sombre
Le Deal du moment : -28%
Précommande : Smartphone Google Pixel 8a 5G ...
Voir le deal
389 €


    :: Défouloir :: 2023

one in a billion ((jiwoon))

Cho Jae Jin
☆☆☆ FIRST WIN SHAKER
Cho Jae Jin
one in a billion ((jiwoon)) - Page 4 T2sa

Pseudo : bambi ((elle))
Célébrité : lee heeseung ∽ enhypen
Messages : 762
Âge : 22
 http://www.shaketheworld.net/t27242-the-paper-cuts-in-my-head-jahttp://www.shaketheworld.net/t27256p20-cho-jae-jin#1075870http://www.shaketheworld.net/t27487p10-bambi-you-re-so-precious-i-can-t-take-it#1038797
Re: one in a billion ((jiwoon)) | Jeu 31 Aoû - 0:19
Citer EditerSupprimer


Avais-tu réellement compris ? Ou bien n'était-ce là que ton imagination ? Peut-être rêvais-tu. Peut-être t'étais-tu perdu, l'esprit refusant de croire qu'il était parti, remplaçant alors la suite par des images plus douces, faisant battre ton cœur plus fort ou venant réchauffer ta peau. C'était tellement exaltant que ça paraissait trop beau. Mais ça paraissait surtout trop réel, ta peau frissonnant à chaque contact de vos lèvres et ton palpitant s'emballant dans une danse plus vive encore. Tout était bien réel – pas vrai ? Tu allais te poser la question en fermant les yeux plus tard pour t'endormir, te demandant si chaque sensation avait été vraie. « Vu comme ça... », soufflas-tu doucement, les sourcils un brin froncés alors que tu prenais sans doute le sujet un peu trop au sérieux. Mais il était évident qu'il avait des secrets. Des vrais. Et toi aussi. Tout le monde en avait comme tu le soulignais si bien – égoïstement, tu voulais tous les connaître. Les apprendre par cœur pour le soulager d'un poids quelconque que le secret pouvait apporter. La pensée fut rapidement écartée, tes lèvres se scellant aux siennes – et c'était comme si tu ne pouvais t'empêcher de faire le mouvement. Ou comme s'il ne pouvait s'en empêcher. Exaltant. Grisant, même. Tu ne voudrais pas que ça s'arrête, poussant la réalité plus loin si elle venait toquer à ta porte. Elle n'avait qu'à revenir plus tard. Tu reculas quelque peu le visage, l'observant brièvement avant de pouffer. « Beaucoup », que tu répétas dans un chuchotement, ne prenant pas le temps de répondre plus, un sourire marquant ta bouche alors qu'elle retrouvait la sienne, tes doigts s'agrippant à la peau de son cou avec satisfaction. Tu clignas à nouveau des paupières, les pupilles le contemplant. Tu finis par hocher le visage, le sourire léger. « Je m'en doute bien », assuras-tu lentement. Tu l'avais compris sans lire le scénario de toute façon. « C'est le travail », que tu dis, les prunelles fixant alors un point sur sa joue. « Non je comprends », les pupilles se redressant vers les siennes, tu les baissas rapidement, l'assurance perdue. « C'est le travail. Je veux dire... ça reste que le travail. Je sais la différence entre les deux », articulas-tu, le regard allant et venant entre le sien et sa joue. Tu te mordis quelque peu la lèvre, les phalanges s'agitant sur le pauvre col de son haut, presque anxieuses. Et tu savais faire la différence – pourtant l'idée de te dire que tu pouvais être comparé à ce collègue d'une manière ou d'une autre venait éveiller des problèmes plus ancrés qu'une simple question d'accepter ou non. « Je serais occupé aussi. Avec le groupe et les entraînements », et tu pensais alors à ces mots que tu allais devoir et dire répéter. « Le fan service », tu plissas quelque peu le nez à l'idée. « Pour contenter les fans et dire ce qu'elles veulent entendre et... tout ça », t'en oubliais de faire des phrases normales. « Il faut pas non plus que tu sois touché par ça. Parce que je suppose que ça peut être lourd ? », tu penchas un peu la tête, les lèvres pincées, pensif. « On aura des planning chargés et... » et c'était comme si l'univers te disait que c'était pas une bonne idée. Non ? Peut-être qu'il allait en conclure la même chose. Peut-être que ce serait mieux. Peut-être que tu valais pas le temps et l'énergie perdus à essayer. La réalité semblait plus cruelle encore.  « Mais j'ai envie d'essayer. Si... si tu veux aussi », tu redressas timidement le regard vers le sien, le sourire léger, l'ombre des doutes et des craintes au coin des lèvres.

 @Hwa Ji Woon
« ... »

vmicorum.

________________________________

uncover
We could build a universe right here All the world could disappear Wouldn't notice, wouldn't care We could build a universe right here The world could disappear Yeah, I just need you near
Hwa Ji Woon
❝ Winnie the superstar
Hwa Ji Woon
one in a billion ((jiwoon)) - Page 4 T2sa

Pseudo : Stitchy (( elle ))
Célébrité : Lee Jun Young
Crédits : ava: @bambi // Signa: @mingicode
Messages : 70
Âge : 26
 http://www.shaketheworld.net/t27480-ji-woon-i-can-be-who-you-wanhttp://www.shaketheworld.net/t27529p10-hwa-ji-woon#1073585http://www.shaketheworld.net/t28221p10-stitchy-new-fiche#1051182
Re: one in a billion ((jiwoon)) | Dim 3 Sep - 23:24
Citer EditerSupprimer


"Les secrets ont pour but d'être tenus loin des gens, des oreilles imprudentes. Là c'était surtout.. une vérité en attente ? " Le sourire doux mais dépeint de sentiments tu cherchais la manière d'amener ça. Comme un secret qu'on aurait voulu découvert, mais dont les conséquences effrayaient. Un mélange d'opposé qui se combattait pour former la boule dans la gorge lorsque les mots montaient. Une sorte de combat entre l'envie et la raison. Le cœur se protégeant comme il le pouvait. Et pourtant, voilà que celui-ci même répondait à son homologue, les lèvres occupées à toucher, caresser leurs jumelles. Un travail d'équipe pour te laisser faible, presque tremblant face à ses pupilles. Un sourire ornant alors parfaitement ton visage pour finir par rire. Beaucoup de répétitions qui finiraient sûrement comme celle-ci. Le plus longtemps possible. Elles étaient bien meilleures que celles que tu t'acharnais à suivre en présence de toutes ces personnes inconnues. Et pourtant elles faisaient parties de ton gagne pain, tandis qu'il faisait partie de cette vie personnelle, qui te rendait sain d'esprit. Avec celle ci venait des obligations qui s'immisçaient entre les deux. Un chemin étriqué qui pouvait déplaire. Car dans ce travail se cachait des moments plus "intimes". Jamais les sentiments ne faisaient battre ton coeur comme il ne le faisait présentement et pourtant tu imaginais l'inconfort de te voir partager ces scènes avec quelqu'un d'autre. Le contraire aurait été vrai. Mais ses mots semblaient te rassurer, ton pouce venant caresser la peau de sa joue cajolant cette partie de lui qui devrait subir. "Mais ça ne changera pas que mon esprit sera au travail. Et que rien ne va te remplacer. Je préfère la réalité. " Il perdait l'assurance, celle qui se dressait fièrement pour dire qu'elle n'avait pas peur, qu'elle se fichait de tes lèvres touchant une autre personne. Et tu ne pouvais que comprendre. Doucement titiller par cette révélation pourtant logique et attendue. Le nez froncé tu imaginais rapidement vos journées occupées. L'entendre crier au monde qu'il n'avait personne, qu'il n'aimait que ses fans, le voir se surmener pour les autres, ce n'était pas un tableau des plus reluisant. Mais c'était celui qu'il avait choisi. Tout comme tu lui offrais le pire du métier pour ta part tu acceptais d'attendre patiemment que les caméras soient éteintes. Même si vos plannings ne correspondaient pas tant. Même s'il était dur de se voir, si les dates à l'extérieur étaient interdits. Même si tout le monde se mettait entre vous, tu étais prêt à tout essayer. "Et les gens vont sans cesse nous regarder, tout sera épié. Mais j'ai envie d'essayer aussi. Non. Je veux réussir. " Parce qu'il n'y avait personne d'autres que vous pour y mettre un terme. Que tu ne laisserais personne décider de ta vie à ta place. "Tu veux savoir un truc cool ? On est deux hommes.. deux personnes connues. Et donc personne ne nous soupçonnera si on est vu en public. " Les doutes se formant et se transformant en rumeurs pouvant rapidement être stoppés par une déclaration légère. On est amis. Sûrement pas la réponse que tu voulais donner au monde, mais celle qui était acceptée. "Je suppose que c'est notre chance à nous. " Malgré ce que la société tentait à vous apprendre, finalement vous pouviez utiliser ces normes dépassées pour vous en sortir. "Je te préviens... une fois accroché.. on ne se débarrasse pas de moi comme ça. " Murmurais tu non loin de son oreille. Et pour toute démonstration c'est tes bras qui venaient le serrer un peu plus.


 @Cho Jae Jin
"..."

vmicorum.

________________________________

I'm your Candy
Cho Jae Jin
☆☆☆ FIRST WIN SHAKER
Cho Jae Jin
one in a billion ((jiwoon)) - Page 4 T2sa

Pseudo : bambi ((elle))
Célébrité : lee heeseung ∽ enhypen
Messages : 762
Âge : 22
 http://www.shaketheworld.net/t27242-the-paper-cuts-in-my-head-jahttp://www.shaketheworld.net/t27256p20-cho-jae-jin#1075870http://www.shaketheworld.net/t27487p10-bambi-you-re-so-precious-i-can-t-take-it#1038797
Re: one in a billion ((jiwoon)) | Dim 3 Sep - 23:57
Citer EditerSupprimer


« C'est joli dit comme ça », que tu commentas, clignant quelque peu des paupières avant de rire légèrement. Une vérité en attente – donc des pensées qui étaient amenées à être dites, jamais cachées ? Tu trouvais que c'était une jolie façon de tourner la chose. Après tout il était vrai que les secrets avaient pour but de ne jamais être révélés. C'était même leur mission principale. Mais tu délaissas tout ceci pour savourer le moment que tu ne pensais n'être qu'un rêve. Un instant que tu n'aurais jamais cru possible – même avec l'imagination la plus vive. Rien ne semblait être égal à la réalité, à la chaleur de sa peau ou la douceur de ses mains ou même encore la tendresse de ses lèvres. C'était un rêve – mais en mieux. Tout était réel et pourtant chaque battement te donnait l'impression de ne vivre qu'une illusion. Illusion finalement agrippée par cette réalité qui vous berçait. Ce monde réel dans lequel vous vous noyez tous les jours. Avec ses bons et ses mauvais côtés et toutes les choses entre les deux. Penchant faiblement la tête, tu semblais vouloir attacher sa paume à ta joue, le cœur cognant chaleureusement à ses mots alors qu'un sourire vint étirer ta bouche. « Je préfère aussi », que tu soufflas. Tu préférais cette réalité-là, avec lui. Elle te paraissait beaucoup plus douce. La réalité, la vraie, avec le travail, les devoirs, le manque de temps, la peur, le reste... ça te plaisait moins. La peur vint t'habiter plus vite que tu ne le voulais. Et tu supposais qu'il finira par trouver quelqu'un pour te remplacer. Non ? Tu ne semblais pas pouvoir te défaire de cette place de second, comme si elle était faite uniquement pour toi. Du sur-mesure, sans médaille ni trophée et pourtant une place qui t'était destinée. C'était comme si, soudainement, toute cette réalité-là te tombait dessus, et tu sentais ton cœur pulser mais pour une autre raison à présent : l'angoisse. Tu te mordis à nouveau la lèvre. « C'est pas très rassurant dit comme ça », susurras-tu lentement, les pupilles brillant dans la panique d'être surveillé. Mais tu le savais, ça venait avec le métier. Que ce soit le sien ou le tien. « Je veux réussir aussi », affirmas-tu à ton tour. Même s'il t'était difficile d'oublier tous les obstacles que vous pourriez rencontrer : les réels et ceux que ton esprit malin inventait pour te faire craindre un peu plus les premiers. Tu le fixas un instant à ses mots, penaud, avant de lever les sourcils dans une illumination discrète. « C'est vrai », tu hochas le visage, mordant le sourire qui menaçait de déborder sur tes lèvres. Car c'était comme s'il apportait la solution avant même que le problème ne vienne à vous. « On pourra faire des sorties » et on ne vous soupçonnerait pas de tenter un lien plus personnel. Le coin des lèvres se levant, tu confirmas ses paroles d'un autre mouvement de tête. C'était votre chance à vous, en effet. Qui pourrait se douter du reste ? Personne. Tu l'observas à nouveau, le rire présent dans la gorge, les pommettes se colorant alors que tu le serrais à ton tour. « Ne me lâche pas alors », susurras-tu, comme une promesse, tes doigts serrant son haut. « Je te garde avec moi », chuchotas-tu délicatement, le visage calé contre son cou, les joues rougies mais cachées alors que tu le serrais un peu plus. Et tu comptais bien savourer chaque instant à ses côtés, ton esprit te précipitant déjà vers votre fin dans des doutes irréels – et tu fermas les yeux comme pour les chasser, les phalanges se crispant sur son vêtement alors que tu tentais presque de disparaître contre lui, trouvant refuge dans cette chaleur qui t'enlaçait jusqu'à ce qu'il soit l'heure de t'en aller.

 @Hwa Ji Woon
« ... »

vmicorum.

________________________________

uncover
We could build a universe right here All the world could disappear Wouldn't notice, wouldn't care We could build a universe right here The world could disappear Yeah, I just need you near
Contenu sponsorisé
 
Re: one in a billion ((jiwoon)) | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide