Revenir en hautAller en bas



 
Nouveautés du mois
Venez vite voir les nouveautés du mois, par ici !
Chatbox du forum
N'hésitez pas à passer faire un tour sur la chatbox !
Plus on est de fous, plus on rit !
Avis aux nouveaux venus !
Ce mois-ci, c'est portes ouvertes chez les Beolsae.
N'hésitez donc pas à les rejoindre, si vous le souhaitez !
Les défis RP !
N'oubliez pas que vous pouvez gagner des points en
réussissant les défis RP ! Pour plus d'infos, c'est par ici !
Ils sont attendus
✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 O1je✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 O1je✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 O1je✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 O1je
-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
23.05 € 149.99 €
Voir le deal

 :: Défouloir :: La boîte à souvenirs :: Archive Rps
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦

Bang Wen Yi
Bang Wen Yi
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mar 7 Avr - 16:44

Wen Yi se sentait comme une enfant récompensée en voyant le sourire du garçon. Il était content. Il semblait content. Troublé aussi un peu, elle pouvait le voir elle, le deviner derrière son air détaché. Elle ne peut s’empêcher de sourire, de rire, de le regarder ainsi et de se sentir bien. L’alcool aide, elle le sait, il lui fait remarquer mais elle est enivrée de ce plaisir, de se sentir libre. Elle savoure. Depuis quand n’avait-elle pas vécu un instant de liberté ainsi … ? Surtout de pouvoir le vivre avec Jed lui donnait envie de croire que quelque part peut-être qu’il pourrait supporter sa présence et faire taire rien qu’un peu cette colère en lui qu’il éprouvait pour elle. Elle ne cherchait pas à se faire pardonner, elle-même n’en aurait pas été capable, mais si elle pouvait, rien qu’un peu, rester à ses côtés, celui lui suffirait. S’ils pouvaient danser, vivre cette passion ensemble alors ce serait le plus beaux des cadeaux, une récompense qu’il lui offrait mais qu’elle ne méritait. La danse, c’était ça qui les liait aujourd’hui et leur fils. Sa tête d’ange lui manquait tellement … elle n’oserait lui avouer qu’elle avait des photos de lui cachées, mais elle ne pouvait rester loin ainsi sans rien faire, sans rien voir. Elle se souvient de cette fois, au parc, où elle s’était relevée furieuse de son banc prête à intervenir à la vue de cet enfant plus vieux qui tapait sur son fils avec pelle pour lui piquer son jouet. Une chamaillerie d’enfant, mais elle n’avait pas supporté de le voir pleurer, de voir ce petit garçon malmener son enfant. Mais Eun Jin été intervenu rapidement (pas assez au goût de Wen Yi) et s’était interposée avant de consoler Ewen. Wen Yi s’était sentie si désemparée devant la scène, interdites d’interventions. Et pourtant … elle avait mis plusieurs semaines avant d’être capable de retourner au parc. Elle craignait tant d’un jour craquer et d’aller le trouver. Que lui dirait-elle ? Elle gâcherait tout, c’était certain. Mais ce soir tout lui paraissait lointain, futile. Même son mari ne lui faisait pas peur. La soirée passe, délicieuse, amusante. Ils rient, beaucoup. Elle enroule la viande dans une feuille de salade qu’elle garni avec ce que préfère Jed, elle s’en souvient encore, comment pourrait-elle oublier. Puis elle lui donne, lui dépose, le nourrit parfois en riant. La bande est insouciante, les gestes innocents. Ça leur fait tellement de bien, ça lui fait du bien … de le retrouver. Son sourire lui transperce le cœur, son rire la transporte à une époque où elle pouvait goûter à sa bouche. Il était … Bon sang qu’elle l’aimait encore … mais c’était un secret que même l’alcool ne pourrait faire sortir. Tout du moins elle l’espérait. La tête tournant, les sens enivrées, elle sort dehors en titubant, riant, inspirant l’air frais à plein poumon. Il veut lui trouver un taxi, mais elle ne veut pas rentrer, pas tout de suite. Elle attrape son poignet avec une moue et secoue la tête « Non ! Je veux rentrer à pied … avec toi ! » parce qu’elle ne voulait pas le quitter, elle rit en s’approchant de lui et titube en reculant. Elle se détourne, s’étire, soulevant ses boucles brunes à mesure qu’elle lève les bras. Puis elle les laisse retomber en cascade, délicate, rebondit. Elle soupire d’aise et souffle d’une voix pleine de plaisir « Je me sens bien Jed … si bien ce soir. » elle se tourne vers lui et lui lance un sourire qui ne cache en rien les sentiments qu’elle a pour lui. Elle se met alors à marcher, dans la direction opposée de leur dortoir. Elle veut juste marcher, se tourne vers lui en riant à nouveau en s’écriant de sa voix grisante « Viens Evenn ! »


We're dancing in the red light, I can do it all night. It's our addiction, we don't need a reason — JedWen.
Jung Jed
Jung Jed
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mar 7 Avr - 17:18
Il ne devrait pas accepter, mais sa moue et son regard brillant le font flancher. Il se flagelle mentalement, se dit qu’il n’a pas le droit et pourtant. Il hésité déjà, laisse ses doigts plus lâche sur le téléphone et l’observe de son regard amusé. Wen Yi a toujours été malicieuse quand elle est ivre. Et ça lui rappelle des souvenirs. Des bons, alors qu’ils se laissaient aller. Partageaient des moments tous les deux, de leur âge aussi. Il inspire, se mordille la lèvre alors qu’elle est encore plus belle avec cet air insouciant. Et dieu qu’il s’en veut d’en profiter, de se dire que ce n’est rien. Qu’il a le droit ce soir d’être avec elle. Alors il range son téléphone, se laisse avoir trop vite et lui emboite le pas. « Ok, seulement pour vérifier que tu rentres bien. » une excuse qu’il se trouve, mais son sourire le trahi déjà. Elle est belle sa poupée, elle est souriante, si enivrante à son tour. Il reste à ses côtés, l’observe du coin de l’œil et s’amuse « T’es complètement ivre. Tu vas faire des conneries. » Elle serait capable de se mettre à danser dans la rue vu comment il la connaissait. Pourtant cette idée ne l’effraie pas. Elle titube, chancelle un peu, marche presque trop vite. Alors il la rattrape et lui prend la main « Attends. Tu vas trop vite. Tu vas tomber. » Parce qu’il veut prendre soin d’elle. Il a ce sourire sur les lèvres, tandis qu’il ose lui dire « Je ne pensais pas que tu assumerais pour Ewen tout à l’heure… ça m’a fait plaisir. » et il lui confie parce qu’il sait surement qu’elle ne s’en souviendra pas demain. Tout comme de cette main dans la sienne. Il ne veut pas profiter, pourtant il la connait. Il sait comment elle est dans ces moments-là. Mais il ne peut s’empêcher « ça me fait du bien… de te voir comme ça. » comme avant. Comme lorsqu’ils s’étaient connus. Ça lui manquait lui de la voir aussi joyeuse. Si insouciante. Il se laisse aller à penser que du bien d’elle. Lui aussi surement ayant trop bu. Il a l’esprit plus libre, moins coincé. Et ça lui plait malgré qu’il veut garder l’esprit clair. Il jette un coup d’œil à l’heure, marche instinctivement. Il ne s’aperçoit pas qu’il prend le chemin de son appartement… 

Bang Wen Yi
Bang Wen Yi
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mar 7 Avr - 17:33

Wen se sent légère, elle pourrait même s’envoler si elle le voulait. Elle titube, mais rapidement cette chaleur dans sa main la ramène sur le terre ferme. Cette main dans la sienne lui ravive le cœur avec des bruits de tambourins délicieux. Elle se tourne vers lui et lui sourit, comme à l’époque où ils s’aimaient, où ils flirtaient. Qu’est-ce qu’il beau Jed. Elle se perds dans sa contemplation et rougie quand il lui avoue enfin ce qu’elle voulait tant entendre. Il était content, ça lui avait fait plaisir … son cœur s’emballe et elle sourit de plus belle, de ce sourire doux, tendre, alors qu’elle caresse son torse comme elle a toujours eut l’habitude de le faire. « C’est vrai ? » et son regard se met à briller. Elle était heureuse Wen Yi. Vraiment. Elle inspire doucement son parfum, parce qu’elle savait quelque part que cette proximité ils ne l’auront pas toujours … elle se hisse sur la pointe des pieds, comme lorsqu’elle fait des points et s’accroche à ses épaules pour avoir assez de stabilités, quand bien même l’alcool la rends bancale. Elle lui faisait du bien, aussi étrange que ça puisse être … il était heureux de la voir ainsi mais n’avait-il pas encore compris. « C’est parce que tu es là. » souffle-t-elle avec une innocence et une insouciance légère mais surtout sincère. « Tu veux un secret ? » rit-elle amusée en enroulant ses bras autour de sa nuque, engloutissant ce vide entre deux pour coller son corps au sien. « Je suis morte. » elle acquiesce d’un air qui se voulait sérieux mais qui avait plus l’air d’un enfant malicieux. « Oui, en réalité sans vous je me suis tuée. » elle chuchotait comme si elle voulait que personne ne puisse les entendre. La dureté et la profondeur de ses paroles contrastait avec son regard pétillant. Pourtant il ne pouvait que la croire car on comprenait, par un sourire triste mais fugace, qu’elle disait la vérité. Elle affiche alors une moue boudeuse avant de redescendre de ses pointes, perdant cette tête de moins qu’elle avait face à lui et qui l’obligeait à baisser la tête. « Mais je revis avec toi, quand on danse. Tu continueras de me faire danser Jed ? » souffle-t-elle les yeux pétillants et désireux de voir sa question répondue à l’affirmatif. Elle se recule toutefois avant d’avoir la réponse et se faire à faire des tours en piquets sans vraiment réaliser où elle allait, fonçant droit sur ce poteau qui n’attendait qu’elle.


We're dancing in the red light, I can do it all night. It's our addiction, we don't need a reason — JedWen.
Jung Jed
Jung Jed
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mer 15 Avr - 11:34
Il se laisse surprendre par cette innocence retrouvée. Par ces sensations réconfortantes. Il aimerait être plus fort, plus solide. Mais la seule qui n’a jamais su le toucher est là. Face à lui avec ce sourire sur ses lèvres. Il sent son cœur s’emplir d’une force nouvelle, d’une émotion nouvelle. Et il se déteste, se flagelle déjà d’être aussi faible. Pourtant quand elle enroule ses bras autour de lui, il se laisse porter. Profite trop de cet instant qui ne devrait pas exister. Et ses mots sont douloureux, tandis que ses yeux se mettent à briller… Oh Wen, à quoi pense-t-elle avec ce sourire ? Il ne sait plus quoi dire, se perd dans ses pensées. Cette crainte qui nait au creux de son ventre. Il l’aimait tellement… elle avait tout pour elle. Ils avaient tout pour eux. Et elle a tout gâché. Il pourrait douter encore, croire qu’elle lui ment. Mais cette sincérité le trouble… et si tout ça n’était qu’un mensonge, une illusion ? Et si finalement le bonheur était à portée de main ? Il se mord la lèvre, déjà elle passe à autre chose. Inconsciente surement. Elle ne sait pas elle tout ce qui se joue en lui. Cette folle envie de la laisser, de l’abandonner comme elle l’a fait. Et cette douce folie… de la garder pour lui. Il la laisse l’attirer, danser alors qu’un sourire étire ses lèvres. Et il se prend au jeu, la fait dansé à son tour. « Il n’y a que toi pour me faire faire ça. » pour craquer aussi facilement. Il cède sans lutter, parce-que cette femme… il la veut encore. Une part de lui n’arrive pas à l’oublier. Malgré l’ivresse, il se persuade que quelque part elle est encore celle qu’il a aimée. Il est lassé de s’accrocher à un souvenir. A devoir se rappeler… il veut vivre. Il l’attire à lui, la refait tourner, laisse le vent fouetter leur visage, avant qu’il ne se mette à courir vers un rebord plus haut d’un muret. Alors il grimpe, la soulève à son tour pour l’entrainer avec lui. En équilibre, il s’amuse à la retenir, marche à reculons, dans une danse qui n’appartient qu’à eux. Euphorique, il la porte dans les airs. Plus rien ne compte à part leurs rires, leurs inconsciences. Il n’y a plus rien autour d’eux. Qu’une douce folie qui le chatouille, le rend plus heureux que jamais. Il a l’impression de tout laisser tomber. Pour une fois, il se laisse aller réellement. Il ne pense plus à rien. Si ce n’est à cette femme, qui affole son cœur un peu plus. « Tu es trop belle quand tu danses Wen… » Et ça le fait chavirer. Ça chamboule tout dans sa petite tête. Lui qui se protéger, il n’y a plus de barrière entre eux. Le muret se termine, il se laisse descendre, la regarde de plus bas avant de lui tendre les bras pour l’aider à le rejoindre. Et il ne se prive pas de la soulever, tout en s’approchant d’elle. Il se colle à elle, beaucoup trop proche… indécence d’un vieux souvenir qu’il balaye de ses mains. Et dans un geste mesuré, il approche son visage du sien. Dévi vers son oreille pour lui souffler « Je t’aime toujours… » Il avait menti la première fois, et il se sait coupable. D’abuser de cette situation, d’une nuit dont elle ne se souviendra pas. Se reculant pour lui faire face, il lui sourit, presque insolent parce qu’il sait que ces paroles resterons sans lendemain. Et ça pourrait le faire souffrir, mais il se sent presque soulagé… parce qu’il lui a dit, mais surtout parce-qu’il l’admet à lui-même. Oui… Il l’aime encore… rien n’a changé. 

Bang Wen Yi
Bang Wen Yi
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mer 15 Avr - 13:58

Wen Yi oublie tout ce soir. La dualité de sa situation, ses secrets, ses mensonges. Elle oublie qu’elle a mal, qu’ils lui manquent. Elle se laisse gagner par cette douce euphorie. Pas celle de l’alcool, mais celle que le garçon lui fait ressentir quand ils sont ensembles. Elle avait déjà bu jusqu’à ne plus pouvoir se contrôler pleinement, mais jamais, non jamais, l’alcool ne lui avait fait ressentir cette liberté. Des ailes lui poussaient dans le dos et elle se sentait capable de tout. De tout lui dire, de tout entendre. De danser, de rire, de s’accrocher à son cou prenant tous les risques du monde, ainsi à la vue de tous. Mais elle s’en moque. Elle oublie son mari. Elle oublie ses parents. Mais jamais elle n’oublie son fils. Non jamais. Elle se laisse porter par leur folie. Il la soulève comme un rien et la dépose sur ce muret. Elle rit, encore et toujours. Son visage est radieux. Ses yeux brillants et tendres quand ils se posent sur le garçon. Elle n’a pas beaucoup d’équilibre mais il est là pour le retenir, pour lui offrir la sienne. Quelle belle image lui offre-t-il à cet instant. Evidemment qu’elle l’aime encore. Il n’a pas oublié son premier amour. Jamais. Comment le pourrait ces deux enfants ? Elle avait tout gâché et demain la réalité reviendra plus lourde que jamais. Mais ce soir ils étaient libres. Libres … Ses pieds s’agitent dans les airs avec cette impression de voler. T’es trop belle quand tu danses. Ces mots la font rougir alors qu’elle tourne sur elle-même les pommettes rosies. Elle fond d’amour pour ce garçon qui a toujours su lui faire ressentir la plus intense des émotions. Son rire ne tarit pas, elle s’accroche à lui et se colle à lui lentement, retrouvant le sol. Et avec la même lenteur elle glisse contre son corps, inspire son souffle si proche d’elle. Elle frémit, revit chaque souvenir avec une intensité folle. Elle revoit leurs premiers émois, leur premier baiser, leur première fois. Tout avait été parfait. Beaucoup trop. Et ses mots. Jed la transperce avec violence, ses mots, lui font ressentir ce qu’elle avait oublié … l’amour. De son plus bel habit, de sa plus douce fureur. Il l’aime encore et demain elle ne s’en souviendra pas. Elle laisse échapper un gémissement … sait-elle attendu à une telle confession ? Jamais. Elle se doutait, au travers de ses regards et de leur proximité, qu’il lui portait toujours une affection tendre, mais qu’il l’aimait encore … Dieu que cette enfant voulait pouvoir en garder le doux souvenir. Le genre à l’aider dans les temps rudes. Elle recule son visage pour pouvoir croiser son regard et toute l’émotion que lui déclenche ces mots se lisent sur son visage … elle se hisse sur la pointe des pieds pour venir coller son front au sien. Ses paumes chaudes et délicates se glissent aux joues du garçon. Elle n’ose pas, ni l’embrasser, ni lui rendre ses mots, mais son corps qui tremblent témoignent de l’amour qu’elle lui porter. Qui se mettrait dans un tel état pour quelques mots s’ils n’étaient pas partagés ? Elle caresse les lèvres du garçon de son pouce délicat et murmure si proche de lui que sa bouche frôle celle de Jed. « Tu me manques tellement … » Oh s’il savait … elle déglutit et se presse un peu plus contre lui dans un souffle chaud. Elle se fondait en lui pour retrouver sa chaleur, ses bras puissants dans lesquels, ce soir, on l’autorisait à se blottir. Un soupire d’aise la trahit, elle est si bien … si bien.


We're dancing in the red light, I can do it all night. It's our addiction, we don't need a reason — JedWen.
Jung Jed
Jung Jed
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mer 15 Avr - 14:28
D’un geste doux et délicat elle caresse ses lèvres du bout des doigts. Son cœur s’emballe, son regard se perd sur sa bouche pulpeuse. Il l’aime, encore… tellement… que ça le ronge, que ça lui bouffe la vie depuis plus de six ans. Ils ne s’aimaient plus, ils étaient prêts à se détester. Se haïr comme jamais… et pourtant, il est prêt à sombrer. Retiens-moi Wen… retiens-moi de faire cette connerie. Mais elle l’attire encore plus vers ce gouffre sans fin. Ses mots le transperce, il serre les dents, tente encore de se convaincre qu’il ne peut pas. Mais il se sent défaillir… elle aussi elle lui manque. Terriblement. Il ne compte plus les jours passé loin d’elle. Si douloureux, si blessant… il avait tellement attendu. Il se souvenait de ces journées entières à fixer la porte, à croire qu’elle réapparaitrait. Et ces appels sans réponses… du doux son de sa voix qui s’effaçait peu à peu. De cette odeur sur ses draps qui disparaissait… plus jamais elle ne reviendrait. Mais ce soir elle était là, face à lui, aussi proche qu’au premier jour. Mirage qu’il avait cru vivre la première fois qu’il l’avait vu. Et c’est ce même coup de foudre qui le frappe à nouveau. Ça l’assomme tellement… alors qu’il la sent encore plus proche. Plus réelle que dans ses souvenirs. Ce n’est plus un rêve Jed… et il le sait, s’en mord la lèvre alors que ses yeux ne cessent de fixer les siennes. Il ne doit pas… et pourtant son visage s’approche déjà du sien, ses doigts sur ses joues… vide qu’il comble que quelques secondes, à peine le temps de sentir son souffle sur lui. Il l’embrasse, ferme les yeux pour mieux la sentir… pas pour se souvenir, mais pour vivre l’instant présent. Bouche qu’il parcourt avec une avidité certaine. Goût qu’il retrouve, qui l’électrise alors qu’il la presse un peu plus contre lui. Et il se perd, plus de raison, plus rien ne peut le retenir alors qu’il approfondie leur baiser. Il savait qu’il n’aurait pas dût, qu’il avait été trop faible.... mais il s’en fout. Il emmerde les codes et les rancœurs. Ce qu’il veut c’est elle ! Et demain ne sera plus qu’un souvenir. Et tout le reste de cette soirée n’existera plus que dans son esprit à lui... Alors tant pis, si il sera le seul à en souffrir. Le seul à s’en rappeler. Et le monde semble s’être arrêté, malgré ces gouttes qui commencent à mouiller sa peau. Jed n’y prête plus attention, il veut mourir contre sa bouche. Perdre le souffle, ne plus jamais se réveiller… Mais c’est sans compter sur cette pluie qui devient plus violente. Un coup de tonnerre qui retentit, les font sursauter tous les deux. Il se recule, bouche rougie par leur baiser… coupable de son acte. Et pourtant, ce n’est que l’éclair de lumière qui le perturbe. Lui fait décrocher son regard d’elle pour se rendre compte qu’une vie continue de tourner autour d’eux. « Merde ! Viens on se dépêche de rentrer. » Comme si de rien n’était ? Comme si rien ne s’était passé Jed est incapable de savoir ce qui se passe dans sa tête. Tout devient flou, il attrape sa main, retire sa veste pour essayer de les protéger tous les deux. Mais elle est en tissu, se trempe rapidement. Il court plus vite, se presse pour aller à cette adresse qu’il connait par cœur. Et sans s’en rendre compte il est devant son immeuble. Ça pourrait le perturber, mais il n’y réfléchit pas. Se précipite pour ouvrir la porte de son hall et la faire entrer. L’eau les a mouillé, les vêtements gouttent partout… il est trempé de la tête aux pieds, mais ça le fait presque rire. Reprenant sa main dans la sienne, il la conduit dans les escaliers, l’incite à le suivre sans se poser la moindre question. Et s’il faute alors tant pis. Il ne s’aperçoit pas qu’il emmène Wen chez lui… et son fils. Qu’il s’apprête à lui montrer où il vit sans elle depuis des années… devant la porte, il la regarde déglutit malgré lui sans savoir quoi penser. Et une fois qu’il lui ouvre, il la laisse passer la première. Se fout un peu qu’ils mettent de l’eau partout. Il fait froid tout à coup, il frissonne, à la chair de poule et retire déjà ses chaussures à l’entrée. L’appartement est en désordre, il l’admet il n’a pas pris le temps de ranger. Des jouets d’Ewen traînent un peu partout. Des photos de lui, de son fils... Eun Ji, Young Min, Kalei et Kelea… que des personnes qui partagent sa vie et celle d’Ewen. Récupérant sa veste sur les épaules de Wen Yi, il l’observe, la voit trembler… « Viens avec moi. » lui glisse-t-il presque tout bas. Il allume le reste de l’appartement, l’entraine avec lui jusqu’à la salle de bain. Il récupère une serviette, lui tend pour qu’elle se sèche… « Tiens… je t’apporte de quoi te changer… » Il ne peut pas décemment la laisser mouillée. Alors il va à sa chambre, récupère un tee-shirt à lui avant d’hésiter. Son regard posé sur sa main, il ne sait pas ce qu’il fait. Il devient fou… complètement incontrôlable alors qu’il se rend compte ce qui s’est passé.

Bang Wen Yi
Bang Wen Yi
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Mer 15 Avr - 15:22

Elle ne s’était pas attendue à ce que la soirée se termine ainsi. Mais elle avait désiré ce baiser bien plus qu’elle ne pouvait l’admettre.  Mais ce soir il n’était ni marié, ni danseur, ni père, ni mère, ni parents, ni amant. Non ce soir ils étaient Wen et Jed. Ils étaient eux. Simplement eux, comme ils avaient pu l’être à leur début. Quand leur histoire allait merveilleusement bien et que tout ce qu’ils voulaient c’était profiter de la présence de l’autre. Elle avait retenu son souffle, l’avait laissé mener la danse, encore une fois, parce qu’elle n’aurait jamais osé lui quémander un baiser qui pourrait les achever tous les deux. Mais il n’y a que de la douceur dans ce baiser. De la tendresse et beaucoup de passion. De cette envie trop longtemps refoulée, de ce manque qui les faisait crever au quotidien. Elle le voulait tellement … lui tout entier, lui tous les jours, lui pour toujours … alors ce baiser était une pause dans cette lutte acharnée. Un moment de flottement qui n’appartiendrait qu’à eux. S’en souviendra-t-elle demain ? Elle l’espérait, mais n’oserait s’en souvenir que comme un rêve. Elle se presse contre lui et savoure ses lèvres qu’elle avait tant imaginé dans ses nuits agitées. Elle réalisait à quel point elle aimait ça, à quel point il pouvait lui faire ressentir un millier d’émotion au travers d’un simple baiser. Il était doué, elle l’avait toujours reconnu. Il savait comment l’embrasser, comment faire naitre le désir chez elle, comment simplement traduire sa tendresse. Elle avait été accroc à cette bouche et avait tant redouté les baisers de son mari. Elle détestait sentir ses lèvres sèches se poser sur les siennes quand Jed avait toujours cette bouche délicate et douce. Mais ce soir elle ne pensait plus à rien si ce n’est cette langue qui jouait de la sienne. Ils s’embrassaient et lâchaient enfin toutes les barrières. Fini la haine. Fini la rage. Il n’existait plus qu’eux, dans leur plus simple essence. Plus rien n’existait autour d’eux, tellement qu’à l’entente de ce coup de tonnerre la jeune femme sursaute comme prise en faute. La colère de dieu ? Non, ils voulaient simplement les protéger de cette pluie, de ces lieux publics. Elle en était certaine. La pluie s’abattit lourdement sur eux sans qu’elle ne l’ait pressenti, Wen Yi pousse un petit cri avant de rire en se précipitant sous la veste du garçon à ses côtés. Il court, et elle suit. Elle ne sait pas où il va mais le devine à mesure que leur pas se rapproche d’un immeuble. C’est chez lui pas vrai ? La fraternité est plus loin et chez elle … à l’opposé. Elle essaye de ne pas réfléchir, l’alcool est encore bien trop vif pour que son esprit ne puisse être claire. Elle monte dans ces escaliers se cramponnant à cette main qu’il lui prend. Elle ne veut plus jamais le lâcher, le réalise-t-il ? Elle entre puis comprends. Réellement. Son regard se pose sur cette intimité dont elle ne fait pas partie, et pendant un instant les jouets de son fils la terrasse. Elle détourne le regard, retire ses chaussures. Il vit ici. Il entre ici. Il court ici. Il rit ici. Il embête son père ici. Et elle … n’est qu’une étrangère. C’est lourd de conséquences. Elle a mal au cœur, mais Jed ne la laisse pas à sa souffrance et l’attire rapidement dans la salle de bain. Elle ne réalise même pas l’eau qu’elle met partout. Ce n’est qu’une fois seule dans la salle de bain que tout semble enfin prendre sens. Elle se regarde dans le miroir, touche ses lèvres, ferme les yeux pour en sentir plus encore les effets. Elle avait aimé ce baiser, bien plus que dans n’importe lequel de ses rêves. Alors doucement elle retire un à un ses vêtements, jusqu’à se retrouver nue. Elle essuie une larme qui coule sur sa joue parce qu’elle n’ait pas en droit de souffrir ce soir. Le moment est bien trop doux pour qu’elle le gâche. Elle est heureuse d’être ici … Elle prend une douche très rapidement, puis se sèche, s’enroule dans la serviette et observe la baignoire longuement, imaginant son fils y prendre un bain, puis porte son regard sur l’évier, là où il se lave les dents. Elle reste immobile de longues secondes … elle pouvait sentir son parfum, ou peut-être l’imaginait-elle. Elle ferme les yeux, sa tête lui tourne, elle ne se sent pas en forme. Elle commence à redescendre. Elle se redresse et sort de la salle de bain à la recherche de Jed, qu’elle finit par trouver dans sa chambre. Elle le fixe sur le pas de la porte. Lui aussi semble en proie à ses propres pensées. Elle s’avance silencieusement avant de venir l’enlacer doucement dans le dos. Posant sa main sur ses avant-bras figé pour le caresser doucement et le tourner vers lui. « Regarde-moi … » murmure-t-elle tout bas. Elle attrape son visage de ses mains délicates, elle parait lointaine mais fait tout pour garder les idées le plus claire possible. « Va prendre une douche et allons-nous reposer … » elle se hisse sur la pointe des pieds et embrasse la commissure de ses lèvres avant de souffler « Je reste dans cette chambre … » comme pour lui promettre qu’elle n’ira pas fouiller dans la chambre d’Ewen … qu’elle respectera leur intimité, ne pas s’introduire dans un monde qui n’était pas le sien …y aller au rythme de Jed … respecter sa vie. Elle attrape les vêtements qu’il tenait dans sa main et lui fait un petit signe de tête pour l’inviter à y aller ...


We're dancing in the red light, I can do it all night. It's our addiction, we don't need a reason — JedWen.
Jung Jed
Jung Jed
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Jeu 16 Avr - 12:33
Il laisse échapper un soupire, remonte ses épaules et les fait craquer. Inconfortable, le regard rivé sur ses mains Jed ne sait plus ce qu’il fait. Pourquoi a-t-il aussi rapidement lâché prise ? Maintenant qu’il l’a ramené chez lui il n’est plus sûr de rien. Maintenant qu’il est seul sans elle, il hésite… et il se déteste d’être aussi prévisible. Il se connait, il savait pourtant qu’un rien le ferait basculer. L’enivrerait de son parfum, de cette présence qui l’avait tant manqué. Bien sûr qu’il l’aime… il n’a jamais su l’oublier. Il le savait, il avait juste peur de se l’avouer. Et ça le tue… ça le ronge encore alors qu’il s’en veut. Il retourne la scène dans sa tête. Refait ses gestes, se voit la repousser… mais il ne peut pas la blâmer. Il est le premier à avoir céder. A avoir comblé ce vide qui les séparait. Terrible vide avec lequel il vit depuis six ans… Wen l’obsède, le blesse terriblement. Et il reste là, de longues minutes à ne plus savoir. A observer sa chambre, se regarder lui… sentir cette odeur sur lui. Il devrait s’éloigner, lui demander de partir. Mais il en est incapable… parce qu’elle est ivre. Et parce qu’il veut la retenir. Il déteste ça, se laisse tomber sur son lit alors qu’il entend l’eau coulé. S’il pouvait, il irait la voir, s’excuser d’avoir fait ça. Mais il reste là, se relève encore et prends des affaires à lui. Il ne sait pas combien de temps il reste là, c’est la présence de Wen qui vient le sortir de ses pensées. Ses mains qu’elle pose sur ses bras, il se retient de soupirer. De bien-être… parce-que oui, sa présence il l’aime. Son toucher, le grise et le rend plus faible… Wen éloigne-toi… s’il te plait… pense-t-il pour lui-même. Sans être capable de lui dire, ni de la repousser. Il apprécie ce baiser à la commissure de ses lèvres, son ton aussi doux, tendre qu’elle… et il sait, qu’il est incapable de lui faire du mal. Alors il croit à ses mots, ne doute même pas du fait qu’elle pourrait aller explorer cet appartement. Il s’en veut, lui jette un regard et pourtant il flanche déjà. Il observe la chambre d’Ewen de loin, se dit que c’est une erreur. Emmener sa mère ici… il le sait c’est stupide. Et sous cette eau brûlante, il repense encore à tout ça. Se sent défaillir. Plus rien n’a de sens depuis qu’elle est là. Il la laisse trop facilement reprendre sa place. Mais à quoi bon lutter ? Quand il se regarde, il ressent à nouveau ses lèvres sur les siennes. Malgré le savon, rien ne retire cette fragrance si particulière qui l’enivre. Il sort de la salle de bain, la retrouve dans la chambre allongée sur le lit… il pourrait la laisser seule, mais il n’en a pas envie. Il se pose à ses côtés, s’allonge près d’elle et la regarde incapable de dire ce qu’il ressent… reviens dans ma vie Wen… c’est tout ce qui lui traverse l’esprit, alors que sa peau frissonne. D’un geste, il vient caresser sa joue « C’est trop dur… » De quoi Jed ? Qu’est-ce qui est trop dur ? De la voir, de la sentir… de ne plus être avec elle, de l’aimer encore... c’est toute ces choses qui sont difficiles pour lui. Et il a envie qu’elle le prenne dans ses bras, qu’elle lui dise que tout ça n’était qu’un cauchemar. Que tous ses rêves étaient vrais… « On aurait pas dût… » Il essaie encore de s’en convaincre. Il laisse sa main retomber, se glisse davantage à côté d’elle. Il n’aime pas cet espace entre eux… et il se rend compte qu’aucune femme n’a jamais été dans ce lit avec lui. Comme si il n’attendait qu’elle… « Demain tu reprendras ta vie, comme si de rien n’était… et moi la mienne. » c’est presque douloureux. Personne ne le croira quand il dira qu’elle était là… même elle ne s’en souviendra peut-être pas. A son réveil, elle voudra surement le fuir… et il a peur de ça. « Wen… pourquoi tu restes avec lui ? » s’il te plait dis le moi. Il veut savoir… mais il sait qu’elle n’est pas en état d’avoir une vraie conversation. Il profite de cette faiblesse, veut connaitre ce secret qu’elle dissimule. Il devient coupable, d’abuser de la situation, de ne pas être capable de rester à sa place. Têtu, il n’en démord pas, il veut connaitre cette vérité… « Je sais que quelque chose te retiens… dis-moi quoi. » il est devenu fou, parce qu’il sait qu’elle ne lui aurait pas dit toutes ces jolies paroles pour rien. « Je te manque… je le vois putain. » Il n’est pas taré. Il se rapproche un peu plus, passe son bras par-dessus elle pour l’encercler. Il ne se veut pas menaçant, mais il veut la confronter à cette crainte, à cette chose qui doit la hanter. « Ose me dire que tu préfères être avec lui. » il n’y croit plus. Ce n’est pas l’argent qui la retiens, ce n’est pas cette vie de rêve. Il n’est pas idiot, il a douté d’elle, mais dans ses moments de faiblesses Wen Yi lui a dévoilé des secrets. Des paroles qu’il n’a pas oublié… trop de choses se bousculent dans sa tête. « Regarde-moi ! Putain Wen, je crève de te savoir avec lui… savoir qu’il te touche… » Il caresse ses cheveux, le regard triste « Qu’il partage tes nuits… qu’il te… souille… » et à mesure qu’il lui parle, il laisse glisser ses doigts sur sa joue, jusqu’à sa bouche… ce visage qu’il aimait tant. Il lui dit ces choses parce qu’il n’a pas le courage de lui dire en face quand elle est sobre. Il n’arrive pas à lui avouer ce qu’il ressent. Ni à lui-même. Il se ment, sans cesse… il fait croire aux autres que tout va bien. Mais rien ne va en réalité. Et alors qu’il la surplombe, son souffle sur sa peau il murmure « Je ne suis qu’un lâche… » Elle ne comprendra peut-être pas ces mots, ni son geste mais il capture sa bouche dans un nouveau baiser plus douloureux. Il parcours ses lèvres, échange salé d’une perle qui coule sur ses joues sans qu’il ne s’en aperçoive… 

Bang Wen Yi
Bang Wen Yi
❝ ADDICTED ❥ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Jeu 16 Avr - 14:39

Wen le laissa s’éloigner, partir. Elle avait mal, car elle avait l’impression de le perdre, mais pire encore, elle voyait toute la souffrance qu’elle lui infligeait. Femme cruelle, égoïste et amoureuse. Ils n’avaient pu s’oublier, comment le pouvaient-ils ? Ils étaient, constamment, malgré la rancœur, la colère, la haine, inexorablement attiré l’un à l’autre. Ils s’étaient oublié pendant 5 longues années, et ignoré pendant 1 longue année, c’était trop. C’était le maximum qu’ils puissent faire. Bien sûr que rien n’était simple entre eux, mais pour une fois, ils avaient essayé de laisser parler cette part d’eux qui est toujours amoureuse, cette part qui n’aspire qu’à de la douceur et une pause, une trêve dans cette guerre sans merci. Ils avaient essayé de vivre l’un sans l’autre, quel a été le résultat ? Un désastre, causant bon nombre de dommage collatéraux … Et pourtant elle était si fière de lui car même si leur fils montrait des signes de frustrations et de colères il restait un petit garçon plein de vie, pétillant et souriant. Un petit garçon qui ressemblait à son père, le même sourire, mais qui avait les traits délicats de sa mère. Wen Yi le voyait grandir, année après année, et rêvait de pouvoir lui montrer toutes leurs similitudes. Je suis ta mère, avait-elle envie de lui dire mais ce soir … ce soir elle était une femme, celle de Jed. C’est tout ce qu’ils étaient. Ils s’appartenaient et aucun papier ne pourrait les contredire. Ils s’aimaient se possédaient malgré leurs mots douloureux et ces barrières qu’ils érigent autour d’eux. Jed et Wen ne sont qu’une seule et même âme qu’il aurait été bien cruelle de séparer plus longtemps … et pourtant …
 
Elle fait le tour de la chambre, laisse ses doigts glisser le long des meubles. Ramasse ici et là les quelques vêtements qui trainent. Attrape un t-shirt qu’elle porte à son visage pour en respirer l’odeur. Son parfum couvrait le tissu et son cœur flancha. Elle s’était habillée des vêtements qu’il lui avait donnés, ce caleçon trop grand pour elle tombe sur ses hanches, mais elle ne s’est jamais senti aussi bien dans des vêtements. Elle se sent beaucoup plus sereine et rassurée avec l’odeur de Jed qui l’enveloppait. Elle grimpe sur le lit, s’y allonge et se love contre le coussin qu’elle devine être celui qu’il utilise le plus souvent. Etait-elle stupide d’agir ainsi ? De se complaire dans une situation grotesque car elle pouvait raviver des souvenirs qu’elle n’aurait jamais cru possible de revivre. Elle pouvait sentir son cœur s’emballer dangereusement dans sa poitrine et un sourire étirait ses lèvres. Elle était enivrée ce soir, d’alcool, de bien être, de bonheur. Elle oscillait entre la tristesse et la joie. Intense et fulgurante. Elle roula sur le dos et fixa le plafond se concentrant sur l’eau qu’elle entendait couler de la douche. Elle finit par fermer les yeux, appréciant le calme rassurant de cet appartement. On entendait brièvement la circulation à l’extérieure et tout lui donnait l’impression d’être dans un cocon. L’agitation qui lui parvenait la gardait dans une réalité plaisante. Le silence de plomb de son appartement la glaçait et elle le détestait.
 
Elle ne l’entend pas arriver, somnolant sûrement dans cette quiétude chaude et rassurante. Mais elle sent le poids sur le lit, la faisant rouvrir les yeux, se tournant vers lui. Sa main sur sa joue lui fait pousser un petit soupir d’aise. Elle vient lever son regard vers lui, s’accrochant au moindre contact. C’est trop dur … je sais, je le ressens aussi. C’est trop dur de vivre sans toi. D’être là, près de toi et de ne pas être à toi. C’est trop dur de ne plus t’aimer, de ne plus être là pour toi. C’était si dur oui. Elle ferme les yeux, consciente qu’il ne l’accusait de rien, qu’il se livrait, se confessait à elle car c’était toujours ce qu’ils avaient fait. Se parler … se dire les choses, les mensonges ont pris trop de place dans leur vie et les faux semblants plus encore. Elle ne veut pas penser au lendemain, comprends au ton de sa voix qu’il en souffre aussi. Et s’ils pouvaient, ils gardaient leur bulle ainsi, intact. Pendant une éternité s’il le fallait. Elle n’irait pas retrouver son mari, elle n’irait pas chercher à être une femme qu’elle n’était pas. Elle voulait rester avec l’homme qu’elle, avec sa famille. Juste eux trois, pour toujours. Elle retient un petit gémissement quand sa main retombe, la privant de sa chaleur, mais elle est soulagée de le voir se rapprocher. Lui non plus ne supporte plus cette distance entre eux … ? Elle pose une main sur son torse, ce besoin de contact omniprésent … Elle ne peut résister.
 
Pourquoi tu restes avec lui ? Si tu savais. Elle avait envie de tout lui dire mais son esprit fatigué n’arrive pas à choisir les bons mots. Comment pourrait-elle lui dire ? Parce qu’il me bat ? Que j’ai peur de lui ? Peur de ce qu’il vous fera si je lui désobéis ? elle pense au pire Wen parce qu’elle le connait, sans limite. Elle ne veut ni blesser l’amour de sa vie, et encore moins son enfant. Elle essaye de faire les choses justes mais tout lui parait … compliquée. Et il insiste, il comprend, comprend qu’elle l’aime encore, qu’elle ne veut que lui. Il comprend tellement de choses sans avoir de réponses, elle ne peut imaginer la douleur de ses réflexions, les non-dits … mon amour … elle pousse un petit couinement et s’offusque presque « Non ! » Non bien sûr que non elle ne préfère pas être avec lui … Tout ce qu’elle veut c’est Jed. C’est lui … et son regard lui cri, bien que les mots lui échappent. Elle détourne le regard, honteuse, perdue. C’est trop pour son faible esprit lucide ce soir. Regarde-moi. Qu’il te souille. Il ne pouvait choisir meilleurs mots. La jeune femme sent les larmes lui monter aux yeux alors qu’elle redresse son minois dévasté vers lui. Elle aimerait pouvoir lui dire, le supplier. Sauve moi Jed … Mais les mots restent bloqués dans sa gorge, indélicats et tortueux. La dernière supplique de Jed fini de l’achever et qu’importe. Qu’importe qu’il soit lâche, elle le sera avec lui. Elle répond à son baiser avec la même peur, la même passion, et leurs larmes donnent un goût salé à leur baiser mais elle le savoure. C’est leur amour qui s’exprime.
 
Elle cherche son corps, son contact, elle cherche sa bouche et ses mains. Son torse se perd sous les doigts de la jeune fille qui s’agrippent alors à sa nuque pour approfondir leur baiser. Elle veut se noyer dans un monde qui n’appartiendrait qu’à eux. Elle se moque des conséquences, du lendemain. Elle soupire, gémit, lui offre son cou, sa peau. Se souvenait-elle de la douceur de sa bouche ? De l’intensité de leur sentiment ? C’était si puissant, insondable, comme une vérité universelle sur laquelle tout le monde s’emploierait à être d’accord : ces deux amants étaient faits l’un pour l’autre. Elle gémit plus fort, sent que ce t-shirt qu’elle porte devient une barrière de trop entre eux. Mais Wen Yi lui doit une vérité. Alors elle repousse, suffisamment pour le faire rouler sur le dos et grimper sur son bassin. Elle s’assoit, à bout de souffle, ses deux mains prenant appui sur le torse de Jed comme pour l’obliger à rester allonger. Ses lèvres entrouvertes cherchent de l’air, alors que quelques mèches de ses cheveux encore humide se collent à sa bouche et ses joues. Son regard brillant d’un désir et assombri par une vérité qu’elle s’emploie à lui révéler … elle s’ancre à son regard et il voit, il voit l’effort incommensurable que Wen fait pour faire ressortir cette vérité qu’elle avait si longtemps cherché à cacher. Elle creuse, s’arrache des tripes cette souffrance qu’elle subit seule depuis des années.
 
Lentement elle détache ses mains de son torse, délicatement, avec précaution, et dans un geste lent et réfléchi, elle retire son haut. Elle lui dévoile son corps à moitié nu. Cette poitrine qu’il n’avait que trop bien connue. Ses courbes qui n’appartenaient, encore aujourd’hui, qu’à lui. Elle lui laisse quelques secondes pour réaliser sa nudité, l’apprécier aussi, la toucher du bout des doigts comme on frôlerait un bien précieux. Wen attrape alors doucement le poignet du garçon et vient déposer un baiser dans le creux de sa paume non sans garder son regard au sien. Elle y love sa joue, le laissant par la même occasion lui retirer ses mèches de cheveux gênantes. Elle inspire doucement et souffle « C’est un homme puissant et sans limite qui m’a juré de vous détruire si je ne restais pas à ses côtés … » est-ce que cela serait suffisant ? Pour qu’il comprenne ? Qu’il accepte son absence.  Je fais ça pour vous protéger ! Ses mots avaient été sincère. Jed connaissait … il savait que les hommes riches étaient capables de faire. Elle lui avait déjà conté quelques histoires sordides pour de l’argent et du pouvoir. Mais ce soir elle ne voulait pas penser à lui, à leur vie, à sa vie. Il n’y avait que Jed, que Jed qui comptait ce soir. D’un geste du bassin lascif et alangui elle se met à onduler sur celui du garçon prisonnier sous ses cuisses. Elle fait glisser la paume chaude de Jed jusqu’au creux de ses seins comme une invitation à plus et lui murmure, dans une supplique, la voix cassée de désir « Fais-moi l’amour Jed … » il pouvait sentir, sous ses doigts, le cœur palpitant de sa princesse qui s’emballait rien que pour lui. Elle laisse échapper un soupire de plaisir en mordillant ses lèvres. Ses deux mains viennent délicatement se poser sur les cuisses du garçon pour prendre appuie et intensifier ses mouvements de bassin pour lui ôter tout doute quant au désir qu’elle éprouvait pour lui, intense et remplie d’une fureur d’aimer que personne n’aurait pu stopper.


We're dancing in the red light, I can do it all night. It's our addiction, we don't need a reason — JedWen.
Jung Jed
Jung Jed
❝ NEWBIE ☘ MEMBER
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty Jeu 16 Avr - 15:49
Contenu sponsorisé
Mes petits secrets

Re: ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ ✦ MAKE ME FEEL LIKE IF EVERYTHING WAS REAL - JEDWEN [V]✦ - Page 2 Empty
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Rejoins les colibris !
Les Beolsae sont ouverts. Vous avez donc la possibilité de les rejoindre directement, sans passer par la case bizutage. Alors n'hésitez plus ! Ils seront ravis de vous accueillir dans leurs rangs !