sombre
-17%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
59.99 € 71.99 €
Voir le deal


    :: Défouloir :: 2023

you're colored in orange again ((woo sik))

Noh Kyu Min
☆☆ DEBUT SHAKER
Noh Kyu Min
Pseudo : bambi ((elle))
Célébrité : kim sunoo ∽ enhypen
Messages : 288
Âge : 23
 http://www.shaketheworld.net/t26741-can-t-see-the-good-in-all-thhttp://www.shaketheworld.net/t26752p20-noh-kyu-min#1060989http://www.shaketheworld.net/t27487-bambi-you-re-so-precious-i-can-t-take-it#1038794
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | Ven 1 Sep - 23:25
Citer EditerSupprimer


@Nam Woo Sik
A la mention des sports, tu plissas quelque peu le nez, peu motivé à l'idée de te lancer. Le yoga te semblait compliqué. Pas que tu sois pas flexible mais tu voulais pas te casser un truc. Tu pensais la même chose pour le pilates et la muscu... « Non je sais mais... », tu te pinças un peu les lèvres, bougeant les épaules, supposant que t'aurais bien besoin de t'y mettre. Non ? On te supposait toujours sportif, tu ignorais pourquoi. Tu n'avais rien de sportif, t'aimais pas spécialement ça le sport. T'aurais bien besoin de t'y mettre cependant. « Je pense aussi », murmuras-tu lentement. Car comme les enfants, ils ne demandaient rien, juste de l'attention et ils n'avaient que de la tendresse. De manière générale tu ne comprenais pas comment il était possible de faire du mal à un autre être humain volontairement. Alors à un animal, tu comprenais encore moins. « C'est gentil », que tu dis dans une esquisse. « Parfois ça me donne juste l'impression que c'est pas intéressant », que tu l'étais pas non plus, par la même occasion. Mais sous le regard de Woo Sik tu te sentais un peu plus conscient de ta propre présent, de battements de ton propre cœur. Tu te sentais plus ancré dans la réalité. Une réalité que tu avais pourtant essayé de fuir, que tu tentais de fuir. Une réalité que tu voulais oublier – et Woo Sik te donnait envie de t'y intéresser, d'apprendre à connaître, savoir, savourer, profiter. Apprendre à vivre. Et dans ses yeux tu te sentais plus humain, plus homme que tu ne pouvais l'être. « Ca dépend ? Ca dépend de quoi ? », vins-tu chuchoter. Etait-ce une bonne chose alors ? Ou au contraire ce n'était là que quelque chose de mauvais ? Quelque chose que tu ne devrais pas ressentir ? Etait-ce mal d'être un peu égoïste ? D'avoir son attention uniquement vers toi comme en ce moment ? Etait-ce mal de vouloir te sentir vivant, et surtout apprécié ? Comme si tu avais l'impression de ne plus avoir vécu dans le regard de quelqu'un de cette façon depuis bien longtemps. « Non », dis-tu doucement, les pupilles perdues dans les siennes. Pourquoi le trouverais-tu bizarre ? S'il l'était, tu l'étais encore plus. Tu clignas quelque peu des paupières, le contact cessant les battements de ton cœur alors que la température de tes joues grimpait. Le coin de tes lèvres vint doucement se hausser, ton palpitant reprenant furieusement, cognant de tendresse. Tu redressas timidement le regard, l'esquisse toujours présente, les pommettes finement relevées et totalement colorées, les prunelles brillantes. Tu te mordis la lèvre pour retenir un sourire trop grand, la frimousse gênée mais contentée – illuminée, alors que tu venais envelopper ses doigts des tiens, l'affection sur la peau alors que tu les serrais – que tu t'y accrochais. Comme si tu t'accrochais à ses mots, à son regard. Les traits marqués par l'hésitation, et la timidité, tu vins tendrement l'imiter, déposant tes lèvres sur sa joue comme l'échange d'une promesse, la signature posée. Dans l'absolu, tu n'étais pas bien sûr de savoir ce que ça voulait dire mais tu savais une chose : il ne te détestait pas. Et c'était déjà beaucoup. « Merci », que tu chuchotas doucement, le regard brillant – humide, tombant sur vos mains alors qu'un sourire venait se poser sur ta bouche. « Ca veut dire que je peux continuer de venir ici.. pas vrai ? », tentas-tu, les prunelles se levant et s'abaissant au fil des mots. « Et qu'on peut se voir en dehors du restaurant ? », continuas-tu, l'espoir dansant dans les syllabes en même temps que ton regard se redressait vers le sien. Ca voulait dire que tu pouvais rester, apprendre à le connaître et surtout lui permettre de te connaître. Pas vrai ? « Est-ce que... », repris-tu, tes doigts serrant les siens, comme pour demander si tu pouvais rester ainsi. Si tu pouvais répéter le geste demain, après-demain – les jours suivants. Lui tenir la main, s'y accrocher comme pour te rappeler ce moment. « C'est pas bizarre ? », le questionnas-tu finalement, tes phalanges refusant de lâcher les siennes. Par peur, cette fois, qu'il dise soudainement que oui, c'était étrange.
vmicorum.

________________________________


how can I take the pain away ?
A fallen angel, in the dark Never thought you'd fall so far Fallen angel, close your eyes I won't let you fall tonight
Nam Woo Sik
☆☆ DEBUT SHAKER
Nam Woo Sik
Pseudo : Stitchy (( elle ))
Célébrité : Park Seo Ham
Crédits : Ava: @Bambi // Signa: @mingicode // GifIcons: @crushgifs + @Jazzbcr
Messages : 109
Âge : 28
 http://www.shaketheworld.net/t26859-woo-sik-peter-pan-was-righthttp://www.shaketheworld.net/t26881p20-nam-woo-sik-rp#1078126http://www.shaketheworld.net/t28221-stitchy-new-fiche#1050701
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | Lun 18 Sep - 22:14
Citer EditerSupprimer


@Noh Kyu Min
"Mais … ? " Si l’envie n’y était pas, que seule la pression sociale le poussait alors il valait mieux qu’il ne commence aucun sport. Histoire de ne pas se traumatiser d’un. Cela pouvait apporter des blocages, autant tester quelque chose pour s’amuser au lieu de penser aux autres et leur beau discours pour les jeux olympiques et réseaux sociaux. Si les gens pouvaient s’occuper de la condition animale, ou bien même de cette méchanceté gratuite envers les humains, le monde serait bien mieux. Seulement vous étiez une poignée à vous en soucier. Les autres se complaisant en écrasant ceux qui les entouraient. Prendre le temps de découvrir ce qui les effrayait, ce qui les rendait vulnérable, ce qu’ils aimaient ou détestaient. Une manière d’apprendre à connaître les gens. Cependant personne ne prenait le temps, blessant sans cesse ceux qui se retrouvaient face à eux. "Les gens ne savent pas interagir. Ils pensent à leur personne en oubliant le reste. L’argent, la carrière… le statut social. en gros ce qu’ils peuvent tirer de toi. " Le nez froncé tu préférais l’indifférence, mais pour Kyu Min elle blessait tout autant. " Je te trouve très intéressant. "Appuyais tu, le sourire aux lèvres comme une promesse. Il donnait envie de s’intéresser, de découvrir tout ce qui lui passait par la tête. Comprendre ses passions, mais aussi ses regards, parfois éteints, parfois si lumineux qui te donnaient envie de sourire. Kyu Min avait ce pouvoir sur toi, de vouloir tout arrêter pour le regarder. Une gestuelle hypnotique qui venait te faire perdre la tête, jusqu’à en oublier les conventions de ce pays. Ce qu’ils pensaient, croyaient. Mais surtout à laisser place à l'égoïsme. Ce que tu ressentais, ce qu’il ressentait. Tout cela passait avant tout le reste. " Parfois c’est avec de mauvaises intentions.. mais je doute que tu aies de mauvaises intentions. " Affirmais-tu, la voix toujours aussi basse, enrobant cette bulle dans laquelle vous étiez. Une qui vous protégeait de l’extérieur, mettant de côté tout ce que vous connaissiez. Rien ne servait d’imaginer le monde de dehors. Ici rien ne pouvait vous arriver, et c’était avec cette sûreté que tu t’ouvrais. Que chaque geste devenait plus osé que le précédent. Des lèvres contre sa peau, l’espace de quelques secondes, assez pour te donner cette impression que tu le connaissais bien mieux. Assez pour sentir les siennes te rendre la pareille, les lèvres étirées dans une joie sourde qui venait bourdonner contre tes oreilles. Le palpitant bondissant presque trop fort, remplissant la pièce d’une symphonie particulière. Les doigts se mêlant pour se serrer, apprécier la chaleur et la présence de l’autre dans un silence doucement rompu. " Bien sûr.. tu as toujours été le bienvenu. "Jamais tu n’avais pensé le mettre à la porte, au contraire. L’idée de pouvoir apprécier sa compagnie en dehors faisait grandir le sourire sur ton visage. " Autant de fois que tu veux. " Cinéma, café, autre restaurant, promenades. Tu avais une centaine d’idées qui trainaient. Mais qui demandaient avant tout de parler. La déception trop proche de cette joie qui côtoyait ton organe vital. Rien n’était pire que la déception d’espoirs trop longtemps portés. Quand bien même vos mains restaient accrochées comme si leur place avait toujours été ainsi, tu gardais ce doute qui sommeillait. Tout comme il le soulignait avec douceur dans une voix sûrement inquiète. S’il te fallut quelques secondes pour briser le silence, tes doigts eux, ne se détachèrent pas. "Kyu Min.. est-ce que tu… hm. Est ce que tu aimes les hommes ? " Étrange, c’était plutôt toi. Persuadé de t’ouvrir sans lui avouer la vérité. Il trouvait peut-être tout cela étrange lui-même. Blâmer ton absence pour la France aurait pu te sauver mais tu voulais jouer l’honnêteté. Espérant ne pas voir la déception dans ses pupilles. "Moi oui. Enfin, les deux. Pour être honnête je me fous du sexe de la personne. " Le souffle reprenant, avec lui, l'anxiété, tu cherchais tes mots. Soudainement muet. " Je voulais pas te le cacher.. mais c’est pas le truc que je dis facilement.. " Avouais tu, les pupilles se redressant lentement vers les siennes, le coeur battant d’une angoisse sourde mais présente.



" "
vmicorum.



________________________________

I Wanna be Red
Noh Kyu Min
☆☆ DEBUT SHAKER
Noh Kyu Min
Pseudo : bambi ((elle))
Célébrité : kim sunoo ∽ enhypen
Messages : 288
Âge : 23
 http://www.shaketheworld.net/t26741-can-t-see-the-good-in-all-thhttp://www.shaketheworld.net/t26752p20-noh-kyu-min#1060989http://www.shaketheworld.net/t27487-bambi-you-re-so-precious-i-can-t-take-it#1038794
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | Dim 29 Oct - 11:25
Citer EditerSupprimer


@Nam Woo Sik
Un simple regard vers ton corps pour répondre à la question avant que tu ne lèves les épaules dans un air à la fois coupable et gêné. On te pensait sportif souvent et tu ignorais toujours pourquoi. « Oui je sais », dis-tu doucement, te pinçant un peu les lèvres, songeur avant qu'un souffle ne vienne frôler ta bouche. « C'est triste quand même », qu'on s'intéresse avant tout à tout ce qui était matériel ou au physique avant de s'intéresser aux émotions, aux sentiments ou aux besoins de chaque personne. Tu n'aimais pas juger sans connaître. Tu n'aimais pas t'arrêter aux images que chaque individu pouvait renvoyer. Tu voulais connaître les gens mais ce n'était pas toujours réciproque. Les joues rougies, tu lui offris une esquisse contentée, articulant un « Merci, toi aussi » sans trop réfléchir. Plus qu'intéressant, tu le trouvais intriguant. Il arrivait à capter l'attention – la tienne surtout. Il arrivait à attirer ton regard, à te faire oublier le reste parfois. Il était quelqu'un que tu appréciais et que tu ne voulais pas perdre. « Non, j'en ai pas », osas-tu affirmer avec douceur, agrémentant tes paroles d'un léger signe de la tête comme si tu repoussais l'idée. Il arrivait à t'hypnotiser en un regard, le souffle coupé alors que tu agissais sans laisser le temps à ton cerveau de capter tes mouvements. Ou de les empêcher. Tu aimais la chaleur qu'il dégageait, par sa peau ou son sourire. Tu espérais toujours le voir ainsi, avec une esquisse aux lèvres et le regard brillant. Tu avais envie de te noyer dans son regard sans une once de regrets ou d'hésitation. Mais la crainte vint tout de même t'alarmer, te faisant alors craindre tout et n'importe quoi. Tu avais été toi-même à une époque et on t'avait rejeté pour ça. On t'avait détesté et on te détestait probablement toujours. « Merci », dis-tu, soulagé de savoir que tu pourrais encore frôler le sol du restaurant. Le coin des lèvres se haussant lentement, tu mimas un air contenté à l'idée de répéter les gestes, les idées. Se revoir ailleurs, en dehors du cadre du travail. T'en avais le palpitant chamboulé, tambourinant bruyamment allant jusqu'à agacer tes tympans. La peur restait toujours présente et tu refusais de lâcher ses doigts. Sentir ses phalanges contre les tiennes te rassurait. « On pourra aller au cinéma tous les deux ? Ou... faire les magasins ? », même si t'étais absolument pas fan de shopping tu le ferais si c'était pour passer du temps avec lui. « Pas trop la salle de muscu », tu plissas un peu le nez, un brin amusé, les pupilles brillant d'émotions diverses : la joie mais aussi la peur. Et à sa question les couleurs quittèrent ton visage, tes pommettes rougies devinrent subitement bien pâles, tes sourcils se levant dans une surprise muette. Le cœur s'arrêtant un instant tu semblais avoir peur qu'il recule, tes doigts s'accrochant un peu plus aux siens dans un geste presque désespéré. Tu ne dis rien, écoutant simplement. Et quand tu supposais que le silence avait assez trop duré, tu repris la parole. « Merci. De l'avoir dit. J'ai pas... enfin.. ça change rien pour moi. Tu restes Woo Sik... je veux dire... », tu te mordis brutalement la lèvre, retenant les tremblements, les pupilles glissant. Tu l'enviais, de pouvoir l'articuler aussi librement alors que tu n'arrivais à rien. Tu l'avais dit une fois, et ça s'était mal fini. Alors prononcer ces mots à nouveau te terrorisait. « Je... » mais la suite semblait bloquée. « Oui. Pour la question. C'est... oui », que tu chuchotas lentement, les yeux vers le sol comme si tu craignais croiser son regard, tes doigts restant agrippés aux siens. « Je veux qu'on passe du temps ensemble », ajoutas-tu, la voix basse. Cinéma, shopping, sorties au parc, ou même tranquillement quelque part à ne rien faire.
vmicorum.

________________________________


how can I take the pain away ?
A fallen angel, in the dark Never thought you'd fall so far Fallen angel, close your eyes I won't let you fall tonight
Nam Woo Sik
☆☆ DEBUT SHAKER
Nam Woo Sik
Pseudo : Stitchy (( elle ))
Célébrité : Park Seo Ham
Crédits : Ava: @Bambi // Signa: @mingicode // GifIcons: @crushgifs + @Jazzbcr
Messages : 109
Âge : 28
 http://www.shaketheworld.net/t26859-woo-sik-peter-pan-was-righthttp://www.shaketheworld.net/t26881p20-nam-woo-sik-rp#1078126http://www.shaketheworld.net/t28221-stitchy-new-fiche#1050701
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | Dim 29 Oct - 14:49
Citer EditerSupprimer


@Noh Kyu Min
Parler des autres et leurs habitudes ingrates n'était pas ce que tu avais prévu à la base. Aucunement intéressé à mettre des sujets aussi déprimant sur le tapis tu te sentais presque coupable mordant doucement ta lèvre. Il était sûrement préférable de changer de sujet, de trouver d'autres discussions comme cette affirmation pour cette attirance, ne serait ce que pour sa personne. Simplement. Il était intéressant, c'était tout ce qu'il avait besoin de comprendre, de retenir. Le fait que ton coeur s'emballe un peu plus en sa présence ne changeait rien au fait qu'il était quelqu'un de bien de base. Ce n'était pas le crush qui t'aveuglait mais bien sa personnalité qui t'avait fait tombé en crush. Un ordre important. Le sourire était donc brillant lorsqu'il te complimentait, qu'il acceptait ceux que tu lui faisais avec cet air un peu gêné mais adorable. " Merci."répondis tu calmement. Son sourire suffisait à rendre l'atmosphère détendue, agréable. Le repas fini n'était plus qu'un doux souvenir s'apparentant à un date. Laissant alors un espoir interdit au creux de ton palpitant. Comme trop beau, c'est votre peau qui ne cessait de se rencontrer, l'idée d'un ami manquant alors à l'appel. Un geste qui voulait dire bien plus que n'importe quel mot qui avait été prononcé et qui pourtant laissait le doute, la porte de sortie grande ouverte. Malgré cette proximité, l'angoisse venait toquer à chaque porte, à chaque instant laissant Kyu Min dans une interrogation qui n'avait aucun sens pour toi. Sans connaître son passé tu imaginais les refus, les chemin sans retour qu'il avait dû prendre, ignorant pourtant leur origine, ou même leur réel sujet. Le voilà donc rassuré, d'une simple affirmation qui découlait d'une logique accablante pour ta part. Communiquer était tellement plus simple que de tenter de deviner des pensées. Vous pouviez alors planifier vos sorties, partager des moments de complicité, bien que vos doigts restaient entremêlés, attirant l'attention de tes pupilles distraites. "Les deux ça me semble bien. " La liste pouvait s'allonger, sans que tu ne bronches, acceptant toute sortie dans le but de passer plus de temps avec lui. Même si la salle de muscu devenait interdite. " Pas de muscu alors. " Que tu le rassurais le rire contre les lèvres. Il communiquait, ce qu'il aimait et ce qu'il n'aimait. Ce qu'il voulait et au contraire ce qu'il ne voulait pas. Une communication qui te submergea un instant. Les idées claires sur ce que tu ressentais tu ne faisais que mentir en continuant ainsi. Les mots étaient donc sortis, ils avaient défiés toutes les barrières qu'on pouvait se mettre, laissant la peur au placard pour venir réduire au silence la pièce. Le teint livide qui venait d'apparaître te rendit nerveux. La main pourtant encore contre la sienne, la pression de ses doigts se faisant plus grand. Pourtant l'estomac se tordait, quand bien même les mots se voulaient rassurant. Il n'avait pas répondu, son regard avait changé, malgré la dualité de son discours. Les pupilles se baissaient alors, malgré le léger sourire presque triste. Ca ne changeait rien mais ça changeait tout. Aussi triste que cela pouvait sonner. La peur grandissait, t'étreignant plus fortement. Et pourtant. "Hein ? "Le regard relevé tu cherchais à rejoindre toutes les cordes, toutes les informations. Il n'allait pas se distancer, mieux encore tu avais vu juste, mieux encore, il venait de te le dire. Une lueur venait illuminé tes yeux. "C'est vrai ? "Le ton joyeux avait pris le dessus bien que tu devais calmer cette soudaine ardeur. "Je veux aussi ! Mais je suis plus à l'aise en te le disant... "Le pouce s'activait légèrement, caressant la peau sous celui ci. Tu espérais qu'il comprenne.. légèrement, doucement. "Du coup, comme tout est bon on peut.. aller au parc ? Café ? Tu aimes les attractions ? " Il était comme toi, ou presque, il gardait une possibilité que tu avais senti, et cette simple possibilité te rendait joyeux. " Je suis tellement soulagé. Je sais qu'ici c'est pas commun. " L'index frottant ton crâne, les joues s'empourpraient doucement.

" "
vmicorum.

________________________________

I Wanna be Red
Noh Kyu Min
☆☆ DEBUT SHAKER
Noh Kyu Min
Pseudo : bambi ((elle))
Célébrité : kim sunoo ∽ enhypen
Messages : 288
Âge : 23
 http://www.shaketheworld.net/t26741-can-t-see-the-good-in-all-thhttp://www.shaketheworld.net/t26752p20-noh-kyu-min#1060989http://www.shaketheworld.net/t27487-bambi-you-re-so-precious-i-can-t-take-it#1038794
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | Dim 29 Oct - 15:38
Citer EditerSupprimer


@Nam Woo Sik
Passer du temps avec Woo Sik était toujours agréable – discuter semblait facile même si les mots trop compliqués ne sortaient jamais. Même si les idées complexes restaient toujours cachées. Car tu craignais toujours faire fuir les autres en dévoilant la personne que tu étais ; comme si tu abritais une menace si grande que personne ne devait savoir. Un super vilain sommeillait en toi, apparemment, prêt à mettre le monde à genoux. Ou pas. Pourtant c'était l'impression qu'on t'avait donné. Comme si tu véhiculais les pires images possible. Mais avec Woo Sik tu te sentais différent, et unique – mais dans le bon sens. Ce n'était pas comme d'habitude. La peur persistait tout de même, les doutes te chuchotant de ne jamais tout révéler, comme si garder une part de secret te rendrait service. Bêtement, naïvement, tu pensais que c'était mieux ainsi. De tout taire et de tout garder, même les sentiments les plus purs qui puissent exister. Chaque compliment quittant ses lèvres était une bénédiction venue d'ailleurs ; une approbation que tu cherchais sans le savoir, le palpitant affolé mais contenté, l'âme apaisé. Et tout te donnait envie de rester, de te rapprocher, de suivre cette curiosité qui piquait chaque parcelle de ta peau au contact de la sienne. Tu découvrais, le cœur battant, sa chaleur addictive mais reposante. Et tu sentais une douceur égale à nulle autre. Le rêve et l'espoir venaient se mêler à l'imagination, des visions mal schématisées en roue libre dans tes pensées. « Les deux alors », que tu articulas, contenté. Pas de muscu, surtout pas. Tu n'y survivrais pas. Mais voilà que la crainte revenait. Douche froide qui arrivait à faire pâlir tes joues et à drainer ton cœur de ce rouge si brûlant. Tu restais accroché à lui, refusant de lâcher. Tu ne pouvais pas le dire. Pas comme lui. Même si tu voulais le rassurer, ta bouche refusait d'articuler ces mots qui avaient causé de peine autrefois. Tu n'arrivais à prononcer ces paroles, bien qu'elles soient vraies, qu'elles soient « toi » ; et seul le silence dansait contre ta bouche. Jusqu'à ce que tu puisses enfin parler – mais tu ne pouvais annoncer les choses comme lui, et t'en étais désolé. Autant que tu te sentais coupable. « Oui », que tu chuchotas doucement, gêné, terrifié, perturbé – tant de choses à sentir et ressentir. « Je comprends », tu mordis un peu ton sourire, maladroit, timide mais aussi désolé de ne pas réussir à le dire comme lui. « Oui on peut. J'ai testé avec une amie, j'ai pas tout fait mais j'aime bien », mais peut-être qu'avec lui tu pourrais tout faire, cette fois. Tu hochas quelque peu la tête ensuite, le sourire léger. « Je suppose que ça dépend des gens sur qui on tombe, et à qui on se confie », tu bougeas un peu les épaules, le rêve laissant place à la tristesse sur tes lèvres. Tes parents n'avaient pas été les meilleures personnes à qui parler et la pensée fit naître un sourire amer sur ta bouche, tes doigts s'agrippant toujours aux siens. « Personne... je veux dire ici. J'ai pas... », tu secouas un peu la tête, relevant un regard timide vers le sien. « Personne à part toi », confias-tu. Personne ne savait à part lui. Et ça te convenait bien ainsi. Comme un secret qu'il était le seul à savoir. Tu n'avais fait que le dessiner plutôt que de le dire mais tu supposais qu'il avait compris. Tu lui offris une esquisse, les pupilles brillantes de tant de choses encore une fois, l'adoration y dansant plus fermement encore que précédemment. Et tu fixas un instant vos doigts liés, gravant l'image dans tes pensées pour t'y accrocher les jours où ça n'irait pas. Tu allais vite prendre l'habitude de les voir là – si bien que les lâcher, plus tard, fut un exercice compliqué mais pas impossible. Car l'idée de pouvoir le retrouver plus tard te fit rêver à nouveau, un sourire glissant sur ta bouche alors que tu retournais au dortoir.
vmicorum.

________________________________


how can I take the pain away ?
A fallen angel, in the dark Never thought you'd fall so far Fallen angel, close your eyes I won't let you fall tonight
Contenu sponsorisé
 
Re: you're colored in orange again ((woo sik)) | 
Citer EditerSupprimer

Une petite réponse rapide