sombre
Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal


    :: Digital City :: Centre Ville

Mes toiles | Jun wan

Lim Ha Rin
☆ ROOKIE SHAKER
Lim Ha Rin
Pseudo : Mawii
Célébrité : Lee Se Young
Messages : 45
Âge : 33
 http://www.shaketheworld.net/t27727-ha-rin-en-art-point-de-fronthttp://www.shaketheworld.net/t27748-lim-ha-rin#1042604http://www.shaketheworld.net/t27750-mawii-lim-ha-rin#1042632
Mes toiles | Jun wan | Sam 9 Sep - 2:58
Citer EditerSupprimer



@CHA JUN WAN
Enfin, ce jour est arrivé. J’ai travaillé très fort, jour et nuit, mes congés et temps libre afin d’avoir des toiles potentielles. J’ai peinturé énormément de toiles, recommencer d’autres, jeter certain et abandonner d’autres afin d’être satisfaite de mon travail. Le travail de lemon va être officiellement récompensé. J’ai su – il n’y a pas si longtemps – une petite exposition pour les artistes amateurs. C’était une chance pour moi de me faire connaître en tant qu’artiste et de me faire un nom. Des acheteurs vont pouvoir acheter les œuvres qui les intéressent. Peut-être, ils pourront demander à certains artistes de faire davantage de toiles pour éventuellement faire une véritable exposition ? Je ne sais pas et c’est une chance pour moi d’y aller. Une chance pour moi, car j’ai travaillé énormément dur afin d’être fière de mes peintures. Il a eu des hauts et des bas. Des querelles avec un personnage bizarre, mais aussi le syndrome de la page blanche. Pourtant, j’ai réussi à tout finir à temps. Mon inscription faite, il ne manquait plus qu’à faire le trajet pour tout exposer sur les murs. Cependant, ça ne sera pas une mince tâche à faire. Choisissant certaines de mes œuvres, il manque plus qu’un détail monumental : le transport. Je suis dans un appartement, je voyage en taxi et en bus. Je n’ai pas les moyens pour avoir un permis de conduire et une voiture. Qu’est-ce que je fais ? C’est hors de question que je marche jusqu’au lieu de l’exposition et hors de question d’arriver en retard. Il fallait trouver une solution.

Appeler un foutu taxi.

Un chauffeur qui pourra m’aider à tout mettre dans la voiture sans une égratignure, enfin, je l’espère. Ma vie serait totalement détruite si jamais une peinture est endommagée. Ce sont mes bébés. À défaut d’avoir des animaux de compagnie, à défaut d’avoir une vie de famille, ses toiles sont mes toiles. Je suis fière de les montrer, mais davantage si elles pouvaient voler de leurs propres ailes ! Qu’est-ce que je ferai avec une collection de peintures dans mon petit appartement ? Voilà. Ceci dit, deux ou trois à la fois en dessous des bras, je descends mon immeuble avec mes créations. J’ignore si le taxi est à l’heure où je ne sais quoi, mais je suis stressée. Stressée d’arriver en retard, stressée, car je suis excitée d’arriver sur les lieux et de tout installer. Toutefois, en arrivant en bas, je ne vois pas ma voiture en question. Je fronce les sourcils avant de tout déposer délicatement pour prendre mon téléphone. Il ne va pas être en retard, pas vrai ? Jusqu’à temps que je reçois une notification comme quoi qu’il vient tout juste d’arriver. Hein ? Je regarde autour et je vois justement un homme venir à ma rencontre en traversant la rue. « Mais vous ne pouvez pas venir de ce côté ? » Fis-je en lui grimaçant d’incompréhension. Normalement, on s’installe devant l’immeuble en question pour ne pas traverser la rue, pas l’inverse. Enfin, je le vois retourner à sa voiture et tenter sa démarche pour se stationner près de moi. Non, mais. Je me retrouve avec un abruti maintenant ? Ce n’est pas la bonne journée ! Bon, peu importe, on fera avec lui, je n’ai pas le temps de me casser la tête et de changer de taxi.

Je l’aide à rentrer mes toiles avec délicatesse avant de lui demander d’attendre pour chercher les autres. Je fais ça pour au moins deux ou trois voyages. C’était quoi l’idée d’apporter au moins dix de mes œuvres ? Je veux être certaine que mes peintures puissent intéresser quelqu’un et autant mettre les chances de mon côté avec mes meilleurs paysages. Officiellement, dans la voiture, je commence à manquer d’air sous le stress. J’essaie d’anticiper comment la soirée allait se dérouler et en même temps, je ne veux pas être déçue. Je sais néanmoins que le chauffard essayait de me faire la conversation, mais j’étais trop occupée à parler à moi-même. Est-ce que j’ai bien fermé chez moi ? Je n’ai rien laissé sur le feu ? Ai-je verrouillé la porte ? Est-ce que j’ai fait le bon choix ? Suis-je bien habillée ? Je continue comme ça jusqu’à temps qu’on arrive à la destination.

