sombre
Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €


    :: Défouloir :: 2024

Ink black as my coffee feat. Champy Khun

Kobayashi Ryuu
☆☆ DEBUT SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : jae. (avatar) / exordium (sign)
Messages : 104
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1077548http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Mer 17 Mai - 20:37
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

Outfits. + Un café glacé devant Ryuu, la pause dans la conversation entre les deux hommes laissa place au bruit de leurs crayons sur le papier. Le salon de tatouage envisageait d'organiser des sessions de « flash tattoo » mais pour cela, il fallait déjà un catalogue à proposer. L'envie du salon était d'autant plus ambitieuse que le but était que chaque tatoueur puisse proposer son catalogue et le proposer pendant tout un week-end (Aoi allait faire la tête mais qui pouvait-il ?). Cela permettait aux clients d'augmenter les chances de trouver leurs bonheurs dans les différents styles de chaque artiste. Évidemment, sur le carnet de Ryuu on trouvait déjà des carpes koï, des fleurs de cerisier, un tigre, une silhouette et un visage de geisha, le tout à l'encre noire, bref, son univers lourd de ses origines. Le japonais posa son feutre sur la table, brisant le silence par un léger claquement, et il saisit son verre sur lequel perlaient de nombreuses gouttes d'eau au fil que la boisson se réchauffait en étant à température ambiante. Tout en le portant à ses lèvres pour attraper la paille, de son autre main, il posa son carnet de croquis. Avalant sa gorgée de café, il reposa ensuite son verre. Tout en poussant un grognement il s'étira sans se lever de sa chaise, sentant une raideur dans sa nuque et ses épaules à force de rester penché sur son carnet de croquis. Sentant le regard de Khun sur lui, il leva les yeux et n'aima pas la lueur qu'il vit dans son regard. « Aucun commentaire sur mon âge, merci. » Sa menace chargée de son accent ne pesait pas lourd, Ryuu n'étant pas l'être le plus menaçant qui soit malgré le nombre impressionnant de tatouages et de piercings qui pouvaient orner son corps. « Tu t'en sors ? » Le japonais se pencha pour regarder un peu ce que faisait le jeune apprenti. Il avait un caractère particulier mais un talent et une volonté de bien faire indiscutables, Ryuu l'aimait bien autant qu'il aimait se jouer de lui (dans la bienveillance, toujours). Les dessins qu'il avait déjà produit étaient plutôt pas mal, il les regarda en hochant la tête d'un air plutôt satisfait. Il pointa l'un d'eux du doigt. « Celui-là est sympa mais il me semble un peu complexe pour des flashs. Tu penses pouvoir le simplifier ? » Des tatouages flash sous entendaient aussi qu'ils soient relativement rapides à poser sur la peau et son dessin bien que très sympa restait assez technique dans sa réalisation. Selon Ryuu, il pouvait être ajouté à un portofolio mais pas à une proposition de flashs.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Invité
Invité
avatar
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Sam 20 Mai - 15:04
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

outfit ⏤ Les yeux rivés sur ta tablette, ton stylet glisse sans bruit sur la surface lisse. C'est ton dernier achat en date, après des mois d'économie et d'hésitation, à te demander si tu allais vraiment l'utiliser, si tu n'allais pas détester. Faut dire que t'es pas un dépensier, tout l'argent que tu gagnes passant d'abord dans tes dépenses alimentaires, et le virement que tu fais mensuellement à ta mère pour la soulager un peu. T'as beau être un sale môme sur les bords, elle est tout ce que tu as.

Finalement, tu étais plus que satisfait de ton achat, et tu pourrais dire que seul le bruit du crayon grattant le papier te manque. Tu te demandes s'il n'y pas moyen de télécharger un plug-in qui mimiquerait le bruit des traits de crayon. Heureusement, en ce moment précis, tu profites du grattement produit par le feutre de Ryuu, qui apaise un peu ton manquement.

Tapotant ton stylet contre tes lèvres alors que tu observes la pièce sur laquelle tu travailles, ton regard remonte un instant sur le japonais et sa chasse à la paille. C'est amusant de voir vos styles et habitudes différentes, lui avec son feutre, son papier et ses pièces que tu aimes qualifier de "plus-Japonais-que-ça-tu-meurs" en riant, et toi avec ta tablette et tes motifs un peu plus abstraits, plus géométriques, et surtout bien plus éclectiques. À coté de Ryuu qui a un univers bien à lui, bien défini, tu passes du coq à l'âne selon tes humeurs.

Tu entends distinctement le corps de Ryuu craquer dans tous les sens alors qu'il s'étire, et tes yeux se mettent à pétiller. La vanne sur le bout de la langue, il est cependant plus rapide que toi et tu ris franchement, déposant ton stylet pour attraper ta propre boisson. « Je n'oserais pas, tu réponds avec un petit sourire narquois. On m'a toujours appris à respecter les aînés. » Et dans ta bouche, "aîné" veut clairement signifier "vieille personne".

À sa question, tu hoches la tête avant de tourner ta tablette dans sa direction, dézoomant pour qu'il puisse voir la planche complète de flashs sur laquelle tu travailles. Optant pour une attitude décontractée, tu es néanmoins bien moins serein à l'intérieur alors que tu attends le verdict de ton mentor. Depuis le début de tes études, tu as enchainé les petits jobs mal payés et inintéressants, et avoir atterri dans le salon de Soobin et Ryuu fut comme une révélation : toi qui aimait l'art et portait déjà quelques pièces encrées sur ta peau, tu pouvais allier ta passion à une activité rémunérée. Tu t'étais senti idiot de ne jamais y avoir pensé plus tôt, même si avec le recul tu savais bien pourquoi : continuant tes études de lettres, devenir tatoueur n'était pas ton plan A dans la vie, mais les deux artistes avaient tout de même accepté de te prendre en apprentissage.

Tu tapotes ton écran pour agrandir la pièce qu'il désigne, à la fois rengorgé par son compliment et agacé qu'une de tes créations ne semble pas convenir. Tu l'observes d'un œil critique, réfléchissant. Sans être forcément plus élaboré que les autres, c'est vrai qu'il nécessite plus de manipulations, plusieurs changement d'aiguilles, ce qui est forcément plus chronophage. « Mmh... tu réfléchis à voix haute, je suppose que je pourrais harmoniser la taille des traits et ne travailler qu'à une seule aiguille, et retirer les petites fioritures sur le côté. Tu en penses quoi ? » Tout en parlant, tu crées un duplicata dudit motif, te servant efficacement de le magie de la technologie pour faire les rapides changements sans devoir reprendre de zéro.

Tu profites qu'il soit penché sur ton travail pour observer le sien, admiratif devant son style si représentatif. « Vraiment, un jour je vais finir par craquer et me rajouter sur ta liste de clients. » Tu essaies de garder une certaine harmonie dans tout ce que tu encres et fais encrer sur ton corps, mais t'as déjà ta petite idée en tête, un truc que tu as vu passer sur le web et que tu as direct adorer : un ensemble de formes vides, destiné à accueillir des motifs de divers artistes.

Kobayashi Ryuu
☆☆ DEBUT SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : jae. (avatar) / exordium (sign)
Messages : 104
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1077548http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Dim 28 Mai - 22:01
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

Outfits. + Si les deux hommes n'étaient définitivement pas de la même génération, ils n'étaient pas si éloignés l'un de l'autre dans le tatouage. Au fond, Ryuu n'était tatoueur que depuis quelques années, il y avait son autre vie qui avait prit sa vingtaine et ses addictions qui avaient prit le début de sa trentaine. Ryuu devinait donc que leurs préférences de support venaient de leur écart d'âge et non pas de l'écart de formation. Le japonais préférait de loin le grain du papier et le bruit de ses feutres sur sa feuille que la sensation monotone d'un stylet qui glisse sur un écran complètement lisse. D'ailleurs, aucune peau n'était réellement lisse, c'était ce qui rendait chaque tatouage unique, du moins, dans l'esprit du japonais. Pour autant, il ne jugerait pas la façon dont Khun travaillait, c'était celle qui lui correspondait et c'était bien le plus important.

Préparer un flash était éprouvant, presque autant que la réalisation des tatouages. Il fallait avoir une palette large. Malgré son style marqué, Ryuu essayait d'avoir plusieurs propositions, le style japonais lui permettant d'avoir du traditionnel comme du « kawai ». D'ailleurs, ses propositions manquaient cruellement de ce dernier dans l'immédiat et c'était ce à quoi il s’attellerait après avoir détendu un peu ses articulations. Il capta bien le regard du plus jeune sur lui alors qu'il s'étirait et s'attendait bien à quelques remarques sur son « grand âge ». Et croyez le ou non, Khun le fit avec une subtilité presque désarmante. « Pourquoi quand tu dis aînés j'entends ancêtres ? » Mais loin de s'en vexer, il sirota une nouvelle gorgée de son café glacé d'un air plutôt tranquille.

Appliquant son droit d'aîné ou de mentor, il jeta un œil sur les dessins qu'avait fait Khun jusque-là. Il était versatile, au fond bien plus que Ryuu, ce qui était une force et aussi un signe de sa jeunesse dans la profession. Avec le temps, le thaï trouverait sa patte, son style, c'était un travail en cours. Les traits de ses dessins n'avaient déjà plus rien à voir avec ceux d'il y a quelques mois. Hochant la tête aux propositions que faisait Khun pour simplifier son dessin, il se rassit correctement dans son siège. « Mmh ça peut être pas mal. Par contre garde ta première proposition dans un coin, en la travaillant un peu, tu pourrait l'ajouter à ton book. » Il ne convenait pas pour un flash mais il pouvait convenir pour autre chose. Pour Ryuu, il n'y avait aucun mauvais dessin, juste un progrès vers une prochaine pièce. Évidemment, il avait mis du temps à avoir cette philosophie et nombre de fois il avait perdu son calme en ne parvenant pas à dessiner ce qu'il avait en tête.

Ryuu allait tourner la page de son carnet pour continuer à coucher quelques idées sur le papier lorsqu'il remarqua Khun en train de regarder ce qu'il avait déjà fait. « Ah mais quand tu veux ! Surtout que tu en as encore de la place toi ! » Contrairement au japonais qui, par exemple, n'avait plus d'espace disponible dur le dos. « Tu as déjà des projets prévus pour toi ou tu attends juste un déclic ? » Souvent, Ryuu avait déjà en tête son prochain tatouage alors qu'il était en train d'en recevoir un. Il y avait plein de choses qu'il voulait sur la peau mais parfois, c'était un simple coup de cœur pour un artiste qui le décidait. « Ça peut être du piercing ou de la modification corporel aussi. » Dans leur milieu, il arrivait souvent que certaines personnes aiment cumuler plusieurs de ces arts à la fois. Ryuu lui-même avait, à une époque, une belle collection de piercings. Aujourd'hui, il avait enlevé la plupart d'entre eux, ne gardant que quelques trous à ses oreilles et son piercing au téton gauche. Son visage gardait quelques traces de ses piercings aux arcades, au nez et aux lèvres qu'il avait porté plus jeune. Il ne remarquait aucune de ses traces sur le visage de Khun, mais c'était assez simple de les camoufler si on le voulait vraiment, Ryuu les assumait simplement.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Invité
Invité
avatar
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Lun 12 Juin - 14:10
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

outfit ⏤ Tu réprimes un petit rire, les yeux pétillants d'amusement. « Si tu commences à entendre des choses que je ne dis pas... ces sont des voix dans ta tête ou bien le signe qu'il serait temps d'investir dans un sonotone ? » Tout ceci prononcé avec une bouille d'ange innocent, bien sûr. Jamais tu n'oseras réellement tâcler Ryuu, que ce soit sur son âge (comme s'il était vieux, duh...) ou autre. Il est l'une des rares personnes pour qui tu éprouves un tant soit peu de respect. Enfin, en comptant que tu puisses faire preuve de respect, évidemment. Disons que tu essaies de ne pas (trop) faire le coq arrogant quand tu es avec lui, prenant la peine d'écouter ce qu'il a à dire. Tu tiens trop à ta place d'apprenti que pour te mettre à dos Ryuu ou Soobin, tu as enfin trouvé une voie qui te plaît et qui semble te correspondre, tu serais bien idiot de tout envoyer balader parce que tu n'es qu'une mauvaise graine, ou du moins que tu essaies de t'en donner le genre.

Satisfait que le Japonais approuve les modifications que tu suggères après une brève réflexion, tu enregistres rapidement ton premier modèle dans tes drafts, histoire de ne pas le perdre. « Ouais, t'inquiète, je l'ai sauvé. J'ai déjà trop bossé dessus que pour le perdre bêtement comme ça. » Même si ton book dépend principalement de ton bon vouloir puisque c'est personnel, ça ne t'empêche pas de te rengorger en entendant Ryuu dire que ton dessin pourrait y être rajouté. Tu es plutôt fier des progrès que tu as fait depuis que tu es en apprentissage ici. Ton art a enfin une destination, un but, et ton style se précise lentement mais sûrement.

Ton regard glisse avec envie sur les dessins de Ryuu, son style si particulier qui en fait de véritables petites oeuvres d'art. Tu observes tes quelques tatouages d'un air songeur, du moins ceux qui sont visibles quand tu roules les manches de ton pull. T'as la place, ouais... surtout parce que t'as pas les moyens. Un tatouage, même petit, a un certain prix, un montant que tu es clairement hésitant à claquer comme ça pour décorer ta peau. Et tu n'es pas un rat au point de négocier le prix d'un tatouage, tu connais les tarifs et tu les appliques. Tu as un peu d'honneur, quand même. « J'attends surtout d'avoir la thune... tu soupires en faisant tourner ton stylet entre tes doigts. Des idées, je n'en manque pas. » Pour une raison obscure, tu regardes beaucoup d'idées de tatouages fleuris en ce moment. Tu t'es découvert une certaine attirance pour les masques d'onis et les katanas, le tout entouré de grosses fleurs. « J'aimerais bien finir par avoir des full sleeves, et le dos encrés, mais j'aimerais garder une certaine cohérence dans tout ce que je me fais tatouer. C'est probablement le plus compliqué, surtout si je fais tout petit à petit... »

Malgré toi, tu ne peux pas t'empêcher de détailler le visage de ton mentor alors qu'il parle de piercing et modification corporelle. Même s'il ne les porte plus, on voit les traces de ses nombreux piercings faciaux. Toi, tu n'as que les oreilles percées, et encore, tu as été sage, seuls tes lobes ont pris. Il t'arrive de porter un anneau à la lèvre mais ce n'est qu'un clip-on, tu préfères pouvoir le déplacer à loisir. « Mmh, je ne suis pas très branché piercings. Enfin, pas au visage du moins. » Tu admets avoir déjà songé à te faire percer à d'autres endroits... sans jamais passer le pas. Trouvant les piercings aux tétons ultra sexy chez les femmes, tu avais déjà pensé à en avoir aussi, tu t'étais également renseigné sur les possibilités "plus au sud", mais tu n'avais finalement jamais été au-delà d'une vague recherche web. « Par contre, je pense que un tatouage facial me plairait plus. » Bon, pas au milieu de ta tronche, ça va sans dire. Tu penses à quelque chose derrière l'oreille, ou même sur l'oreille comme ça commence à se faire pas mal, sur la tempe peut-être. « Tiens, t'aurais pas quelque chose comme ça à me proposer ? Je pensais à un tatouage derrière l'oreille, un truc petit. » Petit, mais pas forcément discret.

Kobayashi Ryuu
☆☆ DEBUT SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : jae. (avatar) / exordium (sign)
Messages : 104
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1077548http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Mer 21 Juin - 9:18
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

Outfits. + Avec le temps, Ryuu avait compris que Khun savait passer certains messages sans les dire à haute voix. Et là encore il s'illustrait dans cet exercice avec une aisance folle et le japonais ne pouvait qu'éclater de rire à la façon dont il lui parlait. Tout en riant, il le pointa du doigt comme s'il souhaitait le menacer mais autant dire que la crédibilité n'y était pas. À défaut, il finit par lever son majeur parce que le message était bien passé, puis il l'avait bien mérité avec son foutu t-shirt ! Khun avait la chance d'être tombé dans leur salon, le japonais n'était pas très à cheval sur le respect aux aînés et la hiérarchie de l'âge. Le travail que fournissait Khun était une preuve suffisante pour les deux « seniors ».

Profitant de cette pseudo pause bien méritée, Ryuu sirotait ce qui restait de sa boisson tout en observant le travail de Khun. Comme toujours, il le trouvait assuré dans ses traits et surtout ouvert à la réflexion autour de ce qu'il produisait. Loin de se vexer, l'apprenti écoutait avec attention et semblait toujours apprécier les retours sur ses dessins. C'était ce que Ryuu ressentait et c'était sans doute pour cette raison qu'il l'appréciait autant. « Tu parles au spécialiste des tasses renversées sur les carnets. Je ne t'aurais pas jeté la pierre d'avoir oublié de le sauvegarder. » Mais comme le projet pouvait rentrer dans le book de Khun, il aurait été rageant de devoir repartir à zéro.

Ryuu aussi avait un book et on pourrait se dire qu'il était fini vu qu'il avait lancé sa carrière de tatoueur depuis quelques années mais non. Le book était en constante évolution. Parfois, le japonais enlevait certains dessins parce qu'il voulait les parfaire ou tout simplement parce qu'il n'avait plus très envie de les faire. Il y avait aussi certains dessins qui appartenaient à un Ryuu qui n'existait plus et qui n'avait plus raison de figurer dans ses propositions. Il avait tourné son carnet de dessins vers Khun pour qu'il puisse mieux voir ce qu'il avait produit jusque-là. « De la thune ? » Il fronça les sourcils en regardant le jeune homme. « Tu sais que je pourrais faire ça pro bono. Selon ce que tu choisis on ferait ça en plusieurs sessions. » Ryuu haussa les épaules. « Ce serait à charge de revanche, j'espère bien avoir un de tes tatouages aussi un jour ! » Bon, il faudra trouver la place et que ce que le propose le thaï ne clash pas avec ses autres pièces mais il était certain qu'ils trouveraient quelque chose. « Je te comprends, la cohérence c'est le plus compliqué, c'est pour ça que je n'ai pas de couleurs et que la majorité de mes pièces sont de la calligraphie. » Et à bien y penser, ils collaient plutôt bien à la personne qu'était Ryuu. Il regarda ses propres bras. « J'ai encore de la place sur les bras, le dos c'est fichu. » L’entièreté du Sutra du cœur y reposait. L'avantage qu'il avait eu, c'était qu'à l'époque, il avait été capable de financièrement gérer le fait de recouvrir son dos en une fois. Ce n'était que des années après, une fois en Corée du Sud, qu'il avait rajouté le hanja « Lee », le nom de ses ancêtres coréens.

Lorsqu'il regardait Khun, il ne voyait pas beaucoup d'encre ni d'autres modifications encore. Ils ne se voyaient pas à moitié nus non plus ce qui pouvait masquer beaucoup de choses. Il le regarda avec des yeux ronds. « Un tatouage sur le visage ? » C'était plutôt audacieux. Ryuu lui-même n'avait jamais osé franchir ce pas. Il hocha la tête à la précision de Khun. « Oui je pense avoir des choses à te proposer. Je peux dessiner quelque chose pour toi aussi. » Il tourna les pages de son carnet pour arriver sur une page blanche. « Vas y dis moi un peu ce que tu as en tête pour ça. » Il regarda Khun, plissant un peu les yeux en réfléchissant. Le thaï avait de longs cheveux, ce qui pouvait cacher ce genre de tatouages mais Ryuu pensa à quelque chose. « Tu comptes te faire une undercut un de ces quatre ? » Parce que ce pourrait être une belle mise en valeur. Ryuu était un adepte de ce style capillaire et il passait souvent sous la tondeuse pour remettre la sienne en ordre. « Allez dis-moi ce que tu avais en tête pour voir ce que ça m'inspire. » Et l'idée pro bono restait évidemment valable.

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Invité
Invité
avatar
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Mar 27 Juin - 22:21
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

outfit ⏤ Le spécialiste des tasses renversées ? Tu lances un regard suspicieux à sa boisson, avant de très subtilement (pas du tout, donc) reculer ta tablette hors de portée de toute potentielle éclaboussure. « Je suppose que le café donne un joli effet sur ton carnet, tu te moques gentiment. » Ton précieux outil, en revanche, n'appréciera aucune tentative de le colorer ainsi. Et tu n'es pas sûr que "noyade dans la boisson de mon mentor" soit un argument valide pour faire jouer la garantie. Sans la moindre malice cette fois, tu relèves le menton pour observer les différents cadres et posters accrochés aux murs, présentant divers travaux et autre propositions de tatouages réalisés par Soobin et Ryuu. Tu cherches du regard des traces de thé ou de café, avant de te dire qu'il n'arrache probablement pas les feuilles de ses carnets pour les exposer mais les décalques d'une manière ou d'une autre.
Ah, dommage. Ça aurait fait très authentique.

Tapotant sur ta tablette, tu viens rapidement renommer ton fichier de sauvegarde, une habitude prise depuis toujours. C'est plus facile de retrouver un fichier renommé selon une certaine logique que de scoller dans toute sa galerie parce que le système l'aura automatiquement sauvé sous un format date absolument répugnant. Distrait par ce que tu fais, tu manques bien de laisser échapper ton stylet, avant de froncer les sourcils. Le faire pro bono ? What the hell is that. Ouvrant le navigateur, tu tapes rapidement l'expression, avec une orthographe plus ou moins approximative. L'explication en thaïlandais déroule sous tes yeux et tu lis en faisant la moue. Par habitude, tes appareils électroniques sont configurés en thaï alors que tu le parles moins couramment que le coréen, mais c'est une manière à la fois de te garder dans le bain de la langue et de pouvoir faire des recherches sans que les autres comprennent, et d'invoquer le "mon coréen n'est pas parfait" quand tu racontes nawak. « Nah, pas de pro bono pour moi. C'est gentil mais c'est justement parce que je connais le prix de notre taf que je veux payer mes tatouages. » Malgré la semi-dureté de tes mots, un sourire vient trancher ton expression alors que tu t'adoucis légèrement, les yeux pétillants. « Mais je serais ravi de t'encrer. Ce serait un honneur pour moi. » Que ton travail soit reconnu par tes mentors, c'est une chose. Que ton art finisse sur leur peau, c'est un niveau de satisfaction et de reconnaissance supérieurs.

Tu ne te retiens pas d'observer les bras de Ryuu alors que celui-ci les inspecte tout en parlant. C'est vrai que niveau place, ça commence à devenir juste. Tu ne voudrais pas fausser l'harmonie de ce qu'il a déjà, il faudra beaucoup plancher ce tatouage si vous allez effectivement jusque là. « Et sinon, tu n'as jamais été tenté par un tatouage sur les jambes, ou le ventre ? » Tu n'as jamais vu ses jambes donc tu ignores si elles ne sont pas déjà tatouées.

Devant la surprise évidente de Ryuu, tu laisses échapper un petit rire amusé. « Yup. Bon, pas au milieu du front, hein. » T'as des limites, quand même. Le cou ou au niveau des oreilles, ce sont les options qui te viennent en premier à l'esprit. À la mention d'un undercut, tu prends une mine songeuse, tes doigts venant machinalement jouer avec tes mèches noires. « Je n'y ai jamais pensé, tu réponds lentement, essayant d'imaginer ce qu'un undercut donnerait sur toi. Mmh, ça pourrait être stylé. Ce serait dans l'optique de tatouer là où c'est rasé ? Ou juste raser en faisant un motif ? » Si on parle tatouage sous l'undercut, ça t'ouvre un nouveau champ des possibles niveau tatouage, tu peux voir plus gros, plus grand, puisque ça dégage une partie de ton crâne.

Tu ouvres ton moodboard tatouage avant de tourner l'écran vers Ryuu. Assemblés aussi plic-ploc qu'harmonieusement, des tas de dessins et de photos de tatouages. Une forte inspiration japonaise, bien visible dans les masques d'oni ou de chats, les katanas, les fleurs au tracé net, de grosses pivoines et les délicates sakuras, les carpes koi et les vagues stylisées. « J'ai rassemblé tout ce qui me faisait envie... j'espère que ça ne te semble pas trop cliché comme inspirations. » Poussant la tablette vers lui, tu laisses Ryuu explorer ton moodboard comme il le sent, faisant tourner ton stylet entre tes doigts. « Si on part sur un undercut... j'aimerais bien quelque chose qui descende dans ma nuque. » Voire même jusque sur le long de ta colonne vertébrale ? Ah, plus de possibilités, donc plus d'hésitation aussi. « Dans l'idéal, j'aimerais quelque chose d'assez fin niveau traits. Mmh, ça t'inspire quelque chose, ô mon génialissime mentor ? » Un peu de fausses flatteries ne fait jamais de mal. Ceci dit, tu es moqueur, mais tu n'en penses pas moins. Tu adores ce que Ryuu crée. « Après, comme je disais, ça sera pas pour tout de suite. On a le temps d'y penser. » Et surtout, si la pièce est plus grande que ton petit projet derrière l'oreille, le budget le sera fatalement aussi. Il te faudra du temps pour réunir les fonds nécessaires. Pas que tu sois en rade de thune depuis que tu bosses comme apprenti, mais tu fais extrêmement attention à tes dépenses. « Et toi, sinon ? Tu avais déjà une idée ? Un coup de cœur inavoué dans ce que je t'ai déjà montré ? » Tu es sincèrement curieux de savoir ce qui a pu attirer l'oeil du japonais dans ton travail actuel.

Kobayashi Ryuu
☆☆ DEBUT SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : jae. (avatar) / exordium (sign)
Messages : 104
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1077548http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Sam 15 Juil - 21:49
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

Outfits. + Avec un petit rire, Ryuu regarda le jeune thaï reculer sa tablette d'un air méfiant. Oh... Il ne renversait ses tasses que quand il était vraiment distrait. Ce qui arrivait souvent certes. Dès qu'il était un peu trop dans ses pensées, il était normalement moins attentif au monde qui l'entourait, les contenants pleins inclus... Bon, Ryuu était souvent dans sa tête et donc relativement maladroit mais il ne l'avouerait pas à Khun, il n'allait pas lui donner des munitions supplémentaires pour se faire chambrer. Et au final, sa propension à être un désastre ne l'empêchait pas d'être un bon artiste et de faire des pièces de qualité sur la peau des gens. En gros, ce n'était ici rien de grave.

La façon dont Khun prenait ses conseils et son envie d'avoir un tatouage du japonais sur sa peau confirmaient bien que sa maladresse ne lui faisait pas si peur. Ryuu comprenait que l'argent était souvent un problème pour se faire tatouer. Il avait pu faire ses premiers lorsque financièrement les choses allaient bien pour lui, ses piercings également mais c'était un investissement. Avec un sourire, il hocha la tête. « Okay, pas de pro bono. » La jeunesse amenait souvent la fierté, ou peut-être que Ryuu avait été assez bas pour se débarrasser de la sienne mais comprenait néanmoins que ce soit difficile à accepter, malheureusement. « Comme tu le sens mais ça n'aurait pas été un problème pour moi. »  Il lui laissait une ouverture si jamais il changeait d'avis, qu'il se rendait compte que ce n'était pas un acte de charité mais juste un service rendu entre amis. D'ailleurs, son offre n'appelait pas à une contrepartie mais avec plaisir Ryuu porterait un dessin de l'apprenti. « Je te fais signe dès que j'ai une idée de ce que je veux. Et je prends tes suggestions et idées. » D'ailleurs, est-ce que Khun avait quelque chose en tête en suggérant les jambes ou le torse du japonais ? Avec un sourire en coin, il leva son débardeur, révélant son tatouage sous le nombril, ceux sur ses côtes et il releva assez haut pour que ceux sur ses pectoraux se devinent. « Et j'ai les mollets tatoués aussi. » Il avait réellement beaucoup d'espace de peau déjà occupé par de l'encre noire. Il haussa les épaule en riant. « J'ai pris trop à cœur le fait d'être un rockeur tatoué. » Ryuu ne se cachait pas de son passé de musicien. La fin de sa carrière n'appartenait qu'à lui et les proches qui avaient vécu son combat contre l'addiction mais son passé musical, il parvenait à en parler sans réelle difficulté.

L'undercut était quelque chose que Ryuu aimait, il gardait souvent ses cheveux mi-longs ou même courts mais l'undercut donnait du caractère au style qu'il choisissait. Il le suggéra à Khun parce que, à ses yeux, il avait une longueur parfaite pour s'amuser avec ce style. « Tu tatoues ta peau, ça laisse juste une fine couche de cheveux mais l'encre en dessous reste visible. Et si tu veux que ça ne se voit pas, tu laisses tes cheveux retomber dessus. » Tout en parlant, Ryuu avait griffonné sur son carnet pour illustrer ce qu'il expliquait. Avec des traits simples, il avait dessiné une tête, un undercut, une coupe à la longueur de Khun. Ce n'était pas tant pour le montrer au jeune homme que parce que laisser aller ses feutres et crayons sur le papier était devenu une seconde nature.

Il reposa le tout lorsque le jeune thaï lui tendit sa tablette, un sourire étira les lèvres de Ryuu en avisant les motifs. Ils lui étaient tous très familiers, surtout un qu'il pointa en riant doucement. « Oh c'est le mien ça ! » C'était une photo qu'il avait un jour mis en ligne sur son instagram, un chat, un motif avec lequel il était plus que familier. « Ce sont des inspirations qui me plaisent et que je maîtrise donc je ne vais pas te le reprocher ! » Ryuu changea sa position, venant s'asseoir sur sa jambe repliée sous lui, un moyen de se pencher davantage sur la tablette. Il se permit même de faire défiler l'écran, poussant des petits sons qui validaient certains dessins qu'il voyait passer. Finalement, il s'assit correctement et regarda Khun lui apporter des précisions. « Mmh je vois... Je peux essayer de dessiner quelque chose dans les jours qui viennent ou les semaines et on en discute ensemble ? » Il avait déjà des idées, le masque lui donnait des idées avec des ornements autour... Enfin, tout dépendrait de la taille de la pièce et de la localisation finale mais des traits se dessinaient déjà dans l'esprit de Ryuu. D'ailleurs, il griffonna quelques kanji dans un coin de page, des mots clés qui lui permettraient de reprendre son fil de pensée où il le laissait.

Le japonais regarda Khun sans vraiment le voir, réfléchissant à sa question. « Tu t'es fait la main sur la calligraphie ? En alphabet thaï ? » Ryuu aimerait avoir un tatouage qui marquerait la relation qu'il retrouvait avec Aoi. Il n'avait pas d'idée précise mais peut-être Khun connaissait des poèmes thaï ou des prières qui pourraient peut-être coller avec l'histoire de sa paternité. « J'aimerais bien quelque chose qui encre ma fille sur ma peau. » Il se mit à rire. « On dit souvent qu'on a quelqu'un dans la peau, j'aimerais que ce soit littéral pour elle. » Il eut un petit sourire, un brin mélancolique. « Elle le mérite bien. » L'adolescente était déjà passé au salon plusieurs fois et les membres de l'équipe étaient tous plus ou moins familiers avec elle. « Elle se moquera sans doute de moi en me disant : « sérieusement Ryuu ? » mais pour le coup, ça me dit bien d'être un père gênant ! » Il sourit plus espiègle. « Tu te sens à la hauteur de cette mission ? »

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Invité
Invité
avatar
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Mar 15 Aoû - 11:47
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

outfit ⏤ Pas de pro bono, non, tu hoches la tête en confirmation de ton refus. Tu connais le prix de votre travail, tu ne prendras pas de raccourcis pour ce que tu vas encrer sur ta peau. Surtout si tu ne vises pas un truc petit, et tu ne dis pas ça forcément niveau taille mais bien niveau technique. Tu respectes les années d'apprentissage et de travail derrière les compétences de Ryuu.

Tu ne te retiens nullement de te pencher en avant pour mieux voir ce que ton mentor te dévoile, les tatouages qui couvrent ses flancs. Waw. Est-ce qu'il a encore vraiment de la place, en fait ? Même les mollets sont pris ? Eh beh. Tu laisses échapper un petit gloussement amusé à la mention du rockeur tatoué. Tu admets être allé écouter ce qu'il avait fait à l'époque par pure curiosité. Tu n'avais pas accroché à l'univers musical, étant étonnamment très sage dans tes goûts musicaux contrairement à ce que ton style pourrait laisser penser. « Je vois ça. » Tu tapotes distraitement le bout de ton stylet sur la table, songeur. Tu as vraiment envie de lui proposer quelque chose d'unique, et en même temps tu as l'impression de ne pas avoir encore suffisamment développé de style "à toi", qui soit vraiment ta marque de fabrique, que l'on ne pourrait pas retrouver chez un autre tatoueur. « Je vais réfléchir à quelque chose. J'espère que tu n'es pas pressé ! » Qui sait ? Ça pourrait prendre des mois, des années avant que tu ne sois satisfait de ta proposition, de ton premier jet.

L'idée de l'undercut te tente beaucoup. Jouant avec une de tes mèches noires, tu écoutes les explications de Ryuu tout en imaginant ce que le résultat pourrait donner. C'est intéressant. Intriguant, même. Mais ça te plaît, et ce qu'il gribouille tout en parlant ne fait que renforcer ton intérêt pour la proposition. « Je vais y réfléchir, tu finis par dire.  »  Comme si tu n'étais pas en réalité à deux doigts de prendre rendez-vous chez le coiffeur pour te faire ce fameux undercut asap et voir si ça te va.

En attendant ce changement drastique de style capillaire, tu dévoiles à Ryuu ton petit moodboard pour ton futur projet de tatouage, souriant quand il repère l'un de ses dessins dedans. Tu as gardé en hyperlien toutes les sources, parce qu'il faut toujours rendre à César ce qui est à César. Tu le laisses chipoter sur ta tablette, observant ses expressions avec intérêt. Tu apprécies que ta sélection lui plaise, et surtout qu'elle l'inspire ! Tu hoches donc la tête en assentiment. « Prends ton temps. Et... je pense que je vais peut-être me laisser tenter par cet undercut. » Est-ce que tu viens d'avoir une idée flash d'un tatouage qui consisterait à faire une sorte de masque visage coupé en deux en miroir de ton propre visage ? Comment ça c'est incompréhensible ce que tu racontes ? Boarf. Le principe c'est que tu te comprennes toi-même, c'est déjà pas mal. « J'ai bien hâte de voir ce que tu vas me concocter ! » Tu admets, tu es curieux de savoir ce que les kanjis qu'il a griffonnés dans un coin signifient. Le japonais est une langue à laquelle tu ne t'es jamais réellement intéressé, t'étant toujours contenté d'être satisfait de ton bilinguisme natal, et de ta maitrise de l'anglais.

En parlant de biliguisme, d'ailleurs... tu penches la tête avec curiosité quand il te demande si tu t'es fait la main avec l'alphabet. « Et bien... je suis thaï, tu sais ? Enfin, à moitié. Ma mère insiste depuis que je suis petit pour l'apprendre. » Si tu le parles donc couramment, le lire et l'écrire sont parfois un peu plus compliqués. Mais ta fierté t'empêchera de l'avouer, bien évidemment. Tous les prétextes sont bons pour justifier que tu sois lent à déchiffrer l'alphabet. « Par contre je ne l'utilise pas souvent à l'écrit, mais je peux travailler quelque chose dans ce sens si tu as une idée en tête. » Et quand il continue sur sa pensée, tu en lâches carrément le stylet avec lequel tu es toujours en train de jouer, la bouche ouverte en un petit O: parfait. Un tatouage en l'honneur de sa fille ? C'est... wow. « Tu es sûr de vouloir me confier ça ? tu demandes avec un certain ahurissement. » Il y a quand même une grosse différence entre un tatouage qu'on fait parce qu'on a flashé sur le dessin, et un que l'on fait avec une idée en tête, un hommage, un symbole... un renvoi vers quelqu'un.

Tu connais Aoi, évidemment. La demoiselle a déjà eu l'occasion de passer au salon, et tu lui aurais volontiers fait ton numéro de charme si elle n'avait pas été si jeune et la fille de Ryuu. Tu tiens à la vie, merci bien. D'ailleurs tu trouves ça curieux qu'elle l'appelle par son prénom et non "papa" ou même "père" (une appellation que tu trouves très froide et informelle... idéale pour désigner quelqu'un qui est absent de ta vie depuis tes deux ans et dont tu ne sais rien, mmh). Ou bien est-ce seulement dans certains cas ? Tu n'as jamais vraiment prêté attention aux interactions du père et de la fille. Tu souris doucement, attendri malgré toi par la manière dont il parle de sa fille. Si tu avais eu ton père, seriez-vous ainsi ? Tu ne le sauras jamais. Et même s'il apparaissait maintenant, ça ne serait pas pareil. Deux inconnus, voilà ce que vous êtes, ce que vous seriez. Ceci dit, son espièglerie rallume ton âme de sale gamin, et tu relèves fièrement le menton. Si tu te sens à la hauteur de la mission ? Ah ! « Et comment ! » À vrai dire, tu commences même à avoir une idée qui se dessine dans ton esprit, mais tu dois consulter ta mère avant de te lancer dedans, juste histoire de vérifier que tu es dans le bon. Si c'est toi qui étudie les langues et lettres, c'est ta mère la littéraire de la famille, et elle sera plus que ravie de ressortir ses recueils de poèmes thaïlandais, non sans t'avoir d'abord houspillé sur le fait que c'est toi qui étudie le sujet et qu'elle n'est qu'une pauvre femme sans éducation ni diplôme. Genre. « Comment va Aoi, d'ailleurs ? Ça fait un bail que je ne l'ai pas croisée. » Tu l'aimes bien, la petite. Elle a la tête sur les épaules et la langue bien pendue. Si tu devais avoir une petite sœur, tu en voudrais une comme ça.

Kobayashi Ryuu
☆☆ DEBUT SHAKER
Kobayashi Ryuu
Pseudo : Lena.
Célébrité : Takamasa Ishihara (miyavi)
Crédits : jae. (avatar) / exordium (sign)
Messages : 104
Âge : 38
 http://www.shaketheworld.net/t27931-kobayashi-ryuu-time-for-redehttp://www.shaketheworld.net/t27980p10-kobayashi-ryuu#1077548http://www.shaketheworld.net/t28808-lena-this-hell-is-better-than-you#1062528
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Sam 7 Oct - 18:59
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

Outfits. + Ryuu ne rougissait pas de sa carrière de musicien. C'était plutôt la fin et ses frasques qu'il ne portait pas avec fierté mais pour le reste... De toute façon, il y avait des magazines avec son visage dessus, des clips et fancams de lui sur internet, il ne pouvait pas prétendre que cette partie de son histoire n'existait pas. Il ne niait d'ailleurs aucun aspect de son parcours. Il y avait juste certaines choses qu'il préférait garder pour lui ou partager avec ceux qui pouvaient ou qui devaient l'entendre. Il était donc plutôt fier de montrer ses tatouages qui illustraient une certaine partie de lui et de son vécu. Il rebaissa son t-shirt finalement et continua à parler avec Khun sur ce qui lui faisait envie pour son prochain tatouage. Et puis Ryuu n'excluait pas de faire d'autres petites choses ci et là en attendant que Khun se sente prêt et ait trouvé sa touche bien à lui. « Oh t'inquiète, on a le temps ! Ce n'est pas quelque chose qui se fait dans l'urgence. » Que ce soit de trouver son style, d'imaginer une pièce ou même de prendre la décision de se refaire tatouer.

Le japonais n'était pas le seul à avoir envie d'encrer sa peau. Enfin, Ryuu ne savait pas si c'était une envie ou une habitude pour lui. Pour Khun, ce devait être une vraie envie, il était une véritable page blanche sur patte. Ce n'était pas la première fois que Ryuu voyait un de ses tatouages sur Pinterest ou autre moodboard mais c'était toujours surprenant pour lui. Et c'était flatteur qu'un collègue (même s'il était encore en formation) ajoute son travail à ce qu'il aimerait voir sur sa peau. Avec un sourire, Ryuu hocha la tête. « En plus l'undercut ajoute un côté badboy, de quoi avoir encore plus de nanas à tes pieds. » Allez savoir, Khun lui donnait l'impression d'aimer la compagnie de la gente féminine. « Je te tiens au courant, je te montrerai un peu ce que je fais et tu me donneras ton avis. On le fera que quand tu seras complètement satisfait et prêt de toute façon. » Lorsqu'il aura rassemblé la somme aussi, il avait compris que le jeune homme y tenait. Ce qui n'empêcha pas Ryuu de déjà griffonner quelques kanjis, des bribes d'idées qui lui venaient suite à cette conversation et à ce que le jeune thaï lui avait montré.

En parlant de thaï, Ryuu hocha la tête. « Je sais. Tu m'en as déjà parlé. » Rapidement certes mais Ryuu avait bien compris que le jeune homme avait des origines autres que coréennes. « Je sais que je suis vieux mais tu n'as pas besoin de tout me répéter cent fois. » Il lâcha un petit rire. « Entre parler une langue, savoir l'écrire et maîtriser une véritable calligraphie ce n'est pas la même chose. » Il était bien placé pour le savoir. Il avait mis un long moment à maîtriser l'encre et le pinceau pour écrire sa propre langue. Il s'était pas mal entraîner lors de sa retraite bouddhique. C'était d'ailleurs à l'occasion de celle-ci qu'il avait décidé de faire le hanja « Lee » de la plus belle calligraphie dans son dos, comme la couverture parfaite pour le sutra du cœur. Le sourcil relevé, il regarda Khun le regarder d'un air surpris. Le japonais étant lui-même surpris d'une telle réaction. « Oui ? » Il inclina légèrement la tête. « Ça ne te dit pas ? » Il comprenait au fond. Certains tatoueurs avaient un peu de mal avec des tatouages « d'hommage », peut-être parce qu'ils étaient trop pompeux ou que c'était trop de responsabilité. « Comme on l'a déjà dit, il n'y a pas urgence mais j'ai toute confiance en toi pour ça. » Il haussa les épaules. « Et même s'il n'est pas parfait, ce sera très bien. » Il eut l'air songeur quelques instants. « Ma relation avec Aoi n'est pas parfaite, ce serait même plutôt juste que le tatouage ne le soit pas non plus. » Peut-être était-ce trop deep ? Finalement, Khun accepta la mission, et Ryuu lui tendit la main comme pour sceller un accord entre eux deux. « J'attends avec impatience de voir tes propositions. » Sans pression évidemment.

Le japonais reprit sa boisson, il n'en restait plus grand chose mais juste de quoi prendre une dernière gorgée diluée avec les glaçons fondus. « Aoi ? » Il sourit, attendri et épuisé à la fois (oui c'était possible). « Elle va bien oui. Enfin comme une adolescente. Elle me déteste un matin, me pardonne l'après-midi, m'en veut le soir et a envie de liberté et d'indépendance un peu tous les jours. » Il haussa les épaules. « Une ado quoi. » Avec au milieu de tout ce mélange, leur relation particulière marquée par leur passé compliqué. Être adolescente n'était pas simple dans un foyer équilibré et Ryuu savait que ce n'était pas ce qu'il avait offert à sa fille. Il avait beau essayer de se rattraper à présent, cela n'effacerait aucunement ces années où il était père par intermittence et dans une lucidité aléatoire. « Elle passe du temps avec sa cousine en ce moment et elle travaille sa dernière année de lycée. Elle voudrait entrer dans une bonne fac l'an prochain. À se demander si elle est réellement ma fille. » Certains lui diraient d'en douter vu la fin de son mariage. Lui n'en doutait pas, lorsqu'elle était née, les choses se passaient bien et quand bien même elle pourrait ne pas être de son sang, elle était sa fille, c'était un fait. Ryuu se prit la tête entre les mains. « Je serais le père d'une étudiante... Je suis vieux ! » Une fausse exclamation et une fausse réalisation. Il était même plutôt jeune pour avoir une fille de son âge. « Tu sais que quand j'avais ton âge ma fille avait déjà cinq ans ? »

________________________________

SCARRED BUT NOT BROKEN
Invité
Invité
avatar
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | Ven 10 Nov - 18:01
Citer EditerSupprimer

Ink black as my coffee

outfit ⏤ Tu ne peux pas t'empêcher de sourire d'un air un peu prétentieux quand Ryuu parle du côté bad boy de l'undercut. En voilà un argument de poids ! Bon, tu n'es pas certain que cela fonctionne sur Minjoo, vu qu'elle n'a clairement pas l'air intéressé par ton côté mauvais garçon, mais dès que tu auras eu ton baiser pour le pari et que tu pourras passer à autre chose... tu es certain que ça t'aidera à faire tomber encore plus de femmes dans tes bras. « Y a l'time, oui, tu réponds. C'est un projet longue distance de toute manière. » Le temps de peaufiner le dessin, de ne pas mettre financièrement dans la mouise, tout ça.

Tu lui en as déjà parlé ? Possible. Tu ne fais pas grand secret de tes origines, déjà rien que ton nom de famille te trahit. Ton sourire est franchement moqueur quand il fait état de son âge et de sa non-sénilité. « C'est juste pour être sûr, tu réponds la bouche en coeur. Ma mère m'a toujours dit qu'il fallait répéter les choses pour ne pas oublier. » Elle a bon dos ta mère, quand même.

Ceci dit tu perds un peu de ton attitude goofy quand il t'annonce au détour de la conversation qu'il pense faire ce tatouage en l'honneur d'Aoi, sa fille. « Bien sûr que si ! tu t'exclames précipitamment quand il s'inquiète de savoir si ça te va toujours. Je n'avais pas imaginé que ça puisse être si symbolique... » Tu vas devoir redoubler d'efforts pour être certain d'être à la hauteur. Déjà que tu te mettais la pression rien qu'à l'idée de tatouer ton mentor...

Ses mots te font réfléchir. Un tatouage imparfait pour une relation imparfaite ou à parfaire ? Wow. Tu n'aurais probablement pas vu les choses sous cet angle de toi-même, encore trop vert dans le milieu que pour songer à autre chose qu'à te perfectionner et produire un travail luisant de perfection. « Il sera imparfaitement parfait, dans ce cas. » Sa description de sa relation avec Aoi t'arrache un nouveau sourire, plus franc et plus sincère. Ouais, une ado comme les autres... tu te reconnais bien dans cette description aussi. « J'étais pareil avec ma mère, tu souffles doucement. » Tu n'es pas habitué aux confidences, à avoir une oreille qui t'écoute et te comprenne sur ces sujets là. Tu as toujours été l'ado agité et orgueilleux, puis le jeune adulte imbu et enbourbé dans une image construite de toutes pièces. Mais avec Ryuu, tu sais que tu peux en sortir un instant, parce qu'il voit bien qu'il y a autre chose derrière cette façade que tu maintiens. Il est un peu le daron que tu n'as pas eu, du moins tu le considères ainsi même si tu ne le dis pas à haute voix.

Tu penches la tête sur le côté, rendu curieux. Se demander si Aoi est bien sa fille ? « Parce qu'elle veut faire la fac ? » C'est peut-être une expression ou une tournure que tu ne saisis pas mais tu vois pas pourquoi elle ne serait pas sa gamine en voulant faire des études. « C'est ton portrait craché, physiquement parlant. T'as pas à t'en faire pour ça. » Puis tu éclates franchement de rire quand il geins faussement sur son âge. « C'est vraiment ça qui t'inquiétait ?! » Hilarant, vraiment. Mais c'est vrai qu'il a eu Aoi jeune, ça doit faire bizarre. « Eh beh, ça te rajeunit pas tout ça. Heureusement que c'est pas le genre de truc qui risque de m'arriver. Avoir un enfant, je veux dire. » Tu fais tourner ton stylet entre tes doigts, si sûr de ce que tu dis. Mais comment tu pourrais en douter ? T'as pas la tête du mec que les femmes imaginent en rêvassant au futur père de leurs futurs enfants, et si l'une de tes amantes finit en cloque, ce sera probablement parce que la capote a craqué. Et même si cette hypothétique future mère venait te voir avec la nouvelle, tu sais que tu refuserais d'endosser les responsabilités. Toi, daron ? La blague du siècle. Tu veux pas t'enchaîner dans un truc pareil. Tu préfères être un père absent qu'un père incompétent ou forcé. Ça ne ferait aucun bien à l'enfant, de toute manière.

Chassant ces pensées, un sourire malin étire tes lèvres. « Et si Aoi devenait mère comme toi, d'ici quelques années... prêt à devenir grand-père ? » Sujet risqué, tu le sais, mais tu es curieux de sa réaction. Ceci dit, parler d'enfants, de parents et de liberté, ça fait bouger ta main sur ta tablette, ton stylet dessinant l'esquisse d'un nouveau tatouage. Abstraitement, tu commences à dessiner une chaîne, une chaîne qui se brise en son milieu, symbole pour toi du fait que tu ne seras pas enchaîné à qui que ce soit contre ta volonté.
Un tatouage qui tapera dans l'oeil d'une certaine demoiselle plus tard.

Contenu sponsorisé
 
Re: Ink black as my coffee feat. Champy Khun | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide