de ton grand frère, tu as fini par te confier à moi alors que nous nous trouvions tous deux dans le gymnase de l'école. Endroit même où je venais de te défier à peine quelque minutes avant... L'histoire s'est ensuite répétée et nous nous sommes découverts de nombreux points communs... A commencer par l'importance, parfois extrême, que nous accordons à nos passions respectives : toi l'escrime, moi la danse... Et le fait que nous nous comprenions aussi bien, ne serait-ce que sur ce point, a fait que nous nous sommes énormément rapprochés jusqu'à devenir ce que nous sommes aujourd'hui : meilleurs amis... A présent, tu fais partie des rares personnes qui me connaissent vraiment et devant lesquelles je ne me sens pas obligé de jouer un rôle. Et ça, crois moi, ce n'est pas rien...
Cho Su Nah ♢ la noona, la deuxième maman
Noona, noona, noona... Notre rencontre remonte à quatre ans. Je venais de rentrer dans un café, quelque peu bondé, quant à toi, tu étais sur le point de le quitter. Prenant donc place à la table que tu venais de libérer, j'ai toutefois fini par remarquer que tu avais oublié ton porte-feuille sur celle-ci et, en bon gentleman que je suis, je t'ai donc couru après pour te le rendre. Finalement, pour me remercier, tu m'as proposé d'aller boire un verre et, forcément, face à une aussi belle jeune femme, je ne pouvais pas refuser une telle proposition. D'ailleurs, je ne cache pas que sur le coup j'ai eu quelques arrières pensées te concernant. Une magnifique jeune femme de plus à rajouter à la liste de mes conquêtes... Cependant, rien ne s'est passé comme je l'avais souhaité. En effet, ce jour là, tu as enchaîné les verres et, complètement saoule, tu as fini par te lancer dans des discours de trente six milles kilomètres de long concernant un certain Hee Jae. Tu ne me connaissais pas et, pourtant, je crois que ce jour là j'en ai appris plus sur toi qu'aurait pu espérer en apprendre l'un de tes proches. Au vue de ton état, j'ai donc préféré ne rien tenter avec toi et t'ai raccompagné jusqu'au dortoir des Pyo. Faut dire que ce n'est pas mon genre de saouler une femme pour ensuite la mettre dans mon lit. Mais, plusieurs jours après, nous nous sommes de nouveau croisés et, je ne sais comment mais malgré l'alcool que tu avais ingurgité, tu as tout de même réussi à te souvenir de ce qu'il s'était passé et des choses un peu trop personnelles que tu m'as confié... Cependant, contre toute attente, tu m'as de nouveau proposé d'aller boire un verre (avec modération cette fois) et nous avons passé un bon moment à parler de tout et de rien - chose assez surprenante venant de moi - Avec le temps, nous avons même fini par nous rapprocher et, aujourd'hui, je crois que je peux aisément dire que tu fais partie des personnes qui comptent le plus pour moi. Je te considère comme ma grande sœur... La grande sœur que je n'ai jamais eu. Et tu me le rends plutôt bien puisque super protectrice et attentionnée envers moi, tu me donnes presque l'impression d'être une deuxième maman, parfois. Une maman qui mériterait toutefois qu'on la gronde de temps en temps, vu les quelques décisions plutôt surprenantes que tu as prises, ces derniers mois...
Nom & Prénom ♢ intitulé du lien
Description du lien. sed (saepe enim redeo ad scipionem, cuius omnis sermo erat de amicitia) querebatur, quod omnibus in rebus homines diligentiores essent; capras et oves quot quisque haberet, dicere posse, amicos quot haberet, non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas.
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:12

Girls, girls, girls
they love me..
Byeol Eun Mi ♢ l'ancienne meilleure amie, l'absente
Il y a quinze ans, nous étions inséparables. De très proches amis, si ce n’est des meilleurs amis… Pourtant, nous ne venions pas du même milieu. Moi, jeune héritier d’une chaîne d’hôtels de luxe connue dans le monde entier et, toi, fille de nourrice. Rien ne nous destinait à devenir aussi proches. Mais c’est arrivé. Nous sommes devenus amis. Et c’est partie de rien. Une simple partie de jeu vidéo a fini par nous réunir. Je me rappelle d'ailleurs que ce jour là, ta mère t’avait emmené à la maison parce qu’elle n’avait personne pour te garder pendant qu’elle travaillait. Du coup, bien que surpris par ta présence, et parce qu’à cette époque je n’avais que faire de savoir si tu habitais la magnifique maison d’à côté ou un immeuble tout miteux dans l’un des quartiers pauvres de Seoul, je t’ai proposé de jouer avec moi. Ça s’est fait tout naturellement. Et l’histoire s’est répétée ensuite. Tu es plusieurs fois venue à la maison et c’est comme cela que nous avons fini par nous rapprocher. Relation qui n’a cependant pas plu à mon père. Très à cheval sur l’image, celui-ci ne supportait pas que je me rabaisse à fréquenter une « pauvre » comme il aimait si souvent te qualifier. Ce dernier a donc tout fait pour qu’on arrête de se voir. Au début, il se contentait d’interdire à ta mère de t’emmener chez nous mais, voyant que cela ne suffisait pas à nous tenir éloignés l’un de l’autre, il finit par employer les grands moyens. D’autant plus qu’un petit incident est survenu, ce qui l’a finalement conforté dans l’idée qu’il fallait qu’il nous sépare. En effet. Alors que nous nous trouvions dans un parc fréquenté, en grande partie, par des gosses de riches – faut dire qu’en plein Gangnam, c’est le genre de gamins sur lesquels on est pratiquement sûr de tomber – j’ai fini par me battre avec l’un d’entre eux car celui-ci avait eu des gestes envers toi que j’avais jugé déplacé. Et, bien évidemment, la famille du dit gamin n’a pas tardé à aller se plaindre à mes parents, prétextant que tu avais une trop mauvaise influence sur moi et qu’il ne fallait plus que je te fréquente, pour le bien de tous. Mon père a alors décidé de renvoyer ta mère et lui a fait comprendre qu’il ne voulait plus que ni elle, ni toi, vous approchiez de moi. Et, pour cette raison, vous avez fini par déménager loin de Séoul, ce qui a alors mis définitivement un terme à notre amitié. Du moins, c’est ce que croyait mon père. Mais pendant les premières années, et malgré le fait que tu ais changé d’adresse et de numéro de téléphone, je n’ai eu de cesse de te chercher… Pendant les premières années seulement, cependant, parce que même si ce n’est pas mon genre d’ordinaire, j’ai fini par abandonner. De toute façon, si tu n’avais même pas pris la peine de me contacter alors que toi, tu avais toujours mon numéro, c’est que tu ne voulais plus me voir, pas vrai ?! En tout cas, c’est ce que j’ai fini par croire. Du coup, j’ai fini par t’oublier. Ça n’a pas été facile. Ça a même été très difficile, en fait. Beaucoup de choses me faisaient penser à toi, à notre amitié… Beaucoup trop de choses. Mais j’ai fini par y arriver. Toutefois, voilà que quinze ans ont passé et, par pur hasard, nous nous sommes croisés dans les rues de Seoul Et si, au début, je ne t’ai pas reconnu, il n’a fallu que quelques mots de ta part pour que je retrouve la mémoire. Mémoire que j’aurais cependant préféré ne jamais retrouver… Pourquoi ? Ça me semble pourtant logique ! Pendant quinze années tu n'as pas donné de tes nouvelles. Pendant quinze années, tu as fait la morte ! Et tu pensais réellement que j’allais t’accueillir les bras grands ouverts ? Laisse moi rire… Je t'en veux et ce n'est pas près de changer, crois moi...

« But in the end, you always go back to the people that were there in the beginning... »
Hwang Kelea ♢ l'amie d'anfance, la chieuse
Tu es la cousine d'un ancien ami et, de ce fait, je te connais depuis de nombreuses années. En fait, ça remonte même à l'école primaire... A cette époque, tu subissais pas mal de moqueries de la part des autres enfants à cause de la surdité dont est atteinte ta mère et, certainement parce que tu faisais partie de la famille de l'un de mes amis, je n'ai pas hésité à prendre ta défense à chaque fois que quelqu'un t'embêtait. Et outre le fait que tu passais beaucoup de temps avec nous car tu aimais coller aux basques de ton cousin, ce sont certainement ces événements qui ont fait qu'aujourd'hui nous sommes aussi proches. Tu m'as, en quelque sorte, pris pour modèle, rôle que je me suis efforcé de tenir pendant plusieurs années, en t'apprenant à te défendre et en t'aidant à prendre de l'assurance. Et, vraisemblablement, cela t'a servi puisqu'au collège tu ne te laissais plus marcher sur les pieds. Puis, en grandissant, et malgré mon changement de comportement évident, nous sommes restés assez proches. On passe notre temps à se taquiner et, je ne le répéterai jamais assez, tu es la meuf la plus chiante que je connaisse... Pourtant, et même si je fais genre que ce n'est pas le cas, je tiens un peu - beaucoup - à toi. D'ailleurs, depuis que tu as eu ta maladie, mon côté protecteur à tendance à se montrer de plus en plus, lorsqu'il s'agit de ta petite personne. Mais ça n'empêche pas le fait que je continue de te trouver chiante et que tu es la personne la plus désespérante qu'il puisse exister sur cette bonne vieille planète appelée Terre...
Kwon Na Yeon ♢ la bonne pote, la rivale
Les conventions de jeux vidéo : le repère suprême de tous les geeks. Geeks dont toi et moi faisons bien évidemment parties. Ainsi, il ne fut pas étonnant de nous retrouver à gambader dans les allées de cette convention, avant qu'on ne se laisse finalement tenter par les quelques consoles de jeux misent à disposition des visiteurs. Et c'est comme ça que nous nous sommes retrouver à faire équipe, tous les deux. Une équipe ma foi plutôt bonne puisque c'est sans mal que nous sommes venus à bout de nos adversaires. Toutefois, après avoir échangé quelques paroles autour d'une petite boisson, histoire de fêter notre victoire, je ne pensais pas te revoir de si tôt. Mais le destin en avait apparemment décidé autrement puisque, quelques semaines après, alors que je me baladais tranquillement, portable en main, à la recherche d'un pokemon rare, nous nous sommes malencontreusement rentrés dedans. Pensant que c'était de ma faute puisque je ne regardais pas où j'allais, je me suis empressé de m'excuser auprès de toi mais lorsque je t'ai reconnu, j'ai tout de suite compris qu'on était là pour la même chose et que cette rencontre n'était pas totalement dûe au hasard. Malheureusement pour toi, je ne suis pas du genre à abandonner et ce pokemon je comptais bien le capturer. S'en est alors suivi tout un débat pour savoir qui allait avoir la chance de s'emparer du trophé. Sauf qu'entre temps, alors qu'on se prenait la tête comme deux gamins, un môme en a profité pour capturer le pokemon que l'on convoitait, avant de nous narguer comme le petit con qu'il était. Pendant un moment, je suis resté sans voix et je crois qu'il en était de même pour toi. Qu'un sale gamin de dix ans nous chipe un pokemon aussi rare, sous nos yeux, qui l'aurait cru ? Personnellement, j'ai eu du mal à m'en remettre. Ma fierté de geek a pris un sacré coup, ce jour là. Toutefois, voulant noyer notre chagrin, nous sommes allés boire un verre et en avons profité pour faire plus ample connaissance. C'est à partir de là que nous avons fini par nous rapprocher. Depuis, il nous arrive souvent de nous retrouver pour jouer ou pour boire un coup.
Seo Jin Hee ♢ la première fois, la femme infidèle
La première fois que je t'ai rencontré, c'était lors d'un repas chez mes parents, pendant lesquels ces derniers vous aviez convié toi et ton mari. Ou ex-mari, devrais-je dire... A l'époque, mon père venait de signer un contrat avec l'entreprise de cet homme que tu avais épousé et il était de coutume de fêter ce genre de chose autour d'un bon repas que ma mère, en excellente hôte de maison, avait préparé. Pourtant, ce ne sont pas les différents mets, pourtant succulents, qui ont retenu mon attention durant ce repas mais bien cette jeune femme, un peu plus vieille que moi, que le nouveau partenaire de mon père avait à ses bras. Je me souviens d'ailleurs de tous ces jeux de regards et de ces sourires légèrement espiègles que nous avons échangé, ce soir là. Tu me faisais de l'effet. Beaucoup d'effet... Et cela était réciproque, apparemment. Quoi de plus flatteur d'ailleurs de savoir qu'on ne laisse pas indifférente une aussi belle jeune femme ? A l'époque, pour l'adolescent de 16 ans que j'étais, il n'y avait rien d'autre, en tout cas. Toutefois, pour cette fois, nous nous en étions tenus qu'à ce petit jeu de séduction. Un jeu de séduction qui, quelques jours après, nous mena néanmoins à coucher ensemble lors d'une soirée mondaine dans laquelle mes très chers parents m'avaient entraîné. Et, moi qui déteste pourtant ce genre de soirées, je dois avouer que pour une fois je n'ai absolument pas regretté d'y être allé. C'est la première fois que je couchais avec une femme et si, dans de nombreux cas, les gens se disent avoir été déçus par leur première fois, ce ne fut absolument pas mon cas. Et, apparemment, je devais déjà être doué à l'époque, également, puisque ce n'est pas la seule fois que nous nous sommes laissés aller au désir de la chair tous les deux. Pour sûr, tu fais partie de mes meilleurs souvenirs d'ado...
Kwon Olympe ♢ l'admiratrice, la confidente du net
Lors de notre tournée, je t'ai à de nombreuses reprises aperçu dans le public de certains de nos shows. Tu es une de nos fans et plus particulièrement une de MES fans si j'en crois les quelques cadeaux que tu me tendais timidement lorsque l'on quittait les lieux de nos spectacles. De plus, durant ces quelques mois où je passais pas mal de temps sur les réseaux sociaux pour converser avec nos fans, nous avons plusieurs fois été amenés à échanger quelques mots. Tu m'as l'air plutôt sympathique et, bizarrement, j'ai pas mal apprécié discuter avec toi, même si ça ne restait que de l'ordre du virtuel. En fait, ça m'a même permis de m'évader à plusieurs reprises lorsque la pression et le stress pouvaient être un peu trop présents durant ces mois de folie. Ainsi, même après que la tournée ait touché à sa fin, nous avons continué à parler ensemble. Nos échanges ne sont plus forcément sous le signe de la confidence mais j'apprécie toujours autant parler avec toi. Ce n'est pourtant pas dans mes habitudes mais faut croire que le côté virtuel de nos échanges m'aide beaucoup...
Nah Woori ♢ l'ex d'in su, le faux espoir
Je t'ai rencontré, il y a quelques mois à peine, alors que je me trouvais au Mcdo avec Ha Na. Une rencontre des plus banales dans un endroit, ma foi, plutôt banal. Enfin... C'est ce que je pensais au début, jusqu'à ce que j'apprenne que tu étais, en fait, cette femme dont j'avais entendu parler plus d'un an auparavant quand Min Ri m'avait annoncé qu'In Su était peut-être papa d'un petit garçon de 5 ans. Petit garçon qui s'est ainsi avéré être le tien. Et petit garçon que j'avais d'ores et déjà l'intention d'accueillir à bras ouvert dans la famille Park... Avant de finalement apprendre que ce dernier ne partageait en fait pas notre ADN. Un petit coup dur pour moi qui m'étais déjà fait à l'idée d'être tonton, je l'avoue...
Seo Ha Rin ♢ le boulet, elle me doit une figurine
D'aussi loin que je m'en souvienne, je n'ai jamais pu te supporter. En effet... Nos parents sont amis, et ce, depuis un bon bout de temps. Du coup, il arrivait souvent que ma mère invite la tienne à prendre le café à la maison. D'ailleurs, c'est toujours le cas, aujourd'hui... On aurait donc pu être amis, toi et moi. Ou, tout du moins, s'apprécier un minimum. Mais, c'est impossible, pour la simple et bonne raison qu'il y a plusieurs années j'ai dû dire au revoir à ma superbe figurine collector de Piccolo et Son Gohan, édition limitée, parce que tu n'avais pas pu t'empêcher de laisser traîner tes mains où il ne fallait pas. Et tu ne peux pas savoir à quel point cela m'a grandement peiné de voir cette magnifique figurine partir en éclats. En plus, tu n'as jamais jugé bon de t'excuser pour le mal que tu m'avais fait. Alors certes, c'est peut-être gamin de t'en vouloir encore pour ça, aujourd'hui, mais je m'en fous ! JE TE DÉTESTE !
Nom & Prénom ♢ intitulé du lien
Description du lien. sed (saepe enim redeo ad scipionem, cuius omnis sermo erat de amicitia) querebatur, quod omnibus in rebus homines diligentiores essent; capras et oves quot quisque haberet, dicere posse, amicos quot haberet, non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas.
Nom & Prénom ♢ intitulé du lien
Description du lien. sed (saepe enim redeo ad scipionem, cuius omnis sermo erat de amicitia) querebatur, quod omnibus in rebus homines diligentiores essent; capras et oves quot quisque haberet, dicere posse, amicos quot haberet, non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas.

+ eun mi, woori, ha rin.
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:12

Boys, boys, boys
we like boys in car...
Kim Jung Hwa ♢ le feu et la glace, l'idiot
Toi et moi, nous avons pendant longtemps fait parties du club de danse de l'université. Pourtant, nous n'avons jamais été réellement amenés à nous parler, si ce n'est pour échanger quelques paroles relatives aux chorégraphies que l'on devait monter. Enfin... Ça, c'était avant que l'on se retrouve dans le même crew. D'ailleurs, sur le coup, je dois avouer que tomber nez à nez avec toi, lors de notre premier entrainement, ne m'a pas forcément laissé une bonne impression. En effet, pour avoir fréquenté le même club que toi, durant plusieurs années, je savais que tu n'étais pas du genre... sérieux. Mon total opposé, en fait. Dans un premier temps, j'ai donc été très réticent à l'idée d'avoir à bosser avec toi. J'ai même, à plusieurs reprises, songé quitter le crew. Mais, finalement, ce n'est jamais arrivé. J'ai même fini par m'habituer plus ou moins facilement au fait d'avoir à travailler avec toi. Alors, certes, ce n'était pas tous les jours la joie étant donné que nous avons une vision assez différente de la danse mais, avec le temps, j'ai toutefois finis par prendre conscience que c'était également ce qui faisait notre force puisque nous nous complétons. Sans compter que tu es un excellent danseur et affirmer le contraire serait mentir. Cependant, les derniers mois n'ont pas été des plus faciles pour le crew. En effet. Outre le fait que tu ne semblais plus être totalement toi-même pour une raison que j'ignore, il se trouve que plusieurs membres ont finalement décidé de partir, marquant ainsi la fin de notre groupe. Nous avons donc fini par partir chacun de notre côté, pour voler de nos propres ailes. Néanmoins, j'ai fini par te recroiser, il n'y a pas si longtemps, et après une discussion pour le moins nostalgique sur nos années passées en tant que "collègues", j'ai fini par me dire que notre "collaboration" n'était peut-être pas totalement terminée et qu'il y avait donc moyen que l'on soit de nouveau amenés à danser ensemble, un jour...
Ra Yoo Him ♢ le psy pour enfant, le nouvel ami ?
Toi et moi, nous nous sommes rencontrés au sein de l'orphelinat dans lequel j'ai pour habitude de faire du bénévolat. A l'époque, tu étais apparemment en stage dans le cadre de tes études et avais pour mission d'observer les enfants car, d'après ce que j'ai pu comprendre, tu comptes travailler avec eux, plus tard. Chose dont je ne te croyais pourtant pas capable, au début. Non pas que tu ne sois pas doué avec les mômes. Pour être honnête, tu m'avais même tout l'air de beaucoup les apprécier. Mais il y avait ce je ne sais quoi dans ton comportement qui me paraissait tout de même un peu bizarre. Comme si tu avais peur de quelque chose... Bien sûr, je ne t'ai jamais questionné à ce propos, n'ayant pas forcément envie de te forcer la main. Puis, honnêtement, ce n'est pas tellement dans mon tempérament de m'immiscer dans la vie des autres. Au contraire... Toutefois, lorsque quelqu'un que j'apprécie décide de venir me parler, là, par contre, je peux alors me révéler être une oreille attentive. Car oui, bizarrement, je t'apprécie, notre attachement pour les enfants y étant certainement pour quelque chose. D'ailleurs, bien qu'étonné, je fus également plutôt content de te recroiser dans le dortoir des Sango, alors que je venais rendre une petite visite à Su Ah. Depuis, il nous arrive de nous retrouver pour discuter d'un peu tout ou rien....
Moon Ji Hoon ♢ l'ex prez, le nouveau collègue
On pourrait croire qu'on se déteste, toi et moi, et pourtant c'est loin d'être le cas. D'ailleurs, je ne me rappelle pas avoir fait preuve d'animosités à ton égard, d'aussi loin que je m'en souvienne. Mais je l'avoue... Quand tu étais président des Pyobeom et que je faisais encore partie de cette fraternité, j'adorais te faire chier. Tu avais beaucoup de responsabilités, à commencer par celle qui voulait que tu t'assures de la bonne marche de la fraternité. Cependant, il va sans dire que je n'étais pas toujours d'accord avec les décisions que tu prenais. Et, bien sûr, tu m'connais. Je ne suis pas du genre à mâcher mes mots. Du coup, quand quelque chose ne me convenait pas, j'étais toujours le premier à te le faire savoir. Faut dire que j'ai toujours eu du mal avec l'autorité et même si tu n'arrêtais pas de nous répéter que tu ne tenais pas à nous mener à la baguette, j'ai a plusieurs reprises eu du mal à supporter les grands airs que tu te donnais. Alors, je te faisais chier... Je te contredisais tout le temps et, évidemment, toi, ça t'énervait - qui ne s'énerverait pas, après tout ? - Toutefois, nous avons tous deux fini par quitter les roses et, depuis, à part lorsqu'on se croisait brièvement quand il m'arrivait de traîner avec Su Ah sur le campus, nous ne nous sommes plus adressés la parole. Ceci étant dit, il se pourrait que dans les semaines à venir, cela finisse par changer et que notre relation, jadis légèrement conflictuelle, puisse évoluer (et dans le bon sens du terme).
Won Hyuk Jae ♢ le meilleur ami du cousin
Toi et moi, nous nous connaissons depuis de nombreuses années maintenant. Combien ? Je ne sais plus exactement mais on peut dire que notre rencontre remonte à pas mal de temps. En même temps, tu es le meilleur ami de mon cousin. Et si, malgré cela, nous n'avons été que de simples potes pendant de nombreuses années, récemment, les choses ont un peu évoluées entre nous. En effet, le hasard a voulu que l'on se recroise il y a quelques mois, alors qu'In Su était en taule. J'ai d'ailleurs appris à ce moment là que celui-ci avait totalement coupé les ponts avec toi, refusant que tu ailles le voir en prison. J'ai donc, pendant un temps, été amené à jouer les entremetteurs, te donnant des nouvelles de mon cousin lorsque l'on se voyait. Autant que je le pouvais, tout du moins... Ce qui nous a amené à discuter. Énormément... Chose que l'on ne faisait pas forcément avant et chose qui nous a finalement pas mal rapproché...
Hamilton Andrew ♢ le chef pâtissier
Grâce à ma mère qui voyage beaucoup, j'ai eu la possibilité de goûter à de nombreuses pâtisseries confectionnées par les plus grands pâtissiers étrangers du monde. Pâtisseries que j'ai bien évidemment trouvé excellentes (bien plus que celles réalisées en Corée que je juge sans goût et dont je ne raffole pas beaucoup). Ainsi, du fait de mon amour pour les grands pâtissiers étrangers, quand tu as ouvert ta boutique, je me trouvais dans les premiers clients à me presser à l'intérieur pour y tester ce qui s'y faisait. Et je n'ai absolument pas été déçu... Depuis, je suis donc devenu un client plutôt régulier de ta tarterie. Il m'arrive même de venir y passer quelques commandes importantes, en vue de grandes occasions.
Park Kwang Jin ♢ la musique, on la vit
Si aujourd'hui tu fais partie de ce groupe d'idols qu'est Zeus, je me rappelle qu'il fut un temps, il nous arrivait de partager un même trottoir lorsque mon crew et le duo que tu formais avec ton frère se produisaient encore dans les rues de Séoul, à la vue des passants. D'ailleurs, à cette époque, nous avons aussi été amenés à performer ensemble, parfois. Toi, à la musique, et ton frère et moi à la danse. De supers moments dont je me souviens encore, même si nous avons fini par nous perdre de vue ensuite... Mais ne dit-on pas que tout chemin qui se sépare finit toujours par se recroiser à un moment donné ? En tout cas, c'est ce qu'il nous est arrivé puisque depuis que ton groupe a débuté, nous nous sommes, à plusieurs reprises, croisés dans les locaux de quelques émissions musicales. Et qui sait ? Peut-être qu'un jour nous performeront de nouveau ensemble, comme au bon vieux temps ?!
Lee Jae Sang ♢ le pote de gonflette
Afin de me maintenir en forme et rester au top, il n'est pas rare que je me rende dans des salles de sport. C'est d'ailleurs là bas que je t'ai rencontré. On ne se connaissait pas (bien que je pense t'avoir déjà aperçu quelques fois au détour d'un couloir de la Yonsei, lorsque j'y étais encore étudiant) mais, entre deux séances de muscu ou de cardio, nous avons commencé à faire connaissance et, pour l'instant, je dois dire que ça accroche plutôt bien entre nous. D'ailleurs, depuis ce jour, nous avons pris l'habitude de nous entraîner ensemble, nous motivant mutuellement quand il le faut et partageant parfois quelques anecdotes, à l'occasion.
Lim Ji Hwan ♢ le rival de toujours, l'abruti
Lorsque nous étions gamins, nous avons plusieurs fois été amenés à nous croiser. Et pour cause... Nous parents étant amis de longue date, ils leur arrivaient de s'inviter à prendre le café ou tout simplement pour partager un diner. Toutefois, je l'avoue, je n'ai jamais pu te supporter. Et autant dire que j'ai d'assez bonnes raisons. En effet. A l'époque, mon père avait souvent la sale manie de nous comparer et de me rabaisser, car me jugeant beaucoup moins bon que toi. Et même si à cette époque, les relations que j'entretenais avec lui étaient déjà tendus, je ne peux pas nier que toutes ces humiliations de la part de mon propre paternel ont fini par me blesser. J'ai donc développé, par la suite, une certaine animosité envers toi qui n'a pas cessé de croitre, encore plus quand tu te permettais de critiquer celle qui, jadis, était ma meilleure amie pour la seule et unique raison que celle-ci venait d'un milieu pauvre. Aujourd'hui, bien évidemment, nous avons grandi et peut-être même que tu as changé. Cela dit, une partie de moi continue de t'en vouloir d'avoir été ce rival "trop parfait" aux yeux de mon père...
Nom & Prénom ♢ intitulé du lien
Description du lien. sed (saepe enim redeo ad scipionem, cuius omnis sermo erat de amicitia) querebatur, quod omnibus in rebus homines diligentiores essent; capras et oves quot quisque haberet, dicere posse, amicos quot haberet, non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas. non posse dicere et in illis quidem parandis adhibere curam, in amicis eligendis neglegentis esse nec habere quasi signa quaedam et notas.

+ hyuk jae, kwang jin, jae sang, ji hwan.
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:13
A ajouter :
-
-
-


Viendez les gens, je ne mords pas !!
:yay: :yay:
avatar
Lee Su Ah
❝ GOLDEN ★ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 0:32
T'ES TROP CHOU MON AMOUR :heart: :heart: :heart: :heart:
:heart: :heart: :heart:
:shy:

:shy:
:shy:

JE VOUS AIME

PIKACHU FOREVER :heart: :plz:

Coucou jinhyun :perv:


My heart that shakes and deepens. Love is locked in the sea a dazzling feeling. The night of the Han River walking together, I heard your sweet voice laugther and said: i will forever and ever cherish our blooming days, babe.
hush - primary
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 1:04
La plus belle des plus belles :plz:
Je vous aime, mon amour :heart:


- ❇️ -
this is real love

You know I'd fall apart without you. I don't know how you do what you do, cause everything that don't make sense about me makes sense when I'm with you. When I wrap you up, when I kiss your lips, I wanna make you feel wanted. And I wanna call you mine, wanna hold your hand forever and never let you forget it.
avatar
Lee Su Ah
❝ GOLDEN ★ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mar 12 Juin - 1:28
:hot: :hot:
Cet avatar me plait enormement... on devrait se faire une viree je ne sais où rien que tous les deux... on peut certainement trouver un coin romantique :cute:


My heart that shakes and deepens. Love is locked in the sea a dazzling feeling. The night of the Han River walking together, I heard your sweet voice laugther and said: i will forever and ever cherish our blooming days, babe.
hush - primary
avatar
Park Jin Hyun
❝ STAFF MEMBER ✯ SATAN SQUAD
PLUS D'INFORMATIONS ?
Mer 13 Juin - 1:17
Tout ce que tu veux, Princesse :shy:


- ❇️ -
this is real love

You know I'd fall apart without you. I don't know how you do what you do, cause everything that don't make sense about me makes sense when I'm with you. When I wrap you up, when I kiss your lips, I wanna make you feel wanted. And I wanna call you mine, wanna hold your hand forever and never let you forget it.
avatar
Lee Su Ah
❝ GOLDEN ★ MEMBER
PLUS D'INFORMATIONS ?
Ven 27 Juil - 19:06




My heart that shakes and deepens. Love is locked in the sea a dazzling feeling. The night of the Han River walking together, I heard your sweet voice laugther and said: i will forever and ever cherish our blooming days, babe.
hush - primary
Contenu sponsorisé
PLUS D'INFORMATIONS ?
Aller à la page : 1, 2  Suivant