Arrivée là-bas, mon chauffeur a eu l’intelligence de me dire qu’il devait me laisser. « Hein ? » Fut ma réponse avant de m’expliquer qu’il a un autre client. J’essaie de comprendre ce chauffeur, mais je ne veux pas le comprendre en même temps. Je vais avoir un mal de crâne et le temps commence à jouer contre moi. Alors, mes toiles soigneusement déposées contre le lampadaire, j’essaie de prendre autant que possible. Toutefois, ce n’est pas une très bonne idée de faire un voyage de paresseux. Un accident est si vite arrivé. Je lève ma tête en soupirant avant de faire signe à la première personne que je croise : « Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? » Malheureusement, je n’ai pas réalisé que c’était cette fameuse petite étoile. Qu’est-ce qu’il fiche ici ?


vmicorum.
Cha Jun Wan
☆☆ DEBUT SHAKER
Cha Jun Wan
Mes toiles | Jun wan T2sa

Pseudo : Lauly
Célébrité : Woo Do Hwan
Crédits : bambi (c)
Messages : 106
Âge : 29
 http://www.shaketheworld.net/t27745-jun-wan-stronger-than-you-thhttp://www.shaketheworld.net/t27832-cha-jun-wan#1045139http://www.shaketheworld.net/t27567-lauly-shi-hyun-sun-ho-jang-woo-jun-wan#1039494
Re: Mes toiles | Jun wan | Sam 28 Oct - 16:29
Citer EditerSupprimer



@Lim Ha Rin
Sa précédente rencontre avec la jeune femme aurait pu faire fuir le cascadeur, la foudroyer du regard et simplement l’ignorer. Cependant, Jun Wan n’était pas aussi sauvage que nombreux semblait le penser, à cause de son manque d’expression et les réflexions qu’il balançait parfois, à parler sans réfléchir ou avec trop de franchise. La dernière fois, dans le feu de l’action, il n’avait pas apprécié l’inconscience de cette fille, il n’avait pas apprécié le manque de respect mais surtout, il avait parlé sous l’inquiétude. Parce qu’elle aurait pu se blesser, comme elle aurait pu blesser les autres, à cause de cet art qui lui était précieux. Jun Wan n’était pas remonté par sa propre blessure qui n’avait duré que quelques jours, mais vraiment par le fait que le pire aurait pu arriver. Il ne regrettait pas de s’être emporté, il ne s’en excuserait pas non plus, néanmoins il rangeait ce moment avec le passé et ne comptait pas s’éterniser sur le sujet éternellement. Assurément la raison pour laquelle, tandis qu’il marchait tranquillement dans les rues de la capitale, lorsqu’il la reconnut, il ne détourna pas les yeux. Certes, il admettait avoir été surpris – néanmoins aucune émotion ne brilla dans ses prunelles – et c’était le pourquoi il n’avait pas réagi de suite, se contentant simplement de la dévisager quelques secondes, en silence. Il n’y avait aucun mal à demander de l’aide, il ne la jugeait pas spécialement, hors le garçon ne s’attendait juste pas à le recroiser un jour. Et si sur l’instant, il avait cru qu’elle allait à nouveau lui chercher des noises, il fut contraint de remarquer rapidement que, la concernant, elle ne l’avait pas reconnu. En soit, lui s’en fichait, il n’avait rien à cacher et ne comptait pas agir différemment, qu’elle le reconnaissait ou pas. Le pourquoi, après avoir compris le souci de la demoiselle, il n’attendit pas une seconde de plus pour prendre les toiles de ses mains, une à une, puis les porter.

« Vous allez où ? » Une question posée avec une neutralité déconcertante mais qui contrastait avec ses actions. Une fois la réponse obtenue, il se dirigea vers le lieu indiqué effectuant, toujours en silence, plusieurs allers-retours jusqu’à ce que la dernière toile fût posée, aux côtés des autres. Peu bavard, il n’était pas surprenant de le voir prononcé aucun mot, même une fois le trajet terminé. La seule réaction qui lui offrit fut de s’incliner, afin de la saluer, prêt à s’en aller. Il l’avait aidée parce qu’elle en avait besoin, parce qu’il l’avait vue galérer, hors à présent qu’il avait terminé sa tâche, Jun Wan n’avait plus aucune raison de rester. C’était simplement dans sa nature de tendre la main si une personne se retrouvait en difficulté, et il n’attendait jamais rien en retour, puisqu’il le faisait sans aucune mauvaise intention.

vmicorum.

________________________________

I look inside myself and see my heart is black. I see my red door, I must have it painted black, maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black.  ☾☾
Lim Ha Rin
☆ ROOKIE SHAKER
Lim Ha Rin
Pseudo : Mawii
Célébrité : Lee Se Young
Messages : 45
Âge : 33
 http://www.shaketheworld.net/t27727-ha-rin-en-art-point-de-fronthttp://www.shaketheworld.net/t27748-lim-ha-rin#1042604http://www.shaketheworld.net/t27750-mawii-lim-ha-rin#1042632
Re: Mes toiles | Jun wan | Ven 1 Déc - 3:02
Citer EditerSupprimer



@CHA JUN WAN
Est-ce que je vais vendre mes toiles aujourd’hui ? Est-ce que je vais devenir célèbre et être réputée comme a été Picasso à son époque ? Je ne crois pas. Ça peut être tout le contraire. Je ne suis peut-être ici pour rien et certaines personnes vont être présentes pour regarder les œuvres uniquement. Heureusement, je ne vis pas de mon art, je ne serai pas capable de payer mes factures et de manger un quelconque repas. Mes toiles, mon art ; reste avant tout un passe-temps. Je veux montrer mon talent au monde entier sans forcément vendre. Bon, il a Internet qui m’aide beaucoup et des généreux acheteurs qui souhaitent acheter mes toiles. Payant où je dois débourser de ma poche pour le voyagement par la suite. Est-ce que je roule sur l’or ? Pas du tout. Je vis dans un tout petit appartement, vivant de petit restaurant pas cher et de nouilles instantanées. Je ne vis pas dans le luxe et je n’aurai sans doute pas la chance un jour. Qui voudrait une femme folle comme moi ? Vivant dans l’odeur nauséabonde de peintures fraîches et des tâches de pinceau un peu partout sur son corps ? Ce n’est pas tout le monde qui souhaite ça dans sa vie. Alors, je terminerai sans doute comme une vieille femme avec quarante chats. Se plaignant de tout et de rien. Se disant que les jeunes d’aujourd’hui sont mal élevés et aucunement gentleman. Être nostalgique et maudire la technologie, car je ne serai pas à jour. Bienvenue dans mon futur rempli d’amertume, de tristesse et de solitude. Il va falloir que je change mon destin si je ne veux pas terminer seule au monde.

Ceci dit, ce n’est pas le plus important. Avant tout, il faut que je trouve une solution pour déposer mes toiles à la destination. Le chauffeur a eu la gentillesse de descendre mes affaires, mais sans plus. Il n’a pas eu l’initiative de me demander si j’allais bien avant de partir derrière son volant. Roulant comme un fou en cherchant un autre client à transporter. Je soupire de découragement en voyant les phares rouges s’éloigner. Je ne suis pas plus avancée. J’ai beaucoup de toiles à transporter et j’ai légèrement un mauvais pressentiment si jamais je vais des voyages. On pourrait largement en prendre quelques-uns le temps que je rentre à l’intérieur et je ne veux pas. J’ai besoin de mes œuvres et me croiser les doigts d’une vente possible. (ou avoir quelqu’un qui souhaite avoir une exposition de mes peintures, ça, je ne dis pas non.)

Puis une victime vient à ma rencontre. Un homme fort, comment ne pas l’ignorer ? Sa carrure plaît beaucoup à mes yeux, il ne manque plus à savoir si monsieur a de la bienveillance envers autrui. Toutefois, en voyant les traits de son visage, je me mords intérieurement mes joues. La petite étoile qui faisait toute une scène et avait détruit ma peinture. Je comprendrai qu’il peut ignorer ma demande pour continuer son chemin, mais au lieu, je le vois prendre mes affaires. Je reste sans voix avant de me gratter la gorge et de pointer le bâtiment en question : « À l’intérieur, juste à gauche... » Je suis choquée face à cette neutralité et à la contradiction de ses gestes. Alors, en le suivant je lui montre l’endroit en question où déposer avec délicatesse mes œuvres : « Doucement ! Doucement... » C’est comme ça pour plusieurs voyages. Finalement, il n'a eu aucun voleur qui a pris des toiles. J’en suis heureuse. Cela dit, je le vois s’incliner. Je fronce les sourcils avant de réaliser ce qu’il allait faire : quitter. Je lui saisis automatiquement son manteau. « Excusez-moi ! Je vous remercie de m’avoir aidé à tout entrer, mais j’ai besoin également de votre grandeur pour mettre mes toiles. S’il vous plaît ? » Je le relâche et je lui montre les clous où les accrocher en faisant un sourire désolé. Sincèrement, je ne suis pas tout à fait désolée. En réalité, je prévois une petite vengeance personnelle. Il a fallu qu’il fasse toute une scène la dernière fois ? Je vais lui rendre la monnaie de sa pièce même si j’ai l’impression de me revoir lui fait ni chaud ni froid. ?

vmicorum.
Cha Jun Wan
☆☆ DEBUT SHAKER
Cha Jun Wan
Mes toiles | Jun wan T2sa

Pseudo : Lauly
Célébrité : Woo Do Hwan
Crédits : bambi (c)
Messages : 106
Âge : 29
 http://www.shaketheworld.net/t27745-jun-wan-stronger-than-you-thhttp://www.shaketheworld.net/t27832-cha-jun-wan#1045139http://www.shaketheworld.net/t27567-lauly-shi-hyun-sun-ho-jang-woo-jun-wan#1039494
Re: Mes toiles | Jun wan | Lun 29 Avr - 20:27
Citer EditerSupprimer



@Lim Ha Rin
Après avoir fait sa bonne action de la journée, c’était donc naturel de s’en aller puisque Jun Wan n’avait plus rien à faire ici. Il ne s’était pas soucié des commentaires de la propriétaire des tableaux, les transportant et les déposant avec délicatesse, puisqu’il avait parfaitement compris ce qu’elle souhaitait, autant qu’il saisissait l’importance de ses œuvres. Le garçon aurait pu l’ignorer à cause de leur dernière altercation néanmoins ce n’était pas dans son tempérament, puis cela faisait partie du passé. A ce moment là, il s’était emporté car l’insouciance de la jeune femme aurait réellement pu blesser quelqu’un, ou même la blesser à elle, et si Jun Wan s’était fait mal au poignet, ce n’était pas ce qu’il lui avait reproché. Il aurait simplement voulu qu’elle fasse plus attention puis respecte les panneaux qui lui indiquaient de ne pas traverser la limite. Les règles n’étaient pas faites pour être transgressé, contrairement à ce que la demoiselle déclarait l’autre jour, mais le cascadeur n’avait pas envie de se perdre dans un débat de sourd. Il était passé à autre chose et n’avait aucune intention de revenir dessus. Puis maintenant qu’il avait terminé, il n’avait pas de raison pour rester, et il ne s’imaginait pas la revoir de sitôt, même si le hasard s’avérait parfois bien fait. Hors, l’artiste ne parut pas vouloir attendre cette fameuse coïncidence, préférant l’arrêter dans son élan avec ses doigts qui retenaient son manteau. Le garçon se retourna machinalement, ses yeux effectuant un aller-retour entre cette main qui agrippait sa veste et sa vis-à-vis qui n’avait vraisemblablement pas fini avec lui.

Nullement offensé par la façon dont elle s’adressait à lui, Jun Wan la fixa d’abord en silence avant de s’emparer des clous et du marteau, afin de lui fixer ses fameux cadres. Peu importait le nombre de fois où la jeune femme le fit déplacer les peintures, il ne riposta à aucun moment, s’exécutant en silence. Aussi naïf que cela pouvait paraître, le cascadeur ne songea pas au fait que l’artiste le faisait certainement exprès ; et sûrement que même s’il avait su, il ne s’en serait pas formalisé plus que ça. Se rabaisser à son immaturité ne le rendrait pas mieux qu’elle. « C’est bon ou il vous en reste d’autres ? » L’interrogea-t-il, après avoir accroché le dernier cadre qu’il avait sous la main, le marteau fermement tenu entre ses doigts. Au vu de l’expression impartiale que Jun Wan affichait, il n’était nullement déstabilisé par le comportement de son interlocutrice, et il était même prêt à continuer si elle avait encore besoin de son aide.


vmicorum.

________________________________

I look inside myself and see my heart is black. I see my red door, I must have it painted black, maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black.  ☾☾
Contenu sponsorisé
 
Re: Mes toiles | Jun wan | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide