sombre
Le Deal du moment :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : ...
Voir le deal


Playing in the dark ft. Noh Hak Kun

Kobayashi Ryuu
☆ ROOKIE SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : devious route (avatar) / exordium (sign)
Messages : 99
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1073407http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mer 17 Mai - 17:26
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Le matériel à l'arrière de sa voiture ? Ryuu l'avait vérifié au moins trois fois avant de tout boucler. Aoi et Emi qui passaient la soirée toutes les deux s'étaient même moquées de lui, évoquant des problèmes de mémoire qui l'amenaient à tout vérifier plusieurs fois. Des problèmes liés à « son grand âge » bien évidemment. C'était plutôt qu'il voulait être sûr de ne rien oublier. Le japonais était déjà parti en exploration à deux reprises, il n'était pas un expert mais plus un novice complet, il savait que les lieux étaient souvent très retirés et il préférait être certain d'avoir tout ce qu'il lui fallait. Évidemment, une des bases de l'urbex était de ne pas partir seul pour des raisons de sécurité et c'était bien pour ça qu'il attendait que Hak Kun le rejoigne pour prendre la route direction la banlieue de Séoul. Et puis, en toute honnêteté, si le jeune homme n'avait pas été là pour lui donner l'impulsion de partir en excursion sur des lieux abandonnées, suite à une discussion sur la photographie, il n'aurait jamais sauté le pas.

Voyant Hak Kun arriver, il déverrouilla la voiture pour le laisser entrer dans le véhicule. « Hey salut ! Tu peux mettre ton matériel à l'arrière si tu veux. » Rien que pour leur sécurité, il fallait un minimum de matériel, pour Ryuu il fallait rajouter son équipement pour la photographie. Une fois que le jeune coréen fût installé, l'aîné se remit en route, suivant le chemin préprogrammé dans son GPS. « Tu as pu en apprendre un peu plus sur le lieu où on va du coup ? Histoire du lieu ? Les points dangereux ? » Est-ce qu'il risquait d'y laisser une rotule ? Ryuu n'était pas trop nerveux par rapport à l'aspect physique de l'exploration, il faisait du sport tous les jours et sa condition était bonne mais parfois les lieux étaient un peu risqués. La première fois qu'il avait accompagné Hak Kun, l'expérience avait eu quelque chose de presque bouleversant en voyant l'état du lieu. Abîmé, épuisé par le temps mais toujours debout sur des fondations solides, riez si vous le voulez mais Ryuu avait presque eut le sentiment que c'était une image de lui. Tapotant sur le volant, le japonais sortit de ses pensées en se souvenant de quelques choses. « Oh ! Si jamais tu as un petit creux, les filles nous ont préparé des sandwichs ham and cheese si tu veux, dans la boîte à gants. » Il la montra d'un vague mouvement de la main. « Je ne te garantis pas qu'il n'y en ait pas un avec du wasabi dedans. » Sa fille et sa nièce savaient former le plus terribles des duos lorsqu'elles l'avaient décidé. « Ça sera donc à tes risques et périls. » Avec un sourire en coin, Ryuu s'engagea sur une voie rapide, accélérant de bon cœur sans dépasser les limites autorisées. « Tu peux choisir la bande son du trajet aussi si tu veux. » Leur destination n'était pas à côté mais à cette heure-ci la circulation était fluide, ils n'allaient pas mettre des heures à y arriver.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Noh Hak Kun
☆ ROOKIE SHAKER
Noh Hak Kun
Pseudo : Alina.
Célébrité : Yoon Jeong Han (Seventeen).
Crédits : Cosmic.
Messages : 79
Âge : 27
 http://www.shaketheworld.net/t27869-noh-hak-kun-they-wanna-stealhttp://www.shaketheworld.net/t27884-noh-hak-kunhttp://www.shaketheworld.net/t26076-alina-han-kikunae-oksana-ka-eul-hak-kun#1013191
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Sam 27 Mai - 20:31
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Hak Kun est familier avec l’urbex, il a l’habitude d’explorer des lieux abandonnés depuis l’adolescence. Il reconnaît que lorsqu’il était au lycée, ce n’était pas toujours avec beaucoup de respect, nide précautions qu’il le faisait. Il est toujours autant tête brûlée et pas toujours prudent, mais il a fait des progrès. Il aime aussi regarder des vidéos d’urbex sur internet. Néanmoins, il préfère explorer lui-même. Ce ne sont pas les mêmes sensations. Si vous êtes un peu réticents à l’idée de vous rendre dans un lieu abandonnés, vous pouvez commencer par aller visiter le site sécurisé de Yongma Land. Hak Kun y est déjà allé plusieurs fois. Ce n’est pas tout à fait pareil que du vrai urbex, car le site est connu et il n’est pas rare d’y croiser des couples, des groupes d’amis, des clips de Kpop ont même été tournés là-bas. Cependant, c’est l’occasion de découvrir un site abandonné sans crainte, puisqu’il est entièrement sécurisé et entretenu. Yongma Land est en réalité un ancien parc d’attraction qui a ouvert dans les années 80. Face à la popularité de Lotte World, qui s’est rapidement imposé comme le parc le plus fréquenté de Séoul, Yongma Land a malheureusement dû fermer ses portes. Au lieu de raser le site, il a transformé en lieu un peu rétro où bons nombres de personnes aiment venir prendre des photos. Il y a aussi des évènements organisés là-bas pour Halloween.

Une règle d’or en urbex : ne jamais partir seul, même si entre nous Hak Kun serait capable de le faire… Soo Bin lui fait toujours promettre de ne jamais être aussi inconscient. Il ne brise pas ses promesses, du moins, celles qu’il fait à Soo Bin, pour le reste… Aujourd’hui, il embarque Ryuu dans ses aventures. Ils se sont rencontrés par le biais de Soo Bin justement, puisqu’ils travaillent ensemble. Ils s’entendent bien et Hak Kun est content de savoir que sa petite-amie peut compter sur un collègue comme Ryuu. Ce n’est pas la première fois qu’il l’embarque avec lui. Il lui avait proposé de venir prendre des photos, il y a souvent des clichés intéressants à prendre dans ces lieux abandonnés et Ryuu semble avoir apprécié puisqu’il est revenu plusieurs fois ensuite.

- Salut !

Le jeune homme s’empresse de mettre son matériel dans le coffre. Il n’a pas trop de choses à emporter. Il ne fait pas ça pour filmer et publier ses explorations sur internet. Il le fait pour le plaisir de découvrir et pour l’adrénaline que cela lui procure. On ne sait jamais sur quoi on va tomber… Il lui arrive de filmer avec son téléphone pour lui, cela dit. Il faut tout de même prévoir, une lampe torche, des piles ou une batterie de rechange. Un chargeur pour son téléphone, de quoi manger, boire si besoin. Une trousse de secours on ne sait jamais. Des vêtements assez chaud et couvrant pour éviter d’avoir froid ou de se blesser, des bonnes chaussures… Il a opté pour une tenue confortable et un gros manteau. Ses cheveux mi-longs noirs sont attachés avec une pince qu’il a piquée à Soo Bin. Hak Kun s’installe à côté de Ryuu. Ils vont avoir un peu de route. Pour découvrir les lieux les plus intéressants il faut parfois s’aventurer loin de la capitale.

- Oh c’est gentil, tu leur dira merci de ma part. Je prends le risque, j’ai faim.

Il fait comme chez lui et prend un sandwich. Il avait un petit creux. Il a aussi pris des provisions, mais elles sont restées dans son sac qui est dans le coffre. Il croque dans le sandwich en cherchant une station de radio intéressante. Hak Kun n’est pas très musique. Il parle trop de toute façon, la bande son ne sera que pour avoir un fond agréable. Puis, il répond enfin à ses questions.

- On va dans un hôpital abandonné depuis une dizaine d’années. Il a été laissé à l’abandon, car un autre hôpital plus grand et plus moderne a été construit quelques kilomètres plus loin, d’après ce que j’ai compris. La route pour y accéder est barrée, mais il y a un passage dans un grillage derrière le bâtiment. Il faudra laisser la voiture et marcher un peu pour y accéder. Certains escaliers sont aussi en sale état, il faudra faire attention si on va dans les étages. On ne sera pas embêter, car le lieu n’est pas surveillé, il faut quand même éviter d’attirer l’attention histoire de ne pas alerter les autorités.

L’urbex reste tout de même en partie illégal. Ce qui ne préoccupe pas Hak Kun le moins du monde. Il faut juste être discret. Le trajet se passe tranquillement, ils discutent et l’étudiant en stylisme parle beaucoup, fidèle à lui-même. Puis ils arrivent enfin… Hak Kun est tout excité de découvrir un nouveau lieu. Ils laissent la voiture à l’abri des regards et se dirigent vers l’endroit où se trouve normalement une entrée, d’après les informations qui tournent entre les amateurs d’urbex.

- Tu as déjà vu le film Gonjiam : Haunted Asylum ?

Cette question peut paraître sortie de nulle-part, mais je vous assure qu’il y a un lien.

- C’est un film coréen filmé en found-foutage, qui parle d’un groupe d’amis parti faire de l’urbex dans un asile psychiatrique et… C’est un film d’horreur, tu te doutes bien que ça ne finit pas bien pour eux, mais c’est un très bon film !

Hak Kun adore se faire peur et se mettre dans l’ambiance en évoquant un film d’horreur, le fait sourire.

________________________________

You&Me, Me&You
“You and me is more than hundred miles, you and me is more than the grey sky, you and me is more than lonely days, it's our time to go, dance with me, one more time.”
Kobayashi Ryuu
☆ ROOKIE SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : devious route (avatar) / exordium (sign)
Messages : 99
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1073407http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Dim 11 Juin - 23:00
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Si on avait un jour dit à Ryuu qu'il se rendrait dans des lieux abandonnés, parfois par effraction, pour capter des images de désolation et parfois d'espoir (c'était ce qu'il ressentait lorsqu'il observait la nature reprendre ses droits sur ce qui lui revenait)... Cependant, même si c'était fascinant, le japonais ressentait toujours un peu de stress, presque de l'angoisse avant chaque session. Il se demandait ce qu'il allait découvrir mais surtout les conditions d'exploration. Hak Kun était un explorateur prudent, la sécurité restait sa priorité et c'était bien pour ça que Ryuu continuait de découvrir ces lieux fantastiques. Le risque zéro n'existait pas, toutes leurs précautions pouvaient être réduites à néant avec un parquet qui cède sous leur poids ou un escalier qui s'écroule. En tant que père, le japonais craignait toujours pour sa sécurité car c'était celle de Aoi aussi qui en dépendait. Mais il semblait vraiment le seul à ressentir ce stress car sa fille s'était contentée de préparer des sandwich pour Hak Kun et lui et l'avait presque fichu dehors. La soirée en compagnie de sa cousine devait jouer pour beaucoup, c'était du moins ce qu'il se disait pour se rassurer.

Les sandwichs, au moins, n'étaient pas perdus puisque Hak Kun sans l'ombre d'une hésitation en prit un se moquant de la (fausse) mise en garde du japonais. « Le message leur sera transmis. Il y en aura même pour l'after. » Parce qu'être un explorateur, ça donne faim ! Le GPS continuait de les guider et Ryuu en profitait pour savoir ce qui les attendrait à destination. Il aurait pu faire ses recherches mais rester dans l'ignorance était peut-être un moyen de ne pas se faire peur et s'empêcher de battre en retraite. Alors que Hak Kun lui expliquait où il se rendait, le japonais serra un peu plus fort le volent, une légère tension se faisant sentir. Un hôpital psychiatrique en état de fonctionnement était déjà quelque chose de déstabilisant, mais en plus abandonné... Il y avait aussi que Ryuu avait failli y finir, ses parents ayant hésité avant de préférer un centre de désintoxication spécialisé plutôt qu'une clinique psychiatrique privée. Il espérait ne pas être trop perturbé parce qu'il verrait. Néanmoins, son appréhension ne surpassait pas l'excitation, ce qui était vraiment une bonne chose. « Okay. Du coup c'est pas un bâtiment avec le matériel abandonné sur place et les affaires des occupants ? Tout a été déménagé dans le nouvel hôpital ? » Étrangement, cette idée était réconfortante pour Ryuu, de ne pas être témoin du passage de patients et (probablement) de leurs souffrances (même invisibles).

Plus Ryuu avançait sur la route, plus la ville s'éloignait. Non pas qu'ils allaient se retrouver au milieu de nul part, mais la densité de la capitale se dispersait. « Non j'ai pas vu. » Il était un consommateur ponctuel de films d'horreurs, de films en général d'ailleurs, préférant des histoires sur le long terme pour s'attacher aux personnages et s'approprier les histoires. « Mmh une sorte de Projet Blair Witch mais à la place de la sorcière on a des patients de l'asile qui sont restés là-bas ? Ou encore pire, des esprits d'anciens patients ? » Il quitta les yeux juste le temps de tourner la tête vers Hak Kun d'un air suspicieux avant de regarder à nouveau devant lui. « Tu me teases ma fin de soirée ? » Il lâcha un petit rire et suivit l'indication du GPS qui les fît quitter les grands axes pour rejoindre des routes plus modestes. « Du coup, je continue de suivre les recommandations du navigateur ou l’accès dont tu me parles et par un autre endroit ? » Il n'était pas encore un expert mais lors d'une de leur dernière exploration, ils avaient suivi le chemin indiqué par le GPS et ce dernier indiquait l'accès principal du lieu. Evidemment ils avaient été obligés d'en chercher un autre. « Et dis moi que l’accès par le grillage c'est un trou dedans et pas un grillage à escalader ? » Il n'avait plus l'âge pour ça !

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Noh Hak Kun
☆ ROOKIE SHAKER
Noh Hak Kun
Pseudo : Alina.
Célébrité : Yoon Jeong Han (Seventeen).
Crédits : Cosmic.
Messages : 79
Âge : 27
 http://www.shaketheworld.net/t27869-noh-hak-kun-they-wanna-stealhttp://www.shaketheworld.net/t27884-noh-hak-kunhttp://www.shaketheworld.net/t26076-alina-han-kikunae-oksana-ka-eul-hak-kun#1013191
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mar 25 Juil - 11:10
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Hak Kun est téméraire. Ce trait de caractère lui a souvent attiré des problèmes par le passé… Il fonce tête baissée et pense aux conséquences après. Quand il part en urbex, il n’est pas le moins du monde préoccupé par le fait que la plupart du temps, il pénètre dans ces lieux illégalement. L’euphorie et le plaisir de découvrir sont bien trop grisants. Il n’a pas le sentiment de faire quelque chose de mal non plus. Personne ne vit plus dans ces bâtiments abandonnés et il ne vient pas pour casser ou dégrader. Tant qu’il ne se fait pas prendre, tout va bien. C’est pour cela qu’il faut rester prudent quand on fait de l’urbex et plutôt opter pour des lieux qui ne sont pas gardés. C’est plus simple pour se faufiler sans être vu. C’est aussi plus dangereux, car en cas de problème, il n’y a personne dans les alentours. De toute façon, une des règles d’or de l’urbex est de ne jamais partir seul. Cela dit… Hak Kun serait capable de le faire si personne n’accepte ou n’a le temps de se joindre à lui. Téméraire je vous disais et parfois un peu trop tête brûlée.

Il vrai que de jour, un hôpital psychiatrique peut déjà faire froid dans le dos et c’est souvent le lieu de bien des horreurs dans de nombreux films ou histoires pensés pour se faire peur. Cela ne fera pas reculer Hak Kun. Au contraire, plus c’est effrayant, plus ça l’attire. Son instinct de survit et son instinct de fuite doivent présenter quelques défauts de fonctionnement. C’est surtout qu’il ne craint pas de croiser d’entités surnaturelles. Il ne croit pas à toutes ces histoires. Ce qui lui ferait réellement froid dans le dos, c’est de rencontrer de vraies personnes. Pas d’autres urbexeurs venus aussi pour explorer, mais plutôt des squatteurs ou des marginaux au comportement bizarre. Dans des lieux comme celui-ci, surtout s’ils ne sont pas régulièrement surveillés, ce n’est pas à exclure…

- Je ne crois pas. Il reste du matériel sur place, car avec le déménagement, certains équipements ont été remis à neuf, le reste à été laissé sur place.

Hak Kun aime se faire peur et c’est le plus naturellement du monde qu’il partage sa culture en cinéma d’horreur avec Ryuu. Il continue en même temps de manger son sandwich. Vraiment, il en fat beaucoup pour l’effrayer. Cependant, ce serait amusant qu’il soit un jour pris à son propre jeu. A force d’aimer les sensations fortes et de s’amuser à effrayer son entourage, quelqu’un pourrait avoir envie de se venger…

- C’est ça. Plutôt des esprits d’anciens patients… Ce n’est que de la fiction de toute façon. Les fantômes ça n’existent pas et l’hôpital est abandonné depuis bien trop longtemps pour qu’il reste encore des vrais patients.

D’autres personnes pourraient avoir investis les lieux cela dit et pas forcément les mieux intentionnés. Il faut être sacrément bizarre pour s’installer dans un hôpital psychiatrique désaffecté. Ou désespéré… Un sourire se dessine sur le visage du couturier.

- Qui sait… Du connaît la légende de la dame blanche ? Elle raconte que tu pourrais croiser une femme qui fait de l’auto-stop. Elle est très jolie, mais semble un peu perdue… Si tu la prends en stop, juste avant un virage dangereux, elle te préviendra en hurlant et disparaîtra. Si tu l’ignores, elle provoquera un accident de la route fatal. Qui te dis que je ne suis pas un esprit…

Il pouffe de rire et reprend une bouchée de sandwich. Des histoires d’horreur, de fantômes et autres légendes effrayantes, Hak Kun en a un stock inépuisable. Depuis son adolescence, il adore lire ou écouter ce types de récits.

- On n’est plus très loin. Tu peux te garer ici et on continuera à pieds. Ne t’en fais pas papy Ryuu, il y a un trou dans le grillage, pas besoin d’escalader, il lance taquin.

Un peu d’escalade n’aurait pas dérangé Hak Kun, il pratique ce sport assez régulièrement, il a l’habitude. Même si escalader un mur d’enceinte sans aucune prise et parfois peu stable, n’a rien à voir avec l’escalade sur un mur fait pour ça, avec des prises précises.

- Tu veux que je te raconte une autre histoire le temps qu’on marche ? Ou tu as eu ton compte de frissons pour ce soir ?

Pourtant, la soirée ne fait que commencer...

________________________________

You&Me, Me&You
“You and me is more than hundred miles, you and me is more than the grey sky, you and me is more than lonely days, it's our time to go, dance with me, one more time.”
Kobayashi Ryuu
☆ ROOKIE SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : devious route (avatar) / exordium (sign)
Messages : 99
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1073407http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mar 29 Aoû - 10:16
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Ryuu n'était pas encore un expert en exploration urbaine mais il avait déjà repéré un des schémas qui le mettaient mal à l'aise. Lors d'une exploration précédente, ils s'étaient retrouvés dans un lieu avec des traces de vie évidentes. Dans le sens où les habitants, pour une raison ou une autre, avaient dû abandonner des affaires, voire toutes leurs affaires et les explorateurs s'étaient retrouvés comme dans une bulle temporelle. Les traces de cette vie de famille, de ces souvenirs, de ces personnes avaient bouleversé le japonais qui se demandait qui ils étaient, ce qui leur était arrivé et qui imaginait presque sans mal la vie qui avait un jour animé cette battisse. La question qu'il posa à Hak Kun n'était donc pas innocente et la réponse de ce dernier le rassura. Il pouvait accepter la présence de matériel médical obsolète, il était soulagé de savoir qu'il ne verrait pas ou peu d'affaires ayant appartenu aux personnes ayant vécu dans le lieu. « Okay. Je préfère ça aux affaires personnelles qui sont abandonnées je dois bien te l'avouer. » Ce qui n'était pas difficile à deviner, Ryuu avait été troublé de façon évidente par certaines de leurs découvertes lors de précédentes expéditions, sans doute était-il trop sensible.

Au final, il était même plus à l'aise à l'idée d'entrer dans un lieu potentiellement hanté même s'il prétendait l'inverse auprès de Hak Kun. « Ça me surprend toujours de t'entendre dire que tu ne crois pas aux fantômes. J'aurais vraiment cru que tu étais le genre de type qui y croit. »  Surtout vu l'histoire qu'il lui raconta ensuite. Ryuu éclata d'ailleurs de rire, faisant quand même attention à ne pas perdre la route des yeux. « T'as parlé d'une jolie fille. Alors j'imagine bien qu'on doit souvent te dire que t'es pas mal mais abuse pas quand même ! » Bien qu'il imaginait facilement que des personnes puissent se méprendre sur Hak Kun et le prendre pour une jeune femme parfois, surtout de dos lorsqu'il avait les cheveux plus longs. Ryuu serait le dernier à lui jeter la pierre, il avait lui-même longtemps joué avec les codes de l'androgynie en étant plus jeune. Le japonais tourna la tête quelques instants vers son ami, ne s'autorisant à quitter la route des yeux à peine quelques secondes. « Mais promis je fais attention sur la route, tu n'as pas besoin de crier. »

Il suivit les indications de son ami qui semblait se régaler avec son sandwich. Il avait été mauvaise langue, sans doute Aoi et Emi avaient été sages et n'avaient pas piégé leurs collations. Éloignés des grandes routes, leur véhicule commençait à s'engager dans des rues plus étroites et beaucoup plus tranquilles pour finalement se garer comme le lui indiqua Hak Kun. La voiture stationnée, ils prirent quelques minutes à sortir leur matériel pour finalement finir le trajet à pieds à la lumière de leurs torches. « Je ne voulais pas éviter l'escalade parce que je suis vieux, c'est juste que si on se fait prendre, c'est plus simple de dire qu'on y est allé parce que c'était déjà ouvert. » Est-ce qu'il se cherchait des excuses ? Oui, tout à fait. « Et si c'était moi qui te racontais une histoire ? » Parce que le Japon était connu aussi pour ses monstres et ses histoires d'horreur non ? « Tu as déjà entendu parler des Tsukumogami ? » Il tourna la tête vers Hak Kun alors qu'ils traversaient un chemin qui n'était plus utilisé depuis longtemps vu comme la nature y avait repris ses droits. « Ce sont des objets qui atteignent l'âge de cent ans. Ils sont souvent délaissés par leurs propriétaires ou parfois laissés dans des lieux à l'abandon. Lorsqu'ils atteignent cet âge des cent ans, ils se voient dotés d'une conscience et souvent ils cherchent à se venger de leurs anciens propriétaires ou si l'abandon vient du fait que quelqu'un a fait du mal à leurs propriétaires ils veulent le venger. » Il sourit d'un air démoniaque, quittant le chemin des yeux brièvement mais pas trop, ce serait bête de se blesser avant d'arriver. « Parfois ils font des petites blagues mais souvent, ils veulent réellement faire du mal, mortellement quoi. » Ryuu regarda devant eux, la bâtisse commençait à se dessiner dans l'obscurité. Le japonais la pointa d'ailleurs du doigt. « Et quoi de mieux qu'un tel lieu pour abriter des Tsukumogami ? » Et croyez le ou non mais il en avait tatoué plus d'un sur la peau de certains de ses clients. Il adorait ce folklore fantastique de sa culture.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Noh Hak Kun
☆ ROOKIE SHAKER
Noh Hak Kun
Pseudo : Alina.
Célébrité : Yoon Jeong Han (Seventeen).
Crédits : Cosmic.
Messages : 79
Âge : 27
 http://www.shaketheworld.net/t27869-noh-hak-kun-they-wanna-stealhttp://www.shaketheworld.net/t27884-noh-hak-kunhttp://www.shaketheworld.net/t26076-alina-han-kikunae-oksana-ka-eul-hak-kun#1013191
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Sam 30 Sep - 15:41
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Normalement, il s n’ont aucune raison de trouver des effets personnels d’ancien patients ou employés de l’hôpital, mais on n’est à l’abri de rien en urbex… Ou peut-être qu’ils vont trouver des objets de toute autre nature… De ceux apporter par d’autres urbexeurs, des squatteurs… Hak Kun ne serait pas étonné que quelqu’un ait eu la merveilleuse idée de s’installer dans ce cadre effrayant pour une séance de ouija ou n’importe quelles bizarreries de ce type. Il n’y croit pas spécialement, tout est probablement truqué, inventé… Cela dit, ce n’est pas pour autant qu’il s’y aventurerait. Après tout… On ne sait jamais. Il y a encore tant de choses que l’on ignore au sujet du fonctionnement de ce monde. Hak Kun ne tient pas à être maudit ou hanté comme dans les histoires dont il raffole. Il hausse les épaules en souriant à la remarque de Ryuu.

- Je n’y crois pas, mais je n’ai pas la science infuse… Disons que je suis… Un sceptique ouvert d’esprit.

Il relativise et se renseigne beaucoup quand il entend une histoire supposément vraie, une légende… La plupart du temps, on se rend bien compte que rien n’est réel. Après… Jamais personne n’a pu apporte la preuve de l’existence des fantômes, mais est-ce que cela veut pour autant dire qu’aucune entité qui s’en rapproche ne vit parmi les vivants ? Aucune des deux hypothèses n’est vérifiable à 100 %, alors Hak Kun préfère laisser parler sa curiosité. Téméraire, il n’est pas du genre à prendre peur lors de l’exploration d’un lieu abandonné. Il est même le premier à être parfois hardi à l’excès et à manquer de prudence.

- Je n’y crois pas, j’aime juste ces légendes. Je les trouve fascinantes et je me demande comment elles ont pu autant se répandre dans notre folklore. Certaines sont même populaires dans de nombreux pays… Je me suis toujours demandé pourquoi on inventait ces histoires et pourquoi on aimait se faire peur…

Hak Kun est juste curieux, chacun son sujet de prédilection, lui c’est plutôt les légendes, les fantômes, la cryptozoologie…

- Pfff, avoue que tu me trouves pas mal aussi, il rétorque pour l’embêter.

Il aurait bien ponctué sa phrase d’un petit coup dans l’épaule de son camarade d’aventure, mais il conduit et Hak Kun ne tient pas à finir dans le fossé. Légèrement prétentieux par moment, Hak Kun sait qu’il plaît. Il sait aussi qu’il est déjà arrivé qu’on se méprenne sur son genre, surtout quand il avait les cheveux plus longs. On lui a déjà dit qu’il était grand pour une femme et la surprise qui se lisait sur le visage de son interlocuteur lorsqu’Hak Kun a dissipé tout malentendu était plutôt amusante. Sinon… Un type qui était venu le draguer en soirée à terminé par l’insulter en réalisant qu’il était un homme, peut-être une histoire d’égo, de fierté mal placé. Encore un gars pour qui être attiré par la gente masculine semblait inconcevable. Hak Kun a surtout pensé qu’il devrait arrêter de se voiler la face et de refouler ce qu’il semblait réellement ressentir. Enfin, ce n’est pas son rôle, il n’est pas psychologue. Hak Kun n’a aucun problème avec son androgynie, il en joue beaucoup et il adore ça. Il a une part de féminité, surtout dans ses goûts. Si on se base sur le jugement de la société en tout cas. Après tout, qui a décrété que la couture c’était pour les filles et la mécanique pour les garçons ? C’est si ennuyant d’enfermer le monde dans des cases… Hak Kun aime ses cheveux longs autant que ses cheveux courts, il ne cache pas ses talents pour la couture, ni son intérêt pour la mode et contrairement à ce que certaines mauvaises langues ont déjà pu sous-entendre : il est hétéro. Encore des clichés qui ont la peau dure. Bien qu’il déteste plus que tout devoir se cacher derrière un label. Il a rencontré Soo Bin, il l’aime… S’il avait rencontré un homme avant, s’il était tombé amoureux de lui, les choses auraient pu être différentes.

Arrivés à destination, ils descendent du véhicule. Le reste du trajet devra se faire à pieds.

- Hm, je ne suis pas convaincu par cet argument, désolé.

Hak Kun cherche surtout à taquiner Ryuu. Une histoire ? Le jeune homme est immédiatement tout ouï. Il adore les histoires, encore plus si elles font peur. Il aime aussi en raconter, mais pour une fois Hak Kun sait se taire et tendre l’oreille.

- Non, qu’est-ce que c’est ?

Il sourit. C’est le genre de petites légendes qu’il apprécie. Cependant…

- Les musées sont donc des lieux hautement dangereux !

… fidèle à lui-même, il ne peut pas s’empêcher de faire de l’humour.

- C’est vrai, que c’est le lieu idéal. Les tsukumogami me font penser aux dokkaebi. Ce sont des êtres surnaturels, très farceurs. Ils naîtraient de la transformation d’un objet inanimé. Ils adorent faire des blagues aussi. La légende les décrit avec une sorte de baguette qu’on appelle « bangmangi ». Elle leur permet de faire apparaître n’importe quel objet, mais il ne vient pas de nulle-part, en fait c’est un objet qui a été dérobé à quelqu’un. On dit que si on cherche désespérément un objet, c’est qu’un dakkaebi l’a dérobé.

Une petite légende mignonne et pas très effrayante qu’il aime bien.

-        Enfin, celle-ci est mignonne. Tu veux entendre l'une des légendes que je trouve la plus effrayante ?

Ils continuent d’avancer lentement vers le bâtiment principal de l’hôpital. Hak Kun adore l’adrénaline que lui procure l’urbex…

________________________________

You&Me, Me&You
“You and me is more than hundred miles, you and me is more than the grey sky, you and me is more than lonely days, it's our time to go, dance with me, one more time.”
Kobayashi Ryuu
☆ ROOKIE SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : devious route (avatar) / exordium (sign)
Messages : 99
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1073407http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Dim 22 Oct - 22:11
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Depuis qu'il avait rejoint le salon de tatouages, Ryuu avait souvent eu l'occasion de discuter avec son complice du soir. Ryuu avait beaucoup apprécié la simplicité avec laquelle sa collègue et amie Soobin lui avait présenté son petit ami et aussi la facilité avec laquelle le couple l'incluait parfois aux pauses déjeuners ou café qu'ils partageaient ensemble. C'était presque étrange cette facilité à nouer un affect avec eux et aussi la rapidité avec laquelle Ryuu avait accepté le premier urbex que lui avait proposé Hak Kun, certainement un gage de la confiance qu'il lui accordait. Une confiance renouvelée puisque leurs sessions d'urbex étaient en passe de devenir une habitude. Une habitude peut-être mais qui gardait des surprises puisque le japonais découvrait encore des choses sur son acolyte comme par exemple qu'il était pas tant un « superstitieux » comparé à ce qu'il avait imaginé. « Je vois. C'est intéressant ! » Tout en conduisant les derniers kilomètres qui les mèneraient à destination. « Certains te diraient que les légendes viennent bien de quelque part, ce serait ce qui expliquerait tout ce que l'on n'arrive pas à expliquer justement. » Le surnaturel, qui justifierait tous les phénomènes et événements que l'on ne parvient pas à justifier. Si Ryuu devait croire en une chose, ce serait en la force de la nature. « Si on essaie de faire peur avec ces histoires, à l'origine, c'était pour dompter les esprits, aujourd'hui, on aime juste se donner le frisson. » Tout était bon pour un shoot à l'adrénaline.

Avec un éclat de rire tout en secouant légèrement la tête, il était vrai que Hak Kun était joli garçon mais ce n'était pas là où il voulait en venir, ils arrivèrent à destination plutôt détendus. Équipés, ils se mirent en marche vers leur lieu d'exploration, continuant leurs conversations et, à croire, leurs tentatives de faire peur à l'autre. Hak Kun ne sembla pas vraiment impressionné par les tsukumogami cela dit. « Oh je n'avais pas pensé à ça ! » Ryuu parvint à s'exclamer après avoir éclaté de rire. « Est-ce que tu crois que les coincer dans des vitrines suffit à les empêcher de nuire du coup ? » Parce que pour des créatures magiques, est-ce qu'une prison de verre était suffisante ? Une vraie question. Avec attention, le japonais écouta la légende que lui racontait Hak Kun. Il était toujours amusé de voir les ressemblances dans certains aspects de leurs folklores. « En effet les dokkaebi ressemblent aux tsukumogami. Ils ont l'air un peu moins agressifs par contre. Les  tsukumogami peuvent jouer des tours mortels s'ils veulent vraiment se venger. » Comme pas mal d'autres créatures du folklore japonais d'ailleurs, certains yokaï n'étaient pas à croiser sans conséquence. Intrigué par la proposition de Hak Kun, le japonais tourna la tête quelques instants pour regarder son ami. « Avec plaisir, du moment qu'on ne parle pas d'un truc qui se passe dans un lieu similaire au notre ce soir. » Il eut un petit rire. « En sachant que de mon côté les yamauba sont une des légendes japonaises qui pourrait me faire peur. » Pas par l'apparence mais plus par le fait que ces yokaï s'en prennent aux personnes qui ne sont pas bonnes. Par son passé, Ryuu avait du mal à se dire qu'il était quelqu'un de bien et il restait persuadé que si des esprits en charge de punir les mauvaises personnes existaient, il en ferait parti.

À force de marcher, ils arrivèrent devant le fameux grillage ouvert, le bâtiment délabré visible derrière. C'était impressionnant, comme à chaque fois. Ryuu était fasciné par la façon dont la végétation s'appropriait les lieux une fois que la main de l'homme était enlevée. C'était beau aux yeux du japonais. « J'adore comme la nature reprend ses droits à chaque fois. » D'ailleurs, il sortit son matériel de photographie pour prendre quelques images au travers du grillage. Des clichés troublants, un peu effrayants même mais où la domination de la nature était indéniable. « Je pense qu'il faut s'attendre à rencontrer quelques animaux dedans. » Pour sûr des chauves souris et des rongeurs mais reculé de cette façon, il y avait aussi moyen de croiser des sangliers sur les espaces verts. « Au final, c'est peut-être des bêtes qu'on va croiser dont on doit se méfier. » Et non les créatures imaginaires qu'ils se décrivaient.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Noh Hak Kun
☆ ROOKIE SHAKER
Noh Hak Kun
Pseudo : Alina.
Célébrité : Yoon Jeong Han (Seventeen).
Crédits : Cosmic.
Messages : 79
Âge : 27
 http://www.shaketheworld.net/t27869-noh-hak-kun-they-wanna-stealhttp://www.shaketheworld.net/t27884-noh-hak-kunhttp://www.shaketheworld.net/t26076-alina-han-kikunae-oksana-ka-eul-hak-kun#1013191
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mer 15 Nov - 19:35
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Hak Kun peut facilement être jaloux, parfois trop. Il en a conscience et essaie de travailler sur ce trait de sa personnalité. Même si Soo Bin est une belle femme, alors inévitablement, elle attire les regards. Dans ces cas-là, Hak Kun devient bougon et râle dans sa barbe. Il n’a jamais empêché Soo Bin de faire sa vie pour autant, il est hors de question pour lui d’en arriver là. Puis, elle passe son temps à le rassurer quand elle voit bougonner. Ils ont aussi eu des disputes à ce sujet. Surtout au début de leur relation, alors qu’Hak Kun tempérait moins sa jalousie. Cependant, il n’a jamais nourrit la moindre jalousie à l’égard de Ryuu, contrairement à Champagne, le troisième employé du salon de tatouage. En plus, c’est quoi ce nom… Oui, Hak Kun a le jugement un poil rapide. Le courant est rapidement passé entre Ryuu et Hak Kun. Il n’est pas rare que ce dernier partage leur pauses déjeuner ou leur pauses café quand Hak Kun vient rejoindre sa petite-amie. Ils ont tout le temps de passer des moments autrement, alors ça ne le dérange pas le moins du monde.

- Il est vrai que l’humain n’aime pas ne pas comprendre ou ne pas savoir… Il fallait bien trouver une justification à ce que l’on ne peut pas expliquer. L’adrénaline, ça fonctionne plutôt bien avec moi, j’adore me faire peur.

Si vous voulez un compagnon pour aller faire les attractions les plus effrayantes d’un parc d’attraction, prenez Hak Kun avec vous. Ce n’est pas lui qui reculera devant des montagnes russe, ni devant un train fantôme ou autre maison des horreurs.

Plaisanter sur le fait que Ryuu pourrait le trouver pas mal fait beaucoup rire notre styliste. Il n’a jamais été attiré par la gente masculine, contrairement à ce que l’on aime bien colporter dans son dos sous prétexte qu’il aime bien s’apprêter, la mode et avoir les cheveux longs. Même en 2023 les clichés ont une belle vie devant eux avec de telles mentalités.

- Je ne sais pas, « La nuit au musée » n’était pas un film si effrayant, il rétorque en haussant les épaules.

Évidemment, puisque ce long-métrage n’est pas destiné à effrayé son public. Hak Kun voulait juste encore plaisanter.

- Je vais éviter de remettre les pieds dans un musée alors, je ne tiens pas à mourir malencontreusement, il ajoute d’un ton sérieux, mais le rictus amusé au coin de ses lèvres trahit sa véritable intention.

Ce n’est de toute façon pas le genre de lieu qu’il affectionne particulièrement. Le seul sujet qui pourrait l’intéresser, c’est une exposition sur la mode, il en a déjà fait quelques unes, pour le coup, il trouve cela fascinant.

- Ah oui ? Je ne connais pas cette légende. Par contre, tu as peut-être déjà entendu parler des créatures dont je vais te parler, c’est connu, surtout en Amérique du Nord et en Europe. C’est une légende des premières nations canadienne. Tu as déjà entendu parler des Wendigo ? Dans la légende, on se transforme en Wendigo par possession démoniaque après avoir consommé de la chair humaine. Ou alors, après avoir rencontré un Wendigo en rêve. Ces créatures vivraient cachées dans les forêts canadiennes. Il ressemble au loup-garou sur certains points parce qu’il est dit qu’on peut le tuer avec une balle en argent ou en brûlant son coeur de glace. Ce qui me fait le plus froid dans le dos avec cette légende, c’est que cette créature pourrait imiter la voix de n’importe qui pour leurrer ses proies… Je sais que si j’entendais la voix de Soo Bin appeler à l’aide, je me ferais avoir en un rien de temps, il sourit amusé, tout ça ne sont que des légendes, mais s’il y avait une part de réalité dans ces histoires, sa petite-amie serait définitivement son point faible. Désolé, j’adore la cryptozoologie, je pourrais en parler pendant des heures.

Quelques légendes plus tard et les voilà arrivés. Hak Kun est déjà prêt à passer le grillage pour entrer, mais il attend Ryuu le temps qu’il prenne des photos.

- Probablement. Tant qu’on ne rencontre que des animaux, ça devrait aller.

Dans un lieu comme celui-ci la probabilité de rencontrer un animal dangereux est minimum. Ce qu’Hak Kun redouterait davantage, c’est de croiser un autre être-humain dont il ne connaîtrait nullement les intentions.

- Si tu inclues une rencontre humain dans les bêtes, je suis d’accord avec toi, sinon… Je doute qu’on rencontre un animal véritablement dangereux ici. Il aura probablement peur en nous entendant arriver. Ça te dérange si je fume le temps qu’on arrive à l’intérieur ?

Il n’a pas eu sa dose de nicotine depuis trop longtemps, soit… Environ deux heures. Hak Kun a la main lourde sur la nicotine, il le sait.

________________________________

You&Me, Me&You
“You and me is more than hundred miles, you and me is more than the grey sky, you and me is more than lonely days, it's our time to go, dance with me, one more time.”
Kobayashi Ryuu
☆ ROOKIE SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : devious route (avatar) / exordium (sign)
Messages : 99
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1073407http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mer 31 Jan - 21:51
Citer EditerSupprimer
Playing in the dark
Outfits. + Il était vrai que quand on connaissait un peu les légendes autour des yokaï et surtout leur mode de « création », on pouvait voir les musées différemment. Parce que qu'étaient ces lieux si ce n'était des objets abandonnés par leurs propriétaires originaux ou arrachés à ces derniers ? Certains avaient plusieurs centaines de siècles voire même des millénaires. Largement assez de temps pour que les objets s'animent et aient une volonté propre, de quoi rendre les musées effrayants au final. « Oh je pense que ce sont ceux qui y bossent qui devraient s'inquiéter. C'est eux qui les manipulent et qui pourraient être vu comme les responsables du sort des objets, enfin ce serait comme ça que je le verrais si j'étais un yokaï. » Ce qu'il n'était pas, bien loin de là. C'était un simple homme avec des capacités sportives plutôt bonnes mais plus la même endurance qu'à ses vingt ans, en témoignait son état après ce chemin parcouru avec tout son matériel sur le dos.

Tout en se concentrant sur le chemin et les accès pas souvent bien définis, Ryuu écoutait l'histoire que lui racontait le coréen. Hak Kun avait toujours des histoires et des anecdotes folles, que ce soit sur des urbex qu'il avait vécu ou sur comment bien se mettre dans l'ambiance d'un urbex. Mais le japonais comptait bien partager aussi les quelques histoires flippantes qu'il avait en stock mais Hak Kun avait toujours un temps d'avance. « Oh tu remets en question le fait qu'un loup garou n'est là qu'à la pleine lune avec ton Wendigo. Il est là tout le temps ce pseudo loup garou du coup... » Il hocha la tête. « Je te comprends, si j'entendais la voix d'Aoi, je ne réfléchirais même pas. Mais bon, le pauvre loup serait déçu de la marchandise. » Avec tout ce qu'il avait consommé, Ryuu avait conscience d'avoir abîmé son corps. « Je serais presque du genre à croire les peuples natifs, ils ont été si proches de la nature et de leurs terres qu'ils doivent en connaître les secrets. J'imagine juste que cette légende parle d'un animal aujourd'hui disparu ou qui a évolué pour devenir notre bon petit chien qu'on connaît aujourd'hui. » Tout comme la légende du loup-garou venait de très gros loups à l'époque, enfin, c'était ce que se disait le japonais.

Les deux hommes finirent de se faire peur lorsqu'ils arrivèrent sur le site d'exploration, il y régnait une certaine ambiance. « Je pensais plus à des trucs du type sanglier. Un animal qui a tendance à attaquer lorsqu'il a peur. » Il grimaça légèrement, de ce qu'il savait, ce n'était jamais bon de tomber nez à nez avec ce type d'animal. Cela dit, Hak Kun avait raison. « Mmh, à choisir je préfère croisé le cochon sauvage plutôt qu'un être humain au détour d'un couloir. » C'était la hantise des urbexeurs, rencontrer des squatteurs ou autres personnes peu recommandables. Il y avait des récits et des témoignages terrifiants qui traînaient sur le net, Ryuu préférait les ranger dans la catégorie « légendes urbaines » sinon il n'accompagnerait plus jamais son ami. « Non vas-y. Je vais faire quelques photos extérieures en attendant. » Ryuu avait arrêter de fumer également. Pendant sa cure, il avait mis de côté toutes les addictions qui l'habitaient, celle du tabac également. L'odeur avait encore tendance à lui donner la nausée. Pour autant, il n'interdisait pas les gens de fumer, lorsqu'il le pouvait, il se contentait de s'éloigner comme il le fît à ce moment-là. Il en profita pour prendre des images de la façade défoncée où la nature, il repérait au passage les ouvertures pas lesquelles ils pourraient passer. D'ailleurs, il repéra une fenêtre brisée au rez-de-chaussée. Il baissa son appareil après quelques prises de photo. « On pourra essayer de passer par là si les portes sont bloqués. » Il pointa du doigt l'accès qu'il venait de trouver. « C'est que t'es bien élevé quand même, tu pourrais fumer à l'intérieur, ça ne gênerait personne ! » Il y avait juste le risque de foutre le feu au bâtiment, surtout s'il restait du matériel médical à l'intérieur. Après un petit moment et quelques photos en plus, Ryuu revint vers son ami qui avait quasiment fini sa cigarette. « J'adore la force de la nature, la façon qu'elle a de se relever et de reprendre possession des endroits où on l'a chassée. » Les murs en témoignaient, il y avait même certaines fenêtres d'où sortaient de la végétation. « Je trouve que c'est aussi une image de ce que l'homme peut faire, on fait parti de cette nature après tout. » Il ne dirait pas qu'il était un vieux chêne, mais presque.

Il donna un léger coup de coude à Hak Kun qui venait de terminer sa cigarette. « Jette pas ton mégot hein. » Risque de feu et le lieu était déjà assez pollué comme ça. Ryuu se doutait que le coréen le savait mais un rappel ne faisait de mal à personne, n'oubliez pas, c'était un daron. « On tente la porte avant la fenêtre ? » Question d'agilité et de confort avec son matériel sur le dos.

Action réussie : Ils parviennent à pénétrer par la fenêtre.

Action ratée : Pas de chance, malgré leurs efforts regroupés, impossible de pousser la porte, quelque chose la bloque, un morceau de plafond sans doute. Ils vont être obligés d'essayer de passer par la fenêtre.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
La Doyenne
★★★★★ CROWNED SHAKER
La Doyenne
Pseudo : El Staffo.
Célébrité : Faceless Bitch.
Crédits : Sohaline (Avatar)
Messages : 25093
Âge : 38
 
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | Mer 31 Jan - 21:51
Citer EditerSupprimer
Le membre 'Kobayashi Ryuu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'ACTION' :
Playing in the dark ft. Noh Hak Kun V6xa

________________________________

Ton pire cauchemar mais en pire.
Contenu sponsorisé
 
Re: Playing in the dark ft. Noh Hak Kun | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide